Claudia Incarnata... Partie I

36Report
Claudia Incarnata... Partie I

La puissance éthérée poursuit les âmes jusqu'à la mer, la mer les crache jusqu'au seuil de la terre, la terre dans la lumière du soleil éclatant et le soleil les jette dans l'éther tourbillonnant.

- Empédocle d'Akragas (Ve siècle avant notre ère)



La première chose que vous avez remarquée à propos de Claudia, c'est qu'elle était belle. La sienne était d'une beauté raffinée et sophistiquée et en son cœur résidait une terre innée et une indépendance robuste qui provenaient sûrement de son ascendance sicilienne. Ses yeux marron foncé et ses longs cheveux noirs flottants brillaient dans la lumière claire du matin. Un sourire jouait sur ses lèvres charnues, des lèvres teintées d'un rouge profond, tirant presque sur le noir ; comme une mûre douce et mûre. Elle se retourna tandis que le petit homme chauve devant elle s'essuyait le front avec un mouchoir puis se retournait vers la merveilleuse scène estivale devant elle. C'était une scène abondante et verdoyante comme seule la Méditerranée pouvait la peindre.

« C'est tellement beau ici, et tout ça est à moi ? Je ne peux pas le croire.

« Oui, seniorina, comme je l'ai déjà dit, votre grand-mère vous a laissé cette maison et tout son terrain. Tu étais son seul parent vivant, je crois.

Claudia regarda profondément l'homme dans les yeux. Elle n'était pas méfiante par nature mais les événements récents l'avaient fait douter qu'une personne puisse avoir autant de chance si rapidement et si inopinément sans quelque prise.

« J'apporterai les papiers ici demain. Vous n'avez qu'à signer quelques documents. Les titres de propriété seront dans les papiers de ta nona mais maintenant je te laisse m'installer. Tu as mon numéro de portable. Veuillez appeler mon bureau si vous avez besoin de quoi que ce soit. Ma secrétaire Angelina est toujours là.

Il sourit officieusement et essuya à nouveau son front luisant ; remettre un panama cabossé et s'incliner devant elle avec révérence ; comme si elle rendait visite à la royauté.

« Merci Signor Agostinelli, grazi mille. »

Elle fit signe à Agostinelli de monter dans sa vieille Fiat verte et remonta lentement l'allée de gravier pour disparaître entre les hauts piliers de pierre du portail. Quand il fut parti, elle se tourna pour regarder derrière elle la maison ; la maison qui était maintenant la sienne.

C'était un élégant; bâtiment blanc de deux étages en pierre datant, ainsi qu'Agostinelli l'avait informée, des années 1880. Dans son architecture, on pouvait voir de subtiles influences mauresques, vénitiennes, médiévales et classiques qui se sont mélangées pour créer un ensemble visuellement agréable et exotique. La maison était perchée sur une falaise rocheuse devant une petite baie qui renfermait une eau d'une clarté semblable à un joyau. La falaise n'était pas trop élevée mais suffisamment haute pour offrir une vue magnifique et permettre de couper un escalier de pierre menant à une petite plage de galets. Alors que Claudia se tenait devant le bord même de la falaise plus tard ce jour-là; elle avait l'impression de pouvoir tenir toute la baie dans la paume de sa main comme un précieux souvenir ; comme c'était effectivement le cas. Si la baie avait un nom, il ne lui était inconnu qu'à cinq kilomètres au nord ; à l'ouest le long de la côte se trouve la ville d'Agrigente ou Girgenti ; car il était encore prononcé dans le dialecte sicilien local, malgré les efforts officiels depuis l'époque de Mussolini pour italianiser le nom. Agrigente ; l'ancien grec Akragas, était bien plus ancien qu'Il Duce, bien plus ancien que Rome. Elle avait entendu parler de son charme décadent, de sa vie nocturne et de sa richesse en merveilles archéologiques. Mais tout cela devrait attendre ; la maison de la grand-mère de Claudia, Eleanora, était en elle-même un monde entier à découvrir.

******************************************************** *****
Il est vrai de toutes les nouvelles habitations qu'elles semblent froides et étranges jusqu'à ce qu'elles finissent par ; on s'habitue à eux et à la personnalité particulière qu'ils dégagent. C'est ainsi que pendant plusieurs jours, Claudia se sentit comme une intruse dans sa nouvelle maison. La maison était encore pleine des biens de sa grand-mère. Ceux-ci étaient peu nombreux certes, mais chacun semblait faire partie intégrante de la personne qui avait été Eleanora Incarnata. Outre les meubles et plusieurs peintures, il y avait une vaste collection de masques et de figures tribaux africains. Certaines de ces Claudia trouvaient frappantes et belles et elles faisaient appel à son amour de l'exotisme et de l'étrange ; d'autres qu'elle trouvait un peu trop étrangères et dérangeantes. Celles-ci, elle les rangea soigneusement, dans l'intention de les stocker dans la cave.
La plupart des papiers privés de sa grand-mère étaient en italien et semblaient de peu d'importance, mais en trouvant les titres de propriété de la maison, elle découvrit qu'elle avait un nom ; Tintamare

« Ah, les couleurs de la mer… »

Elle le prononça à voix haute plusieurs fois puis dans un élan de théâtralité spontanée déclara :

“Io sono la padrona di Tintamare!” - Je suis la maîtresse de Tintamare.

Elle a ri; sa prononciation était toujours lamentable et avait rapidement suscité des regards lorsqu'elle était allée faire du shopping à Agrigente. Elle essaya plusieurs phrases à haute voix ;

“Io sono la padrona di casa.”

« Io sono una donna del tempo libero. - Je suis une dame de loisirs.

« Mon Dieu, ça a l'air si suffisant. »

« Io sono une brune. »

« Io sono una gentildonna. »

Puis, comme si c'était un écho amplifié de sa propre voix, dans son esprit elle entendit la phrase ;

"Vi sono una bella donna." - Tu es une belle femme.

