Une longue nuit_(1)

47Report
Une longue nuit_(1)

Merde. Merde merde merde MERDE.

Todd marmonna dans sa barbe alors qu'il luttait contre le sac poubelle rembourré
à travers l'étroite ouverture de l'ascenseur. D'un coup de coude maladroit
il frappa sur le bouton "B" et s'appuya contre le mur du fond, expirant
tout doucement. Putain de journée poubelle. Dans les tubes nous allons, moi et le sac plein de
refuser. Refuser. Je refuse! pensa-t-il, et il garda cette pensée avec
amusement alors qu'il s'effondrait dans le gosier de son immeuble dans l'obscurité
entrailles dessous. Il déplaça son poids sous son fardeau et essaya de
respirer par sa bouche.

Clunka clunka clunk. Atterrissage. L'Aigle a atterri. Todd a devancé le
Porte extérieure du niveau B ouverte avec son pied, espérant que les rats avaient été effrayés
par les bruits de l'ascenseur qui approche. Il n'avait jamais réellement *vu*
des rats, mais il savait qu'ils étaient là, attendant attendant attendant un
négligemment étendu Converse All-Star pour venir à portée. Rien n'a sauté
sur lui, et Todd ouvrit la porte avec son pied en écrasant le
sac en plastique noir sorti de l'ascenseur. Sans bouger sa gauche plantée
pied Todd a retourné le sac poubelle vers les poubelles en attente et a sauté
en arrière dans l'ascenseur. Il n'a pas vérifié si le sac avait
effectivement entré ou non. Laisser la porte se fermer ? Restez coincé dans le
Dungeon pendant que Mme Baby Carriage sur 5 a volé l'ascenseur sous
lui? Certainement pas. "Buffy contre les vampires" d'hier soir a montré ce qui pouvait
arriver aux élèves du secondaire dans les sous-sols. Rôdeurs. Vampires. Gros moche
rats géants. Laisse le Super prendre le putain de sac. Mec flippant quand même. Merde!

Clunkaclunk. Jusqu'à 3 à nouveau. À la maison encore à la maison jiggety jig. En bas de la
couloir devant les Fogeys, l'Architecte, les Yuppies, jusqu'au 3F. Domicile.
Hourra.

Skreeeeeek ouvre puis rebondit-la-porte-sur-le-mur-derrière BONK.
« Todd ? C'est toi ? NON! JE SUIS LE DREAD LORD ! INCLINES TOI DEVANT MOI
AWWWWRRRRRRGGGGHWAAA ! « Ouais, maman, c'est moi. "Avez-vous enlevé le
ordures, Chérie ?" CRAINTE-MOI, MORTEL PUNY ! "Ouais, maman." "Tu t'es souvenu
retirer ce filtre à café de Mister Coffee comme je l'ai demandé ?" Aw merde.
Continue à marcher. Je n'ai pas entendu, je n'ai pas entendu, je n'ai pas entendu...

"Oh, TODD ! Parfois, tu me rends si... est-ce si DIFFICILE de faire ce que je te demande
de temps à autre? Est-ce qu'on vous demande VRAIMENT TELLEMENT que vous ne pouvez pas faire
une petite chose comme je te le demande?" "Désolé, maman." Big mom-esque
soupir théâtral, avec la promesse de plus à venir. Rapide - dans le
Batcave, Batman ! Forme de gazelle ! Forme d'un glaçon ! « Todd ? TODD ?
Êtes-vous -" SLAM. Hah! Dans le Sanctum Sanctorum, où rien ne doit
pénètre mes protections mystiques ! Todd a allumé du Pearl Jam et a cliqué
la télécommande pour allumer Cartoon Network. Libre enfin, libre enfin.
Et alors?

Un putain d'été. Todd se laissa tomber sur le lit, le clicker toujours dedans
main. "Top Cat" ? Boiteux. Le radio-réveil indiquait 7h32. Cliquez sur. Noir et blanc
film. Cliquez sur. Roue de la Fortune. Cliquez sur. Commerciale d'aliments pour chats. Cliquez sur.
« MTV Grind ». 7h34. Cette pub pour voiture "duh-dah-dah-dahhh". Cliquez sur.
Divertissement ce soir. Cliquez sur. Quelque chose. Cliquez sur. Autre chose.
Cliquez sur. Cliquez sur. Cliquez sur.

