Le chauffeur (# 4) ...... Tina et ces clients fous

829Report
Le chauffeur (# 4) ...... Tina et ces clients fous

Le Chauffeur…. Tina et ces clients fous

Écrit par : PABLO DIABLO

Droits d'auteur 2018

CHAPITRE 1

Alors que Tina et moi quittions le bureau main dans la main, j'ai souri. Je savais que j'étais dans une position beaucoup plus forte en prenant soin de M. et Mme Jaxson. C'étaient des gens formidables.

À ce stade, je récapitulais, dans ma tête, ce qui m'était arrivé depuis que j'avais rejoint la Happy, Happee Limo Company :

• J'ai eu des relations sexuelles avec Sasha - ma patronne, Tina - son assistante, Paula - une collègue de la salle téléphonique et Jill - la meilleure conductrice de l'entreprise.

• J'ai reçu un pourboire de 2 000 $ de M. Jaxson, juste pour avoir fait ce qu'on est censé faire pour s'occuper d'un client.

• J'ai de nouveau obtenu une augmentation de salaire de 100 % pour M. Jaxson, le soir de mon tout premier jour. Mon salaire est maintenant d'un minimum garanti de 400 000 $/an plus les pourboires et les primes.

• Je suis amoureux de Tina.

• Sasha m'a utilisé pour le sexe plusieurs fois, à sa discrétion.

• Jill m'a emmenée dans divers hôtels/centres de villégiature haut de gamme et m'a présentée à des femmes clés avec lesquelles je dois rester en contact pour faire avancer ma carrière.

• Je suis maintenant la « conversation » du bureau.

• Mes bouffonneries ont commencé un nouveau club…. "Le club de l'inconscient baisé"

Puis, avec un "ding", l'ascenseur s'est ouvert pour permettre à Tina et moi de monter dessus. Nous descendîmes en silence. Mon esprit était loin dans le lointain. Lorsque les portes de l'ascenseur se sont ouvertes, j'ai été surpris que nous soyons arrivés si rapidement à notre étage. Nous sommes descendus de l'ascenseur, Tina m'a demandé si ça allait.

"Oui, en fait je vais bien ! J'ai eu deux incroyables quarts de travail ici. dis-je en me penchant pour l'embrasser.

"Merveilleux, je veux tout entendre." Tina a répondu en souriant tout le temps.

Nous le ferons, mais pas ici. Il y a trop d'enregistrements et d'appareils d'écoute.

« Comment savez-vous que je ne cache pas un appareil d'enregistrement ? » Tina a plaisanté.

"Eh bien, je suppose que je vais devoir vous fouiller à fond." dis-je en souriant mon sourire ringard.

« Mmm, ça a l'air délicieux ! Tina a répondu

"Avez-vous faim? Je meurs de faim, je n'ai pas mangé depuis le début de mon deuxième quart de travail. dis-je sans réfléchir.

"Alors, tu as baisé Jill alors." Tina répliqua.

"Euh, oui." dis-je d'un ton "je suis désolé".

Les minutes suivantes, Tina s'est insurgée sur la façon dont Jill obtient tout le sexe qu'elle veut. Jill était une telle salope. Jill était ceci et Jill était cela… bla, bla, bla.

À un moment donné, je l'ai simplement déconnectée. Je me suis demandé, pourquoi est-elle si jalouse de Jill ? Qu'est-ce que Jill lui avait fait ?

"MÊME TU M'ÉCOUTES ??" Tina m'a aboyé dessus.

"Non, pas vraiment." Cela la rendait encore plus folle, si c'était possible.

A l'intersection suivante, j'ai fait demi-tour.

"Qu'est-ce que tu fais?" Elle a exigé

« Je te ramène au bureau. Je ne passe pas mes deux jours de congé à écouter un tas de râles et à être misérable. Tina, tu me plais. Je fais vraiment. Mais, peut-être que nous ne sommes tout simplement pas faits l'un pour l'autre. Je suis désolé." J'ai répondu.

Les minutes suivantes, nous roulâmes en silence. J'ai jeté un coup d'œil à Tina, elle était prise dans des émotions mitigées. D'un côté, elle était tellement jalouse de Jill. D'un autre côté, pensa-t-elle, elle et moi passerions ensemble les deux prochains jours au lit. J'ai vu une petite larme se former sur le côté de son œil le plus proche de moi.

"FUCK" je me suis dit.

Je savais que je venais de blesser Tina. J'ai enfoncé le poignard dans son cœur. Je ne voulais pas faire ça, c'est juste sorti. Je suppose qu'une fois que vous avez été brûlé par l'amour, vous avez tendance à faire le tour des wagons autour de votre cœur.

CHAPITRE 2

Lorsque je suis tombé sur un IHOP, je me suis arrêté et j'ai garé ma voiture. J'ai eu un regard très perplexe de Tina.

"Que faisons-nous ici? Je pensais que tu me ramenais au bureau et que tu me laissais tomber. Elle s'est interrogée.

« Nous allons manger. Avoir une discussion adulte, qui à la fin du WE décidera dans quelle direction cette voiture se dirigera lorsque nous quitterons le parking. Assez juste?" J'ai répondu le plus calmement possible.

"oui" dit Tina timidement.

Je suis sorti de la voiture, j'ai fait le tour d'elle, j'ai ouvert la portière et je l'ai attendue.

Alors qu'elle sortait, je me penchai et l'embrassai sur les lèvres. Pas trop passionnément, mais juste pour montrer que je suis toujours intéressé si nous pouvons résoudre ce problème.

Nous sommes entrés dans le restaurant, qui était presque désert. Une seule autre table avec des gens. L'autre table était composée d'étudiants ivres d'âge universitaire qui s'amusaient. Ils étaient bruyants, mais je m'en fichais.

J'ai demandé une table loin d'eux. L'hôtesse / responsable de l'équipe de nuit nous a conduits à un stand loin des enfants. Elle jeta les deux menus et dit qu'elle reviendrait prendre une commande de boisson.

Tina s'est glissée d'un côté de la cabine et je me suis glissée de l'autre côté. J'ai débattu dans ma tête de me glisser à côté d'elle mais j'ai choisi de ne pas le faire, pas encore en tout cas.

J'ai ouvert mon menu. J'ai regardé les listes et j'ai décidé de prendre le petit déjeuner.

« Des idées sur ce que vous aimeriez ? Mon régal. dis-je en regardant ses yeux remplis de larmes.

Mon cœur se serra. Je savais que je l'avais blessée. Ma tête était une toupie. Beaucoup d'émotions le traversent simultanément.

"Ok les gars, qu'est-ce que vous avez?" L'hôtesse / gérante / maintenant serveuse a demandé en frappant son chewing-gum.

"Eh bien, je vois une alliance, donc je suppose que ce n'est pas toi" dis-je en riant.

La serveuse a ri un peu, probablement à cause de ma stupide blague en pensant que cela l'aiderait à donner un pourboire.

« Je suis désolé Ruth. C'était une mauvaise blague de ma part. Ne vous inquiétez pas, les blagues sont mauvaises et s'aggravent avec le temps. Tina, que voudrais-tu ? » J'ai dit.

"Laissez-moi prendre un verre de jus d'orange, une eau sans citron et la salade cobb avec une vinaigrette italienne légère, s'il vous plaît", a déclaré Tina en essayant toujours de ne pas pleurer.

Puis Ruth m'a regardé.

"Je prendrai le man-breakfast, des œufs brouillés, du bacon, des pommes de terre rissolées, des pancakes au sirop d'érable, et un grand verre de jus d'ananas, si vous en avez, sinon du jus de pomme avec une grande eau glacée également sans citron. ” J'ai dirigé vers Ruth.

Ruth sourit, tapant toujours sur son chewing-gum et s'éloigna.

J'ai mis mes mains sur la table vers Tina, paumes vers le haut. J'espérais qu'elle tendrait la main et mettrait ses mains dans les miennes. Mais, hélas, non.

« Tina, je t'aime bien. J'espère que tu le sais. Mais, il y a plus pour moi que ce que vous avez vu jusqu'à présent. Pouvez-vous comprendre cela? ai-je demandé doucement.

"Je crois que oui. Je pensais que nous allions si bien, mais ensuite tu es allé baiser Jill. dit Tina avec un ton de colère.

« Tina, nous ne sommes pas mariés. Nous ne sortons même pas ensemble, en fait cet IHOP serait notre premier rendez-vous. Je ne sais pas ce qui s'est passé entre toi et Jill pour que tu sois si en colère contre moi et en colère contre elle. Ce qui me fait me demander pourquoi est-ce que je peux baiser Paula et avoir des relations sexuelles avec Sasha à sa guise ? Comment trouvez-vous que ça va, mais pas Jill ? Je suis perdu ici. S'il vous plaît, expliquez." J'ai répondu aussi doucement que possible.

