Surveillance

622Report
Surveillance

Surveillance.

Je suis Lana Kreskovi, une cadette stationnée dans un camp de prisonniers de guerre en Russie soviétique... ma vie est cette forteresse, mes désirs... ? eh bien, vous devrez continuer à lire. Cependant, je vous invite à parcourir à votre guise les pages de mon agenda... vous y trouverez peut-être quelque chose qui vous plaira.


Nom : Kreskovi, Lana
Âge : 22 ans
Lieu de naissance : Irkoutsk, Russie
Oeil : Bleu
Cheveux : brun foncé/noir
"Hé." 5'8
"Poids" 118
Sang : (AB-)
Statut : Cadet, 3 ans. Prison militaire de Zaninsk : Faculté de sécurité, membre

10 décembre 1942

6h03, tous les systèmes sont normaux, tous les moniteurs opérationnels... toutes les pièces sont sécurisées.
*Soupir. . .une autre matinée stagnante. . .! ce genre de chose me fait toujours me demander
pourquoi j'ai rejoint l'armée russe, cela n'a toujours pas de sens pour moi. Je suppose que je l'ai fait pour
les finances, ou plutôt le destin, ont eu une manière intéressante de me conduire ici. je suppose que ceci
la forteresse souterraine ressemble beaucoup à la Russie elle-même ; il fait froid, humide et toujours gris... mais
c'est ce qui est bizarre... certains Russes voient cela comme déprimant... d'autres le voient comme la chose même
cela donne envie à quelqu'un comme moi de vouloir quelque chose de mieux, quelque chose de profond. C'était peut-être
cette notion qui m'a amené à découvrir Kvet...ou Kvetslka pour information, et pour
pour l'amour de la postérité... Prisonnier-A30N. Pour toutes les bonnes raisons, les gardes ici sont obsédés par le
détenus... (dans ce cas, cela signifiait quelque chose de plus pour moi quand il s'agissait de Kvet) ça continue
chacun étant attentif au fait que l’interaction est nécessaire à la survie dans cet établissement. je
J'ai découvert que mon rôle le plus important ici était d'impliquer ce petit Russe innocent.
bijou... mais je prends trop d'avance sur moi-même.
D’un autre côté, une grande partie de l’interaction ici est en tandem avec le fait que
Zaninsk fait office de bordel privé pour de nombreux gardiens (nous tous, dans l'aile féminine),
de toute façon), des jeunes filles sont amenées au moins toutes les heures, parfois par le
des centaines... des filles de tous horizons, turques, malaisiennes, éthiopiennes, etc., etc.
même ceux de la Mère-Russie elle-même sont condamnés à rester ici... tous victimes d'actes aléatoires de mal-être.
réputation... seulement trois ans ici m'ont amené à me demander quand j'aurais assez de mandat pour
profitez de certaines de ces commodités... il va sans dire que j'ai tenté ma chance. Je me souviens de mon
la première fois, c'était avec une jeune Argentine de 18 ans... selon son dossier, elle avait été
en visite en Allemagne pour voir des proches soupçonnés d'avoir aidé les nazis. Bien que,
Je ne crois pas qu'elle en ait eu connaissance, mon esprit était... ailleurs. Je me souviens de beaucoup
les nuits traçant son long corps mince avec mes yeux, le crépuscule bleu de mon moniteur
englobant tout ce qui en elle était froid, silencieux,… effrayé. Cependant, il semble toujours
sans conséquence
« Encore à ton tour ! » sortit de la bouche d'un de mes camarades... un ton vulgaire
exemple d'une femme soldat blonde nommée Andrika déterminée à parler avec une forme étrange de
nonchalance. "Au cas où vous ne le sauriez pas auparavant, son nom est Ornesta", a-t-elle déclaré. " La fille
là-bas, ça doit être assez engourdi maintenant si tu veux qu'elle fasse une deuxième descente !"
Même si je ne voulais plus de la fille latino, je ne pense pas que j'aurais donné à Andrika
le bénéfice de mon avis. "Pourquoi ? Tu l'as réchauffée pour moi ou quelque chose comme ça ?" J'ai répondu
avec un air sarcastique. "Tu sais, si je n'étais pas si seul, je serais probablement avec toi
d'abord... tu es une femme qui a au moins une sorte de défi... la plupart des filles ici
ne me propose aucun défi...pas d'excitation !" Dis-je, mais peu importe, Andrika semblait être
terriblement surprise… me regardant comme si elle était d'accord avec mon idée, mais étrangement, à certains égards, il semblait qu'elle aurait désaffirmé ma préférence. "Est-ce ainsi ?" elle répondit,
marchant vers moi avec un sourire aride sur le visage. Andrika s'est précipitée derrière moi et l'a alignée
couteau de combat avec la largeur de mon cou… levant ma tête en arrière puis pressant violemment ses lèvres contre les miennes… je pouvais sentir ses lèvres russes chaudes et succulentes sur les miennes… alors que la texture de son couteau faisait les veines de mon corps. recule d'horreur. elle a ensuite ouvert le devant de mon uniforme et s'est tournée pour chevaucher mes genoux, sa main serrant maintenant fermement ma poitrine souple avec de violentes secousses de ses doigts osseux. J'avais envie de voir les yeux froids et troubles d'Andrika, mais ils étaient ombragés par son chapeau de cadet en pin et ses épaisses tresses blondes colorées. Je pouvais sentir la boule chaude entre ses jambes fines et fortes gonfler et palpiter sur mon ventre nu. Soudainement. d'un coup sec au visage, sa matraque anti-émeute m'a frappé le nez et la lèvre supérieure et a laissé un pli inégal de sang couler sur mon menton. J'ai alorsspiré un peu d'air et me suis évanoui. D'après ce dont je me souviens, je me suis réveillé étourdi et déconnecté… avec l'impression que je n'étais capable que de prononcer des phrases confuses. Je me souviens avoir entendu un motif de pas entrer dans le couloir et finalement se terminer dans la pièce. J'ai vu deux gardes; Andrika et un autre grand garde blond nommé Marfa avaient amené une jeune fille... mon dieu ! est-elle !? elle n'a que 13 ans !!!! et elle ne portait rien d'autre qu'une petite culotte noire délavée qui serrait étroitement sa silhouette déjà minuscule.
