Former un jeune esclave

985Report
Former un jeune esclave

En raison des spammeurs et autres idiots, la section commentaires a été réservée aux membres uniquement. Vous pouvez également me faire part de vos commentaires par MP. Homme chanceux

Cette histoire a été modifiée pour répondre aux nouvelles règles.


Former un jeune esclave

Maître Jim avait 30 ans, mesurait 5'10", et pesait 190 livres. Sa femme, Maîtresse Dora, avait 28 ans, 5'7", 125 livres, avec des cheveux brun foncé jusqu'aux épaules et un joli support de seins en bonnet C qu'elle aimait montrer. Dans l’ensemble, ils formaient un jeune couple d’apparence typique. Un couple qui aimait former et entretenir de jeunes esclaves.

Comme leurs titres l'impliquaient, Jim et Dora menaient un style de vie consistant à entraîner et à dominer les esclaves. Ils préféraient les jeunes filles. Des jeunes filles qu’ils accueillaient chez eux sous prétexte de les aider dans une période difficile de la vie des filles. Une fois dans leur maison, les filles ne partaient que lorsqu'elles étaient vendues ou mouraient.

Jim et Dora vivaient dans une grande maison rurale comportant trois niveaux, dont un sous-sol. En raison de leur style de vie en tant que Maître et Maîtresse, leur maison a été conçue et construite avec un vaste système de télévision CC, des serrures magnétiques activées électroniquement sur toutes les portes et diverses autres mesures de sécurité. Il y avait aussi plusieurs pièces cachées. Le plus utilisé était une cellule de prison insonorisée, semblable à un sous-sol, accessible par une cage d'escalier cachée derrière un panneau coulissant dans la tanière. Le sous-sol avait été divisé en de nombreuses petites pièces allant d’une simple cellule à une chambre confortable.

Un soir d'été, Jim et Dora s'ennuyaient. Ils n’avaient personne avec qui jouer. Un autre maître leur avait fait une offre trop belle pour la refuser. Ainsi, leur plus récente esclave, une rousse de 18 ans, avait été vendue.

Avec leur maison rurale si calme et personne avec qui jouer, Jim et Dora ont décidé de s'offrir un bon dîner au restaurant. Ils ont choisi un restaurant haut de gamme au cœur d’une ville voisine de taille moyenne.

Il était encore tôt dans la soirée alors que Jim et Dora étaient conduits à leurs sièges demandés près de la fenêtre avant du restaurant. De ces sièges, on avait une belle vue sur la rivière voisine et le parc attenant. Au coucher du soleil, une pleine lune baignait toute la scène d’une douce lueur. Cette lueur de lune permettait une bonne visibilité continue du parc.

Après avoir commandé des boissons, ils ont commencé à discuter tranquillement de l'endroit où ils allaient trouver leur prochain « camarade de jeu ». « Playmate » était un terme qu'ils utilisaient à la place d'« esclave » lorsqu'ils étaient en public. C'était tellement cher d'acheter un esclave entraîné. De plus, les anciens esclaves nécessitaient toujours du temps et des efforts pour les recycler. Ils pensèrent que s’ils voulaient se donner la peine de former un autre esclave, autant en avoir un nouveau.

Finalement, dit Jim. «Je suppose que nous devrons simplement trouver une nouvelle fille à entraîner, Dora. Je sais que c'est parfois difficile à trouver, mais l'entraînement d'une nouvelle fille est toujours très amusant.

« Tu as raison comme d'habitude, Jim. J’aimerais juste que nous ayons quelqu’un avec qui jouer ce soir. Dora soupira.

"Je sais chéri. Sois patient. Quelqu’un viendra bien assez tôt. Ils le font toujours. Cela peut prendre un certain temps, mais ne trouve-t-on pas toujours une fille à entraîner ? Jim a consolé sa femme alors qu'ils terminaient leur premier verre.

"Je sais, mais j'aimerais vraiment avoir quelqu'un avec qui jouer ce soir." Dora se plaignit.

Le serveur revint et ils commandèrent des steaks pour le dîner ainsi qu'un autre verre. Alors que le serveur partait chercher les boissons, Jim et Dora se tenaient la main et regardaient par la fenêtre le parc voisin.

Après plusieurs minutes passées à regarder vers le parc, Dora s'exclama avec enthousiasme dans un murmure tendu. "Jim, tu as vu ça?"

"Tu vois quoi, chérie?" Il a demandé.

"Là-bas. Près de ce petit bosquet d’arbres au bord du parc. Là! La voilà à nouveau. Il y a une fille dans ces arbres et elle semble nous observer.

"Oui! Je la vois. Elle semble nous observer, ou du moins, elle regarde ce restaurant. Pensez-vous qu'elle a faim ? » demanda Jim.

"Je l'espère. Jim, pourquoi n'irais-tu pas voir si elle aimerait se joindre à nous pour le dîner. Nous pouvons décider si elle répond à nos besoins pendant le dîner.

Jim sourit à Dora, lui baisa la main et se glissa par la porte latérale du restaurant. Il s'approcha tranquillement du bosquet d'arbres par le côté. Avant même que la fille ne réalise qu'il était là, Jim se tenait juste derrière elle. Ses vêtements étaient sales, et elle aussi. La jeune fille avait sérieusement besoin d’un bain. Même si elle n’était pas de rang élevé, elle sentait un peu le mûr. Son visage était taché de saleté, ses cheveux blond miel emmêlés et ses vêtements semblaient avoir été portés depuis plusieurs jours.

Il parla doucement. "Salut! Je m'appelle Jim.

Avec un halètement surpris, la jeune fille sursauta et se tourna pour faire face à Jim souriant. «Je… je… je suis désolé. Je ne voulais pas te déranger. Je vais y aller maintenant."

"Avez-vous faim? Voudriez-vous rejoindre ma femme et moi pour le dîner ? » demanda Jim.

Baissant la tête, elle répondit. "Non. Je vais y aller maintenant."

"Absurdité! Tu as l'air affamé. À quand remonte la dernière fois que vous avez mangé quelque chose ? Pas grave! Vous nous rejoindrez pour le dîner, n'est-ce pas ? Jim a insisté.

La fille a répondu. "J'ai faim, mais je ne suis pas habillé pour aller dans un endroit aussi agréable."

Tendant la main à la jeune femme débraillée, il lui dit. « Vous m'avez laissé m'inquiéter pour cette jeune femme. Maintenant, viens avec moi.

Elle hésita brièvement puis plaça timidement sa main tremblante dans la forte poigne de Jim. Elle ne s'en rendait pas compte, mais Jim, si. Elle venait d'obéir au premier ordre qu'il lui avait donné.

Alors que Jim la conduisait à travers la porte d'entrée du restaurant, ils furent approchés par le maître d'hôtel. «Monsieur, je suis désolé, mais nous avons un code vestimentaire ici. La jeune femme n’y répond pas. J’ai peur qu’elle doive partir.

La fille commença à se retourner, mais Jim lui tenait fermement la main. En fouillant dans sa poche, il sortit un billet de 50,00 $. En le remettant au serveur, Jim dit. « Je pense que les vêtements de la jeune femme sont tout à fait suffisants pour ce soir. N'est-ce pas ?

Le garçon regarda les cinquante, les empocha et, avec un sourire, dit à la jeune fille : "Bonne humeur, madame."

La jeune femme sourit à Jim et lui serra la main un peu plus fort.

Jim escorta la jeune fille jusqu'à la table près de la fenêtre où Dora était assise. Dora se leva et indiqua à la jeune fille de s'asseoir près de la fenêtre. "Asseyez-vous ici, ma chère." Cela la plaçait entre Jim et Dora. "J'espère que ça ne te dérange pas, mais quand je t'ai vu venir avec Jim, je t'ai commandé un steak pour le dîner. Quel est votre nom, ma chère ?

«Connie, madame. Merci de m'avoir invité à dîner.

"Eh bien Connie, qu'est-ce qui t'a amené à te cacher dans ces arbres ce soir ? Tu te cachais, n'est-ce pas ? Est-ce que vous vous cachez d'un mari ou d'un petit ami en colère, ou peut-être de la loi ? » demanda Dora.

"Oh non, madame. Ce n'est pas comme ça. Je n’ai pas de petit ami et je suis trop jeune pour avoir un mari. Connie rigola.

