Événements qui mènent à notre phase « Expérimentation »

730Report
Événements qui mènent à notre phase « Expérimentation »

Comme la plupart des lycéens, nous étions plusieurs à passer beaucoup de temps ensemble. Nous plaisantions, nous donnions du fil à retordre, nous taquinions, des trucs normaux d'enfants. Et comme la plupart des groupes d'enfants de cet âge, certains d'entre nous avaient une voiture, et certains d'entre nous devaient emprunter celle de leurs parents de temps en temps...

C'était le week-end et nous avions décidé d'aller dans un lieu de rencontre populaire, un lac à environ une heure de route, doté de toboggans et de plates-formes d'où sauter, probablement mieux décrit comme l'équivalent des années 80 d'un parc aquatique. Selon les normes d'aujourd'hui, ce n'était pas grand-chose, mais il y avait normalement beaucoup de monde là-bas les week-ends d'été (et beaucoup de filles à gueuler) et c'était amusant.

Après nous être entassés dans la voiture pour rentrer chez nous après une longue journée à traîner, nous sommes partis et il est vite devenu évident que nous étions tous fatigués. J'ai commencé à m'endormir, mais je me sentais mal pour notre chauffeur, Frank. J'ai demandé, il m'a assuré qu'il était prêt à rentrer chez lui et à aller dormir. Je me suis penché en arrière et je me suis installé pour le trajet.

Je ne sais pas depuis combien de temps j'étais dehors, mais quand je me suis réveillé, j'ai remarqué que Ken, mon compagnon de banquette arrière, s'était également endormi et, ce faisant, il s'était penché sur le côté et utilisait l'accoudoir au milieu de son sommeil. la banquette arrière comme oreiller. Il était sorti. Je m'appuyai contre la porte, à moitié assis, à moitié allongé, en diagonale de mon côté du siège. Je me suis à nouveau installé et me suis permis de m'endormir.

La prochaine fois que je me suis réveillé et que je me suis réveillé, j'ai senti quelque chose se poser sur mon torse. J'ai baissé les yeux et j'ai vu que c'était le bras de Ken. Tandis que sa main se posait sur ma hanche, son poignet reposait directement sur ma bite. Et étant le jeune homme inexpérimenté sexuellement que j'étais (que nous étions tous à ce moment-là), c'était tout ce qu'il fallait, et avec juste ce petit peu de pression, je pouvais me sentir commencer à bander... J'ai regardé, et Ken semblait endormi. Je n'ai pas bougé, j'ai fait de mon mieux pour avoir l'air de continuer à dormir et j'ai essayé de faire redescendre ma bite. Cela ne fonctionnait pas. Après une journée passée à observer tous les corps sur la plage, il suffisait apparemment d'un peu de pression pour me faire avancer, et je me sentais me raidir alors que j'étais allongé là.

Peur d'être découvert et inquiet que mes amis me taquinent parce que je suis gay (ce qui n'était pas cool à l'époque), j'ai essayé de m'adapter et de me retirer de sous son bras sans avoir l'air éveillé. Pas bien. En même temps, j'ai remarqué autre chose... il y avait quelque chose en moi qui aimait vraiment que quelque chose d'autre - quelqu'un d'autre - touche mon pénis. Même si je ne voulais pas être découvert, je ne voulais pas non plus que ça se termine...

J’avais vraiment des sentiments mitigés à l’intérieur, mais j’ai décidé d’essayer de faire quelque chose. Je me suis « réveillé » et je me suis assis un peu. Effectivement, Ken, dans son sommeil, retira son bras. Pas complètement, mais au moins, il ne reposait plus sur mon pénis désormais complètement dur. J'ai demandé à Frank s'il était toujours prêt à conduire, ce à quoi il a répondu qu'il l'était. Je me suis ajusté, j'ai attrapé ma serviette et je me suis couvert, pas tant pour rester au chaud que pour cacher mon érection à travers mon maillot de bain. Je suis redescendu dans ma position précédente pour essayer de m'endormir. C'est à ce moment-là que j'ai commencé à soupçonner que Ken n'était peut-être pas aussi endormi que je l'avais soupçonné auparavant...