Merde. Tout a été nul. Il n'y avait pas d'autre façon de voir les choses. Todd
regarda au loin, les yeux pas tout à fait concentrés sur l'affiche de Spawn
en face de son lit ("Pourquoi devez-vous mettre cette chose horrible sur le mur
de toute façon ...?" Mike faisait le truc de conseiller à ce camp, parti jusqu'à
Septembre. Jer avait un travail. Et Stiff--Stiff avait sa petite amie.

Triple merde. Merde à la douzième puissance.

Todd ferma les yeux.

Putain, où est-ce que Stephen s'en est sorti avec Marsha Nichols, de toute façon ? Pourquoi a-t-il
*tout le monde* s'en va avec quelqu'un d'autre que Todd ? Marisa. Nicole. Béth. Merde!
"Merci *beaucoup* d'être là, Todd." "Tu es juste le plus
un gars incroyable, Todd." "Todd, tu es le *meilleur* ami que j'ai *jamais* eu.
Je peux te dire *tout*." Merde, pensa Todd. Je vais être le meilleur
Ami
pour toujours, toute ma vie. Et je ne vais jamais, jamais, jamais toucher
les seins d'une fille.

Bâtard corné. Même le simple fait de penser aux seins vous chauffe, n'est-ce pas ?
Todd était allongé sur le dos, les yeux toujours fermés, vaguement conscient que le Pearl Jam
la bande était terminée et le bouton de la bande avait sauté. Seins, pensa-t-il, et il
sentit un mouvement sous son jean. Beth en avait même parlé à
Joanie devant lui, comme s'il n'était même pas là. « Croyez-moi, les grands
ne sont pas toujours aussi bons », a-t-elle dit. « Je veux dire, j'ai parfois mal au dos, et
Je ne peux pas porter de pulls, et les gars, ils sont toujours tellement..." Et
ils s'étaient soudain souvenus qu'il était là et l'avaient regardé fixement.
Il avait cherché, bien sûr. En regardant. Qu'allait-il faire d'autre ? Il
Ce n'était pas comme s'il pouvait jamais les toucher.

Les seins de Beth. Todd pensait à eux, les imaginait découverts, fantasmait
à quoi ressemblaient ses mamelons, en rêvait. Les seins de Beth.
Béth. Ses yeux mi-clos. Sa tête pencha en arrière. "Mmmmmmm. Ohhhh,
Todd... touche-moi... là..." Todd tendit la main sous son lit,
fouillant dans la merde là-bas jusqu'à ce que ses doigts touchent quelque chose
plat et lisse. Après quelques tâtonnements, il l'attrapa et tira
jusqu'à ce qu'il le tienne devant ses yeux. VARIANTES PENTHOUSE,
en lettres rouges stylisées.

Todd tourna les pages du petit magazine carré, à la recherche du
droit quelque chose alors que sa main droite déboutonnait et dézippait son jean.
"... Et puis je me suis penché en arrière, mes cheveux blond miel derrière moi, mon parfait 38DD
seins luisants de lotion et de sperme ..." Nan. "... Oui, oui, baise-moi dans le
cul avec votre tige rigide colossale..." Non. "... Ma copine a crié comme
la grosse bite noire du basketteur l'a empalée..." Todd soupira, et
remit les Variations sous le lit. Sans enthousiasme, il colla son
main sous la ceinture de son slip Jockey et toucha le bout de ses doigts
à la surface douce et élastique de sa bite molle. Peut-être autre chose.

Todd descendit du lit et se mit à genoux, son jean
shimmying sur ses hanches maigres comme il l'a fait. Où était-il? Presque mentir
couché, il tendit la main droite aussi loin qu'il le put, effleurant
loin des emballages de bonbons et des mouchoirs froissés. Attendez, c'était ça ? Sa main
saisit la couverture usée d'un livre de poche, coincé entre son lit et la
mur. Todd a tiré
une fois que; il tira à nouveau, plus fort, et le livre se libéra, sa main frappant dessus
le dessous de son lit. "Ow ! Fuckin'..." il a éjaculé, mais il a tiré
son bras vers lui et regarda le livre. MON JARDIN SECRET, par Nancy
Vendredi. Il se souvenait de l'avoir acheté chez Barnes & Noble, le cachant entre les deux
deux livres de science-fiction qui ne l'intéressaient pas vraiment. Ses
le visage était enflammé, ses oreilles picotaient et il priait la fille à
le registre ne le remarquerait pas ou--Jésus--l'agiterait et crierait "Je
besoin d'une vérification des prix sur le SEX BOOK!" à tue-tête. Elle n'a pas
dis n'importe quoi. Elle l'a juste appelé, disant automatiquement "le reçu est dans
le sac », puis regarda au-delà de lui. « Ensuite ! » Ses mains tremblaient un peu tout
le chemin du retour en bus, et quand il est arrivé dans sa chambre, il est venu pratiquement
avant même d'avoir ouvert le livre.