« Et la loi ? Fuyez-vous la loi ? » s'enquit Jim.

Dora a noté que la dernière question de Jim semblait avoir touché une corde sensible chez Connie. Elle passa son bras autour de la fille et lui demanda avec un sourire. « Alors, tu fuis la loi, hein ? Qu'est-ce que tu as fait. Braquer une banque, tuer quelqu'un, se lancer dans le trafic de drogue ? C'est bon. Tu peux me le dire. Jim et moi ne te dénoncerions jamais. Au fait, quel âge as-tu, Connie ?

Connie hésita.

Dora serra Connie dans ses bras et utilisa une voix qui respirait l'autorité. "Bien? Qu'est-ce que tu as fait?"

«Je suis désolé Madame. Ce n'est pas comme ça. Il y a deux jours, je me suis enfui d'un foyer de groupe. Je n’ai que 16 ans et j’ai peur qu’ils aient appelé la police contre moi.

"Foyer de groupe? Quel genre de foyer de groupe, Connie ? » demanda Jim.

Connie baissa la tête mais ne dit rien.

» Demanda fermement Dora. « Connie, comment pouvons-nous t'aider si tu te tais ? Répondez-moi, s'il vous plaît !

Connie avala une bouchée de steak et répondit. "Oui m'dame. C'était un foyer pour adolescents en difficulté. Maman a dit qu'elle ne pouvait plus supporter moi ni mes disputes. Elle n’aimait pas mes amis et me criait dessus quand je traînais avec eux. Elle a dit qu'ils posaient des problèmes. Certains de mes amis ont eu des ennuis, mais je n’ai jamais rien fait de mal pour être envoyé dans cette prison. Elle a dit qu’elle viendrait me chercher quand j’aurais appris à arrêter de me disputer avec elle. Les larmes avaient commencé à couler sur les joues de Connie alors qu'elle racontait son histoire.

« Alors, ta mère t'a simplement jeté comme une poubelle ! Dora a insisté sur le mot « poubelle ».

Connie a continué à baisser la tête et a dit. "Je crois que oui."

Jim sourit et fit un clin d'œil à Dora qui acquiesça presque imperceptiblement. Ils avaient silencieusement convenu que Connie répondait à leurs besoins et qu'elle serait leur prochaine esclave.

Avec un sourire, Dora l'a dit à Connie. « Terminez votre steak, ma chérie. Tu reviendras chez nous pendant un moment. Tu peux te doucher et je t'emmènerai acheter des vêtements neufs et plus propres.

"Je ne sais pas si je..."

"C'est réglé !" Connie a été interrompue par Dora. Avec un regard aigu, Dora le dit fermement à Connie. « Vous resterez avec nous pendant un moment. Convenu?"

"Oui m'dame." Connie apprenait rapidement à ne pas discuter avec Jim et Dora.

"C'est beaucoup mieux. Nous n’aimons pas non plus nous disputer, mais nous ne te rejetterons pas comme l’a fait ta mère. Nous vous apprendrons pourquoi il est préférable que vous ne discutiez pas avec nous.

Ce que Dora voulait dire, c'est qu'ils entraîneraient Connie à obéir à tous leurs ordres sans poser de questions ni discuter. Un comportement obstiné ou argumentatif entraînerait bientôt de douloureuses mesures disciplinaires.

Jim l'interrompit. « Si vous avez fini de bavarder, les filles, allons-y. Je veux rentrer à la maison à temps pour regarder le match à la télévision. Vous pouvez aller faire du shopping pendant que le jeu est en cours.

"Oui Monsieur. Es-tu prête Connie ? Dora répondit avec un sourire aux lèvres.

"Oui m'dame." Connie a répondu. Connie souriait aussi.

« OK, alors, allons-y ! » Jim a dit fermement. Laissant l'argent sur la table pour payer le chèque et un bon pourboire, il se leva et conduisit Dora et l'adolescente jusqu'à sa voiture.

Le trajet jusqu’au domicile de Jim et Dora s’est déroulé sans incident. Connie a été très impressionnée par leur grande maison de campagne en pierre. En tant que citadine, elle était particulièrement impressionnée par toute la superficie et les grands arbres entourant la maison.

Dès qu'ils furent dans la maison, Jim disparut dans sa tanière. La tanière était une grande pièce qui dégageait des goûts ouvertement masculins. Le sol était recouvert d’un tapis à poils épais qui semblait suinter entre les orteils lorsqu’on marchait pieds nus. Plusieurs peintures érotiques de femmes nues dans diverses poses provocatrices étaient accrochées aux murs de la tanière. Alors que l'on entrait dans le salon, un grand bureau en merisier noir se trouvait dans le coin le plus à droite. Derrière le bureau se trouvait une bibliothèque allant du sol au plafond, large de quatre pieds. Il était rempli de livres qui approfondissaient diverses formes d’activités sexuelles et l’histoire de chacune. Dans le coin le plus à gauche se trouvait un canapé en cuir sombre mesurant plus de six pieds de long. Entre le bureau et le canapé se trouvait une armoire verrouillée contenant les composants électroniques contrôlant la télévision, la chaîne stéréo de la maison, l'équipement d'enregistrement audio et vidéo ainsi que les contrôles de sécurité internes et externes. Sur le mur en face du bureau et du canapé se trouvait une immense télévision à écran plasma. Tous les appareils électroniques pourraient être transmis au téléviseur pour une vue plus grande que nature de n’importe quelle pièce de la maison ou zone de la propriété.

Alors que Jim se dirigeait vers sa tanière, Dora emmena Connie à l'étage jusqu'à la salle de bain. Après avoir montré à Connie l'armoire à linge et la fourniture de divers shampoings, revitalisants et parfums, Dora lui a dit. « N'hésitez pas à utiliser autant de choses ici que vous le souhaitez. Je vais te prêter des vêtements à porter lorsque nous ferons du shopping. Nous allons seulement chez Walmart, donc s’ils sont un peu amples, ça ira. De toute façon, beaucoup d’entre vous, les enfants, portent des vêtements amples. Dommage. Ils seraient bien plus mignons si leurs vêtements étaient un peu plus ajustés.

Dora a disparu et est rapidement revenue avec un pantalon, un chemisier, un soutien-gorge de sport et la seule culotte blanche unie qu'elle possédait. Elle l'a ensuite dit à Connie. "Prenez votre temps. Quand tu as fini, descends dans la tanière.

Avec une larme aux yeux et une voix tremblante, Connie l'a dit à Dora. "Merci beaucoup. Je ne sais pas comment je pourrai un jour vous remercier, vous et Jim, pour votre gentillesse.

« Ne vous inquiétez pas pour l’instant. Maintenant, saute sous la douche et nettoie. Tu en as vraiment besoin, tu sais. Nous irons faire du shopping dès que vous aurez fini ici. Puis, alors qu'elle quittait la salle de bain, Dora rigola et murmura dans sa barbe. "Je suis sûr que nous pouvons penser à des moyens intéressants pour vous de nous rembourser."

Dora quitta alors Connie et rejoignit Jim dans la tanière. La télévision grand écran était allumée, mais ce n’était pas un match de football qu’il regardait. Le grand écran était éclairé par un flux CC TV. Leur caméra interne et leur système d'enregistrement avaient été activés, et Connie était l'attraction vedette.

Dora entra dans la tanière au moment où Jim regardait Connie jeter son soutien-gorge dans le panier. Connie avait révélé un ensemble ferme de seins orange avec de petits tétons roses. L'adolescente a ensuite fait glisser sa culotte sale de ses hanches et le long de ses jambes fines. Alors qu'elle se penchait pour enlever sa culotte de ses pieds, elle pointa ses fesses rondes et serrées directement vers une caméra cachée dans le mur de la salle de bain.

"Oh mon!" s'exclama Dora. « Elle a un si joli cul. Et regarde comme ses seins sont fermes. Je vais adorer sucer ces jolis seins d'adolescente.

Jim avait déjà bandé. Alors qu'il le frottait dans son pantalon, il remarqua. « Et je vais profiter de la merde de cette chatte et de ce cul. Tu ne penses pas qu'elle est cerise ?

Alors que Connie entrait dans la douche et que Jim changeait de caméra, Dora dit. «Je ne sais pas, Jim. Je me demande si elle a déjà sucé une bite ou mangé une chatte. Peu importe! Elle le fera bientôt.

