Anciens Playboy Playmates Partie 9 : Le vrai désir de Tiffanie_(1)

815Report
Anciens Playboy Playmates Partie 9 : Le vrai désir de Tiffanie_(1)

Note de l'auteur :  Il s'agit de la deuxième histoire de Tiffanie, une ancienne playmate fictive de playboy. Son premier est interracial. Vous n'êtes pas obligé de lire celui-là si vous ne le souhaitez pas, mais il suffit de dire que dans la partie 3 de cette série, Tiffanie a été témoin d'un acte incestueux chez elle impliquant sa sœur aînée Diane. Contrairement à Stéphanie (qui a également été témoin d'un acte similaire dans la partie 3), cela a gâché Tiffanie - la rendant même folle. Elle a fait de son mieux pour éviter ses désirs incestueux intérieurs, en les noyant avec le sperme des hommes noirs.

Les première et deuxième histoires de Tiffanie font comprendre que toutes les mamans de mon univers littéraire aiment la bite noire MAIS il y a une bite qu'elles aiment beaucoup, beaucoup plus. Cette histoire parle de Tiffanie qui ne fuit plus son tabou et son désir pervers pour son fils.

Cette histoire commence immédiatement après la fin de sa première. Plus d'hommes noirs pour elle, après avoir admis son véritable désir - son fils - elle se concentre uniquement sur lui.

Tiffanie a été présentée dans The Challenge partie 4.  En outre, une sorte de camée dans cette histoire rappelle les histoires de The Challenge - une certaine station balnéaire tropicale où les membres de la famille se sont rapprochés.





Anciens camarades de jeu Pt. 09 :  Le véritable désir de Tiffanie



Chapitre 1

« Je t'ai vue Diane. Je t'ai vu, toi et Elliot, sur mon pont arrière en train de faire l'amour », a déclaré Tiffanie à sa sœur aînée au téléphone. Elle se tenait à la fenêtre de sa chambre, nue, regardant son fils taper dans un ballon de football dans la cour avant. Les stores étaient complètement ouverts, Tiffanie ne se souciait pas si Tom se retournait et voyait son cadre en sablier se tenant là, le regardant.

"Vous, euh, vous l'avez fait?" Dit Diane en escaladant Dan, la bite de son neveu dans son immense nouvelle maison à Charleston, en Caroline du Sud. Elle a souri à sa sœur Stéphanie qui était assise sur une chaise à côté du lit en train de manger la chatte de son neveu, le fils de Diane, Elliot.

"Je l'ai fait," répondit Tiffanie, regardant Tom. « Il y a un an et huit mois. Toi et lui étiez ici. J'ai entendu des bruits forts tard dans la nuit et je suis allé voir ce que c'était - votre fils, vous tenant par les jambes, vous vous penchant en arrière sur la balustrade pendant qu'il vous baisait.

Diane s'arrêta à l'une des six portes des chambres. Elle écoutait les sons étouffés de l'amour que faisaient sa jeune sœur Julianne et son fils Greg. Ils étaient relativement nouveaux dans la maison, pas encore tout à fait à l'aise de se partager et de participer aux séances de sexe en groupe qui avaient lieu. Diane savait que ce n'était qu'une question de temps – Julianne ayant fait de grands progrès il y a quelques semaines en ne portant plus de vêtements à l'intérieur. Le fils de Julianne, Greg, s'est rapidement relâché quelques jours plus tard, rejoignant le nouveau style de vie nu de sa mère et de tous les autres.

"Tiffanie, je suis désolée, nous aurions dû être plus silencieux", a déclaré Diane en se dirigeant vers l'immense cuisine.

"Non. Je sais pour Bob. Je sais qu'il est à toi et mon père. Je sais que les autres sont nos demi-sœurs. Je couchais avec lui quand je travaillais avec lui et après t'avoir vu toi et Elliot, j'ai recommencé à coucher avec lui pendant plusieurs mois. Est-ce que tu sais pourquoi?"

"Pourquoi?"

« Cela pourrait donc effacer le souvenir de vous avoir vu, vous et votre fils, faire cela. Mais cela s'est retourné contre nous », a déclaré Tiffanie.

« Il t'a dit qu'il était notre père », devina Diane.

"Oui. Alors tu sais ce que j'ai fait ensuite ? Quel est mon prochain plan d'action pour effacer les souvenirs d'avoir été témoin et d'avoir participé à l'inceste ? »

"Quoi?"

« Coq noir. J'ai perdu le compte du nombre d'hommes noirs que j'ai baisé et sucé pour cacher quelque chose, pour enterrer quelque chose. Vous voulez savoir ce que c'était ? demanda Tiffanie en tordant un mamelon en regardant son fils.

« Quoi, ma chérie ? »

"Je voulais cacher à quel point ça m'excitait. Te voir toi et Elliot, apprendre que j'ai couché avec mon père, à quel point c'était incroyablement chaud et tabou. J'ai essayé de remplacer un fétiche par un autre, mais peu importe combien de bites noires ont été enfoncées dans chaque trou de mon corps au cours de l'année écoulée, cela ne pouvait pas et ne pouvait pas se débarrasser de ce désir ardent pour cette bite spéciale. Une bite que je veux en moi plus que la plus grosse bite noire du monde.

« Chez Tom », dit Diane.

"Oui. Je ne peux plus cacher mon désir pour ça, pour lui, plus longtemps. Je ne peux pas m'enfuir. Je vais lui faire l'amour », a déclaré Tiffanie.

"Fais le. Fais-le et viens vivre ici avec moi. Julianne et son fils ont emménagé il y a quelques mois. Vous pouvez également. Arrêtez tout, mettez la maison en vente et emménagez avec nous. Tom obtiendra son diplôme d'études secondaires ce mois-ci, emmenez-le au lit, montrez-lui combien vous l'aimez, puis emménagez avec nous », a déclaré Diane.

Tiffanie soupira. « C'est peut-être plus facile à dire qu'à faire. Nous ne sommes plus vraiment proches. Je n'ai pas passé beaucoup de temps de qualité avec lui. J'ai l'impression que ce serait bizarre.

« Ignorez ce sentiment. S'il se sent mal à l'aise, il s'en remettra. Emmenez-le quelque part. Juste toi et lui. Faites-le vôtre. Il ne vous résistera pas éternellement », a conseillé Diane.

"Je pense que je sais exactement ce qu'il faut", a déclaré Tiffanie. Ils ont mis fin à leur appel, suivi d'autres appels de Tiffanie à un agent de voyage. Elle emmenait son fils dans un endroit où ils étaient déjà allés, un endroit où l'un des amants noirs de Tiffanie les accompagnait, un endroit où elle passait la plupart de son temps à chevaucher sa bite au lieu de passer du temps avec son fils. Elle allait arranger les choses. Elle allait passer tout son temps à donner de l'attention à Tom cette fois-ci. Elle allait être dans le jacuzzi, au lit, sous la douche, sur la plage avec Tom – personne d'autre.

La première semaine de juin était celle où ils partaient. Ce serait exactement le même complexe, chambre, tout. Tiffanie a regardé Tom de sa fenêtre botter le ballon dans la cour avant. Le regardant fixement, alors qu'elle frottait lentement son clitoris, elle avait quelques semaines pour se préparer. Elle allait tout changer avec son fils.







Chapitre 2

Elle attendit que Tom entre avant d'enfiler une robe de chambre noire et soyeuse. La première décision de Tiffanie sur son chemin pour séduire Tom a été de porter moins de vêtements - toujours. Aucun sous-vêtement, petites robes moulantes, peignoirs, petits shorts et débardeurs n'allaient faire partie de sa nouvelle tenue.

Tom était assis dans un fauteuil, surfant sur les canaux, quand Tiffanie entra dans le salon, s'approchant immédiatement de lui.

"Tom, nous devons parler", a-t-elle dit en se mettant à genoux devant lui, en veillant à ce que son décolleté soit exposé autant que possible sans révéler complètement ses seins.

"D'accord Qu'est ce que c'est?" demanda Tom, détournant les yeux d'elle.

Tiffanie lui prit la télécommande et la jeta sur le canapé voisin. Elle se repositionna pour que ses gros seins reposent sur les cuisses de Tom. Elle pouvait dire qu'il se sentait mal à l'aise, mais s'en fichait.

« Je veux vous présenter mes excuses. »

"Pour quelle raison?" Il a demandé.