Anjou. Anjou était peut-être la réponse. Il adorait l'histoire d'Anjou. Tous les
les gars qu'il connaissait adoraient l'histoire d'Anjou. Probablement tous les mecs du monde entier ont aimé
l'histoire d'Anjou. La jeune Belge de treize ans et sa cousine - quoi
s'appelait-elle ? Gabrielle ? Non, c'était la gouine guillerette de "Xena,
Princesse guerrière." Mais cette histoire, avec les deux filles et le gros chien,
Anjou, et la façon dont il a baisé leurs petites chattes, et ils ont gémi "Oh,
chérie..." "Oh, Anjou..." Inutile. Todd n'a pas trouvé cette putain d'histoire.
Et il ne devenait pas dur non plus. Merde. Il jeta le livre à travers
salle. Il a rebondi sur le mur du fond avec un bruit sourd et est tombé tout droit
au sol. Des putains de vacances d'été. Merde!

Oh, merde. Il faisait déjà noir. Le radio-réveil affichait alors 8h52. Génial.
Un autre jour tourné à la merde, gaspillé comme tous les autres jours du passé
mois. Une autre journée passée à regarder la télé, à éviter ses parents, à marmonner
lui-même dans des monologues de bandes dessinées. Un Seigneur de l'Effroi. Minuscules mortels mon cul.
Je suis le mortel le plus puni qui ait jamais existé, pensa Todd d'un air morose. Il ne pouvait pas
même avoir l'énergie de se branler ce soir, et c'était la seule chose qu'il
avait passé son été à s'entraîner. Todd Farber, maître du manchot
Jack-Off, Dread Lord of the Monkey Spankers. C'était incroyable combien
fois qu'il l'avait fait, étant donné qu'il n'avait que le livre Nancy Friday, deux
numéros de Variations et le PLAYBOY d'avril avec Jenny McCarthy. Puis
encore une fois, Jenny seule avait été bonne pour tout un tas d'orgasmes, le rapide
gentil. Todd n'était pas sûr du nombre, mais c'était beaucoup.

Todd a soupiré et s'est remis sur ses pieds pour prendre Nancy Friday au large de la
étage. Il n'y avait aucun moyen qu'il puisse laisser *ça* là à l'air libre, pas avec
Maman détective fouinait tout le temps. Il renifla. "La maman de Todd,
Soldat Dick. » Toujours en train de grogner, Todd s'avança pour aller chercher le livre,
son jean maintenant descendu autour de ses chevilles. Il se sentait comme un pingouin ou
quelque chose. Coin coin coin dandine dandine, coin coin coin dandine dandine. "Dernière
arrête, tout dehors ! » marmonna-t-il. « Fantasmes sexuels, adolescents excités,
masturbation! S'il vous plaît, faites attention au pantalon qui ferme !" Il s'est appuyé sur la main
sur le mur pour se stabiliser alors qu'il se penchait maladroitement pour saisir le livre.
Alors qu'il se penchait, la tête de Todd passa près du mur. Soudain il
a cessé de bouger et s'est figé sur place. Quel était ce son ? Il l'avait entendu
à travers le mur ou quelque chose. Todd tourna la tête vers le blanc
mur de plâtre et appuya son oreille contre celui-ci du mieux qu'il put.

C'était comme un grincement, un grincement rythmique. Todd s'est écrasé la tête alors que
à plat qu'il pouvait contre la surface sèche. Ca c'était quoi? Avait-il imaginé
il? Comme un bruit aigu. Comme une voix. C'était encore là - un
gémissement. Ou plus comme un gémissement. Les yeux de Todd s'écarquillèrent. Putain de merde ! Les
yuppies ! Mais il ne pouvait pas vraiment entendre – il avait besoin de quelque chose. Quoi
est-ce que les Hardy Boys l'ont toujours fait ? Un verre*! Il avait besoin d'un verre pour
coller contre le mur, pour entendre ce qui se passait dans le prochain
appartement. Todd regarda frénétiquement autour de lui, voulant que les yuppies gardent
aller jusqu'à ce qu'il puisse trouver--un miracle! Ce verre des New Jersey Nets qu'il a gagné
à Great Adventure était encore dans sa chambre ! Todd a essayé de l'atteindre et
a raté de peu l'atterrissage sur son cul alors que le jean autour de ses chevilles a trébuché
lui. Sans prendre la peine de les réparer, Todd a réussi à sauter sur l'étagère
et attrapez le verre, puis revenez au mur. S'il te plaît s'il te plaît s'il te plaît
ne vous arrêtez pas, pensa-t-il, S'il vous plait ! Avec des mouvements prudents - il n'a pas
veulent qu'ils entendent le CLUNK quand il a mis le verre contre le
mur--Todd a mis le verre où son oreille avait été et a collé son oreille sur le
base. Merde - c'était comme écouter un coquillage à la plage. Tout ce qu'il
pouvait entendre était une sorte de bruit précipité, et des sons faibles qui n'étaient pas
vraiment clair. Merde! Et quand diable avait-il eu une érection, de toute façon ?

