En un clin d'œil

628Report
En un clin d'œil

.


En un clin d'œil.


Je m'assois sur le banc en attendant le bus, me sentant seul comme d'habitude. Je suis presque toujours entouré de gens, y compris d'amis et de famille, et j'ai le profond sentiment sans fin d'être seul sur ce morceau de rocher que nous appelons chez nous. J'ai écouté de nombreuses conversations sur l'existence possible d'extraterrestres, et laissez-moi vous dire qu'ils existent, mais peut-être pas sous la forme que vous pensez. Lorsque vous aurez terminé cette entrée, vous croirez que je ne suis pas humain, beaucoup m'appellent un animal ou un inhumain, mais je crois sincèrement que je suis une forme de vie extraterrestre, piégée sur cette planète, cherchant un moyen de passer le temps jusqu'à ce que, mon peuple vient pour moi.



Depuis que je me souviens, j’ai ri de ce dont les autres ont honte. Je ne connais pas cette émotion, que signifie avoir honte. Pourquoi devrais-je me sentir mal ou regretter quelque chose que j’ai fait ? C'est moi, si comme tant de gens le disent, DIEU nous crée tous à son image, c'est sûrement ainsi que DIEU est. Si DIEU nous a créés avec le libre arbitre, pourquoi devrions-nous avoir honte de toute décision que nous prenons. Si telle est la volonté de DIEU, alors je ne suis qu’un soldat qui suit les ordres. Colère, Humour, Peur, Fierté, ce sont des émotions que je peux aussi raconter. Alors, qu’est-ce que la HONTE ?


Je sais que beaucoup d’entre vous ressentent de la honte et de l’inquiétude chaque jour. Je ne pense pas que toutes les décisions que je prends soient les bonnes, Ai-je coupé la parole à cette personne, Étais-je impoli envers un collègue de travail, Aurais-je dû laisser mon enfant aller à cette fête, ces questions et bien d'autres encore avec lesquelles vous, les soi-disant gens normaux, vous débattez seule journée. Je vous invite dans un lieu de paix et de tranquillité totale, où aucune pensée, décision ou résultat n'est mauvais.

Je monte dans le bus et je suis fier de paraître modeste et inoffensif. Je mesure 5'11", 180, je suis instruit et beaucoup plus fort que je n'en ai l'air, mais j'ai des vêtements amples pour masquer ce fait. Je suis biracial et je pourrais passer pour Noir, Latino, Amérindien, Samoan et Hawaïen. En fait, on m'a demandé si j'étais tout cela. Je porte des lunettes, car j'ai constaté que personne ne soupçonne jamais de violence ou de comportement anormal de la part de personnes handicapées. Je croise mes camarades, jetant un coup d'œil rapide, en me dirigeant vers l'arrière du bus. Personne ne me remarque, j'aime le fait que je sois un loup déguisé en mouton.

L’humanité en tant qu’espèce n’aurait pas survécu si nous avions développé la capacité de lire dans les pensées. Les gens pensent toutes sortes de choses conneries, mais n’ont jamais le courage testiculaire d’agir ou même d’exprimer leurs pensées. Je suis un observateur des gens, un passe-temps utile, que j'ai perfectionné. Le type blanc avec le casque de sécurité, assis à l'avant du bus, qui plisse le nez comme s'il sentait quelque chose de funky, tandis que passe le jeune noir au jean tombant, raciste dans son placard. La femme qui détourne le regard, comme la jeune mère noire ou latino avec deux enfants de moins de 6 ans, pense qu'elle va bien, tandis que la mère passe. Toutes ces choses se produisent en un clin d’œil, peut-être sans même y penser consciemment, mais je remarque tout. Le jeune homme qui regarde une femme légèrement vêtue se dirige vers l'arrière du bus. Il ferme les yeux en l'imaginant nue et ce qu'il lui ferait s'il en avait l'occasion.

Je regarde le numéro 45 monter dans le bus et je paie son billet. Elle arbore la silhouette élancée mais musclée d'un athlète. Comme elle est petite, j'imagine le tennis ou le golf. Je remarque sa peau blanche comme le lys, ses cheveux blond foncé, ses longues jambes toniques, sa posture droite, son sac à main de créateur et ses chaussures. Elle a grandi dans un quartier aisé et a probablement fréquenté une école privée. Je vois une petite bague discrète, un collier de perles blanches presque parfait, une robe de couleur unie, et je pense à moi-même, parajuriste, assistant de direction ou enseignant. Elle porte une veste légère près d'elle, ce qui me dit qu'elle n'est pas consciente de sa beauté, qu'elle est timide et introspective. Elle n'a pas conscience que tous les yeux masculins la regardent alors qu'elle se dirige vers l'arrière du bus. Elle s'assoit et tire anxieusement le bas de sa robe, me regarde rapidement et se détourne tout aussi rapidement. Je remarque une étincelle dans ses yeux alors qu'elle regarde mes genoux et vois le roman posé là.

"Bonjour", dit-elle après une déglutition à peine perceptible.

"Salut", je réponds en lui donnant un rapide coup d'œil, qu'elle ne remarque pas.

Mon Dieu, nous sommes plutôt timides, n'est-ce pas, me dis-je en la regardant.

