Amour trafiqué Ch. dix

634Report
Amour trafiqué Ch. dix

Chapitre dix : Le gentil client

Angel se retourna pour regarder le réveil sur la table de nuit. Il était dix heures du matin. Elle n'avait dormi que sept heures, mais elle se sentait assez reposée. Elle s'assit avec un gémissement, son corps craqua et craqua. Elle regarda la pièce autour d'elle.

Les murs étaient assez nus. Une commode était posée sur le mur opposé au lit, à côté de la porte de la chambre. Les portes accordéon du placard sur le mur de gauche étaient fermées. Une fenêtre était juste au-dessus de l'épaule gauche d'Angel alors qu'elle était assise droite dans le lit. Il y avait une table de nuit des deux côtés du lit. Le mur de droite était nu. Un panier à linge avec des vêtements pliés était posé dans un coin.

Angel resta silencieux alors qu'elle observait son environnement. Elle balança ses jambes par-dessus le bord du lit et se leva avec un soupir. Où étaient ses chaussures ? Son sac?

Angel traversa la pièce jusqu'à la porte, l'ouvrant pour regarder dehors. Elle entendait la télévision dans le salon et le grésillement venant de la cuisine.

Lentement, Angel franchit la porte et marcha dans le couloir. Elle fit un pas léger, faisant peu ou pas de bruit. Elle regarda au coin de la rue, dans la cuisine.

Dante se tenait au-dessus de la cuisinière, une casserole couverte sur un brûleur, grésillant et émettant de légers bruits secs. Il leva les yeux vers elle, la surprenant presque par son mouvement rapide. Le mégot de cigarette dans la bouche tandis qu'il lui rendait son regard curieux.

"Asseyez-vous," marmonna-t-il, désignant la tête vers la table à gauche d'Angel.

Angel ne le regardait pas, mais la cigarette qui s'agitait pendant qu'il parlait, la pointe brûlante devenant rouge alors qu'il inhalait. Elle obéit en silence, non par soumission, mais par habitude. Son corps était toujours très fatigué et elle était reconnaissante d'avoir une excuse pour s'asseoir.

Il y avait encore du grésillement près des fourneaux. Elle s'assit à la petite table de la cuisine, lui tournant le dos. Lorsqu'il posa une assiette devant elle, elle sursauta presque de surprise. Angel baissa les yeux sur l'assiette. Les œufs brouillés jaunes et les tranches de bacon rougeâtre lui invitaient à manger, mais elle n'était pas sûre de devoir le faire.

« Café ou jus ? » Dante marmonna autour de sa cigarette.

"De l'eau," répondit Angel presque trop doucement pour l'entendre.

Dante posa un verre d'eau à côté de son assiette avant de s'asseoir perpendiculairement à elle avec sa propre assiette de nourriture et sa tasse de café. Il tendit la main par-dessus la table, accrocha un doigt à un cendrier en verre et le traîna vers lui. Il posa le mégot de sa cigarette dans le plateau avant de prendre une fourchette et de poignarder ses œufs.

Angel le regarda du coin de l'œil. Elle sentit instantanément la chaleur monter dans ses joues.

Dante était torse nu. Angel l'avait déjà vu torse nu, mais c'était dans une chambre de motel faiblement éclairée, presque sombre et délabrée. Elle n’avait alors pas remarqué grand-chose. Elle n'avait pas remarqué sa poitrine musclée, son ventre tonique, ses épaules larges, sa peau bronzée et la fine ligne de cheveux qui partait de son nombril jusqu'au bord de son pantalon.

Elle leva les yeux vers son visage et comprit que ses joues avaient dû rougir. Il la regardait, surveillez-le ! L’embarras l’envahit, et elle espérait que cela ne se voyait pas trop sur son visage et ses joues rougissantes. Elle baissa rapidement les yeux sur sa nourriture. Les œufs l'appellent toujours à manger. Angel jeta un rapide coup d'œil à Dante. Il la regardait toujours, un sourire amusé sur le visage.

« Mangez », ordonna-t-il doucement.

Angel ramassa la fourchette et commença à poignarder les œufs.

+-+-+

Après le petit-déjeuner, Angel avait sauté sous la douche.

Dante avait quitté l'appartement après s'être endormie la nuit précédente et avait acheté quelques articles de toilette pour femmes. Il les avait disposés sur le lavabo de la salle de bain. Angel, maintenant enveloppée dans une serviette, ses cheveux mouillés tombant dans son dos, baissa les yeux sur les articles de toilette. Une petite brosse à cheveux, une brosse à dents et du dentifrice, une bouteille de lotion au format voyage et une autre de shampoing, un rasoir jetable, un bâton de déodorant et une petite boîte de tampons. Il s’agissait du kit de soins typique que le refuge pour femmes voisin distribuait parfois aux filles travaillant dans la rue tard dans la nuit.