Todd a enfoncé la ceinture élastique de son slip jusqu'à ce qu'il bande
a jailli par-dessus. Presque distraitement, il commença à se pomper,
mais sa concentration était entièrement concentrée sur son oreille droite contre le mur,
alors qu'il s'efforçait de capter le moindre son provenant de l'appartement voisin.
« Allez, murmura-t-il, allez ! Il ferma les yeux et se tut
tout sauf le point frais contre son oreille. Au bout d'un moment, il put
entendre à nouveau le léger grincement, un peu plus vite maintenant. Et le gémissement - était
ça revient aussi ?

Todd se caressa avec sa main, serrant plus fort alors qu'il tirait sur son
arbre, de haut en bas, de ses boules au dessous de sa crête. Il
imaginé la scène d'à côté, la baise qui augmentait en vitesse et
intensité alors que le lit grince de plus en plus fort et plus vite.

Todd était tellement excité qu'il en oubliait de respirer.

« Aaaah ! » Todd pouvait clairement entendre la femme. Elle était assez bruyante maintenant que
il pouvait l'entendre sans coller son oreille contre le mur. Grincer.
Grincer. Grincer. La main de Todd frottait rapidement maintenant, de haut en bas,
tirant sur sa bite. Il pouvait entendre des gémissements, une litanie de petits halètements. "Ah.
Ah. Oh. Hum. Ah. Oh. Ah. Ah." Avec ses yeux fermés, Todd
pourrait voir la scène dans son esprit. L'homme bougeant au-dessus d'elle, s'enfonçant dans
elle dans un rythme sûr et sans hâte. La femme, couchée sous lui sur elle
dos, saluant chaque poussée entrante avec un halètement passionné. "Ah ah.
Ah. Euh. Euh. Euhh."

Todd a travaillé son pénis aussi délibérément qu'il le pouvait, son autre main légèrement
tenant et caressant ses boules. Puis il entendit la femme gémir
bruyamment - "Oh, OUI!" - et un grognement profond qui a dû provenir de l'homme, et
Todd sentit une forte contraction sous ses doigts, un soudain point culminant
bâtiment alors qu'il arrivait presque à la hâte. Rapidement, il a cessé de bouger sa main
et l'agrippa au-dessus de son érection, se voulant ne pas venir.
Attendre attendre! il l'a imploré, attendez-les ! Il sentit des tremblements - serrer,
presser, presser - et puis la pression a suffisamment reculé pour qu'il sache qu'il
pourrait tenir. Avec beaucoup de soin, il massa légèrement sa hampe avec son
du bout des doigts pour se tenir au bord du gouffre. Avec un sentiment d'émerveillement, il
remarqué qu'il n'avait jamais été aussi dur auparavant, ou du moins il ne l'a pas fait
souviens-toi d'avoir été aussi dur. Ça doit être ça "rock-hard", il
pensait. Et puis il a encore écouté.

Les gémissements de la femme duraient plus longtemps maintenant. Ils étaient encore plus bruyants que
avant et guttural, brut et urgent. "Oui oui oui!" elle a pleuré. "Merde
moi!" Todd entendit l'homme grogner à nouveau en réponse, et alors que le lit grinçait
est allé plus vite, Todd a pensé qu'il pouvait même entendre leurs corps se gifler contre
l'un l'autre. "Oh, oui - BAISE-moi - avec - ta - bite dure - OH-OH-Ohhhhhh" elle
sa voix riche vibrait, tremblait alors qu'il la pénétrait. Jésus, c'était
putain d'incroyable ! "Est-ce que--vous--AIMEZ--merde--inggg--moi?" dit-elle, et
Todd pouvait entendre l'homme gémir bruyamment. "Oh oui--Tar--je te baise--!"
Soudain, il cria brusquement - "AAAAAH" - et la femme cria aussi.
"Oh, Marc--je vais--" et elle a crié du plus profond de sa gorge, et le
l'homme lâchait prise aussi, et Todd sentit un picotement dans ses hanches et son cul
et ses couilles et surtout sa queue, et alors qu'il entendait la femme crier il
souffla en soufflant et laissa le picotement se transformer en ruée, puis il sentit
quelque chose se contracte à la base de sa bite et puis le picotement était trop
beaucoup et il se pencha en arrière avec son visage incliné vers le haut et la pression donna
et il serrait le tir jaillissant dans sa main et le sperme était
s'échappant de sa main serrée et suintant, et ses paupières
s'ouvrit en papillonnant et il respira à nouveau normalement.