"Qu'est-ce que tu lis," demande-t-elle en hochant la tête vers le livre posé sur mes genoux.

« Le sac d'os de Stephen King », dis-je en regardant ses yeux vert émeraude.

«J'adore ce livre», dit-elle avec enthousiasme. «C'est l'un de mes préférés.»

J'ai trouvé quelque chose qui pourrait la sortir de sa coquille, je pense ensuite.

"C'est aussi l'un de mes favoris", je réponds en réévaluant ma première évaluation d'elle et en ajoutant bibliothécaire à la liste des professions, "J'aime la façon dont il a transformé une histoire de fantômes en roman d'amour."

"Oh, je sais", dit-elle avec un soupir, "j'aime la façon dont il a exprimé ce que son personnage ressentait à propos de la mort de sa femme et comment il y faisait face."

Certainement un rat de bibliothèque, n'a eu que quelques relations qui se sont probablement mal terminées, aime mieux la romance dans les livres que la vraie romance. En attendant que son prince charmant vienne la balayer.

"Je pense qu'il est peut-être actuellement le meilleur écrivain du monde."

« Il y a beaucoup de grands écrivains », dit-elle en levant ses lunettes et en me lançant un rapide coup d'œil. « Je ne fais pas ça souvent, mais je fais partie d'un club de lecture qui pourrait vous plaire. Nous nous rencontrons chez différentes personnes chaque semaine et discutons du livre de la semaine. Je rencontre si peu de personnes maintenant par jour qui lisent, je pensais juste... "

C'est presque trop facile, je me dis, est-elle vraiment si naïve.

"Ça a l'air génial," dis-je alors qu'elle commence à tâtonner avec ses mots, se mordant nerveusement la lèvre inférieure, "Quel livre lis-tu la semaine prochaine?"

"Nous lisons un autre livre de Stephen King, The Stand", elle penche la tête et détourne le regard modestement. "C'est un peu long, donc tu n'auras peut-être pas assez de temps pour le terminer."

"Je l'ai lu plusieurs fois", répondis-je en me déplaçant sur mon siège pour pouvoir mieux la voir, "C'est probablement mon livre King préféré de tous les temps."

"Eh bien, tu pourras venir", dit-elle en souriant et en rougissant légèrement.

"Voici ma carte", dis-je en sortant une carte qui montre que je suis un collectionneur de livres rares pour une maison de vente aux enchères bien connue, "Appelez-moi et dites-moi quand et où."

"Je le ferai", dit-elle en m'offrant un autre sourire blanc étincelant. « Nous nous rencontrons le mercredi soir, chez une autre personne. L'hôte fournit généralement du vin et du fromage, ou d'autres amuse-gueules, vous pouvez apporter quelque chose si vous le souhaitez.

"Je vais y réfléchir", dis-je en lui souriant.

« Voilà mon arrêt, » dit-elle en se levant rapidement, « je vous appellerai ce week-end pour vous donner l'adresse, un apport de sang frais est exactement ce dont notre petit groupe a besoin. En plus, ce serait bien d'avoir l'opinion d'un homme sur les choses, pour changer.

C'est trop facile, me dis-je encore une fois alors que je la regarde descendre les marches arrière du bus et se diriger apparemment vers un café au bout de la rue : « Je pourrais l'emmener ce soir si je le voulais vraiment, dit un côté de mon cerveau. . "Attends, sois patient, la poursuite est la moitié du plaisir", dit l'autre côté de mon cerveau.

Je descends du bus un pâté de maisons plus loin, d'où est descendu le numéro 45. Je me dirige vers le café, elle est apparue en direction et je la regarde entrer juste avant que j'arrive à la porte. Je m'approche derrière elle et l'entends commander un Earl Grey, avec de la crème légère. J'interviens et commande la même chose, et me mets rapidement derrière elle à la caisse.

« Celui-ci est pour moi », dis-je au caissier avec un clin d'œil.

"Oh non, c'est bon", dit quarante-cinq en fouillant dans son sac à main, "je vais payer moi-même."

"C'est le moins que je puisse faire", dis-je en tendant la main et en retirant doucement sa main de son sac à main, "Après une si belle invitation."

"Oh, c'est toi," dit-elle en me regardant en rougissant et en souriant à nouveau, "C'est bon, s'il te plaît, je peux payer…"

"Non, non, j'insiste," dis-je en levant la main et en l'embrassant, "je dois rembourser ma dame pour une si gracieuse invitation."

"Eh bien, monsieur, un geste si noble", dit-elle avec une petite révérence, "ne sera pas refusé."

Le caissier nous regarde comme si nous étions fous puis accepte ma carte. Après qu'elle l'ait glissé, nous nous dirigeons vers un coin devant le café, juste à côté de la fenêtre. Je m'incline et lui propose le siège près de la fenêtre, elle s'assoit puis me fait signe de la tête de m'asseoir. Je m'assois et prends une gorgée de mon thé et la regarde faire de même. J'attends qu'elle parle en premier.

"Vous êtes une très bonne surprise", dit-elle en sirotant à nouveau, "La plupart des gens ne sont plus capables de parler en vieil anglais."

