Mon trajet en bus

1.4KReport
Mon trajet en bus

Mon trajet en bus

Lorsque je suis monté dans le bus, il était plein à craquer, avec de nombreuses personnes debout dans les allées. Ce voyage allait être long.

J'ai regardé les passagers autour du bus, puis je l'ai vue. Je l'avais déjà vue, mais seulement en passant. Ses cheveux brun souris descendaient jusqu'aux épaules, une fine robe d'été boutonnée avec de jolis petits seins, de belles jambes et un cul à tomber par terre. J'ai décidé que j'allais essayer de profiter de ce voyage. Je me suis frayé un chemin à travers les passagers jusqu'à ce que je sois debout directement derrière elle.

Le simple fait de regarder son cul me faisait bander, alors je me suis rapproché. La bousculade du bus a fait heurter mon aine contre son cul, mais elle n'a jamais regardé en arrière. J'ai déplacé ma main près de son cul et encore une fois la secousse du bus l'a fait effleurer ses courbes, mais je l'ai gardée là. Je la sentis se tendre un peu, mais elle ne se retournait toujours pas, alors je lui caressai les joues, faisant courir mes doigts de haut en bas dans la fente de son cul, à travers le tissu léger.

Je descends jusqu'à l'ourlet de sa robe, passant mes doigts sur ses cuisses nues, glissant mes doigts entre ses jambes. Elle les écarta légèrement en repoussant ses fesses, me permettant de sentir la douceur de l'intérieur de ses cuisses. Je commence à bouger ma main, sentant la douceur soyeuse de ses jambes, avec juste un soupçon de tremblement. Je me déplace lentement plus haut jusqu'à ce que je sente la vallée où ses jambes se rencontrent. Une jonction douce et chaude recouverte de tissu dentelle; mon arrivée est accueillie par un gémissement audible.

J'explore ses contours, caressant vers l'avant, sentant les crêtes de ses lèvres chaudes à travers sa culotte, puis revenant aux courbes de ses fesses.

Elle écarte légèrement ses jambes pour me permettre un meilleur accès, et j'en profite en avançant ma main pour prendre sa chatte en coupe, elle est chaude et humide dans la paume de ma main, alors que je coince son clitoris entre deux doigts jointifs en serrant fort , cela l'a fait reculer davantage et se plier légèrement, cela m'a dit qu'elle en voulait plus; mes doigts commencent à masser le monticule juste au-dessus de sa chatte, alors que je fais cela, je peux sentir ses hanches commencer à tourner sur ma main. Je descends mes doigts en suivant la crête des lèvres de sa chatte en les sentant ouvertes, puis sur le côté de sa culotte, je glisse mes doigts à l'intérieur en caressant ses lèvres humides et tremblantes, haut, bas, haut, bas.

Sa respiration devient plus profonde et plus rapide, mais je n'arrête pas ma main vagabonde. Je baisse sa culotte sur ses hanches jusqu'à ce qu'elle tombe au sol, je me penche pour la ramasser, alors qu'elle coopère en en sortant.

Après avoir inhalé la douce odeur sexy de sa culotte, je la glisse dans ma poche pour une appréciation ultérieure. En ce moment, j'avais de plus grandes choses en tête, principalement mon

coq, qui palpitait maintenant pour sortir de mon pantalon. Je me déplace très près derrière elle en décompressant ma fermeture éclair, libérant mon membre dur maintenant palpitant. J'ai soulevé l'ourlet de sa robe sur son cul, afin que je puisse frotter ma bite dure entre ses joues; puis pose ma main sur son dos en l'encourageant à se pencher légèrement, ce qu'elle fait en écartant son cul puis en s'appuyant sur les poignées du siège devant elle.

Je baisse la main et guide ma bite vers sa chatte humide et glissante, la frottant d'avant en arrière le long de ses lèvres. Je peux sentir son corps trembler et je place la tête de ma bite à l'entrée de sa chatte et je la laisse là.

Je n'allais pas simplement enfoncer en elle, bien qu'elle se recule, enveloppant ma bite dans son humidité, puis quand c'était aussi profond qu'elle pensait que ça irait, elle se soulève un peu pour que ma bite pousse contre les murs de son canal trempé, puis commence à aller et venir en s'empalant sur ma pointe rigide, en pensant à moi-même, 'sale putain de salope, me laissant te baiser dans un bus bondé.'

Je tends la main pour l'aider à stabiliser son mouvement et à prendre ses seins fantastiques en coupe. Je peux sentir ses mamelons durs et humides, les sentir pousser contre sa robe voulant être libérés tout comme ma bite l'était. J'effleure prestement quelques boutons de sa robe, ce qui me permet de mieux les apprécier. Je baisse les bonnets de son soutien-gorge pour pouvoir jouer avec ses mamelons et les ajuster en les pinçant fort. J'utilise ses seins pour tirer son corps plus fort sur ma bite et j'enfonce mes hanches pour la pénétrer plus profondément. Je peux l'entendre gémir plus fort, crier quand ma bite semble aller plus profondément que jamais. Je la pousse et la tire plus fort et plus vite, sur ma bite brûlante, sentant son corps commencer à se tendre alors que ses gémissements deviennent de plus en plus forts jusqu'à ce qu'elle frissonne, serrant sa chatte serrée autour de ma bite la faisant engorger de mon sperme, elle laisse échapper un gémissement tout-puissant et tout son corps tremble de spasmes. Ma bite tire ce qui ressemble à des gallons de sperme en elle. Je peux sentir nos jus mélangés courir sur ma bite et le long de ses jambes.

Nous avions été tellement fascinés par nos actions que nous n'avions pas remarqué les autres passagers qui nous entouraient dans le bus en train de regarder, en effet un ou deux mecs avaient leurs bites à la main, en train de se branler. L'homme qui était assis en face d'elle s'était retourné, plaçant sa bouche sur ses mamelons, il tétait profondément. Je pouvais l'entendre gémir, 'putainkkk yessssssss.' J'ai retiré ma bite d'elle et je l'ai rangée, réajustant le dos de sa robe courte, qui couvrait à peine son cul, pendant qu'elle retirait son mamelon de la bouche du mec avec un pop, essayant de retrouver son calme.

Je me dirige vers l'arrière du bus et après quelques minutes, elle me rejoint, assise en face. Elle écarte ses jambes en me montrant sa chatte remplie de sperme humide et ses douces boucles pubiennes, je regarde tout mon sperme couler d'elle. Je vois ses doigts jouer avec son clitoris, ce qui fait que ma bite recommence à s'allonger. Elle le voit et sourit en disant : 'Peu d'hommes peuvent me faire jouir comme tu viens de le faire, en respirant de l'air frais. Je remarque à quel point son clitoris devient dur, alors qu'il sort du capot. C'est comme s'il disait "coucou, je suis là".

L'un des autres passagers se tient à côté d'elle, penché près de son oreille, il lui chuchote : « J'ai besoin de jouir, alors tu vas sucer ma bite, salope, et boire tout ce que je te donne.

Elle ouvre la bouche et l'avale tout entier ; Je peux voir sa bite monter et descendre dans sa gorge. Elle est occupée à branler son clitoris, sa chatte palpitant alors que mon sperme coule d'elle, puis j'entends un grognement sourd, alors que l'homme tire sa charge dans sa gorge, la nourrissant.

Je la regarde dans les yeux, souriant alors que je regarde la scène, en disant "mon plaisir". Je suppose que tu en veux plus, es-tu une salope affamée de bite?