Surprise, elle se retourna instinctivement mais bien sûr, elle était seule, sans même la brise marine pour compagnie. La maison était silencieuse et même les cigales rauques semblaient doser pour une fois dans la chaleur langoureuse de midi. Elle se reprochait d'être nerveuse.

"Il est l'heure de déjeuner."


Dans les semaines qui suivirent, elle explora à fond la maison ; essayer de ressentir chaque humeur et chaque nuance, restant parfois éveillé jusqu'à l'aube pour attraper le jeu de lumière alors que le soleil se levait sur la baie et entrait par les hautes fenêtres de l'étage supérieur. Les rayons du soleil éclairaient bien les pièces et les remplissaient d'une joie exultante qu'elle avait rarement ressentie dans d'autres maisons. La nuit, elle écoutait les bruits nocturnes de la maison et buvait dans ses ombres sombres et profondes. Plusieurs traits de la maison la ravissaient particulièrement ; il y avait de beaux sols en mosaïque partout, faits de marbre incrusté de manière complexe dans de nombreuses teintes. Selon la façon de penser de Claudia, ceux-ci reflétaient les couleurs vibrantes de la Méditerranée et chaque chambre était une île dans cette mer intemporelle. Il y avait plusieurs chambres et une cuisine rustique spacieuse et bien équipée. Disséminés dans toute la maison, avec l'art africain, se trouvaient des pièces de la collection de céramiques Bitossi d'Eleanora. Designs élégants, fabriqués à la main avec des couleurs intenses, ces artefacts des années 1970 se sont instantanément imposés une place dans l'estime de Claudia.

Au sommet de l'escalier en colimaçon, un long couloir menait à la chambre principale puis à un espace semi-circulaire qui, selon Claudia, occupait la moitié du dernier étage. C'était ici le conservatoire de sa grand-mère ; sa salle de musique. Elle imaginait sa grand-mère divertir quelques amis sélectionnés ici autrefois, mais elle pensait aussi que sa musique aurait peut-être été une forme de détente privée.

Sur un mur, par ailleurs vierge, était accrochée une toile carrée dans un lourd cadre orné. C'était une belle peinture de sa grand-mère par une main inconnue. Sa propre ressemblance avec Eleanora était remarquable et avait toujours été commentée par sa famille, mais ici il semblait y avoir une profonde tristesse dans les yeux de la douleur que Claudia ne pouvait pas comprendre. La chose la plus étrange à propos de la peinture, c'est qu'elle n'était pas signée. Comme il est étrange, pensa-t-elle, qu'après avoir pris tant de soin à reproduire parfaitement Eleanora telle qu'elle l'avait été dans sa jeunesse, l'artiste omet alors de signer son œuvre. C'était comme si le portrait était une bagatelle, un signe d'affection et sans conséquence réelle ou durable. La première nuit dans la maison, elle avait démonté le tableau avec beaucoup de difficulté et avait cherché au dos de celui-ci tout signe de signature, de monogramme ou d'appareil, mais il n'y avait rien. Sur le cadre, un panneau de bois doré avait été inséré et sur lequel étaient inscrites les lignes énigmatiques ;

Voici sa photo telle qu'elle était :
Il semble une chose sur laquelle se poser des questions,
Comme si mon image dans le verre
Devrait s'attarder quand je serai parti.

Sous les lignes se trouvait le nom Rossetti. Dante Gabriel Rossetti ; un peintre et poète bien connu de la confrérie préraphaélite anglaise, mais quelle était leur signification pour cette image ? C'était encore une des questions auxquelles elle ressentait un besoin croissant de trouver une réponse.

Dans une alcôve le long d'un mur de l'autre côté de la pièce se trouvaient des étagères remplies de partitions. C'était principalement imprimé et relié, mais une partie était manuscrite et apparemment d'un âge considérable. Quand Agostinelli l'avait emmenée visiter la maison pour la première fois, Claudia s'était fait une note mentale de trier la musique et de la mettre de l'ordre. L'une des rares choses qu'elle savait sur Eleanora était que la musique était importante pour elle, et même si Claudia n'était pas du tout douée en musique, elle aimait la musique et admirait ceux qui pouvaient la jouer.
Le point central du conservatoire était le grand et magnifique clavecin à double clavier d'Eleanora, son cembalo antico. C'était clairement une antiquité avec un air baroque ou néo-classique à propos de son ornementation subtilement sculptée. À l'intérieur du couvercle se trouvait une scène peinte de dauphins nageant avec une silhouette masculine musclée chevauchant l'un d'eux. La scène était couronnée par une devise latine en majuscules d'or sourd :

MUSICA DULCE LABORUM LEVAMEN.

Que l'instrument ait de la valeur, cela ne faisait aucun doute ; Agostinelli le lui avait signalé avec révérence et l'avait informée qu'il était assuré séparément, sans préciser pour combien. Elle a googlé la devise et a découvert que cela signifiait : le réconfort de nos travaux est une douce musique.

« J'aurais aimé vous connaître mieux », a-t-elle chuchoté avec une larme à l'œil en appuyant doucement sur certaines des touches des deux claviers ; produisant une succession de notes aiguës pendant que les cordes à l'intérieur étaient pincées. Alors que les notes disparaissaient, elle prit conscience d'une présence dans la pièce derrière elle et se tourna instinctivement. Puis elle sentit le moindre soupçon de souffle chaud sur son épaule et se retourna pour voir les rideaux s'agiter dans la brise marine. Elle soupira de soulagement ; elle n'avait jamais vécu au bord de la mer auparavant et elle était encore loin de connaître les habitudes de la maison.

« Moi stupide, nerveux, nerveux et nostalgique. Timtamare ti amo »,


********************************************


Comme Arion sur le dos du dauphin,
Je l'ai vu faire connaissance avec les vagues...