Todd resta silencieux un moment, attendant comme une statue au cas où ils
l'avait entendu. Mais tout était calme derrière le mur, alors il
se dirigea avec précaution vers la boîte de mouchoirs sur le sol à côté de lui.
lit. Attrapant une poignée, Todd commença à se nettoyer.

Waouh, pensa-t-il. Les yuppies. Ouah.

C'était la première fois qu'il était aussi proche du vrai sexe.

FRAPPE. TOC TOC!

« Todd ? Toddie cher ?

MERDE!

Todd a fourré le bloc de mouchoirs humides dans son slip et l'a tiré d'un coup sec
debout, attrapant le haut de son jean une seconde plus tard.

La poignée de la porte tournait !

MERDE!!!!!!!!!!!!!

Il se retourna pour détourner le regard de la porte et tâtonna avec le bouton - non
c'est l'heure de la putain de fermeture éclair--fermerfermerfermer S'IL VOUS PLAÎT fermer--

La porte s'ouvrit avec un grincement de gonds.

« Todd, ma chérie ? »

Todd a essayé de répondre, mais rien ne sortait de sa gorge.
"Uhm-hemmm? Ouais, maman?"

« Qu'as-tu fait ici dans le noir ?

CLIQUEZ SUR.

AH ! Merde! Blancheur éclatante et aveuglante -

"Aïe, maman !!! Un mec ne peut-il pas avoir un peu d'intimité de temps en temps ? Je serai dehors
en une seconde !"

"Eh bien, ex-CUSE-moi, Votre Altesse, mais il y a quelque chose dont j'ai besoin que vous
faire--"

"Je serai là dans A SEC, maman !!!"

« D'accord, mais dépêchez-vous !

CLAQUER.

Todd rouvrit les yeux, prudemment. Oh, putain de merde. C'était tellement
pire qu'il ne le pensait. Il y avait des mouchoirs qui sortaient de sa braguette.
Nancy Friday était toujours étendue sur le sol à côté de lui. Le coin de
Des variations sortaient de sous le lit. Sa main était encore humide.
Et il pouvait sentir son sexe dans la pièce. Elle pourrait probablement aussi. Oh, mec.
C'était un putain de cauchemar. C'était son *pire* putain de cauchemar.

Todd regarda le mur pendant un moment, blâmant les démons sexuels invisibles sur
l'autre côté - qui étaient maintenant probablement endormis paisiblement - pour tous les
des ennuis dans lesquels il était sûrement. Comment diable allait-il jamais expliquer cela ?
Qu'êtes-vous *censé* dire quand votre mère entre et vous attrape ?
La seule chose pire aurait été si elle était venue PENDANT--

JE DOIS avoir un putain de SERRURE, pensa Todd. Comme si c'était vraiment important maintenant,
en tous cas.

Todd a fait un dernier petit nettoyage, essuyé, zippé et
réserve de livres. Puis il ouvrit lentement sa porte et sortit de sa
salle.

"Eh bien, il était temps !" dit sa mère exaspérée. "Todd...?"

"Ummmm. Ouais, maman?"

"Todd, je veux que tu ailles chercher la grosse enveloppe brune sur la table du bout du
le salon. C'était dans notre boîte aux lettres par erreur, et je veux que vous le laissiez tomber
à côté."

"Mais..."

"Pas de 'mais', jeune homme ! Maintenant, prends ce paquet et apporte-le tout de suite
tout de suite avant d'avoir de gros ennuis !"

"Mais... Maman... et s'ils sont... euhhh..."

"Pour avoir crié - il n'est même pas neuf heures et demie ! Ils ne pourraient pas * peut-être * être
encore au lit !"

Oui, ils le pouvaient, pensa Todd. Oh oui, ils POURRAIENT.

