De : Jeff bisexuel ? Règles pour commenter mes histoires !

1.3KReport
De : Jeff bisexuel ? Règles pour commenter mes histoires !

Jeff bisexuel… Règles pour commenter mes histoires !

À en juger par les dizaines de milliers de fois où toutes mes histoires ont été lues, la plupart d'entre vous les ont appréciées. Certains ne l'ont pas fait et c'est bien aussi, je n'essaie pas de plaire à tout le monde, ou vraiment à personne, j'écris ce qui me trotte dans la tête parfois.

Profitez-en, ne les profitez pas… entièrement à vous. Mais ne laissez PAS de commentaires merdiques sur quelqu'un que vous connaissez qui est mort du SIDA, s'il vous plaît, CE site n'est pas fait pour ça.

Tout le monde lit les histoires, les titres vous disent à peu près ce qu'est l'histoire, donc si vous cliquez dessus et que vous lisez ensuite le tout, hé, vous avez cliqué dessus ! Cela vous a suffisamment intéressé à partir du titre pour cliquer dessus, donc je repose un peu mon cas sur ce point.

Au lieu de déclamer de manière négative, si vous avez une meilleure idée d'une histoire (similaire ou compatible) digne que je l'écrive, faites-le moi savoir.
_____________________________________________________________________________________

En fait, j'aimerais entendre d'autres écrivains. Je suis un auteur publié, mais j'apprécie l'anonymat de XNXX où je peux écrire des histoires plus courtes, moins impliquées et plus malades et tordues que tout ce que j'écris pour un public connu.

Alors encore une fois, s'il vous plaît, ne laissez pas de commentaires négatifs, votez simplement négatif et continuez votre chemin. Une critique constructive (recherchez-la d'abord ou vous pourriez être désolé !) Est acceptable, mais votre opinion négative biaisée n'est PAS constructive, gardez cela à l'esprit !



Ceci n'est pas un forum, allez sur les forums pour fulminer. Tous les commentaires qui ne concernent pas directement l'histoire et que je juge insultants seront supprimés ou je désactiverai simplement les commentaires tous ensemble. J'avais espéré que ce serait la communauté "acceptante" qu'elle est censée être, avec toutes les autres histoires ici qui sont 100 fois pires / graphiques / malades que tout ce sur quoi j'écris (qui, d'ailleurs, sont toutes FICTION, indépendamment de les balises… donc si vous faites partie de ceux qui sont tous énervés (d'une manière négative et négative) et que vous voulez déclamer mes histoires, euh, je déteste faire éclater votre bulle de haine, mais vous ne pouvez pas détester ce qui ne l'est pas réel !!! Wow !! Comment est-ce pour un cliff hanger !!!

Jusqu'à la prochaine fois…

Jeff bisexuel.









Voici un échantillon de mon écriture "normale", mais vous voulez catégoriser CELA ! Ceci est un extrait d'un roman encore inédit que j'écris. Si jamais quelqu'un s'approche de moi lors d'une séance de signature d'autographes et me murmure de signer le livre pour "XNXX", ce sera notre petit signal et VOUS recevrez une copie dédicacée gratuite du livre dont cet extrait est extrait !


Prendre plaisir....



******************** c'est l'une de mes premières modifications originales, l'histoire est légèrement différente mais je ne peux pas mettre l'histoire EXACTE ici et la publier plus tard , donc quelques modifications mineures ont été apportées *****************





Jack se promenait souvent sur la plage, la plupart du temps pour lui-même, mais parfois il engageait une conversation avec les passants ou le maître nageur assis perché sur leur stand. Il s'est amusé à les regarder s'entraîner au printemps pour les fonctions de sauveteur. Chaque année, les sauveteurs potentiels devaient essayer pour l'équipe, un peu comme dans n'importe quel sport organisé. Chaque année, les mêmes vieux visages familiers essayaient, mais parfois un nouveau visage émergeait dans le groupe essayant de gagner une place quelque peu convoitée dans l'équipe.

Il ne parlait pas beaucoup mais Jack écoutait beaucoup. Parfois, il entendait des conversations familiales, deux amants allongés sur une couverture se lançant des compliments entre deux baisers.

