Fast Times At Eden S&M - Chapitre 1 - Freshman In Paradise

830Report
Fast Times At Eden S&M - Chapitre 1 - Freshman In Paradise

C'était le début de soirée de la mi-mai et une chaude brise printanière passait par la fenêtre de la chambre de Trevor. Sa station rock préférée résonnait dans les haut-parleurs et le caisson de basses de son ordinateur de bureau. Il se prélassait dans un pouf, réduisant en miettes ses amis et se faisant anéantir à leur tour alors qu'ils profitaient d'une séance de match à mort avant le dîner. Trevor savait qu'il devrait bientôt en finir. Il pouvait sentir l'assaisonnement mexicain, la viande grésillante et la salsa émanant d'en bas. C'était une soirée tacos dans la maison Marshall et tout allait bien dans le monde.

Trevor vivait dans cette époque et cet endroit spéciaux sur lesquels, dans des années, il se souviendrait avec tendresse. Cet instantané du temps auquel les adultes rêvent de revenir pour un second avant-goût. Il était lycéen et allait bientôt obtenir son diplôme. Son travail de classe crucial était terminé et il ne restait plus que les dernières semaines d'événements scolaires, de fête et de tout s'imprégner.

Le jeune homme costaud d'un mètre quatre-vingts, aux cheveux bruns et aux yeux assortis, était bien connu dans sa petite ville. Il était fier d'être ami avec presque tous les élèves de sa classe et tous les élèves des classes inférieures qui entraient dans son orbite. Il était le premier à se présenter à une fête et souvent le dernier à se réveiller et à rentrer chez lui lorsque les substances illicites se dissipaient.

Trevor était membre de l'équipe de football ; un récepteur large. Même s'il n'était pas un athlète d'élite et que ses années au sein des Spartans de Summerfield ne lui avaient valu aucune invitation dans des universités prestigieuses, il s'en fichait. Il aimait simplement casser des crânes et s'amuser sur le terrain. La compétition et la camaraderie étaient pour lui une récompense suffisante.

Peut-être aurait-il dû s'inquiéter davantage du fait qu'il était sur le point d'obtenir son diplôme et qu'il n'avait pas encore formulé de plans concrets pour l'automne, mais Trevor ne pouvait pas s'en soucier. C'était un esprit libre qui vivait dans l'instant présent et ne pensait guère à traverser les ponts jusqu'à ce qu'il y arrive. Trevor venait d'avoir dix-huit ans il y a un mois et le monde lui appartenait.

De plus, les options ne manquaient pas. Trevor s'améliorait de plus en plus en jouant de la guitare basse. Lui et quelques-uns de ses copains organisaient des jam sessions semi-régulières et il était question d'emmener leur groupe de reprises sur la route. Peut-être qu’il ferait des travaux de construction ou d’aménagement paysager et économiserait de l’argent pendant l’été. Il pourrait enfin acheter un véhicule au lieu de faire du vélo, emprunter la voiture de son père ou faire un tour avec ses amis. Cela semblait être une meilleure idée que de contracter des emprunts et de se lancer directement à l’université quand on n’avait aucune idée de ce qu’on voulait étudier. Si tout le reste échouait, il y avait l’armée. Il y avait toujours une place pour un jeune homme en forme dans les forces armées.

Ces possibilités auraient tout aussi bien pu être des grains de sable sur une plage lointaine. À l'heure actuelle, tout ce qui intéressait Trevor était de profiter de son jeu et d'engloutir des assiettes entières de délicieuse cuisine tex mex. Son estomac grimaça tandis qu'il effectuait un double kill et hurlait de victoire sur son casque. Heureusement, il n'a pas eu à attendre longtemps pour que la voix familière de sa belle-mère crie dans les escaliers.

« TREVOR ! NOUS SOMMES PRÊTS ! »

"Bien! J'arrive!"

Trevor a dit au revoir à ses amis, s'est déconnecté et a éteint sa console de jeu vidéo. Il se leva du confortable siège en vinyle et courut vers la porte. Ses baskets dévalèrent rapidement les escaliers alors qu'il était attiré vers la salle à manger par l'arôme paradisiaque du bœuf haché et du poulet épicés. En entrant, il ne fut pas surpris de trouver sa belle-mère assise à table en train de déguster son premier verre de vin. Sans aucun doute, son père l'avait servi pour elle, avec bonheur.

Juste au bon moment, son père sortit de l'autre entrée ; celui qui reliait la salle à manger à la cuisine. Richard était un homme grand, mince, à la peau olive, d'origine mixte italo-espagnole, dont la racine des cheveux n'avait pas bougé à quarante-cinq ans. Il portait un plateau en métal rempli de coquilles à tacos chauffées d'une main passée au four et un bol en porcelaine de bœuf haché chaud dans l'autre. Il les posa sur la table avec un sourire.

"Affamé?"

« Comme un ours de printemps ! » Confirma Trevor en prenant place.

Son père rit et partit à grands pas chercher le poulet, les tortillas, la salsa, les chips, la salade et tout ce dont ils auraient besoin pour le festin.

"Je peux te donner un coup de main, si tu veux?"

"Non, j'ai compris" Richard lui fit signe de partir.

Trevor le regarda partir avant que ses yeux ne se tournent vers Stacy souriante. Il était encore étonné de voir à quel point les choses avaient changé ces dernières années. Ses parents s'étaient séparés quand il était assez jeune et le père de Trevor était un homme complètement différent jusqu'à il y a quatre ans. La mère de Trevor était complètement hors de propos et son père s'était apitoyé sur lui-même pendant longtemps après.

À l'époque, quand il ne travaillait pas, Richard se prélassait dans la maison et buvait. Les corvées et les factures s’accumulent. Si le dîner n'était pas à emporter ou à livrer, Trevor était laissé à lui-même. Richard n'a jamais été violent lorsqu'il buvait, juste préoccupé et négligent. Il partait souvent pour des rendez-vous en début de soirée et ne rentrait chez lui que longtemps après que Trevor se soit endormi.

Tout a changé lorsque la blonde en forme et tout en courbes au bout de la table est entrée dans leur vie. Trevor ne pouvait pas nier que sa belle-mère avait l'air bien pour son âge. Le plus fou, c'est qu'elle avait quelques années de plus que Richard, même si elle n'en avait certainement pas l'air. Trevor n'aurait jamais deviné que son père était du genre à opter pour une femme plus âgée, mais Stacy l'avait enroulé autour de son doigt.

Lorsqu'il s'est remarié il y a deux ans, Richard était en passe de devenir un mari et un père modèle. Les ententes avec Stacy avaient été difficiles au début, mais à mesure que les choses avec son père s'amélioraient, Trevor ne pouvait plus garder rancune contre le nouveau chef de la maison Marshall, qui était définitivement elle. Était-ce encore la maison Marshall ? Stacy avait choisi de conserver son nom de jeune fille.

Trevor ne savait pas grand-chose de sa profession, sauf qu'elle était une sorte de thérapeute et de conseillère. Elle travaillait dans un cabinet privé et n'aimait pas parler de son travail. Quoi qu’il en soit, ses compétences avaient contribué à changer la vie de son père.

Depuis qu'ils ont emménagé, ils avaient transformé la moitié du sous-sol en studio privé pour Stacy. Elle et son père y étaient souvent la nuit, profitant de leur temps privé. Trevor n'a jamais tenté de pénétrer dans leur petit sanctuaire. La belle-mère sévère le gardait sous clé perpétuelle et Trevor n'avait aucune envie de découvrir ses secrets. La dernière chose à laquelle il voulait penser était la relation entre son père et Stacy, et il n'était pas non plus intéressé par les conneries bizarres dans lesquelles ils se livraient.

