Notre seul espoir, chapitre 08

859Report
Notre seul espoir, chapitre 08

AVERTISSEMENT! Tous mes écrits sont destinés UNIQUEMENT aux adultes de plus de 18 ans. Les histoires peuvent contenir un contenu sexuel fort, voire extrême. Toutes les personnes et tous les événements représentés sont fictifs et toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées est purement fortuite. Les actions, situations et réponses sont UNIQUEMENT fictives et ne doivent pas être tentées dans la vie réelle.

Tous les personnages impliqués dans une activité sexuelle dans cette histoire ont plus de 18 ans. Si vous avez moins de 18 ans ou si vous ne comprenez pas la différence entre le fantasme et la réalité ou si vous résidez dans un état, une province, une nation ou un territoire tribal qui interdit la lecture des actes décrits dans ces histoires, veuillez arrêter immédiatement de lire et vous déplacer vers un endroit qui existe au XXIe siècle.

L'archivage et la republication de cette histoire sont autorisés, mais seulement si la reconnaissance du droit d'auteur et la déclaration de limitation d'utilisation sont incluses avec l'article. Cette histoire est protégée par copyright (c) 2019 par The Technician.

Les lecteurs individuels peuvent archiver et/ou imprimer des exemplaires uniques de cette histoire pour un usage personnel et non commercial. La production de copies multiples de cette histoire sur papier, disque ou autre format fixe est expressément interdite.

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

* * * * * * * * * * * *

Chapitre huit

Le quatrième étage

Je suis rentré au Blue Deuce un peu après minuit. Le même voiturier était toujours en service. Il m'a accueilli avec « Bienvenue, Monsieur Guthrie. Je garerai votre voiture dans l’un de nos emplacements VIP. Dites-leur simplement au bureau quand vous êtes prêt à partir et je le préparerai pour vous.

Je lui ai tendu mes clés et un billet de vingt et je lui ai dit : "Rappelez-vous que c'est électrique... un couple élevé et tout ça."

"Je n'oublierai pas", répondit-il en prenant les clés et la facture. C’est drôle à quel point dépenser vingt mille dollars dans un club en une nuit améliorera grandement le service du personnel. De toute évidence, la nouvelle circule rapidement.

Je suis passé devant la réception jusqu'à l'ascenseur, qui était ouvert parce que quelqu'un d'autre venait d'y entrer. Les ascenseurs sont des pièges mortels et je n'entrerais normalement jamais dans un ascenseur qui s'ouvre si facilement, surtout avec un homme plutôt trapu de deux pouces de plus que moi qui entre en premier. Mais comme je n’étais qu’Harold Guthrie, un riche homme d’affaires de l’Ohio qui n’était pas aussi paranoïaque que W, je suis monté dans l’ascenseur.

J'ai glissé la carte-clé dans le lecteur sous les boutons standard et j'ai attendu. Mon cordon plissé s'est un peu resserré lorsque nous avons démarré vers le haut plutôt que vers le bas, mais j'ai ensuite remarqué que le bouton du deuxième étage avait été enfoncé. L'autre homme n'était évidemment qu'un visiteur tardif au pays de la servitude, de la soumission et de la discipline. Lui et moi avons suivi la routine d'évitement du regard exigée par tous les voyageurs de l'ascenseur jusqu'à ce que les portes s'ouvrent au deuxième étage et qu'il descende. J'ai de nouveau glissé ma carte et nous avons commencé à descendre.

J'ai regardé les lumières au-dessus de la porte qui indiquaient 2, puis 1, puis plus rien alors que nous continuions à descendre. C'était comme si nous avions descendu deux ou trois étages supplémentaires avant que l'ascenseur ne s'arrête et que les portes arrière ne s'ouvrent. Je me suis retourné et suis sorti lentement dans une nouvelle zone de réception. Il y avait un bureau d'hôtesse très similaire à celui de l'étage sauf que l'hôtesse derrière ce bureau portait un collier d'esclave, un corset très serré, des chaussures à talons très hauts et rien d'autre. Je n'aime pas normalement ce type de fétichisme, mais elle avait l'air sexy comme l'enfer debout là.