Elle resta là, frissonnante... incertaine de ce qui l'attendait. Ses petits seins semblaient gercer à cause du froid de la pièce. J'ai pensé à quel point c'était horrible qu'ils l'aient amenée ici ! mais je ne pouvais détacher mes yeux de ses cheveux rouge vif, et de ses yeux noisette qui semblaient changer de couleur à mesure que ma vigilance sur eux devenait plus forte. Les deux gardes ont déchiré ma chemise plus largement, puis ont ouvert grand l'entrejambe de mon pantalon avec leurs couteaux de combat... la petite fille toujours agenouillée entre mes jambes de pantalon en lambeaux, mais accroupie, alarmée. Andrika a alors marmonné quelque chose à l'autre garde, Marfa qui (d'un geste de sa matraque) a fait signe à la fille de se diriger vers l'intérieur de mes cuisses... ses yeux remplis de larmes. Avec un grognement arrogant, Marfa a montré mon gros monticule et a poussé la tête de la fille vers moi avec sa matraque… la menaçant de sucer et de lécher les plis visibles de mon monticule à travers ma culotte blanche séquencée. Elle lécha et lécha comme si elle soignait la moindre de mes blessures. Andrika agita la main avec une pointe d'impatience, signalant à Marfa de faire quelque chose alors qu'elle se tenait appuyée contre le mur gris de la salle de surveillance. J'ai soudainement senti mes jambes soutenues par la jeune fille… et elle a ensuite retiré ma culotte de ma taille, la jetant au sol puis revenant lentement à sa performance. Elle avait sucé mon clitoris et embrassé les plis délicats de ma motte avec un empressement fascinant. Je tremblais et me tordais dans les plaisirs étranges que venait cette adolescente qui ornait maintenant ma chatte d'extase humide. Sa petite langue rapide caressait chaque nœud de peau de mes plis gentils. Sa langue dépassait le canal surélevé de mon clitoris, et son petit menton semblait confisquer la totalité de mes croissants soyeux. son nez couleur pêche appuyant délicatement de haut en bas sur la partie supérieure de mes plis. J'étais engourdi de plaisir... comment cette petite fille pouvait-elle le faire ??? cette petite nymphe serait-elle capable de puiser toutes les sensations que je connaissais entre mes jambes ? Je la réconfortai bientôt en tenant ses doux cheveux noirs coupés qui semblaient s'enrouler sous le croissant de ses oreilles. Elle a arrêté de pleurer et a commencé à écarter encore plus mes jambes, cette fois devenant plus inquiète envers mes lèvres palpitantes. Elle semblait apprécier chaque goutte de jus qui coulait de mes plis charnus. Elle s'est ensuite glissée sur mes genoux, aspirant les pouls de mon cou et mordant tendrement la chair nouvellement meurtrie. Je m'étais demandé pourquoi une fille aussi soumise s'était soudainement intéressée à moi !!!! Je veux dire, elle était si jeune !!!!... si innocente ?! Je pouvais sentir ses jambes douces m'enjamber tandis que ses genoux osseux se pressaient fermement sur les côtés de ma cage thoracique… me tenant comme le ferait un animal lorsqu'il renverse sa proie. J'ai senti le nœud miniature de son monticule marteler le mien… devenant trempé dans un fluide d'extase… puis j'ai vu Andrika se précipiter derrière elle et lui tenir la gorge dans sa longue main osseuse… ses yeux bleus s'éclairaient comme turquoise éthéré... Soudain, Andrika a baissé la culotte de la petite fille de sa taille puis a baissé le pantalon de son propre uniforme. Sans culotte, Andrika a remué le manche de sa matraque dans son monticule serré, laissant l'artifice émaillé noir s'étendre vers l'extérieur. Elle attrapa ensuite les seins de la petite fille et plongea le bâton en diagonale vers le haut dans son innocence humide, en appuyant assez fort pour envoyer des filets de sang s'enrouler autour de la matraque déjà trempée. Encore et encore, elle s'enfonça dans la pauvre fille… le gazouillis obéissant de la jeune fille plus soumis que jamais… elle roucoulait sans fin, envoyant Andrika dans une rage si brûlante qu'elle tomba au sol et se mit à rincer la sienne. matraque dans la tapisserie charnue couleur porcelaine entre ses jambes. Sauvagement, elle enfonça le long bâton avec une vitesse immense et dangereuse dans sa crevasse profonde et aqueuse... rugissant sans honte alors qu'elle enfonçait l'objet à l'intérieur d'elle-même, presque comme si elle voulait sentir le sommet du bâton couler continuellement dans