«J'adore Shakespeare», dis-je en prenant une autre gorgée en la regardant par-dessus la tasse.

«J'aime la façon dont il a fait couler le langage», dit-elle en fermant les yeux avec un soupir.

"L'une de mes plus grandes découvertes a été un ensemble complet d'œuvres de Shakespeare."

"Oh, je ne sais pas comment tu as abandonné ça." dit-elle en frémissant, "je les aurais gardés pour moi."

"C'était un peu hors de ma fourchette de prix", dis-je en riant, "j'aurais adoré, mais je n'ai jamais pu me le permettre."

"Je vois ce que tu veux dire, mon salaire paie à peine mes factures", dit-elle en riant légèrement.

"Vous connaissez mon métier, ma chère dame, puis-je savoir ce que vous faites dans la vie."

"Je suis scribe, cher monsieur", répond-elle rapidement en changeant de réponse, "je veux dire, je suis bibliothécaire."

"Ça doit être un travail intéressant", dis-je délibérément en la regardant pour la voir rougir à nouveau, "Tous ces vieux tomes sur lesquels verser. On ne pourrait jamais connaître toutes les premières éditions que j'ai lues avant de les remettre à la maison de ventes.

«J'imagine», répond-elle rêveuse, «j'adore entrer dans la section réservée et sentir le vieux papier bruisser sous mes doigts. Qu'est-ce que ça fait de trouver ces livres rares pour les autres et de ne pas pouvoir en avoir un ou deux pour soi ?

«J'ai quelques premières éditions dédicacées. Ce sont pour la plupart des auteurs contemporains, mais… » dis-je en lui faisant un clin d'œil nonchalant.

"J'adorerais voir votre collection", dit-elle avec enthousiasme, puis elle rougit de sa propre audace.

"Je t'en apporterai un la semaine prochaine", dis-je en riant sachant que je lui vole le cœur, "Tu pourras le voir après avoir discuté de The Stand."

"Le groupe adorerait ça", dit-elle en baissant la tête et en cachant ses yeux. "Ils seront étonnés d'avoir quelqu'un avec votre expertise impliqué dans le groupe."

"N'hésitez pas et appelez-moi", dis-je en me levant en me préparant à partir, "j'ai vraiment hâte de discuter du livre avec vous tous."

«Je t'appellerai demain ou dimanche», dit-elle, «je pense que le groupe va t'adorer.»

"Ça fait plaisir à entendre. J'aime les discussions animées sur presque tous les sujets, cela me permet d'utiliser mes compétences en équipe de débat, dis-je en ramassant ma tasse et en me tournant vers l'entrée.

"Je sais ce que tu veux dire", répond-elle avec un autre rire, "Je choisis parfois une position opposée, juste pour argumenter."

"Cela ne me surprend pas", dis-je avec un clin d'œil juste avant de sortir, "au fait, puis-je vous demander votre nom."

«Je m'appelle Joan», répond-elle, «Joan Stipkovitcz, et le vôtre, bon monsieur?»

"Terrance" je réponds en lui prenant la main et en l'embrassant à nouveau, "J'ai hâte d'avoir de tes nouvelles, Joan."

Je sors et me tiens près de la fenêtre pendant un moment, et je la regarde se faire un léger câlin. Je sais qu'elle m'appellera demain, sinon ce soir. J'ai choisi une autre victime en un clin d'œil. Je descends la rue et j'appelle un taxi. Je dis au chauffeur de taxi où je vais, puis je me penche en arrière dans le taxi et ferme les yeux.

Si douce et innocente que je pense en l'imaginant dans mon esprit. Ça va être amusant, je l'ai déjà accrochée. Cela m’étonne parfois de voir à quel point les gens sont naïfs et confiants. J'imagine Joan allongée sur le lit, tremblante sous ma douce caresse, la chair de poule recouvrant sa peau pâle.

J'arrive à ma résidence sans me rendre compte à quel point je rêvasse. Je m'assois devant l'ordinateur et fais quelques recherches sur mon nouvel ami. Internet est une chose étonnante, avec lui presque plus rien n'est privé, tout est au bout des doigts, une fois que l'on sait où chercher. Après seulement cinq minutes, j'ai une photo, une adresse, un numéro de téléphone et une cote de crédit. Je savais qu'elle n'avait aucun casier judiciaire, sa famille vivait à 2 600 milles de là, à l'autre bout du pays. Je savais qu'elle était diplômée avec distinction d'une petite université d'arts libéraux à quelques pâtés de maisons de son adresse. Je connaissais son salaire, je savais qu'elle était allée à Cancun l'année dernière en vacances. Je savais qu'elle avait un chat Sphinx grâce aux photos de sa page Facebook. Que dois-je savoir de plus ? Sa vie entière est exposée devant moi.

J'entre dans la cuisine, me verse un verre de vin et le bois pendant que je prépare le dîner. Au moment où je m'assois pour dîner, le téléphone sonne, je laisse la machine répondre, sachant déjà de qui il s'agit.

"Euh, c'est Joan, je ne suis pas sûre que tu t'en souviennes mais nous nous sommes rencontrés dans le bus plus tôt dans la journée", dit-elle au téléphone, "Je t'appelais juste, pour euh..."

