Ma femme est une salope

342Report
Ma femme est une salope

Ma femme est une salope

Se taquiner a toujours fait partie des discussions sur l'oreiller pour ma femme et moi. Sarah a toujours aimé les propos grossiers et cela ne me dérange pas de l'obliger. Récemment, elle a découvert à quel point j'aime quand elle parle des autres hommes. Je suis jaloux mais j'aime écouter sa voix pendant que nous nous faisons plaisir. Rien de plus sexy que son contact visuel pendant qu'elle me caresse la bite et me parle d'un mec qu'elle baisait jusqu'à ce que je n'en puisse plus et la jette sur son dos pour que je puisse la ravager. Ou parfois, je l'écoute me raconter un rêve humide qu'elle a fait pendant que je mange sa douce chatte jusqu'à ce qu'elle jouisse sur mon visage.

Même si Sarah avait été avec son lot d'hommes, je n'avais jamais vraiment pensé qu'elle était une salope, pas vraiment en tout cas. Je l'ai juste appelée comme ça parce qu'elle semblait tellement apprécier ça pendant que nous baisions et que tout ce qui la rendait plus chaude me convenait. Un jour, elle m'a raconté sa première fois avec son premier petit ami. J'étais en elle à ce moment-là et j'ai à peine réussi à atteindre la fin sans jouir. Cela me rend encore difficile chaque fois que j'y pense, probablement parce que c'est une histoire vraie et qu'elle est arrivée à ma femme. Elle a fait tout ce que j'écris ici pour que vous puissiez le lire du mieux que je m'en souvienne.

Elle était au lycée à l'époque, âgée de quatorze ou quinze ans et elle sortait avec un gars qui avait environ dix-huit ans et qui venait tout juste d'obtenir son diplôme. Sarah faisait partie de ces filles qui étaient plus sexy qu'elle ne le pensait et qui sortaient avec un gars qui était clairement en dessous d'elle, même si elle ne le savait pas à l'époque. Elle mesurait 5'9", mince, peau pâle, yeux verts et longs cheveux noirs. Elle avait un long nez mince et un petit sourire mignon. Ses seins étaient une très petite poignée et elle avait de belles fesses mais n'avait pas développé les grosses hanches pourtant que j'adore maintenant.

Son petit ami Gary, qui était l'abréviation de Garfield (je ne plaisante pas), était un enfant maigre et honnêtement laid. Nous nous connaissions au lycée mais nous ne sortions pas ensemble. Gary était odieux et arrogant et assez antipathique pour la plupart des gens. Et même si Sarah disait que cela venait de sa faible estime de soi (quelque chose qu'ils avaient en commun à l'époque), cela n'avait pas vraiment d'importance, il était pour la plupart un sale type.

Ils ne se voyaient que depuis environ deux ou trois semaines alors qu'elle était en neuvième année et Sarah a commencé à aller chez lui après l'école pour passer du temps avant que sa mère ne rentre à la maison vers sept heures. Cela leur donnait près de quatre heures pour avoir des ennuis ensemble chaque jour. Elle m'a dit que personne ne lui avait vraiment donné l'heure de la journée avant l'arrivée de Gary et qu'elle aimait vraiment l'attention qu'il lui accordait. Alors ils regardaient la télévision, s'embrassaient et s'amusaient un peu et leurs séances de baiser devenaient de plus en plus longues.

Gary était tout le temps très excité et essayait toujours de la faire aller plus loin et c'était toujours Sarah qui l'arrêtait. Au début, c'était un baiser et la minute suivante, ils s'embrassaient chaudement et lourdement. Quelques jours plus tard, il avait la main sous sa chemise et essayait de descendre son pantalon. Une fois, elle le laissait retirer sa chemise, embrasser sa poitrine et sucer ses tétons, quelque chose qu'elle m'a dit qu'elle appréciait énormément.

Après deux semaines de baise sèche après l'école, Gary a fait des projets avec Sarah, l'invitant à sécher l'école pour la journée et à passer du temps avec lui. Ils ont marché aussi vite qu'ils ont pu jusqu'à sa maison, excités de savoir qu'ils avaient passé toute la journée seuls ensemble et Sarah a dit qu'elle se sentait vilaine et adulte et savait que ce serait un jour où elle irait plus loin que jamais auparavant. Elle n'avait pas l'intention d'aller jusqu'au bout avec lui, mais elle savait qu'elle allait faire quelque chose de plus.

