The Witcher : la scène cachée (TV-MA)

215Report
The Witcher : la scène cachée (TV-MA)

The Witcher : la scène cachée (TV-MA)

ACTE PREMIER : INTRODUCTION



Geralt de Riv et sa jeune pupille, Ciri, ont parcouru ce terrain accidenté, s'entraînant et perfectionnant leurs compétences au fur et à mesure. La voix grave du Sorceleur traversa l'air alors qu'il parlait à Ciri, lui transmettant sa sagesse.

"N'oubliez pas, Ciri," dit Geralt, ses cheveux argentés scintillant au soleil, "vous devez toujours être préparé, toujours prêt à vous battre et toujours écouter. Votre instinct vous guidera."

Ciri hocha la tête, la détermination gravée sur son visage. Mais juste au moment où Geralt finissait de parler, un grognement menaçant se répercuta dans la forêt. Les deux hommes tournèrent la tête vers le son, leurs mains tendant instinctivement vers leurs armes.

Dans un moment de panique, Ciri se retrouva sans arme et se pressa contre un arbre robuste. Le grognement devint plus fort, remplissant ses oreilles d'une intensité primale. D'un faux pas, elle perdit pied et dévala une petite pente, son visage heurtant un rocher pointu.

Du sang coulait de la joue de Ciri, une profonde entaille marquant sa peau claire. La douleur l'envahit, mais elle retint ses larmes, refusant de se laisser submerger par la peur.

Comme par hasard, une silhouette en robe est apparue sur le chemin. La silhouette s'approcha prudemment, sa capuche cachant ses traits. D'un geste doux, elle repoussa sa capuche, révélant un joli visage encadré de cheveux bruns bouclés parsemés de taches de rousseur.

"Je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer ta chute", dit la femme d'une voix apaisante. "Je m'appelle Triss et je me dirige par hasard vers Kaer Morhen. Je peux vous offrir de l'aide et vous accompagner dans votre voyage."

Ciri regarda Triss avec méfiance, sa prudence persistant. Pourtant, quelque chose dans le comportement de la femme semblait authentique et digne de confiance. Ciri hésita mais finit par acquiescer, acceptant l'offre d'aide de Triss.

La voix de Triss portait un doux enchantement alors qu'elle invoquait sa magie de guérison, ses mains brillant d'une lumière chaude. Avec une précision minutieuse, elle referma la blessure sur la joue de Ciri, ne laissant aucune trace de la profonde entaille.

Juste au moment où Triss finissait de soigner Ciri, Geralt émergea de la forêt, portant un gros sanglier en bandoulière sur son épaule. Ses yeux rencontrèrent ceux de Triss, et un éclair de reconnaissance passa entre eux – une romance oubliée depuis longtemps se ravivant pendant un bref instant.

Geralt s'approcha de Ciri et Triss, l'inquiétude gravée sur son visage robuste. "Ciri, tu vas bien ? Que s'est-il passé ?"

Ciri sourit, la douleur s'apaisant désormais. "J'ai trébuché, mais Triss m'a aidé. Elle est en route pour Kaer Morhen, comme nous."

Geralt jeta un coup d'œil à Triss, ses yeux trahissant un mélange de surprise et de curiosité. "Est-ce vrai ? Ce sera bien de te revoir, Triss."

"Attends, tu la connais," dit Ciri choquée, "Je pensais que Whichers gardait Kate Morhen secrète des étrangers?"

Gerald sourit à Ciri. "Triss a aidé Whitchers à guérir dans le passé et j'ai pensé qu'elle pourrait vous aider à apprendre à bien perfectionner vos pouvoirs de prévoyance."

La tension momentanément dissipée, les trois voyageurs continuèrent leur voyage, Ciri marchant aux côtés de Geralt et Triss. La conversation se déroulait sans effort, les récits d’aventures passées se mêlant à des projets pleins d’espoir pour l’avenir.

Alors que la journée touchait à sa fin, ils atteignirent leur destination : un château niché au milieu des imposantes montagnes de Kaer Morhen. Ce spectacle familier apporta un mélange de nostalgie et d'anticipation à Geralt, lui rappelant les liens qui l'unissaient à ses frères Witcher.

La soirée s'installa et un copieux festin les attendait dans la grande salle du château. Autour de la table, huit Witchers étaient réunis, leur présence rappelant les liens tissés au fil des épreuves et des expériences partagées. Ciri et Triss étaient assises parmi eux, accueillies dans cette famille unique.

Alors que la fête commençait, le vin coulait à flots et les rires remplissaient l'air. Le regard de Geralt se tourna vers Triss. Sa beauté était captivante. Derrière son manteau violet royal, ses cheveux bouclés châtain clair encadraient son visage. Ses yeux bruns étaient des mares mystérieuses qui montraient la sagesse de son âme. Comme les Whitchers, les mages ont vécu des centaines d'années, mais elle ne paraissait pas plus âgée que 30 ans. Sa cape fluide s'ouvrait pour révéler sa silhouette tout en courbes conçue pour le désir illicite et utilisée pour contrôler des générations de rois faibles d'esprit. Triss avait autrefois sauvé Geralt et en retour, ils partageaient une étreinte passionnée qu'il n'avait depuis jamais connue. Il se demandait si son corps pouvait encore résister au pouvoir brut et indompté d'un sorceleur lubrique.

Les boissons coulaient à flots lors de la fête et les célébrations devenaient rapidement bruyantes et vantardes. Lambert, un sorceleur, leva sa tasse et applaudit : « Heureusement, nos femmes ont doublé et notre bière a été exploitée ! » Les hommes ont acclamé l'arrivée de Triss et ont regardé la jeune et belle Ciri qui a prouvé qu'elle avait la volonté d'apprendre les voies des Sorciers grâce à un entraînement sans fin.

Coen et Lambert s'étaient particulièrement intéressés à Ciri au cours des dernières semaines. Au début, ils pensaient qu’elle n’était qu’une princesse gâtée et n’hésitaient pas à le lui dire. Mais il y avait quelque chose de spécial chez elle, plus que d’être la pupille de Geralt, elle était rebelle et volontaire. Alors qu'ils la narguaient pour qu'elle s'entraîne plus dur, elle l'a fait malgré la douleur infligée. Ils ont tous deux regardé cette jeune fille braver les épreuves du Witcher, même sans leurs pouvoirs mutants de force et de guérison. Elle ne ressemblait pas aux autres filles et piquait leur intérêt et leur curiosité. Ils aimaient le fait qu’elle aspirait à l’acceptation et savaient que c’était un outil qu’ils pouvaient utiliser pour l’influencer.

Lambert regardait la belle jeune femme boire leur hydromel et danser parmi les hommes. Tous leurs yeux suivirent son jeune corps, glissant sensuellement à travers la pièce, sans soucis. Parmi les hommes qui chassaient les démons, elle était une bouffée d’air frais, un prix d’innocence et de beauté qui ornait rarement ces salles. Il espérait la séparer de la protection de Geralt, ses désirs étant enveloppés d'amitié. Un sourire malicieux traversa son visage alors qu'elle dansait avec son ami Coen. Il avait un plan pour voir jusqu'où elle irait pour se sentir acceptée.

Alors que le soleil commençait à descendre, projetant une chaude teinte dorée sur le parc du château de Kaer Morhen, l'instinct paternel de Geralt se réveilla. Il jeta un coup d'œil à l'horizon, remarquant la lumière déclinante, et tourna son attention vers Ciri.

"Ciri," dit-il d'une voix douce mais ferme, "il est temps pour toi d'aller te coucher. Tu as besoin de repos."

Les yeux de Ciri s'écarquillèrent de déception. "Mais Geralt, la nuit est encore jeune ! Je ne peux pas rester éveillé un peu plus longtemps ?"

Geralt adoucit son expression, comprenant son désir d'aventure et de compagnie. "Ciri, je sais que tu veux participer aux festivités, mais nous avons beaucoup à faire. Tu dois être bien reposée et prête pour l'entraînement de demain."



ACTE DEUX : LE JEU



À contrecœur, Ciri hocha la tête, sachant que les paroles de Geralt étaient porteuses de sagesse. Elle fit ses adieux au salon et se dirigea vers sa chambre, ses pas lourds de désir de l'excitation qui lui manquerait.