« Vous avez hâte d'obtenir votre diplôme ? » » demanda Stacy entre deux gorgées de son Zinfandel.

« Bon sang ouais ! Ça va être une fête non-stop pendant environ trois jours. J'ai des invitations à trois soirées différentes. Tout commence à la minute où nous jetons ces casquettes ! »

Stacy lui offrit un mince sourire. « Oui, je suis sûr que ce sera amusant. Un peu de réjouissance bien méritée, mais ce sera fini avant que vous vous en rendiez compte. Avez-vous réfléchi davantage à ce que vous ferez cet été ? Ou, plus important encore, cet automne ?

« Certains » répondit Trevor en croisant les bras sur sa poitrine. «Mais je n'ai pas encore pris de décision. Je suis toujours en train de peser mes options.

Richard retourna dans la pièce pour la troisième fois, déposant les objets restants avant de prendre place à table. Il tira sa chaise et resta bouche bée devant la prime devant lui, réfléchissant à ce qu'il voulait en premier.

"Je vois", répondit-elle avec un signe de tête. "Eh bien, peut-être que ton père et moi pouvons t'aider avec ça. Nous avons des nouvelles, n'est-ce pas, Richard ?

"Oh oui! Grande nouvelle! Mais nous y reviendrons assez tôt. S'il vous plaît, creusez ! Avant qu’il ne fasse froid.

Le trio prépara à la hâte ses repas, savourant ses combinaisons préférées d'ingrédients disponibles. Ils discutèrent amicalement de l'actualité et de la remise des diplômes à venir pendant qu'ils mangeaient, mais alors que le repas touchait à sa fin, la conversation revint sur l'avenir de Trevor.

"Donc, comme Stacy l'a mentionné, nous avons une proposition à vous faire."

« Quel genre de proposition ? » » demanda Trevor, son regard se déplaçant entre les deux.

"Le genre que vous seriez sage d'accepter" répondit Stacy. Elle s'appuya en arrière sur sa chaise et croisa les jambes tout en sirotant son deuxième verre de rouge foncé.

Richard lui lança un sourire narquois, ses yeux la suppliant de se laisser aller. Il se tourna vers son fils et continua. « Nous savons que vous avez hésité à aller à l'université. Stacy et moi avons un plan qui pourrait apaiser ces inquiétudes.

« Il ne s'agit même pas seulement de ce que je veux. Je n'ai pas obtenu de bourse de football et ce n'est pas comme si mes notes allaient impressionner qui que ce soit.

« Les notes ne sont pas nécessairement un problème, sauf si vous postulez dans une école de haut niveau », rétorqua Richard. "Et tant que vous pouvez payer."

« C'est vrai, et je ne veux pas m'endetter pour obtenir un diplôme de vannerie. Je ne veux pas non plus que vous vous endettiez pour ça.

"Vannerie?" » se moqua la femme blonde. « Est-ce ainsi que les jeunes désignent les sciences humaines de nos jours ?

«Écoutez-nous», intervint Richard en levant les mains en signe de supplication. "Stacy s'est donné beaucoup de mal pour mettre tout ça en place, donc c'est le moins que vous puissiez faire."

"Très bien…" répondit Trevor avec un signe de tête. Il se pencha en arrière et s'installa confortablement, se préparant pour une autre conférence sur l'importance d'un diplôme de quatre ans.

« Votre belle-mère est amie avec un cadre supérieur d'une université d'État. Après avoir discuté avec elle et découvert un nouveau programme qu'ils lancent, elle a conclu un accord pour vous faire participer.

"Quelle école?"

"Université Eden S&M" répondit Stacy. «Anciennement Eden S&M Academy.»

"Jamais entendu parler."

«C'était une école religieuse pendant de nombreuses années. Maintenant, une institution entièrement accréditée. C'est à un peu plus d'une centaine de kilomètres. À seulement deux heures de route du nord du pays.

"Ouais, dans une voiture, je n'ai pas..."

« Qu'est-ce que le symbole S&M ? »

« Séminaire et missionnaire. Ce n’est plus ce qu’ils font aujourd’hui, mais ils l’ont gardé pour leur prestige, je suppose.

"Pensez-y comme à Texas A&M", a plaisanté Richard.

"D'accord, alors c'est quoi ce deal ?"

Stacey sourit. « Nous bénéficions d'une réduction substantielle sur vos frais de scolarité, votre chambre et votre pension. On pourrait même dire que nous l'obtenons pour une chanson. Eden a actuellement un ratio femmes/hommes de trois pour un et ils sont très attachés à qui ils admettent. Cependant, une fois que j'ai parlé de toi à mon amie, elle a convenu que tu conviendrais parfaitement.

« Waouh ! Trois contre un ?!? J'aime ces putains de chances ! Je ne savais pas que PUSSY CITY n'était qu'à quelques heures au nord !'

Trevor hocha la tête. "J'admets que, en termes d'argumentaires de vente, c'est une ouverture très forte."

"Attends, ça va mieux !" " Son père est intervenu. " Non seulement c'est l'occasion d'obtenir une éducation universitaire à bas prix, ce que nous couvrirons, mais si vous acceptez d'aller à Eden, devinez où vous et moi allons ce week-end ?

Trevor avait l'air perplexe. "...Où?"

« Au parking, pour choisir votre nouveau véhicule. » Le sourire de Richard s'étendit jusqu'aux coins de son visage.

Les yeux du jeune homme s'ouvrirent brusquement. "Pour de vrai?!?"

« Vous aurez besoin d'un moyen d'y aller et de revenir. Stacy et moi n'allons pas te chercher à chaque fois que tu veux rentrer à la maison pour une visite. Et de cette façon, vous n'aurez pas à travailler dur tout l'été juste pour vous offrir un batteur. Nous vous offrirons quelque chose de sympa qui durera pendant la première partie de votre vie d'adulte. Vous pouvez profiter de l’été avant d’aller à l’école. Nous en sommes heureux, car nous économiserons beaucoup sur vos études.

Trevor était déjà sur le point d'accepter lorsque Stacy a mis la cerise sur le sundae.

"Oh, et ça pourrait te plaire. Vous n'avez pas besoin de déclarer une majeure lors de votre entrée. Eden adapte votre programme au fur et à mesure, en vous présentant divers cours de sciences humaines et en vous aidant à tracer la voie vers un diplôme qui vous convient. Ce que dit ce morceau de papier n’a guère d’importance. L'important est que vous obtiendrez un diplôme en quatre ans après avoir fréquenté une école qui présente à ses étudiants des expériences uniques qui changent la vie.

La voix froide et ferme de Stacy contrastait nettement avec l'excitation de celle de son père. Pourtant, ses paroles n’étaient pas moins vivifiantes. Ne pas avoir à décider d'une spécialisation ou même d'un programme d'études a beaucoup plu à Trevor. C'était exactement le genre de décisions qui le tourmentaient et pouvoir les éviter complètement était un avantage majeur pour lui.

*TAPER*

Richard claqua les mains et les frotta avec enthousiasme. "Alors, qu'en dis-tu, mon fils?"