"Bonjour Joan", dis-je en décrochant le combiné, sachant qu'elle est sur le point de raccrocher, "J'attendais que tu appelles, je viens de m'asseoir pour dîner."

«Je suis vraiment désolée, je peux vous rappeler, je ne voulais pas vous interrompre», bégaie-t-elle.

"Pas de soucis, vous n'interrompez rien d'important, s'il vous plaît dites-moi où nous nous rencontrons cette semaine."

"Nous nous rencontrons à l'appartement de mon amie Monica cette semaine", dit doucement Joan, presque comme si elle s'attendait à ce que je lui crie dessus, "Je peux vous donner des directions."

"Alors ok."

"Elle habite sur Milan Ave. L'adresse est 1315, appartement 4 D, j'espère que vous viendrez", dit-elle presque en suppliant, "je pense vraiment que vous apprécierez."

"À quelle heure vous rencontrez-vous habituellement", je demande.

«Nous nous retrouvons vers sept heures trente.»

"Je serai là, avec les cloches allumées", dis-je en attendant ce que je sais qui va suivre.

"Je n'arrive pas à croire que je fais ça", dit-elle timidement, "Mais je me demandais si vous aimeriez vous retrouver pour dîner demain soir, je suis sûre que vous avez des projets, mais j'ai pensé que j'y réfléchirais. essayer."

"En fait, je suis libre demain soir," dis-je en riant dans ma tête, "j'adorerais te voir. Pourquoi ne viens-tu pas dans mon appartement et nous pourrons préparer le dîner ensemble.

"Oh, tu ne voudrais pas ça," répond Joan en riant, "Je suis une horrible cuisinière."

"Je suis sûr que tu n'es horrible en rien", dis-je en l'imaginant se couvrir la bouche alors qu'elle rit à nouveau.

"Non vraiment, je ne suis pas très doué en cuisine, d'habitude je commande juste à l'extérieur."

"Eh bien, c'est une situation à laquelle nous devrons remédier, n'est-ce pas," dis-je en riant avec elle, "Votre premier cours commencera demain soir à sept heures."

"Eh bien, je te connais à peine, mais tu as l'air si gentil", dit-elle rêveusement, "Ça te dérange si j'amène un ami avec moi, juste pour être en sécurité ?"

"Vous pouvez apporter ce que vous voulez, pour que vous soyez plus à l'aise", dis-je sachant que ce n'est qu'un bluff.

"OK, alors nous serons là à sept heures", dit Joan, "Puis-je apporter quelque chose avec moi ?"

"Juste toi, ton ami et deux paires de mains secourables", dis-je.

"OK, à demain alors Terrance", dit Joan en raccrochant le téléphone.

Je retourne dîner et l'imagine secouer la tête avec incrédulité, à cause de son propre nerf. J'adore les timides et les plus calmes, ils sont généralement les meilleurs au lit. Plus ils sont calmes dans la vie, plus ils sont sauvages au lit. En règle générale, avez-vous trouvé que cela est vrai ? Je termine le dîner et me rends au supermarché pour acheter les articles que nous allons cuisiner. Une fois cela fait, je m'arrête et achète quelques bouteilles de vin dans la cave privée à proximité.


En m'endormant, je le fais avec le sourire, en pensant au nouveau jouet que j'acquérirai demain et que j'ajouterai à ma collection. Je m'endors avec ma facilité habituelle, le fait de ne pas avoir de conscience facilite l'endormissement. Je me réveille le matin et m'assois pour prendre un petit-déjeuner, un bagel et du thé chaud. Ensuite, je pars courir. J'adore courir et sentir le vent souffler sur mon corps, presque comme si je m'envolais, c'est aussi pourquoi je possède un vélo OCC. Après avoir bien transpiré pendant la course, j'ai frappé les poids. Soulever est un excellent moyen de se rafraîchir après une course, d'autant plus que je soulève rarement du volume. Répétitions élevées, faible poids, idéal pour la définition. Je termine ma routine quotidienne par un peu de travail sur les abdominaux et me dirige vers la douche.

Je caresse ma bite en imaginant mon nouveau jouet, avec lequel je pourrai jouer plus tard. Imaginer ce que je vais faire avec et sans sa permission. Je finis moi-même puis ma douche. Je suis assis dans la maison, regardant distraitement le football universitaire et me préparant mentalement pour les festivités de ce soir. Je prépare la chambre et mes outils. Je m'habille rapidement vers 6h45 en enfilant une jolie chemise boutonnée bleu clair et une paire de jeans bleus moulants qui mettent assez bien en valeur mon paquet. Je m'enduit le cou et les poignets avec l'eau de Cologne Aqua Digio et je suis en train de configurer ma liste de lecture IPOD lorsque j'entends frapper à la porte. J'allume la cheminée et me regarde dans le miroir en passant devant pour ouvrir la porte. Je vois immédiatement que j'avais raison à propos de son bluff, alors que j'ouvre la porte et la vois debout, toute seule. Elle est à couper le souffle dans une paire de jeans bleus moulants et un pull blanc moulant qui montre ses petits seins gaies. Elle tient son exemplaire du Stand dans une main et une bouteille de vin sans prétention dans l'autre.