Angel secoua la tête, se replongeant dans la réalité. Il était un chouette gars. La plupart des gars qui la payaient ne lui achetaient pas de choses, encore moins d’articles de toilette et ne la laissaient pas prendre leur douche. Elle finit dans la salle de bain, utilisant les articles de toilette et mettant la boîte de tampons dans son sac.

Elle enfila son soutien-gorge et son string avant de remonter son short et un t-shirt noir uni et moulant sur la tête. Elle passa la brosse dans ses cheveux et accrocha la serviette au crochet situé à l'arrière de la porte.

Lorsqu'elle ouvrit la porte de la salle de bain, Dante était là, une main tendue comme s'il s'apprêtait à ouvrir la porte lui-même. Il lui sourit et la fit sortir de la salle de bain et la retourna à la cuisine.

Il posa ses mains sur ses côtés, la soulevant doucement et la posant sur la table. Il attrapa le bouton de son short, mais s'arrêta lorsqu'il remarqua qu'Angel était tendu. "Laisse-moi vérifier ta coupe."

Toujours tendue, elle le laissa défaire son short et le baisser. Dante accrocha le bord de son string et l'écarta, étudiant la coupure le long de l'intérieur de la jambe d'Angel. Les rougeurs s'étaient estompées, les croûtes, toujours présentes, n'avaient plus l'air assez fragiles pour se fissurer au moindre mouvement. Très doucement, Dante passa son pouce le long de la ligne des croûtes. Il se pencha plus près, encore plus doucement ; il déposa un baiser sur la plaie en train de guérir.

Angel frissonna, sentant son souffle rouler sur la peau tendre de son pubis. Dante lui avait donné un autre doux baiser avant de s'éloigner d'elle et de l'aider à remettre son short.

"Allez, enfile tes chaussures."

Angel leva les yeux vers Dante alors qu'elle glissait de la table, les yeux plissés et sceptiques.

"Je t'emmène, allez," répondit-il à son scepticisme silencieux.

Elle s'assit sur l'une des chaises de la cuisine pour enfiler ses bottes.

+-+-+

La robe noire vient de rester là. La superposition de dentelle sur le corsage s'est froissée alors qu'elle était posée là. Le tissu doux du reste de la robe couvrait à peine son dos incurvé, et Angel a lissé les plis du tissu pour voir s'il pousserait plus longtemps. Les manches en dentelle transparente, les bretelles qui attachaient un tour de cou en tissu noir, toute la robe était magnifique, malgré ses suggestions provocatrices.

Angel l'a juste regardé. Comment allait-elle convaincre Rich que la robe n’était rien de plus qu’un cadeau ? Elle détestait quand les clients lui achetaient des choses. Elle devait toujours trouver comment cacher ces choses ou les expliquer. Elle devrait trouver une solution d'ici demain soir.
Angel secoua la tête pour chasser ses pensées et traversa le couloir jusqu'à la salle de bain. Elle voulait encore se doucher. Elle adorait prendre des douches. Angel n'avait pas toujours l'occasion de se doucher. Aucune fille dans la vie ne le faisait habituellement. Ils étaient tous trop occupés à travailler pour payer les propriétaires. À plusieurs reprises, Angel avait la chance de se doucher une fois par mois. C’était une idée grossière, à laquelle la plupart des clients n’auraient jamais pensé, mais c’était un fait.

Angel s'est déshabillé et a ouvert l'eau. Elle enjamba le bord de la baignoire et entra dans l'eau de la douche qui coulait. Elle ferma les yeux et pencha la tête en arrière, laissant l'eau couler le long de sa gorge, le long de sa poitrine et arroser le reste de son corps.
Un léger soupir s'échappa de ses lèvres alors qu'elle se tournait, penchant sa tête en arrière dans l'eau qui tombait. Elle le sentit glisser et ramper à travers les mèches de ses cheveux, trouver sa peau sous tout cela et couler le long de son dos, le long de ses jambes, jusqu'au sol de la baignoire en dessous. Ses yeux toujours fermés, elle balança son poids vers l'arrière, laissant l'eau frapper son visage, inonder ses orbites et ses narines. Quelques gouttes lui traversèrent les lèvres et trouvèrent sa gorge. Lentement, elle ouvrit la bouche, l'eau chaude se précipitant pour remplir ses joues, la gravité la tirant dans sa gorge. Elle repoussa l'eau de sa bouche, se redressa lentement, puis baissa la tête en avant. L'eau se frayait un chemin dans ses cheveux, les saisissant parfois et essayant de les tirer vers le sol de la baignoire. Elle ouvrit les yeux et regarda l'eau tomber du bout de ses cheveux avant de les refermer pour la sentir.