- Shakespeare, la douzième nuit.

Claudia se lécha lentement et sensuellement la lèvre supérieure en regardant Carlo dans les yeux. Son visage était figé et sérieux. Il y avait une intensité troublante dans ses yeux sombres qui faisait beaucoup pour saper la confiance de sa conquête ; car il l'était. Il est vrai qu'il s'était efforcé d'attirer son attention ; lui demandant de danser, lui achetant des margaritas et son cointreau préféré sur glace. Il avait respecté ses réticences initiales sans baisser les bras ; laisser passer une heure avant de s'approcher à nouveau d'elle et d'activer le charme. Elle a trouvé sa retenue admirable et a finalement choisi de récompenser sa persévérance patiente. Il l'avait flattée aussi ; l'appelant deliziosa, bellissima, squisita et utilisant une série d'autres adjectifs siciliens qu'elle comprenait à peine. Elle s'était moquée de ces superlatifs tout en trouvant son attention de plus en plus bienvenue. Lorsqu'ils quittèrent le Bar Empedocle d'Agrigente, plusieurs têtes se tournèrent et plusieurs paires d'yeux envieux ; mâle et femelle, les suivirent.

Elle le fixait froidement maintenant, comme une lionne évaluant sa mise à mort. Carlo était sombre avec de longues mèches de garçon bouclées et un menton à fossettes, des joues chauves et une gorge délicate qui lui rappelaient un travail ou un autre de Michel-Ange. Il pouvait parler autant anglais qu'elle pouvait parler italien. Mais alors qu'ils étaient allongés nus parmi ses énormes oreillers blancs avec la fenêtre ouverte derrière eux et, au-delà, la mer sans limites au clair de lune, le besoin de communication verbale est devenu de plus en plus léger. Elle se rapprocha de lui et s'humidifia à nouveau les lèvres. De son point de vue, ses yeux étaient des orbes lumineux d'un autre monde qui appartenaient plus au ciel incrusté de joyaux qu'à n'importe quelle femme mortelle. Sa beauté était si troublante que pendant un instant son esprit s'emballa, essayant de trouver un motif sinistre en elle, quelque chose pour montrer que ses intentions étaient différentes de ce qu'elles semblaient. Mais il ne se laissa victime qu'un instant de ce sentiment ; elle était exquise, d'une beauté rare et touchante, le type de femme en présence de laquelle la prudence se transformait en abstraction et la logique perdait son ascendant.

Claudia fit maintenant courir ses yeux sur le corps de Carlo. Il était plus jeune qu'elle, en forme mais pas athlétique, bronzé mais pas par le travail. Un amoureux de la plage donc, bien évidemment ; elle aimait ça, et, par dessus tout, il était sa friandise, son jouet. Ses muscles fléchirent maintenant alors qu'il se déplaçait doucement vers elle et tendit la main pour lui écarter les cheveux. Il portait une délicieuse eau de Cologne dont l'arôme lui faisait saliver la bouche alors que leurs lèvres se verrouillaient. Bientôt, leurs bouches picotèrent d'un tendre luxe de sensations qu'ils savourèrent tous les deux avec acuité. Au cours de l'heure suivante, Claudia mordilla les lèvres de Carlo et embrassa son menton rasé. Sa langue explora sa douce bouche, le faisant soupirer et produire ensuite plusieurs invocations à peine audibles de la Madonna mia.

« C'est un bon garçon catholique, pensa-t-elle, je vais lui donner quelque chose à emporter au confessionnal.

Mais Carlo ne se considérait pas comme un bon garçon catholique ; il n'était pas non plus le participant passif. Maintenant, alors que la passion le prenait, il l'embrassait avec une intensité toujours croissante ; écrasant doucement ses lèvres avec les siennes et tenant sa tête dans ses larges mains pour étancher sa soif à sa bouche. Elle aimait vraiment le laisser prendre en charge, mais c'était sa prérogative d'initier le changement et de passer au cours suivant.

Elle ratissa sa poitrine avec ses ongles, sa main descendant lentement jusqu'à ses abdominaux et ses cuisses ; chatouillant chacun à son tour jusqu'à ce qu'elle le sente frissonner. Jusqu'à présent, elle avait fait semblant d'ignorer sa bite. Il était long et effilé avec une peau antérieure lâche; juste comme elle l'aimait. Elle comparait toujours taquiner le prépuce à peler un fruit délicieusement mûr. De plus, il était déjà dur. Il était rapidement devenu dur au début, alors qu'ils s'embrassaient. Cela lui avait plu mais elle avait concentré son attention sur ses baisers, ignorant tout le reste. C'était maintenant sa chance de le surprendre. Elle attrapa la base de sa hampe ; prenant ses couilles avec sa paume. Elle l'a serré et pompé avec conviction; le faisant soupirer et se tendre pour que sa bite devienne de plus en plus dure. Maintenant, avec ses lèvres, elle a tiré son prépuce, révélant une tête ronde et rose. Bientôt, Carlo se déhanchait en rythme ; poussant doucement sa bite dans la bouche de Claudia alors qu'elle fonçait sur sa hampe avec un plaisir croissant. La peau de sa bite frottait contre l'intérieur de ses joues et sur le dessus de sa langue, à travers le toit de sa bouche jusqu'au seuil de sa gorge.