"Je sais que tu m'as dit de ne rien apporter", dit-elle en mettant distraitement ses cheveux derrière son oreille, "Mais je déteste venir chez qui que ce soit les mains vides."

"C'est bon," dis-je en lui prenant la bouteille et en m'écartant pour la laisser entrer, "Je vais l'éteindre pour respirer, pourquoi ne prends-tu pas de la musique de mon IPOD sur le manteau là-bas."

"OH. Voyons ce que vous avez », dit-elle assez fort pour que je l'entende alors que j'entre dans la cuisine.

Je place sa bouteille de vin sur le comptoir puis verse deux verres de la bouteille que j'avais ouverte plus tôt. J'entends Nina Simone passer dans les haut-parleurs alors que je reviens avec le vin.

"Votre sélection est éclectique", dit Joan en me voyant entrer dans la pièce, "J'ai aussi toujours aimé un feu crépitant, il semble être un être vivant."

"C'est parti Joan", dis-je en lui offrant un des verres.

"Merci", dit-elle immédiatement en prenant une gorgée, "MMM très bien."

«Je dois admettre que je suis aussi un peu connaisseur de vin», dis-je juste avant de prendre une gorgée.

"Eh bien, vous devez connaître vos vins aussi bien que vos livres rares, si ceci", dit Joan en intitulant son verre vers moi, "est une indication de vos connaissances."

"Pourquoi merci beaucoup," dis-je en la regardant vider son verre, "Voudrais-tu un autre verre ?"

"Oui, beaucoup", dit Joan en hochant la tête.

"Je reviens tout de suite", dis-je en la regardant étouffer un petit rot avec sa main, puis lui faire un clin d'œil "N'allez nulle part."

"Je serai ici à t'attendre." Joan dit qu'elle recommence à parcourir l'IPOD.

"Dois-je la baiser avant ou après le dîner", me demande-je en entrant dans la cuisine. "Laisse-la décider", dit ma voix logique, "Elle est sur le point de commencer maintenant, elle est toute nerveuse et nerveuse, je parie qu'après avoir fini ce deuxième verre de vin, elle sera partout autour de toi." J'entends un « The Walkin Blues » de Robert Johnson jaillir des haut-parleurs alors que je franchis les portes. Elle se tient près du manteau, frémissant devant le feu,
un aspect lisse et sensuel.

"Je suis désolée de ne pas t'avoir vu là-bas", dit Joan en se couvrant la bouche d'un rire nerveux.

"C'est bon, j'aime voir les gens apprécier leur musique", répondis-je en lui tendant son deuxième verre de vin.

"Vous avez beaucoup de goût en musique, peu de gens de notre âge apprécient ce type de musique."

"Beaucoup de gens passent à côté de bonnes choses, que ce soit la musique, les livres, la nourriture, parce qu'ils ont peur d'essayer quelque chose de différent", dis-je avant de finir mon vin.

"Alors qu'avais-tu en tête pour le dîner ce soir", demande Joan.

«Je pensais faire du parmesan de veau, mais utiliser du chevreuil à la place du veau, des pommes de terre rouges du troupeau italien rôties et peut-être une souris au chocolat pour le dessert, qu'est-ce que ça vous dit», je demande en attendant de voir si elle rechigne devant le chevreuil.

« Qu'est-ce que la venaison ? »

"La venaison est de la viande de cerf, très savoureuse et très saine pour vous", dis-je alors qu'elle termine son vin, "elle est beaucoup plus maigre que le bœuf ou le porc et a un goût exquis, l'avez-vous déjà essayé ?"

"Non, je ne l'ai jamais essayé auparavant", répond Joan en le secouant de cette manière mignonne, "J'ai entendu dire qu'il avait un goût différent, je suis prêt à l'essayer cependant. Je suis tout à fait d’accord avec ce que vous dites à propos des gens qui passent à côté de leur peur de l’inconnu.

"Eh bien, j'ai fait mariner la viande dans le vin que nous buvons maintenant, cela prendra soin de la saveur de gibier."

"Puis-je utiliser vos toilettes." demande-t-elle en se levant.

"Descendez le couloir et c'est la première porte à gauche," dis-je en faisant signe à mes directions, "rejoins-moi dans la cuisine quand tu auras fini."

J'entre dans la cuisine alors qu'elle se dirige vers la salle de bain. Je pose tout ce dont nous avons besoin sur le comptoir et verse deux autres verres de vin en attendant qu'elle revienne de la salle de bain. Une fois qu'elle arrive en cuisine, nous commençons à préparer le dîner, tout en sirotant notre vin. Je peux dire qu'elle commence à se détendre un peu, puisqu'elle a retiré son pull pour révéler un débardeur en soie sans manches. Nous poursuivons la conversation normale du premier rendez-vous pendant que nous préparons le dîner. Où as-tu grandi, comment étaient tes parents, premier baiser, premier petit-ami/petite-amie, le tout pendant qu'un flux constant de jazz et de blues flottait depuis l'autre pièce.
Elle commence à se sentir ivre alors que nous nous dirigeons vers le foyer pour prendre notre repas et a à peine touché son dernier verre de vin. Nous passons aux questions plus intimes, entre deux bouchées de nourriture, et je vois dans ses yeux qu'elle tombe amoureuse de moi. Juste au moment où nous terminons notre repas, Unforgiven d'Apocolyptica passe dans les haut-parleurs.