"Oui, je le suis, s'il vous plaît, j'ai besoin d'être utilisée et baisée, mais un homme ne peut jamais me suivre et m'utiliser car j'ai besoin d'être baisée et utilisée", dit-elle en souriant en mettant ses doigts remplis de sperme dans sa bouche en suçant et les léchant propres. « À quel arrêt descendez-vous ? Juste à ce moment le bus s'arrête permettant aux gens de débarquer, 'Je suis le prochain, pourquoi ?'

"Oh d'accord, je suis celle d'après", en disant cela, elle a baissé son haut en me montrant ses seins, j'ai remarqué que ses mamelons coulaient alors qu'elle les serrait fort, un regard rêveur dans ses yeux. Elle m'a vu regarder pendant que je léchais mes lèvres, en souriant, dit-elle, mon petit ami voulait que je commence à allaiter pour lui, mais m'a ensuite laissée pour quelqu'un d'autre, maintenant je suis toujours aussi excitée que de la merde, même mon clitoris grossit, regarde, ' écartant ses jambes en tirant la capuche vers l'arrière, me montrant son clitoris alors qu'elle commence à se branler. 'Maintenant, je vais devoir les laisser sécher à nouveau,' un air sévèrement renfrogné traversa son visage.

'Pourquoi,' lui ai-je demandé. 'Avez-vous des tire-lait?'

« Oui, je le sais, pourquoi demandez-vous ? »

— Eh bien, tu peux toujours tirer ton lait, pour les nouveau-nés, dont les mères ne peuvent pas en produire, et le donner à la maternité. Juste à ce moment-là, je me suis levé pour descendre du bus et comme je l'ai fait, elle s'est levée et est descendue avec moi. 'Ce n'est pas ton arrêt' dis-je en la regardant.

"Je sais," dit-elle simplement, "croiriez-vous que j'habite la prochaine rue, à quel numéro habitez-vous", a-t-elle demandé.

Je lui ai dit et sa bouche s'est ouverte, alors vous êtes l'homme avec la haute clôture, n'est-ce pas ?

"Oui, je le suis, j'ai tendance à aimer mon intimité."

"Alors, je vois," dit-elle toujours en souriant, "je devrais peut-être prendre une échelle et jeter un coup d'œil pour voir ce que vous pourriez cacher, je ne peux même pas voir correctement votre jardin depuis la fenêtre de ma chambre", a-t-elle dit.

"Et pourquoi voudriez-vous voir dans mon jardin, vous ne savez jamais ce que je pourrais faire, en plus vous pourriez être choqué et offensé."

'Pourquoi devrais-je m'offenser, surtout après la façon dont tu viens de me baiser dans le bus, et cet autre homme qui m'a baisé au visage, j'en doute fort. Mais j'ai remarqué une porte qui est toujours verrouillée, peut-être pourriez-vous la déverrouiller et m'inviter plus tard.

Je restai un moment à la regarder, les pensées se formulant dans mon esprit, me demandant si elle serait offensée. 'Voulez-vous venir prendre un café ou quelque chose comme ça ?' demandai-je en la regardant dans les yeux.

"Dois-je fournir le lait," dit-elle en souriant, faisant à nouveau vaciller ma bite dans mon pantalon.

Nous sommes entrés et j'ai verrouillé la porte derrière elle. J'ai enlevé mon manteau et je l'ai accroché dans le placard, puis j'ai enlevé mes chaussures et mes chaussettes, elle s'est tenue à me regarder en disant 'veux-tu que j'enlève aussi mes chaussures?' J'ai hoché la tête, 'oui je le fais.' Elle a fait ce que je lui ai demandé, tenant ses chaussures à la main. Je pouvais voir dans ses yeux un regard interrogateur. J'ai simplement dit, 'pendant que vous êtes dans ma maison, vous ferez ce que je dis et m'obéirez à tout moment, si vous ne pouvez pas faire cela, alors partez maintenant.' Elle s'est simplement penchée en plaçant ses chaussures à côté des miennes, en me montrant son cul, son clitoris saillant et sa chatte qui coulait alors qu'elle se penchait, "et comment je t'appelle?"

"Je m'appelle Paul, et vous pensez probablement que je suis un vieil homme sale, mais je peux vous dire que je m'entends peut-être, mais je sais comment plaire à une femme", alors qu'il disait cela, il se dirigeait vers la cuisine. enlevant sa ceinture comme il le faisait, l'entendant baisser la fermeture éclair de son pantalon.

J'ai hoché la tête, à ce moment-là, il s'était complètement déshabillé et se tenait devant moi, guettant toute réaction, la seule réaction qu'il a eue a été que mes mamelons se durcissent, alors que je les serrais.

'Déshabille-toi maintenant pour que je puisse t'allaiter.' Je l'ai regardée enlever son haut, montrer ses seins, laisser tomber sa jupe au sol, puis s'avancer vers moi, alors qu'elle se tenait devant moi, j'ai pris ses mamelons entre mes doigts et mes pouces en tordant, pinçant, tirant, et les serrant fort en voyant une substance blanche laiteuse s'écouler d'elle, en l'entendant gémir de plaisir.

J'ai plié ma bouche prenant un mamelon entre mes lèvres, mordant et suçant fort, allant d'un mamelon à l'autre, buvant autant qu'elle donnait. Juste peut-être que je pourrais la transformer en notre vraie soumise.

J'ai soulevé ma bouche de ses mamelons, quand j'ai baissé les yeux, je l'ai vue branler à nouveau son clitoris durcissant, son jus coulant le long de ses cuisses, "très agréable, très savoureux et je vois que vous êtes toujours mouillé, et votre clitoris est très visible? Arrête de jouer avec ta chatte et mets tes bras sur les côtés et écarte tes jambes aussi largement que tu peux, montre-moi. Tu veux que je te baise encore, n'est-ce pas ?

Elle m'a regardé en hochant la tête, ses yeux s'écarquillèrent à ce que je venais de lui dire, puis gémit 'oui s'il te plaît, baise-moi, utilise-moi comme ta putain de banque de sperme, je serai une salope pour toi' ses doigts serrèrent et tirèrent sur ses mamelons.

'Qu'est-ce que je viens de te dire de faire salope?' Ma main branlant lentement ma bite, qui était déjà à nouveau dure, regardant son jus couler le long de ses cuisses, mélangé à mon sperme.

'Ian et Tom devraient être de retour sous peu, puis nous verrons à quel point tu es une bonne salope.' Mes doigts pompant sa chatte trempée, alors que je chatouillais son point « G ». Elle n'a pas pu s'empêcher de faire couler du jus sur le sol, en gémissant, alors que je retirais mes doigts, je les poussais dans sa bouche, 'nettoyez-les maintenant, salope.' Elle ouvrit la bouche, suça et lécha mes doigts, me regardant dans les yeux en souriant.

« Savez-vous vous présenter et obéir sans hésitation ? Sinon, je vais vous montrer. Elle secoua la tête. "Bien, viens te tenir devant moi, mets tes mains derrière ton dos, jambes écartées." En riant, elle a fait ce que je lui ai demandé. 'Peu importe ce que je fais, ne bouge pas, à moins que je ne te bouge, et tu n'as pas le droit de parler sans ma permission, ou cum, si tu le fais, je te fouetterai, tu comprends ?'

'Oui, je ne dois pas bouger à moins que tu ne me bouges, et je n'ai pas le droit de culminer sans ta permission, et je n'ai pas le droit de jouir, est-ce que je t'appelle monsieur, maître ou papa ?'