Trevor ne les a pas tenus en haleine longtemps. À vrai dire, cela semblait être une excellente opportunité et s'il n'aimait pas la façon dont cela se déroulait, il pouvait toujours se rabattre sur l'un de ses autres plans. Il a vu une tonne de points positifs et le seul point négatif était qu'il devrait subir le charabia typique des arts libéraux qui était la norme dans tout enseignement supérieur. Pendant ce temps, il serait entouré de jeunes filles disponibles et obtiendrait sa première voiture tous frais payés ainsi que son diplôme. C'étaient de multiples chevaux cadeaux et il n'allait pas les regarder dans les bouches.

"Je pense que tu viens de me convaincre d'aller à l'université."

* * * * *

QUATRE MOIS PLUS TARD

C'était une belle journée sur le campus d'Eden S&M. Une légère brise d’automne soufflait les feuilles à travers le quad. En arrière-plan, des étudiants marchaient, faisaient du jogging et du vélo. Une radio diffusait du rock classique au loin tandis que quelques gars se lançaient un ballon de football. C'était l'heure du déjeuner et les étudiants se prélassaient sur la pelouse ou s'asseyaient sur les bancs qui parsemaient les allées ; profiter d'un repos et d'une collation entre les cours. Sarah avait apporté une couverture sur laquelle Trevor et elle pouvaient se détendre pendant qu'ils prenaient leur repas.

Trevor était allongé sur le côté, posant sa tête sur un bras alors qu'il levait les yeux vers la belle rousse. Ses mèches jusqu'aux épaules encadraient son visage des deux côtés, tombant en vague à gauche et repliées derrière son oreille à droite. Sa peau était d'un blanc de porcelaine pure et son visage était divisé par un nez fin et parfaitement droit. Ses yeux étaient d'une nuance de bleu si claire qu'ils pourraient être confondus avec du gris à moins que vous ne soyez de près et que vous les regardiez profondément comme Trevor l'était maintenant.

Ils s'étaient rencontrés lors de l'orientation et s'étaient entendus instantanément. Cela avait été une romance éclair alors qu'ils s'installaient dans la vie universitaire et traversaient les premières semaines de cours. Même s'ils formaient encore un couple relativement nouveau, ils passaient déjà des soirées en amoureux à se faire des câlins après le dîner ; se détendre avec Netflix jusqu'à ce que leurs mains et leurs lèvres trouvent de meilleures choses à faire.

Trevor était complètement amoureux du modèle mixte de 5'6. Ce n'était pas seulement ses courbes élancées dont il était tombé amoureux, mais aussi son énergie, sa nature optimiste et sa joie de vivre. Ses passions étaient profondes. Parmi eux, il y avait la compréhension de ce qui motive les gens et le souci des animaux et de l’environnement. Sarah allait devenir psychologue ou avocate pour des ONG environnementales. Elle n'avait tout simplement pas encore décidé.

Sarah a mangé les dernières bouchées de salade de fruits avant de mettre de côté son tupperware et sa fourchette miniature. Elle se tourna et regarda les deux jeunes hommes qui jouaient au loin avant de reporter son regard sur Trevor.

« On dirait que vous n'êtes pas le seul joueur de football sur le campus », remarqua-t-elle. Sarah tendit la main et tira sur la veste Spartan universitaire rouge et blanche de Trevor.

"Ouais, dommage qu'Eden n'ait pas d'équipe de football."

« Je suppose qu'ils ne sont pas assez grands pour ça, hein ? Même si le corps étudiant était plus proche du 50/50, cela reste une petite école.

«Ils ne seront probablement jamais une école de conférence, mais ce n'est pas grave. Je vais bien laisser mes années de football derrière moi. Tant de gars finissent par subir des lésions cérébrales.

« Votre crâne est assez épais. Je ne pense pas que tu doives t'inquiéter", dit-elle avec un sourire.

"Hé! Je te ferai savoir que j'ai un bel esprit pour accompagner mon beau corps !

Sarah rigola. « Des taquineries, bien sûr. De toute façon, qu’est-ce qu’ils te font faire en éducation physique ?

"Les garçons? Jusqu'à présent, juste des choses de base. Gymnastique suédoise. Un peu de course. Un peu de culbutage et de flexibilité. J’espère qu’ils nous laisseront éventuellement jouer à des matchs de mêlée. Football, basket-ball, tout... »

"Même. Je trouve ça bizarre qu'on ait même des cours d'éducation physique à l'université. Je pensais que l’époque des cours de gym serait révolue.

"J'aime ça. M'aide à rester éveillé entre les cours. Les jours sans, je m'endors dès la quatrième classe.

Sarah sourit et secoua la tête. « Si le programme ne vous intéresse pas, pourquoi êtes-vous venu ici ? »

«Je te l'ai dit, mes parents m'ont convaincu. J’ai une voiture et je passe un été amusant. Je ne dirais pas que tous les cours m'ennuient. Je suis sûr que je trouverai quelque chose à aimer, avec le temps.

La jolie rousse se rapprocha, ses cheveux pendants alors qu'elle rampait vers Trevor à quatre pattes. "Eh bien, je suis content que tu sois venu, parce que j'ai déjà trouvé quelque chose que j'aime."

Elle se pencha pour un baiser et leurs lèvres se rencontrèrent. Leurs langues allaient et venaient pendant un moment alors qu'ils échangeaient de la salive et une haleine chaude. Lorsque Sarah s'éloigna finalement, ses yeux étaient chauds, affamés et pleins de malice.

"Je sors avec les filles vendredi, mais samedi soir, tu es tout à moi."

Trevor ricana. "C'est ma ligne, bébé. Et si je… »

Avant qu'il ne réalise ce qui se passait, Sarah s'est précipitée en avant, lui a attrapé les bras et l'a repoussé sur la pelouse. Sa tête retomba dans l'herbe tandis que son corps glissait sur le sien. Les cuisses trompeusement fortes de Sarah se refermèrent sur les siennes alors qu'elle prenait ses avant-bras et les repoussait au-dessus de sa tête. Trevor aurait pu l'arrêter. Au moins en termes de force du haut du corps, résister à son épingle aurait été facile, mais il était amusé.

Trevor rit tandis qu'elle le pressait et se penchait sur lui, tout son poids appuyé sur son corps. Ses seins en bonnet C étaient pressés à travers son chemisier soyeux et plaqués contre sa poitrine. Ses jambes se serraient autour des siennes et maintenaient sa moitié inférieure. Son visage angélique était juste au-dessus du sien, le regardant hautain avec un sourire à pleines dents.

« Vous n'êtes pas un très bon auditeur. Il va falloir travailler là-dessus. J'ai dit que tu étais à moi.

Les yeux de Trevor s'ouvrirent un peu plus grand et de légères nuances de rouge assombrirent ses joues. Il sentit sa queue gonfler dans son jean. Il avait toujours été intéressé par le type de fille d'à côté, mais il ne pouvait pas nier qu'il appréciait ça aussi. C'était quelque peu étrange, car lors de sa première rencontre, Sarah avait semblé plutôt timide et soumise. Cela avait lentement changé au fil des premières semaines passées à Eden. Peut-être qu'il rencontrait enfin la vraie elle ?

"Eh bien, quand tu le dis comme ça, je suppose que je suis à ton service ce week-end."

"Bon garçon."

Sarah se pencha à nouveau et ils s'embrassèrent encore plus longtemps et plus profondément. Le temps passa vite alors que leur légère séance de maquillage se prolongeait jusqu'aux dernières minutes de l'heure du déjeuner. Aucun d’eux ne se souciait de savoir qui pourrait regarder leur petite émission sur la pelouse du campus.