le petit. de son ventre. Je pouvais voir son jus couler parfaitement de sa féminité, chaque goutte s'ajoutant à la flaque transparente sur le sol que je pouvais entendre s'accumuler dans un petit réservoir sur le béton en contrebas. Marfa, qui jouait avec elle-même dans le coin arrière, a couru vers Andrika et a placé son monticule nu sur la jambe de mon camarade, à cheval sur lui pour faire jouir Andrika. Marfa avait laissé échapper de petits roucoulements innocents en faisant cela, moi-même regardant la petite fille veiller sur mon cou pendant que je jouais maintenant avec sa chatte fraîchement déflorée qui dégoulinait d'un mélange de sueur, de sang et de jus naturels. En entendant la fille gémir vivement, je l'ai tournée pour pouvoir la presser contre mes seins et ainsi pouvoir servir son pauvre petit nœud, dont j'avais réalisé qu'elle était la plus belle entité que j'avais vue, une entité. qui avait désespérément besoin de mes doigts à l'intérieur des murs soyeux en dessous. Je plongeai précipitamment mes doigts dans sa fleur palpitante. Elle tournait doucement au contact de mes doigts alors que je suçais la peau de son cou russe raide, son empressement représentant maintenant l'image d'un petit esclave obéissant qui aimait qu'on lui dise quoi faire. Elle a ensuite passé son bras à l'arrière de ma tête et y a tenu sa main pour un soutien passionné alors qu'elle passait ses doigts dans mes longs cheveux noirs... J'ai ensuite répondu en pinçant ses petits seins par rafales courtes et rapides, presque comme si comment nous (en tant que soldats) avons appris à tirer avec nos armes. Tout d'un coup, j'ai senti un énorme tic à l'intérieur de la petite fille et un cri de fureur orgasmique à glacer le sang s'est répandu de sa petite bouche boudeuse ; ses jus s'étaient ensuite répandus sur mes genoux et avaient recouvert le petit carré de mes poils pubiens d'un mélange de sang jeune et de jus féminins. A ce moment précis, sans prévenir, Andrika laissa échapper un puissant grognement, les dents serrées, puis gémit comme une fureur sanguinaire alors qu'un violent torrent de sperme jaillit de sa chatte palpitante, qui éclaboussa la petite fille qui la recouvrait de haut en bas ; laissant la pauvre petite les yeux fermés et la bouche ouverte comme si elle avait été immobilisée par le violent orgasme d'Andrika. Le petit chérubin s'est alors recroquevillé en petite boule affectueuse et a posé sa tête sur mon épaule... sa main saisissant le peu qu'il me restait de mon haut d'uniforme ; après quoi, elle fredonnait une petite chanson folklorique russe que j'avais entendue des années auparavant.
Marfa est descendue d'Andrika, a remis son pantalon d'uniforme et est sortie de la salle de surveillance comme si de rien n'était. Andrika s'est alors levée, à peine capable de garder son sang-froid avec ses jambes sensuelles et fines, et s'est dirigée vers la petite fille et moi.
"Il est temps de retourner à Kvetslka ! Allez, il n'y a plus rien ici..." dit-elle après avoir saisi le bras osseux de l'enfant. "Allons-y ! tu en as eu plus que tu n'en auras jamais, descends d'elle pour que je puisse te remettre dans ta chambre !" » a ajouté Andrika. "NON!" cria la petite fille d'un ton enfantin. " Allons GOOOO ! " répondit Andrika. "Hé, hé, ne sois pas si pressé de la renvoyer, elle a juste traversé beaucoup de choses étant donné qu'elle n'a que treize ans environ ! "Treize ? Tu penses qu'elle a treize ans ? ha, tu penses qu'elle a cet âge, Lana ? Si j'étais vous, je ne serais pas si prompt à juger une fille que vous connaissez à peine, surtout dans une prison russe comme celle-ci ! » Je me suis alors dit : « Cher Seigneur ! quel âge a cette fille ? que vais-je faire si elle est plus jeune que ce que je pensais avant ? les hauts gardes de l'aile des hommes m'incarcéreraient sûrement pour avoir fait quoi que ce soit avec une adolescente !" Alors que j'allais rassembler mes pensées et ce qui restait de mon uniforme, j'ai vu Andrika et Marfa conduire la petite chose aux seins nus hors de la pièce. , Kvetslka semblait avoir cette expression mélancolique tandis que mes camarades l'escortaient dans le couloir gris et ombragé. Hé, Kvetslka... quel joli nom pour cette petite fille au caractère si dégingandé... d'une manière ou d'une autre, je ne me suis pas concentré sur que j'étais tellement curieux de connaître son but ici, d'autant plus qu'elle était originaire du pays... quand je pensais à ce qu'elle faisait ici dans cette prison militaire, l'idée m'était venue que ses parents étaient des espions, ou plutôt, qu'elle avait " J'ai été recueillie par l'un des soldats après un événement tragique impliquant ses parents en cette période de guerre. Elle était probablement orpheline et mes autres camarades la considéraient comme un objet de décadence sexuelle sans conséquences potentielles. Je devais en savoir plus sur elle, entre autres choses… la seule chose dont je devrais vraiment m'inquiéter maintenant, c'est de savoir si je peux ou non obtenir un nouvel uniforme, et si je suis ou non dans la merde pour avoir baisé une adolescente.