"Veuillez glisser votre carte pour vérifier votre adhésion et ouvrir une facturation pour la nourriture et les boissons", a-t-elle déclaré avec un sourire. Quand je l'ai fait, elle a dit « Suivez-moi », a contourné le bureau haut et a commencé à entrer dans la pièce intérieure. En la suivant, j'ai compris pourquoi je n'aime pas les corsets. De face, la pression du corset lui serrait la taille et remontait ses seins, mais de l'arrière, elle interférait avec le mouvement naturel de ses fesses. Son cul ne bougeait pas comme il le devrait… ou du moins comme je préférais qu'un cul bouge.

« Cette table est-elle acceptable ? » » demanda-t-elle vivement, désignant une table un peu en retrait de l'avant et du centre. Il y avait quelques tables disponibles à l'avant, mais j'avais le sentiment que je devrais dépenser plus de vingt mille dollars ici pour être automatiquement conduit à ces sièges.

"C'est bien", dis-je en m'asseyant de manière à pouvoir facilement voir la scène et ce qui semblait être une ou deux attractions secondaires dans les coins de la pièce.

"Votre esclave sera bientôt avec vous", gazouilla l'hôtesse en se retournant et en retournant à son poste. Au restaurant de l’hôtel, les serveuses étaient des « serveurs ». À l’étage du club principal, ils étaient des « serviteurs ». Ici-bas, ils étaient des « esclaves ». Je me demandais si le divertissement augmentait également – ​​ou diminuait – en conséquence.

Un esclave nu est sorti en courant quelques instants plus tard. Elle a littéralement couru vers la table et est tombée par terre à mes pieds. S'exprimant depuis sa position prosternée, elle a dit : "Cet esclave vous demande pardon pour mon retard." Elle prit une profonde inspiration puis, toujours la tête sur le sol, dit : « Que peut apporter cet esclave sans valeur à un Maître estimé pour son plaisir ? »

Avec une ligne d'introduction comme celle-là, je me demandais ce que tout cela pourrait être au menu, mais j'ai décidé de m'en tenir au bourbon... non, Yukon Jack. Je sais que beaucoup de connaisseurs le considèrent comme un sirop contre la toux fabriqué à partir de déchets de rennes distillés, mais je trouve que le whisky canadien bon marché, aromatisé au miel, fait une bonne liqueur à siroter et il n'y a aucun risque que je puisse en boire trop accidentellement. Avec Jack, plus qu’une gorgée suffit amplement. «Yukon Jack», dis-je. "... double... soigné."

L'esclave s'est enfui dans l'obscurité et est revenu quelques secondes plus tard avec un lourd verre à double shot rempli à ras bord d'une boisson de couleur ambrée. J'ai pris une très petite gorgée et lui ai fait un signe de la tête. "Ce sera tout pour le moment", dis-je.

Elle montra un bouton d'appel sur un bloc-notes près du centre de la table. "Si vous avez besoin d'autre chose," dit-elle précipitamment, "ce bouton fera vibrer mon col." Elle se retourna alors et courut dans l'obscurité. Je me demandais de combien de tables elle était responsable et à quelle vitesse elle devrait courir avant la fin de la nuit.

Je me suis assis pour examiner mon environnement. Les choses semblaient plus sombres que l’obscurité du club standard à l’étage. Un rideau bleu foncé-noir était tiré autour de la scène principale et toutes les lumières étaient éteintes sur scène, mais je pouvais voir... ou peut-être sentir qu'il y avait plus dans l'obscurité. La moquette était noire. Les murs du devant étaient recouverts du même rideau bleu-noir terne qui cachait la scène. Le plafond était constitué de chevrons ouverts qui avaient été peints en noir mat. Les murs, là où je pouvais les voir, étaient soit des blocs de béton très anciens, très sombres, soit une sorte de fausse pierre censée ressembler au sous-sol d'un donjon d'un ancien château. J'ai ri intérieurement. C’était le club de Maître Walter. Cela correspondait à sa personnalité.

De chaque côté de la scène, devant les rideaux, se trouvaient des estrades surélevées, noires bien sûr. Sur la plate-forme de gauche se trouvait un banc de fessée en bois, actuellement vide. Sur la droite, il y avait un étrange tuyau qui dépassait de quatre grands supports boulonnés au sommet de la plate-forme. Dans l’ensemble, il semblait qu’il devait contenir un grand sapin de Noël.

