Toilette humaine au Club Pt. 1

962Report
Toilette humaine au Club Pt. 1

Chapitre 1

« Finir le lycée devrait me donner envie de faire la fête, mais je me sens comme de la merde », me suis-je dit. Ma copine Lauren avait rompu avec moi. Elle était la pom-pom girl en chef et la fille la plus populaire de l'école. J'étais tellement amoureux d'elle, mais elle pensait que j'étais un perdant. Elle m'aimait seulement parce que j'étais l'un des premiers enfants à avoir une voiture. Je la conduisais, elle et ses copines, et elles faisaient semblant d'être gentilles avec moi. Après les avoir déposés lors d'événements du club, je les entendais rire du perdant que j'étais en partant. Je m'en fichais - le simple fait d'être avec ces magnifiques adolescents me suffisait. La douce odeur parfumée de leurs cheveux, leur peau douce et claire, leurs longs cils et leurs lèvres pulpeuses me rendaient fou. Je rentrais chez moi en voiture et me masturbais furieusement en pensant qu'ils s'asseyaient à tour de rôle sur mon visage.

Quand je ne suis pas allé à l'université, Lauren a trouvé ça pathétique. Elle et ses amis sont tous entrés dans des universités prestigieuses, et j'ai été condamné à travailler le même travail de restauration rapide pour le reste de ma vie. Lauren m'a envoyé un texto un mois après la remise des diplômes, me disant que nous devions parler. Mon estomac se tordit à ces mots. Je savais ce qui allait arriver. Elle a été déposée par l'un des joueurs de football devant chez moi. Elle est venue devant la porte et a dit: «Je ne peux plus être dans cette relation avec toi. Je ne t'aime pas. Tu ne vas nulle part avec ta vie et je ne peux pas te laisser me peser. J'ai besoin d'un vrai homme, et franchement, vous ne correspondez pas à la facture.

"Mais Lauren," suppliai-je, "s'il te plait ne me quitte pas! Tu es tout ce que j'ai, sans toi je ne suis rien." Des larmes coulaient sur mes joues. Je pouvais sentir mon visage brûler à cause de l'humiliation. Lauren se moqua: «Alors on dirait que tu n'es rien. Bonne chance, perdant. Elle est partie et est remontée dans la voiture du footballeur. Je les ai vus rire ensemble alors qu'ils s'éloignaient. J'étais effondré dans ma maison, un trou dans la poitrine.

Je suis allé dans ma chambre et j'ai préparé un bol, espérant que le high me calmerait. Je me suis allongé dans mon lit, laissant mon high prendre le dessus. "Peut-être que demain ne sera pas si mal", pensai-je sans enthousiasme. Ma sœur est passée devant ma chambre et a passé la tête à l'intérieur. « J'ai entendu que Lauren t'avait largué. Ça te va bien, tête de pot. Mots encourageants de ma chienne de soeur.

J'ai passé le lendemain à me morfondre dans la maison. Je vérifiais constamment mon téléphone pour voir si Lauren m'avait envoyé un message, mais elle ne l'a jamais fait. Mon cœur a failli s'arrêter quand j'ai entendu mon téléphone sonner. J'ai reçu un texto de Gretchen, qui était l'amie cheerleader de Lauren. Gretchen me méprisait. Elle profitait de chaque occasion pour me parler. Son message disait: «Rejoignez-moi au 1903 Main Street, 19h. Ne sois pas en retard. « Bizarre », je me suis demandé ce qu'elle pouvait me vouloir. Lauren a peut-être quelque chose à voir avec ça. Peut-être que si j'étais le gars le plus chanceux du monde, c'est une façon élaborée de me ramener. J'aurais du être mieux informé.