La résistance était vaine. Todd est allé dans le salon, a ramassé le
enveloppe, et a quitté l'appartement. Il est resté dehors quelques minutes,
essayant de lui remonter le moral. Merde. Il a dû frapper et le leur donner.
Maman n'était pas d'humeur à entendre des excuses, pas après Monsieur Café. Il se tenait
devant leur porte, écoutant de toutes ses forces. Aucun son. Pas le choix,
Soit. Il a frappé avec ses doigts, deux fois. Et puis il a attendu.

Peut-être qu'ils ne répondraient pas. Peut-être dormaient-ils. Peut-être--

Et puis il a entendu un bruissement derrière la porte, et le clic du couloir qui
signifiait qu'un interrupteur avait été basculé. Une voix endormie : "Qui est-ce ?"

La voix était épaisse, mais douce. Quelques instants plus tôt, il l'avait entendu
gémir "Oh, baise-moi!" puis crier. C'était *sa* voix.

Todd ouvrit la bouche, mais rien n'en sortit. Il a essayé à nouveau. "Hummm, c'est
Todd... Todd Farber. D'à côté ?"

La porte en bois marron devant lui s'ouvrit avec le moindre bruit.
« Alors, que puis-je faire pour toi, Todd-Todd Farber ?

Elle se tenait là devant lui, appuyée contre le chambranle de la porte. Elle n'était qu'une
un peu plus petit que lui, vêtu d'un "Bonjour" surdimensionné et délavé
T-shirt "Kitty" qui ne cachait pas complètement ses seins pleins et se terminait
à mi-chemin sur ses cuisses, ses longues jambes pâles et lisses se croisant nues
chevilles, ses épais cheveux bruns ébouriffés et décoiffés. Il y avait une sorte de
odeur autour d'elle, une aura qui le faisait frissonner de partout. Il se sentait
bouleversée, époustouflée par tout ce qu'elle lui projetait. Ses
bouche bée, Todd la dévisagea.

Elle le regarda directement avec de l'amusement dansant dans ses yeux sombres.
D'une voix basse et sensuelle, elle dit "Puis-je t'aider, Todd?"

Le sortilège se brisa et Todd en sortit, les joues enflammées.
"Ummm... c'est venu... euhhhh... Je pense que c'est pour toi." Il a tenu le
enveloppe, et elle l'a prise et l'a regardée. Une mèche de cheveux errante
pendait sur son front et elle soufflait dessus automatiquement. Le regard de Todd
verrouillé sur la lèvre inférieure rose humide qui a fait le souffle. Il pouvait sentir
lui-même redevient dur.

La femme regarda à nouveau son visage, un sourire méchant se répandant sur
sa bouche. « Je suis désolé, Todd. Je pense qu'il y a eu une sorte d'erreur.
Les yeux de Todd s'écarquillèrent et il fit un bruit interrogateur. "Est-ce que je ressemble
Minnie Itskowitz à toi ?" Todd cligna des yeux, deux fois. Elle sourit. Todd
pensait avoir senti plusieurs centaines de cellules cérébrales fondre sous la puissance de ce
le sourire. "Je ne suis pas Minnie," dit-elle. "Les Itskowitz sont à deux portes,
par l'ascenseur. Comme c'est écrit sur l'enveloppe--Appartement 3A ?"

Comme il est dit sur l'enveloppe. Il n'avait même pas regardé l'adresse sur le
enveloppe. Il allait mourir. Recroquevillez-vous et mourez, ici sur place.
D'abord maman, maintenant elle. Ce devait être la nuit la plus mortifiante de sa vie.

Avec ce même sourire de chat-mange-le-canari sur son visage, elle tendit le brun
l'enveloppe à Todd, qui l'a tâtonnée et l'a presque laissée tomber. Sa
sourire s'élargit, puis, pendant une fraction de seconde, elle ressemblait presque à
s'est senti désolé pour lui. Heureusement, elle a dit "Je vais retourner à l'intérieur
maintenant. Passez une bonne nuit, Todd Farber."
a répondu, la porte s'est fermée et elle est partie.

Todd resta là un long moment, fixant la porte fermée. Puis il
poussa un profond soupir et se détourna. Le temps de livrer le courrier au
Fogeys, pensa-t-il.

Quelle nuit!

******************

"Pourquoi rigolez-vous? Et qui était-ce à la porte?"

"C'était Todd Farber, le garçon d'à côté. Tu sais, celui qui joue
Pearl Jam tout le temps ? Il a apporté une lettre, mais ce n'était pas pour nous.
Il n'avait même pas regardé l'adresse."