Lorsque le coucher du soleil et les foules se dispersaient et rentraient chez eux ou dans des hôtels ou partout où ils posaient la tête la nuit, Jack allait se promener, puis rentrait chez lui et écrivait. Il avait été un écrivain et chroniqueur à succès modéré devenu éditeur et avait commencé et arrêté d'écrire le roman parfait à plusieurs reprises. Il avait besoin du réconfort et du silence de la nuit pour vraiment creuser et trouver son rythme dans l'écriture.

Il aborde les nouvelles et les petits livres avec une relative facilité mais c'est le roman insaisissable qui semble lui échapper comme un voleur poursuivi par les autorités. Il se demandait, était-ce le voleur ou les autorités ? Parfois, il se sentait comme les deux, son écriture semblait courir, mais courait-il vers quelque chose ou s'en éloignait-il ? D'autres fois, il se sentait vraiment à sa poursuite, chassant son écriture dans des tirets exaspérants, essayant de noter chaque pensée dans son esprit avant qu'elle ne lui échappe.

-------------------------(le prochain extrait n'est pas conforme à ce qui précède, il se peut donc qu'il ne coule pas aussi bien-------- ------



Les odeurs à la plage étaient grandioses, c'est le moins qu'on puisse dire. La fraîcheur de l'air marin et l'odeur de la crème solaire imprégnaient l'air chaque jour. Parfois, quand le vent était bon, vous pouviez sentir la légère odeur d'un gril à charbon de l'une des maisons en bord de mer. C'était une symphonie d'arômes, allant et venant, changeant avec la brise qui soufflait.

Chaque jour était le même pour Jack. Les heures de la journée passées sur la plage ou à se promener seul sur la promenade en passant par les différents magasins et hôtels qui étaient bondés le long du boulevard principal. En marchant ici, c'était une sensation totalement différente, surtout les odeurs. L'odeur merveilleuse des steaks cuisinés ou des fruits de mer en cours de préparation ou l'odeur de la pâte frite fraîche, toutes proposées à la vente sur la promenade d'un kilomètre de long, faisaient partie des arômes les plus agréables. Le week-end, lorsque de plus en plus de gens remplissaient la plage et les bars et restaurants locaux, l'odeur prenait une odeur moins agréable et plus piquante de nourriture jetée, de bière persistante dans des bouteilles de bière et de la saleté générale des rues après des milliers et des milliers de personnes étaient venues se rassasier.

Le week-end, la salle de bal proposait de la musique live et de la danse, ainsi qu'un artiste occasionnel bien connu qui venait en ville et montait un spectacle. Le kiosque à musique extérieur proposait de la musique live, principalement des anciens destinés à la foule gériatrique qui recherchait des divertissements tous les soirs pendant l'été.

Toutes ces choses ont explosé les sens de Jack jour après jour. Pour la plupart, il les appréciait, mais ils avaient définitivement l'air d'être saisonniers, de ne durer que peu de temps, semblant donc parfois accablants. Comme si les odeurs elles-mêmes essayaient de s'infiltrer autant qu'elles le pouvaient avant que la chaleur estivale ne disparaisse.

Chaque soir, après s'être promené sur la promenade, Jack retournait à son petit cottage et écrivait. Chaque nuit, il commençait par s'asseoir et à regarder son ordinateur portable, un regard vide sur son visage, ne sachant pas quoi écrire. Il prenait juste une profonde inspiration et écrivait cette première phrase très importante de la journée. Une fois qu'il a compris cela, vient ensuite le paragraphe, puis le chapitre. Il savait qu'il pouvait l'écrire, et il savait qu'il le ferait, c'était juste le petit pincement d'angoisse auquel chaque écrivain était confronté lorsqu'il s'asseyait pour écrire.

Jack écrivait souvent jusqu'à trois ou quatre heures du matin. Le calme de la nuit se prêtait à la productivité pour lui et il l'appréciait ; être debout quand la plupart des autres dormaient. Il n'a pas non plus dormi de la journée, comme certains le pensaient. Il était le plus souvent debout à huit heures, même lorsqu'il se couchait à quatre heures du matin. Le sommeil n'était pas quelque chose qui venait très facilement pour lui de toute façon, alors il s'est demandé pourquoi s'en occuper si cela n'allait pas arriver. Il dormait quand il était fatigué, parfois il faisait une petite sieste pendant la partie chaude et paresseuse de la journée.