À contrecœur, elle prit un pain de savon et exfolia doucement la surface de son corps, avant de prendre la petite bouteille de shampoing et de masser le liquide épais sur son cuir chevelu. Quand elle eut fini, elle retourna dans l'eau qui coulait, la laissant couler sur sa peau et couler vers son destin inévitable de chute libre à travers le drain et vers qui sait où…

Angel n'était pas sûr du temps qu'elle avait passé dans l'eau, mais elle savait que c'était probablement plus long qu'il n'en avait l'impression. Elle laissa échapper un autre soupir en fermant l'eau et en enfilant une serviette autour de son corps. Elle recula par-dessus le bord de la baignoire et sur le tapis moelleux. Elle s'essuya rapidement avec une serviette, voulant remettre ses vêtements le plus tôt possible. Ses vêtements étaient réconfortants, même s'ils étaient parfois peu nombreux.

"Merde", grommela-t-elle en réalisant qu'elle avait laissé ses vêtements propres dans son sac, dans le salon. Elle enroula rapidement la serviette autour de son corps et s'essuya les pieds sur le tapis de la salle de bain. Elle ne voulait pas laisser une trace mouillée dans l’appartement.

Angel ouvrit la porte de la salle de bain. Un frisson lui parcourut le dos alors que l'air frais du couloir la frappait. Elle entendit des voix dans le salon. Dante doit regarder la télé. Tranquillement, elle se faufila dans le couloir. Elle ne voulait pas déranger Dante et lui montrer à quel point elle était idiote de laisser ses vêtements dans le salon. Elle aperçut son sac, à côté de la porte d'entrée. Concentrée sur le silence, mais impatiente de récupérer son sac, elle ne s'en rendit pas compte…

Un faible raclement de gorge arrêta Angel dans son élan. Elle se tourna, comme un cerf dans les phares, vers un homme qu'elle n'avait jamais vu auparavant, la regardant depuis l'autre bout du canapé. Dante, qui lui tournait le dos, se tourna à temps pour voir son expression choquée et presque mortifiée.

Articles similaires

Vendredi_(1)

Le vendredi s'est déroulé et je ne savais pas comment j'allais m'y prendre. Avec chaque dossier sur mon bureau, je devais me demander si j'essayais de revoir Sara ou si cela en valait la peine et si je devais compenser la différence en essayant de passer par le bar de Lisa sur le chemin du retour. Poursuivre deux lapins signifiait que je perdrais les deux, pourchasser aucun des deux signifiait également perdre les deux, alors je devais penser à quelque chose. J'ai abandonné. Je suis rentré chez moi, seul, à l'heure. --- Sara s'est arrêtée dans un bar miteux non loin...

1.3K Des vues

Likes 0

Appelez-moi Joanna

Appelez-moi Joanna Tout s'est passé il y a si longtemps maintenant qu'il semble non seulement avoir été dans un endroit différent à un moment différent, mais si différent comme s'il n'avait presque jamais existé. Mais il l'a fait. Tout s'est passé dans le sud rural de l'Angleterre à cette époque merveilleuse après la fin de la guerre (pour nous, la guerre signifiait et signifie toujours la Seconde Guerre mondiale), dans la lueur dorée de l'empire, avant que des réalités désagréables ne s'immiscent et ne poussent le monde. nous avions connu dans une forme nouvelle et inconnue. Les révolutions des années soixante...

937 Des vues

Likes 0

De : Jeff bisexuel ? Règles pour commenter mes histoires !

Jeff bisexuel… Règles pour commenter mes histoires ! À en juger par les dizaines de milliers de fois où toutes mes histoires ont été lues, la plupart d'entre vous les ont appréciées. Certains ne l'ont pas fait et c'est bien aussi, je n'essaie pas de plaire à tout le monde, ou vraiment à personne, j'écris ce qui me trotte dans la tête parfois. Profitez-en, ne les profitez pas… entièrement à vous. Mais ne laissez PAS de commentaires merdiques sur quelqu'un que vous connaissez qui est mort du SIDA, s'il vous plaît, CE site n'est pas fait pour ça. Tout le monde...