Claudia s'était depuis longtemps entraînée à ne pas bâillonner. Alors maintenant, avec un long et intense regard dans les yeux sombres de Carlo, elle avala autant de lui qu'il y avait ; « Mingia ! » fut sa seule réponse. Elle sourit à cette légère obscénité ; le prenant comme un compliment et se mit au sérieux de le rendre aussi dur que possible. Pendant tout ce temps, elle pouvait sentir les profondeurs de sa chatte s'humidifier et son jus se rassembler. Ils coulaient à chaque mouvement de sa tête et à chaque inspiration passionnée qu'elle prenait. D'une main, elle écarta les lèvres et frotta son extrémité sensible. Après quelques minutes, Carlo le remarqua et retira doucement sa main. Il l'attira lentement vers lui et Claudia s'exécuta volontiers ; se positionnant au-dessus de sa bouche. Maintenant, avec ses seins appuyant sur ses abdominaux, elle a pris une poignée de bite et l'a glissé profondément dans sa bouche chaude. Elle sentit ses mains puissantes masser son cul et écarter les lèvres de sa chatte pour plonger sa langue plus profondément dans ses plis de velours. Claudia ferma les yeux et se mordit les lèvres tandis que vague après vague de plaisir traversait sa chair. Carlo passa sa main à l'intérieur de ses cuisses ; les trouver irréprochables et lisses.

« Dea incomparabile », murmura-t-il.

« J'ai fait de lui un païen », pensa Claudia et elle se mit à lécher et à sucer furieusement ; suscitant de nouvelles explosions de "Madonna mia" de Carlo.

Maintenant, ses longs cheveux chatouillaient ses couilles et frôlaient sauvagement ses cuisses. Elle était ravie qu'il ait une couverture de poils très masculine sur sa poitrine et ses jambes – passer ses doigts avec désinvolture dans les boutons ouverts de sa chemise avait été l'une des premières étapes pour le séduire.
Alors que sa bouche bougeait de plus en plus vite sur sa hampe rigide, elle sentit de grosses gouttes de salive sur sa peau.

"Je bave." Elle pensait.

Les garçons l'avaient déjà fait baver et maintenant, avec la chair ferme de Carlo entre ses lèvres, ses anciens amants lui traversaient l'esprit. Certains y sont restés longtemps, plus longtemps que d'autres. Joshua est apparu dans son esprit; avec son sourire prêt, son bronzage doré et ses boucles blondes. Elle se souvenait de lui en train de surfer et de ronronner, frottant plus fort sa chatte contre la bouche de Carlo. Elle a goûté son pré-éjaculation et l'a lapé goulûment, imaginant un instant que c'était la bite de Joshua qu'elle appréciait encore une fois. « Hey surfeur mec… » La phrase résonnait dans son esprit comme le dernier fragment d'une vie antérieure ou le dernier rayon de soleil d'un été perdu.

Le coq de Josué avait été une merveille ; aucun autre ne pourrait l'égaler ou lui d'ailleurs ; une belle bite sur un bel homme. Il s'effaça progressivement et à contrecœur de son imagination alors qu'elle sentait des vagues de plaisir envahir son corps. Carlo avait trouvé son clitoris très tôt et maintenant, avec une facilité pratique, il mettait toutes ses compétences à contribution pour le taquiner et le lécher. Claudia soupira et serra les dents ; elle gémit et sentit sa bouche picoter et sa chair battre. Encore quelques minutes et elle laissa lentement glisser la hampe de Carlo de ses lèvres. Elle était surprise de voir à quel point sa bite était maintenant incroyablement humide et à quel point son propre jus avait humidifié sa chatte.

"Hmmm, mettons tout ce jus pour utiliser Carlo."

Il sourit d'un air interrogateur.

"Baise-moi."

Elle a sauté sur le dos et a placé ses mains sur ses genoux avec les doigts écartés. Lentement, elle fit glisser ses mains le long de l'intérieur de ses cuisses ; en les frottant sensuellement. Lorsqu'elle atteignit sa chatte, elle écarta ses lèvres de manière taquine et cambra le dos. Carlo secoua la tête avec stupéfaction. Il n'avait pas besoin d'autres encouragements.
Avec un mouvement rapide, il a plongé sa bite luisante profondément en elle. Elle haleta, admirant sa confiance en elle et ravie de la sensation pure de lui à l'intérieur d'elle. Maintenant, Carlo s'est calé sur elle, « Mec attentionné », pensa-t-elle, alors qu'elle faisait courir ses mains luxueusement le long de ses flancs musclés, puis sur ses hanches et enfin sur son cul sculpté.

Alors qu'il commençait à la baiser, elle s'accrochait à ses fesses. C'était de loin sa partie préférée du corps d'un homme. Le cul de Carlo formait un ensemble bien compact au milieu de sa belle silhouette. Cela avait certainement attiré son attention peu de temps après leur première rencontre.
Elle continua de frotter sa peau et le tira contre lui alors qu'il s'enfonçait en elle avec un abandon croissant. Elle chatouilla l'endroit sensible où ses fesses se rencontraient et fit courir ses doigts le long de sa fente. Il lui répondit avec des coups de plus en plus durs pendant qu'elle enfonçait légèrement ses ongles en lui et écartait ses fesses pour augmenter la pression sur sa chatte déjà fumante. Il lécha son cou et embrassa le côté de son visage tandis que ses hanches livraient poussée après poussée délicieuse; visé parfaitement. Elle se retrouva chancelante après tout le monde, soupirant et délirant de plaisir.

Après plusieurs minutes de cela, Carlo s'arrêta. Il regarda dans les yeux de Claudia ; apparemment incrédule à sa propre chance. Elle lui sourit d'un air rassurant et passa ses doigts dans ses boucles. Bientôt la passion le reprit et il serra les dents ; la baise furieusement pendant plusieurs minutes de plus. Cela, elle l'aimait ; cela lui montrait qu'il n'avait pas peur de se laisser aller, qu'il ne reniait pas sa passion et sa convoitise. Il lui agrippa les hanches puis plaça un bras au-dessus de son épaule. Elle a répondu en croisant ses jambes sur le bas de son dos et en le pressant contre lui. Maintenant, il gémit en enfonçant sa tige en adamantine profondément dans sa chatte. Malgré l'humidité intense, il se sentait comme un piston mécanique à l'intérieur d'elle. Il respirait fort et alors qu'il la regardait; ses yeux remplis de convoitise étaient la quintessence même du désir. Mais elle ne vit cela qu'un instant. Pour l'instant, les yeux de Carlo se révulsèrent jusqu'à ce qu'elle ne puisse voir que du blanc et que tout son corps se tende. Elle caressa ses hanches et sentit ses muscles se contracter. Il est venu; envoyant coup après coup de chaud et humide entrer profondément dans ses plis inférieurs. Elle sentit chaque jaillissement ; chacune était comme une vague chaude sur la mer qui la submergeait d'une manière exquise.