En franchissant la porte, ils jettent son sac à dos par terre et Gary est partout sur elle. Ils s'embrassent passionnément et se dirigent vers le canapé qu'ils connaissent si bien. Ses mains descendirent à l'arrière de son pantalon, sous sa culotte et attrapèrent une poignée de ses fesses. Alors que d'autres jours, Sarah se retirait et jouait timidement, aujourd'hui, elle s'engage pleinement et le laisse la peloter où il veut. Ses mains remontèrent sur sa chemise et sur sa petite poitrine et touchèrent ses mamelons et elle s'allongea sur son canapé et le laissa.

Sa main effleura la zone dure de l'entrejambe de son jean et décida de pénétrer à l'intérieur. En ouvrant sa braguette, elle attrapa sa bite dure (la première) et passa ses doigts le long de la tige de manière ludique. Ce n'était pas aussi gros qu'elle l'espérait, mais c'était dur et chaud au toucher et elle en était captivée. Il ouvrit la fermeture éclair de son pantalon et glissa sa main dans sa culotte avant qu'elle puisse y penser. Ses doigts la trouvèrent mouillée et elle dit qu'elle roucoulait pratiquement de plaisir.

Sa chemise relevée pour qu'il puisse sucer ses jeunes tétons durs et sa main sur le devant de son pantalon, la frottant pour essayer de la faire jouir, c'était tout ce que Sarah disait qu'elle pouvait faire pour se concentrer sur un rythme pour le caresser, se demandant si elle le faisait jouir comme ça. Il faisait chaud et ils transpiraient et elle pensait qu'elle devrait l'arrêter avant qu'ils n'aillent trop loin, mais ensuite il a changé de stratégie sur elle, l'a prise au dépourvu dans un moment de génie peu orthodoxe si vous voulez mon avis.

Il lui a demandé si elle voulait prendre une douche avec lui. Elle a accepté. Cela m'attire vraiment aussi. L'idée qu'un connard fasse un truc pareil à ma femme et s'en sorte sans problème ! Qu'elle a dit oui et qu'elle s'est déshabillée devant lui, qu'il était le premier homme à avoir jamais vu le corps nu de ma femme et qu'il se tenait devant elle, la regardant, son pénis en érection pointé vers elle alors qu'ils entraient dans la douche. ensemble... ça me rend dingue ! Ils ont continué à s'embrasser dans l'eau chaude et à s'embrasser, sa main caressant son appareil et ses mains partout où il voulait les mettre, jusqu'à ce qu'il lui fasse le signe universel de connard pour une pipe ; les mains silencieuses mais fermes sur les épaules qui insistent avec force pour qu'elle se mette à genoux !

Elle m'a avoué que même si elle savait qu'il était un perdant, elle voulait quand même le faire ! Même si elle ne savait pas ce qu'elle faisait, ma femme a ouvert la bouche et a commencé à sucer et à lécher la bite dressée de Gary. Je pouvais dire qu'elle était gênée de me dire qu'elle aimait faire ça. Sarah a dit qu'elle savait qu'elle lui donnait exactement ce qu'il voulait et qu'elle se sentait utilisée par lui et pourtant, à ce moment-là, elle a réalisé pour la première fois qu'elle aimait ce sentiment d'être traitée un peu sale.