* * * * *

"M. Maréchal ? Bonjour?!?"

Angelica avait posé sa question à deux reprises, sans réponse. Elle fronça les sourcils, regardant les allées des sièges jusqu'à celui de Trevor au dernier rang. Elle avait remarqué que sa tête bougeait d'avant en arrière à plusieurs reprises pendant qu'elle donnait son sermon, mais jusqu'à présent, le jeune homme était resté conscient. Maintenant, sa tête était complètement baissée avec un avant-bras juste devant, agissant comme un coussin. Il faisait ouvertement la sieste dans sa classe. Cela ne suffirait pas.

Mme Armstrong a mis un doigt sur ses lèvres et a regardé d'un côté à l'autre, appelant ses élèves au silence. Elle récupéra une règle sur son bureau et s'avança à grands pas, ses talons claquant sur le carrelage alors qu'elle avançait lentement vers le fond de la pièce. À mesure qu'elle se rapprochait de son subordonné endormi, ses ronflements devenaient plus forts. Sans que personne ne parle, toute la salle pouvait désormais entendre les preuves de son abandon.

Angelica s'arrêta à ses côtés et posa ses mains sur ses hanches. Un sourire sournois s'étala sur son visage alors qu'elle regardait son torse se soulever et s'abaisser doucement.

*SLLLAAPPP*

Elle posa la règle sur le bureau à quelques centimètres de la tête du jeune homme. Les battements de cœur de Trevor explosèrent, passant d'une accalmie paisible à une éruption de battements furieux. Ses yeux s'ouvrirent alors qu'il sautait sur sa chaise, réveillé en sursaut.

« QUOI !! OH--"

Il leva les yeux et trouva le visage de son professeur d'études de genre à quelques mètres du sien. Elle avait l'air absolument furieuse alors qu'elle se penchait, lui lançant un regard puant qu'il n'oublierait pas de sitôt.

« Est-ce que je vous ennuie, M. Marshall ? Ou peut-être que vous ne vous souciez tout simplement pas des droits des femmes ?

La main de Trevor trouva sa poitrine alors que son cœur continuait à battre. Il regarda autour de lui, trouvant soudain tous les regards tournés vers lui. La plupart d’entre eux appartenaient naturellement à des camarades de classe.

« Désolé, professeur Armstrong. J'ai dû m'assoupir.

« Quelle perspicacité ! Peut-être que je t'appellerai Capitaine Obvious à partir de maintenant.

Les rires se répercutèrent dans la classe et Trevor grimaça. Il savait que le professeur Armstrong allait être un dur à cuire dès la première fois qu'il l'avait vue. C'était une femme massive ; au moins aussi grande que Trevor sans ses talons. Dans ses bottes à talons hauts, elle le dominait.

Ce n'était pas là que s'arrêtait son intimidation. Elle était bien bâtie, avec des bras forts et des cuisses vraiment massives qui étaient à peine contenues par sa jupe en cuir noir. Son haut écarlate soyeux ne cachait pas ses larges épaules ou les cruches géantes dépassant de sa poitrine. Trevor ne devinerait même pas la taille de son bonnet. Il ne savait pas exactement quelle était la hauteur des lettres pour les tailles de soutien-gorge.

Ses longs cheveux noirs pendaient autour de sa tête en une vague et glissaient dans son dos. Ses lunettes lui donnaient un air de sophistication qui correspondait à son esprit de rapière. Elle avait des yeux d'un bleu profond qui pouvaient percer l'âme d'un homme et des lèvres aussi charnues et charnues que celles de n'importe quel mannequin. Pourtant, ses traits féminins étaient assortis d'une mâchoire presque masculine et de mains beaucoup plus grandes que celles de la femme moyenne.

L'esprit de Trevor s'emballait. S'il voulait récupérer et ne pas passer pour un imbécile devant la classe, il devait donner le meilleur de lui-même. Son expression surprise se transforma en une expression d'acceptation calme. Il encaisserait les coups et ne laisserait pas ses provocations prendre le dessus sur lui.

Il fit un salut simulé, levant les doigts jusqu'au bord d'une casquette invisible.

"Capitaine Obvious, au rapport, Madame!"

Une nouvelle vague de rires déferla dans la classe. Le professeur ne parut pas impressionné.

« Maintenant que vous êtes réveillé, vous pouvez répondre à ma question. Quels sont trois exemples de privilèges masculins ? »

"Le privilège masculin... Ummm..." Il n'avait pas fait la lecture, bien sûr. S'il ne pouvait pas donner une bonne réponse, la deuxième meilleure solution était d'en donner une drôle. Au moins, il pourrait sauver la face aux yeux de ses camarades, sinon Mme Armstrong.

« Voyons voir… Nous, nous ne saignons pas tous les mois à moins de faire quelque chose de stupide. On peut faire pipi debout. Et le plus grand privilège de tous, le fait bien connu que Dudes Rock !

Il doutait que le professeur Armstrong soit au courant de ce mème Internet particulier, mais cela n'avait pas d'importance. C'était principalement au profit de sa tranche d'âge. Malheureusement, cela n’a donné lieu qu’à quelques légers ricanements et légers rires. Mme Armstrong a regardé d'un côté à l'autre, faisant immédiatement taire les quelques autres hommes présents dans la pièce avec son regard de pierre. Les femmes regardaient toutes Trevor, aussi peu amusées que leur professeur.

« Si c'était votre tentative de comédie, je ne quitterais pas l'école pour devenir comédien pour l'instant. Techniquement, deux de ces réponses sont correctes, mais d'après votre ton et votre désinvolture, je n'ai pas l'impression que vous prenez mon cours au sérieux. Je me demande ce que penserait Sarah si je lui disais à quel point vous avez peu de respect pour ce domaine si crucial pour la libération des femmes ? »

Trevor a été complètement pris au dépourvu par celui-là. "Attendez! Quoi?!?"

"Oh oui. Je t'ai vu toi et ta copine ensemble. Il est difficile de ne pas le faire quand on insiste sur de telles démonstrations publiques d'affection. Sarah suit également ce cours. Dois-je lui dire à quel point tu as été un connard, ou vas-tu bien te tenir ?

Trevor se mordit la langue. Il était temps de prendre le L. « Non, Mme Armstrong. Je veux dire, oui, je vais me comporter. Mes excuses."

Elle tapota la règle dans sa main et lui lança un dernier regard dédaigneux. « Viens à mon bureau après ton dernier cours, aujourd'hui. Nous allons avoir un petit tête-à-tête.

Les femmes présentes dans la salle rirent et quelques oooohs retentirent alors que le professeur Armstrong retournait à grands pas vers le devant de la salle. Trevor garda son sang-froid, mais bouillonna intérieurement alors que la grande femme reprenait sa conférence. Il était dans une salle de classe universitaire, mais il avait soudain l'impression d'être de retour au collège. Quel désastre.

* * * * *

Un peu plus d'une heure plus tard, Trevor se retrouva à parcourir les couloirs du bâtiment administratif. Il était d'abord retourné au bâtiment principal des sciences sociales, mais fut surpris d'apprendre que le bureau du professeur Armstrong n'était pas là. Apparemment, elle occupait un rang plus élevé dans la hiérarchie du campus que Trevor ne l'aurait imaginé.