Alors que je redescendais pour me mettre à l'aise et me rendormir, le bras de Ken retomba simultanément dans sa position précédente, son poignet s'appuyant à nouveau directement sur ma bite. Et étant complètement dur, chaque bosse que nous frappions me stimulait car je pouvais le sentir sur moi. Je n'avais aucune chance de pouvoir dormir, alors j'ai fait semblant. Je restais allongé là, mon esprit s'emballant alors que je discutais en moi-même du mal et du plaisir brut que j'appréciais…

Après seulement quelques minutes, j'ai remarqué que parfois, lorsque nous frappions une bosse, le bras de Ken semblait presque frotter ma bite dure. Les yeux à peine ouverts, de manière à paraître endormi, j'ai baissé les yeux pour évaluer la situation... quand je l'ai fait, j'ai vu Ken lever les yeux très légèrement, pour voir si j'étais réveillé. A-ha! Il était réveillé et savait ce qu'il faisait ! Il n’y avait aucune erreur là-dessus. J'étais presque sûr qu'il ne savait pas que j'étais réveillé, alors j'ai continué à faire semblant de dormir.

Nous avons continué ainsi pendant plusieurs kilomètres, cahotant le long de la route, moi fort, profitant des sensations que je ressentais. Ensuite, je l'ai senti sans aucun doute… il poussait plus fort qu'avant… alors j'ai baissé les yeux, et ce faisant, je l'ai vu me regarder… le gabarit était levé. Il savait aussi que j'étais réveillé...

Ce qu'il a fait ensuite m'a totalement surpris… il s'est « ajusté » dans son sommeil (du moins, cela semblerait être le cas pour quiconque le regardait) et, ce faisant, il a reculé son bras de quelques centimètres seulement… et moins. la serviette, il a directement attrapé ma bite. Il le serra très légèrement. J'avais l'impression que l'électricité parcourait mon corps...

C'était quelque chose de totalement nouveau pour moi. Bien sûr, en tant que gars, nous nous donnions du fil à retordre, nous faisions parfois des blagues sur le fait qu'un tel était gay ou quelque chose comme ça, mais nous n'avons jamais été sérieux à ce sujet. Juste du plaisir pour les adolescents, n'est-ce pas ? Mais ça… putain de merde. C'était faux, mais c'était tellement amusant...

Ken était allongé là, semblant dormir, mais sa main commença doucement à explorer mon outil rigide à travers mon short… J'étais à la fois au paradis et en enfer. Je ne savais pas quoi penser, mais je savais que j'appréciais ça et je ne voulais pas que ça s'arrête. Maintenant, c'était mon tour...

Je me suis « ajusté » dans mon sommeil et j'ai tourné davantage mes hanches vers Ken, pour lui donner un meilleur accès et pour lui faire savoir que j'appréciais ce qu'il faisait. Il a réalisé ce que je faisais, et si ce qu'il avait fait auparavant me surprenait, j'étais sur le point d'être totalement choqué...

Il s'est une fois de plus « ajusté » dans son sommeil et, sous la couverture de la serviette, avec sa main qui était « sous » lui, il a trouvé l'ouverture de jambe de mon maillot de bain. Il l'a retiré et a glissé sa main à l'intérieur de mon costume pour attraper ma bite. Lorsqu'il a senti le maillage de ma combinaison, je l'ai senti pêcher pour entrer, ce qu'il a fait rapidement, et a attrapé mon manche. Laissez-moi juste dire ceci... si cela ressemblait à de l'électricité avant, cela ressemblait à de l'énergie nucléaire ou quelque chose du genre...

Les yeux à peine ouverts, j'ai regardé vers l'avant et j'ai réalisé qu'aucun d'eux sur le siège avant n'avait la moindre idée de ce qui se passait entre Ken et moi. Entre le fait de savoir qu'ils n'en avaient aucune idée et l'excitation que je pouvais sentir monter rapidement en moi. , je suis devenu un peu plus audacieux. Je pouvais sentir Ken explorer lentement ma bite avec sa main, et en retour je roulais mes hanches, les poussant doucement et lentement dans sa main… Je m'étais livré à la situation, totalement abandonné à tout sentiment de culpabilité ou de mal, purement profiter de la convoitise de la situation, en vouloir plus...