Elle ne pensait pas qu'elle était si douée dans ce qu'elle faisait. Pourtant, Gary lui a dit des choses reconnaissantes. Finalement, il a simplement posé sa main à l'arrière de sa tête et a guidé ses rythmes jusqu'à ce que, sans lui donner le moindre avertissement, il vienne avec un gémissement dans la bouche. Sarah m'a dit dans des respirations laborieuses pendant que je baisais son style missionnaire et pendant que nous nous embrassions, que même si elle n'avait rien à comparer à l'époque, elle avait pensé que c'était beaucoup de sperme. Et maintenant qu'elle avait plus d'expérience avec d'autres hommes, elle savait que c'était bien plus que le sperme de la plupart des hommes. Elle a fermé les yeux et a décrit sa première charge de sperme comme étant épaisse avec une saveur salée et qu'elle remplissait sa bouche, frappant l'arrière de sa gorge, le palais de sa bouche, enfouissant ses dents du fond alors qu'elle le faisait rouler sur sa langue. Il était impossible de ne pas en avaler mais même si lorsqu'il lui a demandé si elle avait avalé et qu'elle avait dit oui pour lui faire plaisir, elle m'a dit qu'elle avait peur de tout avaler et qu'elle avait craché la majeure partie sous la douche. Il était facile de se cacher avec toute l'eau qui tombait sur elle et il l'ignorait parfaitement.

Ils s'en sortirent secs, mais Gary était trop excité par ses progrès dans leur relation sexuelle pour s'arrêter maintenant. Il l'a allongée à nouveau sur le canapé du salon, cette fois complètement nue et a dit qu'il voulait "lui rendre la pareille", en se mettant entre ses jambes et en lui mangeant la chatte pour la première fois de sa vie. C'était excitant pour elle d'être si nue dans la maison de sa mère, dans leur salon, sur leur canapé, complètement exposée et indécente.

Il était en désordre et bavait partout sur elle en essayant de trouver son endroit spécial avec un certain succès. Ne sachant pas quoi faire de ses mains, elle jouait avec ses tétons et faisait des bruits encourageants pour montrer son appréciation. Même s'il n'était pas exceptionnel à l'oral, Sarah m'a dit qu'il était persistant et l'a dévorée pendant plus de vingt minutes avec enthousiasme. Lorsqu'il a pu constater qu'il n'était pas aussi doué qu'il le souhaiterait, il a commencé à enfoncer ses doigts en elle et à les utiliser pour écarter les lèvres de sa chatte afin de pouvoir la manger plus facilement.

Je savais quand elle m'a raconté cette partie que cela l'exciterait. Sarah a toujours aimé que je regarde sa chatte nue et que je sois exposée, un peu d'exhibitionnisme gêné, je suppose. C'est peut-être là que tout a commencé. Peut-être qu'à chaque fois qu'elle était grande ouverte et qu'elle montrait son joli rose à un homme, elle pensait à la première fois où elle avait laissé Gary l'utiliser là-bas. Elle m'a dit qu'elle était mouillée sur ses doigts, se rapprochant même du visage de Gary quand on frappait à la porte.

Il s'avère que Gary avait invité son ami Stuart à passer du temps avec eux. Sarah a dit qu'elle voulait s'habiller dès qu'elle entendait frapper, mais Gary lui a dit d'attendre une seconde. Ses vêtements étaient de toute façon dans la salle de bain, mais en un éclair, Stuart entra dans le salon et Sarah dut attraper un coussin du canapé pour se couvrir.

Stuart était l'ami "cool" de Gary. La vérité était qu'il n'était qu'un gros crétin et qu'il avait peut-être quelques amis de plus que Gary, mais cela ne voulait pas dire grand-chose. Il avait un an ou deux de plus que Gary et au moins cinq ans de plus que ma femme à l'époque. Gary ferait n'importe quoi pour se montrer devant son ami et Sarah pensait que c'était pour cela qu'il l'avait laissé entrer avant qu'elle puisse s'habiller. C'était presque flatteur qu'elle soit utilisée pour se montrer, même si c'était embarrassant et humiliant. Stuart avait un air sordide et sans surprise et s'assit à côté d'elle sur le canapé. Il lui dit que ce n'était pas grave, ôta sa chemise et passa son bras autour d'elle. Gary a juste souri comme un idiot. C'était exactement le genre de merde qu'elle attendait vraiment de lui. Des jeux stupides et agaçants qui faisaient que les gens ne l'aimaient pas. Sarah ne s'en souciait pas parce qu'elle pouvait généralement le battre en pensant à lui et en manipulant son esprit simple.