Alors que je réfléchissais à son objectif, une forte dispute a attiré mon attention. Une voix masculine forte disait : « Je t'ai dit ce qui se passerait si tu me désobéissais ce soir. » Une voix féminine tout aussi forte a supplié : « S'il vous plaît, Maître, je ne le ferai plus. Je serai bien. Ne me fais pas ça. Ne m’oblige pas à faire ça en public.

Je me demandais ce que « ceci » pouvait bien être lorsque les lumières au-dessus de la plate-forme de gauche se sont éclaircies et que le Maître à la table où se déroulait la dispute s'est levé et a commencé à traîner une fille nue vers l'avant. Il avait une main sur son bras près de l'épaule. L'autre main tenait sa laisse, qui était bien serrée. Il devait s'agir d'une sorte de laisse à collier ras du cou, car tant qu'il maintenait la tension dessus, elle bougeait avec lui. Cependant, lorsqu'il relâchait sa traction sur la laisse, elle se débattait comme si elle essayait d'échapper à son emprise.

Une fois qu'ils furent sur la plate-forme, il relâcha son bras et elle le regarda d'un air de défi. Il a montré le banc et a dit : « Sur place, sinon ce sera pire. »

Elle s'est reculée plusieurs fois contre la laisse, puis a dit : "Comment cela pourrait-il être pire que de me baiser le cul devant tous ces gens ?"

Il a ri et a dit: "Je pourrais te faire me supplier de te baiser dans le cul."

En réponse, elle croisa les bras comme un enfant de deux ans en colère et continua de le regarder.

"OK alors," dit-il avec colère. Puis il a crié : « Pourrais-je avoir de l'aide ici ? » et deux jeunes hommes musclés vêtus de jeans noirs et de t-shirts noirs avec le mot « Sécurité » sur le dos se sont précipités sur la plate-forme. Il leur fit un signe de la tête et ils attrapèrent la jeune femme par les bras, la soulevant presque du sol.

Ces deux-là n’étaient pas du type muscle-tête. Ils étaient légers et efficaces et savaient exactement ce qu’ils faisaient. Ils placèrent sans effort l'esclave nue sur la partie supérieure du banc de fessée, puis l'un d'eux la maintint en place tandis que l'autre attachait ses tibias à la marche rembourrée inférieure. Une fois qu'il avait attaché une jambe, elle a essayé de lui donner un coup de pied avec l'autre jambe, mais il lui a attrapé l'entrejambe alors qu'elle commençait à donner un coup de pied et l'énergie a quitté sa jambe. Il ne semblait pas attraper sa chatte, mais semblait plutôt appuyer son pouce à l'intérieur de l'articulation de la jambe de son entrejambe. Elle gémit et baissa légèrement la jambe. Il l'a saisi et l'a forcé à se mettre en place. Il ne lui fallut que quelques secondes pour le fixer à la marche rembourrée.

Il s'est ensuite avancé devant elle et lui a attrapé les bras. Posant un pied contre la partie inférieure du cadre du banc de fessée, il tira vers l'extérieur, lui tendant les bras. Cela a forcé ses hanches vers l'avant pour qu'elles soient contre le coussin supérieur du banc. Le premier agent de sécurité lui a ensuite attaché l'abdomen. Il a tendu la main autour d'elle et s'est assuré que ses seins pendaient dans la zone ouverte entre le support abdominal et le support d'épaule, puis a attaché son cou en place. L'autre homme lui tendit un bras à la fois et il les força légèrement vers l'avant et attacha ses poignets à des attaches le long de sa tête. Lorsqu’ils eurent terminé, ils soulevèrent l’extrémité avant du banc et le tournèrent de manière à ce qu’il soit parallèle à l’avant de la plate-forme.

« Merci », dit le Maître d'un ton bourru, « mais restez là. Je voudrais peut-être que tu retournes le banc une fois qu'elle me supplie de la baiser.

"Cela n'arrivera jamais", cria presque l'esclave lié. Puis elle a craché : « Je te déteste ! Je te déteste! Je te déteste!"

"Non, ce n'est pas le cas," dit son Maître presque doucement. "Tu m'aimes. … Et tu adores ça. Il passa sa main dans son dos et sur ses fesses avant de continuer : "Tu ne peux pas te résoudre à le faire à moins que je ne te l'oblige."