Avec des sourires narquois, Coen et Lambert échangèrent des regards complices, puis tournèrent leur attention vers Ciri. "Hé, Ciri !" Coen a appelé. "Nous avons une proposition à vous faire. Que diriez-vous d'une partie de cartes ? Si vous avez de la chance, je vous laisserai même gagner une manche ou deux."

Ciri haussa un sourcil, intriguée par la proposition. " Un jeu de cartes ? C'est parti ! " La confiance s'enfla chez Ciri car elle avait un talent pour la plupart des jeux de cartes. À son insu, son pouvoir de prévoyance qui lui donnait toujours l'impression d'être une intuition n'allait pas l'aider dans ces salles enchantées.

Il y avait quelque chose chez ces hommes qui faisait battre le cœur de Ciri. Leur charisme et la lueur de danger dans leurs yeux étaient irrésistibles.

Le premier était un bel homme noir chauve nommé Coen, sa présence attirait l'attention. Ses yeux aimables, l'un ambre et l'autre d'un bleu éclatant, pétillaient d'une lueur d'aventure.

Le deuxième sorceleur était Lambert, un roux robuste avec des boucles de feu tombant en cascade sur ses épaules. Il était musclé et intimidant, contrairement à la plupart des Witcher qui ne partageaient pas librement leurs émotions, il était beaucoup plus fougueux et direct sur ce qu'il aimait et n'aimait pas. C'était quelque chose de spécial chez lui, ses émotions brutes, qui l'attiraient vers lui. Son visage couvert de taches de rousseur affichait un charme espiègle et ses yeux ambrés perçants reflétaient une lueur de malice.

Alors qu'ils se dirigeaient vers sa chambre, Ciri demanda : « Pourquoi devrions-nous jouer ? Encore de l'hydromel ?

Les lèvres de Lambert s'étirèrent en un sourire malicieux. "Je vais nous procurer plus d'hydromel, ce n'est pas un prix. Admettons que le perdant doit abandonner quelque chose… un vêtement ou un défi."

Les yeux de Ciri s'écarquillèrent de surprise, mais un frisson la parcourut. La perspective de jouer à un jeu audacieux avec ces sorciers la séduisait. "Très bien, j'y participe. Mais attention, je suis assez doué pour les cartes."

Coen rit. "On verra."

Ils se dirigèrent vers la chambre de Ciri, où une petite table était dressée avec un jeu de cartes. Les pièces du vieux château étaient en pierre et l’air froid coulait à travers les fissures des murs. La pièce était austère, à l'exception d'un lit de paille recouvert de tissu et d'un lustre éclairé à la bougie qui pendait au-dessus d'eux. Honnêtement, la pièce aurait pu être un donjon dans le château de Ciri, mais elle a tiré le meilleur parti de l’hospitalité de Geralt. La pièce était baignée d’une douce lueur de bougie vacillante, créant une atmosphère intime.

Pendant qu'ils jouaient, les compétences de Ciri transparaissaient. Sa stratégie était impeccable et ses mouvements calculés. Ciri s'est retrouvée à gagner quelques mains, sa chance semblait lui être favorable au début, mais elle sentait que quelque chose n'allait pas, c'était presque comme si ses pouvoirs de prévoyance étaient bloqués. La salle était remplie de plaisanteries et de rires ludiques alors que Coen et Lambert, les deux sorciers, se lançaient dans le jeu. Ciri, dans les premières mains, a réussi à convaincre les hommes de retirer leurs chemises et leurs pantalons. Elle ne pouvait s'empêcher de remarquer leurs physiques impressionnants, leurs corps marqués par les combats, témoignage de leurs années d'entraînement et de combat. La vue de leurs muscles ondulants et de leurs formes fortes l'a intriguée, déclenchant en elle un nouveau désir.

Mais bientôt, le vent s’est inversé. À chaque tour, la pile de vêtements de Ciri s'agrandissait, révélant des aperçus de peau alors qu'elle perdait les mains clés. Les rires des Witchers remplissaient la salle, leurs plaisanteries taquines ajoutant à la tension du jeu.

Le temps passa et Ciri se retrouva avec son dernier vêtement alors qu'elle enlevait lentement son soutien-gorge. Ses jolis jeunes seins pendaient comme des larmes, pleins et souples, implorant d'être touchés. Ses tétons étaient roses et dressés à cause de la froideur de la pièce, les pointes gonflées attirant le regard des hommes qui salivaient sensuellement devant les balises. Elle essayait de se couvrir mais chaque fois qu'elle regardait ses cartes, ses mains laissaient ses seins exposés. Un mélange de frustration et de curiosité l’envahit. Ciri a reconnu une autre facette de ces hommes, leur regard lubrique lui a donné du pouvoir. Elle n’était pas une enfant gâtée à leurs yeux, elle était quelque chose de plus et elle aimait la façon dont les rôles s’étaient inversés alors qu’ils aspiraient à elle.

Alors que le jeu approchait de sa fin, Ciri et les Witchers se retrouvaient avec leurs derniers vêtements. L’atmosphère est devenue chargée d’anticipation et de tension subtile. Le regard de Ciri s'attarda sur Coen et Lambert, leur peau partiellement exposée révélant un aperçu de l'attrait sauvage qui se cachait en dessous.

Coen sourit malicieusement à Ciri. « On dirait que ça devient intense, n'est-ce pas ? » le taquina-t-il, une lueur enjouée dans les yeux.

Lambert, ses longs cheveux roux bouclés ajoutant à son charme robuste, se joignit à nous, sa voix empreinte d'amusement. "On dirait que Dame Chance est de ton côté ce soir, Ciri. Mais est-ce que cela suffira pour garder ce dernier vêtement ?"

Le cœur de Ciri palpitait alors que leur attention se tournait vers elle. Elle ressentait un mélange d'excitation et d'appréhension, la chaleur du moment alimentant ses désirs. Ses yeux rencontrèrent les leurs et une subtile compréhension passa entre eux.

Avec un sourire narquois audacieux, Ciri se pencha en avant, posant ses mains sur la table. "Eh bien, je suppose qu'il est temps de le découvrir," répondit-elle, sa voix remplie d'un mélange de confiance et de curiosité.

Coen et Lambert échangèrent des regards, un accord silencieux passant entre eux. Ils savaient qu'ils avaient déclenché quelque chose en Ciri, une attirance pour leur nature dangereuse et l'attrait de l'inconnu. Le jeu était devenu bien plus que de simples cartes.

Alors que la dernière main était jouée, la chance de Ciri semblait décliner et elle perdit la partie. Son dernier vêtement, sa culotte, une fine couche de tissu drapée sur sa chatte protégeant sa chasteté, était désormais la seule chose qui la séparait d'une vulnérabilité totale. Un mélange d'excitation et de nervosité coula dans ses veines alors qu'elle réalisait les conséquences du jeu.

Les yeux de Coen rencontrèrent ceux de Ciri, une lueur d'intensité passant entre eux. "On dirait qu'il est temps de recouvrer ta dette, Ciri," dit-il d'une voix basse et remplie d'impatience.

Alors que Ciri se tenait devant les hommes, son dernier vêtement accroché à son corps, ils regardaient avec une impatience accrue. Ses doigts s'agrippèrent délicatement à la ceinture de sa culotte, ses yeux fixés sur les leurs, alors qu'elle commençait lentement à abaisser le tissu, révélant le trésor caché en dessous.

Les regards des hommes s'intensifièrent, leur souffle se bloqua dans la gorge, alors que pouce par pouce, sa culotte glissait vers le bas, dévoilant les courbes qui avaient été cachées de manière taquine. Le tissu effleurait ses hanches, exposant l'étendue lisse de sa peau, jusqu'à ce que finalement, ils s'accumulent à ses pieds, la laissant nue et vulnérable.

Ils étaient fascinés par le spectacle qui s’offrait à eux. Les secrets intimes de Ciri étaient désormais dévoilés, et ils ne pouvaient détourner leurs yeux des plis et des contours délicats qui avaient été dévoilés. Son buisson poilu de cheveux blonds s'est fendu au centre là où sa jeune fente mouillée s'est rencontrée. Son excitation était évidente avec les lèvres engorgées qui demandaient à être touchées. L'attrait de sa féminité les a captivés, suscitant un désir primordial en eux.