Sarah ne voulait pas être une spaz alors elle a joué avec eux, plaisantant et riant. Étant beaucoup plus jeune que les garçons, elle voulait les impressionner d'une manière ou d'une autre, mais elle ne savait pas trop quoi faire dans cette situation. Elle a essayé d'être cool, comme si cela ne la dérangeait pas d'être nue devant deux adolescents excités. Stuart a dit qu'elle ne devrait pas se sentir gênée parce qu'elle était si sexy et il pouvait voir pourquoi Gary voudrait la montrer. Il a commencé à lui embrasser le cou juste devant Gary et quand Sarah a protesté, Stuart lui a simplement dit que Gary l'avait invité pour ça. Qu'il regardait par la fenêtre du salon, la regardant nue pendant que Gary la mangeait. Gary lui arracha le coussin des mains, la laissant complètement nue et sans défense, même si elle tentait encore en vain de se couvrir avec ses mains. Sarah a avoué que Stuart n'avait pas perdu de temps alors que ses mains glissaient sur ses cuisses et qu'elle ne détestait pas ça. Elle a feint la colère pour jouer le rôle qu'ils voulaient qu'elle joue ; celui de la jeune fille innocente dont on profitait, même si c'était un mensonge.

Les deux hommes la faisaient se sentir sexy et elle ne se sentait pas obligée de leur prouver quoi que ce soit. En fait, Sarah m'a dit qu'elle apprécierait son nouvel exhibitionnisme et a demandé à Gary s'il s'en fichait que son ami la touche. . Gary a souri comme un imbécile et a dit : "Pas si tu ne le fais pas."

Comme si c'était son signal de faire ce qu'il voulait maintenant, Stuart a commencé à embrasser le corps de ma jeune femme et a dit qu'il lui montrerait ce que son ami essayait d'accomplir et qu'elle pourrait ensuite lui rendre service. Sarah s'appuya sur le canapé, se soumettant à leurs projets et leur fit faiblement promettre de ne dire à personne ce qu'ils avaient fait cet après-midi-là. Après un accord peu sincère de leur part, ma femme vierge a décidé d'écarter à nouveau volontiers les cuisses et a accueilli favorablement tout ce qu'ils s'apprêtaient à faire. Clairement plus expérimenté que Gary, Stuart s'est dirigé directement vers son clitoris, l'a léchée et mordillée, montrant à Gary comment cela se faisait au fur et à mesure.

Sarah est devenue folle ! Il n'a fallu que quelques minutes pour que son premier orgasme fasse vibrer son jeune corps alors que les deux gars regardaient avec admiration sa puissante démonstration de tortillement. Elle a essayé de se retenir et de ne pas céder complètement ni de leur montrer à quel point cela l'affectait, mais lorsqu'elle a dépassé le bord de son orgasme en chute libre, elle a dit qu'elle avait simplement abandonné toute raison. J'ai vu cette exposition plusieurs fois depuis et je savais à quel point elle se débattait et à quel point elle gratifiait verbalement son plaisir. La sueur s'accumulait autour de ses narines et de sa lèvre supérieure alors qu'elle s'enroulait, se tendant comme tous les autres muscles de sa silhouette souple. Ensuite, elle s'est simplement affalée sur le canapé, les bras écartés, ses fesses pendant sans cérémonie au coussin du siège tandis que le garçon plus âgé s'essuyait le visage avec le dos de sa main et se levait. Stuart ne lui a pas laissé le temps de se reposer. Il a dit qu'il voulait de l'intimité maintenant et a dit à Gary qu'ils utilisaient sa chambre.

Ma femme a dit qu'elle s'était levée et avait traversé le couloir nue et avait attendu Stuart dans la chambre de Gary, sur son lit. Stuart était juste derrière elle. Une fois la porte fermée, Stuart a enlevé son pantalon, s'est mis sur ma femme et a commencé à essayer de se mettre en elle. Sarah lui a demandé s'il avait un préservatif mais elle était jeune et stupide et a cru Stuart quand il lui a dit qu'on ne pouvait pas tomber enceinte les premières fois.

Et c'était la première fois de ma femme ; baiser un con potelé dans la chambre de son ami sans préservatif. Elle a dit que cela ne lui faisait presque pas mal, car elle avait passé du temps à faire de l'équitation et avait brisé son hymen très tôt. Au lieu de cela, elle a laissé Stuart s'amuser en elle. Il était instructif et elle était une excellente élève, essayant d'apprendre autant qu'elle le pouvait.

