Amour trafiqué Ch. dix

180Report
Amour trafiqué Ch. dix

Chapitre dix : Le gentil client

Angel se retourna pour regarder le réveil sur la table de nuit. Il était dix heures du matin. Elle n'avait dormi que sept heures, mais elle se sentait assez reposée. Elle s'assit avec un gémissement, son corps craqua et craqua. Elle regarda la pièce autour d'elle.

Les murs étaient assez nus. Une commode était posée sur le mur opposé au lit, à côté de la porte de la chambre. Les portes accordéon du placard sur le mur de gauche étaient fermées. Une fenêtre était juste au-dessus de l'épaule gauche d'Angel alors qu'elle était assise droite dans le lit. Il y avait une table de nuit des deux côtés du lit. Le mur de droite était nu. Un panier à linge avec des vêtements pliés était posé dans un coin.

Angel resta silencieux alors qu'elle observait son environnement. Elle balança ses jambes par-dessus le bord du lit et se leva avec un soupir. Où étaient ses chaussures ? Son sac?

Angel traversa la pièce jusqu'à la porte, l'ouvrant pour regarder dehors. Elle entendait la télévision dans le salon et le grésillement venant de la cuisine.

Lentement, Angel franchit la porte et marcha dans le couloir. Elle fit un pas léger, faisant peu ou pas de bruit. Elle regarda au coin de la rue, dans la cuisine.

Dante se tenait au-dessus de la cuisinière, une casserole couverte sur un brûleur, grésillant et émettant de légers bruits secs. Il leva les yeux vers elle, la surprenant presque par son mouvement rapide. Le mégot de cigarette dans la bouche tandis qu'il lui rendait son regard curieux.

"Asseyez-vous," marmonna-t-il, désignant la tête vers la table à gauche d'Angel.

Angel ne le regardait pas, mais la cigarette qui s'agitait pendant qu'il parlait, la pointe brûlante devenant rouge alors qu'il inhalait. Elle obéit en silence, non par soumission, mais par habitude. Son corps était toujours très fatigué et elle était reconnaissante d'avoir une excuse pour s'asseoir.

Il y avait encore du grésillement près des fourneaux. Elle s'assit à la petite table de la cuisine, lui tournant le dos. Lorsqu'il posa une assiette devant elle, elle sursauta presque de surprise. Angel baissa les yeux sur l'assiette. Les œufs brouillés jaunes et les tranches de bacon rougeâtre lui invitaient à manger, mais elle n'était pas sûre de devoir le faire.

« Café ou jus ? » Dante marmonna autour de sa cigarette.

"De l'eau," répondit Angel presque trop doucement pour l'entendre.

Dante posa un verre d'eau à côté de son assiette avant de s'asseoir perpendiculairement à elle avec sa propre assiette de nourriture et sa tasse de café. Il tendit la main par-dessus la table, accrocha un doigt à un cendrier en verre et le traîna vers lui. Il posa le mégot de sa cigarette dans le plateau avant de prendre une fourchette et de poignarder ses œufs.

Angel le regarda du coin de l'œil. Elle sentit instantanément la chaleur monter dans ses joues.

Dante était torse nu. Angel l'avait déjà vu torse nu, mais c'était dans une chambre de motel faiblement éclairée, presque sombre et délabrée. Elle n’avait alors pas remarqué grand-chose. Elle n'avait pas remarqué sa poitrine musclée, son ventre tonique, ses épaules larges, sa peau bronzée et la fine ligne de cheveux qui partait de son nombril jusqu'au bord de son pantalon.

Elle leva les yeux vers son visage et comprit que ses joues avaient dû rougir. Il la regardait, surveillez-le ! L’embarras l’envahit, et elle espérait que cela ne se voyait pas trop sur son visage et ses joues rougissantes. Elle baissa rapidement les yeux sur sa nourriture. Les œufs l'appellent toujours à manger. Angel jeta un rapide coup d'œil à Dante. Il la regardait toujours, un sourire amusé sur le visage.

« Mangez », ordonna-t-il doucement.

Angel ramassa la fourchette et commença à poignarder les œufs.

+-+-+

Après le petit-déjeuner, Angel avait sauté sous la douche.

Dante avait quitté l'appartement après s'être endormie la nuit précédente et avait acheté quelques articles de toilette pour femmes. Il les avait disposés sur le lavabo de la salle de bain. Angel, maintenant enveloppée dans une serviette, ses cheveux mouillés tombant dans son dos, baissa les yeux sur les articles de toilette. Une petite brosse à cheveux, une brosse à dents et du dentifrice, une bouteille de lotion au format voyage et une autre de shampoing, un rasoir jetable, un bâton de déodorant et une petite boîte de tampons. Il s’agissait du kit de soins typique que le refuge pour femmes voisin distribuait parfois aux filles travaillant dans la rue tard dans la nuit.