"Bonne fille, maintenant les épaules en arrière et tenez-vous droit, les yeux baissés et ne levez pas les yeux à moins que je ne vous le dise", il a légèrement reculé mes épaules, ce qui a fait ressortir davantage mes seins. Il a ensuite écarté mes jambes avec son pied, ses doigts caressant mon pubis bouclé. "Charmant, ton pubis est délicat et doux au toucher, tu as l'air d'une femme et non d'une petite fille. Allez vous allonger sur la table pour moi, tenez les boucles sur les côtés, les pieds levés par les hanches à la fin, les jambes grandes ouvertes et attendez que je vienne à vous. Il a attendu que je lui obéisse, mais il m'a vu hésiter alors que je levais les yeux vers lui. 'Qu'est-ce que je viens de te dire de faire salope ? maintenant fais-le et garde les yeux baissés, ne me regarde pas à moins que je ne te le dise, tu peux, et ne prononce pas un mot à moins que je ne te permette de comprendre salope ? »

Je hochai rapidement la tête en regardant le sol alors que je me dirigeais vers le bout de la table, traînant mes fesses là où je pensais qu'il voulait que je sois, mes doigts enroulés autour des boucles près du centre. Mes pieds près de mes hanches, les jambes grandes ouvertes, j'avais l'impression d'être allongé là depuis des lustres quand je l'ai entendu fouiller, mais cela ne faisait que quelques minutes. Je sentis son contact sur mes chevilles, écartant mon pied gauche jusqu'au bout et verrouillant ma cheville dans une boucle, la fixant fermement mais pas trop pour arrêter la circulation, puis faisant de même avec mon autre pied. À présent, j'étais complètement immobile, ma respiration devenait plus nette et plus profonde, je pouvais sentir ma chatte devenir plus humide, mon jus couler jusqu'à mes fesses. Mes mamelons devenaient d'une couleur plus foncée plus je fuyais. Je l'ai entendu poser quelque chose sur la table à côté de moi mais je n'ai pas pu voir ce que c'était.

« Eh bien, ma chérie, tu as l'air d'une perfection absolue, prête à être sucée, baisée et utilisée par qui que ce soit. Maintenant, regarde-moi et dis-moi ce que tu veux !

J'ai levé les yeux vers lui alors que mon corps aspirait à être utilisé à nouveau par lui, 'Enfonce juste ta putain de bite dans ma chatte et pilonne-moi, j'ai besoin de jouir.' L'expression de son visage m'a surpris lorsque j'ai senti une gifle piquante sur ma chatte, ce qui m'a fait crier. « C'était pour quoi ? » Je lui ai demandé.

«Pour un, je t'ai demandé ce que tu voulais, pour deux, tu m'as dit quoi faire, pour trois, la façon dont tu m'as parlé, pour quatre, tu m'as manqué de respect. Maintenant, allons-nous essayer à nouveau cette salope ; dis moi ce que tu veux?' Encore une fois, il a donné une forte claque à ma chatte, faisant picoter mon clitoris.

En le regardant, j'ai soufflé: "Je veux que tu me baises et que tu m'utilises durement."

'Maître.'

« Excusez-moi, pourquoi dois-je vous appeler maître, vous vous appelez Paul ?

'Pourquoi? Parce que je le dis, tant que tu seras chez moi, tu m'obéiras, ou tu pourras partir. Je ne veux pas que tu me manques de respect, à moi ou à mon frère, ou qui que ce soit que j'invite chez moi, c'est compris ?' Frapper ma chatte à nouveau. Il savait que je resterais car il pouvait voir ma chatte palpiter et mes mamelons semblaient briller, ma respiration devenant plus nette. Ses mains posées sur ses hanches, il attendit ma réponse. « Maintenant, essayons encore, et quand vous me parlerez, gardez les yeux baissés. »

Déglutissant, je savais qu'il pensait ce qu'il disait, alors, baissant les yeux, j'ai chuchoté, s'il vous plaît

'maître, je veux que tu me baises, que tu m'utilises et que tu me suces le lait.' Je pouvais sentir mon jus commencer à couler, mes mamelons durcir alors que mes seins se remplissaient de lait, je devenais désespérée, et je savais que je l'étais, et il savait aussi à quel point je devenais désespérée.

'C'est mieux salope, maintenant, nous allons établir des règles de base', ses doigts

caressant mon corps. « Si je te dis de te présenter, tu te tiendras debout comme je te l'ai montré, tu seras nu en tout temps. Si je te dis de faire plaisir à quelqu'un, tu le feras, cependant, où qu'il te dise, tu porteras un collier et une laisse et tu seras la salope que tu es, on se comprend ? A partir de maintenant, tu m'appelleras toujours maître. Pendant qu'il disait cela, ses doigts tiraient sur mes mamelons, laissant mon lait couler sur mes seins, son autre main jouait avec ma chatte, tandis que son pouce effleurait et branlait mon clitoris. Sa bite était dure et coulait de liquide pré-éjaculatoire. Il s'est interposé entre mes jambes, sa bite dure passant de mon clitoris à mon cul, puis à nouveau. Faire ça me rendait fou, j'essayais de gonfler mes cuisses, je voulais le sentir en moi. Son sourire m'a dit; Il savait exactement ce qu'il faisait. « Tu veux encore de la bite, n'est-ce pas ? »

J'ai hoché la tête juste au moment où il s'enfonçait profondément dans ma chatte, 'ne bougez pas, ou je vais vous attacher et si vous êtes une bonne chienne, je pourrais vous permettre de jouir.' Il tenait fermement mes hanches, s'enfonçant profondément en moi, pliant sa bouche pour téter fort mes mamelons ; mon clitoris frottant contre son pubis, il pouvait entendre mes gémissements et mes supplications chuchotées. J'ai essayé de ne pas bouger. Il pouvait sentir ma chatte se serrer, sachant que j'étais en train de construire un autre orgasme plus grand.

"Retiens-toi salope, n'ose pas jouir jusqu'à ce que je te donne la permission."

Il pouvait me voir me débattre, essayant de me contrôler alors qu'il frappait fort et vite dans ma chatte humide. "Préparez-vous à être rempli à nouveau, ici ça fout." Je l'ai tellement remplie que ça coulait d'elle et dans son cul. J'ai gardé ma bite à l'intérieur de sa chatte pendant que je jouais avec son cul, enfonçant un doigt dans son petit cul serré. Je pouvais la sentir se tendre, se serrer contre l'invasion. 'Détends-toi, mais je vais te prendre le cul, dis-moi t'as déjà été baisé dans le cul ?' À travers ses bouffées et ses halètements, elle secoua la tête. 'Non' murmura-t-elle à peine.

"Ahh, nous avons une vierge anale, même si tu étais très serrée", poussant doucement mon doigt dans et hors de son trou plissé serré. 'Je peux voir que nous allons devoir vous former pour être notre soumis obéissant.' Je pouvais sentir sa chatte se resserrer autour de ma bite brûlante, me tirant plus en elle. Mes couilles se sont resserrées lorsque le bout de mon arbre a gonflé, puis a explosé profondément dans sa chatte. J'ai continué à enfoncer profondément en elle pendant que je lui disais, 'n'ose pas encore baiser de sperme', alors que je serrais, pinçais et tirais fort sur ses mamelons humides. Je pouvais voir qu'elle était désespérée de jouir, je me suis retiré d'elle en regardant sa chatte palpiter et dégouliner de nos jus mélangés autour de son cul vierge alors qu'il palpitait comme si nous buvions tout notre sperme.



'Putain de merde, tu es une salope excitée, n'est-ce pas ?'

'Oui maître, je pourrais être baisée toute la journée et tous les jours et en vouloir toujours plus, depuis que j'ai commencé à allaiter. Je n'ai qu'à respirer sur mes mamelons et encore moins les toucher et cela envoie des signaux directement à mon clitoris et à ma chatte », elle m'a regardé en regardant ma bite commencer à se dégonfler un peu. 'Puis-je vous poser une question s'il vous plaît maître,'

'Oui vous pouvez.'