«Cette dernière année, tout. Toi et moi nous sommes séparés. C'est de ma faute. Cela va changer à partir de maintenant. Pour ton cadeau de fin d'études, je t'emmène en voyage exactement au même endroit que celui où j'étais en novembre. Ce sera juste toi et moi. Je refais ces vacances et je passerai tout mon temps avec toi », a déclaré Tiffanie.

"Oh, eh bien, ça va. Nous n'avons pas à le faire.

"Non. Nous sommes. Je me sens horrible à propos de la dernière fois que nous y sommes allés », Tiffanie s'arrêta ; sa deuxième décision sur son chemin pour séduire Tom était de changer la façon dont elle lui parlait. Elle réfléchit à la manière de procéder, optant pour une ouverture totale et honnête.

Elle passa lentement ses mains de haut en bas sur ses cuisses. "J'étais occupée à avoir des relations sexuelles, tellement de relations sexuelles, avec l'ami qui nous accompagnait", a déclaré Tiffanie en se mordant la lèvre inférieure. Les yeux de Tom s'écarquillèrent et il se tendit, n'entendant jamais sa mère parler comme ça.

"Tu étais seul à la plage et je m'en servais dans le bain à remous. Tu déjeunais seul et je me faisais manger – si tu vois ce que je veux dire, » Elle sourit à un Tom choqué.

Tiffanie se pencha pour lui chuchoter à l'oreille : « Ça veut dire que j'avais mon pu- »

"Je sais ce que ça veut dire maman," l'interrompit Tom, la repoussant. "Trop d'infos."

"Eh bien, de toute façon, cette fois, ce sera différent. Nous passerons tout le temps ensemble. Vous et moi. Comment ça sonne?" elle a demandé.

Tom ne voulait pas regarder son visage, il jeta un coup d'œil à son décolleté, "Euh, tu devrais peut-être te vérifier là-bas."

Tiffanie baissa les yeux. Une partie de son sein droit, y compris la majeure partie du mamelon, était exposée. Elle devina que sa robe s'était défaite quand elle se pencha pour chuchoter à Tom. "Oh. Hé, Tiffanie haussa les épaules. "Alors, que dis-tu?"

"Tu vas réparer ta robe?" demanda nerveusement Tom.

« Ugh Tom, ne sois pas stupide. C'est juste moi. Nous allons tellement nous lier d'amitié dans les prochaines semaines. Vous pourriez les voir tous les jours ! dit Tiffanie, retirant rapidement son peignoir, exposant ses seins.

"Maman!" Tom détourna le regard.

Tiffanie attrapa son visage pour rencontrer ses yeux, ses gros seins exposés reposant sur le bas-ventre de Tom. "Tom, une refonte de vacances pour ton cadeau de fin d'études, oui ?"

Tom déglutit, tremblant, la regardant dans les yeux. Il hocha lentement la tête.

"Bien," sourit Tiffanie, ferma les yeux et embrassa la bouche fermée de Tom. Elle se tenait debout, ses yeux dans les siens, n'ajustant pas sa robe.

Elle s'éloigna, derrière Tom, vers les escaliers. Elle enleva la robe, regardant par-dessus son épaule. « Je vais commencer le dîner dans une heure. Si tu as besoin de moi avant, je serai dans ma chambre en train de me masturber. Frappez d'abord. Ou pas. Tout le monde le fait !"

Tom resta assis pendant les cinq minutes suivantes, la bouche grande ouverte, toujours sous le choc. "Qu'est-ce que c'est", réussit-il à murmurer avant de se lever pour partir.

Juste au moment où il posait sa main sur la porte d'entrée pour sortir, il entendit sa mère jouir - bruyamment - dans sa chambre. « Non, non, je dois partir ! » Tom s'est précipité hors de la maison pour conduire pendant un petit moment.

S'il était resté à la maison cinq minutes de plus, il l'aurait entendue crier son nom, le suppliant d'aller plus fort, plus profondément en elle.

Tiffanie a sorti le gode de son corps, le léchant et le suçant pour le nettoyer. Son seul vrai désir, Tom, serait tout à elle en un rien de temps.






chapitre 3

Le dîner était angoissant pour Tom. Tiffanie portait la même robe noire, rien en dessous, jouant au foot tout le temps avec lui, parlant indéfiniment de leur voyage.

"Oh, il y a aussi une plage nudiste à proximité. C'est bien. N'hésitez pas à me rejoindre si vous le souhaitez », a suggéré Tiffanie, prenant quelques dernières bouchées de son repas.

"Non merci," répondit rapidement Tom.

Tiffanie sourit, emmenant ses assiettes et celles de Tom dans la cuisine. « Ok, homme de la maison, asseyez-vous sur votre trône. Votre femme – moi – vous servira de dessert.

"Quoi?"

"Asseyez-vous dans le fauteuil inclinable," Tiffanie roula des yeux, sortant la tarte aux pommes du réfrigérateur. Elle prit une cuillère et se dirigea vers Tom.

Elle remonta la courte robe noire et s'assit sur ses genoux, la plupart de ses fesses nues sur sa cuisse. "Maman," grimaça Tom.

"Chut, je nourris mon homme", a déclaré Tiffanie en portant une cuillerée de tarte à sa bouche.

"Je ne suis pas ton homme," dit Tom.

"Juste le manger," dit-elle sèchement. Tom s'exécuta, ouvrant la bouche pour que sa mère y fourre la tarte.

"Mmmm," gémit-elle. "Bien?"

"Ouais."

« Prends-en un autre. Vous aimez la tarte ?

"Mmhmm," dit Tom, mâchant la bouchée.

Tiffanie embrassa le côté de sa tête après lui avoir donné une autre bouchée, le regardant manger. "Tu es vraiment doué pour manger de la tarte, Tom."

« Euh, merci ? »

"Je parie que tu vas manquer à beaucoup de filles à l'école", a ajouté Tiffanie.

"Que veux-tu dire?" dit Tom après avoir avalé un autre morceau.

"Eh bien Tom," dit Tiffanie en lui prenant la cuillère et en posant la tarte sur la table. "Pie est un euphémisme pour," sourit-elle, se penchant une fois de plus pour lui murmurer à l'oreille. "Chatte."

"Oh mon Dieu, maman," grogna Tom. « Qu'est-ce qui vous prend ? »

«Hé, détendez-vous, détendez-vous. Nous sommes juste idiots ici.

"Non, tu es stupide. Lâche-moi, dit Tom, essayant de se lever, essayant de pousser sa mère hors de ses genoux.

"Facile! Bien, bien, partez, dit Tiffanie en le laissant partir.

"Merci pour le dîner. C'était bien, dit Tom par obligation de politesse.

"De rien," soupira Tiffanie. "Je vais te préparer le dîner beaucoup plus souvent."

Tom se dirigea vers sa chambre pour jouer à des jeux vidéo. Tiffanie sentait qu'elle allait trop vite. Plus tard dans la nuit, sa sœur aînée Stéphanie a accepté. Ils étaient au téléphone, Stéphanie essayant des robes sexy pour son rendez-vous avec son neveu, Greg, tandis que la mère de Greg, Julianne, a fait de même pour son rendez-vous avec le fils de Stéphanie, Dan. C'était un pas de plus pour que tout le monde se sente à l'aise les uns avec les autres, un pas de plus vers les orgies familiales.

« Je reculerais un peu. Vous l'avez posé sur assez épais, semble-t-il. Vous ne voulez pas l'effrayer », a suggéré Stéphanie. "Peut-être m'excuser d'être trop fort, puis au cours des prochaines semaines, continuer à flirter, mais plus innocemment. Il se sentira probablement encore mal à l'aise, mais pas assez pour l'effrayer complètement.

"Alors pendant les vacances, je peux monter d'un cran?" demanda Tiffanie.

"Sûr. Fais attention. J'ai mis Dan TRÈS mal à l'aise quand je l'ai séduit. Je suis allé trop loin, trop vite je pense. Si j'avais passé plusieurs jours seul avec lui, j'aurais peut-être un peu ralenti les choses.

"J'ai 10 jours avec Tom", a déclaré Tiffanie.

"Bien, c'est très bien. Chaque jour, la mise est juste un peu plus élevée. Jusque-là cependant, excusez-vous, puis gardez les choses simples. Blottissez-vous sur le canapé, allez au cinéma ou au dîner ; parler avec lui comme le feraient des amis. Ce sont des choses que j'aurais aimé faire.

"Qu'avez-vous finalement ressenti après que cela ait été fait?" demanda Tiffanie.

"Sur un nuage neuf. C'était court et sucré. Dan n'a pas duré longtemps, mais je m'en fichais. C'est mon chéri », a répondu Stéphanie. "Le sexe avec lui est mieux que le sexe avec tous les noirs -"

« Des bites dans le monde ? » Tiffanie gloussa.