Il s'agit d'un bâtiment ancien, mais son état impeccable laisse penser qu'il a été rénové ces dernières années. L'extérieur était entièrement en brique, en ciment et doté d'élégantes fenêtres cintrées, faisant ressembler le bâtiment davantage à une cathédrale qu'à un bureau administratif typique. L'intérieur était composé de bois laqué, de sols en marbre et de reflets d'obsidienne brillants le long des murs et des escaliers. Eden S&M était peut-être une école relativement petite, mais elle ne manquait évidemment pas de financement.

Après avoir monté deux volées d'escaliers, Trevor s'est rapproché de la chambre 306. La somptueuse plaque signalétique indiquait Professeur Angelica Armstrong, responsable principale des sciences humaines et directrice des études de genre. Trevor tendit la main pour frapper. Avant même qu'il ait pu frapper sur ses doigts, la lourde porte s'ouvrit. Là se tenait la femme redoutable qui l'avait complètement embarrassé devant la classe.

C'était quelque peu déconcertant pour Trevor de tomber sur des gens qui pouvaient le mépriser. C'est d'autant plus vrai que la personne bénéficiant de l'avantage en termes de taille est une femme. Pour des jeunes hommes de grande taille comme lui, c’était quelque chose qui arrivait rarement. Dans des moments comme ceux-ci, il a eu un avant-goût de ce que les gens de petite taille vivaient tout le temps. La rareté de tels événements rendait le contraste encore plus saisissant.

Son aspect intimidant ne se limitait pas aux quelques centimètres supplémentaires que lui donnaient ses bottes. Ses bras solides et bien toniques et les cuisses en tronc d'arbre saillant à travers sa jupe en cuir étaient la preuve de quelqu'un qui passait beaucoup de temps au gymnase. Dire qu'elle était imposante serait un euphémisme, et c'était avant de prendre en compte son intelligence considérable.

"Entrez, Trevor" dit-elle avec un signe de la main. « Et remettez votre téléphone. Aucun appareil n'est autorisé pendant que nous sommes en conférence.

Il soupira, mais finit par sortir le téléphone de sa poche et le lui tendit. Angelica s'est assurée qu'il était éteint avant de le placer dans un tiroir de la table près de l'entrée.

"Mettez-vous à l'aise. Vous allez rester ici un moment.

Trevor entra et étudia rapidement son grand bureau. Il y avait de nombreuses étagères, des tables, un bureau massif et une quantité décente de meubles en cuir. C'était beaucoup plus grand et luxuriant que ce à quoi il s'était attendu pour le responsable des études de genre. Pas le bureau de coin exigu qu’il avait imaginé de loin.

« Je ne pensais pas que la détention était encore une chose à l'université », nota-t-il sèchement.

Angelica ferma la porte avant de se retourner et de passer devant lui. « Qui a parlé de détention ? Vous pouvez considérer cela comme une audience disciplinaire. Ou peut-être juste un professeur et un étudiant apprenant à mieux se connaître, si vous parvenez à arrêter d'être un malin pendant cinq minutes.

Trevor déglutit. Même si tout cela était idiot, cela ne servait à rien de la contrarier davantage. "Désolé, professeur."

Mme Armstrong s'est retournée et a posé ses mains sur ses hanches. « Et pourtant ? Vraiment?"

« Je ne devrais pas faire la sieste en classe. Je n'en avais pas l'intention. Je viens de passer une longue nuit… »

"De longues séances d'étude nocturnes avec Mme Dubois, je suppose?"

Trevor se frotta l'arrière de la tête et rougit. Ses yeux se détournèrent du regard sévère du professeur. "Quelque chose comme ca."

"Oui, je peux juste imaginer ce que tu as étudié."

"Cela n'arrivera plus."

"Je n'y crois pas une seconde" dit Angelica avec un sourire grandissant. «Je connais trop bien ton type. Vous pensez que vous êtes le mâle dominant du campus, même si vous agissez comme le clown de la classe. Quelqu'un n'a pas reçu assez de discipline de la part de maman. Ou peut-être était-ce un manque d'affection ? Probablement les deux.

"De toute évidence, tu n'as jamais rencontré ma belle-mère. Elle n'est pas exactement du genre amoureuse, mais elle n'a jamais hésité à dénoncer mes conneries. Vous vous entendriez bien tous les deux.

«Stacy et moi nous connaissons bien. Notre amitié est la raison pour laquelle vous êtes ici.

Les yeux de Trevor s'écarquillèrent au maximum. "Oh, alors c'est toi..."

"C'est vrai" le coupa-t-elle. « Et c'est comme ça que je sais que ta mère biologique est absente depuis longtemps. Il semblerait que Stacy n'ait pas eu le temps de vous former correctement. Il n'y a qu'un nombre limité de mauvaises pratiques parentales que l'on peut corriger en quelques années.

"Hé! Ne parle pas de mes parents comme ça… »

« Vous avez deux choix, M. Marshall ! elle l'interrompit. "Soit je peux vous confier une tonne de travail supplémentaire et faire de votre vie universitaire un enfer, soit..."

Trevor grimaça. "Ou?"

"Ou nous pouvons régler ça à l'ancienne!" » dit Angelica en désignant le mur derrière son bureau.

Il a tracé son index jusqu'à un endroit sur le côté droit du mur. À côté de ses divers diplômes, récompenses et autres distinctions encadrées, était accrochée une pagaie en bois massive et épaisse. Le bois dur verni présentait de nombreuses petites rayures, bosses et signes d'usure, mais l'instrument de douleur avait toujours l'air redoutable.

"Quoi? Êtes-vous sérieux?!?"

Angelica se dirigea vers l'arrière et souleva la lourde pagaie par son épais cordon de cuir tressé. Elle le souleva dans ses bras et laissa son poids retomber dans sa main, démontrant à quel point la chose était vraiment lourde.

«Cette pagaie est là depuis la création de l'école, il y a plus de cent ans. Eden a une longue et riche tradition de châtiments corporels.

"C'est drôle, je ne me souviens pas avoir vu ça dans la brochure."

Mme Armstrong rit. « Dix fessées, M. Marshall. C'est tout ce dont j'ai besoin. Un homme grand et fort comme vous peut sûrement gérer ça ?

Trevor s'autorisa un faible sourire. Elle jouait sur son machisme, mais ce n'était pas pour cela qu'il disait oui. Bien sûr, le professeur Armstrong était une femme forte et elle tirerait sans aucun doute le meilleur parti de ces dix conneries, mais cela valait quand même le fait d'avoir à écrire un article supplémentaire sur un sujet ennuyeux. Trevor accepterait cet accord sept jours sur sept et deux fois le dimanche.

"Très bien, professeur", dit-il en levant les mains. "Faites de votre mieux."

Le rire excité et guttural d'Angelica était audible malgré ses lèvres fermées. "Le canapé derrière toi. Penchez-vous sur le côté », ordonna-t-elle.

Trevor se tourna et trouva celui auquel elle faisait référence. Il hocha docilement la tête avant de s'y diriger et de se préparer à se pencher en avant.

« Le pantalon reste, n'est-ce pas ? »

"Cette fois", plaisanta-t-elle alors qu'Angelica se dirigeait vers sa position.

Ses talons s'enfoncèrent dans le tapis moelleux tandis que la grande femme se rapprochait et caressait son épaisse arme en bois. Son haut rouge moulant tendu sous des bras forts et des seins massifs. Ses bottes et sa jupe en cuir noir brillaient sous le soleil de l'après-midi qui brillait par les fenêtres. Trevor était content qu'ils soient au troisième étage, donc il n'y avait aucune possibilité que quelqu'un marche et ait un aperçu de son pagayage honteux.