Angel secoua la tête, se replongeant dans la réalité. Il était un chouette gars. La plupart des gars qui la payaient ne lui achetaient pas de choses, encore moins d’articles de toilette et ne la laissaient pas prendre leur douche. Elle finit dans la salle de bain, utilisant les articles de toilette et mettant la boîte de tampons dans son sac.

Elle enfila son soutien-gorge et son string avant de remonter son short et un t-shirt noir uni et moulant sur la tête. Elle passa la brosse dans ses cheveux et accrocha la serviette au crochet situé à l'arrière de la porte.

Lorsqu'elle ouvrit la porte de la salle de bain, Dante était là, une main tendue comme s'il s'apprêtait à ouvrir la porte lui-même. Il lui sourit et la fit sortir de la salle de bain et la retourna à la cuisine.

Il posa ses mains sur ses côtés, la soulevant doucement et la posant sur la table. Il attrapa le bouton de son short, mais s'arrêta lorsqu'il remarqua qu'Angel était tendu. "Laisse-moi vérifier ta coupe."

Toujours tendue, elle le laissa défaire son short et le baisser. Dante accrocha le bord de son string et l'écarta, étudiant la coupure le long de l'intérieur de la jambe d'Angel. Les rougeurs s'étaient estompées, les croûtes, toujours présentes, n'avaient plus l'air assez fragiles pour se fissurer au moindre mouvement. Très doucement, Dante passa son pouce le long de la ligne des croûtes. Il se pencha plus près, encore plus doucement ; il déposa un baiser sur la plaie en train de guérir.

Angel frissonna, sentant son souffle rouler sur la peau tendre de son pubis. Dante lui avait donné un autre doux baiser avant de s'éloigner d'elle et de l'aider à remettre son short.

"Allez, enfile tes chaussures."

Angel leva les yeux vers Dante alors qu'elle glissait de la table, les yeux plissés et sceptiques.

"Je t'emmène, allez," répondit-il à son scepticisme silencieux.

Elle s'assit sur l'une des chaises de la cuisine pour enfiler ses bottes.

+-+-+

La robe noire vient de rester là. La superposition de dentelle sur le corsage s'est froissée alors qu'elle était posée là. Le tissu doux du reste de la robe couvrait à peine son dos incurvé, et Angel a lissé les plis du tissu pour voir s'il pousserait plus longtemps. Les manches en dentelle transparente, les bretelles qui attachaient un tour de cou en tissu noir, toute la robe était magnifique, malgré ses suggestions provocatrices.

Angel l'a juste regardé. Comment allait-elle convaincre Rich que la robe n’était rien de plus qu’un cadeau ? Elle détestait quand les clients lui achetaient des choses. Elle devait toujours trouver comment cacher ces choses ou les expliquer. Elle devrait trouver une solution d'ici demain soir.
Angel secoua la tête pour chasser ses pensées et traversa le couloir jusqu'à la salle de bain. Elle voulait encore se doucher. Elle adorait prendre des douches. Angel n'avait pas toujours l'occasion de se doucher. Aucune fille dans la vie ne le faisait habituellement. Ils étaient tous trop occupés à travailler pour payer les propriétaires. À plusieurs reprises, Angel avait la chance de se doucher une fois par mois. C’était une idée grossière, à laquelle la plupart des clients n’auraient jamais pensé, mais c’était un fait.

Angel s'est déshabillé et a ouvert l'eau. Elle enjamba le bord de la baignoire et entra dans l'eau de la douche qui coulait. Elle ferma les yeux et pencha la tête en arrière, laissant l'eau couler le long de sa gorge, le long de sa poitrine et arroser le reste de son corps.
Un léger soupir s'échappa de ses lèvres alors qu'elle se tournait, penchant sa tête en arrière dans l'eau qui tombait. Elle le sentit glisser et ramper à travers les mèches de ses cheveux, trouver sa peau sous tout cela et couler le long de son dos, le long de ses jambes, jusqu'au sol de la baignoire en dessous. Ses yeux toujours fermés, elle balança son poids vers l'arrière, laissant l'eau frapper son visage, inonder ses orbites et ses narines. Quelques gouttes lui traversèrent les lèvres et trouvèrent sa gorge. Lentement, elle ouvrit la bouche, l'eau chaude se précipitant pour remplir ses joues, la gravité la tirant dans sa gorge. Elle repoussa l'eau de sa bouche, se redressa lentement, puis baissa la tête en avant. L'eau se frayait un chemin dans ses cheveux, les saisissant parfois et essayant de les tirer vers le sol de la baignoire. Elle ouvrit les yeux et regarda l'eau tomber du bout de ses cheveux avant de les refermer pour la sentir.