"Oui!" dit Stéphanie, d'accord avec Tiffanie et aussi sur la robe qu'elle avait choisie. Elle changea de ton, chuchotant au téléphone. «Et j'aime la bite noire. Je fais vraiment. Mais rien n'est comparable à Dan. Heck, après mon rendez-vous avec Greg ce soir, je l'emmène au lit et je n'ai aucun doute dans mon esprit que CE sexe sera tout aussi bon sinon PRESQUE aussi bon qu'il l'est avec Dan.

Les deux sœurs ont rigolé: "J'espère que je découvrirai que vous avez raison", a déclaré Tiffanie. "Ugh, tu m'excites tellement maintenant."

« La masturbation est votre amie. Je me souviens d'avoir éjaculé sur mon jouet, d'avoir pensé à Dan avant de faire l'amour, et je n'ai jamais eu un orgasme aussi fort de ma vie. Plus que je n'en ai jamais eu avec un Noir et ce n'était que de la masturbation !

« Stéphanie ! Tu es trop », a déclaré Tiffanie. Se calmant un peu, les yeux au sol, "Je suppose que tu sais que nous sommes demi-sœurs, n'est-ce pas?"

"Oui, mais ce n'est pas grave. Cela ne change rien. Nous sommes toujours sœurs », a déclaré Stéphanie.

"Je sais. Je suppose que tu as raison », a déclaré Tiffanie, debout, enlevant sa robe.

"Je ferais mieux d'y aller. N'oubliez pas d'y aller doucement », a déclaré Stéphanie. Ils ont mis fin à leur appel. Tiffanie se dirigea vers la douche et Stéphanie rencontra son rendez-vous à la porte d'entrée.

Le dos de Stéphanie était contre le dos de sa sœur Julianne. Chaque femme s'embrassait avec son fils respectif. Ils ont rompu le baiser en même temps et ont dit à l'unisson: "Amusez-vous avec votre tante ce soir."

Tous les quatre éclatèrent de rire.






Chapitre 4

Prenant à cœur les conseils de Stéphanie, Tiffanie les a atténués. Au lieu de flirter avec Tom et de le mettre mal à l'aise, elle a choisi de parler davantage avec lui, d'aller faire des choses avec lui et de nouer une amitié avec lui.

Elle portait encore très peu de vêtements dans la maison. Tiffanie s'asseyait en face de Tom au dîner, vêtue de sa robe de chambre, les mamelons dressés contre la soie, frottant légèrement son pied contre le sien – mais sans aller trop loin.

Elle s'est excusée d'avoir été trop forte, disant que parfois elle était vraiment excitée et avait du mal à se contrôler - en particulier autour d'hommes attirants, insinuant Tom.

Tom était pour la plupart maladroit avec elle, n'étant gentil que parce que c'était la bonne chose à faire. L'essentiel dans son esprit était de terminer ses examens finaux et de trouver comment annoncer à sa mère qu'il avait été accepté à l'université de l'autre côté du pays, à Los Angles, près de son père. Ses parents ne s'entendaient pas du tout, mais comme sa mère était à peine là depuis un an environ, Tom avait du mal à lui parler de ces choses. Il savait qu'elle ne serait pas contente.

« Avez-vous hâte de notre voyage ? demanda Tiffanie à son fils en rangeant la vaisselle avec lui.

« Ouais, je suppose, » Tom haussa les épaules.

"Nous allons passer un moment merveilleux", a-t-elle dit, empêchant Tom de ranger une assiette, le serrant étroitement dans ses bras. "Je sais que je l'ai déjà dit récemment, mais je suis vraiment désolé de ne pas avoir été très présent l'année dernière. Je traversais beaucoup d'agitation et j'ai juste gardé mes distances au lieu de m'en occuper.

"La tourmente? Comme quoi?" a demandé Tom.

"Viens, assieds-toi sur le canapé avec moi," Tiffanie attrapa sa main, ouvrant la voie. Tom s'assit, Tiffanie remonta la jupe qu'elle portait, révélant une partie de son cul, et la fit asseoir, à l'insu de Tom, la chatte nue sur ses genoux, à cheval sur lui.

"Maman," soupira Tom.

"Détends-toi, ça va," Tiffanie tenait son visage, embrassant ses joues avant de continuer. Elle ne voulait pas lui dire que Diane et Elliot avaient des relations sexuelles sur le pont arrière, elle ne voulait pas lui dire à quel point ça l'excitait de le voir, elle ne voulait pas lui dire dans quoi elle avait sombré pour oublier ce qu'elle a vu et ce qu'elle a ressenti.

« Tu te souviens de Bob ? » demanda Tiffanie après une brève pause.

"Ouais, ce gars avec qui tu passerais tes week-ends."

"Droit. Eh bien, il s'est avéré être quelqu'un de complètement différent. J'ai eu du mal à m'en occuper. Je me suis enfui alors que j'aurais dû courir vers toi.

"Pourquoi moi?"

Tiffanie ne répondit pas, souriant à son fils, passant ses doigts dans ses cheveux. Elle le serra fort contre lui, l'attirant contre sa poitrine.

"Beurk," se tortilla Tom.

"Désolé," dit Tiffanie. « Mes seins sont assez gros, n'est-ce pas ? »

"Euh," déglutit Tom, ses yeux clignant rapidement. "Ouais."

« Tu as tellement aimé les sucer. Ils t'ont très bien nourri il y a très longtemps, caressa Tiffanie.

"Allez, bon sang," se plaignit Tom, éloignant son visage de sa main.

"Désolé," dit-elle encore, descendant son fils, le tirant vers le haut. "Finir la vaisselle. Je serai dans ma chambre. N'hésitez pas à me rejoindre. On peut regarder un film si tu veux.

Tom haussa les épaules, n'ayant pas vraiment envie de la rejoindre. Il ne l'a pas fait. Il est allé dans sa chambre pour étudier pour son dernier examen. La remise des diplômes aurait lieu le week-end suivant. Tiffanie, une fois de plus nue, blottie sous les couvertures, s'endormant avant la fin du film.

*********

« Et si tu le rendais jaloux ? Stephanie a suggéré au téléphone, en retirant brièvement la bite de Dan de sa bouche.

"Je ne sais pas. Comment?" Tiffanie a répondu Elle était de nouveau nue, regardant Tom jouer au football.

"Eh bien, peut-être flirter avec l'un de ses petits amis. Vous avez dit qu'après l'obtention du diplôme, il y avait un cuisinier, n'est-ce pas ? Eh bien, si Tom vous voit flirter avec d'autres garçons de son âge, il deviendra peut-être jaloux. peut-être qu'il vous voudra pour lui-même après vous avoir vu sous cet angle. Qui sait?" Stéphanie a ajouté.

« Je ne pense pas que ça marchera. Je ne peux pas vous dire combien de fois j'ai eu des relations sexuelles bruyantes au cours de l'année écoulée dans ma chambre, espérant au fond de moi que Tom m'espionnerait ou nous surprendrait. Rien n'a fonctionné. Soit il a quitté la maison, soit il a mis ses écouteurs et s'est caché dans sa chambre », a déclaré Tiffanie.

"Eh bien, ne sois pas si évident avec ça. Y a-t-il une piscine là-bas ? demanda Stéphanie.

"Je pense que oui. C'est en bas de la rue à la piscine du quartier. Ils ont un cuisinier chaque année pour tous les diplômés qui vivent ici.

Stéphanie sortit à nouveau la bite de Dan de sa bouche : « Portez un joli bikini. Avec un corps comme le vôtre, vous attirerez l'attention de tout le monde. Il suffit de traîner dans l'eau.

"Je vais voir ce que je peux faire. Je n'ai rencontré aucun des amis de Tom, alors qui sait.

Quelques jours plus tard, samedi soir, tout le monde regardait Tiffanie alors qu'elle et Tom entraient dans la piscine, posant leurs serviettes.

Son bikini sarcelle n'était pas trop révélateur, trop salope, c'était assez normal. Ses courbes, ses seins, son ventre, ses jambes, ses fesses n'ont pas empêché tout le monde de jeter un coup d'œil à la femme de 41 ans. Elle avait toujours un corps incroyable après avoir posé pour la dernière fois dans Playboy dans la vingtaine.

Tiffanie a ignoré tout le monde sauf Tom. Elle le suivait pratiquement partout. Il l'a présentée à contrecœur à tous ses amis. Tiffanie l'a joué cool, était amical, souriant largement.