"Alors qu'est-ce qu'il y a de si drôle là-dedans? Alors c'est un adolescent stupide!"

"C'est juste que... il était tellement *mal à l'aise* ! Il se tenait là, juste
me regarde--"

"Dans cette tenue, vous ne lui avez pas donné beaucoup de choix ! Quel âge a-t-il - seize ans ?
Kid est pratiquement une érection de marche et puis vous répondez à la porte en juste
un t-shirt, juste après avoir fini de faire l'amour..."

"Mmmmmm. Et c'était aussi de délicieuses ébats amoureux. Mais le pauvre garçon était
*une telle* gaffe. Je veux dire, il est juste resté là, rougissant et balbutiant après moi,
et sa chemise était à moitié dedans et à moitié dehors, et le haut de son sous-vêtement était
sortant de son jean, et il y avait comme un morceau de tissu ou
quelque chose qui dépasse de la fermeture éclair, et..."

"Et quoi?"

"Oh, tu ne penses pas qu'il aurait pu nous *entendre*, n'est-ce pas ? Nous *étions* jolies
fort... de quoi diable riez-vous ?"

"Heh ! Bien sûr qu'il nous a entendus ! Nous pouvons l'entendre à chaque fois qu'il chante
avec cette chanson, cette chanson "Can't Find A Better". Pas étonnant qu'il était
rougissant ! Je parie que tu lui as fait peur !"

"Oh. OH !!! Pensez-vous qu'il était--"

"Je parierais la ferme là-dessus. Et s'il pouvait tout entendre, je parie que c'était vraiment
Bien pour lui. Dommage qu'il ne soit pas assez vieux pour fumer une cigarette après.
Hey--maintenant TU rougis !"

"Eh bien... euh... il doit avoir une période réfractaire assez courte. Parce que quand il
me regardait, j'ai cru remarquer qu'il devenait... euh..."

::::

"Pourquoi, regarde ça ! Je suppose qu'il n'est pas le seul à avoir un court réfractaire
période. Et s'il nous entend encore...?"

"Alors c'est sa nuit de chance, je suppose. Viens."

"Mmmmmmmmm."

« MMMMMMMM ! »