Elle était encore mouillée plus tôt et sa bite de six pouces glissa doucement et il ne prit que quelques coups jusqu'à ce qu'il soit confortablement en elle. Son poids qui pesait sur elle l'empêchait de vraiment bouger et Sarah m'a dit à quel point elle aimait ça même maintenant. Il y avait quelque chose de réconfortant là-dedans. Surtout la première fois qu'elle ne savait pas quoi faire, elle était coincée sous sa masse et elle ne pouvait que le laisser faire ce qu'il voulait avec son corps mince, jeune et inexpérimenté.

Il la baisait, dit-elle, sans faire l'amour car même s'il l'embrassait et qu'elle l'embrassait la bouche ouverte avec la langue, une image qui me dégoûte, elle dit qu'il n'y avait pas d'amour et pas de véritable connexion autre que physique. Cela ne m'a pas aidé à me sentir moins rebuté par l'idée que ce gros connard était probablement la nana la plus chaude de sa vie et qu'elle le laissait se défouler comme il le voulait. Elle a dit qu'elle essayait en fait d'être la meilleure de sa vie et a enroulé ses jambes autour de ce gros cochon alors qu'il s'enfonçait en elle afin qu'il ait un accès plus facile à sa cible.

Il a posé ses mains sur ses petits seins et a joué avec ses tétons et elle a apprécié. À tel point qu’elle est venue deux fois avant lui. Sarah a dit que là où elle était allongée, elle pouvait voir l'ombre de Gary sous la porte et savait qu'il écoutait, alors elle a volontairement fait du bruit lorsqu'elle est arrivée. Ma femme jure comme un marin quand elle jouit maintenant, mais elle a dit qu'elle ne savait pas quoi faire d'autre mais a laissé échapper de petits gémissements aigus en succession rapide. La troisième fois qu'elle est venue, Stuart n'a pas pu se retenir et a épinglé ses poignets de chaque côté de sa tête et a donné quelques poussées très longues et fortes alors qu'il se vidait en elle avec d'épais jets de sperme. Croyant toujours à son mensonge selon lequel elle ne pouvait pas tomber enceinte les premières fois, elle appréciait simplement l'euphorie de son propre orgasme qui s'apaisait et sentait son outil rigide fléchir et palpiter en elle alors qu'il vomissait sa semence au plus profond d'elle.

Elle lui a demandé si elle était douée et il lui a dit qu'il pouvait lui apprendre si elle voulait apprendre. Quand elle a dit oui, il lui a dit de faire tout ce qu'il disait. Ma femme a dit qu'elle était très attentive pendant l'heure suivante et qu'elle faisait tout ce qu'on lui disait de faire du mieux qu'elle pouvait. Stuart a commencé par lui apprendre à lui sucer la bite. Sarah a toujours aimé la bite et lorsqu'elle me parlait de cette partie, elle me lâchait et me démontrait comment elle avait goûté son propre jus de sa bite pour la première fois, à quel point elle l'aimait et à quel point c'était bon d'avoir un homme. dur dans sa bouche.

C'était tortueux d'écouter Sarah échanger entre sa description sinistre de son après-midi d'éducation sexuelle avec ses instructions spécifiques sur la technique et ses démonstrations sur moi alors que j'essayais de ne pas jouir sur-le-champ. Sa langue courant le long de mon corps et tourbillonnant autour de la tête comme une tornade pendant que sa main me pompait était la même pipe qu'il avait reçue il y a toutes ces années. Et c'était difficile de le détester pour ça alors que je profitais pleinement de leur heure ensemble.

Ce gros salaud avait entraîné ma femme pour moi ! Il est entré dans sa bouche et lui a dit de tout avaler. J'ai demandé si sa charge était plus grosse que celle de Gary. Elle a dit non, mais elle m'a aussi rappelé que sa première charge était en elle et qu'elle aurait été plus grosse de toute façon. Sarah m'a aussi dit que l'éjaculation de Gary était probablement la plus grosse qu'elle ait jamais eue. Plus gros que le mien, dit-elle.