"Je suis contente qu'elle te plaise, Dora. Maintenant, tais-toi et profite du spectacle. dit Jim.

Connie, sans le savoir, a organisé un très bon spectacle pour ses hôtes. Elle s'est lavé les cheveux deux fois avant de faire mousser un gant de toilette doux. Elle se frotta vigoureusement le visage avec son gant de toilette moussé. Elle a ensuite lentement parcouru son jeune corps nubile jusqu'à ce qu'elle atteigne ses seins. Elle a accroché son gant de toilette sur la pomme de douche et, à deux mains, elle a massé sensuellement du savon sur ses seins. Ses petits mamelons se dressèrent et elle les emprisonna entre les deux premiers doigts de ses mains. En serrant fermement ses seins et ses mamelons, Connie est passée à autre chose. Elle attrapa le gant de toilette savonneux et commença à frotter son ventre plat et lisse. Ses mains le caressaient proprement. Elle s'est soigneusement lavé les fesses en s'assurant de bien pénétrer dans la crevasse entre les globes pâles de ses fesses. Lorsque Connie s'occupait de son entrejambe et de son buisson, elle utilisait le même shampoing et revitalisant au parfum floral qu'elle avait utilisé sur sa tête. Elle a ensuite travaillé directement sur sa chatte avec le chiffon savonneux. Elle frotta lentement le chiffon doux sur ses lèvres inférieures. Il était évident que Connie était en train de s'exciter.

Connie a brusquement quitté sa chatte et s'est rapidement frotté les jambes et les pieds. Elle revint ensuite vers sa chatte légèrement gonflée. Écartant largement les pieds et les jambes, elle caressa à nouveau soigneusement le tissu de haut en bas de sa fente. En peu de temps, l'adolescente excitée a laissé tomber son gant de toilette, a pris sa chatte en coupe avec les deux mains et a serré ses jambes l'une contre l'autre.

« Hum ! Dora, je pense que ta douce jeune fille vient de s'en sortir. Peut-être qu’elle n’est pas aussi innocente qu’elle le prétend. Je pense que nous le saurons bien assez tôt. Jim a commenté à sa femme.

Jim et Dora ont continué à regarder Connie pendant qu'elle se séchait et s'habillait avec les vêtements fournis par Dora. Alors qu'elle entrait dans la tanière, Jim et Dora étaient absorbés par le jeu de balle à la télévision.

"Ouah!" s'exclama Jim. "Connie, tu es vraiment jolie, toute nettoyée. Vous avez certainement l’air plus détendu aussi. Cette douche a dû vous faire sentir beaucoup mieux.

Connie rougit et réfléchit. «Ils ne pouvaient pas le savoir. Le pourraient-ils ?

Dora se leva et demanda. "Connie, es-tu prête à aller chercher quelques choses à Wally World ?"

"Oui Madame, mais vous n'êtes pas obligé de m'acheter quoi que ce soit. Vous avez déjà été trop gentils avec moi. Connie a répondu.

"Absurdité. Nous allons préparer quelques choses pour vous ce soir. Ensuite, si vous restez, nous en aurons davantage dans un jour ou deux. Maintenant, mets ton joli petit derrière dans la voiture. Ordonna Dora.

"Oui m'dame." Connie accepta et se tourna pour partir.

Alors qu'elle quittait la tanière, Jim lui a crié après. "Dépêchez-vous pour que je puisse vous voir modéliser vos nouvelles choses pour moi."

Dora et Connie ont discuté du récent séjour et de l'évasion de Connie dans le foyer pour adolescents en difficulté.

Connie a donné quelques détails sur les raisons pour lesquelles sa mère l'avait envoyée au foyer. Il semblerait que Connie ait commencé à fréquenter un nouveau groupe d'enfants. Sa mère n’approuvait pas la plupart d’entre eux. Bien que Connie ait nié avoir fait quoi que ce soit, elle a admis que plusieurs de ses amis fumaient de la drogue, buvaient de l'alcool et faisaient des bêtises. Les pires disputes entre Connie et sa mère concernaient toujours le fait qu'elle passait du temps avec ses amis.

Alors qu'ils entraient dans le parking de Walmart, Dora a parlé à l'adolescente. "Connie, si tu restes avec Jim et moi, je te promets que tu n'auras pas de problème avec tes amis." Dora sourit à l'adolescente et réfléchit à elle-même. « C’est parce que nous serons les seuls « amis » que vous aurez ou dont vous aurez besoin. »

Avec un large sourire, dit Connie. "Merci m'dame. Elle a ensuite accompagné Dora dans le magasin. Alors qu'ils passaient devant la section lingerie, Dora demanda doucement. "Connie, quelle est la taille de tes seins?"

Connie rougit et répondit. "Je suis un B, un 32 B, mais je suis devenu plus gros ces derniers temps0."

"Ici! Je pense que ceux-ci vous iront bien. Dora jeta doucement deux paquets marqués « Wonderbra » dans le chariot de Connie.

Connie sourit et commenta. « Je n’ai jamais eu un soutien-gorge comme ça. Maman a dit qu’ils me feraient ressembler à un de mes amis vagabonds.

« Serait-ce la même mère qui t'a jeté comme tant d'ordures ? La mère qui t'a laissé dans cette maison ? Dora a demandé rhétoriquement.

"Ouais." Connie a répondu. Sa tête pendait presque jusqu'à sa poitrine.

« Rassure-toi, chérie. Si vous restez avec Jim et moi, nous voudrons que vous soyez toujours à votre meilleur. Cela inclut de tirer le meilleur parti de vos actifs. Vous semblez avoir une belle paire de seins et de jolies fesses. Vous devriez apprendre à les montrer un peu. Maintenant, allons te chercher quelques chemisiers.

Les mots de Dora firent sourire Connie alors qu'elles se dirigeaient vers les étagères de chemisiers.

Dora a choisi une paire de chemisiers pour Connie. Les deux seraient bien ajustés et auraient un décolleté décolleté. Lorsqu'ils étaient portés avec ses nouveaux soutiens-gorge, ces chemisiers garantissaient que les seins de Connie seraient bien en évidence pour tous ceux qui voulaient les regarder.

Connie rougit profondément quand Dora le lui dit. "Vos seins attireront certainement l'attention des garçons dans ces choses-là." Dora jeta les chemisiers dans le chariot et continua. "Maintenant, je vais te trouver quelques jupes pour aller avec les chemisiers."

Peu de temps après, Dora avait choisi deux jupes et les avait ajoutées au chariot.

Connie regarda les jupes et réfléchit. «Ces jupes seront trop courtes pour moi. Mais alors, qu’est-ce que c’est ? Je ne les paie pas. Si elle veut que je porte des jupes courtes et des chemisiers moulants, je porterai ce qu’elle veut m’acheter.

"Connie, essayons ce que nous avons jusqu'à présent. Les vestiaires sont là-bas. Dora montra les petits placards à langer. En tendant à Connie un soutien-gorge, un chemisier et la plus longue des deux jupes, dit-elle. "Mettez-les puis sortez pour que je puisse voir à quoi ils vous ressemblent."


"Oui m'dame." Connie prit les vêtements et entra dans la loge. Quelques minutes plus tard, elle sortit. Son visage était rouge à force de rougir. La combinaison vestimentaire avait fait de la magie. Elle ne s'était jamais sentie aussi sexy et exposée en public. Avec un petit frémissement dans la voix, Connie a demandé. "Est-ce que j'ai l'air bien?"

En observant l'adolescente devant elle, Dora aimait ce qu'elle voyait. Une grande partie des seins et du décolleté de Connie ont été exposés par le Wonderbra et le chemisier décolleté. La jupe arrivait à plusieurs centimètres au-dessus de ses genoux. "Connie chérie, tu as l'air délicieuse. Ces vêtements font ressortir la beauté que vous cachez. Jim deviendra fou quand il verra à quel point tu es une belle créature.

Connie rougit à nouveau puis fronça les sourcils à l'idée que Jim voit autant de ses seins et de ses jambes.

Dora a vu l'inquiétude sur le visage de Connie. « Qu'est-ce qui ne va pas, Connie ? Tu veux que Jim voie à quel point tu es jolie, n'est-ce pas ? Encore une fois, la question ressemblait plus à un ordre qu’à une simple question.

"Oui m'dame." Connie accepta doucement.