Elle avait apprécié l'odeur de la délicieuse eau de Cologne de Carlo tout le temps ; maintenant, son arôme se mêlait doucement au bouquet capiteux de leurs ébats amoureux. Mais il y avait aussi un parfum plus subtil dans la pièce ; l'odeur de la mer et c'était un vieil amour pour elle. Il imprégnait la maison et au fil des ans, il avait imprégné le tissu même de l'ancien bâtiment.

"Je suis une fille des marées", songea-t-elle, "comme Eleanora a dû l'être."

Carlo s'écroula sur le dos à côté d'elle ; l'air totalement épuisé, repus et follement heureux. Sa bite encore rigide se tenait à un angle esthétique de soixante degrés, semblant bien plus humide de leurs jus combinés qu'elle ne l'aurait jamais cru possible. Elle a tendu la main et l'a frotté, puis a timidement touché sa main avec sa langue.

« Mmmmm, dolce ! »

Il rit. Puis son expression changea alors que ses yeux captaient la lueur des bougies ; lui donnant une beauté déjà impressionnante une sorcellerie supplémentaire. Il fut encore une fois frappé par sa beauté.

« Bellissima », fut tout ce qu'il pouvait murmurer.

Claudia de son côté savait très bien qu'elle était belle et elle n'hésitait pas à l'utiliser occasionnellement à son avantage. Ne pas le faire aurait été comme la rose cachant sa floraison ou le soleil refusant au monde sa lumière,

« Ou la vipère n'utilisant pas son venin », pensa-t-elle.

Le visage de Carlo se dressait maintenant au-dessus d'elle, bannissant les pensées noires. Il lui caressa les cheveux et passa doucement le dos de sa main sur sa joue. Sa tendresse l'a gagnée immédiatement.

« Bessa moi. »

Il l'embrassa légèrement au début ; comme pour lui montrer à quel point il était reconnaissant et reconnaissant qu'elle l'ait choisi pour amant. Sa bouche était encore douce avec son jus et sa langue lui rappelait une fraise bien mûre. Bientôt leurs bouches picotèrent d'une délicieuse sensation et leurs mentons se mouillèrent de passion. Claudia mordit les lèvres de Carlo et suça sa langue. Elle explora sa bouche et mordit son cou et sa gorge. Il mordilla ses lobes d'oreilles et embrassa les zones sensibles sur les côtés de son visage et il l'embrassa profondément ; plongeant sa langue profondément dans sa bouche. Lentement mais sûrement, pendant de longues minutes de ce jeu, elle sentit son sexe durcir par sa cuisse.

Claudia se dirigea maintenant vers son système audio portable et l'alluma. Dans le lecteur de CD se trouvait un disque de musique classique indienne – des morceaux de sarangi et de tabla joués par ce grand maître du sarangi, l'incomparable Ustad Sabri Khan. Elle aimait la pure inventivité et l'énergie primitive de la musique hindoustani ; c'était comme écouter les forces mêmes de la nature ; à la puissance créatrice de l'univers. Elle regarda Carlo et lui fit signe. Il s'approcha et elle tomba aussitôt à genoux devant sa bite. S'inspirant du rythme du tabla, elle se mit à travailler sur sa hampe. Sa tête tournait rapidement alors qu'elle savourait chaque centimètre carré de Carlo. Ses cheveux lui chatouillaient le nez à l'occasion, alors qu'elle essayait de mettre de plus en plus de lui dans sa bouche. Ses lèvres maintenaient autant d'aspiration qu'elle pouvait en rassembler et elle agrippa ses cuisses avec ses ongles. Si Carlo souffrait, c'était plus que contrecarré par le plaisir qu'il ressentait maintenant.

Après plusieurs moments intenses, elle a ralenti, suite à un changement de rythme de la musique. Maintenant, elle tourna son attention vers la tête de la bite de Carlo et la trouva comme une nectarine d'été dont la chair est si douce qu'on veut la garder dans sa bouche pendant une heure avant de l'avaler. Pourtant, à présent, elle pouvait sentir les muscles de Carlo se contracter et ses cuisses fléchir. Claudia était depuis longtemps sensible aux signes d'excitation dans le corps d'un homme. Elle s'arrêta et se leva ; appuyé contre le mur et écartant les jambes. Carlo s'avança vers elle et elle glissa facilement sur sa virilité. Elle agrippa ses épaules et à l'unisson ils se cabrèrent de haut en bas ; elle sentit la bite engorgée qui était dans sa bouche il y a quelques instants labourer les tendres replis de sa chatte; il savoure l'emprise incroyablement sensuelle et la chaleur de sa chatte. Après plusieurs longues minutes de cela, elle a enroulé une jambe autour des fesses et du bas du dos de Carlo et il a répondu en agrippant ses fesses pour la soutenir. Contre le mur, ils ont baisé, gémi et soupiré pendant encore de longues minutes de délire ; s'embrasser, se mordre, se lécher les lèvres et atteindre cette union mystique; cet état primordial d'unité qui ne vient que par l'abandon sexuel.