Il y eut une pause enceinte. Ruth est arrivée avec nos boissons et est repartie.

Le silence était assourdissant. Le groupe universitaire s'est levé, a littéralement chancelé jusqu'à la caisse enregistreuse et a commencé à essayer de rassembler suffisamment d'argent pour le chèque.

"Il vous manque environ 20 $ PLUS MON POURBOIRE." Ruth a aboyé

J'ai dit à Tina de ne pas bouger, que je reviendrais tout de suite.

Je me levai et me dirigeai vers la caisse. Le groupe universitaire fouillait dans leurs sacs à main, leurs poches, ouvrait leurs portefeuilles, cherchant partout plus d'argent.

"Écoutez, si vous n'avez pas l'argent, je vais devoir appeler la police." Ruth leur aboya de nouveau.

Je me dirigeai vers la caisse et me présentai. « Ruth, combien coûte leur facture ? »

« Il leur manque environ 20 $ plus mon pourboire », a-t-elle répondu d'un ton glacial.

« Ruth, ce n'est pas ce que j'ai demandé. Combien coûte leur facture totale ? » J'ai demandé à nouveau.

"Leur chèque, 'SIR', est de 67,50 $." Ruth a dit en dégoulinant les mots avec un ton.

"Très bien, je m'occuperai de leur chèque PLUS votre pourboire. Assez bien?" Je lui ai répondu avec un ton sarcastique bien à moi.

J'ai fouillé dans ma poche et j'ai sorti l'un des billets de 100 $ que j'avais reçus de M. Jaxson.

Les collégiens étaient stupéfaits. Ils m'ont tous demandé mon nom et où pouvaient-ils m'envoyer l'argent.

Je leur ai donné une carte de visite générique de la compagnie de limousine. J'ai écrit mon nom au dos en me disant que je ne les reverrai plus jamais. Mais, j'ai souri et j'ai donné la carte à une gentille jeune femme qui semblait assez sobre pour ramener le groupe à la maison en toute sécurité. Ils ont demandé, pendant que Ruth terminait la transaction, si j'étais propriétaire de l'entreprise de limousines.

"Non, je ne suis que le chauffeur." leur répondis-je en souriant.

"Pas putain de chemin", a déclaré l'un des collégiens ivres.

Ruth posa ma monnaie sur le comptoir. 32,50 $. J'ai ramassé les dix, les deux et les deux quarts et je suis parti. Je lui ai laissé vingt pour son pourboire. Venant de l'industrie de la restauration pendant la majeure partie de ma vie d'adulte, je savais que Ruth avait LE quart de travail nul et qu'elle était surchargée de travail par l'entreprise.

Je retournai à la table où Tina et moi étions assis. La première chose que je remarquai fut son sourire à nouveau. Eh bien, c'est un pas dans la bonne direction, me suis-je dit.

Je me suis assis de mon côté de la table.

"C'est agréable de te revoir sourire. Je me suis inquiété là-bas pendant quelques minutes. lui dis-je.

Juste à ce moment, Ruth est arrivée avec notre repas. Elle était si différente maintenant. Elle a poliment mis nos repas sur la table, offert du ketchup, de la sauce piquante ou plus de vinaigrette pour la salade de Tina. Nous les avons toutes refusées en la remerciant et elle est retournée à l'une des cabines où elle roulait de l'argenterie.

Nous avons commencé à manger. J'ai regardé Tina en me demandant si j'allais devoir mener cette conversation tout seul.

CHAPITRE 3

« Tina, tu n'as pas répondu à mes questions. Ce qui donne. Tu amènes Paula dans le bureau pour que je baise, tu te penches pour que je baise, merde, même Sasha continue de m'utiliser pour son martèlement et pourtant tu es en colère contre Jill. Je ne comprends pas. S'il vous plaît, expliquez-moi. J'ai demandé.

Tina a commencé, bégayant un peu en essayant de retenir ses larmes : « Sasha me possède. Je suis son serviteur personnel/esclave sexuel. Tout ce qu'elle veut de moi, elle l'obtient sans question ni objection. J'ai amené Paula parce que je savais juste que tu l'apprécierais autant que moi… Jill, eh bien Jill est une autre histoire complètement.

Je restai assis là, perplexe. "Alors, expliquez-moi comment Sasha vous "possède"?"

"Eh bien, c'est une longue histoire." Tina répondit timidement.

J'ai regardé autour du restaurant. Personne à part Ruth et le petit cuisinier derrière le comptoir préparant quelque chose.

"Nous n'avons pas besoin d'être nulle part, alors continuez." Je suggère.

"Uhm d'accord. Il y a plusieurs années, j'étais dans une relation horrible avec un mec. Il était physiquement abusif, mentalement abusif, et pire que tout, il m'a fait coucher avec tous ses amis, copains de travail et autres gars au hasard. J'ai été violée à plusieurs reprises par ses copains de travail alors qu'il s'évanouissait à cause d'une trop grande consommation d'alcool. Une nuit, dont je me souviens vraiment comme si c'était hier, ils ont ri et m'ont dit que j'allais "tirer un train". J'ai fini par avoir des relations sexuelles dures et douloureuses avec plus de 15 mecs cette nuit-là, je m'en souviens. Ils m'ont prostituée. Ils ont appelé leurs copains qui se sont présentés. Ils m'ont attaché aux montants du lit, m'ont dépouillé de mes vêtements. Ils ont eu leur chemin avec moi et ça fait très mal. Cela a duré toute une nuit. Ils ont mis du ruban adhésif sur ma bouche pour m'empêcher de crier à l'aide. Quand mon "petit ami" s'est réveillé, il m'a vu avoir des relations sexuelles brutales avec deux mecs qu'il ne connaissait même pas, car ses amis étaient tous partis. Il s'est mis en colère en m'appelant tout ce à quoi il pouvait penser. Il m'a battu à un pouce de ma vie. Il m'a tellement battue qu'un des gars qui me baisait a appelé la police. Quand ils sont arrivés, il leur a raconté sa version de l'histoire et ils m'ont arrêté. Ici, je saignais, j'étais battue, j'avais des dents cassées, des yeux au beurre noir, une épaule disloquée et tant d'autres choses que ça me fait mal de penser à cette nuit-là. Tina a expliqué alors que des larmes coulaient sur son visage comme une rivière.

J'étais abasourdi. Je ne savais même pas si je devais entendre la suite, mais j'ai doucement dit : « Tina, si tu veux t'arrêter ici, ça va. Je comprends."

"Non non. Je vais vous dire comment je suis arrivé ici. En prison, j'ai rencontré Jill. Elle a entendu mon histoire et m'a proposé de prendre soin de moi et de m'aider. C'est alors que j'ai rencontré Sasha. Jill et Sasha ont parlé un peu. Je n'ai pas pu entendre leur conversation. Sasha a payé ma caution. Ils m'ont emmené au bureau. M'a nettoyé. Appelé un médecin. M'a dit de m'allonger sur l'un des canapés du bureau de Sasha. Je me suis endormi. Quand je me suis réveillé, il y avait un homme étrange avec un sac noir debout au-dessus de moi avec un stéthoscope écoutant mon cœur et ma respiration. Jill, Sasha et le médecin ont tous parlé loin de moi. La prochaine chose que j'ai su, Sasha m'a demandé de faire une pipe au médecin en guise de paiement pour avoir fait une "visite à domicile". Jill m'a ramené à la maison avec elle. Elle m'a laissé vivre avec elle pendant quelques mois. Sasha m'a engagée comme assistante personnelle. Elle m'a fait signer un contrat comme vous l'avez fait, seul le mien avait une clause stipulant que j'étais la propriété de Sasha et Happy, la société Happee Limo. Sasha m'a expliqué que maintenant elle m'appartenait. Je devais faire tout ce qu'elle voulait, quand elle le voulait et comme elle le voulait. Je n'ai pas eu mon mot à dire. Si j'essayais d'arrêter, de riposter ou de m'enfuir, elle me trouverait et me ferait tirer 10 trains par semaine. Elle a appelé un grand italien dans le bureau pour me prouver qu'elle pouvait le faire. Il a sorti une énorme bite, la plus grosse que j'aie jamais vue, encore plus grosse que ces mecs dans les vidéos porno. Il a attrapé mon pantalon, l'a baissé et m'a violé le cul. Pas de lubrifiant, pas de douceur, juste du sexe dur qui m'a laissé saigner. Pendant tout ce temps, Jill est restée là sans rien faire. Voilà, tu sais maintenant tout David. Allez-vous me ramener au bureau maintenant que vous connaissez mon histoire ? » dit Tina avec des larmes coulant sur son visage.