Aucune des autres mères ne lui parlait ; les pères avaient trop peur. Mais les amis de Tom, adolescents, l'ont facilement approchée alors qu'elle s'appuyait contre le mur de la piscine dans quatre pieds d'eau.

Elle n'a pas flirté avec eux. Elle ne les a pas du tout touchés. Elle parlait et riait avec eux. Certains étaient timides, d'autres extravertis, mais Tiffanie pouvait le dire, tous la voulaient.

Elle et Tom ont établi un contact visuel plusieurs fois. Il était de l'autre côté de la piscine en train de discuter avec un ami et sa petite amie. Finalement, elle surprit Tom qui la regardait, observant les gars autour d'elle. Elle lui fit un doux signe de la main, espérant que cette suggestion avait un effet sur lui.

Ça faisait. Plus tard dans la nuit, Tom était dans son lit, regardant un film avec elle. Il ne parlait pas beaucoup, mais a frappé à sa porte, est entré, lui disant qu'il pensait qu'il traînerait un peu. Tiffanie n'avait aucune idée s'il était jaloux ou s'il voulait passer du temps avec elle cette nuit-là pour rattraper son incapacité à la piscine.

"Câliner?" demanda Tiffanie, une grande serviette encore enroulée autour de son corps après sa douche.

"Bien sûr, je suppose," Tom haussa encore les épaules, tendant le bras pour sa mère. Tiffanie n'a pas regardé le film, mais s'est allongée contre Tom, respirant son parfum, appréciant sa chaleur.

À la fin du film, elle lui a demandé de rester avec elle pour la nuit. Il a refusé. "S'il te plaît?" elle a demandé.

« Non. Peut-être demain, dit Tom.

"D'accord. Je suis fier de toi d'ailleurs. Très, très fier de toi. Vous preniez tous ces cours avancés et maintenant vous avez terminé !" dit Tiffanie en lui faisant un câlin et un baiser sur les lèvres, le prenant par surprise.

"Ouais. Merci », a déclaré Tom, lui cachant toujours des informations sur son acceptation à l'université.

"Souviens-toi de demain soir", a déclaré Tiffanie en souriant alors que son fils quittait sa chambre en fermant sa porte.

"D'accord. Demain soir."

Elle a défait la serviette, la laissant tomber à ses pieds, debout nue, "Bien. Je t'attendrai », murmura-t-elle.






Chapitre 5

"Je dors nue", a déclaré Tiffanie à Tom la nuit suivante dès qu'il est entré dans sa chambre, en fermant la porte.

"Quoi?" dit-il en reculant.

"Non," dit Tiffanie, le plaquant contre la porte, l'empêchant de s'échapper. « Tu ne pars pas. Je veux passer le plus de temps possible avec toi. Si vous vous sentez mal à l'aise avec ma nudité, vous pouvez vous déshabiller ou dormir en dehors des couvertures.

"Bien," dit Tom. "Faites-moi savoir quand vous êtes dans le lit et couvert."

"Tu es en sécurité", a déclaré Tiffanie, allongée sur le côté, appuyée sur son coude. « Tu es sûr que tu ne veux pas perdre ce pyjama ? C'est assez confortable de sentir la peau nue contre les draps.

"Non merci," répondit rapidement Tom, espérant qu'elle laisserait tomber. Tiffanie gloussa, se rapprochant de Tom. Il a tiré une couverture sur ses jambes.

"Tenez-moi?" demanda sa mère. Tom roula des yeux. « Détendez-vous, ma peau ne touchera pas la vôtre. Je suis sous les couvertures, tu te souviens ?

Tom soupira : « D'accord. Amende."

Elle éteignit la lampe à côté du lit, une partie de sa poitrine étant exposée à cause de son étirement. Tom n'a rien remarqué.

Ses bras et le haut de son dos exposés, elle se blottit contre Tom. Tirant son visage vers le sien, embrassant ses lèvres, elle dit bonne nuit. « Tu es le seul homme pour moi. Je m'en rends compte maintenant. Bonsoir."

Tom, confus par sa déclaration, a simplement répondu par un "bonne nuit" de son cru. Tiffanie était allongée dans ses bras, bien éveillée, faisant semblant d'être sous les couvertures et nue avec elle après une séance d'amour torride.

Sa chatte humide lui donnant du courage, elle attendit que Tom s'endorme. Tiffanie s'assit, le drap se dégageant de son corps, révélant ses seins. Elle regarda son fils endormi, souriant de manière séductrice.

Dans la pièce faiblement éclairée, elle tira sa couverture en arrière, faisant attention de ne pas le déranger. "Juste un coup d'oeil. C'est tout, murmura-t-elle.

Son cœur battant la chamade, elle retint son souffle, lentement, tirant doucement sur son pantalon de pyjama et son caleçon. Tiffanie s'arrêta, ayant une idée. Elle sauta du lit, attacha ses cheveux mi-longs en queue de cheval, trouva une lampe torche sur la table de chevet et retourna sur le lit.

"Là. Jetons un coup d'œil à toi », sourit-elle. Appuyée sur son coude, planant au-dessus de la taille de Tom, elle tira une fois de plus sur son pantalon de pyjama et ses sous-vêtements.

"Oh bébé, oh bébé," murmura-t-elle, la bouche tremblante, la lampe de poche éclairant la touffe de poils pubiens et le pénis flasque de Tom.

Tiffanie baissa la tête, inhalant son parfum, "Wow," murmura-t-elle.

Elle voulait le dévorer, lui donner vie, l'aspirer à sec. "Je vais t'avoir en moi. Je vais te boire », a-t-elle dit à sa bite endormie.

Éteignant le flash, elle se pencha vers Tom. "Je vais m'occuper de toi, Tom," lui murmura-t-elle à l'oreille. "Mmmm," gémit-elle, "je vais te baiser si bien."

Tiffanie a dû se retirer de la pièce. Elle sauta à nouveau du lit, se précipita dans le couloir et sortit sur sa terrasse arrière dans l'air chaud et humide de la nuit. "C'est là que tout a commencé", a-t-elle déclaré. "C'est là que j'ai vu une mère et son fils ensemble."

Elle frottait lentement son clitoris, faisant les cent pas sur le pont, la pleine lune fournissant toute la lumière dont elle avait besoin. "À M. Oui."

« Emmène-moi », a-t-elle répété en s'adossant à la rambarde, tout comme sa sœur aînée Diane l'a fait cette nuit fatidique.

"Oui!" elle a fait semblant que Tom était là, tenant ses jambes, claquant sa bite en elle aussi fort qu'il le pouvait. Tiffanie accéléra le rythme, frottant furieusement son clitoris. "Oui! Oui!"

"Plus fort!" Elle imaginait son fils serrant les dents, transpirant, tout comme elle.

"Oui! Oui! Noooooooon !" Tiffanie est tombée par-dessus la balustrade, atterrissant avec un bruit sourd, six pieds plus bas sur l'herbe mouillée. Elle a éclaté de rire après avoir découvert qu'elle n'était pas blessée. Elle n'avait pas fini cependant.

Peu importe si les voisins l'entendaient ou la voyaient, elle n'arrêtait pas de se masturber dans son jardin. Roulant sur le sol, prétendant que Tom était avec elle, elle arriva au milieu de la cour. Elle était à quatre pattes maintenant, atteignant son estomac, frottant son clitoris, trempant ses doigts dans sa chatte et frottant encore. Dans son esprit, Tom était derrière elle ; la posséder.

Comme un loup hurlant à la lune, Tiffanie a crié dans la nuit, alors que l'orgasme le plus puissant qu'elle ait jamais eu l'a emportée. Peu importe si elle réveillait les voisins ou Tom, elle s'effondra sur le sol, respirant fortement.

Quand elle s'est calmée, elle s'est moquée d'elle-même, a escaladé la balustrade du pont avec quelques difficultés, plantant son pied sur le sol du pont et se redressant. Elle entra à l'intérieur et découvrit que Tom dormait encore.

Après une douche pour nettoyer la saleté et l'herbe, elle se tenait, nue dans l'embrasure de la porte de la salle de bain, la lumière derrière elle silhouettant son corps, regardant Tom dormir, souriant diaboliquement. Elle se demandait si ce désir tabou et pervers était génétique. C'était peut-être pour cela que toutes ses sœurs couchaient avec leurs fils. Elle ne savait pas et s'en fichait. Tout ce qu'elle savait, c'était qu'elle l'embrassait pleinement, son vrai désir, et qu'elle franchirait très bientôt cette ligne avec Tom.