À contrecœur, elle prit un pain de savon et exfolia doucement la surface de son corps, avant de prendre la petite bouteille de shampoing et de masser le liquide épais sur son cuir chevelu. Quand elle eut fini, elle retourna dans l'eau qui coulait, la laissant couler sur sa peau et couler vers son destin inévitable de chute libre à travers le drain et vers qui sait où…

Angel n'était pas sûr du temps qu'elle avait passé dans l'eau, mais elle savait que c'était probablement plus long qu'il n'en avait l'impression. Elle laissa échapper un autre soupir en fermant l'eau et en enfilant une serviette autour de son corps. Elle recula par-dessus le bord de la baignoire et sur le tapis moelleux. Elle s'essuya rapidement avec une serviette, voulant remettre ses vêtements le plus tôt possible. Ses vêtements étaient réconfortants, même s'ils étaient parfois peu nombreux.

"Merde", grommela-t-elle en réalisant qu'elle avait laissé ses vêtements propres dans son sac, dans le salon. Elle enroula rapidement la serviette autour de son corps et s'essuya les pieds sur le tapis de la salle de bain. Elle ne voulait pas laisser une trace mouillée dans l’appartement.

Angel ouvrit la porte de la salle de bain. Un frisson lui parcourut le dos alors que l'air frais du couloir la frappait. Elle entendit des voix dans le salon. Dante doit regarder la télé. Tranquillement, elle se faufila dans le couloir. Elle ne voulait pas déranger Dante et lui montrer à quel point elle était idiote de laisser ses vêtements dans le salon. Elle aperçut son sac, à côté de la porte d'entrée. Concentrée sur le silence, mais impatiente de récupérer son sac, elle ne s'en rendit pas compte…

Un faible raclement de gorge arrêta Angel dans son élan. Elle se tourna, comme un cerf dans les phares, vers un homme qu'elle n'avait jamais vu auparavant, la regardant depuis l'autre bout du canapé. Dante, qui lui tournait le dos, se tourna à temps pour voir son expression choquée et presque mortifiée.

Articles similaires

Déjeuner de lingerie

Un jour, Sandi et Lori se promènent dans un magasin de lingerie haut de gamme pendant leur pause déjeuner. Ils scrutent les racks avec désinvolture jusqu'à ce qu'ils repèrent un nounours sexy en dentelle rouge transparent. Ils lancent une pièce pour voir qui va l'essayer. Lori gagne le tirage au sort et ils se sourient alors qu'ils sont escortés jusqu'au vestiaire par une vieille dame de type matrone qui les regarde avec méfiance. La vieille chauve-souris déverrouille la porte et quitte la zone, mais continue de regarder en arrière pour voir ce qui se passe. Pendant que Sandi regarde un peu...

2.7K Des vues

Likes 0

Chatte dans l'arbre

Lorsque je suis devenu pompier, j'ai réalisé que je serais appelé à gérer une variété de services pour le public. Les relations publiques représentent les 3/4 du travail. Je traite avec le public tout le temps, de la gestion des petites crises aux grandes catastrophes. Habituellement, un « merci » ou un sourire est suffisant pour un travail bien fait. À quelques reprises au cours de ma carrière, j'ai reçu des biscuits faits maison ou d'autres friandises en guise de gratitude. Rien n'est nécessaire, car j'insiste continuellement auprès de ceux que j'aide. Bottom Line: La ville me paie bien pour faire mon travail...

2.6K Des vues

Likes 0

Utiliser ma meilleure soeur d'amis partie 3_ (1)

La pause universitaire m'amène dans ma ville natale. Je termine ma dernière année d'université, à 22 ans, en me préparant à entrer dans le monde réel. Apparemment mature, sur le point d'être un vrai adulte. Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, je me faufile dans le sous-sol pour une baise torride de la maison des parents de ma torride Leah, 18 ans. Je venais de rentrer chez moi ce soir-là. Je n'étais même pas déballé quand le téléphone a sonné. J'avais envoyé un texto à Leah plus tôt dans la semaine, mais elle me distrayait tellement avec des sextos que j'ai dû le...