Je lui ai tendu une serviette pour qu'elle puisse se moucher.

"Tina, je suis vraiment désolée. Je n'en avais aucune idée. Cependant, aussi cruel que cela puisse paraître, nous devons discuter de ce qui s'est passé dans la voiture. Oui, j'ai baisé Jill. Cependant, elle m'a présenté à beaucoup de femmes dans des hôtels qui peuvent m'aider financièrement. Cela signifierait que j'ai besoin de "prendre soin" d'eux. Deux d'entre eux ont voulu m'essayer tout de suite, mais j'ai pris leur carte avec leur numéro de portable au dos de chaque carte en promettant que je reviendrais bientôt avec eux. J'ai dit.

À ce moment-là, j'ai décidé de passer de son côté de la table. J'ai passé mon bras autour d'elle et je l'ai juste tenue. Elle se pencha vers moi en posant sa tête sur mon épaule. Nous nous sommes assis là en silence pendant environ 20 minutes environ. J'ai juste continué à la tenir.

Tina a levé les yeux vers moi et m'a demandé doucement : « David, puis-je venir à la maison avec toi ?

"Êtes-vous prêt à partir maintenant?" J'ai demandé. Elle hocha la tête oui. Nous nous sommes levés de la cabine. Je lui ai tendu quelques serviettes de plus pour s'essuyer les yeux et se moucher. Elle les froissa et les jeta dans son assiette.

J'ai ramassé notre chèque sur la table. Je gardai mon bras autour d'elle alors que nous marchions vers la caisse. Ruth nous a rencontrés là-bas. J'ai mis 100 $ de plus pour payer le chèque. Ruth a demandé si tout allait bien. Elle a encaissé notre chèque et remis la monnaie sur le comptoir. Je lui ai laissé un autre pourboire de 20 $ et je me suis dirigé vers le comptoir où travaillait le cuisinier de la commande rapide et je l'ai appelé. Je lui ai également donné 20 $ en lui disant que nous avons apprécié le repas et en le remerciant pour son travail acharné. Il était pour le moins abasourdi.

Je suis retourné vers Tina, je me suis penché et je l'ai embrassée et nous sommes retournés à ma voiture.

Nous sommes montés et nous sommes allés chez moi.

"Euh, Tina, j'ai une question à propos d'aujourd'hui." ai-je demandé en essayant d'être gentil.

« Ok, quelle est votre question ? » elle répondit.

"J'ai vu le sperme séché sur ta culotte. Tu as dit que tu expliquerais plus tard. Eh bien, c'est plus tard. J'ai dit un fait.

"Oh ça. J'avais oublié ça. Sasha a interviewé quelques nouveaux chauffeurs. Elle a fait que chacun d'eux me baise. Ils sont arrivés chacun en quelques minutes. L'un d'eux a giclé sur ma culotte et Sasha ne voulait pas que j'aille me nettoyer parce que je devais être disponible pour baiser la prochaine interview dans 10 minutes. J'étais gêné que tu aies vu ça. Tina a expliqué.

J'ai garé ma voiture dans le parking de mon appartement. Je me suis penché, je l'ai embrassée et je lui ai dit que nous étions chez moi.

Je suis sorti, j'ai fait le tour et je lui ai ouvert la porte. Encore une fois, alors qu'elle sortait, je l'ai embrassée, cette fois beaucoup plus passionnément. Nos langues se sont entrelacées. Nous sommes restés là pendant environ 5 minutes environ à nous embrasser.

J'ai vu mon voisin marcher vers son F-150. Je savais qu'il devait être environ 5 heures du matin.

J'ai rompu notre baiser en prenant la main de Tina et je me suis dirigé vers mon appartement. Avant d'entrer, je l'ai prévenue que ma place n'est pas si grande. Elle gloussa, me disant à quel point c'était gentil que je m'inquiète de la taille de l'appartement.

"Je pensais que nous restions juste au lit?" Elle a demandé par espièglerie.

CHAPITRE 4

Faisant de mon mieux pour imiter Sasha, j'ai dit: "Ma Tina, s'il te plaît, déshabille-toi."

Cela la prit au dépourvu. De toute évidence, elle n'a pas trouvé cela drôle du tout. Je me suis excusé en expliquant que j'essayais de me moquer de Sasha. J'ai vu une lueur d'un sourire.

"David, s'il te plaît, emmène-moi au lit. J'en ai marre d'être son esclave sexuelle. Je veux retrouver ma propre vie. Vous ne voyez pas ça ? Dit-elle avec les larmes aux yeux à nouveau.

"Je suis désolé. C'était cruel et sans penser à moi. Je me suis excusé. Sur ce, je la soulevai de ses pieds et la portai dans le couloir jusqu'à la chambre. Je l'ai doucement allongée sur mon lit.

J'ai enlevé mes chaussures et j'ai grimpé sur le lit avec elle. Elle est juste allongée là, manifestement nerveuse.

"Tu veux faire ça ou pas. Vous semblez nerveux. Êtes-vous ok?" ai-je demandé en m'inquiétant.

« Ouais, je vais bien. Je dois juste sortir Jill et toi de ma tête. Elle répondit.

"OK ça y est. Qu'est-ce qui t'arrive ? Jill n'est qu'un chauffeur. Elle est peut-être la préférée de Sasha, mais tu m'as dit qu'elle t'aidait quand tu avais besoin d'aide médicale et que tu vivais avec elle pendant quelques mois… alors, je suppose que je ne comprends pas. Il manque quelque chose à cette histoire. dis-je un peu agacé.

Les yeux de Tina brillaient à nouveau : « David, s'il te plaît, ne sois pas en colère contre moi. Tu as raison, il y a un morceau que j'ai omis. Vous voyez Jill, le chauffeur, n'est-ce pas ? Eh bien, elle était moi avant que je travaille là-bas. ELLE était l'assistante de Sasha. Lorsque Sasha m'a fait signer ce contrat, elle a rétrogradé Jill au poste de chauffeur et a réduit son salaire de 75 %. Donc, maintenant, Jill travaille dix fois plus dur juste pour gagner l'argent qu'elle gagnait avant mon arrivée. Elle me reproche tout ce qui va mal dans sa vie. Elle vous dira que je ne suis pas digne de confiance. Qu'elle m'a aidé, et que j'ai volé son travail. Elle me déteste."

"Ce n'est pas vrai. Pas vrai du tout. Jill n'a pas tardé à souligner que vous et moi sommes sur le radar de tout le monde dans la salle téléphonique. Ils savent tous, ou pensent savoir, à propos de vous et moi. Jill m'a donné de bons conseils pour que nous gardions nos sentiments personnels HORS du bureau. Elle n'a dit que des choses gentilles sur toi. Pas une seule fois, elle n'a même fait une remarque désobligeante à votre sujet. Elle t'aime bien, je le vois. Je pense qu'avec toutes les conneries de Sasha, elle pousse un soupir de soulagement en sachant que ce n'est pas elle. Elle ne peut rien vous dire de tout cela par peur des commérages au bureau, comme le trouble jumeau. Tout cela a-t-il un sens ? » J'ai dit.

"Tu dis ça juste pour que je me sente mieux." fit remarquer Tina.

"Non, non, je ne le suis pas." J'ai répondu.

Sur ce, Tina sembla s'alléger. Je me suis penché et l'ai embrassée. Elle a commencé à enlever ses vêtements. J'ai juste souri et j'ai commencé à me déshabiller.

Quand nous étions tous les deux enfin nus, Tina s'est assise et a enroulé ses bras autour de moi en me chuchotant à l'oreille: "Baise-moi, doucement s'il te plaît."

N'ayant pas besoin qu'on me le dise deux fois, je mis mes bras autour d'elle et m'agenouillai entre ses jambes. Elle les ouvrit volontiers. Elle a tendu la main et a commencé à tirer sur ma bite flasque. Il n'a pas fallu que quelques coups pour que ma virilité pointe vers le plafond.

J'ai mis deux doigts dans la bouche de Tina en lui ordonnant de les mouiller. Quand j'ai pensé qu'ils étaient assez mouillés, je les ai déplacés de sa bouche à sa chatte. Je glissai doucement les deux doigts à l'intérieur d'elle. Pendant qu'ils étaient en elle, j'ai utilisé mon pouce pour frotter doucement son clitoris en petits cercles.