Le lendemain se passa dans une attente angoissante. Que voulait Gretchen ? La question résonnait dans ma tête comme un disque rayé. Il était enfin temps de partir. Alors que je conduisais vers le lieu de rendez-vous, mon cœur s'emballait. L'anxiété a pris le dessus, chaque respiration était plus resserrée à mesure que je me rapprochais. Je me suis garé et je suis entré. Je n'avais pas réalisé que l'adresse était le club où je déposais régulièrement les filles. Je suis entré, l'esprit s'emballant. Mes paumes nageaient pratiquement dans la sueur. Le club était vide, à l'exception de Gretchen, d'une autre pom-pom girl nommée Katrina et d'une femme que j'ai reconnue comme étant la barmaid. Ils étaient tous assis d'un côté d'une table, avec une chaise vide en face d'eux. Aucun signe de Lauren, mais je n'ai pas perdu espoir.

« Asseyez-vous », ordonna Gretchen d'un ton dominant. Elle désigna la chaise vide. J'ai été frappé au dépourvu par son ton. Normalement, elle était garce, mais ce ton était autoritaire. Je me suis assis, attendant de savoir de quoi il s'agissait.

"Bonjour Loser, j'ai été heureux d'apprendre que Lauren t'a finalement jeté à la poubelle à laquelle tu appartiens. Elle nous a tout raconté, comment tu as pleuré et dit que tu n'étais rien sans elle. Je savais que tu étais pathétique, mais je n'avais aucune idée à quel point tu étais vraiment faible. J'ai eu du mal à retenir mes larmes, mais sans cette chance. Les larmes ont commencé à couler sur mon visage et les dames ont commencé à rire, me peignant en rouge. "Voir! Il pleure !" lâcha Katrina. Elle essayait d'être sérieuse mais n'arrêtait pas de rire de mon humiliation. Katrina s'est calmée et a dit sans ambages: «Regardez Loser, nous avons besoin d'un nouveau… dirons-nous, employé, pour le club. Nous savons que vous n'êtes pas allé à l'université, et nous savons que vous ne faites pas de merde en travaillant à la pizzeria. Nous, généreuses dames, sommes prêtes à vous donner une chance ici. Votre vie peut signifier quelque chose.

J'étais confus. Tous ces tourments et ils veulent me proposer un travail ? Cela n'a aucun sens. J'ai trouvé le courage de parler. "Pourquoi moi?" J'ai réussi à croasser. Le barman silencieux a retrouvé sa voix et m'a lancé : "regarde connard, prends ce putain de boulot et peut-être que ta petite copine te ramènera." C'est tout ce que j'avais besoin d'entendre. À contrecœur, j'ai dit : « Très bien. Quand est-ce que je commence?" Les filles ont souri. Je savais que quelque chose n'allait pas dans cette situation, mais j'étais trop désespérée pour que Lauren la remette en question.

Chapitre 2

Le barman adoucit son tempérament. «Ce soir, c'est votre premier quart de travail. Vous allez aider nos clientes avec leurs… besoins féminins. Son ton était joueur. Je me suis dit: "elle n'est sûrement pas sérieuse, est-ce que je vais faire sortir ces femmes d'une manière ou d'une autre?" Je sentis ma bite commencer à picoter. Mon petit fantasme a été interrompu lorsque le barman m'a dit de la suivre. Alors qu'elle me conduisait vers l'arrière du club, Katrina a dit "bonne chance" et les deux pom-pom girls se sont mises à rire.

Nous sommes passés devant les toilettes et à côté de la chambre des femmes se trouvait une porte verrouillée discrète. Le barman a déverrouillé la porte et m'a conduit dans la pièce sombre et chaude. Elle a fermé la porte derrière moi et je n'ai rien vu. Soudain, elle s'est approchée de moi et m'a chuchoté érotiquement à l'oreille : "Déshabille-toi pour moi bébé". Elle a tracé une main sur ma poitrine vers ma bite, me taquinant lentement, jusqu'à ce qu'elle effleure ma bite avec sa main. Je fus instantanément en érection et son contact rayonna dans tout mon corps. Elle a reculé et j'ai commencé à me déshabiller dans le noir. Une fois nue, le barman m'a dit de m'allonger sur le banc. Elle guida mon corps vers un banc rembourré qui semblait dépasser du mur. Excité, je n'ai pas réfléchi à deux fois à ce meuble placé de manière inhabituelle ou à la situation dans laquelle je me trouvais.