Sa nudité en disait long, alors qu'elle se tenait là, une vision de sensualité. Sa peau, douce et invitante, invitait à être caressée et explorée. Les yeux de l'homme tracèrent la douce courbe de ses hanches, le gonflement de ses fesses et la courbe gracieuse de sa taille. Chaque centimètre carré de son corps était un chef-d'œuvre, les incitant à s'adonner aux plaisirs qui les attendaient. L'atmosphère de la pièce semblait crépiter de désir alors que les yeux des hommes et des femmes présents étaient fixés sur sa forme exposée.

Les yeux de Ciri brillaient de détermination alors qu'elle regardait les cartes posées devant elle. Elle savait que la victoire dans cette main pourrait lui apporter non seulement la satisfaction de gagner, mais aussi quelque chose de spécial, quelque chose qu'elle désirait.

« Que dites-vous, les garçons, d'une dernière main ? » Ciri dit avec confiance : « Si je gagne, alors vous acceptez tous les deux d'être mes esclaves pendant une journée ! Dit-elle avec un sourire.

"Si vous gagnez", a déclaré Lambert, une lueur enjouée dans les yeux, "nous serons à votre écoute et vous appellerons pendant deux jours entiers ! Quoi que vous désiriez, nous serons à votre service."

L'intérêt de Ciri a été piqué. L’idée que les hommes répondent à tous ses caprices lui faisait vibrer les veines.

Cependant, son attitude enjouée changea à mesure qu'il continuait, sa voix baissant légèrement. "Mais si vous perdez," il fit une pause pour faire effet, "j'ai quelque chose de spécial prévu pour vous. Cette pièce, voyez-vous, était autrefois un donjon. Ces œillets au plafond étaient autrefois utilisés pour détenir des prisonniers."

Les yeux de Ciri s'écarquillèrent avec un mélange d'intrigue et d'anticipation. La pensée d’une expérience de soumission aussi excitante faisait battre son cœur. Elle se pencha plus près.

"Si vous perdez, nous vous ligoterons et vous banderons les yeux", a déclaré Lambert, une lueur malicieuse dans les yeux. "Vous nous abandonnerez complètement le contrôle. Vous nous permettrez d'explorer les profondeurs de vos désirs pendant une heure complète."

Le souffle de Ciri se coupa alors qu'elle s'imaginait ligotée et les yeux bandés, à la merci des caprices de Lambert et des autres. Elle croisa le regard de Lambert, ses yeux remplis d'un mélange d'anticipation et d'appréhension pour en savoir plus. "Je suis d'accord, faisons-le !" » dit-elle, sa voix empreinte d'une audace retrouvée. "Je suis prêt à saisir cette chance."

Les lèvres de Lambert s'étirèrent en un sourire malicieux alors qu'il hochait la tête, une étincelle d'excitation dansant dans ses yeux. "Très bien alors, Ciri," répondit-il d'une voix rauque. "Voyons si la chance vous sourit lors du prochain tour."

Alors que les cartes étaient mélangées et distribuées, Ciri ressentit un élan de détermination. Elle était prête à inverser la tendance, à retrouver sa chance perdue et à reprendre le contrôle du jeu. Cependant, au fur et à mesure que la main avançait, il devint évident que la fortune s'était retournée contre elle. Peu importe la façon dont elle élaborait sa stratégie ou espérait un miracle, la victoire lui échappait. La prise de conscience s'est installée, et un mélange de déception et d'anticipation a rempli le cœur de Ciri. Elle avait perdu la partie, et avec elle, l’opportunité de conserver sa liberté.



ACTE TROIS : LA DETTE

Le regard de Lambert rencontra le sien, son expression étant un mélange de malice et de désir. "Eh bien, Ciri, il semble que la chance ait un plan différent pour toi ce soir," murmura-t-il d'une voix basse et alléchante. "Etes-vous prêt à remplir votre part du pari ?"

Le pouls de Ciri s'accéléra alors qu'elle hochait la tête. "Oui, je suis prête", répondit-elle.

Lambert posa ses mains sur la courbe du bas de son dos, ce contact envoyant des sensations électriques à travers son corps. Il la guida sous les œillets du plafond. Elle leva les yeux, un sentiment d'exaltation envahit les veines de Ciri. L'histoire de la pièce en tant que donjon prit un nouveau sens, l'anticipation de ce qui allait arriver lui donna des frissons dans le dos.

Elle s'est volontairement offerte, les mains devant elle, à Coen. Les cordes étaient habilement attachées, la fixant d'une manière qui permettait à la fois confort et restriction. Pendant ce temps, avec une précision experte, Lambert guidait les cordes à travers les œillets du plafond, ses actions étant prudentes mais déterminées. Alors que la tension sur les cordes augmentait, le corps de Ciri réagissait, s'élevant du sol jusqu'à ce que ses orteils effleurent à peine le sol. Elle ressentait un sentiment enivrant de vulnérabilité, suspendue dans les airs, sa silhouette nue entièrement exposée. Sa peau souple et laiteuse brillait à la lueur des bougies tandis que les ombres des bougies dansantes accentuaient ses jolies courbes.

Les yeux affamés de Lambert se posèrent sur elle : "Ciri, tu es belle au-delà de toute mesure. Je veux goûter tes lèvres et caresser ta peau. Tu es enivrante et je veux savourer chaque instant avec toi."

Alors que Ciri se pendait aux cordes, son cœur battait à tout rompre avec un mélange de nervosité et d'excitation, ses respirations étant haletantes. Le frisson de son état de retenue exacerba ses sens. La voix de Ciri s'échappa de ses lèvres sur un ton doux et suppliant. "Je me sens si vulnérable, Lambert," murmura-t-elle, sa voix étant un plaidoyer séduisant. "Mon corps a besoin d'être touché. Je m'abandonne complètement à toi."

Alors que Lambert s'approchait d'elle, ses doigts glissèrent légèrement sur sa peau exposée, de son cou à son épaule et sur le bord extérieur arrondi de ses magnifiques seins, laissant des traînées de chaleur dans leur sillage. "Presque ma chérie." Il lui tend le bandeau avec un sourire et lui couvre les yeux.

Le bandeau lui bloquait le monde, ne lui laissant que son imagination et le contact des mains de Lambert. Elle pouvait sentir sa présence se rapprocher, son souffle réchauffant le cou de sa peau. Sa langue lèche doucement le lobe de son oreille et ses dents le ratissent doucement, tirant de manière ludique avant de le lâcher. Il fait une traînée de doux baisers le long de son long cou impeccable en suivant sa veine jugulaire, chaque baiser provoquant une accélération des battements de son cœur. Sa bouche s'ouvre, laissant ses dents gratter son cou vulnérable comme pour la mordre, mais l'embrassant sensuellement. Puis laissant leurs lèvres se toucher enfin, il mordit sa lèvre inférieure avant de presser ses lèvres contre les siennes, leurs bouches s'ouvrant naturellement laissant leurs langues explorer les profondeurs de l'autre.

Son corps frémissait d'impatience tandis que le contact de Lambert la parcourut, une symphonie de sensations jouant sur sa peau. Le bandeau augmentait ses autres sens, faisant de chaque effleurement du bout de ses doigts, de chaque baiser, de chaque murmure de son souffle contre elle, une expérience captivante.

Alors que le contact de Lambert devenait plus audacieux, les gémissements de Ciri se mêlaient aux bruits des cordes craquant. Sa voix murmura : « Ciri, ton corps, ton esprit, tout en toi est enchanteur. Je ne peux pas en avoir assez de toi. Ses mains entourèrent ses jeunes seins pleins. Son pouce glissa sur ses tétons gonflés et raides, envoyant des ondes de choc de désir à travers elle, provoquant un gémissement, implorant plus.

Ses doigts pressèrent fermement les mamelons et la tordirent, augmentant son excitation. Sa langue chaude lécha ses mamelons sensibles, s'élançant rapidement d'un côté à l'autre avant que sa bouche ne la consume complètement. La chaleur de sa bouche, contrastant avec la chambre froide, rendait ses gémissements de plaisir de plus en plus forts. À chaque contact, le corps de Ciri se cambrait et frémissait, s'abandonnant au plaisir qui l'enveloppait.