Claudia imagina qu'ils jouaient un sloka du Kama Sutra alors que la musique atteignait un crescendo tonitruant ; remplissant la pièce d'une émotion indescriptible. Maintenant, elle serrait fermement le cou de Carlo avec les deux bras et il la tenait par les fesses de sorte que sa tête soit au-dessus de la sienne. Les pieds de Claudia ont quitté le sol et ses cuisses se sont blotties contre les hanches de Carlo. Il la souleva plus haut alors qu'elle se cabrait de haut en bas sur sa queue comme le cavalier d'un destrier indomptable. Un sentiment d'abandon total l'envahit ainsi que le sentiment d'apesanteur qu'elle aimait. Carlo était son Atlas et elle le ciel brillant sur ses épaules. Peu de temps après que cette pensée fut passée, elle vint ; poussant un hurlement et roulant des yeux en arrière aussi loin que la nature le lui permettait. Carlo n'a pas manqué un battement mais l'a maintenue en place sur sa tige avec ses pieds au-dessus du sol jusqu'à ce que les vagues de plaisir dans son corps se soient enfin calmées.

Elle le ramena au lit et ils s'allongeèrent tous les deux. Son sexe n'avait rien perdu de sa rigidité et il ne tarda pas à le replonger dans ses profondeurs de velours. Claudia ronronna ; elle a resserré les muscles de sa chatte autour de la hampe de Carlo et s'est réinstallée sur les oreillers. Ses doigts tournoyaient ses longs cheveux alors qu'elle se détendait, permettant à Carlo de s'enfoncer en elle avec un abandon joyeux. Bientôt, il accéléra et sa respiration s'accéléra jusqu'à ce que ; agrippant ses flancs et appliquant toute sa force sur sa chatte. Il est venu, tirant des jets d'eau en elle. Sa respiration audible, il s'allongea à côté d'elle tandis qu'elle essuyait des gouttes de sueur sur son front.

Une heure tranquille s'écoula pendant laquelle ils s'étendirent ensemble ; elle profite des senteurs de la nuit et lui se délecte de la tendresse de sa peau et de la chaleur de son corps. C'était comme un tonique pour lui ; l'apaisant pour s'endormir. Claudia ferma aussi les yeux, imaginant la fraîche caresse des vagues sur sa chair.

Lorsqu'elle se réveilla brusquement, ce fut pour voir un Carlo aux yeux écarquillés qui la fixait à la lumière de la lampe.

Il avait l'air effrayé.

« Je me lève pour aller faire pipi. J'entends de la musique… du piano. Piano antique.

"Clavecin."

"Ah si, la cembalo."

« Musica, certo ? »

« Si, certo. »

Claudia sourit et après avoir réfléchi un instant, lui dit qu'il avait dû rêver.

"Non, je l'entends fort."

Claudia passa ses doigts dans ses cheveux puis balança ses jambes sur le sol frais. Ses entrailles étaient toujours agréablement douloureuses et elle faisait de son mieux pour marcher avec élégance. Elle sortit dans le couloir et pénétra dans la véranda. Elle réalisa alors que Carlo la suivait de près.

"Vénus et Adonis dans la mêlée."

« Permesso ? »

« Venere e Adone… oh, peu importe. »

Carlo la regarda d'un air dubitatif. Elle pouvait l'entendre respirer fort alors qu'ils entraient dans la véranda. La pièce était sombre car des nuages ​​épais avaient obscurci la pleine lune brillante du début de la nuit. Claudia s'arrêta et regarda brièvement autour d'elle. Puis, sans que Carlo ne la voie, elle prit quelque chose sur l'étagère près de la porte, alluma l'interrupteur et se tourna rapidement pour faire face à la pièce. Inutile de dire que la vue soudaine d'une belle femme nue portant une baïonnette suffisait à le remplir d'appréhension. Elle fit le tour, scrutant lentement la pièce et tenant la baïonnette à mi-hauteur. Une fois qu'elle fut convaincue qu'il n'y avait personne d'autre, son attention se tourna vers Carlo. Elle a combattu son penchant inné à se montrer. La baïonnette était une arme mortelle – trente-cinq centimètres d'acier froid à double tranchant, il valait donc mieux lui montrer un respect prudent. D'ailleurs, elle ne voulait pas effrayer Carlo ; ils venaient juste de se rencontrer après tout. Elle lui sourit d'un air rassurant. Ce faisant, elle glissa l'arme dans l'espace dans l'étagère entre deux livres où elle l'avait initialement trouvée il y a des semaines.

Elle le regarda dans les yeux, lui disant qu'il devait en effet avoir rêvé ; personne n'avait joué du clavecin. Elle fit courir sa main le long de sa poitrine jusqu'à sa bite. La saisissant, elle le ramena au lit. Ils avaient dormi pendant plus d'une heure et maintenant Claudia était prête à baiser une fois de plus. Elle bâilla puis jeta un coup d'œil sournois à Carlo et attira son visage vers ses lèvres. Il l'embrassa avec ferveur et son empressement à plaire l'excita immédiatement. Elle se pencha et massa ses couilles. Ils étaient lâches et lourds ; se balançant comme des pommes mûres sous sa hampe maintenant en train de durcir rapidement. Claudia l'ignora pour le moment, concentrant son attention sur le fruit pendant de la virilité de Carlo. Elle les taquina et frotta les côtés sensibles de son sac ; le ratissant légèrement avec ses ongles jusqu'à ce qu'il soit complètement serré. Après plusieurs minutes, l'excitation de Carlo grandissait visiblement. D'une main, elle serrait maintenant la base de son sexe tout en continuant à stimuler les zones sensibles autour de son sac. Elle a progressivement déplacé sa main derrière ses couilles et y a frotté la peau sensible. Elle leva les yeux vers lui et quand elle vit qu'il appréciait clairement ses attentions, elle glissa sa main sur sa hampe.