Il se pencha sur le côté du canapé en cuir et prit cette position. Ses bras et sa tête étaient collés dans l'épais rembourrage en cuir. En quelques secondes, les jambes puissantes d'Angelica écartaient encore plus les siennes. Elle plaça sa main gauche sur le bas du dos de Trevor et le poussa fermement.

« Restez immobile et comptez les coups pendant que je les porte. »

"Oui m'dame."

Trevor sentit le côté large de la pagaie massive glisser contre son dos. Elle le frotta en cercles sur le bas de son jean, le taquinant un peu avant de déchaîner sa fureur. Trevor soupira dans les coussins coriaces. C'était presque agréable. Comme un massage...

*WHHHHAAAAPPP*

“UHHHNNNN!!!”

The thick paddle blistered his ass with crushing force. The flesh of his bottom rippled and his eyes flew open. Holy fuck she was strong! Trevor instantly reconsidered how much he wanted to avoid some extra classwork.

“I didn't hear a number.”

“One! One...” Trevor corrected himself. His voice couldn't help but betray surprise at the woman's sheer ferocity.

*WHHHAAAPPP*

This time he bit his tongue, but a faint grunt still escaped his closed lips. He could feel the heat building in his bludgeoned cheeks. He might as well not been wearing pants at all. They offered scant little protection from her tool of terror.

“Two!”

*WHHHHAAAPPPP*

“Three!”

*WHHHHAAAAAPPPPPP*

His voice almost cracked as he responded to the fourth blast. “Four!”

*WHHHAAAPP WHHHAAAPP WHHHAAAPP*

The blows continued and he shouted out each one. His voice grew more strained after every blow. His bottom burned and his eyes turned watery. Trevor gritted his teeth and endured, determined not to give her the satisfaction of a wimpy yelp or a cry for mercy.

*WHHHAAAPP WHHHAAAPP WHHHAAAPP*

“TEN!!!”

Trevor's face was red by the time she finished. He breathed deeply into the leather cushioning, content to rest after enduring the trial. It's not like he could get up anyway, with the big woman still leaning on his back. The pain in his ass lingered, boiling and sweltering in his now tenderized flesh. What surprised Trevor was what followed... a not altogether unpleasant feeling. A kind of giddy, low level euphoria he'd never experienced before took hold in his body.

“You handled that surprisingly well” she purred while rubbing the paddle against his bottom gently. “The question is, are you man enough to admit you enjoyed it?”

Trevor's eyes flew open and his teeth gritted anew. As he suspected, this wasn't just some old school tradition. She was getting off on this. He wiped his eyes with the sleeve of his shirt before planting his hands in the sofa and pushing himself up.

“Let go of me!” he snarled while fighting to right himself.

Angelica sighed and lifted her hand from his back.

When Trevor straightened himself, anger flared in his big, brown eyes. He ignored the pain in his bottom and the strange giddy feeling flowing through his nervous system. He stared up at his professor and cold determination entered his voice.

“I think I'd like to talk to the Dean.”

Angelica snickered. She tossed the paddle aside casually. It landed on the armchair beside her with a light thwack of wood on leather.

“The Dean? What a wonderful idea! Yes, let's go have a chat with him right now!”

Trevor's brow furrowed. That was not the response he'd anticipated.

* * * * *

They reached the end of the opulent hall and walked into a wide, well-lit reception area. It was here that Trevor got his next surprise. There was a middle aged woman sitting behind the desk dressed in black latex from neck to toe. Her buxom curves shined in the overhead lighting, revealing a woman who'd kept herself in good shape relative to her mature status.

Her short gray hair fell on either side of her face, the rest of it pulled back into a neatly tied bun. Her thin, oval shaped glasses framed dark brown eyes. Her lips were a lovely shade of peach, requiring no embellishment. She might have been the most beautiful older woman Trevor had ever laid eyes on.

She looked up with a Cheshire grin as Angelica and Trevor approached the desk. One glance from the administrative assistant in gleaming fetishwear told him he was about to be witness to another spectacle. He was regretting his decision to escalate this already.

“Hello, Madeline.”

“Angelica! I mean, Professor Armstrong! What can I do for you this afternoon?”

“This young man would like to--”

“Actually, I've changed my mind. Thanks anyway, but...”

“No, no!” Angelica insisted. “Trevor wants to speak to the Dean and I think he should have that opportunity. In fact, I think we should give him a full demonstration of how things work around here! Do you think we could arrange that, Ms. Shepherd?”

“Oh, certainly! Our Dean is never too busy to meet with his Director of Gender Studies. Or a member of the student body. Follow me!”

The woman rose and her latex suit noisily un-meshed from the tall leather chair. She opened a desk drawer and extracted a leather crop before walking off. Trevor couldn't help but stare at her as she led the way. It wasn't just her sudden brandishing of a sex toy. Madeline had a giant dumper and the shiny, stretchy suit clinging to her flesh only made it stand out that much more. Her curvy ass might as well have been a black hole sucking Trevor's attention to it irresistibly.

Her rubberized body creaked as they made their way to the ornately carved wooden door. To Trevor's surprise, Ms. Shepherd didn't even knock. She just opened the door and walked through, leading them into the most lavish room yet. Madeline closed and locked the door before continuing in and leading the trio further.

It was a library as much as an office, with bookshelves that went all the way up to the ceiling. The shelves had their own mobile ladder system on a rail for reaching the higher shelves. There were numerous tall, potted plants and antique works of art as far as the eye could see. This was in addition to the same grade of fancy furniture that Ms. Armstrong enjoyed in her office. All together, it was a level of luxury Trevor had only seen in movies before.

Mr. Jonah Simmons was seated behind the big mahogany desk. His feet were propped up on it as he leaned back in his chair and talked with someone over the phone. Trevor had only seen the bald, medium build Dean once before, when he gave the commencement speech at orientation. He was clad in suit and tie now just like he was then.

Jonah had the mildly dark skin of a Pacific Islander and a cheerful disposition. He bore a mustache that connected down into a silky salt and pepper goatee, but the rest of his face and head were shaved. His voice echoed through the room as they closed in on his position. Angelica and Madeline's boot heels clicked against the laminate flooring as they approached. Jonah looked up as the party drew closer and his expression quickly turned from jovial to serious.

“Hang up the phone” Madeline ordered casually as they came to a stop at his desk.

“Hey Gerald, I have to run. Something came up here. I'll be in touch, alright? Merci."

He ended the call and set his phone aside. Before Jonah could ask what was going on, Madeline issued her next decree.

“On the floor, bitch! On your back!” she yelled, pointing her crop to the center of the room.

The Dean half-smiled, half-winced as he rose, but quickly complied with her demands. It had to be awkward, doing this in front of a brand new student, but by now Trevor had to assume this was par for the course. The speed with which he removed his suit jacket, set it on the back of his chair and trotted to the center of the office did not indicate this was a new experience. Jonah laid down, straight as a board, in the middle of the room as Ms. Shepherd stalked around him. He clasped his hands over his stomach as he awaited further instructions.

“Hands at your sides!” She barked, flailing her crop at him.

*SNAP*

The flashy leather tip swatted into his hands before he quickly pulled them away and locked himself in a rigid toy soldier position.