Il s'éloigna d'elle et lui tendit la main. Une serveuse nue courut vers lui et lui plaça une courte pagaie en cuir noir à la main. Il se plaça à côté de son esclave, tapotant doucement la pagaie contre sa main. « Supplie-moi, » dit-il. "Supplie-moi de te baiser dans le cul devant tous ces gens."

En réponse, l'esclave liée secoua violemment la tête d'avant en arrière.

"OK, alors", dit le Maître, "nous le faisons à la dure." Il a ensuite commencé à lui donner une fessée avec la pagaie en cuir. C'était agréable de voir quelqu'un qui savait utiliser correctement ce genre de pagaie flexible et fouettée. Il a commencé avec des fessées standards qu'il a étalées sur tout son cul et le haut de sa cuisse. Chaque fessée frappait avec un fort « Thwack ! et les coups étaient régulièrement espacés d'un peu plus d'une seconde.

Après peut-être une minute de cela, il a commencé à exercer une action du poignet qui a changé le son de la pagaie dans les airs et le bruit de celle-ci frappant les fesses de l'esclave. Il y eut un léger sifflement juste avant un fort « Thawack ! Vous pouviez entendre la pointe de la pagaie frapper quelques microsecondes seulement avant que la partie principale de la pagaie ne touche la chair. Il ne la réchauffait plus, il frappait pour l'effet. Et cela a effectivement eu un effet. Elle commença à grogner et à se tortiller à chaque coup.

Peu de temps après, elle a commencé à lui crier : « Espèce de salaud ! Espèce de connard ! Espèce de fils de pute ! » Elle a continué une rotation variée de ces cris pendant environ cinq minutes. Puis il s'arrêta et se dirigea vers l'avant de la plate-forme. Il se tenait là, la pagaie maintenue devant son visage.

« Il y a deux manières d’arrêter cela », a-t-il déclaré fermement. "Tu peux utiliser ton mot de sécurité… ou tu peux me supplier de te baiser dans le cul."

Elle le regarda d'un air de défi et ne dit rien, alors il se remit en position et reprit la fessée. Il ramenait désormais la pagaie bien au-dessus de son épaule à chaque frappe. Le whoosh-whiz semblait maintenant légèrement plus aigu et le son de la fessée, lui-même, redevint un « Thwack ! » très fort. J'ai regardé plusieurs coups avant de réaliser qu'il arrêtait sa main légèrement au-dessus de sa joue et laissait la flexion de la pagaie poursuivre la frappe elle-même. C'est très difficile à faire et cela enlève une partie de l'énergie du coup, mais cela concentre le coup sur une zone de chair beaucoup plus petite.

Après seulement quelques douzaines de ces coups, elle a crié : « Stop ! Arrêt! S'il te plaît, arrête!"

"Vous savez ce qui va arrêter ça", répondit-il. "Soit tu dis ton mot de sécurité, soit tu me supplies de te baiser dans le cul."

Elle le regarda avec défi et il recommença à balancer la pagaie. Une demi-douzaine de coups plus tard, elle a crié : « Stop ! Arrêt! Baise-moi ! Baise-moi ! »

Il se pencha près de sa tête et dit d'un ton presque enfantin : " Va te faire foutre où ? "

"Baise-moi dans le cul. Baise-moi dans le cul", cria-t-elle et se mit à sangloter.

Le Maître a fait signe aux deux agents de sécurité qui se tenaient à proximité et ils ont remonté sur la plate-forme. "Je veux qu'elle regarde tous les gens qui la regardent pendant que je la baise dans le cul", dit-il fermement. Les sanglots de l’esclave augmentèrent considérablement en disant cela.

Après que le banc de fessée ait été retourné de manière à ce que l'esclave regarde fixement la foule, les deux agents de sécurité ont quitté la plate-forme. Alors que le Maître marchait derrière l'esclave, une serveuse nue accourut et lui tendit un tube de lubrifiant. Il revint devant le banc et maintint le tube devant le visage de l'esclave. "Je devrais te baiser sans ça," dit-il, "mais tu auras assez de douleur à cause de la fessée."