'Voulez-vous me sucer et regarder mon clitoris grandir jusqu'à ce qu'il soit assez grand pour que je me branle, me faisant jouir et jouir et jouir, s'il vous plaît maître.' La supplication dans ses yeux était indéniable. J'ai marché à ses côtés, penchant la tête, j'ai commencé à téter et plus je tétais, plus je voulais.

En quelques minutes, son clitoris devait avoir fait deux ou trois pouces, sinon plus, alors elle jouissait. Je lui avais dit qu'elle n'était plus autorisée à jouir jusqu'à ce que je lui donne la permission. J'ai continué à téter, jusqu'à ce que j'aie plus ou moins vidé un de ses seins, ses mamelons se tenant durs et fiers, suppliant d'être utilisés. Je pouvais sentir son corps trembler alors qu'elle luttait contre le besoin de jouir à nouveau. Je me suis accroché à son autre mamelon et j'ai commencé à vider celui-là, ses hanches se débattant et tremblant. Je savais qu'elle voulait tellement jouir.

Je suis allé me ​​tenir entre ses cuisses ouvertes à nouveau, mes doigts pénétrant à nouveau dans son trou plissé et comme ils l'ont fait, elle a poussé fort, faisant pénétrer mes doigts plus profondément. 'Jouis pour moi salope,' ordonnai-je, 'et montre moi tes trous roses.' Quand j'ai dit cela, elle est revenue, sa chatte a pulsé en s'ouvrant et en se fermant, alors que je continuais à baiser son cul avec mes doigts.

Quand elle se fut un peu calmée, je la fis asseoir au bout de la table en lui disant de ne pas bouger, tandis que j'allais lui chercher à boire et à manger. En la regardant, j'ai demandé : 'comment te sens-tu maintenant ?'

'Toujours putain d'excitée.'

Ses jambes étaient toujours écartées, alors j'ai giflé sa chatte et son clitoris, "pas de jurons pendant que nous mangeons". Je lui ai montré le bol dans lequel j'avais placé sa nourriture, elle me regardait pendant que je le posais sur la table près d'elle. Dans mon autre main, j'avais un collier et une laisse, 'Voulez-vous toujours être notre soumis total, si c'est le cas, vous devez porter ce collier et cette laisse.'

Elle l'a regardé puis de nouveau vers moi, puis a soulevé ses cheveux me permettant de placer le collier autour de son cou. Je lui ai alors dit de se mettre à quatre pattes sur le sol, « viens salope, c'est l'heure de manger. Il plaça le bol de nourriture sur le sol à côté d'un autre bol qui contenait de l'eau. J'ai remarqué trois couverts. Il m'a vu regarder avec une expression interrogative sur mon visage. "Vous vous demandez pourquoi votre nourriture est sur le sol, n'est-ce pas." J'ai hoché la tête en réponse. 'Tu es notre salope, la mienne, et mes frères, et jusqu'à ce que nous soyons habitués l'un à l'autre, et que nous ayons baisé tous tes trous, tu mangeras par terre à mes côtés.

Nous allons baiser tous vos trous, téter vos seins et vous utiliser pour notre plaisir. En disant cela, il a attaché ma laisse à un crochet en haut de sa chaise. Il y avait assez de laisse pour me tenir debout. Mes mains allèrent automatiquement à mes mamelons alors que je les caressais lentement. Voyant cela, il dit d'un ton sec : « Présentez-vous. Ce que j'ai fait, les doigts entrelacés derrière ma tête, les jambes écartées, je pouvais sentir son sperme s'écouler. 'Bonne salope, maintenant mets deux doigts de chaque main sur les lèvres de ta chatte et ouvre-moi, cela fera plus éclater ton clitoris.'

Alors que je tenais les lèvres de ma chatte ouvertes, mon clitoris est sorti davantage, nous avons entendu la porte d'entrée s'ouvrir et se fermer. Je l'ai regardé en me demandant qui ça pouvait être. « Ne t'inquiète pas, c'est mon frère qui revient de sa promenade, reste comme tu es, ne bouge pas. Les voix et les rires se rapprochèrent, juste à ce moment-là deux hommes entrèrent, s'arrêtant net à la vue qu'ils voyaient.

Ian a dit, d'où vient-elle, Paul ?

"Derrière la clôture arrière", pointant son doigt derrière lui. «Elle a emménagé il n'y a pas longtemps et s'est demandé pourquoi la clôture arrière était si haute. Nous sommes rentrés chez nous dans le même bus après avoir déposé la voiture pour l'entretien, gloussa-t-il, remarquant qu'ils étaient tous les deux durs avec des bites à la main. « Allons-nous lui dire ou lui montrer ? » demanda-t-il en souriant à son frère.

« Alors, ma chérie, qu'est-ce qu'on va faire de toi ?

T'as pas de petit ami ?

Quel âge as-tu?'

Aimeriez-vous que trois vieillards vous baisent sans raison et fassent de vous notre chienne ? »

Les questions sont venues épaisses et rapides, y répondant du mieux que je pouvais.

'Non, je n'ai pas de petit ami maintenant, mais il m'a fait allaiter, donc je produis du lait maintenant, puis j'ai baisé en me laissant pour quelqu'un avec de plus gros seins;' quand elle a dit cela, elle a voulu serrer et tirer sur ses mamelons pour les montrer alors que du lait jaillissait d'eux, mais elle ne pouvait pas.

J'ai vingt-trois ans. À propos d'être ta salope, je n'ai jamais été qu'avec un homme à la fois, tu devrais m'aider et m'enseigner la bonne voie, ta voie.

Ils la regardaient tous en écoutant ses réponses, puis Ian a dit: "Regardez comme son clitoris éclate, j'aimerais mettre ma bouche autour de ça", juste au moment où Jim commençait à pomper doucement ses mamelons durs et saillants en regardant le lait tirer. "Baise-moi", il baissa la bouche, il commença à me sucer, Ian saisit mon clitoris entre son doigt et son pouce, cela me fit écarter les jambes pour lui, aucun d'eux ne pouvait me quitter des yeux.

"Baise-moi, Jim, je peux sentir son clitoris grandir et durcir", un regard de pure luxure traversant son visage.

"Mangeons d'abord, puis nous pourrons tous jouer", a déclaré Paul. Il posa deux bols près de sa chaise, 'sur tes mains et tes genoux salope et mange ta nourriture, tu en auras besoin.' Je me suis agenouillé sur mes mains et mes genoux; mes mains cherchant sur la table des couverts.

« Non, non, tu vas manger comme les chiennes, la bouche, le cul en l'air ; et je veux voir ton bol vide, tu comprends ?

J'ai hoché la tête, 'oui maître', plongeant dans le bol, suçant et aspirant la nourriture, j'étais affamé.

Alors qu'ils étaient assis en train de manger leur déjeuner, Jim a dit : « Devrions-nous sortir la chaise spéciale ?

"Oh, quelle bonne idée," répondit Ian, "mais pensez-vous qu'elle serait capable de le prendre?"

Paul la regarda agenouillée près de ses jambes, il pouvait voir ses seins commencer à se remplir

encore une fois, il a tiré sur ses mamelons allongés pour la faire se lever, "écarter les jambes et ouvrir la chatte", alors qu'elle faisait cela, elle ne pouvait s'empêcher de baver. « As-tu besoin de pisser, lui demanda-t-il. Elle le regarda en hochant la tête, puis jeta un coup d'œil au bol sous la table. « Prends le bol et apporte-le-moi.