Chapitre 6

Tiffanie s'est assise à côté de Tom pendant le trajet en avion vers les Bahamas. Elle lui tenait la main, repensant à la dernière fois qu'ils étaient dans un avion. C'était en novembre et c'était vers la même destination. Tiffanie était dans la salle de bain en train de se faire baiser par l'ami qu'elle avait amené. Cette fois, cependant, elle était assise à côté de son fils, lui tenant la main et pensant à toutes les choses merveilleuses et belles qu'elle voulait lui faire. Elle allait arranger les choses.

Ils ont pris une navette de l'aéroport à la station. Tiffanie se recroquevilla dans les bras de Tom, ignorant le regard agacé sur son visage. La dernière fois qu'ils étaient là, Tiffanie était recroquevillée dans les bras de son amie, serrant et tirant sur son érection à travers son short, espérant que son fils regarderait et le verrait; voir que sa mère n'était pas une malade incestueuse comme ses tantes.

Mais maintenant elle l'était. Tiffanie a pleinement embrassé ses désirs tabous, ne les fuyant plus - de Tom. Elle attira son visage vers le sien, embrassant ses lèvres.

Tom s'éloigna, "Maman, bon sang."

Tiffanie sourit, essuyant ses lèvres avec son pouce, "Je t'aime."

Tom regarda autour du bus, faisant un signe de tête à sa mère, "Je t'aime aussi."

Tiffanie ne pouvait pas effacer le sourire de son visage. Il était si timide. Tout cela allait changer à la fin du voyage.

Il y avait un problème pour obtenir la même villa que la dernière fois. Le responsable de la réception qui les a enregistrés a informé Tiffanie de leur erreur.

"C'est bon. C'est un nouveau voyage, donc une nouvelle chambre, c'est bien », a-t-elle déclaré.

L'employé regarda Tiffanie et Tom, "Est-ce votre fils?"

"Oui."

"Je pense que j'ai la chambre parfaite pour vous deux", sourit l'employé, faisant un clin d'œil à Tiffanie avant d'imprimer leurs papiers.

*********

"Oh wow, c'est incroyable, Tom!" Tiffanie a posé son sac sur le lit et a vérifié la salle de bain. La douche était immense. Sa première pensée fut que cela pourrait facilement s'adapter à elle et Tom là-dedans.

« Regardez ici ! Oh mon…    Tiffanie regarda dans la petite cour et remarqua le bain à remous. Tom se tenait à côté d'elle, regardant autour de lui.

"Peut-être que plus tard ce soir, je peux me faire livrer du vin, nous pouvons y entrer," Tiffanie se retourna et chatouilla son fils, "nous pouvons nous amuser!"

Tom tressaillit, "Ouais, bien sûr." Il haussa les épaules.

Tiffanie retourna à son sac, laissant Tom regarder autour d'elle. "Je mets mon bikini et ensuite nous irons à la plage."

Quelques instants plus tard, Tiffanie émergea de la salle de bain vêtue d'un tout nouveau bikini. C'était un petit bikini noir à cordes, laissant peu de place à l'imagination.

"Eh bien ça te plaît ?" Elle a demandé à son fils, en riant alors qu'il regardait ailleurs embarrassé. Elle s'approcha de lui, attrapa ses mains et les posa sur sa taille.

"Tu penses que c'est sexy ?" elle a demandé.

"Maman, je -"

"Hé, ça va. En tant que femme, pensez-vous que je suis sexy ?

Tom soupira et haussa les épaules.

"Hé, regarde-moi," Tiffanie attira son visage vers son visage souriant. Elle sourit en regardant son décolleté. "Tu penses que je suis sexy ?"

"Je, je suppose," balbutia Tom.

"Bien," Tiffanie attrapa son sac. « Je vous suggère de vous détendre et de ne pas me considérer comme une mère, mais comme une amie, une femme avec qui vous êtes en vacances. Des vacances nécessaires pour que nous nous reconnections tous les deux, cette fois en tant qu'adultes.

Tiffanie fit un clin d'œil au jeune de 18 ans, lui faisant signe de la suivre. Ils verrouillèrent la porte et se dirigèrent vers la plage, Tiffanie tenant la main de Tom.

*********

Ils étaient inséparables, au grand plaisir de Tiffanie. Contrairement à la dernière fois, en novembre, ils ont passé la journée ensemble. Ils ne parlaient pas beaucoup. L'idée de faire l'amour avec Tom, de se donner à lui remplissait son esprit – mais elle restait calme et tranquille, profitant du soleil, du sable et de son fils.

Elle l'a traîné dans l'eau, l'a chevauché, l'a tenu et l'a regardé dans les yeux, lui donnant parfois des baisers sur la joue et les lèvres. Elle savourait chaque instant.

Tom ne protesta pas trop, Tiffanie se demanda si au fond de lui ses gros seins, à peine recouverts par un haut de bikini, s'écrasant contre sa poitrine ne le gênaient pas.

Ce soir-là, ils sont allés dîner. Elle portait une belle robe d'été, pas de sous-vêtements. Il y avait une bougie au milieu de la table ; elle lui tenait la main, assise en face de lui.

Quelques instants plus tard, danse lente avec quelques-uns des couples plus âgés du complexe, "Avez-vous remarqué quelque chose à propos de notre chambre?"

"Quoi?"

« Il n'y a qu'un seul lit. Es-tu d'accord avec ça?" demanda Tiffanie.

"Ouais je suppose. Sûr."

"Est-ce que tu vas être d'accord avec moi pour dormir nu?"

"Euh, eh bien -"

"À M?" elle posa ses mains sur son visage, "tu n'as pas à être mal à l'aise avec moi."

"Je sais, c'est juste un peu bizarre. Je dormirai à nouveau en dehors des couvertures.

“Ok,” She smiled, accepting that compromise once again.

Back at the room, Tom emerged from the bathroom in pajamas.  Tiffanie started undressing, glancing at Tom while she did, seeing him avert his eyes, too bashful to look.

Just like the other night, Tom held her covered nude body against his.  After a long day of travel, Tiffanie was too tired to wait for Tom to go to sleep.  As she drifted off, she thought back to the previous trip.  She climaxing over and over again the first night, while Tom was outside or across the villa, his room shut.  This time, she was doing things the right way.  She was in his bed, in his arms, right where she belonged.






Chapitre 7

"Quoi? Qu'est-ce que c'est?" Tom asked his mother the next day after breakfast. They were in a nearby pool; she was once again, straddling him staring at his face, quiet.

"Rien. Just admiring the view.”

“You’re funny,” Tom said.

“You look a little like my father,” Tiffanie said, referring to her biological father, Bob.

"Vraiment? I never saw that resemblance.”

“When he was younger, yes,” Tiffanie thought back to the day she learned of Bob’s true identity, seeing pictures of the college age Bob with his mother, Tiffanie’s mother.

“I love you,” Tiffanie said once again.

“Mom, are you sure you ok?  I mean I know you want to make up for not being around much in the past year or so, but you just seem so different now.”

“I’m more than ok, Tom.  I’m perfect.  I feel great, I feel like everything is working out wonderfully.”

Tom thought about telling her about college. She thought he’d be attending a nearby community college for a couple years, getting his core classes out of the way, and then transferring to a four year school to finish. Seeing her happy face looking at him made him hesitate once more.

“Things are going to be changing for us,” Tiffanie said.  “They will be changing for the better.  I can’t go into it just yet, but on this trip, you’ll know what I mean by the time we leave. Please just go with it, let me change our relationship for the better.”

"Qu'est-ce que tu racontes?"

“You’ll see, just go with it.  I promise you everything will be perfect.”

The rest of the day was more of the same – quiet closeness between mother and son, Tom gradually loosening up a bit, not flinching when she kissed him.  Sometimes he’d rest his hands on her waist while she gave him a longer-than-normal kiss on the lips.

That evening was another romantic meal, followed by a walk under the stars, with Tiffanie’s hand holding Tom’s arm.

*********

Tom awoke the next morning hard as a rock – more so than normal.  He felt a warm, soft body resting against his.  His hand glided up a bare back, feeling the silk skin.  He moaned, feeling a heavy mass against his side – two large breasts.

His eyes shot open upon realizing the body belonged to his mother.

“Hi,” she said, smiling at him.  “Sorry, I got hot under the covers.  I figured this blanket you were using would be better.  But then I got chilly, so I snuggled up to you.  Now I’m just right.”

“Uh, ok,” Tom said.