Mon ignorance a été rapidement punie, car j'ai senti mes poignets se faire menotter par le barman. Mes pieds ont ensuite été placés de force dans des étriers au-dessus de moi, me bloquant dans une position d'aigle écarté. Pris de panique, j'ai réalisé qu'il devait y avoir plus de monde dans cette pièce, car il était impossible que le barman me confine si rapidement. J'ai senti ma tête bloquée en place par des pinces métalliques, et avec cela, j'ai été complètement immobilisé. Le barman a dit, "nous lui avons pris des filles", d'une voix accomplie, et la terreur m'a submergé. Les lumières clignotaient, me brûlant les yeux.

Quand j'ai récupéré, j'ai été choqué par ma situation. Le barman et deux filles que j'ai vues autour de l'école me souriaient. "Hey perdant, bienvenue dans ton nouveau travail." dit le barman. J'étais secoué, mon anxiété avait pris le dessus me laissant paralysé. Complètement incapable de réagir à ma situation difficile, je restai allongé silencieusement pendant que le barman continuait. "C'est un club spécial, un club où des femmes puissantes peuvent venir exercer leur domination. Une façon de le faire est d'utiliser des toilettes humaines. Je n'étais pas sûr d'avoir bien entendu, les choses étaient si étranges que j'avais du mal à comprendre ses paroles.

"Vous vous êtes involontairement inscrit pour être l'une de ces toilettes humaines, et il sera donc de votre devoir de manger ou de boire tout ce que nos clients produisent pour vous. Que ce soit de la merde, de la pisse, du vomi ou toute autre chose désagréable dont le corps humain est capable, vous le consommerez sans même un coup d'œil. Les autres dames dans la salle ont souri lorsque le barman a expliqué mon nouveau travail. J'ai tressailli quand j'ai senti quelque chose de lisse toucher mon trou du cul. L'une des filles a parlé d'une voix douce et inappropriée: «Oh chérie, je vois que tu as senti notre petit ami. C'est une putain de machine automatique. C'est un gros gode attaché à un moteur. Si un client n'est pas satisfait de votre prestation, il peut appuyer sur un bouton dans le stand. Chaque fois que ce bouton est enfoncé, le gode glisse vers l'avant d'un pouce. C'est un gros gode, donc si j'étais vous, je ferais de la satisfaction du client une priorité.

Le barman m'a demandé si j'avais des questions avant de commencer mon quart de travail. Tout ce que j'ai réussi à dire, c'est "pourquoi moi?" Elle sourit et se pencha pour que son visage soit à quelques centimètres du mien. "Pourquoi toi? Parce que tu es une petite merde pleurnicharde qui ne mérite rien de plus que d'être une toilette pour les déesses qui entrent dans mon bar. Le fait que vous puissiez contempler les belles femmes qui entrent dans votre stand est un paiement suffisant pour vos services. Tu es une personne pathétique, et donc nous te déshumaniserons dans des toilettes, où tu nous serviras jusqu'à ce que je décide de te laisser sortir, ce qui ne sera peut-être jamais si tu me poses une autre putain de question. Comprenez vous?"