Le corps de Ciri palpitait de besoin, ses sens étaient exacerbés jusqu'à un niveau fébrile. Chaque contact, chaque mot lui faisait frissonner le dos, l'enflammant de désir. C’était une torture exaspérante et exquise qui lui donnait envie d’en savoir plus. Elle sentit sa peau rougir, une chaleur délicate s'accumuler entre ses cuisses, une délicieuse douleur avide de libération.

Ses doigts descendirent au centre de sa poitrine, sous sa cage thoracique, sur son nombril, et planèrent pendant quelques secondes sur les poils de son bassin. Ses doigts chauds laissèrent un sillage de chair de poule sur sa peau. Sa paume tournait, ses doigts glissant dans les cheveux bouclés de son sexe, son majeur glissant le long de sa fente humide, l'écartant en cours de route. Ses doigts séparaient ses plis délicats au cours de leur voyage, imprégnés de sensualité avant de trouver et de tracer délicatement l'anneau extérieur de son entrée vaginale.

Sa voix dégoulinait de séduction ludique alors qu'il se penchait plus près, ses lèvres à quelques centimètres de son oreille. "Mon Dieu, ma princesse, il semble que tu sois aussi impatiente que moi", murmura-t-il, son ton empreint d'un mélange de malice et de désir, "Ta chatte est trempée de désir. Je peux sentir le parfum incomparable de ton désir. Êtes-vous prêt à nous rendre la prochaine heure comme vous l'avez convenu ? »

La voix de Ciri tremble d'une pointe de nervosité lorsqu'elle répond à la question audacieuse de Lambert. "Oui", souffle-t-elle, ses mots mêlés d'un mélange enivrant de désir et d'abandon. "Je suis prêt, réclamez votre prix pendant que vous le pouvez." Dit-elle avec un sourire narquois.

Alors que les doigts de Lambert s'enfoncent en elle, il ressent une chaleur et une humidité enivrantes de ses profondeurs les plus intimes. Il peut sentir la chaleur palpitante envelopper ses doigts, une manifestation tangible de son désir et de son excitation. De doux halètements et gémissements s'échappent de ses lèvres, "Oh, oh mon Dieu, oh, oui." Il se délecte du pouvoir qu'il détient sur son plaisir, de la façon dont son corps réagit à chacun de ses mouvements. À chaque boucle de ses doigts, il recherche ses points les plus sensibles, amenant le plaisir à envahir son corps. Il ressent les subtils tremblements et spasmes qui la traversent.

À chaque mouvement de ses doigts, il creuse plus profondément, explorant les contours de ses parois intérieures, à la recherche des points doux qui suscitent des halètements et des réponses tremblantes de sa part. Il prête une attention particulière aux signaux de son corps, ajustant la vitesse et la pression de son contact pour augmenter son plaisir.

Ses mots s'échappent en murmures et gémissements fragmentés, à peine cohérents mais dégoulinants de désir et d'extase. Elle gémit : "Oh mon Dieu, oui... ne t'arrête pas", exprimant son besoin urgent de son contact, "Lambert, s'il te plaît... plus".

Sa voix frémit sous le poids du désir alors qu'elle crée une symphonie d'extase qui résonne dans la pièce. Ses jambes, autrefois croisées, pendent désormais ouvertement lui permettant de plus en plus d'accéder à ses profondeurs. Chaque contact, chaque coup envoyait des vagues de plaisir s'écraser sur elle, et elle se perdait dans l'abandon délirant de ses sens.

Une nouvelle présence s'est fait connaître. Un timbre riche et résonnant, « Ne m’oublie pas Ciri ». La voix de Coen rejoignit celle de Lambert dans la pièce sombre, derrière elle. Des baisers parsemèrent sa nuque jusqu'au sommet de sa colonne vertébrale. Alors que son doigt parcourait doucement sa colonne vertébrale frissonnante, jusqu'à la courbe inférieure de son dos et entre la fente de ses fesses. Ses paumes agrippèrent ses fesses rondes fermement, brutalement, l'écartant doucement.

« Prête à passer au niveau supérieur, Ciri ? La voix de Coen portait une pointe de malice et d'anticipation, alimentant le feu qui brûlait déjà en elle.

Le souffle de Ciri s'arrêta, sa voix étant à peine un murmure alors qu'elle répondit : "Oui, Coen."

Les doigts de Lambert se retirent de son entrée vaginale, faisant gémir Ciri pour lui. Ses doigts, lubrifiés par le désir, trouvent son clitoris et commencent à le presser et à le frotter rapidement.

Les doigts de Coen la pénètrent, la faisant haleter de satisfaction. Le contact de Coen s'entrelaçait avec celui de Lambert, leurs mains travaillant en harmonie pour allumer un feu en elle. Leurs mouvements étaient synchronisés, Coen pompant ses doigts vers l'intérieur et l'extérieur d'elle tandis que Lambert la rapprochait de l'orgasme avec une stimulation clitoridienne.

Le corps de Ciri répondait à chacun de leurs contacts, son désir augmentant à chaque instant qui passait. Elle gémit de plaisir en retenant son souffle : « oh oui, ton contact est incroyable ! Je suis tellement mouillée, j'aime la façon dont tu me fais frissonner !"

Avec son humidité coulant sur ses mains, le pouce lubrifié de Coen glisse le long de son périnée contre son trou du cul serré. La respiration de Ciri devient plus superficielle, la peur et la vulnérabilité la consument alors qu'elle peut sentir le bout de son pouce pousser contre son trou palpitant. Perçant le centre de son anneau anal musclé et serré qui ne parvient plus à arrêter son invasion lubrifiée.

Ciri supplie : « Coen, j'ai peur. Je n'ai jamais fait ça! C’est inconfortable.

Avec le bout de son pouce pressé par le muscle de sa vue, il lui murmure à l'oreille : « Ciri, détends-toi. Laissez-moi vous montrer à quel point cela peut être agréable. Vous avez dit que vous vous rendriez, n’est-ce pas ?

"Mmm", dit-elle, alors qu'elle se concentrait sur la relaxation, elle pouvait trouver le plaisir parmi la douleur et commença à être incroyablement excitée par l'idée de faire ça. « D'accord, mais il y a une partie de moi qui a un peu peur. Pouvons-nous y aller lentement et nous assurer que je me sens en sécurité et à l’aise ?

"Bien sûr Ciri," dit-il alors que ses doigts se pressent ensemble sur elle. L'épais muscle du sphincter se rend et son pouce glisse le long de sa paroi épaisse dans ses entrailles douces et lubrifiées, lisses et invitantes. Son pouce s'appuie contre le mur séparant ses trous, son pouce et ses doigts se pressent l'un contre l'autre, se frottant contre elle avec urgence.

Pendant ce temps, la paume de Lamber repose, appuyant fermement contre son bassin tandis que ses doigts continuent de stimuler rapidement son clitoris avec des mouvements latéraux.

L’effondrement de sa paroi vaginale interne, combiné aux poussées répétées de Coen réveille son point G. Sa chaleur augmente encore, elle commence à transpirer et à haleter alors que son apogée approche de son apogée.

Elle admet son plaisir : "Oh, Coen... Je ne m'attendais pas à ce que cela soit aussi incroyablement intense et agréable. S'il te plaît", a-t-elle plaidé, sa voix empreinte de désir, "ne t'arrête pas. J'ai besoin de vous deux."

Coen, sentant qu'il peut repousser les limites, dit : "Nous ne nous arrêterons pas si vous nous laissez vous appeler notre salope pendant qu'on vous baise !"

Le plaisir rayonnait à travers son corps alors qu'il continuait à pomper en elle. Elle ne se souciait de rien d'autre que de sa libération : « oh oui, je ferai n'importe quoi, mais ne t'arrête pas. Je suis ta putain de salope ! Utilise moi!!"

Ses mots restaient en suspens, chargés d’anticipation. La vulnérabilité de Ciri n'avait d'égal que son empressement, son désir inébranlable d'explorer les profondeurs du plaisir avec Coen et Lambert. Les cordes qui la liaient lui servaient de rappel physique de son abandon, amplifiant son excitation et alimentant sa soif de contact.

La voix de Lambert, rauque et pleine de désir, répondit à son appel. "Nous ne faisons que commencer, Ciri. Nous allons t'utiliser comme la salope que tu es !"