Elle rampa sous la table et récupéra le bol, puis le lui tendit. Il lui a dit de lever une de ses jambes, puis a placé le bol sous elle, "maintenant pisse et montre-nous ta pluie dorée".

Malgré mes efforts, j'ai eu du mal à faire pipi, avec trois hommes qui me regardaient. 'As-tu besoin d'aide? Je t'ai dit tout à l'heure que si tu avais besoin de pisser, tu pisserais dans ce bol, n'est-ce pas ? J'ai hoché la tête en chuchotant 'oui maître.' 'Ian va ouvrir le robinet qui devrait l'aider', Ian a ouvert le robinet à fond, et lorsque j'ai entendu le débit de l'eau, j'ai fait pipi, en soupirant de soulagement comme je l'ai fait, des boules de sperme s'échappant alors que j'ai fait pipi . Mes doigts trouvant mes mamelons, je les serrai et tirai fort. Faire ça m'a giflé les seins.

'Aie.'

"Qu'est-ce que je t'ai dit quand tu es venu pour la première fois chez moi, ton corps nous appartient maintenant, et nous déciderons si tu es autorisé à jouer avec toi-même, pas avec toi." Baissant les yeux vers le sol, 'relevez votre jambe', comme elle l'a fait, elle savait qu'elle bavait, son clitoris en plein spectacle, voulant jouir à nouveau, ses seins qui fuyaient, son clitoris devenant aussi dur que n'importe quelle bite, elle pouvait ' ne l'aide pas.

'Tu veux encore jouir, n'est-ce pas?' dit Paul en souriant. « Et tu sais que si tu le fais, tu seras fouetté car tu n'as pas été autorisé à jouir, n'est-ce pas ? »

Elle ferma les yeux en secouant la tête, laissant tomber ses bras sur ses côtés, alors que le lait suintait de ses mamelons, le jus dégoulinant du bout de son clitoris.

« S'il vous plaît, maître, j'ai besoin d'être traire, et je suis tellement excitée », gémis-je.

"Oui, nous pouvons vous voir faire," dit Paul en souriant. Il a tenu ma taille alors qu'il me penchait au bout de la table, ouvrant un tiroir, il a pris du lubrifiant, en serrant une bonne quantité sur sa bite et ses doigts, poussant le lubrifiant dans mon cul, s'assurant que j'étais bien lubrifié, cisaillant ses doigts alors qu'il poussait et sortait de moi. Il a tenu sa bite alors qu'il la plaçait à l'entrée et l'a doucement enfoncée; quand je me suis tendu, il s'est arrêté, me permettant de m'habituer à sa taille, puis a lentement continué à pousser doucement un peu plus loin, 'détends-toi salope, j'ai bien l'intention de prendre ta cerise anale.'

Je me sentais tellement rassasié et un peu mal à l'aise mais j'ai essayé de me détendre, « umph », ont-ils entendu, quelqu'un a trouvé mon clitoris et a commencé à me branler, poussant un doigt dans ma chatte en même temps. Après quelques minutes, je pouvais sentir mon sphincter s'ouvrir pour lui et plus il s'ouvrait, plus il poussait jusqu'à ce que ses couilles frappent mon trou. Celui qui était en train de me doigter le trou, tenait les couilles de Paul en les massant doucement.

'Ahhhh fuckkk, Jim, si tu continues à faire ça et je vais tirer mon sperme au fond de son cul. Branlez son clitoris fort pour moi, je veux la voir se défaire », plus il jouait, plus je me détendais, plus Paul me baisait le cul. À ce moment-là, je rencontrais ses poussées et il m'a tiré vers le haut, disant à ses frères de tenir mes jambes écartées. Ils me tenaient plus large que je ne l'avais jamais été auparavant, mais maintenant ils pouvaient atteindre mes seins ; les deux se sont accrochés à mes mamelons et ont commencé à téter fort. Je pouvais voir leurs deux bites palpiter et couler de liquide pré-éjaculatoire sur moi. Je pouvais me sentir monter vers un autre orgasme, j'ai supplié en tremblant, 's'il vous plaît, maîtres, puis-je jouir ?'

« Oui, vous pouvez », entendis-je Paul dire. En une minute environ, je jouis comme jamais auparavant, criant comme je le faisais, puis le suppliant de continuer à me baiser le cul. Ian dont la bite était légèrement plus grosse que celle de Jim se tenait devant moi, enfonçant sa bite profondément dans ma chatte, je n'avais jamais été double-pénétrée, mais sérieusement, je l'étais maintenant, et j'adorais ça. Il n'a pas fallu longtemps avant que Paul ne tire une autre charge profondément en moi, Ian me baisait comme s'il n'y avait pas de lendemain.

Quand Paul s'est retiré, Jim a pris sa place en enfonçant sa bite jusqu'à la garde dans mon cul.

Paul est venu me faire face, 'suce-moi propre salope.' J'ai légèrement tourné la tête sur le côté et j'ai pris sa bite au fond de ma bouche, suçant sa bite proprement comme si c'était une tétine, comme je l'ai fait, j'ai senti encore un autre orgasme frapper, 'putain, putain, putain de kkkkk, yessssssss.' Jim et Ian sont venus en même temps, me remplissant à ras bord, à tel point que ça coulait de moi.

Quand ils se sont retirés de moi, mes deux trous étaient grands ouverts, j'ai remarqué que Paul avait un film, 'tiens-la haut et large, pour que je puisse filmer ses trous béants et ses seins qui fuient, mieux encore téter fort, et elle le fera jouis encore pour nous. Ils s'accrochèrent tous les deux, tétant fort ; alors qu'ils tenaient mes jambes écartées, le bol était placé sous moi alors que ma chatte et mon cul pulsaient, j'en voulais plus, non j'avais besoin de plus de bite.

'Ahhhhhhh, putain de merde, je jouis encore, et quand je suis venu cette fois, j'ai giclé. Quand Paul a fini de me filmer, ils m'ont assis sur une chaise, une que je n'avais pas remarquée auparavant, à laquelle il manquait le centre.

"Jeeeese, c'était putain de génial," haletai-je alors que Jim et Ian vidaient toujours mon lait. Paul s'est approché et m'a tirée vers le bord de la chaise en plaçant chaque jambe sur les bras, mes trous toujours larges et béants, pour que celui qui vienne puisse voir.

Jim et Ian ont disparu par la porte de la cuisine, ramenant une chaise dont les coutures traversaient le centre. Ils l'ont vérifié, puis Paul m'a soulevé de la chaise sur laquelle j'étais assis et m'a placé sur la chaise qui avait été apportée. Lorsque je me suis assis dessus, il a commencé à vibrer, la couture centrale a commencé à s'ouvrir, comme il l'a fait. , il m'a ouvert la chatte et le cul. Puis j'ai senti deux godes remplir les deux trous, 'ohhhhhh fuckkkkkk', je pouvais sentir la vibration monter et descendre, entrer et sortir, me remplissant tellement; mes doigts sont tombés sur mon clitoris saillant. Je pouvais le voir grossir et prendre une teinte plus profonde à la fin. Je reconstruisais vers un autre orgasme, j'ai regardé Paul : il souriait en hochant la tête.

'Oui, tout comme nous le pensions frères, ça marche très bien, son clitoris peut être sucé tout comme ses mamelons et regardez comme ses mamelons sont durs et comme son clitoris grossit, ça ressemble plus à une bite maintenant, plus nous jouons avec elle, nous pourrions lui faire baiser l'un de nous, voyez comment elle fait !

Ian et Jim ont été très impressionnés alors qu'ils regardaient, tirant, serrant et suçant mes mamelons, cela m'envoyait en overdrive, j'étais tellement excité. J'avais besoin d'être baisée autant que possible, j'avais besoin de bite et j'avais besoin de jouir, en quoi me transformaient-ils, mes doigts branlant mon clitoris ?