C'est à ce moment-là que Ken a apparemment pensé que ce serait amusant de monter d'un cran et de repousser les limites.

Il a retiré sa main de mon short, ce qui m'a naturellement fait regarder ce qui se passait. Il me regardait, s'assurant que je voyais ce qu'il faisait. Il a doucement retiré sa main de dessous la serviette, m'a regardé sournoisement avec un sourire et a léché son pouce mais bon... Il a immédiatement remis sa main dans mon short, saisissant fermement ma queue encore dure... mais cette fois , il a passé son pouce craché sur le bas de ma tête, juste là où il rencontre la tige... Wow. Je n'avais jamais rien vécu de tel... et il m'est devenu évident que ce n'était pas quelque chose que je pouvais continuer très longtemps... les sensations, la puissante accumulation en moi, j'avais l'impression que cela venait du cœur de mon être....

Bien sûr, à ce moment-là de ma vie, j’avais probablement joué avec moi-même des centaines de fois. Mais c'était différent. C'était quelqu'un d'autre qui me faisait ça. Et c'était mon pote Ken, que je connaissais depuis des années, et qui n'avait jamais parlé de quelque chose comme ça... et j'avais juste l'impression que j'allais exploser...

Je tendis la main et attrapai sa main à travers mon maillot de bain, la serrant pour lui signaler qu'il devait s'arrêter. Il l'a fait en me regardant. Je secouai légèrement la tête, indiquant non. Je l'ai senti tirer sa main, indiquant qu'il se retirerait. J'ai lâché sa main.

Ce que je n'ai pas remarqué, c'est que son autre main restait exactement là où elle était, tenant ouverte la jambe de mon costume...

Il a retiré sa main, mais cette fois, tout en me regardant timidement, il a léché toute sa paume, en l'aspergeant autant de crachats qu'il le pouvait, et a de nouveau mis la main dans mon short, mais cette fois avec les deux mains... avec son ' Main sèche, il attrapa fermement ma tige, et avec son autre, attrapa doucement ma tête, lui permettant de glisser dans sa paume... En moi, je pouvais sentir cette tension... vouloir qu'il continue, mais pas... et maintenant je pouvais ressentir ce pincement familier, sachant qu'il ne faudrait pas longtemps avant que je ne puisse plus le supporter...

Je lui ai encore une fois attrapé la main, lui demandant d'arrêter. Il a sorti sa main une fois de plus, l'a bien léchée, et l'a de nouveau glissée dans mon short exactement là où elle se trouvait, et a continué à glisser sa main sur ma bite, me poussant à continuer… c'était devenu un jeu. Nous savions tous les deux que s'il faisait cela plus longtemps, je perdrais le contrôle et je tirerais sur ma charge. Alors je l'arrêtais, il faisait une pause juste un instant, puis continuait à me faire cette branlette lente et glissante sous la serviette, en léchant à nouveau sa paume de temps en temps...

Soudain, j'ai entendu Frank et mon cœur a cessé de penser que nous avions peut-être été découverts. Tout allait bien et il m'a annoncé que nous approchions de chez moi, que j'aurais probablement envie de me lever et de rassembler mes affaires.

Ken et moi nous sommes séparés et nous sommes assis. Nous n'avions pas été découverts. En sortant de la voiture, je me suis assuré de garder ma serviette basse pour cacher la tente dans mon costume. J'essayais de trouver quelque chose à dire, cherchant une raison pour que Ken sorte... mais pendant que je le pensais, tout le monde a dit au revoir, et juste comme ça, ils se sont tous éloignés. Maintenant, je savais exactement ce que signifiait le terme boules bleues.

Je suis entré dans la maison et, à ma grande joie, j'ai découvert que mes parents étaient sortis. Après tout, c'était un samedi soir. J'ai couru à l'étage et suis allé sous la douche, encore dur à cause de l'activité de l'après-midi. J'avais hâte de libérer toute la tension que je ressentais...