J'ai utilisé mon autre main pour doigter son bouton de rose dans l'anus. Le caressant doucement, mais sans essayer d'entrer.

Tina a commencé à gémir. Sa respiration devint superficielle et saccadée. Je sentis sa chatte humide et dévergondée se serrer autour de mes doigts. Soudain, ma main et mes doigts étaient trempés de sperme de femme.

Je pouvais voir le vernis commencer dans ses yeux.

J'ai retiré mes deux doigts et les ai remplacés par ma bite dure comme le roc. J'ai doucement enfoncé juste la tête. Lentement, très lentement, j'ai poussé un peu plus.

Une autre vague d'orgasme déferla sur son corps.

Je saisis ses deux hanches et glissai doucement ma virilité jusqu'en elle. Lorsque nos bassins se rencontrèrent, elle explosa dans un jaillissement d'humidité. J'ai lentement commencé à entrer et sortir avec ma bite. J'ai accéléré mon rythme, mais en étant toujours très doux avec elle.

Sa respiration devint encore plus superficielle. Je la vis fléchir ses mains presque comme si elles s'étaient endormies, mais je savais mieux alors que vague après vague roulait à travers son corps.

"David, je jouis si fort" dit-elle à peine dans un murmure. Elle n'était clairement pas capable de communiquer correctement. J'ai vu ses beaux yeux rouler littéralement à l'arrière de sa tête alors que je continuais à la baiser doucement.

Puis c'est arrivé. « DAVID, DAVID, OH MON GAWD, OH MON… MON …… JE SUIS CUMMMMMMMMMMMMMING. DAVID, JE SUIS À VOUS. FAITES AVEC MOI CE QUE VOUS VOULEZ …… OH GAWD, GAWD, GAWD ……. Tina s'exclama à tue-tête.

Pourtant, j'ai continué mon mouvement rythmique d'entrée et de sortie avec ma bite. Je sentis ses jambes faibles s'enrouler autour de mes hanches et ses pieds s'emboîter sur mes fesses.

Alors que je regardais cette beauté ébène sous moi, j'ai commencé à laisser mon esprit vagabonder sur la cruauté de Sasha et sur ce qui pouvait être fait à ce sujet.

"David, où es-tu ?" demanda Tina.

"Oh, désolé, j'appréciais juste le sentiment de nous." Mentir complètement entre mes dents, mais ne voulant pas blesser ses sentiments plus que je ne l'ai déjà fait.

"Viens ici et embrasse-moi, s'il te plaît."

Je me penchai vers elle et posai doucement mes lèvres sur les siennes. Doucement, j'écartai mes lèvres seulement pour sentir ses lèvres s'écarter également et nos langues s'entremêler et faire la danse de l'amour.

Pendant que nos bouches étaient verrouillées ensemble, j'ai continué mon doux mouvement d'entrée et de sortie.

Je pouvais sentir son corps continuellement tendu, trembler et se cambrer alors que vague après vague après vague se convulsait sur elle.

Tina rompit le baiser. "David, personne n'a jamais été aussi gentil et tendre avec moi. Tu es un amant si patient et merveilleux. Ta gentillesse me fait me sentir si….si…. sexy. Vous m'avez fait ressentir un tout autre ensemble d'émotions que je croyais mortes depuis longtemps. David, je sais que je craque pour toi. Tomber DUR. J'espère que dire cela ne vous effrayera pas.

"Non, ça ne me fait pas peur." dis-je juste en regardant dans ses yeux sincères.

J'ai continué mon putain de va-et-vient. J'enfonçais ma virilité en elle aussi profondément que je le pouvais, passant son col à chaque poussée en elle.

J'ai senti sa délicieuse chatte humide commencer à se resserrer autour de ma bite. J'ai accéléré le rythme, de plus en plus vite j'allais. Sa tête se tordait maintenant d'avant en arrière. Elle était à bout de souffle.

"OH MON DIEU……. OH OH OH"

Puis elle est devenue totalement molle. Sa respiration s'est arrêtée. Ses yeux étaient fermés. J'ai crié son nom à plusieurs reprises, mais rien ne s'est passé. Finalement, j'ai dû la gifler pour la réveiller.

"Smack" était le son que ma paume faisait en frappant sa joue.

Tina prit une énorme bouffée d'air. Elle avait l'air stupéfaite presque comme si elle ne savait pas où elle se trouvait.

« Tina, Tina, tu vas bien ? Êtes-vous ok?" dis-je inquiet.

"Ouais pourquoi?" Elle répondit.

"Euh, parce que tu t'es encore évanoui au milieu." dis-je doucement.

"Est-ce que vous plaisantez? S'il vous plaît, dites-moi que vous plaisantez. dit Tina avec un peu d'appréhension.

Je n'ai même pas répondu. En me regardant dans les yeux, elle a su. Elle savait qu'elle avait été une fois de plus "baisée inconsciente". J'ai recommencé le mouvement d'entrée et de sortie. Sa chatte était encore très humide. Je pouvais sentir son cul alors que mes couilles frappaient ses fesses.

Après quelques coups de plus, j'ai commencé à être un peu plus dur avec ma baise. Toujours douce, comme elle le demandait, mais avec un peu plus de force. Dedans et dehors, dedans et dehors, plus profondément et plus fort qu'avant. Son col de l'utérus frappait ma tête de bite. C'était si agréable, pas comme le martèlement dur que Sasha semblait toujours vouloir.

J'ai remarqué que le soleil s'était levé alors qu'il jetait un coup d'œil à travers mes rideaux. Cela m'a fait jeter un coup d'œil à mon réveil. "8h32". Que diable? Nous partons depuis plus de 3 heures ?

Juste à ce moment-là, mes couilles ont ressenti cette secousse. Enfin, je passais le point de non-retour. Je pouvais sentir le sperme monter dans mes couilles, remonter le long de la tige de ma bite. J'ai plongé aussi fort et aussi profondément que possible dans Tina. Elle savait ce qui allait se passer. Elle ronronnait dans mon oreille. « Jouis en moi mon amant.

Avec cette simple déclaration, je suis venu aussi fort que possible. J'ai tiré 10 cordes ou plus de ma graine d'homme profondément en elle. Mes propres yeux roulèrent à l'arrière de ma tête. Mon corps s'est tout tendu. À la fin, la chatte de Tina a continué à traire ma bite pour chaque goutte de sperme.

Il m'a fallu toute mon énergie pour m'empêcher de m'effondrer sur elle. J'ai doucement retiré ma bite dégonflée d'elle et j'ai roulé sur le côté à côté d'elle.

CHAPITRE 5

Nous avons fait l'amour de toutes les manières possibles. Tina au top. Position du missionaire. Levrette. Je l'ai fait sous la douche. Je l'ai fait sur mon canapé. Je l'ai fait penchée sur le comptoir de la cuisine et je l'ai penchée sur la table de la cuisine. On a baisé sur le tapis du salon.

Elle s'est accroupie sur mon visage et est venue plusieurs fois pendant que je mangeais sa chatte savoureuse. Nous 69'd. J'ai eu une pipe droite avec elle à genoux devant moi. Heck, une nuit, elle m'a même soufflé sur la terrasse sous le couvert de l'obscurité.

Le mercredi soir arriva beaucoup trop vite. Alors que nous mangions un repas léger, assis nus dans ma cuisine, nous ne disions pas un mot. Nous savions tous les deux que la passion était là, mais nous devions maintenant ranger tout cela car demain nous retournions au travail.

Après avoir fini de manger, j'ai nettoyé la vaisselle et la cuisine. J'ai proposé que nous prenions une longue douche chaude ensemble avant de la ramener à la maison.

Il y avait une tristesse à la fin de nos jours de repos. J'ai marché avec elle, tenant sa main dans la mienne, jusqu'à la douche. J'ai ouvert l'eau. Alors que je me retournais pour lui demander d'entrer, je fus repoussé contre l'enceinte vitrée par Tina. Elle attrapa mon visage entre ses mains délicates et m'embrassa plus fort que jamais. Ce n'était pas le doux baiser de la passion. C'était un baiser de pur désir animal.

Elle a relâché un côté de mon visage pour attraper ma bite semi-dressée en tirant dessus, ce qui l'a fait durcir assez rapidement. Elle leva la jambe et posa le pied sur la vanité. J'ai tenu ma bite et je suis entré en elle, plaçant ma bite à son entrée. J'ai poussé aussi fort que j'ai pu. J'enfouis toute ma longueur en elle. Je me suis penché et j'ai embrassé son cou. J'ai caressé ses petits seins coquins. Pendant tout ce temps, je n'arrêtais pas de la baiser. Elle laissa échapper un gémissement bruyant et essoufflé.