Tiffanie rose up, kissing his cheek, her tits dragging across his chest.  Tom looked away, not seeing his mother crawl out of bed.  He kept his eyes closed, hearing fabric of her bikini thong slide against her legs.  He quickly opened and shut his eyes.  In that split second he saw his mother, back to him, looking for the bikini top.  He could see the sides of her breasts from behind.

“Get dressed.  Let’s go,” Tiffanie said, pulling the blanket away from Tom.  Moaning inwardly when she saw his tented pajama bottoms.

“Looks like someone else is ready to go,” Tiffanie smiled, glancing at his bulge, sitting next to Tom on the bed.  She ran her hand over his chest.

“Mom, I’m sorry, I – ”

“Got excited from holding a naked woman in your arms?” Tiffanie asked.  Tom’s eyes darted from side-to-side, thoroughly embarrassed.

“Aww, it’s ok,” Tiffanie said, throwing her leg over Tom, climbing on him, straddling him.  He looked on in shock when his mother lowered her crotch on top of his.

"Voir? No big deal,” She said, fighting a burning desire to rip his pajama pants off and shove his cock inside her hungry pussy. “Actually, it kinda is a big deal.”

Tom’s face turned red, picking up on his mother innuendo.  “Um.”

“Come on, let’s get going,” Tiffanie said, climbing off her son, giving his tenting pajamas a look and a smile.

The rest of the day was noticeably more uncomfortable for Tom.  Tiffanie thought nothing of it, spending all her time with her true desire – her son and enjoying every hug, kiss, and caress she gave him.

That night she went to bed, undressing once more, climbing on the bed under the same blanket Tom was under.  He didn’t protest this time.

“You going to fondle me in my sleep?” Tiffanie joked.

"Quoi? No, no way,” Tom said.

“You can if you want to,” Tiffanie said, lying in his arms.  “I wouldn’t mind being woken up by a man running his hands all over my naked body.”

Tom shook his head, closing his eyes, feeling more uncomfortable.

“I love being held like this,” his mother said, placing his hand on her waist.

A moment passed, Tom was incredibly tense. “Tom?” Tiffanie asked rising up on her elbow. “Are you a virgin?”

"Maman!"

“Sweetie, don’t be shy.  You can tell me anything.”

"Pouah."

"Bien?"

He hesitated more.  “I had a girlfriend but it never got to that point.”

“Sex?”

"Ouais. D'ACCORD? Is that what you wanted to know?”

“What did you two do?”

“We kissed some and, well,” Tom paused.

Tiffanie kissed at his cheek, jaw, neck, whispering in his ear, “Did she suck your dick?”

“Ah geez,” Tom said, attempting to sit up, to leave, but his naked mother pinned him down.

“No, no, you’re not going anywhere,” She said, straddling him, Tom looking away from her tits.  “Did she?”

Tom nodded his head, yes.

Tiffanie leaned down, her breasts coming to rest on his chest, “Was it good?”

Tom shook his head, no.

“And why not?” She whispered, peppering his face with slow sensual kisses.

“Teeth,” Tom spit out.

“Ah yes.  Her teeth raked across your cock. Probably didn’t feel good,” Tiffanie was continuously kissing at his cheeks and neck now.  “I had that problem too when I first started pleasuring men with my mouth.  I learned a few tricks to help with it.”

Tom gulped again, his breathing heavy, he wanted to run, but was too scared to grab her naked body and throw her off him.

“Now that I’ve mastered it, a penis easily goes into my mouth, no teeth raking across the shaft,” Tiffanie paused a moment, kissing his lips slowly.  “I love the feeling of doing it.”

She was looking directly in Tom’s eyes now, “I love it when a man ejaculates in my mouth.  I love the taste of semen, sloshing it around in my mouth before I swallow it.”

She kissed his lips once more, “Every last drop.”

Tom panicked, “Ok get off me.  Get off me!”

“Tom?”

"S'il te plaît! Just move,” Tom said, sitting up, his mother sliding off him on to the mattress. He rushed out the door, saying over his shoulder, “Going for a walk.”

Tiffanie smiled, getting off the bed, walking to the hot tub in the back court yard area.

 “We’re going to the nude beach tomorrow Tom,” she said aloud, letting the jets of the tub, massage her body, while she rubbed her clit.

Two hours later, Tom returned, finding his mother in the bed on her side facing away from him.  He pulled the blanket over him, rolled over, and tried to go to sleep.






Chapitre 8


Tom woke the next morning finding his mother already dressed, not in a bikini, but in a thin, spaghetti-strapped tank top, her large, full breasts busting at the seams to get out, and tiny, white shorts.

"Se dépêcher! We have to make the ferry on time,” Tiffanie pulling Tom out of the bed.

“Ferry?”

"Oui!" She said, pulling his t-shirt up over his head, running her hands over his body before pulling at his pajama pants.

“Whoa, whoa, I can remove these,” Tom said, heading to the bathroom to change in to a new shirt and swim trunks.

They had a quick breakfast, Tom trying to forget about last night, his questions about where they were headed in the ferry unanswered by his mother.

The ferry was actually a small boat, large enough for about ten people, all sitting in rows of benches.  Tom saw they were headed for an island not far off the coast.  Apparently it was owned by the resort and this boat shuttled people back and forth from it all day.

When they arrived Tiffanie stood, waiting to get off.  Wake from a passing boat hit their boat causing Tiffanie to stumble.  She raised her hands to stop her fall.  One hand went Tom’s thigh, the other, to his crotch.

Tiffanie held it there, pressing down on his crotch for a few seconds, “Oops, sorry.”

Tom blushed, saying nothing, hoping it was an accident.

Holding hands, exploring the island, they walked by the pool area, small restaurant, and made their way to one of the small beaches. They were alone.  Tiffanie saw a small coconut tree in the distance.

“Hold me up; I want to get a coconut as a souvenir.  I hope I can get it past customs,“ She told her son.

Instead of getting a stick or even bumping into the tree, she insisted she straddle Tom, and he hold her up so she could reach the coconut. He finally agreed, Tiffanie sneakily tore her thin spaghetti strap and jumped on Tom.

He held her up as high as he could, “My butt,” Tiffanie said.

"Hein?"

“Hold me up by my butt.  I can get higher that way,” she instructed.  Tom agreed, sighing when his mother’s chest was against his head, practically in his face.

Tiffanie rested one hand on Tom’s shoulder, the other reaching high above her.  She stretched and struggled to reach the coconut, and then it happened, just as she hoped.  The upward reaching of her arm, coupled with the broken strap of her tank top, caused a massive tit to spill out.

“Almost got it!”

“Uh mom,” Tom said, witnessing her breast make its way out of her shirt.  “Mom?”

“Just a sec, almost there!”

“Uh,” Tom said, moving his head back and forth, attempting to avoid the bare breast in his face.

“Be still!” his mother said.

"Se dépêcher!" Tom called to her.

Her boob was now smashed against the side of Tom’s head, the erect nipple next to his eye. He remained still, but couldn’t help but glance at it.  Then he turned his head and looked directly at it, the round nub within sucking distance.  His mouth instinctually opened; his hot breath against her skin.

Tiffanie held the coconut and watched her son stare at her bare breast.  For half a minute he stared at it, frozen with fear, but also admiring its beauty.

“Tom.  You can put me down now.  I have the coconut,” his mother calmly said.  Tom, shaken from his trance, lowered his mother, her nipple gliding against his nose, then top and bottom lips.

“Thank you, sweetie,” Tiffanie smiled at him.

Tom was flustered, nodding his head, looking around, avoiding eye contact.

“Look,” Tiffanie said, glancing behind Tom.  He turned around saw an older couple, nude, walking along the beach.

“Will you get naked with me?  It’s a nude beach,” Tiffanie asked.

“I, um, well,” Tom struggled to get out.

Tiffanie giggled, pulling Tom in for a hug.  “It’s ok, we don’t have to.”  She backed away, holding the coconut up to her bare breast. “Look. They’re about the same size,” she giggled again.

Tom just nodded uncomfortably.

“Will you tie my strap?  It broke,” she said, turning around.  Tom obliged, tying it in a simple knot for her.

They walked around awhile, holding hands, Tom not knowing what to say.  She led him to a nice spot under some palm trees.  He sat against one.

“Rub my neck and shoulders?” his mother asked, taking a seat in front of him.

"Sûr."

Tiffanie made Tom stretch out his legs and leaned against his body.  “There you go.  Have at it.”

He was barely massaging her at first, too afraid and too shocked to really work her tissue.  “Harder,” Tiffanie said, leaning her full weight against him.