"Bien! Maintenant, va essayer l'autre jupe. » ordonna Dora.

Connie prit la deuxième jupe et rentra dans la loge. Une minute plus tard, elle appela Dora à la porte. « Madame, je ne peux pas porter cette jupe. C'est beaucoup trop court.

D'une voix forte, ordonna Dora. "Sors! Voyons si c'est trop court ! »

"Je ne peux pas! C'est beaucoup trop court. Connie plaide.

Dora savait qu'il était temps d'établir son autorité. Fermement, ordonna-t-elle à l'adolescent. « Connie, ne discute pas ! Sortez tout de suite et montrez-moi votre jupe ! »

Comme une adolescente typique lorsqu'on la presse, Connie gémit. "Dois-je?"

Dora utilisa sa voix la plus ferme. "Oui!"

La porte du vestiaire s'ouvrit lentement et Connie sortit partiellement.

"Tourne, Connie!" Ordonna Dora.

Alors que l'adolescente se retournait lentement, Dora évaluait son jeune corps. « Très gentil, Connie. C'est un peu court, mais ça te rend si mignon.

En fait, ça la faisait passer pour une salope. Juste le look que Dora voulait. La petite jupe était si courte qu'elle couvrait à peine les fesses et le monticule pubien de Connie. En se retournant, Dora aperçut la culotte blanche que portait la fille. « OK, Connie, tu peux remettre les vêtements que tu portais ici. Ensuite, je vais te trouver une chemise de nuit.

De retour au département de lingerie, Dora a sélectionné plusieurs culottes de bikini en dentelle, un caraco court et soyeux vert clair qui couvrait à peine la moitié supérieure de ses fesses et un ensemble de pyjama de poupée bleu foncé qui était presque transparent. Levant la lingerie, demanda Dora. « Connie, est-ce que tu aimes ça ? Pensez-vous que Jim vous appréciera dedans ?

La tête légèrement baissée, Connie répondit. "Oui m'dame. Je les aime si vous le faites.

pensa Dora. « Cela va être plus facile que je ne le pensais. La petite garce a déjà renoncé à se disputer pour montrer son corps à Jim et moi.

" "Eh bien Connie, je pense que c'est assez pour ce soir. Êtes-vous prêt à rentrer chez vous ? Je parie que Jim a hâte de voir ce que nous avons acheté. dit Dora.

"Oui m'dame. Je suis prêt." Connie était d'accord. Elle resta silencieuse pendant qu'ils passaient par la caisse et se dirigeaient vers la voiture.

Sur le chemin du retour, Dora a demandé. « Connie, ça va ? Vous êtes très silencieux depuis que nous avons quitté le magasin. Avez-vous des doutes à l'idée de rentrer à la maison avec Jim et moi ? »

Pensive, Connie répondit. "Je vais bien. Je suis désolé d'avoir discuté avec toi à propos des jupes. Je n’ai jamais eu de vêtements qui me mettaient autant en valeur. Maman traitait les filles habillées comme ça de putes. Mais si Jim et vous voulez que je porte des chemisiers moulants et des jupes courtes, je suppose que ça ira. Vous avez été si gentils avec moi alors que vous n’étiez pas obligé de l’être. Si vous me laissez rester, j’essaierai de ne plus discuter. Je vais vraiment essayer de vous plaire, à vous et à Jim.

Dora sourit chaleureusement à Connie et dit. «Tu n'es pas une pute. Nous voulons juste que vous soyez aussi jolie que possible. Vous avez vu notre maison. Il faut savoir qu'on aime les jolies choses. Chéri, ta mère t'a jeté comme une poubelle. Nous ne vous expulserons pas. Je te promets que tu nous feras plaisir, chérie. Nul doute que vous nous plairez.

Pour elle-même, pensa Dora. « À partir de ce soir, vous et votre jeune corps nous plairez plus que vous ne le pensez. »

Lorsqu'ils arrivèrent à la maison, Dora emmena Connie et ses nouveaux vêtements dans une chambre à côté du salon. «Je serai dans la tanière avec Jim. Mettez vos nouveaux vêtements et venez les montrer à Jim dès que vous le pouvez. Portez d'abord la jupe la plus longue. N'oubliez pas de porter également votre nouvelle culotte. Faites simplement comme si vous étiez mannequin et montrez votre nouveau look. Assurez-vous de vous retourner pour que Jim puisse avoir une vue complète de votre apparence délicieuse.

Dora quitta Connie et rejoignit Jim dans la tanière. Le match que Jim regardait était presque terminé. La sonnerie finale retentit juste au moment où on frappa légèrement à la porte de la tanière.

"Entrez Connie!" Jim a appelé.

La porte de la tanière s'ouvrit lentement et Connie entra. Elle se tenait nerveusement devant Dora et Jim. Elle était si nerveuse à l'idée d'exposer son jeune corps qu'elle n'a pas remarqué les peintures de nus sur le mur. Alors que Jim souriait et la regardait, Connie se retourna rapidement puis s'agita. Elle ne savait pas quoi faire de ses mains.

Jim rompit le silence. "Ouah! Connie, tu es magnifique ! Je savais que tu avais une belle paire de seins sous tes vieux vêtements et les affaires amples de Dora.

Même si elle devenait cramoisie d'embarras, Connie sourit. Personne n'avait jamais fait de commentaires de cette façon sur ses seins. "Merci Monsieur." » Dit-elle, sa voix tremblant visiblement.

"Connie, chérie, va enfiler ton autre jupe et ton autre chemisier. Je sais que Jim les appréciera vraiment de votre part. » ordonna Dora.

"Oui m'dame." Connie se retira rapidement par la porte du salon et retourna dans la pièce voisine. Peu de temps après, un autre coup doux retentit à la porte de la tanière.

"Entrez." Jim a appelé.

Connie ouvrit lentement la porte et entra juste dans l'embrasure de la porte. Elle essayait nerveusement de baisser sa nouvelle jupe pour couvrir ses fesses.

"Entre, chérie." Dora a insisté.

Alors que Connie avançait plus loin dans la tanière et faisait un tour lent.

Comme Dora l'avait prédit, Jim est devenu un peu fou. « WOW, bébé ! Regarde toi! Tu as l'air assez bon pour manger ! »

"À bas mon garçon!" Dora l'a dit à Jim. « Tu ne veux pas lui faire peur. Même si elle a l’air délicieuse, n’est-ce pas ? Elle est si jeune, mignonne, douce et innocente.

À l'adolescente, dit Dora. « Merci, Connie. Maintenant, un dernier spectacle si cela ne vous dérange pas. Allez enfiler la tenue bleu foncé. Jim t'aimera dedans.

Connie sourit nerveusement à Jim et Dora et quitta la tanière. Elle commençait à se sentir un peu plus à l'aise à l'idée de laisser ses hôtes voir son corps légèrement vêtu. Marmonna-t-elle pour elle-même. "Peut-être que maman a tort de s'habiller comme ça."

Connie fut bientôt prête à retourner dans la tanière vêtue de sa nuisette bleu foncé en poupée. C'était si mince qu'elle aurait aussi bien pu être nue. Ses jeunes seins fermes étaient clairement visibles sous le haut, et son buisson pubien blond était bien en évidence à travers la fine culotte.

Alors qu'elle entrait dans la tanière, Jim sauta sur ses pieds. "Putain bébé! Vous continuez simplement à vous améliorer. Vous allez être un merveilleux ajout.

"Ajout? Que veux-tu dire, ajout ? Un air d’inquiétude traversa le visage de Connie.

Jim a ensuite largué la bombe. « Oui, un ajout ! Vous voyez, Connie, Maîtresse Dora et moi formons des esclaves, et… »

"DES ESCLAVES? JE NE SUIS PAS UN ESCLAVE ! Connie a crié à Jim et Dora.

Dora se leva et regarda l'adolescente désormais effrayée. "Pas encore, mais tu le seras bientôt. Maître Jim et moi allons bientôt vous demander d'obéir à nos ordres. Votre premier ordre est de nous appeler Maître Jim et Maîtresse Dora. Est-ce que tu comprends?"