J'ai continué à la baiser, de plus en plus vite. On a continué comme ça pendant un moment. Elle est venue plusieurs fois éclabousser ma bite avec son jus d'amour.

Je savais que j'étais proche. J'ai joui tellement de fois au cours des deux derniers jours que je n'étais pas sûr qu'il me restait beaucoup de sperme. J'ai senti mes couilles se resserrer et j'ai pulvérisé ce que j'avais aussi profondément à l'intérieur de Tina que possible. Elle est venue fort aussi.

Alors que notre respiration revenait à la normale, nous entrâmes ensemble dans la douche. Je l'ai lavée, elle m'a lavé. Nous avons fait l'amour sous la douche une fois de plus. L'eau devenait froide, ce qui nous a fait signe de sortir et de nous sécher.

Nous étions déçus que notre temps ensemble soit terminé, pour le moment. Nous nous sommes habillés en silence. J'ai sorti le costume du lendemain en m'assurant qu'il était propre et repassé. Tina a choisi une jolie chemise et une cravate dans mon placard. Je les ai tous assemblés et accrochés au grand crochet au dos de la porte de ma chambre.

J'enfilai un jean et une chemise de golf avec un petit alligator dessus. J'ai lacé mes baskets et aidé Tina à remettre ses affaires dans son sac de voyage.

Nous nous sommes embrassés une dernière fois. J'ai ramassé mes clés, mon portefeuille et son sac de voyage pour me diriger vers la voiture.

Nous sommes entrés et nous nous sommes dirigés vers sa maison. Quand nous sommes arrivés à l'adresse, j'ai vu la voiture de Sasha, mais je n'ai rien dit. Cependant, dans ma tête, vit-elle avec Sasha ? Si tel est le cas, Sasha va beaucoup trop loin.

Je l'ai embrassée aussi passionnément que possible sachant que Sasha regardait probablement.

Je suis sorti de la voiture, j'ai couru jusqu'au côté de la voiture de Tina, j'ai ouvert la portière et j'ai attrapé son sac de voyage. Elle m'a arrêté, prenant le sac de nuit de mes mains. Elle a regardé le sol et a admis timidement qu'elle devait vivre avec Sasha. Elle m'a demandé de remonter dans ma voiture et de partir, sinon cela lui créerait beaucoup de punition.

Mon cœur se serra. Je ne savais pas quoi faire. J'ai obéi. Je l'ai embrassée et je suis remonté dans ma voiture, voyant une seule larme rouler sur sa joue. J'ai démarré la voiture mais je ne l'ai pas mise en marche avant de voir qu'elle était à l'intérieur de la maison.

Je suis retourné à mon appartement. Je ne pouvais penser à rien d'autre qu'à Tina et à l'horreur de devoir vivre avec Sasha. Quand je suis arrivé à mon appartement, je me suis assis dans ma voiture.

J'ai continué à débattre pour retourner chez Sasha et demander à Tina. Pourtant, aussi bravade que cela puisse paraître, je savais que cela ne ferait aucun bien à Tina, seul le mal lui arriverait. J'éteins ma voiture et me dirigeai vers mon appartement pour une longue nuit agitée.

CHAPITRE 6

Vers 8 heures du matin, j'ai ouvert les yeux. Je n'ai vraiment pas très bien dormi en pensant à Tina. Notre "combat", le fait qu'elle "possède" Sasha et ses problèmes avec Jill. La plupart de la nuit, j'ai regardé l'horloge. 23h, 00h03, 1h06, 1h59, 2h44, et ainsi de suite jusqu'à ce que je m'évanouisse vers 6h du matin. Je n'ai vraiment trouvé aucune solution. Je me sentais épuisé, mais les jeudis sont censés être plus occupés.

Il m'est apparu que je n'étais pas sûr de l'heure prévue de mon quart de travail. J'ai décidé d'appeler le bureau.

« Heureux, Happee Limo Company. C'est Paula qui parle. Est-ce pour le ramassage ou la livraison ? »

"Bonjour Paula ! C'est David, le nouveau. Avant de partir lundi soir, je n'ai pas vérifié l'horaire pour savoir à quelle heure je devais arriver aujourd'hui. Voulez-vous vérifier pour moi, s'il vous plaît ? » J'ai répondu.

« Attendez juste une seconde pendant que je vérifie le programme…. Euh, il est dit que vous êtes programmé à 19 heures et que vous devez à nouveau rouler avec Jill. Paula me l'a dit.

"Merveilleux, s'il vous plaît faites savoir à Sasha que je serai à l'heure pour mon quart de travail. Merci Paula.” Je me suis dit que je pouvais m'installer pour ce soir et retourner au lit pendant quelques heures et, espérons-le, dormir un peu.

J'ai revérifié le costume que j'avais accroché au gros crochet à l'arrière de la porte de ma chambre. Rien ne manque. J'ai regardé mes chaussures et ma ceinture, elles vont très bien. J'ai fermé les rideaux occultants de ma chambre, mis mon réveil à 16h45 et je suis retourné me coucher.

J'étais tellement fatigué que je me suis endormi profondément en quelques minutes. Je me suis réveillé exactement une minute avant que l'alarme ne se déclenche. J'ai roulé des yeux, j'ai éteint l'alarme et je me suis assise dans mon lit. Enfin, j'ai pu dormir un peu. Je me sentais beaucoup mieux.

J'ai décidé que je devais mettre au moins la moitié de l'argent de M. Jaxson dans le coffre-fort.

"Pas besoin de transporter autant d'argent au volant." Je me suis dit

J'ai ouvert le coffre-fort et j'ai réfléchi à la quantité que je devais emporter. 200 $ + la monnaie du restaurant et mettre les 1 600 $ restants dans le coffre-fort. Cela devrait être plus que suffisant, me dis-je. J'ai également jeté un coup d'œil au calendrier, notant que ce lundi prochain sera mon premier chèque de paie. Dieu merci, je me suis inscrit au dépôt direct. Pas besoin d'aller au bureau sauf si prévu.

J'ai décidé que je mangerais sur la route en allant au travail. Je me suis préparé pour le travail, en m'assurant de me masturber avant de finir ma douche.

J'ai mis mon costume mais j'ai laissé le manteau sur le cintre, pour qu'il reste en état pressé.

J'ai attrapé mes clés, mon portefeuille et mon téléphone portable. Je suis parti au travail à 17h45, en espérant que je manquerais une partie du trafic «rentrer à la maison».

On my way to the office, I went through the drive thru at some local Greek restaurant ordering a Greek salad and a Gyro. I ate the Gyro in the car and left the salad in the bag for later.

I arrived at the office an hour before my shift. After putting on my suit coat, I checked the mirror making sure I looked ok. I grabbed the salad bag and headed inside.

I got off the elevator, took a deep breath and headed inside the office. Tina was the first to see me. She came over and gave me a ‘friendly’ hug. Nothing like the hugs I got from her before. I thought to myself “is she playing low-key like Jill suggested OR did something happen with Sasha after I left her?”

As she walked me to Sasha’s office, Tina reminded me that I was again riding with Jill, but tonight we will have a full-sized limo. I smiled and shrugged my shoulders noting that I had nothing to do with the car assignments.

Without knocking, Tina entered Sasha’s office and I followed behind her.

“Mr. David, on time. Nice to see that. Please sit down on one of the couches so we can discuss.” Sasha said in her eastern European accent.

I walked over to one of the couches and waited for her to join me.

“Mr. David, did we not speak about dating?” Sasha inquired.

“We did” I replied.

“Then whom authorized you to date My Tina?” She asked with a tone to her voice.

“No one did. However, you were clear that there is no restriction on sex. You ‘frown’ on dating but you even said yourself that you can’t stop it. I believe your words were something to the effect of dating only causes hard feelings.” I retorted.

I continued on saying, “Tina and I didn’t date. We had two glorious days of unbridled sex. Tina loved it. Je l'ai aimé. We had a spectacular time.”

Sasha interjected, “My Tina says you went out to dinner. That sounds like a date to me.”

I rolled my eyes and laughed at her saying, “Well, you’re partially correct. We did stop for breakfast at IHOP before getting to my place. Hell, it was 2 in the morning and I was hungry. So, yes, we did eat but no, it was NOT a date.”

Sasha sat pensive before saying, “Ok, Mr. David. Please be careful as I’m watching you now.”

“Oh, like you weren’t already doing that.” I said dripping with sarcasm.

“You may go now. I’m sure Jill is waiting for you.” Was all that Sasha replied.

I got up from the couch, gave Tina a kiss (making sure that Sasha saw that) before heading out the castle doors.