Le corps de Ciri frémit jusqu'à ce que la crête de son apogée se brise, envoyant des vagues de plaisir onduler à travers son corps. "Oh mon Dieu, oh putain!" Son corps tremblait de manière incontrôlable, les cordes craquaient alors qu'elle se balançait dans les airs alors qu'elles continuaient à la frapper. Des liquides coulaient le long de ses jambes alors que ses fluides jaillissaient d'elle et se déversaient sur le sol. « Oh, mon Dieu… c'était… Je n'arrive même pas à trouver les mots. J'avais l'impression que tout mon être était consumé par le plaisir. Je n’ai jamais ressenti quelque chose de pareil auparavant.

Alors que la tension électrisante dans la pièce s'intensifiait, Coen retira ses doigts d'elle et attrapa lentement sa ceinture. La voix de Coen, un murmure grave et séduisant, brisa le silence. "Es-tu prête pour plus, salope ?"



ACTE QUATRE : LE PLAISIR DE LA DOULEUR

En descendant de son récent sommet, elle était maintenant prête à faire tout ce qui pouvait lui faire du bien. Elle acquiesça oui.

Coen traça le cuir lisse de la ceinture sur les fesses nues de Ciri. Le doux contact lui envoya un frisson d'anticipation dans le dos, la faisant se cambrer légèrement, invitant à une exploration plus approfondie. La sensation de la ceinture contre sa peau envoya de délicieuses vagues de plaisir la traversant, exacerbant ses sens et éveillant un désir plus profond.

La voix de Coen, un murmure velouté, résonnait dans la pièce. "Est-ce que tu aimes ce que ça fait, Ciri ? Le contact du cuir contre ta peau ?"

La réponse de Ciri, un murmure haletant, contenait un mélange de désir et d'abandon. "Oui," répondit-elle, sa voix empreinte d'un mélange d'anticipation et de désir, "c'est... exquis."

Alors que la ceinture entra en contact avec sa peau, délivrant une gifle douce et alléchante, Ciri laissa échapper un gémissement mêlant plaisir et surprise. Le son s'échappa de ses lèvres entrouvertes, un halètement délicat qui trahissait le mélange de sensations parcourant son corps. La piqûre inattendue de la ceinture contre sa peau nue envoya une secousse de plaisir qui irradia tout son être. Ce fut un instant éphémère, une brève explosion de sensations qui la laissa désireuse d'en savoir plus.

Encore et encore, il la frappait, de plus en plus fort. Ses gémissements résonnaient dans la pièce, témoignage du plaisir qui résonnait en elle. L'impact de la ceinture a résonné dans son corps, déclenchant une réponse enflammée qui a courbé son dos et a provoqué une tension de ses muscles d'anticipation. La brutalité de la gifle fut suivie d'un élan de chaleur et d'un picotement qui réveilla chaque terminaison nerveuse.

À chaque impact, son corps se tendait et elle émettait des gémissements et des halètements. Ses gémissements remplissaient l'air, un chœur harmonieux d'extase et d'abandon. Chaque respiration qu'elle prenait était imprégnée de l'odeur enivrante du désir. Les cordes qui la liaient lui rappelaient physiquement sa vulnérabilité, augmentant ainsi l’intensité de l’expérience.

Alors que les lèvres et la langue de Lambert exerçaient leur magie sur ses seins, les gémissements de Ciri devenaient plus forts, s'échappant du plus profond d'elle. Elle se tordait et se cambrait contre les cordes qui la liaient, la tension et la retenue ne faisant qu'alimenter davantage son désir. Le goût de l'extase persistait sur ses lèvres.

Alors que la main de Coen saisissait fermement ses fesses rougies, une vague de sensations parcourut le corps de Ciri. La douleur initiale s'est rapidement transformée en un mélange enivrant de plaisir et de désir. L'intensité de sa poigne, associée au contraste de son contact contre sa peau sensible, envoya des vagues de plaisir brut irradiant à travers son être.

Elle se délectait du paradoxe exquis, de la douleur et du plaisir simultanés que provoquait le contact de Coen. C'était une danse de sensations, où les limites de son plaisir s'étendaient au-delà de ce qu'elle avait jamais connu. Au plus profond de cette dichotomie plaisir-douleur, Ciri a trouvé la libération, embrassant les désirs bruts et indomptables qui surgissaient en elle.

Coen lui aboya : « Écarte les jambes, salope ! Vous êtes sur le point de recevoir une friandise. Elle faisait ce qu'on lui disait, elle adorait être dominée. Coen grasped his thick black cock and rubbed it against her saturated cunt, ensuring he was greased up with her lubrication.

Ciri, feeling his girth between her thighs, moaned with anticipation. “Oh, Coen you’re so big!”

As Coen pressed himself against Ciri's exposed and eager body, the melding of their flesh sent shockwaves of pleasure coursing through her. Her vaginal opening was stretched open. The forceful contact between them heightened her sensations, the unmistakable heat of his arousal against her sensitive skin fueling her desire to new heights.

Their bodies moved in perfect synchronization, a dance of passion and need. The ropes that held Ciri captive allowed for limited mobility, intensifying the sensation of Coen's every touch and thrust. With each deep, penetrating movement, Ciri felt herself losing control, her body surrendering to the intoxicating blend of pleasure and desire that enveloped her. The friction between them ignited a wildfire within, consuming her with an insatiable hunger for more. She moaned as Coen's rhythm became relentless.

Her body molded itself to his, every curve and contour a perfect fit. The powerful thrusts, the meeting of their bodies, sent shockwaves of pleasure radiating outward, spiraling through her core and igniting her every nerve ending. With each movement, they soared higher, their passion reaching crescendo after crescendo until they finally succumbed to the intoxicating release that awaited them.

As the intensity of their passion reached new heights, Lambert joined in, adding another layer of desire and pleasure to the already electrifying connection. He pressed his rod into her cunt as well, the burning sensation of her stretched vaginal opening increased the pleasure she felt, a pleasure of complete fullness. The synchronized movements of all three bodies created a symphony of sensations, a dance of ecstasy that left Ciri breathless.

“Oh gods…both of you are huge!…uh….it feels so good. Putain. I love being used by you! Oh, yes, yes, I am you slut!” She admitted, knowing that it was true.

She felt the heat of Lambert's body pressing against her, his every thrust driving her closer to the edge of bliss. The sensation of being filled by both Coen and Lambert simultaneously sent waves of euphoria crashing through her, overwhelming her senses and blurring the line between pleasure and ecstasy. Ciri surrendered herself completely to the rhythm of their bodies, each movement pushing her further into a realm of pleasure she had never experienced before.

She reveled in the feeling of being desired by both men, the intensity of their passion fueling her own. The room filled with breathless moans, mingled in the air as they indulged in the depths of their shared desires. Her body became a vessel of pleasure. Every nerve ending came alive, every inch of her skin humming with delight.

As their bodies continued to move with an insatiable hunger, Ciri felt a growing urgency within her. The flames of desire burned hotter and fiercer, driving her toward the edge of release. Ciri's moans grew louder, her breath coming in ragged gasps as her body trembled with anticipation. She yearned for the ultimate release. “You’re going to make me come so hard,” she screamed, feeling the pressure boil over.

The pleasure built, the intensity rising to an almost unbearable level. In a moment of uninhibited surrender, Ciri let go. Her body convulsed with ecstasy, every nerve ending ignited with pleasure as she reached the pinnacle of her desire.



ACT FIVE: WITCHERS

A euphoric wave washed over her, cascading through her body in shuddering waves of bliss. She cried out in rapture, her voice intertwining with the symphony of their shared pleasure. At that moment, an unexpected surge of magical energy coursed through her veins. The power of her Elder Blood awakened, triggering a chain reaction that extended to the two Witchers holding her.

The men stepped back, confused. In an instant, Coen and Lambert felt a jolt of electrifying energy surging through them. Their bodies convulsed as the dormant mutations within them were ignited by the potent magic that emanated from Ciri. The black lines of their enhanced Witcher physiology rippled across their skin, veining their bodies with an otherworldly glow. Their bodies grew in size by ten percent, their muscles became more defined and their skin more pale. The transformation was swift and intense. The blackened eyes of the Witchers intensified, mirroring the depth of the magic that flowed through them. They became more in tune with their mutant nature, their senses heightened to supernatural levels.