"NON! Au diable ça ! Je sors d'ici ! Connie était provocante et tourna les talons pour partir. Elle n'avait pas remarqué que Jim appuyait sur le bouton de verrouillage de la porte-clés dans sa poche ni entendu le verrouillage magnétique silencieux s'enclencher. Dans une vaine tentative de s’échapper, elle a tiré à plusieurs reprises sur la porte de toutes ses forces. Cela n’a servi à rien. Elle était coincée dans la tanière avec Jim et Dora.

Alors que Jim s'approchait, il lui dit. « Ça ne sert à rien, Connie. Vous ne pouvez pas sortir de cette pièce à moins que nous vous laissions sortir. Il tendit la main pour prendre son bras.

"Sûrement pas! Je ne vais pas être ton esclave. Je ne vais pas être votre femme de chambre, votre cuisinière ou quoi que ce soit d'autre pour vous, connards.

BATTRE!! Jim lui frappa violemment la joue gauche. «Vous nous appellerez Maître Jim et Maîtresse Dora. Tu as compris ?

Il recula pour frapper à nouveau l'adolescent lorsque Dora l'interrompit. « Jim, ne lui cogne pas le visage ! Vous savez, il arrive parfois que vous vous emportiez et que vous laissiez de vilaines traces.

Connie courut vers Dora qui était toujours assise sur le canapé de l'autre côté de la tanière. « Dora, s'il te plaît. Laissez-moi partir.

Whomp! Connie s'est pliée en deux sous le coup de poing. Le poing de Dora avait été enfoncé profondément dans le ventre de l'adolescente. "Espèce de salope stupide, on t'a dit de nous appeler Maître et Maîtresse."

Alors que Connie essayait de reprendre son souffle, Jim s'approcha, attrapa brutalement son sein gauche et le serra fort. Il grogna pratiquement contre elle. "Maintenant, petite salope, qui suis-je?" Il a ensuite relâché sa mésange.

"Ji..Owwww." Jim avait giflé le même sein gauche d'un coup puissant.

« Maintenant, réessayez. Qui suis je?"

Connie, gémissant à cause de la douleur dans sa mésange, répondit. "Maître Jim."

"Très bien, et qui suis-je?" » demanda Dora.

"Maîtresse Dora." L'adolescent meurtri répondit.

Jim lui a encore dit. "Très bien. Maintenant, écoutez. Nous n’avons pas besoin de femme de ménage ou de cuisinier. Cependant, vous le ferez également. Nous avons quelque chose de bien plus adapté à vos atouts et à vos talents en éveil.

Connie avait l'air confuse tandis que son maître Jim hésitait avant de terminer sa déclaration. Il voulait que ses futures responsabilités inconnues pèsent encore quelques instants dans l’esprit de Connie.

"Vous serez formé comme esclave sexuel." » Il l'a dit à l'adolescent effrayé.

« Noooooooon ! S'il vous plait, laissez-moi partir. Je n’ai jamais rien fait de tel. Je ne t’ai rien fait. Connie a supplié Jim.

Battre! Cette fois, Jim a vicieusement giflé sa mésange droite à peine couverte. « Comment es-tu censé nous parler ?

«Je suis désolé, Maître Jim. S'il vous plaît, ne me faites plus de mal, Monsieur.

"C'est mieux. Essayez-vous de nous dire que vous n'avez jamais été baisé ? Tu es cerise, euh, vierge ? » demanda Dora.

"Oui, Maîtresse Dora. Je suis vierge. Maman m'aurait tué si j'avais essayé de faire quelque chose comme ça.

« Et ça ? Une cerise fraîche à faire éclater. Je savais que ça allait être une bonne soirée. Connie, as-tu déjà sucé une bite ou mangé une chatte ? » demanda Jim.

"Non, Maître Jim." La voix de Connie tremblait. « Je n’ai jamais rien fait de pareil. S'il vous plaît, monsieur, laissez-moi partir. Je ne dirai rien.

"Bien sûr, tu ne diras rien, idiote. Vous allez rester ici pendant longtemps. Dora méprisait son nouvel esclave.

Jim l'a alors dit à son nouvel esclave. "Connie, ton seul but dans la vie, pendant que tu es ici, sera de plaire à ton Maître et à ta Maîtresse. Vous le ferez sans commentaire ni argument. Vous vous demandez probablement ce que l’on attend de vous. Les choses sexy que Maîtresse Dora vous a achetées auraient dû vous donner un indice. Pour nous faire plaisir, vous utiliserez les seuls atouts que vous avez apportés avec vous. Ou plutôt, nous utiliserons ces atouts. À notre guise, nous utiliserons votre corps comme bon nous semble. Votre corps et tous les orifices dont vous disposez seront utilisés pour nous servir. Pour être franc, vous apprendrez à baiser, sucer des bites, bouffer des chattes, vous les prendre dans le cul, et toute autre activité que nous souhaitons vous faire pratiquer pour notre plaisir. Nous pouvons même occasionnellement vous partager avec certains de nos amis. Tu comprends maintenant, espèce de salope idiote.

Toujours un peu provocante, Connie refusa de répondre.

Les mains de Jim se détachèrent et attrapèrent les deux seins coquins de l'adolescent. Serrant vicieusement, répéta-t-il. "Tu comprends, salope?"

Grimaçant à cause de la douleur infligée à ses seins, Connie cria. « Oui, Maître Jim. Je comprends."

Jim relâcha les seins de Connie et fit un signe de tête vers Dora.

Dora appuya sur un bouton caché sous le bureau. La bibliothèque accrochée au mur derrière le bureau glissa vers la gauche, révélant un escalier qui menait au sous-sol.

Dora tendit alors la main à l'adolescente tremblante et sanglotante. Lorsque Connie n'a pas pris la main, Dora a tendu la main et a sévèrement pincé le morceau gauche de l'adolescente jusqu'à ce qu'elle crie. Cette fois, elle prit la main tendue de Maîtresse Dora.

Dora a ensuite conduit Connie dans l'escalier, suivie de près par Jim. Un long couloir s'étendait du bas des escaliers. Connie fut conduite, voire traînée, jusqu'à la dernière pièce sur la droite. Dora poussa la porte et poussa Connie à l'intérieur.

L'adolescente s'est retrouvée dans une cellule faiblement éclairée. Dans la pièce, il y avait une combinaison de toilettes/lavabo/fontaine en acier. Il y avait aussi un lit de camp contre un mur avec des menottes attachées à chaque coin. The cot consisted of a thin mattress on a steel plate set on steel legs. A single dim bulb hung from the ceiling for illumination.

To no avail, Connie pleaded with her captors. “Oh please, Master Jim and Mistress Dora. Please let me go. Please don’t hurt me.”

Dora laughed at the teen’s pleading. With a hard shove, Dora sent Connie sprawling onto the cot. Jim and Dora pounced instantly. Almost before she knew what had happened, Connie was cuffed to the cot.

Connie found herself secured to the cot, spread eagle, face up. Jim and Dora laughed loudly as Connie cursed them and then begged to be set free.

Dora reached down and caught Connie’s left nipple. Pinching with all her might, she looked at Jim and said. “Master Jim, I don’t think our slave really understands her place here just yet. Why don’t you give her a demonstration of what she is here for?”

Connie, thrashing on the cot in a attempt to loosen the firm grip on her nipple, cried out. “I’m sorry Master Jim. Mistress Dora, please let my nipple go.”

At that moment, Jim reached down, grabbed a fist full of Connie’s thin baby doll panties. With a swift jerk, both elastic straps around her hips gave way and the panties flew from under her ass.

Connie gasped and continued to plead. “Oh please Master Jim. Don’t do this. I’m a good girl. Je suis vraiment. OOOoowww!”

Mistress Dora was sadistically twisting the nipple she was pinching. “Now, now Connie. If you quiet down a bit I’ll release your nipple.”

“Yes, Mistress Dora. I’ll will. I promise to be quiet. Please stop hurting my nipple. Please Mistress Dora.”

Dora relented and eased up on Connie’s nipple. She maintained a firm grip on it, but stopped twisting.

“And what do you say, bitch? What do you say now that I have granted your wish and eased up on your nipple?” Dora asked with anger.

“Thank you Mistress Dora.”

“Well, maybe the little bitch can be trained after all. What do you think Master Jim?”

While Connie had been distracted begging Mistress Dora to ease up on her nipple, Master Jim had moved to the shadows and removed all his clothes. He had retrieved a tube of lubricant from his pants before tossing them to the floor. He then stepped back into the dim light so the frightened teen could see what was about to invade her fresh young body. Jim had an impressive cock.