Trevor and Ms. Armstrong watched from ten feet away as Madeline smiled and prepared her next act. She lifted the crop to her mouth and held it in her teeth. The mature Domina then reached back with both hands and found the zipper at the bottom of her suit. She pulled it down and acres of her creamy, sweat-glossed ass were unveiled for her captive audience.

Madeline retrieved the crop from her mouth and turned slightly. She looked over her shoulder and down at the pitiful, bitch made Dean.

“Lick my sweaty ass, slave! I've been steaming in this suit all afternoon. It's time to put that filthy tongue of yours to work!”

With no further ceremony she lowered herself down and her humongous globes of flesh sealed over Jonah's face. The eager Dean went to work at once, slurping up and down her moist crack; sucking up sweat and rubbery grime as he tasted her exquisite flesh. Madeline let out low moans as she gyrated back and forth on her favorite seat.

'Jesus Christ... What kind of school is this?'

Trevor glanced over at Professor Armstrong, who was clearly enjoying herself. Her grin extended from ear to ear as she watched Madeline suffocate the Dean with her giant ass and demand more aggressive oral worship.

“Get that tongue up my pucker you disgusting worm!”

*SMACK*

This time, Madeline's crop found Jonah's crotch and he groaned deeply from the depths of her ass. His hands clenched into fists as his face labored in her increasingly sloppy cheeks. Ms. Shepherd humped his head, her latex curves bouncing as she moaned in bliss. She held her crop aloft, prepared to strike his helpless body again if the Dean failed to please her.

'It's exactly the kind of school Stacy would send you to, you fucking idiot! You've been played!'

The realization hit Trevor like a freight train. If Professor Armstrong and Ms. Madeline were being this brazen with their kinky play, that meant it was almost definitely not an isolated phenomenon. It meant more of the professors, almost all of whom were women, were most likely in on it. Suddenly, the female to male ratio made sense. Everything about his parents “generous” offer made sense. Well, Stacy's offer anyway. It was hard to say if Dad knew about any of this.

“Well, Trevor. You wanted to see the Dean” Angelica spoke as she turned to him. The big woman placed her hands on her wide hips. “Now's your chance to speak to him. If you yell loud enough, he might be able to hear you.”

“That won't be necessary, professor. I'm sorry for bringing it up. I understand Eden S&M now.”

“I'm glad to hear it” she replied with a fiendish smile. Angelica turned back to the display of debauchery and watched with great relish.

The worst part was, even though Trevor had only been there for a month, it felt like he was trapped. Sure, he could walk out of the room right now, assuming Ms. Armstrong didn't literally kidnap him and drag him down to some dungeon. He could get in his car and drive home tomorrow, if he wanted.

Mais alors quoi ? What would he tell his Dad? That he'd given up? Gotten bored after just a few weeks? It's unlikely he'd believe the truth, even if Trevor told it. It was too bizarre a story. And they'd never let him keep the car after going back on the deal. Stacy would cancel payments immediately.

And what about Sarah? He'd met an amazing girl that he desperately wanted to keep seeing. It wasn't likely they'd continue being an item if he dropped out. He'd have no future to speak of, or at least nothing that a smart girl like her would find promising. She'd find someone else in short order, most likely.

No, Trevor was stuck in Eden, for now. Trapped in paradise, if you were a total degenerate into female domination. While he'd enjoyed his time up until now, the entire campus had given him a weird vibe since the day he arrived. It was an unusual energy. There was just something off about it, despite all outward appearances of normalcy. Now he understood what the voice in the back of his head had been screaming about this whole time.

Madeline rose on unsteady legs, shaking with pleasure as her rubbery second skin flexed around her. Drool and sweat dripped from her ass, coating Jonah's already messy face as she stood over him. The sultry assistant lifted her arms, her crop pointing in the air as she made her next pronouncement.

“What perfect timing! Nature is calling and my slave lies beneath me, waiting to answer!”

The gray-haired Domina tossed her crop aside. She reached down to the bottom of her suit, this time finding the zipper at her front. Madeline pulled it down and her dripping sex was revealed. She reached under with rubbery, gloved fingers and spread the glossy edges of her suit wide open; making sure her stream would only taint the Dean and not her exquisite latex costume.

“My, my. I wasn't expecting this” Angelica stated. Her gaze shifted from Madeline and Jonah back to Trevor. “You're getting quite the eye opener, aren't you young man? Are you enjoying the show?”

“Professor, I've seen enough. Can I please leave?”

Angelica rolled her eyes. “Fine, we can go. You're not excused yet, though. Not until our conference is over.”

She nodded to the door and Trevor made his way there hastily.

“We're off. Have fun Madeline!” Professor Armstrong called over her shoulder.

The rubber vixen was in no condition to converse. She was moaning lightly, still buzzing from abundant anal stimulation as she waited for her steaming water to release. Her voice grew louder as a fountain of hot piss gushed from her folds.

Angelica unlocked the door and exited the swanky office. As Trevor followed her, he could hear the first jets of acrid urine slap all over Jonah's dress shirt and expensive slacks. Madeline's wail of satisfaction was cut off as the large door clicked shut behind them.

Trevor trailed the professor halfway into the empty foyer before being startled one more time. Angelica turned, grabbed him by the arms and pushed him up against the nearest wall. She took him by the wrists and pinned his arms above his head. Trevor was immediately reminded of his lunch with Sarah in the quad. Unlike that occasion, he wasn't so sure he could escape if he wanted to. Angelica was at least his physical equal and possibly more.

Her body pressed into his aggressively. Her full breasts ballooned in her scarlet top as she mashed them into his chest. Her powerful thighs forced his legs apart and held them firm. The professor's perfume washed over him, combined with her own natural scent. It was intoxicating. The more of these close encounters he had with her, the more his will to resist seemed to dwindle.

“Tell me what you're feeling, right now” she demanded, inches from his face.

“Wha-- what?!?”

“You heard me. The sensation you're experiencing. Describe it.”

“I uh... I feel light headed.”

"Et?"

“And kind of giddy.”

“What else? Your mind and body are telling you to do something right now. What are they telling you, Trevor?”

He didn't want to say it, especially since he knew it was what she wanted to hear, but he couldn't deny it. Not any longer.

“To yield...” he admitted.

“Mmmhmmm” she purred. “When your mind and body tell you to do something, you should listen. Don't you think?”

“Y-Yes...”

What the hell was happening to him? The harder she pushed, the more he liked it. Trevor's heartbeat was soaring. His temperature was ticking up. Blood was rushing to his penis. He'd never felt this way about assertive women before. Never had any interest in Femdom porn. This wasn't him. Or, at least, it didn't used to be.

“Very good. Now that you've said it out loud, there's no more pretending. This is a good place to start.”

“Start what?” he asked breathlessly.

“Your true education. I'm going to make you my special project this semester. Maybe longer. You seem like the type that will need lots of guidance. I'm sure your little Sarah would've whipped you into shape, eventually. But for men like you, I prefer a multi-pronged approach.”

And that's when Trevor felt it. Not her impossibly strong thighs, but her third leg, pressing forward. A thick column of flesh bulging through her leather skirt and bearing down against the much smaller lump in his jeans. It should've shocked him, but it didn't. Against all reason, Trevor's desire to surrender only intensified.

“Let's head back to my office” she implored. “We'll start with ten more spankings and go from there.”

Angelica released his hands and stalked off. Her boot heels tapped across the floor as she strutted to the hallway.

“Yes, Miss Armstrong” came his reply, though it barely felt like he was in control any longer. Trevor could hardly believe the sincerity in his own voice.