Paul a incliné ma tête sur le côté en effleurant sa queue contre mes lèvres, alors que Ian et Jim enroulaient mes doigts autour de leurs queues, leurs bouches ont retrouvé mes mamelons, suçant fort. Plus ils tétaient, plus je produisais de lait et plus je devais me faire baiser.

« Maintenant, vous nous avez tous eu », il a poussé sa bite au fond de ma gorge, tenant ma tête d'une certaine manière, afin qu'il puisse la pousser dans ma gorge ; cela m'a fait bâillonner alors que la salive coulait de ma bouche. 'Bonne putain de salope, je vais te remplir de nourriture. Vous pouvez jouir autant de fois que vous le souhaitez, pendant que vous êtes assis sur la chaise », a-t-il dit en regardant profondément dans mes yeux, qui brillaient d'excitation. Il vit mes yeux s'écarquiller, sachant que j'étais sur le point d'exploser à nouveau. J'ai essayé d'écarter mes jambes, mais les bras de la chaise m'ont arrêté. Ian and Jim saw this, and both lifted my legs till they were resting on the arms of the chair. When they did this the vibrating dildos went so deep I was totally overcome and my orgasm hit like never before, making me squirt so much, I thought I was peeing.

'AAAhhhhhhh, yessssssss,' I tried to say; but having a mouthful of a ten-inch cock down my throat, everything came out garbled.

Paul watched everything as I felt him swell, as he fucked my throat hard and deep, feeling him spurt rope after rope of his cream down my throat. Another orgasm hit me, making me buck my hips with the pleasure I was getting.

Ian was looking at Jim, 'let's get her off this chair I need to fill her ass and cum

deep inside her.' Jim grinned at Ian nodding his head. The vibration was stopped, and they lifted my wilting body off, watching as my gaping holes dripped with my juices.

They walked with me in their arms, legs splayed wide open, as Paul continued to fuck my face and lay me on my side on the table.

'Just look at her cunt and butt, shall we fill her holes, Paul?'

Paul smiled nodding his head both aiming their hard throbbing cocks to the entrance of my wet holes. One hard thrust and they were both deeply filling my caverns.

Paul lifted his camera and continued filming, making sure he got all three holes used. I am going to cum in your mouth again, but you mustn't swallow. I want you to show me all my cum in your mouth as I film it,' arching an eyebrow at me.

'Ahh, fuck yes, here it cums, bitch. He thrust hard filling my mouth with his white cream, pulling out slowly when he had finished, telling me to keep my mouth open and show him.

When he had finished filming my mouthful of cum, he went to where Ian and Jim were still pounding away at me, a smile on his face as he continued filming.

He didn't stop till they had both filled me full of cum and I was cumming for the umpteenth time but never had I felt as happy as I did right now.

When Ian and Jim pulled out, Paul let some cum drip out into the bowl, then filled both holes again, my ass with a butt plug with a tail attached, my dripping cunt was filled with a dildo telling me, they wanted both my holes always open.

'Yes master,' I simply replied as my eyes closed. The last I heard was, 'let her sleep awhile as she will need all her energy when the other masters come round later.'

When I woke a couple of hours later, Paul helped me sit up, then lifted me onto a chair, as a plate full of food was put in front of me, it wasn't until I saw the food did I realise just how hungry and thirsty I was. It didn't take me long to finish my food and I thoroughly enjoyed it. Although I was in desperate need to pee and poop saying, 'please masters, I need to pee.'

They looked at each other, telling me to hold on for a few more minutes, as they were expecting company soon. I vaguely remembered them saying this as I drifted off into dreamland again, dreaming of being fucked by many men. When I woke again, I remembered someone saying they were having some masters

round, I asked him did they want me to go, while they entertained their friends.



'Oh no, we want you to stay; we're having a few of our Dom friends visit, and you will entertain us all and you will fuck someone with that clit of yours. Why do you think your cunt and ass are filled? Do you need anything before they arrive?'

'My tits hurt some, can two of you suckle me,' I asked, looking at all three of them. 'And don't you think I need to shower, get some of your spunk off me?'

'No, no we want you as you are, dirty, horny, and a sex-driven bitch, which reminds me, open your legs and show us your clit, there's our good horny bitch.'

I opened my legs for them, placing a finger and thumb on one of my nipples pumping hard, making milk ooze out. Swiping the milk onto my fingers I sucked them clean, and my other hand wrapped around my clit as I started to wank myself. 'Ahh fuck,' my hips bucking upwards.

'You need some exercise before they arrive, come on,' Ian lifted my leash off a hook fastening it onto my collar, as he placed some small knee pads on my knees. 'You will crawl out and round the garden, do you need to shit, if so your butt plug will have to be removed and you will be taken to the top of the garden where you will have a crap, your ass will be hosed clean then fucked and filled with spunk again.'

'Yes master, I need to poop.' I kept my eyes lowered as I answered, blushing furiously at the thought of someone watching me have a crap.

'Ok, spread your butt cheeks.' Ian pulled my butt plug out, then made me crawl up to the end of the garden, the air was cooling which made my nipples harden, which in turn made me moan, the tingling filling my whole body. He left me while I did what I had to do and after about ten minutes, he came back, telling me to turn round and hold my ass cheeks open as he hosed my ass clean. When he was satisfied, he fucked me hard, it didn't take long for him to fill me again, pulling out, he got some lube out and another butt plug and lubed both my butt and the plug, then gently pushed it in, and I knew instantly the plug was a lot bigger than the last one. As we were going back in Ian said to me, 'you are really going to enjoy tonight, our dom friends are very excited at seeing how your clit grows when you are suckled, Paul sent them the film he did, so you're in for a fucking good time.' I didn't get a chance to answer him, as by then we were going back into the kitchen.

When I got to the middle of the room, Paul told me to present myself; so, I got into the position Paul had shown me earlier.

There were half a dozen middle-aged men or older, sitting around laughing and joking. All of them were naked and they were stroking their cocks.

'Gentlemen, may I introduce our bitch slut to you, as you can see she is lactating, and when suckled you will see her clit grow. As I told you all before, I took her anal cherry this morning and the three of us have fucked all her holes.'

He looked at me and then told me to lay on the table, hands behind my knees and my knees up to my tits. This I did this knowing they could all see me wide open and ready for them, they were all naked, cocks in hands. 'Let me show you,' Paul lowered his head and began suckling hard, as Jim attached himself to my other nipple again suckling hard, the harder they suckled the more my clit grew. Ian flicked my clit, licking his lips as he is rimming my ass with his tongue.

I could see that they were all wanking, precum dripping off all their cocks, my fingers finding my clit, I wrapped them around it and started to wank myself, they were all mesmerised, then the elder of them all spoke. 'You know gentlemen if her clit gets much bigger she would be able to fuck one of our bitches, she must be getting to around five inches, and fuck I so want to see that happen and fuck her ass, has she been double penetrated in both holes yet master Paul?

'No, not yet I thought I would save that privilege for tonight, but I must say, if someone fucks her clit with his mouth, I don't know what the outcome will be, shall we find out gentlemen? I could see smiles all around, as Paul had his film in hand ready for things to start.

The eldest of them all started pumping my butt plug in and out, as a younger one wrapped his mouth down on my clit, another two were suckling my milk, making me thrust my hips up causing my clit to go to the back of his mouth. The way he looked at me as his head bobbed up and down, my now very hard, sensitives nub. I felt the plug being pulled out, and immediately being filled with a very large hard cock filling my ass.