Il s'est ensuite promené derrière elle et a ouvert sa braguette. Il était incroyablement moyen. Il ne semblait pas trop long, mais sa circonférence rendrait probablement l'anal peu agréable pour la plupart des femmes. Il a injecté un peu de lubrifiant entre les fesses gonflées de l'esclave et a commencé à le frotter sur son bouton de rose.

Elle commença immédiatement à gémir légèrement. Ce n’était certainement pas un cri de douleur. Elle était très excitée et réagissait à ses doigts qui entraient et sortaient de son cul. Il a travaillé sur elle pendant plusieurs minutes, passant lentement d'un doigt à deux, puis à trois, puis en poussant les quatre doigts, regroupés en coin, dans et hors de son trou de cul maintenant étendu.

Elle commençait à se retourner contre lui et criait d'une voix rauque : « Baise-moi ! Baise-moi ! S'il te plaît, baise-moi ! »

"Vous oubliez quelque chose", dit le Maître d'un ton moqueur.

"Baise-moi dans le cul!" » cria l'esclave en retour. "S'il te plaît, baise-moi dans le cul!"

"Puisque tu me supplies si gentiment", répondit-il et enfonça sa queue dans son bouton de rose qui l'attendait. Il glissa d'environ un pouce sans réelle résistance, mais il s'arrêta ensuite alors qu'elle s'ouvrait lentement pour lui permettre une entrée complète. Puis il a commencé à pomper lentement.

Pendant qu'il pompait, il passa ses mains le long de ses fesses, provoquant visiblement de la douleur alors qu'il massait les bleus rouges et violets. En réponse, l'esclave a commencé à gémir doucement et rauque qui est devenu de plus en plus fort. Il était aussi mesuré avec ses coups de pompage qu'il l'avait été avec ses coups de fessée. Il n'y avait aucune indication de quoi que ce soit de sa part alors qu'elle continuait à devenir de plus en plus bruyante et que ses luttes contre ses liens devenaient de plus en plus frénétiques.

Après plusieurs minutes, ses cris sont soudainement devenus très aigus et elle a commencé à crier : « Non, non, oh mon Dieu, non. Ne me fais pas jouir. Ne me fais pas jouir d'une baise de cul devant tous ces gens. Ne laissez pas ces gens me voir cuuuuuuummmmm ! »

Alors qu'elle criait le mot « jouir » une dernière fois, il l'enfonça violemment dans le cul, tendant la main et attrapant ses hanches pour se donner encore plus de puissance alors qu'il la poussait et, de son léger gémissement, jaillit dans ses entrailles.

Le Maître s'est retiré de son esclave peu de temps après avoir atteint l'orgasme, la laissant sangloter et criant doucement : « J'ai tellement honte. J’ai tellement honte.

Une serveuse nue a couru vers lui et lui a tendu une petite serviette ou une serviette. Il s'essuya et remit son pantalon. Pendant ce temps, Slave Dolly continuait sa litanie sanglotante : « J'ai tellement honte. J’ai tellement honte.

Il lui tapota intelligemment les fesses et dit : "Eh bien, nous allons juste te laisser ici pendant un moment pour que les gens puissent voir à quoi ressemble vraiment une salope humiliée." Elle gémit bruyamment de désespoir alors qu'il descendait de la plate-forme et retournait à sa table. Dès qu'il s'est assis, une serveuse nue est venue en courant pour voir s'il désirait quelque chose maintenant qu'il en avait fini avec son esclave.

Un bruit de l’autre côté du club a ramené mon attention sur la plateforme de droite. Six agents de sécurité transportaient un gros objet rond en métal sur la plate-forme. J'ai reconnu cet objet et j'ai reconnu la femme attachée au centre. C'était Maîtresse Tenesha dans son globe d'acier.

Les six hommes posèrent le globe sur son support. Il y avait un grand appareil rond qui semblait être attaché au globe et s'adapter exactement autour du puits de la plate-forme. Il était difficile de dire si le globe était soutenu par l'arbre ou par l'appareil. Peut-être qu'ils ont travaillé ensemble. Un épais cordon électrique remontait sous le rideau de scène. Une fois que les hommes étaient sûrs que le globe était en place, l’un d’eux est allé dans les coulisses et a visiblement démarré le mécanisme car le globe a commencé à tourner lentement.

