L'horloger et l'inventeur partie 4_(1)

189Report
L'horloger et l'inventeur partie 4_(1)

"C'est parti..." grognai-je en posant la caisse sur la table. Je soupirai en regardant autour de la salle de stockage; Une fois de plus, j'étais seul dans l'usine, cette fois-ci en train d'organiser les expéditions. En gémissant, j'arquai le dos. Élongation; J'étais plus que mal à cause de la journée de travail.
Scrap se tenait dans un coin, attendant mes ordres. "Grâce au temps de rentrer à la maison." En réponse, l'automate se redressa légèrement, siffla et se dirigea vers la porte. Je l'ouvris et suivis mon invention dans les rues mal éclairées. Les rues étaient à moitié vides, principalement des gens rentrant chez eux pour la soirée ; de temps en temps une voiture à vapeur passait par transportant un ou deux citoyens de l'anneau supérieur.
En marchant, j'ai pris conscience de ce qui ressemblait à un violon à quelques rues de là, près de la tour de l'horloge. Je me dirigeai vers le bruit jusqu'à ce que je voie la petite foule rassemblée au coin d'une rue.
Laissant Scrap avancer vers la tour de l'horloge, je m'arrêtai pour écouter la musique du violon. C'était une chanson rapide et entraînante, qui élevait l'âme. « Qui savait qu'il pouvait jouer du violon ? » "Y a-t-il quelque chose qu'il ne peut pas faire?" Les gens murmuraient. Je me suis frayé un chemin doucement devant des gens essayant de voir d'où venait la musique. Finalement, j'ai été choqué.
Ses doigts maigres dansaient sur les cordes, le bois peint en bleu brillant légèrement à la lumière du soleil couchant. Son chapeau était rabattu sur son visage et il semblait se balancer doucement pendant qu'il jouait. La chaîne de sa montre à gousset tinta légèrement lorsqu'il se déplaça. Le Clockmaster était un homme vraiment doué.
"Maître de l'horloge..." murmurai-je, gardant ma façade d'apprenti fidèle. En me voyant, un sourire timide a joué sur ses lèvres, et il a soudainement arrêté de jouer. Plaçant le violon bleu et l'archet assorti dans l'étui ouvert, il a soudainement sorti de nulle part une rose, me la présentant.
Quelques femmes ont crié et je l'ai regardé fixement sidéré pendant un moment avant de le prendre doucement. Je l'ai reniflé. Son parfum m'a ramené à l'époque du jardin de ma mère, parmi ses nombreuses fleurs et arbustes.
"Un cadeau pour mon fidèle élève." Le Maître de l'Horloge a traîné d'une voix anormalement grave. "Attention aux épines." J'ai légèrement hoché la tête, toujours surpris par le geste étonnamment romantique. L'Horloger se baissa, claqua le boîtier et le verrouilla soigneusement. Il se redressa et dit : « Viens maintenant. Nous devons rentrer à la maison. J'ai hoché la tête en le suivant.
Dès que la porte de la tour de l'Horloge s'est refermée derrière nous, il a laissé tomber le faux-semblant. "Pour terminer. C'est bon d'etre à la maison!" Dit-il normalement, jetant le chapeau de côté révélant doucement des vagues noires et des yeux verts brillants. « Quand diable as-tu appris à jouer du violon ?! demandai-je incrédule alors qu'il posait la valise près de la porte. "Et quand en avez-vous même eu un?" « Je sais comment depuis que je suis enfant. Quant à l'obtenir, il était jeté au magasin de musique local. Peux-tu le croire?" dit-il en souriant comme un enfant.
Je soupirai et secouai la tête. "Sky, parfois tu m'étonnes." "C'est le but, Kara." En réponse, je l'ai embrassé. "Comment ça va à l'usine ?" « Tout est dans la réserve, organisé par type et par taille. Scrap n'a pas fait grand-chose cependant. Je pense qu'il aura peut-être besoin d'une mise au point plus tard. Sky hocha la tête. Il est allé me ​​prendre dans ses bras, mais quand il l'a fait, j'ai senti quelque chose dans mon dos. "Aïe aïe aïe aïe aïe..." haletai-je, posant une main sur le bas de ma colonne vertébrale et me penchant en avant.
"Qu'est-ce que c'est?" "Je… oww…" J'ai essayé de me redresser mais j'ai senti la douleur descendre dans mes jambes et dans mes pieds. « Kara, ça va ? » "Mon dos... je pense que j'y ai fait quelque chose..." gémis-je. Sky posa sa main sur mon épaule en se penchant pour me regarder dans les yeux "Pouvez-vous descendre les escaliers?" "Je ne sais pas…."