Je me suis savonné, j'ai attrapé mon outil et j'ai commencé à tirer, permettant à mon esprit de retourner au trajet en voiture...

Cela n'a pris presque pas de temps et j'ai ressenti cette sensation familière, ma bite palpitait alors qu'elle se préparait au décollage... alors que j'explosais dans ma paume, j'ai fantasmé que c'était Ken qui frottait ma bite, toujours sur la banquette arrière... Je pouvais sentir le jet après l'avion, tirant plus fort et plus loin que jamais, alimenté par l'idée taboue de faire ça avec mon copain...

Je savais à ce moment-là que quelque chose allait se passer entre nous. Je ne savais pas quand ni comment, mais je savais que j'allais y arriver.

Et comme le destin l'a voulu, je n'aurais pas à attendre longtemps....

~~~~~~~~~~

Si vous voulez en savoir plus, faites-le moi savoir dans les commentaires et j'écrirai nos prochaines aventures.

Articles similaires

3some fantaisie

Nous rencontrons une autre femme dans un bar pour quelques verres, elle porte une petite robe, et vous pouvez voir qu'elle n'a pas de sous-vêtements en dessous, je porte une jupe très courte, un haut décolleté et des bas. Après quelques verres, nous retournons tous à la chambre d'hôtel que nous avons réservée, en nous arrêtant en chemin pour prendre plus de boissons. Pendant que vous versez les boissons, elle et moi nous réinstallons sur le lit et commençons à nous embrasser, prenant notre temps car nous savons que vous regardez. Elle commence à se déplacer le long de mon corps...

1.5K Des vues

Likes 0

LEXI Chapitres 7-14

LEXI (Chapitre 7-14) CHAPITRE 7 Nous nous sommes retrouvés dans un restaurant italien préféré du quartier où Spence aimait aller. Il y avait beaucoup de monde et le seul siège libre était une cabine d'angle. Nous avons suivi la réceptionniste jusqu'au stand et Lexi est entrée la première et Carmen a dit. Stan, pourquoi ne pas entrer ensuite et remplir le milieu entre Lexi et moi. Bien sûr, j'ai accepté. Nous nous sommes installés car Carmen et Lexi étaient assises assez près de moi. Alors, que pensez-vous de nous emmener les filles à un rendez-vous? demanda gaiement Lexi. Ouais, tu es...

1.4K Des vues

Likes 0

Biker Lust ... Le début

C'était une chaude journée d'automne. Je roulais sans but dans la campagne sur mon Sportster. Tout l'été longtemps que j'avais roulé sur ces mêmes routes et je m'ennuyais. J'avais roulé, perdu dans pensé quand je suis tombé sur la petite vallée boisée avec le cimetière en bordure de route. C'était un aussi bon moment comme tout pour s'arrêter et prendre une gorgée d'eau. En m'arrêtant sur le bord de la route, j'ai garé mon vélo et je me suis étiré respirer profondément le parfum boisé que j'ai toujours aimé. Débouclage des sangles de la sacoche. J'ai sorti une bouteille d'eau et...

1K Des vues

Likes 0

Steph

J'ai rencontré Stéphanie dans un club il y a quelques années. Nous étions tous les deux en train de baver devant le même mec sexy avec lequel nous savions que nous n'avions pas vraiment de chance. Après le départ de M. Hot Guy, nous avons commencé à parler, à commérer vraiment, à propos de la fille avec qui il était parti. Elle s'est pas mal saoulée. Je ne sais pas pourquoi, mais pour une raison quelconque, je me serais senti mal si je l'avais juste laissée au club, elle aurait pu rentrer chez elle en voiture - la dernière chose que...

1K Des vues

Likes 0

Sacré Coq Ch.02