Connie gasped wide eyed at the sight of Master Jim’s fat seven and a half inch long spear. “No Master Jim. Please don’t! It’s too big. I’ll never be able to take that much. Please Master.”

In the mean time, Jim had taken the tube of lubricant and was smearing a gob of it all over his cock. The lubricant wasn’t for his slave’s comfort. It was only for making his cock’s entry into Connie’s tight virgin pussy easier for him.

“Are you ready, slave?” Mistress Dora asked while Master Jim crawled between their slave’s spread legs.

“Please no, Master. Please don’t! It won’t fit.” The teen continued to plead for mercy even though neither the Master nor the Mistress had shown any tendency to halt the assault.

Mistress Dora reached down and used two fingers to spread the teen’s virginal outer lips. Master Jim lined his cock up with the entrance to Connie’s dry hole.

Master Jim, used his arms to hold his body off the teen. He wanted a good view of the pain and shock on her face as he rammed his cock through Connie’s cherry and into her depths.

“Your training will now begin, slave.” Dora hissed.

Master Jim hesitated no longer. He violently thrust forward. He felt her hymen only briefly resist his cock’s entry into Connie’s tight pussy. It quickly gave way as he pushed forward. He plowed through her cherry and drove his cock fully into the sixteen-year-old girl’s virgin pussy. He felt the head of his cock ram into her tender cervix.

Connie’s eyes snapped wide open, and her scream of pain echoed throughout the basement of the house. After her initial scream, she begged loudly. “OH MY GOD! TAKE IT OUT! IT HURTS! GOD PLEASE TAKE IT OUT!”

“OK slave, I’ll take it out.” Master Jim told her, and he did as promised. He took his cock out of the violated teen’s speared hole.

Just as she seemed to relax just a bit, Master Jim rammed his cock fully into her bleeding hole again. Again she screamed at the top of her lungs. Master Jim then took up a steady pace of stroking in and out of Connie’s torn open cunt.

She continued to scream in pained protest. Even though it was useless, she begged Master Jim to take his cock out of her burning hole.

Master Jim ignored his slave’s pleas and spoke to his wife. “Mistress Dora, would you see what you can do to silence this bitch’s wailing? She’s getting on my nerves.” Jim asked his wife as he pulled his bloody cock out of his slaves cunt.

Connie had stopped screaming, but she was sobbing and begging loudly as tears flowed down her cheeks. Mistress Dora gently stroked Connie’s hair and kissed her tear coated cheeks.

“Yes Master Jim. I’ll see what I can do to silence her.” Dora replied.

To Connie, Dora said. “Slave, you are now going to learn to eat a pussy. If you refuse, or don’t do a good job, we’ll flip you over and Master Jim will fuck your ass. Would you like that, slave?”

“NOOOOO! Mistress Dora, please don’t let Master Jim put that thing in my butt.” Connie pleaded.

“Very well.” Dora shed her clothes as she told the teen what she needed to do. “You will lick my pussy and suck my clit. You will put your tongue as far into me as you can. When I tell you, you will suck hard on my clit and lick it rapidly. Do you understand, slave?”

“I think so Mistress Dora. I’ll try.”

“Try hell! You will do it or your ass gets fucked.”

“Yes Mistress Dora.” The teen sobbed.

Dora then climbed up on the bunk and faced Jim who was sitting between Connie’s legs. As she slowly sat over Connie’s face, Dora leaned forward, kissed Jim, and brought her pussy down on the teen’s mouth.

Connie froze.

Dora had expected something like that. She simply sat up and rocked her ass tighter over Connie’s face. Her asshole settled on Connie’s nose, and Dora’s ass cheeks cut off the girl’s air. Almost immediately, Mistress Dora was rewarded with a tongue lapping at her horny clit. She leaned forward again and let her slave practice eating her first pussy.

Master Jim shoved his cock back into the bleeding hole before him and resumed thrusting deep into it. He soon felt his balls tighten and prepare to send his load of cum on its way. With one final and violent thrust, Master Jim buried his cock deep in Connie’s violated hole and bathed her cervix with his warm cum.

Jim and Dora petted and cuddled each other while Connie did her best to satisfy Mistress Dora’s demands. Both husband and wife noted how heavily this new slave was bleeding from her freshly fucked pussy. Cum and blood steadily oozed from ravaged cunt. Over time, they had found that a rough first fuck frequently led to heavier bleeding than when more time was taken to prepare the slave to be devirginated.

Connie was a quick learner. She soon had Mistress Dora nearing orgasm. Dora shouted. “Slave, suck my clit. I’m going to cum.”

Connie did as she had been told. She sucked Mistress Dora’s clit into her mouth hard and rapidly flicked her tongue over it.

Mistress Dora squatted down hard on the girl’s mouth and shook to a fine orgasm. She then gave Connie further instruction. “Slave, open your mouth wide and suck my whole pussy in.”

Connie tried to do as she had been told.

Jim knew exactly what Dora was about to do.

With an evil grin on her face, Dora began pissing. As soon as Connie realized what all that liquid was, she tried to close her mouth. Dora simple rocked back over Connie’s nose again, and the girl had no choice but to reopen her mouth. To avoid drowning, she swallowed as rapidly as she could. She drank most of Mistress Dora’s piss, but a good deal ran out of her mouth and down her cheeks.

When Mistress Dora climbed off Connie, Master Jim stepped to the side of her cot. He ordered. “Slave, my cock is filthy with cum and blood. Since you made this mess, you will clean it up. Open wide and lick my cock clean.”

Connie had lost most of her will to resist. What more could they do to her. She opened her mouth and Master Jim shoved most of his cock in. She licked it as clean as she could as he thrust in and out of her mouth.

Master Jim abruptly pulled his cock free of Connie’s mouth and told her. “That will be enough for tonight. We will resume your training early tomorrow morning. Now, get some sleep.”

Jim and Dora released three of the cuffs before walking toward the door, Connie asked. “Master Jim, how am I suppose to use the toilet and sink if I’m still locked to this cot?”

“I don’t give a damn about your little problems.” He then slammed and locked the door.

The sixteen-year-old had been raped, forced to eat pussy, drink piss, and lick a dirty cock. Her violated pussy was burning from the violence of her first fucking. Her mouth still had a terrible taste left in it. Her tits and nipples were still in pain from the abuse they had taken.

Connie tentatively reached between her legs and covered her painful hole. Without looking, she knew her most sensitive of flesh had been forever changed. She felt a sticky mess oozing from her deflowered pussy. Bringing her hand up, in the dim light from the bare bulb hanging over her cot, she could see mixture of cum and blood coating her hand.

Connie was beginning to realize her life would never be the same. The new slave cried her self to sleep that night.

The Next Day

Connie was startled awake the next morning when her cell door flew open with a bang. “It’s 6:00 AM. Time to get up, slave.” Mistress Dora shouted the order.

Connie sat up instantly. As she tried to get the fog out of her head, the realization of her captivity returned. With a subdued voice and her head bowed, she asked. “Please Mistress Dora, may I use the toilet. I really have to go.”

“Very well. Since you asked so nice, I’ll release your cuff.” Dora glared at Connie and continued. “However, if you even think about trying to defy me, or do anything stupid, you will be severely punished. Do you understand, slave?”

“Yes, Mistress. Je comprends. I won’t defy you or Master Jim anymore.”

Dora released her slave and watched as she struggled to stand. Connie remained somewhat bent over as she stepped across the cell to sit on the toilet.

“Pussy a little sore is it?” Dora asked.

Keeping her head bowed, Connie replied. “Yes, Mistress Dora. I am sore down there and my boobs still hurt too.”

“This may be a day of rest for your pussy. Master Jim said he wanted to teach you how to properly give a blowjob and eat pussy today. So, he just may not fuck your pussy again, today. If you give him even the least bit of trouble, he will not only fuck your pussy again, but I’m sure he will fuck your ass as well.”

“Yes, Mistress Dora. I’ll try not to be any trouble to you or Master Jim.” Connie seemed to have accepted her situation and been cowed into submission.

“Good, but you will do more than try! As soon as you’ve finished here, I’ll take you to the shower room. You will find everything you need to clean up in there. You will be expected to keep yourself clean and fresh at all times. Neither Master Jim nor I want a smelly slave. There’s some perfume in the shower room. Use it!”