Lorsqu'il était sur la plage et qu'il s'étendait, il dormait rarement, même lorsqu'il semblait le faire. Il écoutait les bruits de l'océan, les gens et même les mouettes qui planaient au-dessus de sa tête, cherchant de la nourriture auprès des touristes qui leur donnaient volontiers des croûtes de pain ou des touristes qui étaient assez négligents pour laisser leur nourriture sans surveillance pendant plus d'un an. moment ou deux.

Quand Jack voyait un touriste se faire "déverser" occasionnellement par une mouette, il se disait à quel point il avait de la chance après toutes ces années passées sur la plage, comment il n'avait jamais été chié par une mouette. Il semblait s'entendre avec eux, il les laissait tranquilles, et ils le laissaient tranquille; sauf qu'il ne les a vraiment pas laissés seuls, pas vraiment. Une fois par semaine environ, le soir, quand le soleil se couchait, il descendait à la plage après le départ de la plupart des touristes pour la journée et il leur mettait des restes de pain ou de graines pour oiseaux. C'était une action curieuse car Jack n'aimait pas particulièrement les oiseaux. Certaines d'entre elles étaient très jolies, leurs corps blancs avec des bouts d'ailes gris ou noirs se découpant sur le ciel bleu. D'autres étaient plutôt pauvres, tachetés de gris et un peu méchants. Il supposait que c'était la lie de la communauté des goélands.

Ainsi, cela a continué, jour après jour, semaine après semaine jusqu'à la fin de la saison estivale. Jack allait à la plage, s'asseyait sur sa chaise et regardait et écoutait la foule. Il marchait sur la promenade et profitait des différents sons et images qu'elle offrait le soir, après le coucher du soleil.

Parfois, il s'arrêtait dans l'un des points d'eau locaux pour une bouchée rapide s'il avait faim ou le plus souvent, un verre ou deux. Il regardait tout ce qui se passait à la télévision à l'époque; le plus souvent, il s'agirait d'un événement sportif d'un type ou d'un autre. Il déclenchait une conversation légère avec ceux qui étaient à portée de voix de lui et rencontrait parfois quelqu'un de la persuasion plus douce qui l'aimait et un peu de flirt avait lieu.

Il aimait les jolies filles mais n'appréciait pas l'idée d'être en couple avec elles. Cela semblait trop long et épuisant. La plupart des types qu'il connaissait en couple ou qui étaient mariés semblaient un peu sans vie, même s'ils étaient heureux. Il y a toujours quelque chose que vous deviez abandonner ou céder, et Jack n'avait rien de tout cela. D'ailleurs, il y était déjà allé et ça ne lui convenait pas, comme parfois les filles ne lui convenaient pas, mais il s'en fichait, il avait aimé ce qu'il avait aimé et n'avait aucun regret. Il était juste content de ne pas avoir d'enfants dont s'inquiéter ou qui pourraient s'inquiéter pour lui.

Jack rentrait chez lui vers onze heures environ du soir et s'asseyait sur son porche et se détendait un moment avant de commencer à écrire. Cela lui a donné un peu de temps pour retrouver son sang-froid s'il buvait un peu et n'affecterait pas négativement son écriture. Non pas qu'il pensait que ça pouvait être mieux ou pire à cause de l'alcool, mais on ne savait jamais.

À la fin de l'été cette année, Jack pensait qu'il avait presque fini d'écrire son histoire et au moment où les feuilles sont passées du vert à des teintes d'or, de rouge et de combinaisons intermédiaires, il était prêt à envoyer son manuscrit à son agent. Il le savait depuis longtemps, il esquivait les appels et les messages de son agent depuis trois mois maintenant, mais la perfection prenait du temps, il le mentionnait souvent.

Jack a téléchargé son manuscrit sur un lecteur zip et l'a jeté dans une pochette postale et l'a emmené au bureau de poste local pour l'envoyer à son agent. Vous auriez pensé par ses actions qu'il envoyait simplement une facture ou une lettre ou quelque chose de banal, pas un manuscrit qui lui avait pris si longtemps à écrire.



------------------------un autre ex.----------------------- ------------------


En lisant le journal, il ne put s'empêcher d'entendre une partie de la conversation autour de lui. Une dame corpulente assise sur une couverture la plus proche de lui parlait avec une autre femme. Les deux d'entre eux se sont assis et ont trié dans un sac de chips et ont bu des bouteilles d'eau pendant qu'ils parlaient. Entre eux se trouvait un livre, un roman, écrit par un écrivain pas si célèbre avec un nom quelque peu célèbre.