En réponse, Sky m'a doucement soulevée, me portant dans les escaliers jusqu'à ma chambre. Il a réussi à ouvrir la porte tout en me tenant toujours. « Et voilà… » Il m'a posé doucement sur le lit. Je gémis de douleur en me redressant, et Sky alluma les lampes, inondant ma pièce du sous-sol de lumière. « Avez-vous soulevé avec vos jambes ou votre dos ? Je me mordis la lèvre sachant qu'il serait ennuyé. "Mon dos. Tu dois te rappeler que je suis potelé, c'est difficile pour moi de m'accroupir comme ça.
"Espèce d'imbécile.." "Oui, mais je suis ton imbécile." murmurai-je en réprimant un sourire malgré la douleur. L'Horloger s'assit avec précaution sur le bord du lit. Il a hésité, puis a dit "Voulez-vous que je vous frotte le dos?" J'ai hoché la tête. "Mais .. si je le fais, je vais devoir vous demander d'enlever votre corset et votre chemise."
"Tu plaisantes... Je ne pense pas que je peux Sky..." gémis-je. "Je vais t'aider alors." Ses doigts se sont déplacés vers les fermoirs en acier de mon corset, les défaisant doucement un par un. Dès qu'elle fut ouverte, il commença à faire de même avec ma chemise. Je me suis mordu la lèvre mais il ne l'a pas ouverte comme il l'avait fait avec le corset. "Je vais détourner les yeux..." "Après tout ce que nous t'avons fait..." "J'ai toujours du respect pour toi, ma petite salope." dit-il d'un ton espiègle, presque taquin. Je n'ai pas rompu le contact visuel pendant un moment avant d'acquiescer. Tournant la tête, il ferma les yeux alors que je m'asseyais lentement en grimaçant alors que je retirais mon haut, le jetant ainsi que le corset sur le côté.
"Roule sur le ventre" Il ne regarda pas pendant qu'il parlait. J'ai fait ce qu'on m'a dit, en posant mes bras de chaque côté. « Avez-vous des pommades ou des lotions ? » "Sur ma commode dans la boîte en bois…" répondis-je ma voix étouffée par les oreillers. Je fermai les yeux, essayant de détendre les muscles de mon dos. Soudain, j'ai senti la lavande et j'ai senti la lotion froide sur mon dos. J'ai haleté doucement et j'ai senti ses mains presser le dessus de la petite flaque de lotion que j'ai gémi alors que ses mains glissaient facilement dans mon dos,
"Ça fait du bien ?" "Incroyable..." gémis-je alors que ses doigts pressaient doucement ma colonne vertébrale. Déplaçant mes cheveux avec le dos de sa main, il pétrit fermement les muscles de mes épaules, me faisant gémir bruyamment de plaisir. Ses mains glissèrent vers le bas et ses pouces s'enfoncèrent dans le bas de mon dos. J'ai fondu sous ses mains.
"Charmant.." Murmurai-je alors qu'ils reculaient, effleurant maintenant doucement le côté de mes côtes. J'ai remarqué que ses doigts dérivaient doucement de plus en plus bas jusqu'à ce que le bout des doigts effleure doucement les côtés de mes seins. J'ai expiré de bonheur. Je le sentis se pencher sur moi jusqu'à ce que sa bouche soit près de mon oreille.
"Tu aimes ça ?" Murmura-t-il en déplaçant ses mains plus bas pour me prendre en coupe. Je bougeai la tête au moindre hochement de tête. "Êtes-vous sûr?" Il a chuchoté, son pouce et son index pinçant doucement et roulant légèrement mon mamelon. "Oui monsieur..." murmurai-je. J'avais appris à répondre et à me comporter maintenant.
"Bonne fille..." souffla-t-il en mordillant légèrement mon oreille. Je ris et ses mains relâchèrent mes seins et descendirent lentement le long de mon dos. Ils ont atteint le haut de mon pantalon et se sont arrêtés un instant puis sont allés plus loin dans la ville / ..
Je gémis doucement, ses mains tirant sur mon pantalon. « Pouvez-vous les enlever ? » Il murmura. J'ai hoché la tête en m'asseyant. J'ai réussi à les retirer et à les jeter de côté, maintenant seulement dans ma culotte. "Bonne fille…. Tu as été bon ces derniers temps, n'est-ce pas… » Je me suis mordu la lèvre, ne sachant pas si c'était un piège ou non, mais j'ai ensuite décidé que c'était sûr et j'ai hoché la tête.
"Oui monsieur, j'ai été..." "Peut-être que vous méritez une récompense..." Je me mordis la lèvre ne sachant quoi dire. Il attrapa soudain mes hanches et me renversa sur le dos. Je le regardai en retenant mon souffle sans savoir ce qui se passait. Se penchant, il m'embrassa doucement, doucement. Je soupirai en fermant les yeux, mes bras s'enroulant autour de son cou. Il se pencha un peu plus, se pressant contre moi.
Ma main se leva, parcourant ses cheveux alors qu'il commençait doucement à sucer ma lèvre inférieure. gémis-je, tournant la tête pour rompre le baiser, toujours pas sûr de savoir si je devais apprécier ça. "Que voulez-vous que votre récompense soit?" Murmura-t-il, embrassant maintenant mon cou et ma mâchoire. "Je ne sais pas monsieur..." gémis-je.