“Yes, Mistress Dora.” The new slave was learning quickly.

Dora continued her instructions. “Master Jim wants you to shave that fur off your pussy too. He loves bald teen pussy.”

With a bit of a surprise in her voice, Connie again replied. “Yes, Mistress Dora.”

As quickly as Connie finished using the toilet, Mistress Dora grabbed her upper arm and led her out of her cell. She was led across the hallway to the basement shower room. It reminded the teen of the gym showers at school, only smaller and less decorative. There was no tile, only bare concrete walls, ceiling, and floor. There were three shower heads along the two opposite side walls for a total of six and a single drain in the middle of the floor. The wall with the door had several towel bars, one of which held a towel and wash cloth. The far wall contained a polished steel mirror, three sinks, and three shelves. The shelves contained various soaps, hair care products, feminine hygiene products, shave cream and disposable razors, and bottles of Obsession, White Diamonds, and Taboo.

“Slave Connie. You will be given sufficient time to thoroughly clean your self. Be sure to use douche in that nasty pussy. I’m sure it is gooey and stinks after Master Jim fucked it and it bled so much. You will keep your body clean and ready for Master Jim and I at all times. Be sure to shave all the fur from your body except that on your head. I will return soon. Now, get busy!”

“Yes, Mistress Dora.” The teen acknowledged her orders.

After giving slave Connie her instructions, Mistress Dora locked the teen in the shower room. She then joined Jim in the den to watch Connie on the CC TV.

“She is a pretty little thing, isn’t she, Dora?” Jim asked as his wife settled onto the couch beside him.

“Yes she is, and I think she will make an excellent slave. She seemed much more docile this morning.” Dora said as she cuddled into Jim’s shoulder to watch the CC TV feed from the shower room.

Connie dutifully carried out her instructions. The teen slave washed and conditioned her blond hair and thoroughly cleansed her body. When she washed her tits she noticed how sore the bruised nipple Mistress Dora had so roughly pinched and twisted remained. She gingerly washed her pussy. She didn’t linger there as she had the evening before. It was much too sore for that. When she had finished washing her body, Connie read the instructions on the box of douche and carefully used the preparation on her sore hole. She found that the warm water went a long way toward relieving her vaginal discomfort.

Connie then shaved under her arms before sitting on the shower floor to shave her pussy. She lathered up her blond pubic bush and very carefully shaved off every bit of fur it had taken her sixteen years to grow.

Connie was relaxing and enjoying the hot water as it poured over her head when Dora pushed a button at the desk in the den. Mistress Dora’s voice boomed over a hidden speaker in the shower room. “Slave, dry off now! I will be there to retrieve you soon!”

A startled Connie quickly replied as she grabbed the towel from the bar. “Yes, Mistress Dora.”

Dora led the new slave, still nude, up the stairs, through the den, and to the kitchen. “Now slave, you will cook breakfast for Master Jim, me, and yourself. I know you said you were not a cook or maid. Well, my little slave, you will be whatever you are told to be. Now get busy. We’ll have ham and eggs. After breakfast, you will clean up before reporting to us in the den.”

“Yes, Mistress Dora. Please, Mistress Dora, may I have an apron so I don’t get burned by the grease?”

“No, slave! Clothes, like other privileges must be earned. Now get busy.

“Yes Mistress Dora.

Dora left Connie in the kitchen. As soon as she was certain she was alone, the teen tried to open every window and door she could find in that part of the house. All were securely locked.

Jim and Dora laughed as they watched their slave on the security monitors. She vainly attempted an escape. “Dora, it appears a bit of punishment is in order. What do you think of a paddling then fucking her in the ass?” Jim asked.

“Just don’t be too harsh on her, Jim. After all, we expected an escape attempt. They all try once or twice. Besides, the last time you punished a slave, she could barely walk and wasn’t worth a shit for days.” Dora replied.

“OK! We’ll make her eat you first before she gets too blubbery from the paddling. Then, I’ll give her a good spanking before I butt-fuck our cute little slave.”

During breakfast, not a word was said about the escape attempt. The conversation was mostly between Jim and Dora as they discussed their new slave.

Connie was a bit embarrassed to be referred to as if she wasn’t even there.

They noticed a hint of a smile briefly cross
Connie’s lips when they commented on how cute her nude body was.

“Jim, we should have her portrait made before she loses her youthful looks. Slave, would you like to have a portrait painted of yourself?” Dora asked.

“Yes, Mistress Dora. If you and Master Jim want a picture of me, I want one too.”

“Good answer, slave.” Jim told her. “Now clear the table, do the dishes, and clean the kitchen. When you’ve finished, come to the den. We have some things to discuss.”

“Yes, Master Jim.” Connie replied. As she quickly went about the chores she had been given and washed the dishes by hand, she talked to herself. “Maybe being a slave won’t be so bad. I have a place to stay, they feed me, and they did buy me some new clothes, even if I can’t wear them yet. All I have to do is please them. Besides, what have I got to go back to, that group home? All girls eventually loose their virginity. Janey said it hurt like hell when her boyfriend took her the first time, and now she says she loves it. So, why am I making such a big deal of it? If Master Jim wants to screw me, I’ll get over it. Some of that other stuff with Mistress Dora wasn’t cool, but I guess I can learn to do what she wants me to do as well.”

When she had finished the dishes, Connie went to the den as instructed. She found Master Jim and Mistress Dora sitting on the couch.

As she entered, Jim spoke. “Slave, stand still and listen carefully. I know you think you have been a good slave this morning. I know you think Mistress Dora and I should be pleased with you. I know you think you made too big a deal over losing your cherry and you will get over it. And, I know you don’t care for eating Mistress Dora’s pussy. We both will always know what you are thinking. Your thoughts and actions are no longer your own. Now slave, follow Mistress Dora to the basement.”

“Yes, Master Jim.” Connie willingly took her Mistress’ hand when it was offered. She was led quietly down the steps.

Once in the basement, Connie was led to a room next to the one she had been in the previous night. This room was well lit and resemble the dungeons she had seen in medieval movies. There were chains and shackles hanging on the walls. Several different tables and other pieces of equipment were scattered around the room. None of which looked pleasant to the new slave.

She was led to a wall and secured facing the wall by the shackles there. Master Jim went to a nearby cabinet where he retrieved a paddle that was nearly three feet long and three inches wide. When he showed the paddle to his slave, she began sobbing.

“Now slave, to continue our conversation. You have behaved well for the most part. However, you have tried to escape and are in need of punishment. Should I wear your ass out with this paddle or select some other form of punishment?”

“Oh please, Master Jim. Please don’t beat me. I’ll be good. Je promets. I’ll do anything you want. Please Master Jim.” Connie had not been spanked in years. The thought of Master Jim using that paddle on her naked ass frightened her more than anything they had done to her thus far.

Master Jim seemed to relent. “Anything, slave? You’ll willingly do anything to avoid the paddle?”

Oh yes, Master Jim. I’ll do anything you or Mistress Dora want me to do. I promise to be good and do what I’m told. Just please don’t hit me with that thing.” Connie continued to beg as tears trickled down her cheeks.

With a wicked smile on his lips, Jim agreed. “Fine! Instead of getting the paddling you deserve, you will eat Mistress Dora until she cums. If at any time you fail to please Mistress Dora the paddling will begin immediately. Do you understand, slave?”

“Yes, Master Jim.”

In the mean time, while Master Jim had kept Connie’s attention, Mistress Dora had stripped and gone over to lay face up on a mat nearby. At her feet was a short, narrow sawhorse. The top rail was padded with a wide leather belt attached to each end. Each of the four legs had a heavy leather loop attached near the bottom.

Connie seemed to relax as Jim turned from her. She thought she had avoided her first paddling. All she had to do was eat Mistress Dora’s pussy. Eating pussy was not a pleasant thought to the teen. She thought it was wrong for a girl to do such a thing, but at least she knew she would not be beaten.

CRACK! Without warning, Master Jim had brought the paddle down on his slave’s ass with all his strength.

Connie howled in pain as her ass began to redden. With tears flowing down her cheeks, she sobbed. “What was that for? I said I’d lick Mistress Dora. Why did you hit me?”