13 décembre (trois jours plus tard)

Cela fait trois jours et aucun signe d'Andrika, de Marfa et du nouvel objet de mes désirs et très probablement de mon futur internement : Kvetslka Devtlona ?... taille, 4'9 poids 88 livres. yeux noisette, cheveux noirs, ok... et pas d'âge... c'est très étrange étant donné que tous les dossiers sur les prisonniers doivent (selon la loi) inclure l'âge. J'ai regardé de plus près son dossier et il semblait que quelqu'un avait maculé la zone où se trouvait son âge... merveilleux ! soit quelqu'un essaie de me confondre, soit quelqu'un viole le protocole. Il m'est cependant arrivé de voir son lieu de naissance... "Tioumen, Russie", cette ville a été attaquée il y a seulement environ une semaine par les nazis ! oh mon dieu, au moins une de mes prémonitions doit être correcte ! Mère...Harvna Devtlona, ​​DÉCÉDÉE ! Le 15 avril 19**, l'année est également tachetée....Père, Rodion Devtlona....MANQUANT ! présumé décédé. sa mère a dû mourir pendant son accouchement, je suppose... cela pourrait signifier qu'elle n'avait que son père pour prendre soin d'elle, et maintenant c'est la chose la plus proche qu'elle ait pu gérer elle-même. Je dois faire quelque chose à ce sujet, je ne peux pas, en tant que soldat, voir ce qui peut lui arriver, l'une étant qu'elle est une orpheline probablement vouée à vivre ici jusqu'à ce qu'elle soit transférée dans une famille d'accueil. Je n'ai pas non plus pu résister à la tentation de revoir son petit corps nu, de me traiter de fou mais je pense que je suis presque obsédé par elle. Même si elle a neuf, dix, onze ou 13 ans comme je le pensais... peu importe ! Je ne pouvais pas supporter le poids de ne pas la revoir... Kvetslka me vient tellement à l'esprit qu'il est difficile de se demander si elle appuiera un jour ce petit monticule chaud sur mes lèvres et me laissera savourer ses jeunes jus salés. . Je l'imagine parfois rampant dans ma chambre dans la nuit indigo, sautillant sur le lit et enlevant sa chemise de nuit blanche par-dessus sa tête et restant là assise dans l'expectative, comme un petit ange agenouillé, les jambes écartées ; ses petites lèvres féminines effleurant à peine les draps de mon lit… J'imaginais la prendre dans mes bras puis l'embrasser sans raison dans le cou pendant qu'elle roucoulait doucement. Je l'allongeais ensuite sur le côté sur le lit et m'agenouillais sur le sol pour pouvoir goûter sa chair vaginale jeune et trempée. Mon Dieu, je suis tellement en avance sur moi-même, nous n'avons été ensemble qu'une seule fois ! et déjà je suis obsédé par elle ! Aujourd'hui, j'ai presque été surpris en train de glisser mes doigts à l'intérieur de moi en pensant à elle... Grina, le commandant en chef de notre unité, m'a presque vu à travers la fente de la porte de la salle de surveillance, mon dieu, si j'avais été surpris en train de faire ça, je le serais. libéré, sinon battu à mort par un commandant... même si la violence ne me dérangerait pas tellement, si Grina pouvait nous sortir tous les deux d'une manière ou d'une autre. Comme la plupart des autres travailleuses de l'aile féminine, elle était belle mais d'une manière non féminine. Elle est très tonique, et a des pommettes et une structure générale très profondes... elle ressemble plus aux femmes dures et sexy que nous avons vues dans les bobines de films que nous regardons chaque mois lorsque nous sommes en congé. Je n'ose toujours pas le découvrir, même dans le feu de la passion, je soupçonne que je serais toujours incapable d'agir face à sa force brute. Mais c'est une autre histoire.