Stuart a montré sa levrette en lui disant de se retourner et de poser son visage sur l'oreiller, de pousser ses fesses en l'air puis d'écarter les jambes. Sarah a laissé Stuart le frapper par l'arrière alors qu'il attrapait ses hanches pour lui montrer le rythme qu'il voulait, puis lui a dit de faire tout le travail. Elle m'a dit qu'elle avait besoin de mordre un oreiller parce que lorsqu'elle était à quatre pattes pour un homme, cela allait toujours tellement plus profondément que ça faisait un peu mal. Elle a dit que c'était la première fois qu'elle pouvait sentir un homme frapper contre son col. Stuart a même essayé de lui mettre le doigt dans le cul mais elle l'a arrêté, encore un peu timide.

Elle a énuméré toutes les positions qu'il lui a montrées et me les a montrées, missionnaire, levrette, cowgirl, cowgirl inversée, même soixante-neuf pour lesquelles elle n'a jamais été particulièrement douée. Même alors, Sarah a dit qu'elle s'était trop concentrée sur le fait de se faire manger qu'elle avait arrêté de sucer des bites jusqu'à ce qu'elle vienne. Au moment où Stuart en avait fini avec elle et à nouveau en elle, Sarah a dit que sa chatte était vraiment très douloureuse et crue. Stuart avait joui en elle trois fois et elle avait avalé sa semence et elle a dit qu'il avait un sourire lubrique de satisfaction personnelle alors qu'il s'habillait, lorgnant son corps avant de partir alors qu'elle était allongée épuisée dans le lit de Gary. Elle savait maintenant qu'elle avait de la chance de ne pas être tombée enceinte, mais à l'époque, elle était fière de chaque charge de sperme qu'il lui injectait.

Elle a dit que c'était amusant, mais même si elle l'avait utilisé, elle se sentait également utilisée par lui. Elle ne l'aimait même pas vraiment mais elle le baisait comme une salope. Et elle aimait ça même si la honte de ses actes lui tordait le ventre alors qu'elle était allongée nue dans les draps en sueur alors qu'elle sentait son sperme s'écouler d'elle.

Une minute plus tard, Gary était à la porte. Il lui a demandé si elle était en colère contre lui. Elle a dit que non. Véritable gentleman, Gary a commencé à enlever son pantalon et a demandé s'il pouvait prendre son tour maintenant. Même si elle était endolori et fatiguée et se sentait utilisée et sale, Sarah m'a dit qu'elle était encore plus excitée à l'idée d'être utilisée à nouveau. Elle a donc donné des secondes bâclées à son petit ami et, pour sa part, Gary n'y a pas prêté attention. Il était impatient et entra en elle sans protection comme Stuart avant lui. Aucun des deux hommes n'était préoccupé par le risque de tomber enceinte de Sarah et elle était trop naïve pour en savoir plus, alors elle leur a foutu la cervelle en faisant de son mieux pour obtenir ce sperme.

Se sentant plus en confiance maintenant qu'elle était celle qui avait le plus d'expérience, Sarah prit le contrôle et elle se leva sur lui, le chevauchant et le guidant vers sa chatte avec sa main. Sarah m'a dit qu'elle se sentait épanouie en chevauchant sa bite et en enseignant à Gary ce qu'elle avait appris de Stuart. Elle a dit que Stuart était un meilleur laïc mais que c'était plus intime avec Gary puisqu'il était son petit ami.

Ils ont fait l'amour tout l'après-midi dans sa chambre. Sarah m'a dit que cela ne jouissait pas autant avec Gary qu'avec Stuart mais que Gary ne semblait jamais se lasser d'elle. Son visage se froissait puis s'étirait en bâillant alors qu'il se déchargeait sur ma femme avec plusieurs poussées profondes, mais avant qu'elle ne puisse quitter le lit, il lui montrait qu'il était à nouveau dur et lui faisait signe de revenir pour s'en occuper. Il a dit qu'elle était obligée de l'aider puisque c'était de sa faute s'il était dur. Gary était fan du mythe des boules bleues et Sarah y a adhéré, flattée.