"Oh oui!"


~~~~~~~~~~~~~~~~~ FIN ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Articles similaires

Baisée sur une table de billard_ (0)

Martha et Sharon ont décidé de sortir et de jouer au billard. Ils savaient qu'ils pouvaient draguer des mecs au pub du coin et ils aimaient tous les deux baiser. Quand ils sont entrés pour la première fois dans le bar, il était vide à l'exception de la serveuse. Ils ont failli partir mais Martha a suggéré qu'ils jouent au billard avant de passer à autre chose. Sharon a accepté et a accumulé les balles. Alors que Martha était sur le point de casser les balles, deux gars sont entrés dans le bar et se sont assis à une table près...

611 Des vues

Likes 0

Mike et Kate : Chapitre 1 - Poker Poker Night

Mike avait grandi dans la ville la plus grande partie de son enfance. Quand il avait 14 ans, sa famille avait déménagé dans une petite ville de banlieue loin de la ville la plus proche. Son père avait reçu une promotion au travail mais l'inconvénient était que c'était dans une petite ville loin de la ville principale. sa mère était enseignante et elle trouvait facile de trouver du travail à l'école primaire locale. Il avait eu du mal à se faire des amis car il était dans son nouveau lycée mais s'était finalement fait quelques amis, Kate et Sophie. Pour une...

1.5K Des vues

Likes 0

Bon voisin 5

J'espère que vous avez lu les parties 1 à 4, pour avoir une meilleure idée de ce qui se passe. Luke, Maureen, Jessie et Mike échangent des cadeaux tôt le matin de Noël, et nous offrent eux-mêmes en cadeau bonus. Un, je dirais, a laissé Mike sans voix pendant un moment. Mike et moi avons également échangé des cadeaux, puis nous avons regardé les filles décider d'essayer le gode. Ils s'assirent l'un en face de l'autre et commencèrent à s'embrasser. Comme ils l'ont fait, je me suis assis et j'ai regardé. Mike était assis et profitait de la vue de ces...

1.3K Des vues

Likes 0

Anciens Playboy Playmates Partie 9 : Le vrai désir de Tiffanie_(1)

Note de l'auteur :  Il s'agit de la deuxième histoire de Tiffanie, une ancienne playmate fictive de playboy. Son premier est interracial. Vous n'êtes pas obligé de lire celui-là si vous ne le souhaitez pas, mais il suffit de dire que dans la partie 3 de cette série, Tiffanie a été témoin d'un acte incestueux chez elle impliquant sa sœur aînée Diane. Contrairement à Stéphanie (qui a également été témoin d'un acte similaire dans la partie 3), cela a gâché Tiffanie - la rendant même folle. Elle a fait de son mieux pour éviter ses désirs incestueux intérieurs, en les noyant avec le...

1.2K Des vues

Likes 0

Première fois avec son mari

T'es où? dit la voix sexy à l'autre bout du fil pendant que je conduis. Tu retournes à San Diego, tu viens ? j'ai demandé en retour Dès que je pourrai être là, je le ferai. D'accord ma chérie, j'ai hâte d'être seul avec toi. Je sais, poupée, dès que j'y serai, nous pourrons simplement profiter de la compagnie de l'autre. Mon cœur battait si vite que j'ai cette conversation avec mon mari (à l'époque, il n'était encore que mon petit ami). Il allait se rendre à San Deigo en voiture pour passer la nuit avec moi et j'agissais comme une...

1.1K Des vues

Likes 0

Esclave d'un jour partie 3

Liz regarde Chris pour obtenir des instructions, et il sourit à son obéissance. Il se délecte de voir sa femme abandonner le contrôle et elle pourrait presque se donner des coups de pied pour avoir cédé sans même y penser. Est-ce qu'elle commence vraiment à aimer laisser le contrôle à son mari ? Allez répondre à la porte et envoyez mes amis au salon, je vais mettre le jeu en marche. Commande Chris. Liz se dirige vers la porte et lorsqu'elle l'ouvre, elle sent le vibromasseur émettre un faible bourdonnement dans sa chatte. Elle se tourne pour regarder Chris mais il...

901 Des vues

Likes 0

La Fille du patron, Ch 1 : Le début de la folie

J'ai grandi dans une petite ville de montagne, pour vous donner un indice, mon école primaire préscolaire -8e n'avait que 58 enfants. Dire que tout le monde se connaissait est un euphémisme. J'étais un garçon moyen, et tout le monde m'aimait pour mon bon cœur et mon grand sens de l'humour. En grandissant, j'étais souvent avec mon ami Collin, le gamin qui a tout. Nous étions toujours sur des motos hors route, des quads, des bateaux, etc., nous l'avons fait. Toujours avec nous, il y avait son jeune cousin Alexis. C'était une jolie fille, mais beaucoup plus jeune que moi. Alexis...

313 Des vues

Likes 0

LES AVENTURES AMOUREUSES DE JULIANA L., PARTIE 5

À cette époque – il y a environ sept ans – je travaillais pour un autre employeur et je vivais dans une petite ville dans les collines à l'ouest d'ici. C'était une petite entreprise familiale et j'étais en fait presque le seul responsable, même si mon titre de poste n'était que directeur. Le propriétaire était invalide, sa femme passait tout son temps à s'occuper de lui, et leur fille, bien qu'officiellement directrice, passait le plus clair de son temps à écarter les jambes pour une succession de soi-disant petits amis dont le seul « lien » avec elle semblait être celle...

1.8K Des vues

Likes 0

Dans le placard

Caché dans le placard- Ma maison se compose de ma mère, mon père et mon frère. Mon frère n'a que 2 ans de moins que moi et nous sommes presque similaires. Je m'appelle Marcus et cet été mes 2 cousins ​​Shay et Aniya arrivent. Shay a mon âge et Aniya a 4 ans de moins. Cela faisait longtemps que je ne les avais pas vus, donc ça allait être excitant. Je pêchais en nettoyant ma chambre et me préparais pour que mon frère déménage ses affaires afin que les filles puissent avoir sa chambre pour l'été. À minuit, ils étaient déjà...

1.9K Des vues

Likes 0

Déjeuner de lingerie

Un jour, Sandi et Lori se promènent dans un magasin de lingerie haut de gamme pendant leur pause déjeuner. Ils scrutent les racks avec désinvolture jusqu'à ce qu'ils repèrent un nounours sexy en dentelle rouge transparent. Ils lancent une pièce pour voir qui va l'essayer. Lori gagne le tirage au sort et ils se sourient alors qu'ils sont escortés jusqu'au vestiaire par une vieille dame de type matrone qui les regarde avec méfiance. La vieille chauve-souris déverrouille la porte et quitte la zone, mais continue de regarder en arrière pour voir ce qui se passe. Pendant que Sandi regarde un peu...

1.6K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.