« Où voulez-vous ma marque ? » Je me mords la lèvre et fais signe vers le haut de ma poitrine. Il se pencha pour embrasser et mordiller jusqu'à ce qu'un petit cercle rouge apparaisse. "Là…. Si quelqu'un voit ça, il saura que tu es à moi.
"Ils connaissent déjà monsieur..." il sourit en m'embrassant à nouveau, nos langues se mêlant. Je gémis en soulevant mes hanches pour me presser contre lui. Je pouvais sentir sa longueur grandir à travers son pantalon. « J'ai quelque chose pour toi, ma pute chérie… » souffla-t-il en fouillant dans sa poche. « Tu te souviens de ça, n'est-ce pas ? » il a sorti un petit cylindre en laiton avec une pointe arrondie et un fil, qui se connectait à une petite télécommande. « Un autre cadeau pour mon fidèle apprenti… » murmura-t-il.
Je me mordis la lèvre sans savoir ce qu'il allait me faire. Soudain, il a tourné un petit nob sur la télécommande, et je l'ai entendue commencer à vibrer "Qu'est-ce que c'est?" Avant que je puisse en dire plus, il le glissa entre mes jambes et en moi.
"Oh mon Dieu…." Je gémis en donnant des coups de hanches de plaisir sauvage. C'était comme avant, la sensation intense. Alors que je bougeais mes hanches, le Clockmaster pressa son pouce contre mon clitoris en frottant fort et vite. "S'il vous plaît maître ... s'il vous plaît ... laissez-moi jouir ..." Je gémis mes dents en creusant ma lèvre inférieure. Il ne répondit pas, un sourire diabolique aux lèvres. « Attention, ma salope.,.... Ne désobéis pas… ne défie pas…. Ou vous serez puni sans pitié…. J'ai haleté en hochant légèrement la tête, retenant désespérément mon orgasme.
Se penchant vers le bas, Sky murmura "Maintenant... jouis !" J'ai presque crié en laissant les vagues de plaisir s'emparer, éjaculant si fort que le jouet que Sky a fait glisser sur le lit. Alors que mon corps devenait haletant, je souris légèrement en faisant un clin d'œil au regard nostalgique de Sky. "Bonne fille…." vint la réponse.
"Est-ce que ma petite salope veut autre chose ?" J'écartai les jambes en hochant la tête, mais en restant silencieux. « Oh, elle veut ça, n'est-ce pas ? » il a éteint le jouet vibrant, le plaçant sur ma table de chevet. Debout, il posa ses mains sur ses hanches en m'attendant. Je fus instantanément à genoux sur le lit, mes mains luttant pour défaire sa ceinture et son pantalon. Nos lèvres se rencontrèrent avec frénésie, et dès que son pantalon fut défait, j'étais sur le dos sur le lit, tirant mon maître sur moi.
Il m'a taquiné légèrement avec la pointe, pas tout à fait pénétrant mais pas pénétrant en moi. "S'il vous plait, Monsieur…. Arrête de me taquiner et remplis-moi… » murmurai-je. Une poussée en moi fut ma réponse, et mes doigts s'enfoncèrent dans les draps. « Oh… Oh… Oh… » murmurai-je à chacune de ses poussées. Il gémit doucement, sans rompre le contact visuel avec moi.
Soudain, la tête s'est enfoncée dans mon point G, et j'ai pu arrêter le cri étranglé et gicler. Sky the Clockmaster ne s'est pas arrêté pour punir sa salope, choisissant plutôt d'aller plus vite et plus fort. Mes bras remontèrent mes mains posées sur ses épaules, mes ongles s'enfonçant dans ses épaules à travers sa chemise.
Ses yeux se fermèrent et sa charge chaude explosa à l'intérieur de moi, dégoulinant de moi et sur les draps. Sky s'est effondré, de tout son poids sur moi, haletant, essayant de reprendre son souffle. Lentement, ses bras s'enroulèrent autour de mon corps et je soupirai de soulagement ; Je savais maintenant que je n'avais pas à craindre d'être puni au moins à ce moment-là.
Il ne dit rien, me retournant sur le côté, se pelotonnant contre moi par derrière, son corps me caressant. « Tu vois ma chérie ? Tu devrais écouter plus souvent..." "Peut-être que je vais..." soupirai-je en m'adossant contre moi "J'aime mal me conduire..." SLAAP ! J'ai crié pendant que le Maître de l'Horloge me donnait une fessée. « Tu feras ce qu'on te dira quand on te dira… » Il ronronna dans mon oreille en la mordillant avec espièglerie. Je souris en le calant contre lui. "Oui Monsieur…"
"Maintenant ma chérie... Je pense que je devrais te quitter maintenant. Il est allé se lever mais je lui ai attrapé la main. « S'il te plait Sky… reste avec moi… » Il hésita « Je devrais vraiment te laisser t'habiller et-- » « S'il te plait…. Pour moi…. Comme tu l'as dit, j'ai été une bonne fille. Souriant, il se rallongea, ses bras autour de ma taille. "Bien…. Bien… » c'est comme ça que nous nous sommes endormis.