I felt my clit twitch, 'suck harder,' I heard someone say, 'I think she's going to cum.' They not only suckled harder but pulled harder too, making me hump the man's mouth I was actually mouth fucking him. I could feel a sensation I had never felt before, I felt my clit spurting, the younger man swallowed the first mouthful, then pulled off and finished wanking me, as I continued spurting a white creamy liquid from my clit.

'Fuck me, just look at this, and she tastes great too. Anymore where she came from master Paul, this one is a keeper.'

Another was lining up, lightly brushing his cock to my soaking wet cunt lips, then thrust to the hilt, the elder man shot his cum deep in my ass as the other one kept fucking my cunt. I had hands and cocks all over me, I was in heaven.

When they had fucked all my holes, they held me open. 'Just look how big her holes are,' Paul said. 'Shall we initiate her into our club now,' he said grinning.

They placed me on my side, hoisting one of my legs high, four men aiming at both my holes. Two penetrated my ass getting into a rhythm, stuffing me so full, that it felt like they were going to split me in two. After a few minutes, I heard myself mewling, then two more pushed their hard cocks deep into my cunt, making me scream out loud.

The master with the biggest cock filled my mouth, holding my throat so he could slide in easily, watching as it slid down my throat. When they had finished spurting, they pulled out, allowing two more to fill and fuck my ass and cunt. When they had all had their turn, they all sat around, their cocks limp, wet and sticky.

They lifted me off the table telling me to suck and lick them all clean and thank them for using me, but they had not finished with me yet. When I had sucked them all clean and thanked them, they fastened me to a cross spread eagled, my legs wide open as all their cum was dripping out of me. I was mewling, wanting more, as I was still cumming and my body was still tingling. I felt my legs spread wide as the bowl was placed underneath me, 'now push all our cum out bitch,' I heard Jim say. When I had emptied myself, I looked at Paul, 'Master,' I said looking at him, 'please, I need more fucking.' I could see everyone; their cocks were hardening again.

Master Paul grabbed my hair yanking it back so I had to look at him, 'who said you could speak?'

I looked at him not knowing what to say.

'Well,' he asked again.

My eye hit the floor, 'No one master, I spoke out of turn, please forgive me.'

'You will be punished for your disobedience.'

I heard the doorbell ring, 'Ah,' said the eldest man, going straight to the door to let whoever it was in. When they entered the kitchen, I noticed another four men and a woman, the woman was also naked on her hands and knees with a collar and leash on. She knelt before him presenting herself saying, 'master I am here for your pleasure, what would you have me do to pleasure you?'

'Yes, my fuck doll you are, now go and show your appreciation to the other doms.'

She did no more than crawl on her hands and knees round to each dom and sucked all their cocks, 'good evening sir,' was all she said.

She kept glancing at me, as I was fastened to the cross and saw her licking her lips. When she had finished, she went and knelt in front of her master again, head on the floor, her ass in the air as she spread her cheeks open to him and didn't move.

Can you see this young bitch, fuck doll?'

'Yes, master.'

'Well, she is about to be punished for her disobedience, but if it is ok with master Paul, I want you to go and kiss her clit/cock;’ he looked over to Paul, who nodded his head allowing him to go ahead. Paul walked over to her master whispering in his ear. Her master nodded his head also, a broad grin spreading his face, then told his sub as he caressed her nether regions, who was still knelt by him, ‘you will go over to her and when you have kissed her clit/cock you will fuck her in your ass until you cum, then come back to me and show yourself. You can do whatever you wish to her, but don't harm her, if you do you will also get severely whipped. Now go over to her and introduce yourself, then come back to your master.'

Paul came and stood by me pulling on both my nipples, ‘when she pleasures herself and fucks you, you will not cum, do you hear me,’ he said looking in my eyes. ‘This is your punishment for speaking without permission, if you do cum, you will stay fastened to the cross and be denied all enjoyment for one hour, do you understand me bitch?’ ‘Yes master, I am to allow fuck doll to fuck me, and I am not permitted to cum.’ As she was saying this they lowered to cross so she was laying down, this would allow fuck doll to sit on her and take her pleasure from master Paul’s bitch.

He then stepped to the side allowing fuck doll to continue with her instructions.

All the doms were by now in a large circle, watching her crawl over to me. Two of her fingers opened my mouth as she kissed me deeply, her fingers caressing my nipples, circling round and round, pinching, pulling, and squeezing hard. Smiling at her, her mouth went to my tit's pulling my engorged nipples into her mouth, as her fingers found my clit. Moans could be heard, when she pulled off my leaking tits, her eyes wandered down to my clit as she licked her lips. She knelt before me, then dove straight in, her head bobbing up and down as her fist found my cunt, fisting me. Again, she pulled off, 'good evening bitch, you are going to fuck my ass now, my master demands it.' She looked at my clit/cock spitting on it, then lowered her butt and began fucking her. After about ten minutes that same feeling was caressing her body again just as she felt fuck doll

pulling her in, shouting ‘fuck your clit/cock, I’m cumming master, I’m cumming.

She lifted herself off me and crawled back to her master's feet, licking his boots.

Their new bitch was watching as the other woman's cunt was on full show to me, I could see it moistening and I could see juices from me leaking out of her ass. She turned around showing her master the evidence.

'Well fuck doll, tell us how you feel?'

'I feel good master because it pleases my master that I am your obedient fuck doll. The milk she is producing is a real turn on master, and as I suckled on her I felt her clit twitching and hardening' she made sure her eyes were lowered as she spoke.

'Do you think you would like to start milking for me fuck doll?'

'Oh, if it would please my master, yes,' her fingers went to her nipples pinching and pulling on them hard as she spoke to him.

Paul could see the frustration on bitches face but was pleased with her obeying him. ‘Tell me bitch, did you enjoy fucking fuck doll’s ass?’

‘I found it strange master, knowing I can pleasure another person with my clit while I am getting pleasured.’

‘And did you cum my bitch?’

‘No master I did not cum, as I do not want my master to punish anymore, only give you pleasure.’

‘Very good answer my bitch, now you are part of our circle, and I think you as everyone else will enjoy your services, under my and my brother’s guidance.’

‘Yes master, I am pleased to be able to serve you all, and whoever you may ask of me.’ I couldn’t help but squirm in front of him as my hips jerked forward.

‘I think you need to need to be suckled again, don’t you?’

‘Yes please master, please will you fuck me with your beautiful big cock master?’

‘Do you want me in your mouth, cunt, or ass?’

‘Oh, my ass please master, you have shown me a pleasure I never knew I had, and I will be your true bitch.’

Smiling at her, I thought she had done very well, considering it was her first day in my kind of world. He had been with many women, but never one who was always craving sex as much as she did. He lifted her off the cross and laid her on the table, noticing her tits were leaking, she would have to be suckled as well.

‘Yes my bitch, my cock is throbbing to fill your ass again, and master Ian will fuck your cunt, as master Jim sucks your clit/cock. Do you want your mouth filling too?’

‘I will obey whatever my master desires.’

She lifted her legs high and wide, but she wasn’t in the position they needed her. Placing her on her side again, fastening one leg high, Paul and Ian aimed their cocks at both her holes. Two others were already latched onto her nipples suckling deeply, as she was openly wanking them both. Jim sucked her clit deep into his mouth just as Paul and Ian thrust deep into her; this made her buck her hips. A very large man tilted her head at his cock, gently pushing in to the hilt and he could feel her throat squeezing his cock. She was in paradise. All the other doms were wanking over her body, and when they had all finished she was covered from head to hips in spunk, and she had cum numerous times. Her eyes were now closing, she felt drained. Her last whispered words to him were.

‘Please master will you keep me as your bitch?’