"C'est l'une des chansons les plus émouvantes que j'ai jamais entendues", dit-elle en se levant en tremblant et en recommençant à danser lentement.

Je me lève et m'incline, puis je lui prends la main tandis que nous nous déplaçons lentement dans le salon en évitant soigneusement la porcelaine éparpillée devant la cheminée. Je peux la sentir fondre dans mes bras alors que mes bras l'entourent, elle se serre très fort contre moi, sa tête s'installant parfaitement sur mon épaule. Elle me regarde dans les yeux alors que la chanson se termine et nous restons là dans une étreinte chaleureuse, je vois quelques larmes couler sur sa joue depuis ses cils inférieurs.

"Qu'est-ce qui ne va pas," je demande en resserrant légèrement ma prise.

"Oh, je suis désolée, c'est juste le vin et la chanson, c'est juste moi qui suis idiote", dit-elle en s'éloignant légèrement.

"Ne t'excuse pas, il n'y a rien à regretter", dis-je en lui caressant légèrement l'arrière de la tête.

"Tu me fais me sentir en sécurité et au chaud et, et,..." marmonne-t-elle avant de m'embrasser profondément.

Je ne suis pas surpris, mais je suis un peu surpris par la férocité de son baiser. Cela semble durer une éternité alors que nous nous séparons tous les deux en même temps, haletant pour reprendre notre souffle. Elle me regarde puis nous replongeons pour un autre baiser. Alors que nous nous séparons cette fois, "Feelin Good" de Nina Simone arrive. Nous recommençons à danser, lentement, plus comme du sexe avec nos vêtements.

"Prends-moi, je suis à toi, fais ce que tu veux", me murmure-t-elle à l'oreille puis mordille le lobe.

Je la prends dans mes bras, la laissant sentir ma force, et la porte jusqu'à la chambre, pendant qu'elle mordille le lobe de mon oreille et le long de mon cou. Je l'allonge sur le lit, puis je la rejoins. Nous nous caressons le visage et les cheveux pendant que nous nous allongeons dans le lit en nous embrassant. Nos langues et nos doigts commencent à chercher en même temps. Au début, nous nous frottons tendrement, puis ses doigts tâtonnent sur les boutons de ma chemise. Joan glisse ses mains à l'intérieur de la chemise et gratte légèrement ses ongles le long de mes côtés, me faisant picoter. J'attrape son poignet et retire sa main, puis glisse mes mains sous sa chemise, trouvant ses petits seins parfaitement formés et sentant ses mamelons prendre vie alors que je les frotte légèrement du bout des doigts. Elle gémit très doucement, son souffle me chatouillant l'oreille, qu'elle a recommencé à grignoter. Je tire sa chemise sur sa tête alors qu'elle lève ses bras au-dessus de sa tête, glisse sa bouche vers ma poitrine et m'embrasse doucement sur tout le haut de mon torse ciselé.

"Je ne savais pas que tu étais si bien défini", dit Joan entre deux bisous.

"J'aime rester en forme", je réponds en tâtonnant avec son jean.

"Tellement tonique mais sensible", dit Joan en passant ses mains de haut en bas sur mon côté en me regardant frissonner.

J'ouvre son jean et je l'enlève, tandis que ses mains se tendent vers le haut de mon jean et qu'elle commence à travailler ma fermeture éclair. Je peux me sentir bombé contre la fermeture éclair, sachant qu'elle sera ravie une fois qu'elle aura enlevé mon pantalon. Elle enlève mon jean au moment où je trouve son clitoris palpitant, Joan gémit alors qu'elle lutte pour enlever mon jean. Mon jean glisse alors que je commence à travailler son clitoris en cercle, d'abord lentement et doucement, puis en prenant de la vitesse et de la force au fur et à mesure. Elle attrape mon manche, le caressant doucement entre ses deux paumes, alors qu'elle se tord et se tord sous mon contact. Elle se frotte plus vite, puis attrape mon visage et m'embrasse, sa langue cherchant désespérément la mienne. Je passe doucement mon doigt vers le bas et vers l'arrière pour ouvrir sa fente, en m'arrêtant au niveau du clitoris et en le travaillant, jusqu'à ce que je pense qu'elle est prête à trop jouir et à recommencer à travailler ses lèvres. Elle se glisse en dessous pour que nous soyons dans une position soixante-neuf et commence à me lécher la tête et la tige. J'enfonce mon visage dans son entrejambe et je sens la chair de poule éclater sur son dos et ses fesses alors que je me tire vers elle, et commence à lui lécher les lèvres et le clitoris.

Ne t'arrête pas, ne t'arrête pas », dit-elle entre deux coups de langue puis étouffe un gémissement en avalant la moitié de ma bite d'un seul coup.

Je plonge deux doigts dans son ouverture rose tendre. Elle resserre son emprise sur moi en montant et descendant rapidement comme si elle essayait d'inspirer sur toute la longueur. Je sais que j'ai trouvé son point G quand elle commence à fredonner avec moi dans sa bouche. Je frotte grossièrement son endroit parfait, tout en suçant et en rongeant doucement son clitoris. Elle me sort de sa bouche, suce une dernière fois la tête et je peux alors sentir ses muscles se contracter autour de mes doigts à l'intérieur d'elle.