Sa diatribe m'a hanté jusqu'à mon âme. Je fermai la bouche, terrifié par les trois belles femmes qui m'entouraient. Le banc a été repoussé et ma tête est entrée dans une nouvelle pièce. Dans cette pièce, ma réalité s'est installée. J'ai levé les yeux vers le plafond d'une cabine de toilette. Ma tête était dans les toilettes. Je voulais crier, mais je sentais le gode pressé fermement contre mon trou du cul. Ma peur du barman et l'idée de me faire empaler m'ont fait taire. Je me suis chuchoté à plusieurs reprises: "Ce n'est qu'une farce." Je n'avais pas réalisé à quel point j'avais tort.

chapitre 3



Le barman est entré dans mon stand. "Écoute perdant, je vais te donner ton premier aperçu d'être une toilette. Si tu fous tout ça, il y aura l'enfer à payer. J'ai compris? Bien. Maintenant, lorsque vous êtes en présence d'un client, gardez la bouche ouverte en tout temps. Avalez tout ce qui entre dans votre bouche et faites-le rapidement. Vous ne seriez pas les premières toilettes à vous noyer dans cette cabine, alors continuez si vous voulez vivre. Lorsque le client aura terminé, il vous le dira. Tu dois les nettoyer avec ta langue avant qu'ils ne partent. Elle dégrafa son jean et baissa son pantalon et sa culotte. J'étais abasourdi par sa luxure. Sa chatte était légèrement poilue avec des lèvres roses et gonflées. C'était divin. Soudain, la barmaid a atteint les toilettes et m'a pincé l'oreille avec ses ongles. Je sentis du sang couler sur mon lobe d'oreille. J'ai commencé à pleurer. "Qu'est-ce que je t'avais dit? Ouvre ta putain de gueule, idiot.

Ne voulant pas irriter davantage mon nouveau patron, j'ouvris la bouche. Elle pencha sa tête au-dessus de moi et me fixa pendant quelques secondes. Puis, elle ouvrit la bouche et versa lentement une grosse boule de salive dans ma bouche. Malgré ma situation, mon érection palpitait. J'ai regardé son globule descendre, j'ai senti la substance visqueuse alors qu'elle frappait ma langue et se glissait jusqu'au fond de ma gorge. "Bonne toilette," roucoula-t-elle. J'ai ressenti une petite pointe de fierté pour lui plaire. Mes fantasmes de soumission ont commencé à prendre le dessus. J'appréciais ce tourment, et cela me faisait peur.

"Tu as de la chance, je n'ai qu'à faire pipi." Sur ce, elle se retourna et s'assit lentement sur mon visage. J'ai regardé son cul parfaitement rond engloutir ma tête. Sa chatte s'est scellée sur mes lèvres. Je pouvais sentir son parfum profond, le goûter. Légère odeur corporelle mélangée à du savon parfumé. Son pubis frôlait mon visage, chatouillant autour de ma bouche et de mon nez. Ses fesses étaient douces et chaudes sur mon visage. Je laisse doucement ma langue glisser sur ses plis intérieurs. Elle a laissé échapper un léger "Mhh" quand j'ai fait cela, m'encourageant. Je pouvais sentir son humidité, son lubrifiant suintant collé à ma langue alors que je l'explorais légèrement. Elle avait un goût piquant et légèrement salé. Je pouvais dire qu'elle avait porté son jean dans le club chaud pendant un moment, accumulant de la sueur. J'ai regardé le bas de ses seins et je me suis demandé à quoi elle ressemblait seins nus.

Soudain, je sentis son corps se tendre. Un jet d'urine forte jaillit directement d'elle et dans ma bouche. Il faisait une température étonnamment chaude et un goût extrêmement métallique et salé. Le goût m'a choqué et j'ai eu du mal à avaler assez vite. Vers la fin de son flux, j'ai commencé à m'étouffer avec sa pisse et je pouvais sentir le liquide sortir de mon nez. Le bruit de mon étouffement la fit se retourner. Elle a parlé avec une fausse déception : « Hé, les toilettes ne font pas de bruit. Je crains d'être insatisfait de votre service. Elle faisait face au mur à côté d'elle et j'ai entendu un bip électronique. De l'autre côté du mur où mon corps gisait collé, j'entendis un moteur électrique se mettre à tourner. J'ai senti le gode avancer d'un pouce, pressant fort contre mon anus. La pression n'était pas suffisante pour pénétrer, mais une pression de plus sur ce bouton et sûrement la tête glisserait en moi. Je devais être plus prudent.