Après environ deux heures, ils entendirent la porte d'entrée se déverrouiller alors que la mère de Gary rentrait à la maison. Sarah a dit que c'était embarrassant pour elle parce que leurs vêtements étaient tous dehors dans le salon et qu'elle ne pouvait pas obtenir les siens sans être vue. Gary a dû sortir les chercher pour elle, habillés de vêtements frais de sa commode et faire face à sa mère. Elle ne pouvait pas comprendre ce qu'il disait, mais quand il revint avec ses affaires, il lui dit qu'elle devait partir maintenant. Il l'a regardée s'habiller et a dit que sa mère était énervée. En partant, la mère de Gary a lancé à Sarah un regard sale qui lui a dit qu'elle savait ce qu'ils faisaient et quel genre de fille était ma femme.

Sarah n'est sortie avec Gary que quelques semaines de plus après cela et elle a de nouveau couché avec lui ainsi qu'avec Stuart. Elle a dit qu'elle avait même baisé Stuart plusieurs fois après avoir rompu avec Gary, lors de fêtes à la maison et tout ça quand elle était ivre ou qu'elle lui faisait des pipes dans sa voiture quand ils traînaient ensemble et fumaient de l'herbe, mais finalement cela s'est arrêté et elle a commencé à sortir avec quelqu'un. autre.

Même si je n'en ai jamais entendu parler, Sarah a dit qu'elle avait acquis une réputation à l'école à cette époque, mais je n'en ai jamais entendu parler. Pourtant, j'aime l'entendre me raconter ses aventures de salope quand on baise.

Articles similaires

Chatte dans l'arbre

Lorsque je suis devenu pompier, j'ai réalisé que je serais appelé à gérer une variété de services pour le public. Les relations publiques représentent les 3/4 du travail. Je traite avec le public tout le temps, de la gestion des petites crises aux grandes catastrophes. Habituellement, un « merci » ou un sourire est suffisant pour un travail bien fait. À quelques reprises au cours de ma carrière, j'ai reçu des biscuits faits maison ou d'autres friandises en guise de gratitude. Rien n'est nécessaire, car j'insiste continuellement auprès de ceux que j'aide. Bottom Line: La ville me paie bien pour faire mon travail...

2.6K Des vues

Likes 0

Utiliser ma meilleure soeur d'amis partie 3_ (1)

La pause universitaire m'amène dans ma ville natale. Je termine ma dernière année d'université, à 22 ans, en me préparant à entrer dans le monde réel. Apparemment mature, sur le point d'être un vrai adulte. Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, je me faufile dans le sous-sol pour une baise torride de la maison des parents de ma torride Leah, 18 ans. Je venais de rentrer chez moi ce soir-là. Je n'étais même pas déballé quand le téléphone a sonné. J'avais envoyé un texto à Leah plus tôt dans la semaine, mais elle me distrayait tellement avec des sextos que j'ai dû le...

3.5K Des vues

Likes 1

Hanté par le Futa Ghost 15: L'exorcisme coquin de Futa Ghost

Hanté par le fantôme Futa Chapitre quinze : L'exorcisme coquin de Futa Ghost Par mypenname3000 Droit d'auteur 2017 « Non », ai-je crié de chagrin et de regret. « Non, Ojo-sama ! » Des larmes coulaient de mes yeux alors que la honte me submergeait. Je l'avais laissée tomber. Je levai les yeux vers sa belle forme de Mitsuko-hime suspendue à la branche du pin, se balançant dans la brise qui gémissait à travers les bois maudits. Ses yeux s'exorbitèrent. Son visage peint en blanc maculé de larmes. Sa sandale était tombée. J'ai attrapé son pied chaussé. Slime a trempé sa chaussette, couvert ma...

2.5K Des vues

Likes 0

La Fête_(14)

Partie 1 Jésus, nous allons encore être en retard, je me dis en m'asseyant sur le canapé du salon, la tête appuyée sur une main. C'était samedi, le soir de la fête de Doonsberg et il n'y avait pas moyen d'en sortir. Les voisins d'en bas nous avaient invités dans leur manoir il y a des mois. Des RSVP avaient été faites, des calendriers vérifiés et revérifiés, des appels téléphoniques passés. Bref, c'était chose faite. S'il y avait jamais eu une soirée pour faire la fête, c'était bien celle-là. La pleine lune de la veille de la fin de l'été regarde...