Tom looked forward, to the crashing waves doing his best to avoid looking at her cleavage.  His mother moaned, her hands resting on his thighs at her sides.  “Yes,” she said, squeezing his thigh muscles while he rubbed her trapezius muscle and neck.  Then Tom glanced down.

He saw her heaving chest, her breasts slowly rising and falling with her labored breathing. One of those breasts was in his face earlier, the nipple dragged across it.  “No, no, no, please don’t,” Tom silently begged his growing erection to calm down.

The way she was rubbing his thighs, the way her breasts moved with her heavy breathing, the way she moaned when he massaged her neck – Tom couldn’t will the erection away no matter what now.

A few moments later, Tom found himself breathing heavily too.  The worst part is that he was instinctually flexing his butt, causing him to ever so lightly thrust upward into his mother’s lower back.

“Mmmm,” Tiffanie moaned again, her head lying against Tom’s shoulder.  “Lower.”

"Hmm?" Tom asked.

She grabbed his hands, bringing them around toward her chest, suggesting he massage her pectoral muscles.  Tom did so, but struggled since her pectorals were covered by tit flesh. Rubbing the part where her breasts began, he continued.

Tiffanie was moaning more and more now. She was also, just as subtly as Tom, meeting his upward thrusts with downward ones of her own.  She felt his cock against her lower back, pretending it was going inside her, there on the secluded beach.  She was so wet.  “Lower,” she told her son again.

He couldn’t disobey his mother.  His hands slid lower down her chest, kneading and squeezing more of her breast flesh now.  “Yes,” he told himself, the brain in his penis taking control.

His hands were in her top now, squeezing her tits from behind.  They were massive handfuls, so large, soft.

Tiffanie’s left hand slid further up his thigh, “Yes, Tom,” she moaned.  She rose up just enough to get her hand behind her, resting it on Tom’s crotch.

She was squeezing his erection, just like Tom was squeezing her breasts.  Then it happened, Tom lost control, after a minute or so.  His body became rigid, his breathing erratic.  He was ejaculating.  His mother never once stopped her bulge squeezing, loving every second of bringing him an orgasm.

He settled down a moment later, going still, bringing his hands out of her top.  She turned her head to kiss his lips, but he pulled away, ashamed, embarrassed what he had let himself do to her.  The fact that she loved it, encouraged it, and made him cum, was confusing for him.

Tom stood, his mother rising with him.  He walked toward the dock on the other side of the island, waiting for the boat to arrive a few minutes later.  Tiffanie followed him, realizing her son was changing.  Tom was at the point where he tasted a small sample.  He would either say no, never being inappropriate with her again, or he’d say yes and keep going, keep pushing things, keep exploring these desires his mother has had for awhile now.

Tiffanie, walking a few feet behind Tom, brought her hand to her nose, smelling it.  It was damp from his semen seeping through the fabric of his swim trunks.  She licked at it, hoping to taste any sperm that may be on her hand.

Tom sat on the other side of the boat, away from her.  Tiffanie watched him, a sly smile on her face.  It was only a matter of time before her wildest, incestuous fantasies would become real.






Chapitre 9

Tom immediately took a shower upon entering their room.  Tiffanie assumed it was a cold one.  She did something next that could’ve turned out to be a huge mistake.  She took a risk and removed her clothes and went to the back courtyard area, turned on the Jacuzzi and waited for Tom to get out of the shower.

Tom took forever to finish his shower.  When she heard it cut off from the small, open window, she called out to him.  “Tom, I’m out here.  Come see me.”

“Tom?” she called out once more. Moments later, he appeared, looking down, fully clothed. “Join me? S'il te plaît?"

“No,” he said.

Tiffanie traversed the tub, rose out of it, naked and approached her son. "S'il te plaît?"

"Non."

"Aww, allez. We’ll have fun,” she smiled, reaching for his hand. “Get out of those clothes and join me.”

Tom jerked it away shaking his head.  “Mom, I’m not going to a community college for two years.  I’ve been accepted to UCLA.  I’m moving to California in August.  I’ll be living with dad and his new family.”

Tiffanie was stunned silent, her heart racing. She watched Tom walk away from her heading back inside.  The only thing she could muster was to whisper “no.”  She ran after her son, rage mixed with determination in her eyes.

She grabbed him by the arm pulling him inside and slammed the door shut. "Non!" she yelled, pushing Tom onto the bed.

"Maman!"

She mounted him. Quickly climbing on him, she held him down, grabbing his face, bringing it to her mouth for a kiss. “You aren’t moving out there. You aren’t leaving me. Me comprenez-vous?"

“Mom!  Get off!”

"Non. I’ve wanted this for so long,” She said in between kisses, Tom doing his best to avoid them. “Ever since I saw your Aunt Diane and Cousin Elliot fucking on the back deck.”

“Wait, wait!?!”

"C'est exact. They were going at it like wild animals. Do you know how hot it was? Do you know what it did to me to see that?” Tiffanie was frantically kissing and licking Tom’s face.

“Ahh,” He tried to escape, but couldn’t and deep down, didn’t want to.

“Do you know how many men I slept with to try to forget what I saw and much it turned me on? Hein? Nothing worked nothing!” She was pulling at his t-shirt, tearing it at the seam.

“It’s, it’s not right!” Tom said, wincing in pain from his t-shirt’s collar slicing into the back of his neck.  Tiffanie tore it off him, resuming her kisses.

“I don’t care.  I want you and I need you.  I’m taking you,” his mother said, kissing his mouth one more time, her tongue slinking out, licking him.

"Non!" He tried to resist.

Tiffanie stopped, sat up; staring at her son’s terrified face.  Her own face was expressionless.  After a brief pause, she said, quietly, calmly, “Suck my tits.”

Tom blinked rapidly, hesitating.  Both large orbs were staring back at him.  He slowly nodded his head, looked to his mother’s stone face, thinking back to the beach earlier in the day.

He devoured her tits, grabbing them hard, his mouth closing over a nipple, sucking at it as if he were starving.  “That’s it, Tom, that’s it” Tiffanie whimpered, holding his head in place. “Go with this.  Just let it happen!”

Tom was rock hard now, switching from one breast to another, covering the nipple and part of the meat with saliva.

Tiffanie pushed him back onto the mattress. Not taking her eyes off him, she tugged and pulled at his shorts, nearly tearing his boxer shorts off.  She ignored his hard-on, the need to feel him inside her, cumming and spewing his seed overcame her.

Climbing back on her son, she grabbed his cock by the base, hurriedly guiding it in her. “Mom,” Tom whimpered once more.

“Let it happen,” She said, before impaling herself on his dick.

They both moaned simultaneously.  His cock was in all the way.  It wasn’t the biggest she’d had, she wasn’t stretched out or as full as with others, but she didn’t care – it was the one cock she desired most.

Inches above his face, Tiffanie stared into his eyes, slowly moving her hips up and down, “I love you.”

“I love you too,” Tom answered, barely able to contain himself at how good his cock felt with her sliding up and down on it.

“I want you to fill me with your cum.  Ok baby?”

“I, I, can do that,” Tom said, feeling his body go rigid again.

Several more loving, slow pussy glides up and down Tom’s shaft and he couldn’t hold it anymore.  “Mom, it’s, it’s happening.”

“Yes,” she cried.  “Give it to me, everything!”

Up and down on his cock she rose and fell, stopping at the bottom when Tom’s eyes rolled into the back of his head. "Oui! Tu peux le faire! Give me everything!” his mother said, feeling his cock spurt its warm, gooey gift into her pussy.

“Yesss, yesss,” Tom hissed, hands grabbing Tiffanie’s waist as he finished cumming inside her.

He went still, done, having had sex for the first time.  Tiffanie smiled, resting her head on his shoulder, still on top of him, his semen oozing out of her as his cock shrank.

“I did it.  I did it,” She kept saying to herself over and over.  Tears started welling in her eyes.  “I love you,” she said aloud.

Tom paused, catching his breath, his hands sliding up and down his mother’s back. "Je t'aime aussi."








Chapitre 10

An employee of the resort adjusted his erection outside Tiffanie and Tom’s villa.  It was a few days after they first made love; they had one day left on their trip.  The front desk had received a noise complaint about the two lovers.  The employee had visited this villa for the exact same reason several times before.

“Hi,” Tiffanie said, opening the door, completely naked.  The employee wasn’t shocked.

“Hello ma’am.  We’ve received a noise complaint about this room.  Can you and, I’m assuming your son,” he said, looking around Tiffanie to the bed, seeing Tom sleeping, “keep it down some?”