3.5K Des vues

Likes 1

Hanté par le Futa Ghost 15: L'exorcisme coquin de Futa Ghost

Hanté par le fantôme Futa Chapitre quinze : L'exorcisme coquin de Futa Ghost Par mypenname3000 Droit d'auteur 2017 « Non », ai-je crié de chagrin et de regret. « Non, Ojo-sama ! » Des larmes coulaient de mes yeux alors que la honte me submergeait. Je l'avais laissée tomber. Je levai les yeux vers sa belle forme de Mitsuko-hime suspendue à la branche du pin, se balançant dans la brise qui gémissait à travers les bois maudits. Ses yeux s'exorbitèrent. Son visage peint en blanc maculé de larmes. Sa sandale était tombée. J'ai attrapé son pied chaussé. Slime a trempé sa chaussette, couvert ma...

2.5K Des vues

Likes 0

Chapitre 4

Chapitre 4 Ils étaient sûrs qu'ils se marieraient un jour et Jeff traitait toujours Julie très spéciale, elle signifiait beaucoup pour lui. Il se souvenait d'une fois en particulier qui leur avait en quelque sorte fait savoir qu'ils se marieraient un jour. Ils étaient au théâtre en plein air avec la voiture de ses parents, un de ces types de famille que vous connaissez le genre spacieux. Quoi qu'il en soit, ils s'étaient installés sur le siège arrière pour avoir plus d'espace et de confort et s'étaient blottis l'un contre l'autre. Jeff avait son bras autour de son épaule. En plus...

2.5K Des vues

Likes 0

Anciens Playboy Playmates Partie 9 : Le vrai désir de Tiffanie_(1)

Note de l'auteur :  Il s'agit de la deuxième histoire de Tiffanie, une ancienne playmate fictive de playboy. Son premier est interracial. Vous n'êtes pas obligé de lire celui-là si vous ne le souhaitez pas, mais il suffit de dire que dans la partie 3 de cette série, Tiffanie a été témoin d'un acte incestueux chez elle impliquant sa sœur aînée Diane. Contrairement à Stéphanie (qui a également été témoin d'un acte similaire dans la partie 3), cela a gâché Tiffanie - la rendant même folle. Elle a fait de son mieux pour éviter ses désirs incestueux intérieurs, en les noyant avec le...

2.2K Des vues

Likes 0

La Fête_(14)

Partie 1 Jésus, nous allons encore être en retard, je me dis en m'asseyant sur le canapé du salon, la tête appuyée sur une main. C'était samedi, le soir de la fête de Doonsberg et il n'y avait pas moyen d'en sortir. Les voisins d'en bas nous avaient invités dans leur manoir il y a des mois. Des RSVP avaient été faites, des calendriers vérifiés et revérifiés, des appels téléphoniques passés. Bref, c'était chose faite. S'il y avait jamais eu une soirée pour faire la fête, c'était bien celle-là. La pleine lune de la veille de la fin de l'été regarde...

2K Des vues

Likes 2

Esclave d'un jour partie 3

Liz regarde Chris pour obtenir des instructions, et il sourit à son obéissance. Il se délecte de voir sa femme abandonner le contrôle et elle pourrait presque se donner des coups de pied pour avoir cédé sans même y penser. Est-ce qu'elle commence vraiment à aimer laisser le contrôle à son mari ? Allez répondre à la porte et envoyez mes amis au salon, je vais mettre le jeu en marche. Commande Chris. Liz se dirige vers la porte et lorsqu'elle l'ouvre, elle sent le vibromasseur émettre un faible bourdonnement dans sa chatte. Elle se tourne pour regarder Chris mais il...

1.9K Des vues

Likes 0

Baisée sur une table de billard_ (0)

Martha et Sharon ont décidé de sortir et de jouer au billard. Ils savaient qu'ils pouvaient draguer des mecs au pub du coin et ils aimaient tous les deux baiser. Quand ils sont entrés pour la première fois dans le bar, il était vide à l'exception de la serveuse. Ils ont failli partir mais Martha a suggéré qu'ils jouent au billard avant de passer à autre chose. Sharon a accepté et a accumulé les balles. Alors que Martha était sur le point de casser les balles, deux gars sont entrés dans le bar et se sont assis à une table près...

1.6K Des vues

Likes 0

La Fille du patron, Ch 1 : Le début de la folie

J'ai grandi dans une petite ville de montagne, pour vous donner un indice, mon école primaire préscolaire -8e n'avait que 58 enfants. Dire que tout le monde se connaissait est un euphémisme. J'étais un garçon moyen, et tout le monde m'aimait pour mon bon cœur et mon grand sens de l'humour. En grandissant, j'étais souvent avec mon ami Collin, le gamin qui a tout. Nous étions toujours sur des motos hors route, des quads, des bateaux, etc., nous l'avons fait. Toujours avec nous, il y avait son jeune cousin Alexis. C'était une jolie fille, mais beaucoup plus jeune que moi. Alexis...

1.4K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.