"Oui, oui, Oh DIEU OUI", crie-t-elle alors que je la sens jouir sur mes doigts.

Elle se retourne immédiatement sur le lit, retire mes doigts de l'intérieur d'elle et les met dans sa bouche. Je me lève, attrape ses jambes, ramène sa chatte vers mon visage et enfonce ma langue dans son vagin encore convulsif. Elle a un goût exquis, elle attire mon visage vers elle avec deux poignées de cheveux et commence à frotter ses hanches contre moi. Elle frotte son clitoris pendant que je la sonde avec ma langue et la sens jouir à nouveau, alors que je la regarde presque faire une tête debout sur le lit, lui cambrant le dos. Alors que je m'éloigne, elle s'assoit rapidement, m'embrasse à nouveau et nous partageons son jus. Elle enroule ses jambes autour de ma taille pendant que nous nous embrassons et nous embrassons, puis nous tournons d'une manière ou d'une autre pour que nous atterrissions sur le lit avec elle sur moi.

"À mon tour", dit-elle en me pinçant les tétons.

J'ouvre la bouche dans un O de surprise alors qu'elle commence à frotter sa chatte dégoulinante de haut en bas sur toute ma longueur, me ramenant à ma taille maximale. Je la sens descendre et me placer à l'intérieur ici et se déplacer immédiatement vers le haut et redescendre. Alors qu'elle remonte, elle me saisit, comme un gant bien ajusté, puis s'empale sur ma bite. Je sens ce petit coup sur le bout de ma bite, alors que je touche le fond à chaque fois qu'elle glisse sur toute ma longueur.

"Tu es accroché comme un cheval", dit Joan en cambrant le dos et en glissant de plus en plus vite, "Tu peux atteindre cet endroit toute la nuit."

Nous commençons tous les deux à transpirer et je ferme les yeux et me concentre pour essayer de durer le plus longtemps possible. Elle me gratte la poitrine avec ses ongles, bouge ses mains pour couvrir les miennes et nous nous tenons la main, alors que nous poussons tous les deux des cris alors que nous jouissons à l'unisson. La pression sur mes mains se renforce et ses cris se transforment en un hurlement guttural de loup. J'ouvre les yeux et vois un loup-garou à part entière à califourchon sur moi.

« J'ai apprécié ce plaisir immensément humain, bien plus que ce que la plupart d'entre vous peuvent me donner », dit-elle en me regardant lutter sous sa poigne de fer. « J'ai toujours aimé chasser un chasseur. L'odeur de la mort et de la ruine flotte autour de vous, dans une puanteur trouble. Combien en as-tu pris avant moi ?

"Tu devais être le numéro quarante-cinq", dis-je en haletant, luttant pour me libérer.

"C'est un nombre impressionnant pour une personne aussi jeune", dit-elle en passant sa langue autour de son museau, "Hélas, mais ton temps est terminé."

"Attends, attends", je crie alors que j'essaie de la soulever avec une puissante poussée finale et j'échoue.

Je sens la morsure de ses dents alors qu'elle pénètre dans ma chair et retire sauvagement la chair et les tendons déchirants avec ses dents en forme de couteau. Je sens le sang jaillir de mes vaisseaux blessés et la dernière chose qui me vient à l'esprit est "N'est-ce pas drôle comme la vie peut changer en un clin d'œil ?"

Articles similaires

Vendredi_(1)

Le vendredi s'est déroulé et je ne savais pas comment j'allais m'y prendre. Avec chaque dossier sur mon bureau, je devais me demander si j'essayais de revoir Sara ou si cela en valait la peine et si je devais compenser la différence en essayant de passer par le bar de Lisa sur le chemin du retour. Poursuivre deux lapins signifiait que je perdrais les deux, pourchasser aucun des deux signifiait également perdre les deux, alors je devais penser à quelque chose. J'ai abandonné. Je suis rentré chez moi, seul, à l'heure. --- Sara s'est arrêtée dans un bar miteux non loin...

1.3K Des vues

Likes 0

Appelez-moi Joanna

Appelez-moi Joanna Tout s'est passé il y a si longtemps maintenant qu'il semble non seulement avoir été dans un endroit différent à un moment différent, mais si différent comme s'il n'avait presque jamais existé. Mais il l'a fait. Tout s'est passé dans le sud rural de l'Angleterre à cette époque merveilleuse après la fin de la guerre (pour nous, la guerre signifiait et signifie toujours la Seconde Guerre mondiale), dans la lueur dorée de l'empire, avant que des réalités désagréables ne s'immiscent et ne poussent le monde. nous avions connu dans une forme nouvelle et inconnue. Les révolutions des années soixante...

937 Des vues

Likes 0

De : Jeff bisexuel ? Règles pour commenter mes histoires !