Tiffanie laughed and nodded, “We’ll try.”

“Do you have plans tonight?  Perhaps he won’t mind if you and I go to dinner?” the employee asked, recalling a few past sexual adventures with the women that have stayed in this room. He smiled, unzipping his pants, pulling out his erect cock.

"Wow. That is certainly a nice one. I’m sure it’d go good with these,” She said, grabbing her breasts. “But it’s our last night here, so I’ll spend it with my son.”

"Très bien. Have a safe trip home,” the employee said, Tiffanie closing the door. Not every resident of that room would have fun with him.

A few moments later, she was bouncing up and down on Tom’s cock, cumming on it yet again.  Ever since they became one, they only left to room to get food.  They spent most of their time fucking.  They were both raw, sore, and didn’t care.

They bathed together, exploring each other’s bodies.  “Mom, mom!” Tom cried out, his cock pumping semen directly into her throat as the shower steam enveloped them.

Tiffanie loved sucking his cock, getting it hard after a break, and then cleaning it of his semen and her juices after sex.

“No teeth,” She smiled, standing up, kissing his cheek. “I’m going to be sucking your dick every morning.  I think that’d be a wonderful breakfast.”

She showed him every position she knew of. He didn’t last long, but little by little, he’d last longer.  Just after midnight that night, Tiffanie was on all fours, Tom behind her, dripping sweat on to her back, cumming at the same time.

The next day, they managed to sneak into the bathroom on the plane for a quickie.  They got home, kissing and undressing on the way to Tiffanie’s bedroom.  “Fuck me,” she or

Articles similaires

QUELQUE CHOSE DE NOUVEAU_(0)

Tu es prêt, a demandé Debbie à son amie Maureen alors qu'elle s'arrêtait devant le bureau de sa meilleure amie, Je ne peux pas attendre une minute de plus, je suis sur le point d'exploser !?! Moi aussi, répondit Mo en mettant la touche finale à un rapport que M. Bently lui avait demandé de préparer avant son voyage à New York plus tard dans l'après-midi, laissez-moi juste déposer ça au bureau du patron, il a été sur mon cas toute la matinée pour que cela soit fait avant midi !!!” Pas de problème, a répondu Debbie alors qu'ils se dirigeaient...

947 Des vues

Likes 0

La dette de Rachel (Chapitre 3 - Le passé et la douleur)_(0)

Samedi arriva et je n'avais toujours pas de nouvelles de Rachel. Je n'étais pas non plus encore prêt à l'appeler pour notre prochain rendez-vous. Je le voulais certainement. Avant Rachel, depuis que j'avais été avec une femme pour la dernière fois, il semblait que ma libido s'était refroidie. Être avec Rachel l'avait rallumé, l'avait fait passer d'un état presque inactif à un immense enfer. Pour patienter, j'ai regardé les vidéos de nos précédentes rencontres. Elle était vraiment magnifique. Elle aurait pu être une merde moche et cela n'aurait toujours pas eu d'importance, son corps juvénile et son esprit lascif compensaient largement...

838 Des vues

Likes 0

Un conseil à retenir

Sal, prends la table 12, entendis-je dire l'hôtesse. Je me suis progressivement retourné et j'ai jeté un coup d'œil là-bas. « Une jolie brune trentenaire seule en robe rose un mardi soir ? Et wow, elle n'essaie même pas de cacher ce rack, elle me bande maintenant », pensai-je avant de commencer calmement à marcher vers elle. Mes yeux ne la quittaient jamais alors qu'elle regardait simplement le menu pour le moment. Bien que je sois quand même allé vers elle. Salut, comment vas tu ce soir? Elle reposa le menu et me regarda. « Je vais bien, Salvatore. Tu peux...

1.3K Des vues

Likes 0

Deuxième emploi

Deuxième emploi Il fallait environ 30 minutes pour fermer quand on m'a dit que Mme Ochoa voulait me voir après la fermeture. Bien que je portais un téléavertisseur selon ses ordres, je ne l'ai jamais allumé. Baise-la. Tout d'abord, si l'argent de ce travail n'allait pas aider mon fils à l'université, je ne serais pas ici. Deuxièmement, je suis un superviseur dans mon vrai travail, donc je ne prends pas bien les commandes. Troisièmement, depuis que la petite Mexicaine, Mme Ochoa, est devenue superviseure, elle avait ces petites commandes pointilleuses qui n'étaient que des conneries. Enfin, la vérité est connue, tous...

957 Des vues

Likes 1

L'horloger et l'inventeur partie 4_(1)

C'est parti... grognai-je en posant la caisse sur la table. Je soupirai en regardant autour de la salle de stockage; Une fois de plus, j'étais seul dans l'usine, cette fois-ci en train d'organiser les expéditions. En gémissant, j'arquai le dos. Élongation; J'étais plus que mal à cause de la journée de travail. Scrap se tenait dans un coin, attendant mes ordres. Grâce au temps de rentrer à la maison. En réponse, l'automate se redressa légèrement, siffla et se dirigea vers la porte. Je l'ouvris et suivis mon invention dans les rues mal éclairées. Les rues étaient à moitié vides, principalement des...

516 Des vues

Likes 0

Chapitre 4

Chapitre 4 Ils étaient sûrs qu'ils se marieraient un jour et Jeff traitait toujours Julie très spéciale, elle signifiait beaucoup pour lui. Il se souvenait d'une fois en particulier qui leur avait en quelque sorte fait savoir qu'ils se marieraient un jour. Ils étaient au théâtre en plein air avec la voiture de ses parents, un de ces types de famille que vous connaissez le genre spacieux. Quoi qu'il en soit, ils s'étaient installés sur le siège arrière pour avoir plus d'espace et de confort et s'étaient blottis l'un contre l'autre. Jeff avait son bras autour de son épaule. En plus...

1K Des vues

Likes 0

Jeu terminé

Jeu terminé. Chris arpentait le tapis. Poussé par la tentation de retourner voir sa femme et son amant, mais il ne le fit pas, sachant qu'il était définitivement exclu de l'action de leur chambre, entendant les cris de joie, les soupirs et les bruits de sexe venant de la chambre à seulement quelques mètres et à quelques portes de lui était un pur supplice. La télévision jouait toute seule, inobservée et ignorée alors que son esprit jouait les visions de ce qu'il savait qu'il se passait là-dedans. Le corps de Jacqui se tordant de sa manière souple, la sueur scintillant sur...

853 Des vues

Likes 0

Un petit service

Yorkshire, Angleterre, il y a quelques années. Un petit service. Ce matin-là, je travaillais au bureau à la tête de la fosse, le soleil brillait d'or sur la fumée de la chaufferie, les oiseaux toussaient, il n'avait pas plu depuis deux jours et c'est officiellement une sécheresse dans le Yorkshire. N'importe quel chemin où je m'occupais de ma propre cire d'abeille quand le patron arrive. Blagthorpe. Sommat avait tort. Il n'était pas tous bolshy comme d'habitude. Il était presque nerveux. « Ah, jeune Allen », dit-il, tout amicalement, comme quand il veut que ses comptes soient truqués. « Je me demande si tu pourrais...

1.3K Des vues

Likes 0

Nuit sur la ville

Une nuit sur la ville. Salut, je m'appelle Chas et ma femme n'en a jamais assez. Elle aime vraiment être nue en public et avoir son corps utilisé pour le plaisir des hommes, baisée dans tous ses trous, fouettée, fessée, vous l'appelez qu'elle aime, c'est ça. Si quelqu'un m'avait dit il y a huit mois, que j'avais une femme salope et que je laisserais bientôt n'importe quel homme, en fait des groupes d'hommes, la déshabiller et abuser de son corps comme ils le voulaient, pour l'humilier, l'utiliser comme leur salope, je leur aurais dit qu'ils étaient fous. Quoi qu'il en soit...

1.1K Des vues

Likes 0

Le fantasme d'un psychiatre

En tant que psychiatre, je suis censé respecter une stricte confidentialité avec mes patients. Cependant, je devais me débarrasser de cette histoire, et c'est une histoire que je ne pouvais pas confier à mes collèges, alors je change les noms pour protéger les innocents. Mon sujet est une jeune fille que j'appellerai Candy. Je me spécialise dans le travail avec les jeunes, en particulier dans les cas liés au sexe. Étant un homme, je travaillais généralement avec des garçons, mais j'avais des filles qui se sentaient plus à l'aise pour parler de sexe avec un homme pour une raison ou une...

997 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.