14 décembre,

Je ne m'empêcherais pas de vouloir Kvetslka pour le reste de ma vie, mais je ne peux pas imaginer devoir faire face à ce que la plupart des gens diraient s'ils découvraient un jour qu'elle est une adolescente... même la différence d’âge me conviendrait à une sorte de crucifixion russe. Non, je ne pouvais pas, mais je pouvais toujours la surveiller, et faire ce que je voulais avec elle... mais bon, qu'est-ce que c'est ? On dirait que Grina elle-même prépare quelque chose... oh cher journal, je pense que toi et moi allons vivre quelque chose d'inattendu. Grina vient d'entrer dans un quartier d'adolescents... Je crois que c'est une française... oui c'est vrai, Miette c'est son nom, je me souviens de celle-là, c'est la fille de 15 ans d'un diplomate français !!! Une jolie petite chose qui n'a pas beaucoup de silhouette, mais néanmoins mignonne avec ses cheveux plats mi-longs et ses petits yeux bleus. Elle a des traits très nets dans ses expressions que j'aime... rire* oh mon Dieu, je ne pense même pas que je ne veux pas regarder... si j'ai raison de le dire, Grina va gâcher ça pauvre fille, Grina a gardé un œil sur cette fille (d'après ce que j'ai entendu de Marfa), elle l'a "sauvée", selon la rumeur. Mais je suppose que c'est ainsi que je vais le découvrir. L'écran est un peu statique, mais bon, je le distingue... il y a Miette, elle a l'air effrayée maintenant que Grina est dans la pièce, elle porte cette toute petite combinaison en coton, je vois même à travers d'ici... .Oh mon dieu, Oh mon dieu... Grina vient de retrousser son bras et a frappé Miette avec une telle force avec sa matraque... que la pauvre est par terre en train de convulser, je ne pense pas qu'elle soit capable de bouger ! Miette boite au sol et ne peut que balancer la tête d'un côté à l'autre ! Grina a ensuite enroulé son slip et frotte maintenant furieusement le clitoris de la fille en rond, mais elle ne semble pas le faire par plaisir... elle a l'air d'attendre quelque chose, ou d'essayer d'obtenir quelque chose d'elle.,, ,maintenant il y a un homme dans la pièce ??? il doit être l'un des cadets de l'aile masculine à environ dix minutes de là. Grina le dirige vers la fille... maintenant le mec sort sa bite et devient très dur... et voici sa prochaine partenaire, la pauvre Miette, elle est toujours inconsciente et marmonne d'après ce que je peux voir, il roule son slip, et il entre... baise Miette sans pitié, échangeant son petit monticule serré contre sa propre bouche à plusieurs reprises alors qu'il alterne d'avant en arrière, je peux voir qu'elle ouvre et ferme les yeux, marmonnant pendant qu'il martèle sa bite devant elle mince lèvres… la salive coulant de toutes les directions sur son visage… maintenant il est de nouveau de retour entre ses cuisses, balançant ses hanches contre elle, tandis que son corps boite involontairement comme une vieille poupée russe. Je n'ai jamais vu quelque chose de pareil auparavant... aucun homme n'est venu ici et n'a fait ça auparavant... Je me sens tellement mal pour elle. Ses petits plis roses sécrètent maintenant et créent de petits jets de sang et de pré-sperme alors qu'il confisque sa virginité dans l'acte de viol. Je me sentais mouillé et j'avais envie d'être là-bas, mais j'étais à mon poste et j'aurais des ennuis si quelqu'un me surprenait en dehors de mon service. A part ça, le soldat n'avait pas fini, il a levé ses jambes sur ses épaules et lui a enfoncé la chatte dans la chatte comme si elle était la dernière femme de la Russie sibérienne... Je le vois convulser, il est sur le point de jouir... et il le fait. sur son joli visage, frottant le contenu avec le bout de son pénis alors qu'elle s'étouffe et s'étouffe, à peine capable de prononcer un mot... il la jette au sol... elle est là, sans vie, couverte de sexe épuisé. ..porte verrouillée, Grina reçoit quatorze Rubils.