He followed the forceful Domme, intuitively walking behind her from this point on. Eden S&M had its claws in him now. Trevor's journey into sexual servitude had begun.

- - - - - - - - - -

Only half of my content is published on this website. The other half is available to my subscribers.

If you enjoy my work, wish to support it and want to read the latest chapters in all my series, check out my SubscribeStar! (Go to SubscribeStar.adult and search for "James Bondage".)

Merci d'avoir lu! Your votes and feedback are always appreciated!

Articles similaires

Un conseil à retenir

Sal, prends la table 12, entendis-je dire l'hôtesse. Je me suis progressivement retourné et j'ai jeté un coup d'œil là-bas. « Une jolie brune trentenaire seule en robe rose un mardi soir ? Et wow, elle n'essaie même pas de cacher ce rack, elle me bande maintenant », pensai-je avant de commencer calmement à marcher vers elle. Mes yeux ne la quittaient jamais alors qu'elle regardait simplement le menu pour le moment. Bien que je sois quand même allé vers elle. Salut, comment vas tu ce soir? Elle reposa le menu et me regarda. « Je vais bien, Salvatore. Tu peux...

3K Des vues

Likes 0

Exposer la vérité - ma salope intérieure se déchaîne

Après avoir été dominé par Niki et Dave, j'avais de nouveau besoin de plus. Je sortais toujours avec des gars mais je n'allais jamais jusqu'au bout. J'ai rapidement largué mon petit ami et j'ai commencé. Après que le frère de Niki, Austin, nous ait trouvés en train de jouer ensemble, il a menacé de parler de nous à tout le monde si nous ne faisions pas ce qu'il voulait. Un soir, Niki et moi étions un peu trop saouls à la fête que nous organisions après que tout le monde soit parti et que les habitudes étaient toujours là, nous avons...

858 Des vues

Likes 0

QUELQUE CHOSE DE NOUVEAU_(0)

Tu es prêt, a demandé Debbie à son amie Maureen alors qu'elle s'arrêtait devant le bureau de sa meilleure amie, Je ne peux pas attendre une minute de plus, je suis sur le point d'exploser !?! Moi aussi, répondit Mo en mettant la touche finale à un rapport que M. Bently lui avait demandé de préparer avant son voyage à New York plus tard dans l'après-midi, laissez-moi juste déposer ça au bureau du patron, il a été sur mon cas toute la matinée pour que cela soit fait avant midi !!!” Pas de problème, a répondu Debbie alors qu'ils se dirigeaient...

2.5K Des vues

Likes 0

Naples, Floride et Beech Mountain, N.C.

Naples, Floride et Beech Mountain N.C. Sandra et Debra étaient pleines de questions alors qu'elle orientait l'avion vers le sud. Je leur ai parlé du plan que Donna et moi avons mis en place et de la façon dont il s'est avéré. Ils étaient vraiment impressionnés que j'aie affronté Stanley et que je lui ai cassé le nez, la clavicule et quelques côtes. Debra m'a serrée dans ses bras et m'a embrassée plusieurs fois en signe de gratitude. Je pense qu'elle voulait en faire plus, mais Sandra l'a un peu refroidie. « Nous devons discuter de ce que vous deviendrez maintenant...

1.2K Des vues

Likes 0

Le compagnon du champion 2

Le chef de la chasseresse est un poste d'ancienneté dans le groupe. Les chasseresses qui se portent volontaires devant l'enclave peuvent créer des bandes. Caris est le chef de la chasseresse. Si elle était classée par capacité, Caris serait loin en troisième ou en cinquième place dans les groupes de douze personnes que l'on retrouve habituellement dans les Huntresses. Caris ne voulait pas suivre des filles plus âgées et se faire botter le cul jusqu'à ce qu'elle ait sa propre équipe, alors elle a fait le sien. Caris a dirigé le groupe par la force de sa personnalité. Tout le monde...

487 Des vues

Likes 0

Le nouveau voisin

Putain, mec. Porter toute cette merde dans ces escaliers est une garce », se plaint mon ami, eh bien, maintenant colocataire, Jack. C'était ton idée d'avoir une place à l'étage, je plaisante en réponse. Ouais, eh bien, je n'ai pas pensé aux escaliers. Mon ami et moi sommes deux enfants qui entament leur première année au Hillside College. Je sais, cela semble assez générique, non ? Mais bon, c'est un bon début dans un nouvel endroit pour nous. Johnny, redescends et prends les dernières boîtes. « Allons les réunir », dis-je. Non mec. Pourquoi pas? Parce que je suis trop occupé à...

1.3K Des vues

Likes 0

Avril - Partie II

Merci à tous pour les bons commentaires et les évaluations généralement positives. Je m'excuse que la partie 2 ait pris si longtemps, mais je voulais m'assurer qu'elle était aussi bonne que possible avant de la publier. J'espère que vous apprécierez cette partie, et recherchez une partie 3 dans les semaines à venir. Veuillez continuer à noter et à commenter, et si vous n'aimez pas les éléments de mon récit, veuillez me faire savoir dans les commentaires comment vous pensez que je pourrais m'améliorer. Rob et April étaient allongés dans le lit d'April, perdus dans leurs propres pensées post-coïtales. Ils s'étaient assurés...

1.2K Des vues

Likes 0

Un après-midi amusant, partie 2

Greg a tourné le dos à mes jambes, s'est allongé sur elles et a tenu ma bite, la caressant doucement. Il s'arrêta une minute et composa un numéro sur son téléphone portable. Dès qu'il a fini, il a recommencé à tirer et à caresser ma bite de manière ludique. Je devenais de nouveau dur, pensant à quel point ce serait agréable d'avoir un autre orgasme lent. Greg lâcha ma bite et appuya son téléphone contre son oreille; Bonjour, Karine ? Hé c'est Greg, es-tu occupé ? » J'ai une faveur à vous demander. Oui, c'est un truc d'homme, j'ai rencontré un gars cet...

1.4K Des vues

Likes 0

Garde de maison_(1)

Elle s'appelle Mélanie. Elle n’est pas la plus belle fille de l’école, mais elle n’est certainement pas la pire non plus. Elle mesure environ 5' 4, de très gros seins, de longs cheveux blonds et des hanches assez larges. Elle m'a dit en cours d'anglais qu'elle allait s'occuper de la maison de quelqu'un qui n'habite pas à plus de 2 pâtés de maisons de chez moi dans environ un mois. Cela signifiait qu'elle allait rester seule dans une grande maison pendant 2 jours. Je lui ai dit de me faire savoir exactement quand cela allait avoir lieu et que je passerais...

731 Des vues

Likes 0

La dette de Rachel (Chapitre 3 - Le passé et la douleur)_(0)

Samedi arriva et je n'avais toujours pas de nouvelles de Rachel. Je n'étais pas non plus encore prêt à l'appeler pour notre prochain rendez-vous. Je le voulais certainement. Avant Rachel, depuis que j'avais été avec une femme pour la dernière fois, il semblait que ma libido s'était refroidie. Être avec Rachel l'avait rallumé, l'avait fait passer d'un état presque inactif à un immense enfer. Pour patienter, j'ai regardé les vidéos de nos précédentes rencontres. Elle était vraiment magnifique. Elle aurait pu être une merde moche et cela n'aurait toujours pas eu d'importance, son corps juvénile et son esprit lascif compensaient largement...

2.4K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.