Jeff bisexuel… Règles pour commenter mes histoires ! À en juger par les dizaines de milliers de fois où toutes mes histoires ont été lues, la plupart d'entre vous les ont appréciées. Certains ne l'ont pas fait et c'est bien aussi, je n'essaie pas de plaire à tout le monde, ou vraiment à personne, j'écris ce qui me trotte dans la tête parfois. Profitez-en, ne les profitez pas… entièrement à vous. Mais ne laissez PAS de commentaires merdiques sur quelqu'un que vous connaissez qui est mort du SIDA, s'il vous plaît, CE site n'est pas fait pour ça. Tout le monde...

1.5K Des vues

Likes 0

La baby-sitter partie 2

Tous les événements de cette histoire sont fictifs et toutes les personnes de cette histoire ont plus de 18 ans. Toute similitude avec des personnes ou des événements de cette histoire est purement fortuite. et doit être considéré comme tel, profitez-en. La baby-sitter partie 2 J'ai attendu quelques minutes jusqu'à ce que la cuisine semble calme, puis j'ai passé la tête par le coin de la cuisine, Darcy était assise sur les genoux de maman, se blottissant contre elle, maman m'a tendu un bras alors je me suis approché et me suis tenu à côté d'elle. Alors qu'elle nous faisait tous...

581 Des vues

Likes 0

Porte pour chien

Porte pour chien Imaginez ma surprise lorsque je lavais la vaisselle de mon petit-déjeuner et que j'ai vu un petit enfant ramper par la porte de mon chien. La porte était pour mon chien Skippy. Elle était décédée il y a un an avec ma mère et mon père dans un accident de voiture. Skippy avait alors treize ans en années humaines et elle adorait rouler en voiture. J'étais à l'université quand c'est arrivé. Maintenant, presque un an plus tard, ils me manquaient toujours tous. L'enfant semblait avoir du mal à mettre ses genoux sur la planche en bas, alors je...

576 Des vues

Likes 0

Impie et infidèle:2 Ch 1

Des tasses en verre remplies d'eau du diable claquaient ensemble, remplies de jolies femmes et filles légèrement vêtues avec des sourires de promesse sur leurs visages. Les officiers de la Coalition dans le bar ont applaudi, des tasses levées pour célébrer leur victoire à Ridgehill sur les forces Inimi un mois auparavant. Dans le bordel maintenant bondé, Axel était assis avec sa propre tasse pleine d'eau du diable, ruminant les événements depuis qu'il avait été convoqué dans ce monde. Presque depuis le début, lui et son meilleur ami Rayner avaient été impliqués dans des conflits, combattant des gobelins, des soldats Inimi...

1.7K Des vues

Likes 0

Avril - Partie II

Merci à tous pour les bons commentaires et les évaluations généralement positives. Je m'excuse que la partie 2 ait pris si longtemps, mais je voulais m'assurer qu'elle était aussi bonne que possible avant de la publier. J'espère que vous apprécierez cette partie, et recherchez une partie 3 dans les semaines à venir. Veuillez continuer à noter et à commenter, et si vous n'aimez pas les éléments de mon récit, veuillez me faire savoir dans les commentaires comment vous pensez que je pourrais m'améliorer. Rob et April étaient allongés dans le lit d'April, perdus dans leurs propres pensées post-coïtales. Ils s'étaient assurés...

1.3K Des vues

Likes 0

Le Dieu et la fille

Ma respiration était lourde, mes jambes fatiguées. Fatigué de toutes ces courses. Depuis combien de temps avais-je couru ? Vingt minutes? Une heure? Mes pas tombaient rapidement, faisant un bruit de craquement sur les feuilles et les bâtons sous mes pieds. Je n'étais pas sûr d'où j'étais à ce stade. Ces bois ne m'étaient pas familiers et les cris forts de mes assaillants se rapprochaient. Ne la laisse pas s'enfuir ! J'ai entendu un cri au loin. Dans quoi m’étais-je embarqué cette fois-ci ? Tout ce que je voulais, c'était voler quelques objets dans le temple des Blood Clans afin d'avoir...

649 Des vues

Likes 0

La Fête_(14)

Partie 1 Jésus, nous allons encore être en retard, je me dis en m'asseyant sur le canapé du salon, la tête appuyée sur une main. C'était samedi, le soir de la fête de Doonsberg et il n'y avait pas moyen d'en sortir. Les voisins d'en bas nous avaient invités dans leur manoir il y a des mois. Des RSVP avaient été faites, des calendriers vérifiés et revérifiés, des appels téléphoniques passés. Bref, c'était chose faite. S'il y avait jamais eu une soirée pour faire la fête, c'était bien celle-là. La pleine lune de la veille de la fin de l'été regarde...

2.4K Des vues

Likes 2

Esclave d'un jour partie 3

Liz regarde Chris pour obtenir des instructions, et il sourit à son obéissance. Il se délecte de voir sa femme abandonner le contrôle et elle pourrait presque se donner des coups de pied pour avoir cédé sans même y penser. Est-ce qu'elle commence vraiment à aimer laisser le contrôle à son mari ? Allez répondre à la porte et envoyez mes amis au salon, je vais mettre le jeu en marche. Commande Chris. Liz se dirige vers la porte et lorsqu'elle l'ouvre, elle sent le vibromasseur émettre un faible bourdonnement dans sa chatte. Elle se tourne pour regarder Chris mais il...

2.2K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.