2K Des vues

Likes 2

Esclave d'un jour partie 3

Liz regarde Chris pour obtenir des instructions, et il sourit à son obéissance. Il se délecte de voir sa femme abandonner le contrôle et elle pourrait presque se donner des coups de pied pour avoir cédé sans même y penser. Est-ce qu'elle commence vraiment à aimer laisser le contrôle à son mari ? Allez répondre à la porte et envoyez mes amis au salon, je vais mettre le jeu en marche. Commande Chris. Liz se dirige vers la porte et lorsqu'elle l'ouvre, elle sent le vibromasseur émettre un faible bourdonnement dans sa chatte. Elle se tourne pour regarder Chris mais il...

1.9K Des vues

Likes 0

Baisée sur une table de billard_ (0)

Martha et Sharon ont décidé de sortir et de jouer au billard. Ils savaient qu'ils pouvaient draguer des mecs au pub du coin et ils aimaient tous les deux baiser. Quand ils sont entrés pour la première fois dans le bar, il était vide à l'exception de la serveuse. Ils ont failli partir mais Martha a suggéré qu'ils jouent au billard avant de passer à autre chose. Sharon a accepté et a accumulé les balles. Alors que Martha était sur le point de casser les balles, deux gars sont entrés dans le bar et se sont assis à une table près...

1.6K Des vues

Likes 0

De : Jeff bisexuel ? Règles pour commenter mes histoires !

Jeff bisexuel… Règles pour commenter mes histoires ! À en juger par les dizaines de milliers de fois où toutes mes histoires ont été lues, la plupart d'entre vous les ont appréciées. Certains ne l'ont pas fait et c'est bien aussi, je n'essaie pas de plaire à tout le monde, ou vraiment à personne, j'écris ce qui me trotte dans la tête parfois. Profitez-en, ne les profitez pas… entièrement à vous. Mais ne laissez PAS de commentaires merdiques sur quelqu'un que vous connaissez qui est mort du SIDA, s'il vous plaît, CE site n'est pas fait pour ça. Tout le monde...

1.1K Des vues

Likes 0

Sexe dans un restaurant sri lankais

Suneetha essuya la sueur de son front et toucha le crayon tampon. Les idiots assis à la cabine ne pouvaient pas se décider, et elle devenait vraiment impatient. Euh, dit le gars. Je ne suis pas tout à fait... sûr. Il a laissé échapper le dernier mot de ses lèvres comme s'il ne pouvait pas décider s'il devait le dire ou non. Suneetha a dû se forcer manuellement pour empêcher son pied de taper contre le sol carrelé dur. Elle a frotté ses paumes sur son tablier, comme le 90 degré de chaleur étouffante la mettait mal à l'aise. La climatisation...

1.2K Des vues

Likes 0

Une famille honnête - L'aventure d'Alice, partie 1

Alice jouait à un jeu vidéo. Elle était dans sa chambre, à son bureau, et elle s'amusait bien à jouer à des jeux vidéo. Mais cela n'a pas duré longtemps. On frappa lentement et faiblement à la porte et Alice dit « entrez ». Sa mère entra lentement dans la pièce et lui dit : « Viens dans le salon, papa et moi avons quelque chose d'important à te dire. Alice interrompit son jeu et se leva. Elle portait un t-shirt blanc uni, une taille trop petite, et avait un soutien-gorge noir en dessous. Elle avait une courte jupe plissée rouge...

1.6K Des vues

Likes 0

Une longue nuit_(1)

Merde. Merde merde merde MERDE. Todd marmonna dans sa barbe alors qu'il luttait contre le sac poubelle rembourré à travers l'étroite ouverture de l'ascenseur. D'un coup de coude maladroit il frappa sur le bouton B et s'appuya contre le mur du fond, expirant tout doucement. Putain de journée poubelle. Dans les tubes nous allons, moi et le sac plein de refuser. Refuser. Je refuse! pensa-t-il, et il garda cette pensée avec amusement alors qu'il s'effondrait dans le gosier de son immeuble dans l'obscurité entrailles dessous. Il déplaça son poids sous son fardeau et essaya de respirer par sa bouche. Clunka clunka...

1.1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.