2 janvier.

Tant de temps a passé et pourtant rien n’a changé. Bien qu'ils m'aient redirigé vers un état d'alerte plus élevé en raison d'une rumeur selon laquelle les nazis se dirigeaient vers le nord, je n'ai pas pu écrire dans mon journal autant que je l'aurais souhaité, mais maintenant que les choses vont un peu mieux tranquille ici je peux enfin me consacrer à plus d'écritures. Je n'ai pas pu divulguer ce qui s'est passé depuis l'alerte maximale, mais rien ne s'est vraiment produit qui mérite d'être mentionné, à part l'évidence, à l'exception d'une chose. . .Lorsque nous sommes revenus à un statut normal, le commandant de nos deux ailes de prison (hommes et femmes) a décidé de nous laisser organiser une petite soirée dans le réfectoire central de notre complexe. Comme d'habitude, nous n'avions que la vodka russe la moins chère et des hors-d'œuvre froids à base de viandes bouillies, de paprika et d'œufs. Après quelques heures de danse et de beuverie avec les hommes, les choses sont devenues incontrôlables comme prévu. Certains gardes masculins ont essayé d'évoquer un peu plus chez leurs partenaires de danse assignés qu'un simple deux pas. De nombreux gardes masculins ont été soit giflés au visage, soit suspendus par leurs supérieurs. Après quelques centaines de bouteilles des meilleures (pires) exportations russes, les gardes et les commandants (sans distinction de sexe) avaient perdu tout contrôle du protocole. C'est peut-être pour cela qu'ils ont fait venir trois danseuses ; tous des adolescents. Vêtus de robes de prison carrées d'un gris sombre et humiliant, ils étaient amenés à danser sur les tables des hommes et des femmes. Certains hommes riaient et ricanaient sauvagement alors qu'ils faisaient tout, depuis leur lancer des poignées de nourriture et des tasses de vodka jusqu'à relever leurs robes pour jouer avec leurs gentilshommes. Inutile de dire que plus les filles étaient de plus en plus bouleversées, les hommes et les femmes étaient de plus en plus excités. L'un des gardes a poussé une fille aux cheveux roux sur la table et a invité l'un des gardes, homme et femme, à la caresser, les doigts étant insérés dans tous les orifices imaginables. Certaines gardiennes souriaient en retour et se moquaient de certains gardes masculins comme pour leur montrer qu'ils appréciaient quelque chose de nouveau, d'étranger et de revigorant. N'importe laquelle des filles qui ont riposté aurait pu être horriblement battue avec une matraque, à quelques centimètres de sa vie. Cependant, l’une des filles avait l’air si familière qu’elle était maquillée, mais ressemblait à une clocharde. Le rougissement qui avait été admis par l'un des gardes ressemblait à deux énormes cercles sur ses joues, la faisant ressembler à une poupée de chiffon. Après un bon coup d'œil, j'ai remarqué qu'il s'agissait de Kvetslka ! Oh mon Dieu ! Je ne pouvais pas y croire ! J'avais quelque chose à faire. . .Je me suis approché de la table et je l'ai arrachée comme un homme des cavernes, une expression sur mon visage semblant comme si j'allais la revendiquer comme mienne.
Le reste des troupes a crié car ils pensaient que mes intentions étaient impures. Pour la plupart, j'aurais été d'accord, mais je pensais que je devais la sauver. Trop ivres pour comprendre les conséquences, les gardes qui n'agressaient pas les deux autres filles ne se souciaient que de leur première portion. J'ai traîné Kvet dans le long couloir faiblement éclairé, loin du réfectoire, comme un soldat blessé, jusqu'à ce que je la ramène finalement dans la cellule de détention. Je l'ai allongée sur le lit en bois informe sur lequel elle dormait depuis le début de son internement. Je me suis assis à côté d'elle et j'ai observé chaque crevasse de son petit corps presque informe. Je n’aurais jamais pensé que des jeunes filles comme ici puissent avoir des structures aussi uniques. La façon dont ses hanches descendaient vers le début de ses jambes commençait par la moindre petite cambrure. Elle était vraiment une princesse russe pour moi, presque immédiatement, elle a semblé remarquer mon regard fasciné. Puis, avec des yeux silencieux et dilués, elle se releva et s'agenouilla, me regardant directement. Elle a ensuite élargi l'écart entre ses jambes et a saisi le bas de mon bras et l'a placé sous son vêtement informe. Elle a laissé mes doigts toucher le jus détrempé qui coulait déjà de sa chatte presque adolescente. Elle gémissait de plus en plus fort alors que la peau de mon doigt effleurait constamment la circonférence dressée en forme de losange de ses lèvres. Des larmes coulaient sur son visage comme si elle hésitait à me laisser la toucher, mais elle semblait aussi essayer de me compenser pour mon intervention précédente. Quoi qu'il en soit, je suis monté sur elle et j'ai commencé à l'embrasser et à caresser ses doux cheveux noirs. Ma taille plus large étant fermement placée entre ses jambes, je pouvais la sentir devenir trempée. J'ai alors commencé à caresser ses seins, ils semblaient presque inexistants, mais toujours tendres pour mes doigts et mes lèvres une fois que je commençais à les sucer. Elle gémit comme un animal effrayé alors que je passais mes doigts devant ses minuscules plis délicats, le plat de mes doigts caressait rapidement ses parois intérieures. Alors que sa petite silhouette se bousculait sous mon influence totale, elle desserra ma boucle et mon pantalon pour révéler mon monticule bouillant. Elle a frotté son petit genou insignifiant dans la largeur de ma chatte, le frottant tellement d'avant en arrière que son genou est devenu trempé de mon pré-sperme. Je vivais l'expérience sexuelle la plus incroyable de ma vie avec quelqu'un deux fois plus jeune que moi. Je suis alors devenu tellement rempli de dévergondage que je me suis allongé et j'ai pressé son petit visage de porcelaine dans ma chatte, la laissant laper le jus sur mes plis expérimentés. Elle léchait et suçait sauvagement pour une si jeune novice pendant que je retenais mon souffle pour ne pas avoir le souffle coupé lors d'éclats soudains d'orgasme.
Pendant deux heures, nous avons caressé, caressé et joui à plusieurs reprises sur le lit, nos vêtements... toute la pièce était presque tachée de tout, depuis la sueur féminine parfumée jusqu'aux sécrétions sexuelles qui gerçaient les parties les plus délicates de notre corps. Finalement, j'ai passé le reste de ma vie sur son joli visage après m'être agenouillé sur le cône plumeux de sa langue rose ; ma main droite la faisant exploser sur toute la plinthe du lit qui s'était totalement déplacée. Épuisé, je me suis allongé sur son corps et lui ai murmuré de dormir, lui réitérant ce que j'avais ressenti lors de notre escapade mémorable.