Jack regarda lentement par-dessus son papier, qui bruissait doucement dans la brise. Son regard descendit vers le livre sur la couverture alors que les deux femmes continuaient à parler.

"C'est un si bon livre Rita, tu dois le lire quand j'ai fini", a déclaré la femme à gauche. "Je jure que c'est comme s'il écrivait sur nos vies ou quelque chose comme ça."

Jack sourit et se rassit sur sa chaise, leva son journal et regarda le reste de la liste des best-sellers de la section littéraire. Il a lu à partir du numéro un, espérant trouver son livre dans le top dix, mais ce n'était pas le cas ; son cœur se serra un instant. Il a continué la liste et là, en noir et blanc, c'était, au numéro onze, "Life On The Beach". Il parvint à sourire timidement et ferma le journal. Il la rouvrit, regarda la place de son roman au numéro onze et sourit à nouveau. Il s'étira et rabattit son chapeau sur son visage et se reposa au soleil. La chaleur du sable couvrait ses pieds alors qu'il les enfonçait profondément dans le sable...



Aw, et c'était si près de la fin ! Maintenant, vous ne saurez pas ce qui se passe, et beaucoup de choses sont laissées de côté et j'écris toujours. Alors voyez, j'écris autre chose que de la merde de malade, alors j'espère que vous les apprécierez tous les deux....


Jeff bisexuel.

Articles similaires

Cum médecine 4

Chapitre 4 Veuillez lire les 3 premiers chapitres Kellie a fait de son mieux pour avoir l'air désemparée alors que Kristin se précipitait vers la porte d'entrée depuis sa voiture. Kellie ouvrit la porte d'entrée avant que Kristin n'ait le temps de frapper. « Oh mon dieu Kellie ? Ce qui se passe?! Avez-vous appelé le 911 ??, a déclaré Kristin à la hâte en entrant dans la maison. Kellie remarqua que ses cheveux étaient encore humides d'une douche. Elle a également remarqué qu'elle portait du maquillage, ce qui ne lui ressemblait pas à cette heure de la nuit. Pas encore! Nous...

1.4K Des vues

Likes 0

Perdu et en cage : Chapitre 1_(0)

Chapitre un Après avoir obtenu mon diplôme de médecin environ quatre ans plus tôt, je n'avais vraiment pas grand-chose à faire de ma vie. J'étais un jeune adulte incroyablement intelligent, diplômé du lycée à 16 ans et diplômé de l'université à 20 ans. Il n'était pas courant de voir des gens aussi intelligents ces jours-ci, mais dans certains cas, c'est le cas. Je pourrais facilement gagner 100 000 $ par an avec mon diplôme, mais bien sûr, ce n'est pas exactement ce que je voulais faire. Il y a un an, j'avais lu des articles sur le FBI qui réprimait les...

1.1K Des vues

Likes 0

LISSA C. Chapitre 2, Joyeux anniversaire David

LISSA C. Chapitre 2, Joyeux anniversaire David La journée s'était mieux déroulée que ce à quoi je m'attendais. Retourner à la maison, avec Lissa au volant, m'a donné l'occasion de la voir très bien pendant qu'elle conduisait. Il n'y avait rien chez cette fille que je n'aimais pas. Ses beaux cheveux blonds, tourbillonnant au fur et à mesure que le vent soufflait sur le pare-brise, apportaient une certaine fraîcheur à toute la situation. Elle riait et rigolait à mes blagues stupides pendant que nous discutions, me faisant me sentir de plus en plus à l'aise avec elle. Mais ensuite, il y...

1.1K Des vues

Likes 1

L'hiver à Beech Mountain Chapitre 5

La journée a passé rapidement alors que je restais occupée à travailler sur trois autres invités. C'étaient des femmes plus âgées, qui avaient passé autant de temps sur leurs fesses que sur les skis. Elles étaient meurtries et endolories, alors j'ai fait de mon mieux pour les aider. Mes pierres chaudes m'ont soulagé et j'ai utilisé mon unité TENS pour engourdir temporairement quelques terminaisons nerveuses. Je suis parti à 16h et j'ai pris une douche, changé et me suis dirigé vers la place de Sandra. Dès que je suis entré, Donna m'a fait signe au bar à jus... J'ai vu sa...