Ciri herself was not unaffected by the surge of power. Her transformation took on a celestial quality as if her very essence merged with the magic that engulfed her. She radiated an ethereal light, her body seemingly transcending its mortal limitations.

In their new animalistic forms, they no longer had restraint. Lambert stepped up to Ciri, taking her hanging body and thrusting himself deep into her. His girth and size penetrated her deeper than ever filling her like two men couldn’t. Her legs wrapped around him as his claws dug into her thighs giving him the leverage to mercilessly pound his flesh weapon deep into her depths.

Coen, as well, stepped closer to Ciri. Her ass hung down as she was wrapped around Lambert getting plowed. His claws spread apart her butt cheeks and pressed his massive thick lubricated black cock into her tight asshole. He pushed his fat rigid mushroom tip against her hole, opening up her hips, and stretched her muscles apart.

Her ass burned, and her sphincter never had a chance to fight off his assault. “Oh shit! Oh, gods! You're so fucking big!”

The head of his big cock popped into her asshole, getting to the lubricated soft skin of her anal cocoon, the sensation excites Ciri, pleasure radiating like didn’t know she could feel.

Ciri howls at Coen, pushing him forward, “Ow, yes,

you feel so good! I want to feel you deep inside me, stretching me out.” As requested he pushed deep into her. His thrust punctured deep into her, rapidly, filling her bowels like she had never felt before. The strong anal muscle stretched wide gripping around his flesh tightly, increasing his pleasure. She felt every pulsating vein on his rigid cock, each bump sending beams of ecstasy deep into her soul. Once fully buried, he began an onslaught of long deep thrusts that pushed any remaining air out of her ass. Her butt shook with the violent thrusts he impaled her with. “Ohhhhhh, fuck!” she squealed in delight.

She fought against the rope, as the men thrust into her, needing to take control deep inside. The bindings splintered into the dust of hemp above her as her strength increased with a surge of magic. Her arms wrapped around Lambert's neck, her claws digging into his skin, her head resting on his shoulder as she savors their pleasurable assault.

As they continued to thrust, the physical pleasure intensified with each movement, sending waves of ecstasy radiating from the point of contact. The friction, the rhythm, and the intensity of their lovemaking brought her to the edge of bliss. Her body responded eagerly, arching, moaning, and surrendering to the overwhelming pleasure. She lost herself in the moment, the sensations consuming her entirely.

As the intensity of their passion reached its peak, Ciri became aware of a continued transformation occurring within Coen and Lambert. Their bodies seemed to expand, muscles bulging with incredible power. Ciri could feel the sheer power radiating from them, as their movements became even more vigorous and commanding. With each thrust, the intensity magnified, filling her with a combination of pleasure and a hint of awe. Ciri found herself completely enraptured by their newfound size, the sheer force of their bodies overwhelming.

Ciri screamed, “More... I need more of you both. Fill me, fill your slut, make me yours.”

In a final thrust, Lambert drills his hips deep into Ciri hitting the back wall of her vagina sending a spike of pleasure from her cervix to her mouth.

In a yelp pleasure, she begs, “I want to feel your hot seed in me!”

On her command, the Witcher releases a torrent of hot black magical cum that paints her insides. It shoots, like a spray from a hose, in a non-stop flow of liquids deep into her cervix. Her belly filled with his sticky goo, she could feel her stomach expanding as it fills her, the heat of the liquid setting her soul a blaze in rapture.

Spent, he stares at his conquest. Her ass was still impaled on Coen’s long thick black cock, his hands holding her by her breast. With each of Coen’s thrusts, Lambert watches as her cunt gushes a waterfall of his liquidy black release onto the floor. Coen, lifting her by her breasts and shoving her lithe form hard on his massive rod. Her moans are loud and passionate as she enjoys the pleasure of his girth sliding in and out of her butt.

As Lambert reached the peak of his pleasure, Ciri felt a deep sense of satisfaction. The knowledge that she had been a part of his pleasure, a willing participant of it, made her glow in satisfaction. He finally reaches his climax a few minutes earlier, filling her bowels with a jet of Witcher cum that pushes up her colon into her intestines. His girth locked in his seed in her so the searing heat of his liquids can be felt deep into her abdomen. Spent, he lets her down on the ground, her body like a rag doll, her legs shaking uncontrollably.

Ciri's heart raced as she felt the ground below her. She landed on her hands and knees, her pussy and asshole pouring out cum that dripped down her legs. As she removed the blindfold that had obscured her vision, she was greeted with the sight of Coen and Lambert in their mutated forms, their bodies adorned with black lines, their veins pulsating with raw power. Their penises were already rigid again, It was a sight that left her breathless, her lips parting in both astonishment and desire.

She couldn't help but be captivated by their transformed beauty. The combination of their muscular physiques, the striking black lines coursing through their skin, and the sheer intensity in their eyes was an irresistible sight to behold. The mutations had turned them into something otherworldly, an embodiment of strength and resilience that both fascinated and aroused her.

With her lips slightly parted, she longed to taste the power that emanated from their transformed bodies. Ciri's lips brushed against Lambert's flesh, her mouth tracing a path along the contours of his rigid form. Ciri’s tongue stretched out, touching him. She revealed in the taste of him, the scent of their passion mingling in the air. Her lips hovered above his massive hard-on, her breath mingling with his as anticipation filled the air. The intensity of the moment was palpable, as both of them knew what lay ahead.

As her lips descended upon him, she felt his size and potency in a more intimate way. His tip entered her stretching her jaw wide open. Her senses were overwhelmed by the sheer magnitude of him, both physically and metaphorically.

The taste of herself, on his cock added a new layer of sensuality to the experience. As Ciri licked her essence from her lips, a shiver of pleasure coursed through her. The taste was a mixture of sweetness and musk, a tantalizing blend that aroused her senses even further. The flavor lingered on her tongue, a lingering reminder of the ecstasy she had experienced.

From behind, Coen pressed himself against Ciri’s cunt, her body responded instinctively, buckling under the force of their combined movement. The power and intensity of their union overwhelmed her senses, sending waves of pleasure coursing through her veins.

Her back arched as Coen's strong hands firmly grasped her hips, guiding her movements and melding their bodies together. The sensation of his muscular form pressed against her, his large black cock drilling into her deepest desires, sent shivers cascading down her spine. She could feel the strength of his every movement, the raw energy emanating from him as they moved in perfect synchrony.

With each thrust, Ciri was pushed further and further down onto Lambert's thick flesh. The seal around her lips she tried to create broke creating slurping sounds of slobber that echoed against the brick walls. The power she could feel pulsating from Coen and Lambert electrified their union. It was as if they were caught in a tempestuous whirlwind of desire, their bodies moving with an intensity that bordered on the primal. As the Witchers pressed into her face and her pussy, her body responded instinctively, buckling under their power, both figuratively and literally. Their combined movement and intensity overwhelmed her senses, sending waves of pleasure coursing through her veins.

Ciri’s hands rapidly beat against Lambert’s rigid flesh, yearning to satisfy him. Her throat relaxed, each time Lambert grabbed her head to thrust into her face. She allowed him to go further and further down her neck. Her magical powers gave her a strength she didn’t realize she had. She didn’t gag and couldn’t feel the pain of his long cock. All she could feel was the width of her neck expanding as his twelve-inch thick tool plowed into her face.

Lambert released a long moan of pleasure then said, “Ciri, I'm close... You're driving me wild. Keep going, don't stop.” Ciri could feel the pulsating rod in her mouth. She hungered for his satisfaction and applied extra suction to the large head of his shaft while her hands furiously worked his lubricated tool. She knew her prize was close. He howled in pleasure as his second orgasm shot out in a series of spurts into her mouth.

As the culmination of their passion reached its peak, Ciri found herself overcome with a sense of urgency and hunger. Without hesitation, she swallowed, taking in the essence of Lambert's release. It was a moment of raw intimacy. In that fleeting moment, as she tasted his essence, Ciri felt a surge of both satisfaction. The taste lingered on her tongue, it was a taste that resonated deep within her, stirring a mixture of emotions—desire, fulfillment, and a twinge of longing. As she swallowed, Ciri felt a sense of empowerment and liberation. It was a choice she made, an affirmation of her desires, and a testament to her ability to pleasure.