As Jim released the teen slave from the wall’s restraints, he told her. “That was just a reminder not to argue with anything we tell you. You defied me by not willingly accepting your paddling for attempting to escape. You just had to argue, didn’t you? You are never to argue or question us again. I should paddle you anyway, but I am a man of my word. Do a good job of eating Mistress Dora’s pussy, and you won’t be paddled for attempting to escape. The next time either of us says you will be paddled, you are to simply say yes Master or Mistress. You will then bend over and present your bare ass for the paddle. Now, get your ass over there and kneel in front of that sawhorse.”

“Yes, Master Jim.” Still sobbing, Connie bowed her head and stepped over to the small sawhorse and kneeled.

Master Jim had her bend over the sawhorse and secured her waist to it with the leather straps. Her knees were secured to sawhorse’s legs with the leather loops forcing her legs to be widely spread. She was thus held in place bent over with her ass and pussy exposed to any attention Master Jim may wish to give them.

Connie supported her upper body with her outstretched arms. Her face was directly over Mistress Dora’s shaved pussy.

Master Jim gently patted and stroked her ass and ordered his slave. “Get busy and eat that pussy. Remember, do a good job of it or this cute little ass will feel the paddle. I won’t

Articles similaires

Anciens Playboy Playmates Partie 9 : Le vrai désir de Tiffanie_(1)

Note de l'auteur :  Il s'agit de la deuxième histoire de Tiffanie, une ancienne playmate fictive de playboy. Son premier est interracial. Vous n'êtes pas obligé de lire celui-là si vous ne le souhaitez pas, mais il suffit de dire que dans la partie 3 de cette série, Tiffanie a été témoin d'un acte incestueux chez elle impliquant sa sœur aînée Diane. Contrairement à Stéphanie (qui a également été témoin d'un acte similaire dans la partie 3), cela a gâché Tiffanie - la rendant même folle. Elle a fait de son mieux pour éviter ses désirs incestueux intérieurs, en les noyant avec le...

2.6K Des vues

Likes 0

La Fête_(14)

Partie 1 Jésus, nous allons encore être en retard, je me dis en m'asseyant sur le canapé du salon, la tête appuyée sur une main. C'était samedi, le soir de la fête de Doonsberg et il n'y avait pas moyen d'en sortir. Les voisins d'en bas nous avaient invités dans leur manoir il y a des mois. Des RSVP avaient été faites, des calendriers vérifiés et revérifiés, des appels téléphoniques passés. Bref, c'était chose faite. S'il y avait jamais eu une soirée pour faire la fête, c'était bien celle-là. La pleine lune de la veille de la fin de l'été regarde...

2.3K Des vues

Likes 2

De : Jeff bisexuel ? Règles pour commenter mes histoires !

Jeff bisexuel… Règles pour commenter mes histoires ! À en juger par les dizaines de milliers de fois où toutes mes histoires ont été lues, la plupart d'entre vous les ont appréciées. Certains ne l'ont pas fait et c'est bien aussi, je n'essaie pas de plaire à tout le monde, ou vraiment à personne, j'écris ce qui me trotte dans la tête parfois. Profitez-en, ne les profitez pas… entièrement à vous. Mais ne laissez PAS de commentaires merdiques sur quelqu'un que vous connaissez qui est mort du SIDA, s'il vous plaît, CE site n'est pas fait pour ça. Tout le monde...

1.4K Des vues

Likes 0

Je reçois une copie des photos

C'était un vendredi après-midi et j'avais fini tôt mon devoir dans la région de Boston. Je me suis dirigé vers l'aéroport pour voir si je pouvais prendre un vol plus tôt. J'ai déposé la voiture de location et pendant le trajet en bus vers le terminal, j'ai reçu le redoutable appel téléphonique de la compagnie aérienne. Mon vol a été annulé et j'ai dû me rendre au comptoir pour prendre d'autres dispositions. Normalement, ils m'ont simplement réservé sur le prochain vol disponible, donc cela ne sonnait pas bien. J'ai envoyé un texto à ma femme et lui ai dit que j'étais...

1.4K Des vues

Likes 0

Naples, Floride et Beech Mountain, N.C.

Naples, Floride et Beech Mountain N.C. Sandra et Debra étaient pleines de questions alors qu'elle orientait l'avion vers le sud. Je leur ai parlé du plan que Donna et moi avons mis en place et de la façon dont il s'est avéré. Ils étaient vraiment impressionnés que j'aie affronté Stanley et que je lui ai cassé le nez, la clavicule et quelques côtes. Debra m'a serrée dans ses bras et m'a embrassée plusieurs fois en signe de gratitude. Je pense qu'elle voulait en faire plus, mais Sandra l'a un peu refroidie. « Nous devons discuter de ce que vous deviendrez maintenant...

1.3K Des vues

Likes 0

Slut9 partie 22

CHAPITRE VINGT-DEUX Haut sur la vie Dimanche 23 décembre, Nuit Pendant les deux heures suivantes, la maison a été chaotique alors que Jennifer a entraîné tout le monde dans l'effort de nettoyer et de se préparer pour la fête. Dave et Emily ont été mis au travail pour épousseter, passer l'aspirateur et nettoyer le salon, Olivia et Hayley ont été recrutés comme assistants cuisiniers pour Jennifer alors qu'elle préparait autant de nourriture que possible pour la fête du lendemain. Megan a été envoyée dans sa chambre pour la nettoyer pendant que Molly balayait et nettoyait les planchers de bois franc du...

1.4K Des vues

Likes 0

LA SALOPE DU BOSS 1 : LA PROPOSITION_(1)

LA SALOPE DU BOSS - PARTIE I : LE DÉBUT CHAPITRE 1 : LA PROPOSITION Ça s'est passé comme ça s'est toujours passé. Mon smartphone a émis un bip discret. Je me suis détourné de l'écran de l'ordinateur sur mon bureau, j'ai réveillé mon téléphone et vérifié l'ID texte. Monsieur. Cela aurait pu être beaucoup plus. Cela aurait pu être M. Charles Woodburn, PDG et président du conseil d'administration. C'est qui était Monsieur. J'ai ouvert le texte pour trouver le message que je recevais souvent de lui. J'ai besoin de toi dans mon bureau. J'ai souri en me levant immédiatement et j'ai...

1.5K Des vues

Likes 1

La vie d'un Playboy Chapitre 5

CHAPITRE 5 Je me tenais dans le laboratoire, prêtant théoriquement attention aux moniteurs devant moi et faisant des calculs. Mais vraiment, je vérifiais subrepticement les différentes femmes entrant et sortant du bureau de Mme Robinson. L'annonce avait été diffusée dans tout le collège pour que des femmes volontaires participent à une étude biologique affectant la sexualité humaine. C'était une étude rémunérée, donc il y avait beaucoup plus de filles inscrites que de postes nécessaires, et Mme Robinson n'a pu sélectionner que les étudiantes les plus chaudes du campus. Plus les belles filles entraient et sortaient, portant des vêtements étriqués et exhibant...

1.3K Des vues

Likes 1

LISSA C. Chapitre 2, Joyeux anniversaire David

LISSA C. Chapitre 2, Joyeux anniversaire David La journée s'était mieux déroulée que ce à quoi je m'attendais. Retourner à la maison, avec Lissa au volant, m'a donné l'occasion de la voir très bien pendant qu'elle conduisait. Il n'y avait rien chez cette fille que je n'aimais pas. Ses beaux cheveux blonds, tourbillonnant au fur et à mesure que le vent soufflait sur le pare-brise, apportaient une certaine fraîcheur à toute la situation. Elle riait et rigolait à mes blagues stupides pendant que nous discutions, me faisant me sentir de plus en plus à l'aise avec elle. Mais ensuite, il y...

1.3K Des vues

Likes 1

Jack dans le casting

Jack dans le casting La lumière frappant à la porte a poussé Jack Benson à prendre une profonde inspiration, à serrer les dents et finalement à appeler. « Ouais, qui est là ? De derrière la porte fermée de la chambre, la voix basse de Kathy Collett s'éleva : « Jack, c'est Kathy. Puis-je entrer? Soupirant bruyamment, Jack répondit : « Ah ouais, je suppose. Viens avec Kathy. Je t'ai apporté un cadeau pour la Saint-Valentin. Elle commença alors qu'elle ouvrait la porte et valsait dans la pièce portant une boîte emballée, un bouquet de fleurs et une carte. Quand ses...

1.2K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.