Maintenant, sa bite grandissait rapidement dans sa main. Elle serra les dents et pompa plus fort ; gardant la bouche fermée mais voulant voir son propre travail prendre effet. Après plusieurs minutes, la bite de Carlo a atteint un angle satisfaisant de soixante degrés et Claudia leva les yeux pour le voir d'un calme transcendantal et prêt à tout. Elle se lécha les lèvres d'un air taquin et le conduisit jusqu'au canapé près des fenêtres. La mer en contrebas était magnifiquement calme et une pleine lune, visible à nouveau après que la brise ait banni les nuages, faisait un parfait tableau nocturne. Claudia a été frappée, comme toujours, par la beauté de celui-ci. Dans son esprit, elle scandait le mot qui résumait tout, son seul mot sutra – Tintamare.

« Carlo, je veux boire ta venue ; Je veux que ça coule dans ma gorge. Je veux que tu exploses dans ma bouche.

Il sourit et hocha la tête comme un homme en transe. On ne savait pas exactement ce que Claudia lui réservait. D'un sac en soie verte sur le rebord de la fenêtre, elle a maintenant produit un gode noir brillant. Carlo sourit et secoua la tête ; indiquant qu'elle l'avait encore surpris. Il ajusta sa posture alors qu'elle s'asseyait à côté de lui, les pieds sur le canapé. Le regard de Carlo parcourut ses longues jambes jusqu'à son monticule où le moindre coup de pinceau noir pointait vers les gloires en dessous. De là, son regard se posa sur le creux de sa chatte ; apprécier sa forme comme on apprécierait une belle œuvre d'art.

Claudia le regarda avec séduction. Il lui répondit avec un regard si désireux qu'il lui fit fondre le cœur. Without further hesitation, she put the tip of the dildo between her lips, rolled it around, then ran her tongue up and down its length. Carlo watched her with growing fascination. After wetting it thoroughly, she drew it from her mouth and sensuously rubbed it across her chin, then down her throat and chest to the space between her breasts. Carlo followed the wet line back up to her mouth with his finger. She bit him playfully then turned the dildo on and gave it to him. With three fingers she spread her pussy lips. Carlo saw her glistening slit and sighed. He rubbed her labia with the tip of the dildo then slowly traced circles around her clit with it. Every now and again he left her clit to wet the instrument with juice from her slit. But he would always return to her clit and renew his efforts there. Claudia enjoyed this immensely; rocking back and forth; and grinding her pussy up against the dildo as Carlo held it. She moaned and sighed as tingles of intense pleasure raced up and down her spine. She gripped Carlo’s shoulders too; digging her nails into him as pleasure raced through every fibre of her being. Carlo was happy to play with her pussy for as long as she liked; teasing her glistening velvet folds and exploring her every secret place in order to bring her pleasure.

But eventually Claudia made him stop. She took the dildo from him and began to rub it up and down his shaft, then to the sides of his sack and eventually to the sensitive area behind his balls. His cock began to harden again almost immediately and with her free hand she pumped it hard. The combination of her hand and the dildo obviously worked for Carlo. He was soon arching his back and rubbing her shoulders. Claudia was pleased with her handiwork thus far but she had one or two more plans for Carlo. She now slid the head of Carlo’s cock between her lips. Her mouth immediately began to water as she licked and tickled him with her tongue. It was now time for the real treat. She slowly drew the dildo lower and lower until she reached the verge of Carlo’s ass. She met with no resistance and concentrated for a while on the convergence of his ass cheeks. She then looked up at him; smiling wickedly,

“Salve bella dea,” was all he said.

Still looking at him she parted his ass cheeks gently and slipped the dildo in. He closed his eyes, opened his mouth and arched his back slightly. Claudia returned his cock to her mouth, this time licking his whole thick shaft from tip to base as she pressed the wildly vibrating dildo up against his ass hole. She traced little circles around his pink hole and slipped the tip of the dildo past the threshold to the sensitive areas just beyond. Now his cock grew more and more rigid as she brought her mouth to bear down upon it; drooling with the sheer lusty pleasure of having it deep in her mouth while she tickled Carlo’s ass with the dildo. Now Carlo moaned and arched his back harder. His hands gripped the back of her head and massaged her shoulders. He let out a stream of profanities that she could barely understand and all the while his cock grew harder and harder until it curved upwards into Claudia’s throat like a steel cable. Now she pushed the dildo deeper into Carlo’s ass, pressing it up at the same time. She concentrated the action of her mouth on the head of his cock and soon Carlo came. His back arched three times and he groaned; spilling and spurting his DNA into Claudia’s ravenously hungry mouth. Having made him come twice already that night, Claudia was surprised at how much thick juice there still was. She swallowed it all and lapped up every drop, eventually drawing the dildo from his ass too. It had served her well.

Exhausted and sated; they soon fell asleep in each others arms. Although he was a light sleeper, Carlo awoke only once; when he heard, or thought he heard, the eerie sound of the harpsichord in the dead of night.


Part II of Claudia Incarnata coming soon…

Articles similaires

Nuit incroyable

Nuit incroyable Quelle a été votre nuit ou votre jour de sexe le plus incroyable ? Qu'est-ce qui le rendait si fantastique ? C'est le mien, il y a quatre ans. Quand j'ai acheté mon duplex dans la banlieue de Minneapolis, cela signifiait que j'étais là pour rester un moment et j'en étais vraiment content. Un jeune couple marié d'une vingtaine d'années louait l'autre partie du duplex. Je venais d'avoir trente-deux ans et j'avais déjà l'impression d'avoir une génération d'avance sur eux. J'ai organisé une petite fête pour faire connaissance avec les voisins et une vingtaine de personnes sont venues. La...