"Mesdames et messieurs", a déclaré Maître Walter depuis le centre de la scène, debout devant le rideau, "Maîtres et Maîtresses, puis-je vous présenter Maîtresse Tenesha White dans son monde de douleur."

Dès qu’il prononça ces mots, plusieurs arcs bleu-blanc sautèrent des sommets intérieurs du globe jusqu’à la peau de la Maîtresse. "Chaque fois que vous ferez vibrer vos serveurs ce soir", dit-il avec un large sourire, "vous ferez également vibrer Maîtresse Tenesha." Il s'arrêta pour la regarder et rit. "Je sais que beaucoup d'entre vous apprécieront grandement cela." Il rit encore. "Maîtresse Tenesha, cependant, ne le fera pas."

Comme pour accentuer son propos, plusieurs autres arcs sautèrent des pics métalliques et Maîtresse Tenesha hurla de douleur. Maître Walter leva légèrement les yeux et dit : « Les Allemands et les Argentins ont déjà racheté leurs Maîtres et Maîtresses. Pourquoi rien n’a-t-il été fait pour Maîtresse Tenesha ? J'ai levé les yeux vers le plafond où Maître Walter avait fixé son regard. Le dôme noir d’une caméra de sécurité était à peine visible au milieu des fermes en acier noir.

Le projecteur illuminant Maître Walter s'éteignit et il quitta la scène à grands pas. Quelques instants plus tard, les rideaux le long des parois latérales ont été tirés vers la scène, révélant cinq personnes nues retenues contre les murs en béton. Je n’en ai pas reconnu deux, mais l’une d’elles était Maître Tyrone, une était Maîtresse Kelly et une était Maîtresse Barbette. Maîtresse Barbette était à moitié vêtue d'un corset serré qui mettait en valeur ses seins, mais en dessous du corset elle était nue. Ou peut-être devrais-je dire qu'il était nu sous le corset parce que sous le corset se trouvaient manifestement des organes génitaux masculins.

Maîtresse Barbette était un maître travesti travesti dont le fétiche secret n'a été découvert que lorsqu'il a été élevé du Conseil des Ombres au Cercle Intérieur. Il sentait qu'il ne pouvait pas accepter le poste à moins que le reste du Cercle Intérieur sache pleinement qui il était et ne l'accepte, donc avant leur vote, il s'est révélé aux membres du Cercle. Dire que cela a été un choc pour la majeure partie du cercle serait un euphémisme. Il avait été l'ombre féminine de Maître Brodrick qui n'avait jamais révélé au Cercle que Maîtresse Barbette était un homme. Personne ne pouvait demander à Maître Brodrick s'il le savait, car c'est sa mort qui a élevé Maîtresse Barbette à un poste dans le Cercle. Après de longs discours, le Cercle dit qu'ils l'accepteraient, mais seulement comme Maître, puisqu'il était un homme. Il affirmait que puisqu'il était un homme habillé en femme, il devait être reçu comme une Maîtresse. Finalement, un des membres du Cercle a dit : « Que devons-nous faire ? Vous recevoir comme Maîtresse ? Maîtresse Barbette répondit : « Exactement ! et c'est ce qui a été fait. Maîtresse Barbette est devenue le premier membre travesti de l'Inner Circle.

Je savais que si je partais maintenant, cela aurait l'air suspect, alors j'ai décidé de rester pour le spectacle – ou quoi que ce soit qui passait pour un divertissement ici au Quatrième Étage. Je venais de prendre une autre gorgée de mon Jack lorsque le système audio s'est mis à hurler une mélodie très familière et quatre des agents de sécurité ont marché lentement dans l'allée en portant un panier suspendu à deux poteaux tenus sur leurs épaules. Les rideaux s'ouvrirent et ils montèrent les escaliers jusqu'à la scène.

Après avoir déposé le panier et quitté la scène, un bras vert d'apparence familière a commencé à serpenter hors du panier. Elle venait juste de commencer à sortir du panier lorsque j'ai remarqué que quelqu'un éloignait l'autre chaise de ma table. J'ai légèrement tourné la tête pour voir Walter Monty assis à côté de moi.

"Alors," dit-il en hochant la tête sur scène, "est-ce l'acte dont vous vous souvenez de l'Iowa ?"