As Ciri lavishes her attention on Lambert, his body tenses with ecstasy. His voice comes out as a ragged whisper, filled with a mix of surprise and delight. "By the gods, Ciri, you're incredible. Your mouth feels incredible... You're driving me wild," he gasps. He can't help but express his amazement at the intensity of the pleasure she's bestowing upon him. The sensations coursing through his body overwhelm him, and he's unable to hold back his vocal admiration.

Coen, his body still ablaze with desire, continued to undulate his hips, thrusting Ciri forward with a rhythm that resonated deep within her core. Every movement sent waves of pleasure coursing through her body, igniting her senses and pushing her further into the realm of ecstasy.

In a low growl, Coen grunts, “Let me show you how I can satisfy your desires, Ciri. I want to make you quiver with pleasure.”

As his strong hands found purchase on her waist, guiding her with a firm yet gentle grip, Ciri surrendered herself to the intoxicating dance they shared. The world around them faded into a blur, leaving only the palpable connection between their bodies, the electrifying chemistry that fueled their shared desires.

Coen's unwavering stamina, a testament to his Witcher training and fortitude, plunged into her sopping wet cunt liberally. Each thrust was purposeful, calculated, and aimed at driving Ciri to the pinnacle of pleasure. With every undulation, Ciri's senses heightened, her body responding eagerly. Waves of pleasure rippled through her, building with an intensity that threatened to consume her entirely. She was lost in the sea of sensations, her mind awash with pure, unadulterated bliss.

She begged for his massive black cock, “Yes, Coen... show me your strength, your power. I want to feel it all.”

Her fingers clawed at the stone beneath her, her nails digging into the cracks and crevices as she surrendered herself to the overwhelming pleasure coursing through her veins. His thick black dick pushed deep into her leaving a wake of desire in its path, the muscles in her vagina quivered for the next thrust. Each thrust brought her closer to the edge, pushing her to the brink of release and beyond.

Coen, attuned to her every response, read her body like a well-worn book of desires. He reveled in the power he held over her, relishing in the way her body quivered under his touch, the way her breath hitched with each exhilarating movement. Her vagina was so tight, it hugged his fat cock like a warm wet sheath, he never wanted to leave her yearning cunt. His pleasure intertwined with hers, their connection growing stronger with each passing moment.

As Coen reached the pinnacle of his ardor, Ciri could feel the pulsating heat of his release deep inside her. A surge of pleasure rippled through her core, intensifying the already overwhelming sensations coursing through her body. The rhythmic contractions of his muscles sent waves of ecstasy radiating through her, pushing her pleasure to new heights.

Her inner walls clenched around his massive black girth, embracing his release with a sublime mixture of satisfaction and longing. The feeling of his hot-cum filling her, sent shivers of pleasure cascading through her body, she was copulated by monsters and loved every second of it.

Time seemed to stand still as her ravaged body erupted in a final orgasmic release. Ciri's senses heightened, every nerve ending alive and tingling with the electrifying aftermath of their union. She reveled in the primal ecstasy that coursed through her veins, feeling a sense of completion and fulfillment that only the passionate embrace of two souls could bring.

As they caught their breath, bodies still entwined, a profound sense of contentment washed over Ciri. She basked in the aftermath of their shared pleasure, feeling a deep sense of satisfaction and intimacy that surpassed any fleeting desires. At that moment, she realized the true power of their connection and the depths of the love and passion that had brought them together.

As waves of ecstasy crashed over Ciri once more, her body soared to new heights of pleasure. A primal howl escaped her lips, echoing through the room, a testament to the intense rapture she experienced at that moment. The sheer intensity of the pleasure consumed her, overpowering her senses and leaving her lost in a vortex of raw, unbridled passion.

Her cries of pleasure reverberated in the air, a symphony of blissful release that mingled with the heavy breathing and moans of her lovers. Every nerve ending in her body ignited with fiery pleasure, each sensation magnified to an almost unbearable degree. It was an uninhibited expression of her most primal desires, an unrestrained outpouring of pleasure that transcended the limits of her physical form.

Her words tremble with raw intensity and euphoria. "Oh gods, yes... I'm coming…again," she moans, her voice a melodic blend of ecstasy and surrender. The sheer bliss washes over her, causing her body to convulse with pleasure, and at that moment, she's unable to hold back her uninhibited expression of delight. As Ciri's body trembles with each wave of pleasure, her voice escapes in breathless whispers. "You feel so good," she moans, her words a testament to the overwhelming sensations coursing through her. "I've never felt like this before

Ciri, fueled by her insatiable desires, turned her body towards Coen, her eyes locked on his form. A hunger stirred within her, a craving to explore the depths of pleasure even further. With a seductive gaze, she parted her lips, inviting him to come closer, to feel the taste of their shared intimacy.

As Coen met her gaze, a knowing smile curled on his lips, understanding the depths of her desires. He moved closer, his body drawn to hers, his desire mirrored in his eyes. With a tantalizing slowness, he positioned himself before her, offering his throbbing arousal to her eager lips.

Ciri's tongue darted out, tracing the outline of her lips, relishing in the lingering taste of their previous intimacy. With a mix of anticipation and arousal, she took him into her mouth, savoring the mingling flavors of their passion. The taste of herself on him ignited a primal instinct within her, intensifying her hunger and pushing her further into the realm of pleasure.

She worked her lips and tongue with a practiced finesse, exploring every inch of him, relishing in his response to her ministrations. The taste of their shared intimacy, coupled with the intoxicating sensation of his pulsating flesh against her tongue, sent ripples of pleasure coursing through her body.

As Ciri continued to indulge in her desires, her lips moving with purpose and skill, she felt a deep connection forming between them. The act of tasting herself on him created an intimate bond, a powerful aphrodisiac, driving them both to new heights of pleasure and ecstasy. Ciri continued to pleasure Coen with her lips until she was sure he was completely cleaned off and polished.

In that moment of climax, the room filled with a dazzling display of ethereal light. Vibrant hues of blue and white intertwined, dancing and pulsating in a mesmerizing display. The air crackled with a potent energy, charged with the magic of their desires and the release of their passion.

Their bodies trembled, still intertwined in a blissful embrace, as the waves of their climax subsided. They lay there, bathed in the afterglow, their breaths mingling in the stillness of the room. The air felt charged with otherworldly energy, the remnants of their powerful connection.

As they gazed into each other's eyes, they could sense a profound shift within themselves. The explosion of their combined elder power had opened up new possibilities, unlocking hidden depths within their souls. It was as if their union had awakened a dormant force, propelling them further along their paths of destiny.

They lay there, limbs intertwined and hearts intertwined, their bodies spent but their spirits ignited. At that moment, they knew that they had experienced something extraordinary, something that transcended the physical realm. Their passion had touched upon something primal, a connection that reached far beyond the confines of their mortal existence.

Silence filled the room as they basked in the aftermath of their shared experience. It was a moment of profound intimacy and vulnerability, where words seemed unnecessary. They reveled in the depth of their connection, understanding that their journey had taken a new turn, guided by the spark of their combined power.

As they lay there, their bodies slowly coming down from the heights of pleasure, they felt a renewed sense of purpose and unity. Their union had become a catalyst for transformation, igniting a fire within them that would guide them on their paths and intertwine their fates even further.

In that quiet moment, they shared a knowing smile, the unspoken promise of more adventures and passionate encounters yet to come. They were forever changed by this explosive culmination of desire and power, bound together by a force that defied comprehension.



ACT SIX: MORNING FOG

The man's eyes fluttered open, their consciousness returning to them as they gradually awakened from their slumber. As their minds cleared, a sense of confusion and unease settled upon them, for they could not remember the details of what had transpired in the throes of passion.

They looked at each other, their brows furrowed, searching for answers that eluded them. The room was filled with an air of tension, the remnants of their intimate encounter lingering as a subtle reminder of what had taken place. The smell of sex hung in the air, a potent reminder of their shared pleasure.

Uncertainty gripped their hearts as they exchanged silent glances. They were unsure of what had transpired, unable to recall the specific moments of their passion. The fragments of memory slipped through their fingers, leaving them with a sense of disorientation and a lingering desire for answers.

With a mix of worry and apprehension, the men decided to retreat from the room, leaving before Ciri awakened. They knew that their absence might raise questions, but the weight of their confusion outweighed their fear of discovery. It was a choice made in haste, driven by the need to process their emotions and seek understanding.