Le barman m'a ordonné de la nettoyer. Je tirai la langue et léchai son urètre. Le goût rappelait sa pisse, mélangé à la saveur de sa chatte. Elle se leva et commença à remonter son pantalon. Mon visage était mouillé de son jus de chatte et il faisait froid sans qu'elle soit assise sur moi. Elle s'est penchée au-dessus des toilettes, a craché une fois de plus dans ma bouche avant de dire: "Bonne chance, toilettes." Dans quoi me suis-je fourré ? Quand vais-je voir Lauren ?

Plus à venir…

RougeVisageDisgrâce

Articles similaires

QUELQUE CHOSE DE NOUVEAU_(0)

Tu es prêt, a demandé Debbie à son amie Maureen alors qu'elle s'arrêtait devant le bureau de sa meilleure amie, Je ne peux pas attendre une minute de plus, je suis sur le point d'exploser !?! Moi aussi, répondit Mo en mettant la touche finale à un rapport que M. Bently lui avait demandé de préparer avant son voyage à New York plus tard dans l'après-midi, laissez-moi juste déposer ça au bureau du patron, il a été sur mon cas toute la matinée pour que cela soit fait avant midi !!!” Pas de problème, a répondu Debbie alors qu'ils se dirigeaient...

947 Des vues

Likes 0

La dette de Rachel (Chapitre 3 - Le passé et la douleur)_(0)

Samedi arriva et je n'avais toujours pas de nouvelles de Rachel. Je n'étais pas non plus encore prêt à l'appeler pour notre prochain rendez-vous. Je le voulais certainement. Avant Rachel, depuis que j'avais été avec une femme pour la dernière fois, il semblait que ma libido s'était refroidie. Être avec Rachel l'avait rallumé, l'avait fait passer d'un état presque inactif à un immense enfer. Pour patienter, j'ai regardé les vidéos de nos précédentes rencontres. Elle était vraiment magnifique. Elle aurait pu être une merde moche et cela n'aurait toujours pas eu d'importance, son corps juvénile et son esprit lascif compensaient largement...

838 Des vues

Likes 0

Un conseil à retenir

Sal, prends la table 12, entendis-je dire l'hôtesse. Je me suis progressivement retourné et j'ai jeté un coup d'œil là-bas. « Une jolie brune trentenaire seule en robe rose un mardi soir ? Et wow, elle n'essaie même pas de cacher ce rack, elle me bande maintenant », pensai-je avant de commencer calmement à marcher vers elle. Mes yeux ne la quittaient jamais alors qu'elle regardait simplement le menu pour le moment. Bien que je sois quand même allé vers elle. Salut, comment vas tu ce soir? Elle reposa le menu et me regarda. « Je vais bien, Salvatore. Tu peux...

1.3K Des vues

Likes 0

Chapitre 4

Chapitre 4 Ils étaient sûrs qu'ils se marieraient un jour et Jeff traitait toujours Julie très spéciale, elle signifiait beaucoup pour lui. Il se souvenait d'une fois en particulier qui leur avait en quelque sorte fait savoir qu'ils se marieraient un jour. Ils étaient au théâtre en plein air avec la voiture de ses parents, un de ces types de famille que vous connaissez le genre spacieux. Quoi qu'il en soit, ils s'étaient installés sur le siège arrière pour avoir plus d'espace et de confort et s'étaient blottis l'un contre l'autre. Jeff avait son bras autour de son épaule. En plus...

1K Des vues

Likes 0

Deuxième emploi

Deuxième emploi Il fallait environ 30 minutes pour fermer quand on m'a dit que Mme Ochoa voulait me voir après la fermeture. Bien que je portais un téléavertisseur selon ses ordres, je ne l'ai jamais allumé. Baise-la. Tout d'abord, si l'argent de ce travail n'allait pas aider mon fils à l'université, je ne serais pas ici. Deuxièmement, je suis un superviseur dans mon vrai travail, donc je ne prends pas bien les commandes. Troisièmement, depuis que la petite Mexicaine, Mme Ochoa, est devenue superviseure, elle avait ces petites commandes pointilleuses qui n'étaient que des conneries. Enfin, la vérité est connue, tous...