‘Yes, bitch you are now ours, for there will be more play when we take you to our private club.’ He lifted me into his arms and carried me through the gate at the bottom of the garden.

He took me up to my bedroom, gently laying me on the bed covering me as he said, 'sleep well bitch, and if you want more the gate will be open for you to come through. If you do come, you must be naked,' whether he said anything else I don't remember as I drifted off into slumberland, never feeling as content as I did at that moment, knowing I had at last found my masters.

Did she go back, and if so was she taken to their private club?

Articles similaires

3some fantaisie

Nous rencontrons une autre femme dans un bar pour quelques verres, elle porte une petite robe, et vous pouvez voir qu'elle n'a pas de sous-vêtements en dessous, je porte une jupe très courte, un haut décolleté et des bas. Après quelques verres, nous retournons tous à la chambre d'hôtel que nous avons réservée, en nous arrêtant en chemin pour prendre plus de boissons. Pendant que vous versez les boissons, elle et moi nous réinstallons sur le lit et commençons à nous embrasser, prenant notre temps car nous savons que vous regardez. Elle commence à se déplacer le long de mon corps...

1.5K Des vues

Likes 0

LEXI Chapitres 7-14

LEXI (Chapitre 7-14) CHAPITRE 7 Nous nous sommes retrouvés dans un restaurant italien préféré du quartier où Spence aimait aller. Il y avait beaucoup de monde et le seul siège libre était une cabine d'angle. Nous avons suivi la réceptionniste jusqu'au stand et Lexi est entrée la première et Carmen a dit. Stan, pourquoi ne pas entrer ensuite et remplir le milieu entre Lexi et moi. Bien sûr, j'ai accepté. Nous nous sommes installés car Carmen et Lexi étaient assises assez près de moi. Alors, que pensez-vous de nous emmener les filles à un rendez-vous? demanda gaiement Lexi. Ouais, tu es...

1.4K Des vues

Likes 0

Biker Lust ... Le début

C'était une chaude journée d'automne. Je roulais sans but dans la campagne sur mon Sportster. Tout l'été longtemps que j'avais roulé sur ces mêmes routes et je m'ennuyais. J'avais roulé, perdu dans pensé quand je suis tombé sur la petite vallée boisée avec le cimetière en bordure de route. C'était un aussi bon moment comme tout pour s'arrêter et prendre une gorgée d'eau. En m'arrêtant sur le bord de la route, j'ai garé mon vélo et je me suis étiré respirer profondément le parfum boisé que j'ai toujours aimé. Débouclage des sangles de la sacoche. J'ai sorti une bouteille d'eau et...

1K Des vues

Likes 0

Steph

J'ai rencontré Stéphanie dans un club il y a quelques années. Nous étions tous les deux en train de baver devant le même mec sexy avec lequel nous savions que nous n'avions pas vraiment de chance. Après le départ de M. Hot Guy, nous avons commencé à parler, à commérer vraiment, à propos de la fille avec qui il était parti. Elle s'est pas mal saoulée. Je ne sais pas pourquoi, mais pour une raison quelconque, je me serais senti mal si je l'avais juste laissée au club, elle aurait pu rentrer chez elle en voiture - la dernière chose que...

1K Des vues

Likes 0

The Witcher : la scène cachée (TV-MA)

The Witcher : la scène cachée (TV-MA) ACTE PREMIER : INTRODUCTION Geralt de Riv et sa jeune pupille, Ciri, ont parcouru ce terrain accidenté, s'entraînant et perfectionnant leurs compétences au fur et à mesure. La voix grave du Sorceleur traversa l'air alors qu'il parlait à Ciri, lui transmettant sa sagesse. N'oubliez pas, Ciri, dit Geralt, ses cheveux argentés scintillant au soleil, vous devez toujours être préparé, toujours prêt à vous battre et toujours écouter. Votre instinct vous guidera. Ciri hocha la tête, la détermination gravée sur son visage. Mais juste au moment où Geralt finissait de parler, un grognement menaçant se répercuta dans la...

762 Des vues

Likes 0

Anciens Playboy Playmates Partie 9 : Le vrai désir de Tiffanie_(1)

Note de l'auteur :  Il s'agit de la deuxième histoire de Tiffanie, une ancienne playmate fictive de playboy. Son premier est interracial. Vous n'êtes pas obligé de lire celui-là si vous ne le souhaitez pas, mais il suffit de dire que dans la partie 3 de cette série, Tiffanie a été témoin d'un acte incestueux chez elle impliquant sa sœur aînée Diane. Contrairement à Stéphanie (qui a également été témoin d'un acte similaire dans la partie 3), cela a gâché Tiffanie - la rendant même folle. Elle a fait de son mieux pour éviter ses désirs incestueux intérieurs, en les noyant avec le...

2.6K Des vues

Likes 0

La Fête_(14)

Partie 1 Jésus, nous allons encore être en retard, je me dis en m'asseyant sur le canapé du salon, la tête appuyée sur une main. C'était samedi, le soir de la fête de Doonsberg et il n'y avait pas moyen d'en sortir. Les voisins d'en bas nous avaient invités dans leur manoir il y a des mois. Des RSVP avaient été faites, des calendriers vérifiés et revérifiés, des appels téléphoniques passés. Bref, c'était chose faite. S'il y avait jamais eu une soirée pour faire la fête, c'était bien celle-là. La pleine lune de la veille de la fin de l'été regarde...

2.2K Des vues

Likes 2

L'horloger et l'inventeur partie 4_(1)

C'est parti... grognai-je en posant la caisse sur la table. Je soupirai en regardant autour de la salle de stockage; Une fois de plus, j'étais seul dans l'usine, cette fois-ci en train d'organiser les expéditions. En gémissant, j'arquai le dos. Élongation; J'étais plus que mal à cause de la journée de travail. Scrap se tenait dans un coin, attendant mes ordres. Grâce au temps de rentrer à la maison. En réponse, l'automate se redressa légèrement, siffla et se dirigea vers la porte. Je l'ouvris et suivis mon invention dans les rues mal éclairées. Les rues étaient à moitié vides, principalement des...

2.2K Des vues

Likes 0

Cyber-sexe avec une déesse

Hé les gars, ce sont mes premières histoires, alors s'il vous plaît, gardez les mauvaises critiques pour vous. Ok, j'ai eu une conversation sur le cyber sexe à l'instant, et j'ai pensé que ce serait amusant de la publier. Si vous aimez, j'en posterai un autre mais pour l'instant, c'est parti. *Connect Succès* ????: Salut Moi : M ou F ????: Salut. f vous? Moi : salut moi Son age Moi : Votre premier âge réel, pas de mensonges Son: ** Moi : je m'en fous si tu es jeune Moi: ** Elle : taille ? Moi : 8 pouces (mensuel total au fait) Elle...

2K Des vues

Likes 0

LA SALOPE DU BOSS 1 : LA PROPOSITION_(1)

LA SALOPE DU BOSS - PARTIE I : LE DÉBUT CHAPITRE 1 : LA PROPOSITION Ça s'est passé comme ça s'est toujours passé. Mon smartphone a émis un bip discret. Je me suis détourné de l'écran de l'ordinateur sur mon bureau, j'ai réveillé mon téléphone et vérifié l'ID texte. Monsieur. Cela aurait pu être beaucoup plus. Cela aurait pu être M. Charles Woodburn, PDG et président du conseil d'administration. C'est qui était Monsieur. J'ai ouvert le texte pour trouver le message que je recevais souvent de lui. J'ai besoin de toi dans mon bureau. J'ai souri en me levant immédiatement et j'ai...

1.4K Des vues

Likes 1

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.