Jill was heading towards Sasha’s office looking for me. I met her in the phone room and asked if we were ready to go. She said we were so, off we went to the 12th floor to get the limo for the night.

We walked in silence towards the limo. However, in the elevator I remembered I left my back pack in my car trunk. I poked a different button to get off at the floor to get my back pack from the car.

After getting the back pack, I headed up to the 12th floor and met Jill in the dark blue limo. She popped the trunk, I put in my back pack and joined her in the front.

She put the earpiece in and logged in with the dispatcher.

“We have a fairly full pick up list tonight. Our first pick up is at the airport, private jet area. We’re picking up some British rock n roll guy and taking him to the McCall. You’ll get to see Donna again. I’m sure she’ll be happy to see you.” Jill said with a smirk.

“Well, lets go pick up this rocker then.” J'ai répondu.

“He’s a client and I already know what special request he’ll have for me.” Jill said with a touch of disgust in her voice.

“Let me get the wording right. A ‘customer’ is just regular people. Whereas, a ‘client’ is someone who pays for extra services. Clients get priority treatment over customers. Am I getting the hang of this?” I asked rhetorically.

“Perfect. You’re catching on quickly.” Said Jill.

Jill continued, “So how was your two day ‘date’ with Tina?”

“Why does everyone think it was a date? It was just two spectacular days of unabashed sex.” I said, defending my position.

We arrived at the private jet side of the airport. The rock n roll guy’s plane was just finding a parking spot among other top end jets.

While we waited for his plane to park, Jill taught me about the 4 security cameras in the back of the car and how to watch what is going on in the back on the flip down screen.

When the plane came to a resting place, Jill jumped out and met the entertainer at the foot of the plane steps. I recognized him. He was quite aggressive with Jill. He grabbed her forcefully, kissing her on the lips and grabbing her ass simultaneously.

Jill, just let it happen without any resistance.

I got out of the limo and headed over to the plane to pick up his luggage and put it in the trunk.

“Blimey, who the hell are you bloke?” he said to me.

“Hello sir, I’m David. I’m new here and Jill is my trainer. Is there anything I can get you before we head to your hotel, the McCall?” I said as respectfully as possible.

“Bloke, you can stop and pick me up a couple of fags.”

“Pardon? You want what?” I replied as I had no idea what he was asking for. Did he mean a gay boy?

Jill piped up chuckling, “David, he means smokes, cigarettes. That’s what they call them in Great Brittan.”

“Oh, I apologize sir.”

“David, is it? Can you drive so Jill can sit in back with me and we can catch up.” Mr. rock n roll said.

“Um, sir that is up to my trainer. If she says its ok, then yes. But I may have not had enough training for her to turn the driving duties over to me.” I replied trying to give Jill a way out of whatever extra service she may have to perform.

“David, I think it will be ok since we are just going to the McCall. Just remember what I taught you before.” Jill said with a nervous tone.

Well, then, I’ll wait at the limo until your ready to head over to your hotel.

“Hey Chap, I’m ready now.”

I opened the limo door for Jill and him to climb inside the back. I went around to the driver’s seat. Immediately, he rolled up the private blackout windows. I turned on the security cameras. I flipped down the screen. When it came into focus, I saw that he had his pants already down to his ankles with Jill sucking his nearly erect very short cock. She was using only two fingers to hold it steady while she was trying to suck it.

I thought to myself, “Figures”.

I put the car in drive and headed towards the McCall. I remember that we had to stop for “a couple of fags” for the ‘artiste’. I switched on the intercom and used the interior phone and aske him what brand of smokes he wanted.

“At least two packs of Dunhill”

“Thank you, sir. When I pull the car over, I’ll jump out and get the smokes, so you and Jill can catch up. Then I’ll get you to the McCall. Is that acceptable?” still trying to be in a submissive and respective role.

“That’s fantastic.” He replied not knowing that I could see him and Jill.

Jill had moved from giving him a blowjob from his side to kneeling between his legs. I wondered what he tipped Jill for this extra?

CHAPTER 7

I pulled the limo at the smoke shop two blocks from the McCall. I left the car running and got out to get the smokes. I inquired with the old crusty guy behind the counter how much Dunhill brand smokes cost.

“Ten bucks a box. You can get a carton for $95.” He said with a very raspy voice and a lit cigarette hanging out of his mouth.

“Ok, a carton then.” I said handing him one of the $100 bills I had with me.

I went back to the car, knocked on the door glass. The window opened just enough for the carton of smokes to be passed inside. Little did he know that I could hear Jill slurping and him moaning.

The window rolled back up and I got back in the driver’s seat and headed off to the McCall.

When we arrived, I didn’t see James, the valet boss at first but then he appeared.

I popped the trunk. I got out and waited by the back door until I heard a knocking on the window that it was ok to open the door.

Mr. Rock n Roll got out first. Jill followed him out of the limo. He leaned in and kissed her.

“Hey Bloke, how much do I owe you for Dunhill’s?” Il a demandé.

“$250”

“Why so cheap. When Jill gets them for me, they are $400.” He questioned.

“It was their last carton and I asked for two cartons and he lowered the price since he couldn’t sell me the two that I asked.” Once again lying through my teeth.

He took out three $100 bills and handed them over to me and squeezed Jill’s ass before heading inside the hotel.

Jill said she needed to see James and that I should go inside and see Donna.

I went inside and waited patiently as Donna was finishing with some other customers. She smiled when she saw me. I smiled back.

I looked through the automatic doors to see a valet get in the limo and pull it out of the portiere. I also saw Jill going around the corner with James.

I felt a pair of hands covering my eyes. “Guess who”

“Um, would it be the beautiful Donna?” I said jokingly.

“Why YES!” she said standing on her tip toes to kiss me.

“Can you take a small break?” J'ai demandé.

“Sure. Since you brought our last VIP we will only have regular customers the rest of the night. How long of a break do you need me to take?” she asked.

“Maybe 15-20 minutes. Jill and I have another client to pick up from the airport in about an hour.” I told her.

“Sure, come with me.” She said, taking my hand.

We went through an office to another office that had a door and window blinds.

When we got inside, she spun around and tried to kiss me. I leaned down and gave her a deep kiss.

I whispered in her ear, “Do you want to be fucked or have me eat you?”

“Well, I haven’t had oral in quite a while, but I’ve been working for a while, so I may not be too fresh down there.” She said hesitantly.

“Then oral sex it is” I said with a big grin on my face.

Her face just lit up with her smile. I sat her down in the office chair. I unbuttoned her pants and shimmied them down past her knees. I put my fingers inside her waistband and pulled her panties down also.

I dropped to my knees. I leaned into her wet womanhood. I took a deep inhale of her musky aroma.

“mmmm, smells delicious.” I said to her.

She parted her legs even wider for me.

I leaned even further forward and began my gentle assault on her wet and wanton pussy. I kissed around the outer lips. I licked her slit from top to bottom several times, hearing her moan. I used my tongue to flick across her clit. The first time I flicked it, she jumped. I slid first one, then two fingers inside of her. I gently thrust them in an out of her.

I heard her breathing begin to change. I thrust my tongue harder up and down her slit. I pulled my two fingers out and presented them to her to lick clean of her female cum juice. When they were sufficiently clean, I put them back into her adding an all important third finger. I kept pushing them in and out in a rhythm.

“Harder and faster” she requested.

Gladly I complied. I began pushing all three fingers into her as deep as I could get them. I removed my other hand off her clit and replaced it with my mouth. This made her really moan and move her hips into my face.

Faster and faster, harder and harder I thrust my fingers into her. I had my mouth sucking and nibbling hard on her nubby flower.

“Oh gawd, OH GAWD, I’M CUMMING. OH SHIT, I’M CUMMING. THIS FEELS SO FUCKING GOOD.”

I kept licking and sucking. I changed tactics. I began licking her clit, hard. All the while, sucking her love juice and swallowing it as fast as I could. My tongue was like a small dart on her clit. I felt the big orgasm beginning deep in her.

I looked in her eyes and saw them completely glazed over. With my two fingers going in an out of her at a rapid pace, I stopped. I replaced my fingers with my thumb and put one of my very wet fingers in her anal rosebud. This pushed her over the edge and she loudly said, “OH MY GAWD, FUCK, FUCK, FUCK, I’M CUMMING. GAWD, I’M CUMMING.”

Just then, there was a knock on the office door. I froze. I’m not sure Donna even heard the knock.

“Donna, David, its me, Jill. Let me in.”

I got up and unlocked the door.

“Holy crap Donna. You are so loud. I guess he’s a keeper then?” Jill said sarcastically.