1.5K Des vues

Likes 0

Le Dieu et la fille

Ma respiration était lourde, mes jambes fatiguées. Fatigué de toutes ces courses. Depuis combien de temps avais-je couru ? Vingt minutes? Une heure? Mes pas tombaient rapidement, faisant un bruit de craquement sur les feuilles et les bâtons sous mes pieds. Je n'étais pas sûr d'où j'étais à ce stade. Ces bois ne m'étaient pas familiers et les cris forts de mes assaillants se rapprochaient. Ne la laisse pas s'enfuir ! J'ai entendu un cri au loin. Dans quoi m’étais-je embarqué cette fois-ci ? Tout ce que je voulais, c'était voler quelques objets dans le temple des Blood Clans afin d'avoir...

648 Des vues

Likes 0

La baby-sitter partie 2

Tous les événements de cette histoire sont fictifs et toutes les personnes de cette histoire ont plus de 18 ans. Toute similitude avec des personnes ou des événements de cette histoire est purement fortuite. et doit être considéré comme tel, profitez-en. La baby-sitter partie 2 J'ai attendu quelques minutes jusqu'à ce que la cuisine semble calme, puis j'ai passé la tête par le coin de la cuisine, Darcy était assise sur les genoux de maman, se blottissant contre elle, maman m'a tendu un bras alors je me suis approché et me suis tenu à côté d'elle. Alors qu'elle nous faisait tous...

581 Des vues

Likes 0

Porte pour chien

Porte pour chien Imaginez ma surprise lorsque je lavais la vaisselle de mon petit-déjeuner et que j'ai vu un petit enfant ramper par la porte de mon chien. La porte était pour mon chien Skippy. Elle était décédée il y a un an avec ma mère et mon père dans un accident de voiture. Skippy avait alors treize ans en années humaines et elle adorait rouler en voiture. J'étais à l'université quand c'est arrivé. Maintenant, presque un an plus tard, ils me manquaient toujours tous. L'enfant semblait avoir du mal à mettre ses genoux sur la planche en bas, alors je...

576 Des vues

Likes 0

Impie et infidèle:2 Ch 1

Des tasses en verre remplies d'eau du diable claquaient ensemble, remplies de jolies femmes et filles légèrement vêtues avec des sourires de promesse sur leurs visages. Les officiers de la Coalition dans le bar ont applaudi, des tasses levées pour célébrer leur victoire à Ridgehill sur les forces Inimi un mois auparavant. Dans le bordel maintenant bondé, Axel était assis avec sa propre tasse pleine d'eau du diable, ruminant les événements depuis qu'il avait été convoqué dans ce monde. Presque depuis le début, lui et son meilleur ami Rayner avaient été impliqués dans des conflits, combattant des gobelins, des soldats Inimi...

1.7K Des vues

Likes 0

L'hiver à Beech Mountain Chapitre 5

La journée a passé rapidement alors que je restais occupée à travailler sur trois autres invités. C'étaient des femmes plus âgées, qui avaient passé autant de temps sur leurs fesses que sur les skis. Elles étaient meurtries et endolories, alors j'ai fait de mon mieux pour les aider. Mes pierres chaudes m'ont soulagé et j'ai utilisé mon unité TENS pour engourdir temporairement quelques terminaisons nerveuses. Je suis parti à 16h et j'ai pris une douche, changé et me suis dirigé vers la place de Sandra. Dès que je suis entré, Donna m'a fait signe au bar à jus... J'ai vu sa...

1.4K Des vues

Likes 0

Avril - Partie II

Merci à tous pour les bons commentaires et les évaluations généralement positives. Je m'excuse que la partie 2 ait pris si longtemps, mais je voulais m'assurer qu'elle était aussi bonne que possible avant de la publier. J'espère que vous apprécierez cette partie, et recherchez une partie 3 dans les semaines à venir. Veuillez continuer à noter et à commenter, et si vous n'aimez pas les éléments de mon récit, veuillez me faire savoir dans les commentaires comment vous pensez que je pourrais m'améliorer. Rob et April étaient allongés dans le lit d'April, perdus dans leurs propres pensées post-coïtales. Ils s'étaient assurés...

1.3K Des vues

Likes 0

La Fête_(14)

Partie 1 Jésus, nous allons encore être en retard, je me dis en m'asseyant sur le canapé du salon, la tête appuyée sur une main. C'était samedi, le soir de la fête de Doonsberg et il n'y avait pas moyen d'en sortir. Les voisins d'en bas nous avaient invités dans leur manoir il y a des mois. Des RSVP avaient été faites, des calendriers vérifiés et revérifiés, des appels téléphoniques passés. Bref, c'était chose faite. S'il y avait jamais eu une soirée pour faire la fête, c'était bien celle-là. La pleine lune de la veille de la fin de l'été regarde...

2.4K Des vues

Likes 2

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.