Articles similaires

Deuxième emploi

Deuxième emploi Il fallait environ 30 minutes pour fermer quand on m'a dit que Mme Ochoa voulait me voir après la fermeture. Bien que je portais un téléavertisseur selon ses ordres, je ne l'ai jamais allumé. Baise-la. Tout d'abord, si l'argent de ce travail n'allait pas aider mon fils à l'université, je ne serais pas ici. Deuxièmement, je suis un superviseur dans mon vrai travail, donc je ne prends pas bien les commandes. Troisièmement, depuis que la petite Mexicaine, Mme Ochoa, est devenue superviseure, elle avait ces petites commandes pointilleuses qui n'étaient que des conneries. Enfin, la vérité est connue, tous...

623 Des vues

Likes 1

Mon neveu et mon bain à remous - Partie 2

Continuez à nous faire part de vos commentaires, et je continuerai à écrire. Faites-moi savoir ce que vous aimez chez eux. Partie 2 - Le prochain niveau Après avoir raccroché le téléphone avec Susan, j'ai demandé à Mark s'il était prêt à entrer et à regarder la télévision. Il a dit oui, alors nous sommes sortis du bain à remous, avons enroulé des serviettes autour de nos tailles et avons trotté à l'intérieur rapidement. Mes gros seins rebondissaient d'un côté à l'autre alors que nous nous précipitions. Mark a sauté sur le canapé, et je me suis allongé à côté de...

601 Des vues

Likes 0

Nuit incroyable

Nuit incroyable Quelle a été votre nuit ou votre jour de sexe le plus incroyable ? Qu'est-ce qui le rendait si fantastique ? C'est le mien, il y a quatre ans. Quand j'ai acheté mon duplex dans la banlieue de Minneapolis, cela signifiait que j'étais là pour rester un moment et j'en étais vraiment content. Un jeune couple marié d'une vingtaine d'années louait l'autre partie du duplex. Je venais d'avoir trente-deux ans et j'avais déjà l'impression d'avoir une génération d'avance sur eux. J'ai organisé une petite fête pour faire connaissance avec les voisins et une vingtaine de personnes sont venues. La...

1K Des vues

Likes 0

Hanté par le Futa Ghost 15: L'exorcisme coquin de Futa Ghost

Hanté par le fantôme Futa Chapitre quinze : L'exorcisme coquin de Futa Ghost Par mypenname3000 Droit d'auteur 2017 « Non », ai-je crié de chagrin et de regret. « Non, Ojo-sama ! » Des larmes coulaient de mes yeux alors que la honte me submergeait. Je l'avais laissée tomber. Je levai les yeux vers sa belle forme de Mitsuko-hime suspendue à la branche du pin, se balançant dans la brise qui gémissait à travers les bois maudits. Ses yeux s'exorbitèrent. Son visage peint en blanc maculé de larmes. Sa sandale était tombée. J'ai attrapé son pied chaussé. Slime a trempé sa chaussette, couvert ma...