“Oh yeah. I’ve been waiting for a GOOD male driver not the couple of pinky dicks you currently employ.

As the ladies were talking, I got up and wiped my face off with a paper towel. I pulled another couple off the roll and offered them to Donna. She used them to wipe the cum off her pussy. She stood up and wiped the soaked office chair seat.

I was still on my knees, when she pulled my head to hers where our lips met again. This time, she moaned into my mouth. She broke the kiss and whispered, “Next time I owe you.”

“That sounds nice, but I’m not done with you yet. Oh, I am for tonight, but not the next time we meet.” I said with a big smile on my face.

Donna fixed her clothes. Jill looked her over and they both inspected me before we left the office. Before we reached the front desk, Donna stopped and got back on her tip toes to kiss me and thank me.

Jill just stood there with a stupid smile on her face. As we got to the front doors, there waited the limo.

We both got in, Jill in the driver’s seat and me in the passenger side.

We checked in with dispatch and were told that two of our pickups were not going to make it due to severe weather. So, dispatch gave us an hour and a half to go have dinner.

I asked Jill to pick where we go for our 90 minutes. She said that she was truly hungry and wanted food, not just protein.

I smiled and told her to go where ever her little heart desires. She took us to Chili’s.

While we ate, I asked about her and Tina.

There was a pregnant pause again. “Oh” was all Jill said.

“Well then, tell me what happened?” I requested.

“It’s a long story.” Elle répondit.

“Here’s what she believes, that it was your doing the reason she even got to work here. You recommended her to Sasha. Here’s where the train leaves the tracks. Once Sasha had her sign a contract with the company, Sasha demoted you taking away most of your pay. You’ve had to do things so much harder just to get back to where you were being paid before the demotion.” I explained.

CHAPTER 8

“Well, that’s mostly true, but you’re leaving out a part.” Dit-elle

“Then tell me. Make me understand”

“When I got demoted and Tina took over my job. She knew that I was being demoted and yet she did nothing. Here, I helped her, and she stiffed me.” Jill said with a bit of anger in her voice.

“Wow, you both are angry with each other for the entirely wrong reasons. She blames you for not helping her when that big fat Italian guy raped her ass, leaving her bleeding. And you did nothing to help her except stand there and watch. Meanwhile, you’re angry at her for knowing that you were getting demoted and losing almost all your pay and she did nothing to help you. Am I right?” J'ai demandé.

“I guess.” Jill said in a submissive tone.

“You both are mad at the wrong person. It’s SASHA you should be mad at, not each other. Sasha sent the big Italian guy in to rape Tina and leave her bleeding and I’m just guessing you were not allowed to even move, or you would get the same treatment. Am I right?” J'ai demandé.

“Yes, how did you know?” Jill replied.

“Funny, that is exactly the position that Tina was put in when you got demoted and lost your pay. She was not allowed to interfere in any way or she would be hurt.” I added.

Jill sat there with a long pause thinking about what I had just said.

“David, I think you are absolutely correct. We are mad at the wrong person. You are a genius.” Jill exclaimed.

“What would you like for a reward?” Jill offered.

“Hold on, I’ll tell you in a moment.” I answered with Jill looking completely puzzled at me.

I dialed my cell phone. “Hey Hun, I have someone that you need to talk to. I’m going to hand the phone over.” I said into my phone.

I handed the phone to Jill. She looked at the caller ID, smiled at me and began talking to Tina.

“Hey there. Do you know that David is a wonderful person?” She started.

“He told me about how you were unable to do anything to help me when you found out that Sasha was demoting me an taking my pay away. Is that right?” Jill asked.

“Tina, I’m sorry about not helping you when you were getting raped by the fat Italian guy who left you bleeding. But, Sasha told me that if I even moved a muscle that I would get twice what you were getting. So, I had to just sit there and watch not being able to help. I’m so, so sorry.” Jill said with tears forming in her eyes.

‘Uh, uh, yes he is. I’ll give him a hug for you. He’s got a hug coming from me. He says that we should be mad at Sasha, not at each other. Do you agree?” Jill said into the phone.

I raised my wrist and tapped on it as if I had a watch on and we were out of time.

“Hun, I need to go. I’m so, so sorry. Maybe we both owe David our best.” Jill said, winking at me.

“Good bye dear.” And she hung up the phone.

I put money out to pay for our meal. The waitress came by and picked it up saying she would be right back with our change.

While she was gone with our money, Jill got up and came over to me and gave me a long deep passionate kiss. She whispered in my ear, “Darling, Tina and I will rock your world our next days off.”

I just smiled from ear to ear. I was proud of myself being able to put out this firestorm between Jill and Tina.

The waitress returned with my change. I handed her a $20 for a tip and we got up and left.

CHAPTER 9

We got back in the limo. Jill checked us back in. Next, we were to pick up a state Senator and his trophy wife. Jill explained that usually she gets to satisfy them both but with me the time will be cut in half with us each getting about $5000 for a tip. When she’s by herself the tip is usually about $7500 but with both of us they’ll pay 5K each.

We drove quickly to the airport private jet area again. We pulled up to a Learjet. It was all white with no markings on it except the ID numbers.

I asked Jill what ‘special services’ the couple would need.

“Well, that depends on their ‘mood’. The wife, Darleen, likes big cocks. She has me use a 12” thick black dildo on her until she cums. She has never cum more than once, at least not with me. The Senator, he’s an odd bird. He likes a straight blowjob but only if I put something in his ass. The he really loves to watch his wife take it with the dildo. Once they are finished, there is no kissing. They fix their clothes and just leave, no goodbyes. We are basically “the help” and provide them with an extra service.” Jill explained.

“Um, ok. But how do you know that we will each get $5K? J'ai demandé.

“He’s told me many times that if I were to bring a second then we would each get the same amount.” She answered.

“Jill, that could mean we would each get $3500 not 5 grand.” I argued back.

“David, you got to trust me on this one. I know how to get the money out of him.”

“Well, you ARE my trainer. So, I leave everything in your capable hands.” I said in a flirtatious voice.

As we pulled up to the plane, we both got out of the limo and approached the stairs to the jet.

The Senator appeared first, followed by his wife.

Jill introduced me to the Senator, “Senator, this is David. He’s here to assist with your need’s tonight. Darleen, this is David. He will personally attend to your need’s tonight. He is my personal choice to cater to whatever you need him to do for you.”

I picked up their luggage and put it in the trunk.

Jill quietly chatted with the couple as they stood by the back door to get in the client area of the limo. I stood quietly next to the passenger door not sure what to do.

Jill leaned in and gave the Senator a peck on the cheek and another one on his wife’s cheek. She then signaled to me to get in the car.

She drove us to a parking garage that she usually used to take care of the couple since it was only three or four blocks away from their hotel “The Jonathan”.

“Ok, here’s the game plan. I will take care of the Senator and you will take care of his wife, Darleen. She likes it hard in the pussy and she’s ok with you cumming inside of her as she had her ‘factory’ removed years back. However, you can not finish before I finish with the Senator. He really wants to see someone fuck his wife. We will get in on the driver’s side of the back. We won’t get naked, but you will pull your pants down to your ankles for Darleen to have full access if she chooses to do anything other than fuck. DO NOT KISS HER, that only pisses off the Senator. If she kisses you keep it a friendly kiss, nothing passionate. If we do this right, they will pay us $15K together meaning $7500 each!” Jill instructed.

“Does he last a long time? I need to plan how fast or slow I need to go with Darleen if he takes a long time.” J'ai dit.

“No, he’s a quickie. I think he is more voyeur than participant.” Elle répondit.

“Let’s go then.”

We got out of the limo and went to the back door of the limo. Jill got in first then me. The Senator already had his dick out and was stroking it. Darleen was massaging herself through her black panties with her skirt hiked up to her waist.

Jill immediately began sucking on the Senator. She licked the head of his old cock. She licked up and down the regular sized shaft. She played with his balls, gently touching him. Finally, she engulfed his whole cock into her mouth. You could hear the slurping sounds as she worked on his manhood. Her head began to bob up and down on his penis. She pulled all the way out only leaving the head inside of her wet mouth. She used her index finger to gently scrape with her fingernail up the shaft to her lips. She reached into his pants and plunged a couple of fingers up his rectum. That simple action made him cum. As his breathing slowed down, she pulled her hand out of his pants, removed her mouth from his cock, and used a tissue to wipe her mouth and spit his cum into the tissue.

He put his now flaccid cock back into his trousers and zipped up. Jill joined him on the seat readying herself to watch me take care of Darleen.

I reached over and began to remove her panties, but she stopped me.