Fin de la première partie

Plus à jouir bientôt !

Articles similaires

3some fantaisie

Nous rencontrons une autre femme dans un bar pour quelques verres, elle porte une petite robe, et vous pouvez voir qu'elle n'a pas de sous-vêtements en dessous, je porte une jupe très courte, un haut décolleté et des bas. Après quelques verres, nous retournons tous à la chambre d'hôtel que nous avons réservée, en nous arrêtant en chemin pour prendre plus de boissons. Pendant que vous versez les boissons, elle et moi nous réinstallons sur le lit et commençons à nous embrasser, prenant notre temps car nous savons que vous regardez. Elle commence à se déplacer le long de mon corps...

1.5K Des vues

Likes 0

LEXI Chapitres 7-14

LEXI (Chapitre 7-14) CHAPITRE 7 Nous nous sommes retrouvés dans un restaurant italien préféré du quartier où Spence aimait aller. Il y avait beaucoup de monde et le seul siège libre était une cabine d'angle. Nous avons suivi la réceptionniste jusqu'au stand et Lexi est entrée la première et Carmen a dit. Stan, pourquoi ne pas entrer ensuite et remplir le milieu entre Lexi et moi. Bien sûr, j'ai accepté. Nous nous sommes installés car Carmen et Lexi étaient assises assez près de moi. Alors, que pensez-vous de nous emmener les filles à un rendez-vous? demanda gaiement Lexi. Ouais, tu es...

1.4K Des vues

Likes 0

Biker Lust ... Le début

C'était une chaude journée d'automne. Je roulais sans but dans la campagne sur mon Sportster. Tout l'été longtemps que j'avais roulé sur ces mêmes routes et je m'ennuyais. J'avais roulé, perdu dans pensé quand je suis tombé sur la petite vallée boisée avec le cimetière en bordure de route. C'était un aussi bon moment comme tout pour s'arrêter et prendre une gorgée d'eau. En m'arrêtant sur le bord de la route, j'ai garé mon vélo et je me suis étiré respirer profondément le parfum boisé que j'ai toujours aimé. Débouclage des sangles de la sacoche. J'ai sorti une bouteille d'eau et...

1K Des vues

Likes 0

Steph

J'ai rencontré Stéphanie dans un club il y a quelques années. Nous étions tous les deux en train de baver devant le même mec sexy avec lequel nous savions que nous n'avions pas vraiment de chance. Après le départ de M. Hot Guy, nous avons commencé à parler, à commérer vraiment, à propos de la fille avec qui il était parti. Elle s'est pas mal saoulée. Je ne sais pas pourquoi, mais pour une raison quelconque, je me serais senti mal si je l'avais juste laissée au club, elle aurait pu rentrer chez elle en voiture - la dernière chose que...