637 Des vues

Likes 0

Vacances à Nice - Chapitre 4 - Maman réconfortante

« Que lui est-il arrivé sur le chemin de l'église ? Êtes-vous aveugle ou simplement stupide? dit Stacy. « Une femme ne s'habille pas comme ça juste pour visiter une église. Elle sortait avec quelqu'un. « Tu savais ce qu'elle faisait et tu n'as rien dit ? Tu ne m'as rien dit !? « Qu'est-ce que j'étais censé faire ? Arrête-la!? Peut-être la traquer !? Tu es en train de me dire qu'elle a inventé toutes ces conneries sur la visite d'une vieille église juste parce qu'elle savait que nous ne serions pas allés avec elle ?! Julian, arrête de crier murmura-t-elle...

560 Des vues

Likes 0

Sous son bureau (Ch3)

L'équipage est là. Je peux les entendre rire et claquer dans le studio. J'ai l'impression d'être agenouillé ici depuis longtemps, mais l'arrivée de l'équipage signifie que cela ne fait qu'une heure depuis... enfin, depuis... Depuis que mon maître blanc m'a penché sur son bureau et m'a montré ce que je suis Oh ferme ta gueule. Dieu que s'est-il passé ?! Quand je suis arrivé ici ce matin, je me sentais tellement puissant et féroce. Je prenais le contrôle, je faisais avancer notre relation. Maintenant, je me sens si impuissant et faible, agenouillé nu sous son bureau et laissant couler des larmes...

903 Des vues

Likes 0

Nymphomane

Je m'appelle Pat et je suis mariée à mon mari, Ron, depuis dix ans maintenant. Je l'aime et il a toujours été bon avec moi. Je ne ferais jamais rien pour lui faire du mal, mais la semaine dernière, toute ma vie a changé. Samedi, alors que Ron jouait au golf, cinq hommes se sont arrêtés pour acheter ses vieux clubs et j'ai fini par avoir des relations sexuelles sauvages avec eux. Je ne sais pas ce qui m'a pris mais c'était comme si une face cachée de moi était enfin ressortie. J'avais souvent plaisanté avec Ron en disant que j'étais...

689 Des vues

Likes 0

Histoire de la cabane dans les arbres

Connaissez-vous l'expression boyie girl ? Une de ces filles qui sont de bonnes amies avec tous les garçons. Pas bien sûr qu'elle est sexy ou quelque chose comme ça, mais bien sûr qu'elle fait tout ce que les garçons aiment faire. Ils jouent au meunier, au basket, au baseball et à tous ces trucs kinna. Les filles Boyie ont souvent beaucoup de frères aînés. De gentils frères qui aiment jouer avec leur sœur mais qui ne veulent pas de toute cette merde de Barbie et de My Little Pony. Elle grandit donc avec le sport et les jeux vidéo. Amelia était...

685 Des vues

Likes 0

Baiser le toutou ou les vacances d'Al

Alors que j'étais assis dans la taverne en train de boire de la bière et de tourner la merde avec Al, le propriétaire de ce bel établissement, nous parlions de son problème. Il semble que la sœur d'Al, Naomi, vit en Roumanie et elle veut qu'Al lui rende visite. Le seul problème est qu'Al a peur de voyager seul et il veut que quelqu'un voyage avec lui. C'est là que j'interviens. Al, je n'arrive pas à croire qu'un gars comme toi ait peur de voyager seul ? J'ai ri de lui. Je n'aime tout simplement pas aller dans un endroit où...

673 Des vues

Likes 1

Les 120 jours de sodome - 12 - part1, LE ONZIÈME JOUR

LE ONZIÈME JOUR Ils ne se levèrent que tard dans la journée et, se passant de toutes les cérémonies d'usage, allèrent directement se mettre à table dès qu'ils se furent levés de leur lit. Le café, servi par Giton, Hyacinthe, Augustine et Fanny, était en grande partie sans incident, même si Durcet ne pouvait se passer de quelques pets d'Augustine, et le duc enfonça son brave instrument entre les lèvres de Fanny. Or, comme du désir à ce que le désir cause, il n'y a jamais qu'un pas chez des personnages tels que nos héros, ils allaient d'une traite à se...

549 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.