163 Des vues

Likes 0

Le Restaurant_(3)

Le restaurant mon nom marque et voici quelques-uns de mes exploits au travail. Im noir 5-7 un peu grassouillet mais musclé en même temps. j'ai des muscles durs sous une petite couche de graisse bien que je travaille toujours sur mon estomac qui est juste légèrement en cage de bière. c'était samedi matin et j'étais encore en retard à 2 heures du travail, je suis entré dans le parking et je me suis promené au travail. Pas que personne ne se soucie jamais quand je me présente tant que je me présente. Dès le départ, je suis tombé sur un jean...

106 Des vues

Likes 0

Un conseil à retenir

Sal, prends la table 12, entendis-je dire l'hôtesse. Je me suis progressivement retourné et j'ai jeté un coup d'œil là-bas. « Une jolie brune trentenaire seule en robe rose un mardi soir ? Et wow, elle n'essaie même pas de cacher ce rack, elle me bande maintenant », pensai-je avant de commencer calmement à marcher vers elle. Mes yeux ne la quittaient jamais alors qu'elle regardait simplement le menu pour le moment. Bien que je sois quand même allé vers elle. Salut, comment vas tu ce soir? Elle reposa le menu et me regarda. « Je vais bien, Salvatore. Tu peux...

95 Des vues

Likes 0

Sous son bureau (Ch3)

L'équipage est là. Je peux les entendre rire et claquer dans le studio. J'ai l'impression d'être agenouillé ici depuis longtemps, mais l'arrivée de l'équipage signifie que cela ne fait qu'une heure depuis... enfin, depuis... Depuis que mon maître blanc m'a penché sur son bureau et m'a montré ce que je suis Oh ferme ta gueule. Dieu que s'est-il passé ?! Quand je suis arrivé ici ce matin, je me sentais tellement puissant et féroce. Je prenais le contrôle, je faisais avancer notre relation. Maintenant, je me sens si impuissant et faible, agenouillé nu sous son bureau et laissant couler des larmes...

79 Des vues

Likes 0

Ma mère_(0)

Tout a commencé en 1968 quand je suis rentré de la marine. comme je te l'ai dit avant avait baisé ma sœur sur le canapé pendant que tout le monde dormait. quelques années plus tard, je me suis marié. elle n'était pas la plus grande mais elle l'a fait à la rigueur. on avait ça apte. centre-ville et j'étais le directeur de ce petit endroit. n'avait que 12 apt. mais c'était à la maison. ma mère est venue habiter chez nous parce qu'elle avait perdu son appartement. nous lui avons donné la cachette dans le La chambre de devant. la plupart...

87 Des vues

Likes 0

Futa Naked In School 11 - Futa Bully's Naughty Week 3: Les passions Futa de Shelena grandissent

Futa Naked In School – La semaine coquine de Futa Bully Chapitre trois : Les passions du futa de Shelena grandissent Par mypenname3000 Droits d'auteur 2019 Semaine de Shelena Lowell, jeudi Guanting Chan... Je ne pouvais pas sortir le futa ringard de mon esprit. Elle était ce qui m'est resté dans mes pensées après mon gangbang par l'A/V Club. Cela avait été un après-midi sauvage. Non seulement ils l'avaient filmé, mais ils l'avaient diffusé en direct sur Internet sur le compte Twitch du collège. Bientôt, il serait édité et téléchargé sur YouTube avec des liens permettant aux gens d'acheter les DVD...

71 Des vues

Likes 0

LES AVENTURES AMOUREUSES DE JULIANA L., PARTIE 5

À cette époque – il y a environ sept ans – je travaillais pour un autre employeur et je vivais dans une petite ville dans les collines à l'ouest d'ici. C'était une petite entreprise familiale et j'étais en fait presque le seul responsable, même si mon titre de poste n'était que directeur. Le propriétaire était invalide, sa femme passait tout son temps à s'occuper de lui, et leur fille, bien qu'officiellement directrice, passait le plus clair de son temps à écarter les jambes pour une succession de soi-disant petits amis dont le seul « lien » avec elle semblait être celle...

124 Des vues

Likes 0

Dans le placard

Caché dans le placard- Ma maison se compose de ma mère, mon père et mon frère. Mon frère n'a que 2 ans de moins que moi et nous sommes presque similaires. Je m'appelle Marcus et cet été mes 2 cousins ​​Shay et Aniya arrivent. Shay a mon âge et Aniya a 4 ans de moins. Cela faisait longtemps que je ne les avais pas vus, donc ça allait être excitant. Je pêchais en nettoyant ma chambre et me préparais pour que mon frère déménage ses affaires afin que les filles puissent avoir sa chambre pour l'été. À minuit, ils étaient déjà...

77 Des vues

Likes 0

J'ai demandé à notre fils de baiser sa mère

Carrie et moi sommes mariés depuis 35 ans et nous nous aimons profondément. Nous nous sommes mariés quand j'avais 19 ans et elle n'avait que 18 ans et elle était enceinte. Nous n'avions fait l'amour qu'une demi-douzaine de fois avant qu'elle ne tombe enceinte, nous nous sommes mariés, mais lors de notre nuit de noces, sur une période d'environ 12 heures, j'ai rempli sa chatte de 12 charges de mon sperme. Elle était aussi partante que moi. Pendant les trois mois qui ont suivi, je l'ai baisée presque tous les soirs et je l'ai convaincue de me sucer la bite plusieurs...

72 Des vues

Likes 0

Trouver du plaisir avant les femmes

Je suis allé à la grange pour récupérer quelques outils et alors que j'étais sur le point d'entrer dans le magasin, j'ai entendu un doux gémissement venir du grenier à foin. J'ai d'abord pensé que ce pourrait être l'un des nombreux animaux qui errent librement autour de la ferme. J'entrai dans la boutique et entendis à nouveau le gémissement. Cette fois, cela ne ressemblait à aucun des animaux que je connaissais à la ferme. Alors, étant curieux, je suis allé grimper sur l'une des échelles menant au grenier à foin. Alors que ma tête passait dans le grenier, j'ai regardé tout...

13 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.