As they stepped out into the corridor, a heaviness settled upon their shoulders. They walked in silence, their footsteps echoing in the empty hallways. Their minds raced, searching for clues, attempting to make sense of the enigma that had unfolded in that room.

The smell of sex still clung to their senses, a reminder of the intimate connection they had shared with Ciri. It was a fragrance that stirred conflicting emotions within them - desire, confusion, and a hint of regret. They couldn't shake off the lingering sensation of their encounter, nor the unanswered questions that weighed upon their minds.

As they distanced themselves from the room, their footsteps quickened, driven by the need to find solace and regain their composure. They knew that the road ahead would be filled with uncertainty, and they needed time to process their feelings, to reconcile the sensations that had consumed them.

In the depths of their hearts, they held a profound respect and admiration for Ciri, but the fog of confusion clouded their judgment. They yearned for clarity, for a better understanding of the events that had transpired and the implications of their actions.

With heavy hearts, they retreated into the night, their minds filled with a whirlwind of emotions. The unanswered questions lingered, leaving them to grapple with the complexities of their desires and the consequences of their choices.

And so, they disappeared into the darkness, each lost in their thoughts, seeking solace and answers amidst the uncertainty that now surrounded them. The memory of their encounter with Ciri would forever remain a mystery, a chapter in their l

Articles similaires

Le fantasme d'un psychiatre

En tant que psychiatre, je suis censé respecter une stricte confidentialité avec mes patients. Cependant, je devais me débarrasser de cette histoire, et c'est une histoire que je ne pouvais pas confier à mes collèges, alors je change les noms pour protéger les innocents. Mon sujet est une jeune fille que j'appellerai Candy. Je me spécialise dans le travail avec les jeunes, en particulier dans les cas liés au sexe. Étant un homme, je travaillais généralement avec des garçons, mais j'avais des filles qui se sentaient plus à l'aise pour parler de sexe avec un homme pour une raison ou une...

2.2K Des vues

Likes 0

Sexe dans un restaurant sri lankais

Suneetha essuya la sueur de son front et toucha le crayon tampon. Les idiots assis à la cabine ne pouvaient pas se décider, et elle devenait vraiment impatient. Euh, dit le gars. Je ne suis pas tout à fait... sûr. Il a laissé échapper le dernier mot de ses lèvres comme s'il ne pouvait pas décider s'il devait le dire ou non. Suneetha a dû se forcer manuellement pour empêcher son pied de taper contre le sol carrelé dur. Elle a frotté ses paumes sur son tablier, comme le 90 degré de chaleur étouffante la mettait mal à l'aise. La climatisation...

965 Des vues

Likes 0

Les hommes-bêtes et le chevalier noir

Elle courut à travers la vallée, le cœur battant alors que la peur secouait tout son être. Elle savait qu'elle n'était pas censée être ici, mais son besoin de le voir obscurcissait tout sens de la raison. C'est là qu'il chassait la nuit, l'homme auquel elle pensait depuis la première nuit où leurs regards s'étaient croisés au village. C'était l'Elvaan avec l'Armure de l'Ombre. C'était un homme grand aux yeux noirs. Ces yeux... ils semblaient brûler jusqu'à son âme. Alors qu'elle courait, elle se dit que si seulement elle pouvait arriver au bout du sentier, il serait là. Elle ne pouvait...

789 Des vues

Likes 0

L'aventure de Tracy continue

Veuillez lire la première partie de cette histoire pour que tout ait un sens. Nous avons pris nos douches séparées, nettoyant le sexe de nos corps. Nous nous sommes croisés dans le couloir entre les douches et elle s'est rapprochée d'elle, m'a embrassé et m'a chuchoté à l'oreille : « Je suis venu sous la douche juste en pensant à toi. Je l'ai embrassée en retour, j'ai tapoté son cul couvert de serviette et je me suis dirigée vers la salle de bain pour ma douche. J'ai pris ma douche, ma bite au garde-à-vous tout le temps, compte tenu de ce...

594 Des vues

Likes 0

Cousins ​​Our Story Part 7 ou Cousins ​​young Love

J'ai récupéré cette histoire dans le cache de Google afin que tout le monde puisse savoir Cousins, notre histoire est une histoire volée, En fait, a été écrite par 6ftthree. La preuve est dans le lien ci-dessous. http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:http://www.sexstories.com/story/32285/ Seuls les noms ont été changés par l'écrivain et ont ajouté un peu plus de description à cette histoire, j'espère retrouver les premières parties bientôt COUSINS YOUNG LOVE - Partie 7 Romance, inceste, homme/ 2 femmes, softcore Cette histoire est une biographie, basée sur des faits avec une fiction entrelacée. Il s'étend sur une période d'environ 12 ans. CONTEXTE DE NOTRE HISTOIRE………. Ma...

574 Des vues

Likes 0

Dylan Pt. 2 - S'amuser au cinéma

Inutile de dire que je n'ai pas bien dormi cette nuit-là. Je tournai et me retournai en essayant de donner un sens à ce qui venait de se passer jusqu'à 5 ou 6 heures du matin. Les oiseaux gazouillaient et le soleil commençait à briller à travers ma fenêtre au moment où j'ai enfin pu m'endormir. Quand je me suis réveillé plus tard dans l'après-midi, j'étais allongé dans un état second ? La nuit semblait déjà si loin. N'était-ce qu'un rêve ? Était-ce une chose d'une nuit? J'avais peur de voir Dylan en plein jour, j'avais l'impression d'avoir besoin de la...

2.8K Des vues

Likes 0

3some fantaisie

Nous rencontrons une autre femme dans un bar pour quelques verres, elle porte une petite robe, et vous pouvez voir qu'elle n'a pas de sous-vêtements en dessous, je porte une jupe très courte, un haut décolleté et des bas. Après quelques verres, nous retournons tous à la chambre d'hôtel que nous avons réservée, en nous arrêtant en chemin pour prendre plus de boissons. Pendant que vous versez les boissons, elle et moi nous réinstallons sur le lit et commençons à nous embrasser, prenant notre temps car nous savons que vous regardez. Elle commence à se déplacer le long de mon corps...

1K Des vues

Likes 0

Mon trajet en bus

Mon trajet en bus Lorsque je suis monté dans le bus, il était plein à craquer, avec de nombreuses personnes debout dans les allées. Ce voyage allait être long. J'ai regardé les passagers autour du bus, puis je l'ai vue. Je l'avais déjà vue, mais seulement en passant. Ses cheveux brun souris descendaient jusqu'aux épaules, une fine robe d'été boutonnée avec de jolis petits seins, de belles jambes et un cul à tomber par terre. J'ai décidé que j'allais essayer de profiter de ce voyage. Je me suis frayé un chemin à travers les passagers jusqu'à ce que je sois debout...

896 Des vues

Likes 0

Enseignants : M. Johns_(1)

Enseignants : M. Johns Cela semble étrange en y repensant maintenant, mais je n'ai jamais été gêné par mon corps, je détestais juste le montrer. C'était plus prononcé à l'école quand j'évitais de prendre une douche après le cours de sport jusqu'à ce que tout le monde ait fini. Je me portais toujours volontaire pour ranger le matériel afin que les douches soient presque vides quand c'était mon tour. Ensuite, je me déshabillais rapidement pour me laver et avec ma serviette nouée autour de ma taille, je m'habillais, généralement encore trempée. Ce n'était pas parce que j'avais un mauvais corps. J'étais...

652 Des vues

Likes 0

Le chauffeur (# 4) ...... Tina et ces clients fous

Le Chauffeur…. Tina et ces clients fous Écrit par : PABLO DIABLO Droits d'auteur 2018 CHAPITRE 1 Alors que Tina et moi quittions le bureau main dans la main, j'ai souri. Je savais que j'étais dans une position beaucoup plus forte en prenant soin de M. et Mme Jaxson. C'étaient des gens formidables. À ce stade, je récapitulais, dans ma tête, ce qui m'était arrivé depuis que j'avais rejoint la Happy, Happee Limo Company : • J'ai eu des relations sexuelles avec Sasha - ma patronne, Tina - son assistante, Paula - une collègue de la salle téléphonique et Jill - la...

648 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.