1K Des vues

Likes 0

The Witcher : la scène cachée (TV-MA)

The Witcher : la scène cachée (TV-MA) ACTE PREMIER : INTRODUCTION Geralt de Riv et sa jeune pupille, Ciri, ont parcouru ce terrain accidenté, s'entraînant et perfectionnant leurs compétences au fur et à mesure. La voix grave du Sorceleur traversa l'air alors qu'il parlait à Ciri, lui transmettant sa sagesse. N'oubliez pas, Ciri, dit Geralt, ses cheveux argentés scintillant au soleil, vous devez toujours être préparé, toujours prêt à vous battre et toujours écouter. Votre instinct vous guidera. Ciri hocha la tête, la détermination gravée sur son visage. Mais juste au moment où Geralt finissait de parler, un grognement menaçant se répercuta dans la...

762 Des vues

Likes 0

Anciens Playboy Playmates Partie 9 : Le vrai désir de Tiffanie_(1)

Note de l'auteur :  Il s'agit de la deuxième histoire de Tiffanie, une ancienne playmate fictive de playboy. Son premier est interracial. Vous n'êtes pas obligé de lire celui-là si vous ne le souhaitez pas, mais il suffit de dire que dans la partie 3 de cette série, Tiffanie a été témoin d'un acte incestueux chez elle impliquant sa sœur aînée Diane. Contrairement à Stéphanie (qui a également été témoin d'un acte similaire dans la partie 3), cela a gâché Tiffanie - la rendant même folle. Elle a fait de son mieux pour éviter ses désirs incestueux intérieurs, en les noyant avec le...

2.6K Des vues

Likes 0

La Fête_(14)

Partie 1 Jésus, nous allons encore être en retard, je me dis en m'asseyant sur le canapé du salon, la tête appuyée sur une main. C'était samedi, le soir de la fête de Doonsberg et il n'y avait pas moyen d'en sortir. Les voisins d'en bas nous avaient invités dans leur manoir il y a des mois. Des RSVP avaient été faites, des calendriers vérifiés et revérifiés, des appels téléphoniques passés. Bref, c'était chose faite. S'il y avait jamais eu une soirée pour faire la fête, c'était bien celle-là. La pleine lune de la veille de la fin de l'été regarde...

2.2K Des vues

Likes 2

L'horloger et l'inventeur partie 4_(1)

C'est parti... grognai-je en posant la caisse sur la table. Je soupirai en regardant autour de la salle de stockage; Une fois de plus, j'étais seul dans l'usine, cette fois-ci en train d'organiser les expéditions. En gémissant, j'arquai le dos. Élongation; J'étais plus que mal à cause de la journée de travail. Scrap se tenait dans un coin, attendant mes ordres. Grâce au temps de rentrer à la maison. En réponse, l'automate se redressa légèrement, siffla et se dirigea vers la porte. Je l'ouvris et suivis mon invention dans les rues mal éclairées. Les rues étaient à moitié vides, principalement des...

2.2K Des vues

Likes 0

Cyber-sexe avec une déesse

Hé les gars, ce sont mes premières histoires, alors s'il vous plaît, gardez les mauvaises critiques pour vous. Ok, j'ai eu une conversation sur le cyber sexe à l'instant, et j'ai pensé que ce serait amusant de la publier. Si vous aimez, j'en posterai un autre mais pour l'instant, c'est parti. *Connect Succès* ????: Salut Moi : M ou F ????: Salut. f vous? Moi : salut moi Son age Moi : Votre premier âge réel, pas de mensonges Son: ** Moi : je m'en fous si tu es jeune Moi: ** Elle : taille ? Moi : 8 pouces (mensuel total au fait) Elle...

2K Des vues

Likes 0

LA SALOPE DU BOSS 1 : LA PROPOSITION_(1)

LA SALOPE DU BOSS - PARTIE I : LE DÉBUT CHAPITRE 1 : LA PROPOSITION Ça s'est passé comme ça s'est toujours passé. Mon smartphone a émis un bip discret. Je me suis détourné de l'écran de l'ordinateur sur mon bureau, j'ai réveillé mon téléphone et vérifié l'ID texte. Monsieur. Cela aurait pu être beaucoup plus. Cela aurait pu être M. Charles Woodburn, PDG et président du conseil d'administration. C'est qui était Monsieur. J'ai ouvert le texte pour trouver le message que je recevais souvent de lui. J'ai besoin de toi dans mon bureau. J'ai souri en me levant immédiatement et j'ai...

1.4K Des vues

Likes 1

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.