957 Des vues

Likes 1

L'horloger et l'inventeur partie 4_(1)

C'est parti... grognai-je en posant la caisse sur la table. Je soupirai en regardant autour de la salle de stockage; Une fois de plus, j'étais seul dans l'usine, cette fois-ci en train d'organiser les expéditions. En gémissant, j'arquai le dos. Élongation; J'étais plus que mal à cause de la journée de travail. Scrap se tenait dans un coin, attendant mes ordres. Grâce au temps de rentrer à la maison. En réponse, l'automate se redressa légèrement, siffla et se dirigea vers la porte. Je l'ouvris et suivis mon invention dans les rues mal éclairées. Les rues étaient à moitié vides, principalement des...

516 Des vues

Likes 0

Jeu terminé

Jeu terminé. Chris arpentait le tapis. Poussé par la tentation de retourner voir sa femme et son amant, mais il ne le fit pas, sachant qu'il était définitivement exclu de l'action de leur chambre, entendant les cris de joie, les soupirs et les bruits de sexe venant de la chambre à seulement quelques mètres et à quelques portes de lui était un pur supplice. La télévision jouait toute seule, inobservée et ignorée alors que son esprit jouait les visions de ce qu'il savait qu'il se passait là-dedans. Le corps de Jacqui se tordant de sa manière souple, la sueur scintillant sur...

853 Des vues

Likes 0

Anciens Playboy Playmates Partie 9 : Le vrai désir de Tiffanie_(1)

Note de l'auteur :  Il s'agit de la deuxième histoire de Tiffanie, une ancienne playmate fictive de playboy. Son premier est interracial. Vous n'êtes pas obligé de lire celui-là si vous ne le souhaitez pas, mais il suffit de dire que dans la partie 3 de cette série, Tiffanie a été témoin d'un acte incestueux chez elle impliquant sa sœur aînée Diane. Contrairement à Stéphanie (qui a également été témoin d'un acte similaire dans la partie 3), cela a gâché Tiffanie - la rendant même folle. Elle a fait de son mieux pour éviter ses désirs incestueux intérieurs, en les noyant avec le...

814 Des vues

Likes 0

Un petit service

Yorkshire, Angleterre, il y a quelques années. Un petit service. Ce matin-là, je travaillais au bureau à la tête de la fosse, le soleil brillait d'or sur la fumée de la chaufferie, les oiseaux toussaient, il n'avait pas plu depuis deux jours et c'est officiellement une sécheresse dans le Yorkshire. N'importe quel chemin où je m'occupais de ma propre cire d'abeille quand le patron arrive. Blagthorpe. Sommat avait tort. Il n'était pas tous bolshy comme d'habitude. Il était presque nerveux. « Ah, jeune Allen », dit-il, tout amicalement, comme quand il veut que ses comptes soient truqués. « Je me demande si tu pourrais...

1.3K Des vues

Likes 0

Nuit sur la ville

Une nuit sur la ville. Salut, je m'appelle Chas et ma femme n'en a jamais assez. Elle aime vraiment être nue en public et avoir son corps utilisé pour le plaisir des hommes, baisée dans tous ses trous, fouettée, fessée, vous l'appelez qu'elle aime, c'est ça. Si quelqu'un m'avait dit il y a huit mois, que j'avais une femme salope et que je laisserais bientôt n'importe quel homme, en fait des groupes d'hommes, la déshabiller et abuser de son corps comme ils le voulaient, pour l'humilier, l'utiliser comme leur salope, je leur aurais dit qu'ils étaient fous. Quoi qu'il en soit...

1.1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.