“Just push them to the side. I don’t want to have to take off my shoes.” Darleen expressed.

I shrugged and told her that I would do whatever she requested. I unzipped my pants and shoved them down past my knees. I also slid my boxers down. I had to pull on my cock a couple of times to make sure that I was hard enough for her.

I grasped the base of my cock with one hand and pulled her panties to the side with the other. On my knees in front of her, I rubbed my now hard cock up and down her slit. I heard her moan. I kept rubbing it and spanked her clit with the bulbous head. She flinched. I pushed the head of my cock into her waiting hole. She gasped. I pushed it all the way in feeling her deep wide pussy. She was not tight at all. She was as loose as an old pair of sneakers even though she was this hot looking trophy wife. I began the in and out motion hard. I slammed my cock into her making my balls hit her ass. She was very wet. I kept up the pounding going harder and harder into her wanton pussy.

“That’s it baby, take it all. My gawd, you look so good with that hard cock pounding your sweet pussy.” The Senator said.

“Harder, harder please. Fuck me, Fuck me hard!” Darleen demanded.

I changed tactics on her by putting her feet over my shoulders, which allowed me to penetrate her even further. I started pounding her with the same furiousness that I use on Sasha’s pussy. I pounded harder and harder.

“C’mon David, fuck her. Fuck her like she wants you to.” Jill encouraged.

After several minutes, sweat was now forming on my forehead and my neck was all sweaty.

Then it happened……Darleen yelled at the top of her lungs, “Fuck me…. OH GAWD, I’M…I’M…CUMMING…. I’M CUMMING…. FUCK, FUCK, FUCK!”

The Senator exhaled. He smiled and gave Jill a white envelope which she folded up and put in her pants back pocket.

Articles similaires

Circonstances variables

Avis de non-responsabilité : je ne possède aucun Pokémon, aucun personnage ni aucun Pokémon. Tu sais, juste pour me couvrir les fesses au cas où. Mieux vaut prévenir que guérir. Note(s) de l'auteur : Honnêtement, cette histoire a été partiellement inspirée d'une autre histoire d'AbsolxHuman que j'ai trouvée ici. Comme le dit le résumé, cette histoire contient de la bestialité, donc si vous n'êtes pas dans ça, il est probablement préférable que vous trouviez une autre série à poursuivre, car la majorité des rencontres sexuelles impliqueront Pokemon et le protagoniste, bien qu'il puisse y avoir un peu d'humains saupoudrés ici et là pour...

2.9K Des vues

Likes 0

Une longue nuit_(1)

Merde. Merde merde merde MERDE. Todd marmonna dans sa barbe alors qu'il luttait contre le sac poubelle rembourré à travers l'étroite ouverture de l'ascenseur. D'un coup de coude maladroit il frappa sur le bouton B et s'appuya contre le mur du fond, expirant tout doucement. Putain de journée poubelle. Dans les tubes nous allons, moi et le sac plein de refuser. Refuser. Je refuse! pensa-t-il, et il garda cette pensée avec amusement alors qu'il s'effondrait dans le gosier de son immeuble dans l'obscurité entrailles dessous. Il déplaça son poids sous son fardeau et essaya de respirer par sa bouche. Clunka clunka...

1.1K Des vues

Likes 0

L'hiver à Beech Mountain Chapitre 5

La journée a passé rapidement alors que je restais occupée à travailler sur trois autres invités. C'étaient des femmes plus âgées, qui avaient passé autant de temps sur leurs fesses que sur les skis. Elles étaient meurtries et endolories, alors j'ai fait de mon mieux pour les aider. Mes pierres chaudes m'ont soulagé et j'ai utilisé mon unité TENS pour engourdir temporairement quelques terminaisons nerveuses. Je suis parti à 16h et j'ai pris une douche, changé et me suis dirigé vers la place de Sandra. Dès que je suis entré, Donna m'a fait signe au bar à jus... J'ai vu sa...

1.1K Des vues

Likes 0

Vendredi_(1)

Le vendredi s'est déroulé et je ne savais pas comment j'allais m'y prendre. Avec chaque dossier sur mon bureau, je devais me demander si j'essayais de revoir Sara ou si cela en valait la peine et si je devais compenser la différence en essayant de passer par le bar de Lisa sur le chemin du retour. Poursuivre deux lapins signifiait que je perdrais les deux, pourchasser aucun des deux signifiait également perdre les deux, alors je devais penser à quelque chose. J'ai abandonné. Je suis rentré chez moi, seul, à l'heure. --- Sara s'est arrêtée dans un bar miteux non loin...

961 Des vues

Likes 0

Aiden 5

Amérique pour le week-end de 5 jours. Je regarde Aiden traverser notre chambre. Grace s'allonge sur le lit en regardant les Jeux Olympiques. David tripote sur son téléphone. Jett saute sur le lit. Colin est allongé à côté de Grace, bras autour d'elle. Mes yeux tombent sur Aiden qui me regarde. Je le fixe. Il brosse ses cheveux sur le côté et regarde de l'autre côté. Je suis assis avec les couvertures sur moi. Je tape sur mon ordinateur. Mes yeux jettent à nouveau un coup d'œil sur le côté. Cette fois, Aiden est allongé sur le sol et me montre...

1.1K Des vues

Likes 0

Enseignants : M. Johns_(1)

Enseignants : M. Johns Cela semble étrange en y repensant maintenant, mais je n'ai jamais été gêné par mon corps, je détestais juste le montrer. C'était plus prononcé à l'école quand j'évitais de prendre une douche après le cours de sport jusqu'à ce que tout le monde ait fini. Je me portais toujours volontaire pour ranger le matériel afin que les douches soient presque vides quand c'était mon tour. Ensuite, je me déshabillais rapidement pour me laver et avec ma serviette nouée autour de ma taille, je m'habillais, généralement encore trempée. Ce n'était pas parce que j'avais un mauvais corps. J'étais...

854 Des vues

Likes 0

Rencontres avec Tom - Aperçu et première rencontre

Mon voisin est un voyeur et il s'appelle Tom. Oui je sais très cliché mais il s'appelle vraiment Tom. Maintenant, j'ai été timide à propos de mon corps, il est tout en courbes et oui, je suis un peu en surpoids pour mon cadre de 5 pieds 6 pouces, mon cul est arrondi, mes seins sont très gros et mes cuisses sont plus grosses que je ne le voudrais. Cependant, c'est tout moi et c'est tout. La plupart des jours ensoleillés, j'aime me promener dans le jardin les seins nus (au moins) parfois complètement nue, en sentant les fleurs et en...

967 Des vues

Likes 0

Vrai cocu

J'ai toujours aimé regarder ma femme baiser d'autres hommes et femmes, ainsi que partager avec les autres. Parfois, nous prenons cela au point d'être un cocu vraiment humiliant. Ce n'est pas quelque chose que nous faisons tout le temps, mais cela peut être très amusant. C'est l'une de ces fois. Nous avions l'habitude d'aller chez l'amant de ma femme, John, un samedi sur deux. Ils passaient généralement les mercredis soirs ensemble, alors ils avaient souvent un plan pour le samedi où nous pourrions jouer tous les trois. Je n'ai jamais su ce que les deux pouvaient avoir en réserve - ils...

842 Des vues

Likes 0

Appelez-moi Joanna

Appelez-moi Joanna Tout s'est passé il y a si longtemps maintenant qu'il semble non seulement avoir été dans un endroit différent à un moment différent, mais si différent comme s'il n'avait presque jamais existé. Mais il l'a fait. Tout s'est passé dans le sud rural de l'Angleterre à cette époque merveilleuse après la fin de la guerre (pour nous, la guerre signifiait et signifie toujours la Seconde Guerre mondiale), dans la lueur dorée de l'empire, avant que des réalités désagréables ne s'immiscent et ne poussent le monde. nous avions connu dans une forme nouvelle et inconnue. Les révolutions des années soixante...

583 Des vues

Likes 0

Une vie pas si simple : partie 4_(1)

La cafétéria est morte, au sens figuré bien sûr, mais j'avais l'impression de regarder un tas de fantômes après ça. Partout où je regardais, je rencontrais des visages pâles et émerveillés que je faisais de mon mieux pour ignorer alors que je me faufilais dans la foule. En gardant la tête baissée, j'ai réussi à me libérer de la masse et à m'échapper de la cafétéria, m'appuyant contre le mur pour essayer de me ressaisir momentanément avant de me diriger vers ma classe. Quand j'étais à mi-chemin, j'ai entendu des pas précipités derrière moi. Je me suis retourné pour vérifier qui...

562 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.