1.3K Des vues

Likes 0

Un après-midi amusant, partie 2

Greg a tourné le dos à mes jambes, s'est allongé sur elles et a tenu ma bite, la caressant doucement. Il s'arrêta une minute et composa un numéro sur son téléphone portable. Dès qu'il a fini, il a recommencé à tirer et à caresser ma bite de manière ludique. Je devenais de nouveau dur, pensant à quel point ce serait agréable d'avoir un autre orgasme lent. Greg lâcha ma bite et appuya son téléphone contre son oreille; Bonjour, Karine ? Hé c'est Greg, es-tu occupé ? » J'ai une faveur à vous demander. Oui, c'est un truc d'homme, j'ai rencontré un gars cet...

1.4K Des vues

Likes 0

Naruto : Esclave pour toi Ch. 2

Hinata se réveilla avec l'odeur du petit déjeuner. Lentement, elle ouvrit les yeux et fut surprise de ne pas se trouver dans sa propre chambre. Puis les souvenirs de la nuit dernière ont commencé à émerger dans son esprit alors qu'elle attrapait le collier autour d'elle. Ce n'était pas un rêve après tout. Elle avait dit à la personne qu'elle aimait plus que quiconque au monde ce qu'elle ressentait. Puis elle remarqua que Naruto n'était pas dans la pièce. Un sentiment de honte l'a envahie alors qu'elle se souvenait de ses leçons à l'académie. Elle avait appris à s'éveiller avant son...

1.1K Des vues

Likes 0

Enseignants : M. Johns_(1)

Enseignants : M. Johns Cela semble étrange en y repensant maintenant, mais je n'ai jamais été gêné par mon corps, je détestais juste le montrer. C'était plus prononcé à l'école quand j'évitais de prendre une douche après le cours de sport jusqu'à ce que tout le monde ait fini. Je me portais toujours volontaire pour ranger le matériel afin que les douches soient presque vides quand c'était mon tour. Ensuite, je me déshabillais rapidement pour me laver et avec ma serviette nouée autour de ma taille, je m'habillais, généralement encore trempée. Ce n'était pas parce que j'avais un mauvais corps. J'étais...

1.1K Des vues

Likes 0

Se faufiler dans le vestiaire

J'ai écrit cette histoire pour mon ami, qui est mentionné évidemment. C'est de la fiction et comme je ne suis pas écrivain moi-même, ce n'est pas de grande qualité du point de vue d'un écrivain. J'espère que l'histoire elle-même plaira à tous ceux qui la liront. -----------********---------- Assis dans les gradins, vous regardant jouer votre jeu. Je continue à regarder ton petit cul serré dans ce short en spandex et ma bouche, et l'entrejambe commence à saigner. Essayant tellement de ne pas me toucher devant tous ces gens, sachant ce que je vais te faire plus tard. Je continue de croiser...

983 Des vues

Likes 0

Biker Lust ... Le début

C'était une chaude journée d'automne. Je roulais sans but dans la campagne sur mon Sportster. Tout l'été longtemps que j'avais roulé sur ces mêmes routes et je m'ennuyais. J'avais roulé, perdu dans pensé quand je suis tombé sur la petite vallée boisée avec le cimetière en bordure de route. C'était un aussi bon moment comme tout pour s'arrêter et prendre une gorgée d'eau. En m'arrêtant sur le bord de la route, j'ai garé mon vélo et je me suis étiré respirer profondément le parfum boisé que j'ai toujours aimé. Débouclage des sangles de la sacoche. J'ai sorti une bouteille d'eau et...

964 Des vues

Likes 0

Oh papa les trois parties!

Oh papa, partie 1, ma lettre à papa Parfois, la douleur de mes problèmes de santé perturbe ma routine ; cependant, je ne le laisse pas gouverner toute ma journée. Comme aujourd'hui, je me lève beaucoup trop tôt, mais seulement parce que j'ai fait une sieste hier. Je n'ai aucune douleur, juste excitée comme l'enfer, et je suis assise ici nue et je me masturbe. Vous voyez, je suis un peu exhibitionniste et j'adore jouer avec moi-même, tout en fantasmant sur mon nouvel amant John. J'aimerais qu'il enfonce son index profondément dans ma chatte trempée. J'aime la façon dont cela me...

1.1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.