Le jour des Janazah (funérailles) était arrivé, et comme certains mauvais clichés, la pluie aussi. La pluie avait rendu les rituels funéraires beaucoup plus difficiles ; la tombe ouverte risquait d'être submergée d'eau. Finalement, tous les rituels et formalités funéraires ont été réglés. Tout le monde quitta lentement le cimetière, mais Javed resta un moment. Je suis tellement désolé papa, je le suis vraiment. Tu m'as tant donné et comment t'ai-je remercié, je... dit Javed, luttant pour finir sa phrase. Il ne pouvait pas le dire à haute voix ; il ne pouvait pas dire qu'il avait remboursé son père en...

870 Des vues

Likes 0

Tracy, ma belle-sœur, me montre le chemin

Je suis amoureux de Tracy, la sœur de ma femme, depuis que je l’ai rencontrée pour la première fois. C'était en 1989, un an avant notre mariage, ma femme et moi. Nous n'étions que amis et elle voulait que je l'accompagne dans sa ville natale du Midwest pour assister à la remise des diplômes d'études secondaires de son frère. Tracy et son autre sœur sont venues nous chercher à l'aéroport. J'ai remarqué Tracy, alors à l'université – une beauté blonde du Midwest, et j'ai immédiatement été attirée par elle. Nous avons été conduits au domicile de leurs parents et avons déjeuné...

801 Des vues

Likes 0

The Witcher : la scène cachée (TV-MA)

The Witcher : la scène cachée (TV-MA) ACTE PREMIER : INTRODUCTION Geralt de Riv et sa jeune pupille, Ciri, ont parcouru ce terrain accidenté, s'entraînant et perfectionnant leurs compétences au fur et à mesure. La voix grave du Sorceleur traversa l'air alors qu'il parlait à Ciri, lui transmettant sa sagesse. N'oubliez pas, Ciri, dit Geralt, ses cheveux argentés scintillant au soleil, vous devez toujours être préparé, toujours prêt à vous battre et toujours écouter. Votre instinct vous guidera. Ciri hocha la tête, la détermination gravée sur son visage. Mais juste au moment où Geralt finissait de parler, un grognement menaçant se répercuta dans la...

762 Des vues

Likes 0

Anciens Playboy Playmates Partie 9 : Le vrai désir de Tiffanie_(1)

Note de l'auteur :  Il s'agit de la deuxième histoire de Tiffanie, une ancienne playmate fictive de playboy. Son premier est interracial. Vous n'êtes pas obligé de lire celui-là si vous ne le souhaitez pas, mais il suffit de dire que dans la partie 3 de cette série, Tiffanie a été témoin d'un acte incestueux chez elle impliquant sa sœur aînée Diane. Contrairement à Stéphanie (qui a également été témoin d'un acte similaire dans la partie 3), cela a gâché Tiffanie - la rendant même folle. Elle a fait de son mieux pour éviter ses désirs incestueux intérieurs, en les noyant avec le...

2.6K Des vues

Likes 0

La Fête_(14)

Partie 1 Jésus, nous allons encore être en retard, je me dis en m'asseyant sur le canapé du salon, la tête appuyée sur une main. C'était samedi, le soir de la fête de Doonsberg et il n'y avait pas moyen d'en sortir. Les voisins d'en bas nous avaient invités dans leur manoir il y a des mois. Des RSVP avaient été faites, des calendriers vérifiés et revérifiés, des appels téléphoniques passés. Bref, c'était chose faite. S'il y avait jamais eu une soirée pour faire la fête, c'était bien celle-là. La pleine lune de la veille de la fin de l'été regarde...

2.2K Des vues

Likes 2

L'horloger et l'inventeur partie 4_(1)

C'est parti... grognai-je en posant la caisse sur la table. Je soupirai en regardant autour de la salle de stockage; Une fois de plus, j'étais seul dans l'usine, cette fois-ci en train d'organiser les expéditions. En gémissant, j'arquai le dos. Élongation; J'étais plus que mal à cause de la journée de travail. Scrap se tenait dans un coin, attendant mes ordres. Grâce au temps de rentrer à la maison. En réponse, l'automate se redressa légèrement, siffla et se dirigea vers la porte. Je l'ouvris et suivis mon invention dans les rues mal éclairées. Les rues étaient à moitié vides, principalement des...

2.2K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.