Le fait qu'au moins quatre agents de sécurité, en plus de ses gardes du corps, se tenaient derrière lui m'a montré que ma réponse était très importante. En fait, ma vie pourrait très bien dépendre de ce que je dis. De toute évidence, quelque chose était pareil et quelque chose était différent de l'acte que j'avais regardé dans l'Iowa. J'ai siroté mon verre, essayant d'avoir l'air détendu tout en examinant attentivement tout ce que je voyais sur scène. Le panier était différent de celui utilisé chez le [/i]Colonel Boogie's[/i], mais Wyatt n'avait que deux personnes pour l'aider, donc il n'y avait aucun moyen pour eux d'apporter le panier suspendu entre deux poteaux. En regardant plus attentivement la danseuse, j'ai pu voir qu'elle semblait légèrement différente de la danseuse que j'avais observée dans l'Iowa. Elle avait l'air plus âgée et... plus dure.

J'ai pris une autre gorgée. C'était peut-être un piège. Non, c'était définitivement un piège. Maître Walter essayait d'une manière ou d'une autre de vérifier QUAND j'avais été au club de son frère. Je n’avais aucun moyen de connaître la bonne réponse, alors je devais simplement suivre mon instinct et deviner.

"Eh bien," dis-je, "la fille a la même apparence, mais c'est définitivement un panier différent."

"Ce sont des sœurs", dit Maître Walter. « Je voulais donner à sa petite sœur une chance de s’installer dans un endroit où cela n’affecterait pas la réputation de mon club, alors je l’ai envoyée dans l’Iowa. La grande sœur voulait protéger la petite sœur et est allée là-bas pendant quelques semaines pour s'assurer que tout était en sécurité. Ma petite sœur vient de commencer là-bas vendredi dernier.

J'ai regardé Maître Walter et j'ai affiché mon visage le plus inquiet. « Quelque chose de grave est arrivé à ton frère, n'est-ce pas ? J'ai dit. "Et tu devais être sûr que je n'avais rien à voir avec ça." J'ai fait une pause et j'ai dit: "J'espère que ce n'est pas quelque chose dont vous ne pouvez pas l'aider à sortir."

"Ce n'est pas ton problème," dit-il catégoriquement. "Je vais m'en occuper."

Il s'est ensuite tourné vers les hommes qui se tenaient derrière lui et a dit : « Il vérifie. C’est juste un connard riche et idiot de l’Ohio.

J'ai attendu que lui et son entourage soient revenus dans l'obscurité avant de reprendre mon verre. Je ne voulais pas qu’il voie à quel point ma main tremblait. Un de ces jours, je vais me tromper, mais jusqu’à présent, mon instinct ne m’a pas laissé tomber.

J'ai finalement pris une grande gorgée de mon verre et j'ai regardé Lady – grande sœur – Anaconda danser autour de la pièce, se glissant de table en table. En passant devant ma table, j'ai pu mieux la voir. Il y avait un air de famille avec la jeune femme qui dansait chez le Colonel Boogie, mais cette femme avait l'air beaucoup plus dure et... expérimentée que sa sœur cadette. Je me demandais combien d'années de danse dans des clubs comme celui-ci il fallait avant qu'une femme acquière cette coque en plastique dur.

J'ai attendu qu'elle danse pour revenir sur scène, puis j'ai appuyé sur le bouton d'appel du serveur au centre de ma table. Le cri de Maîtresse Tenesha m'a rappelé que ce n'était pas seulement mon serveur qui était « buzzé » lorsque j'appuyais sur le bouton. Mes contacts étroits avec Walter Monty m'avaient distrait et j'avais oublié. C'était peut-être pour le mieux. Même si j'avais su ce que cela ferait, j'aurais quand même dû appuyer sur le bouton. Harold Guthrie aimerait entendre crier la femme attachée dans le globe métallique. Il pourrait même appuyer sur le bouton plusieurs fois de plus juste pour entendre le son de ses cris.

Mon esclave est venu en courant vers ma table. "Avez-vous un menu?" J'ai demandé. "Je pourrais être d'humeur à essayer quelque chose de nouveau."

Elle a répondu : « Je peux réciter le menu pour vous. Voulez-vous de la nourriture ou des boissons ? »

"Boisson", répondis-je.

« Bière, vin ou alcool ? »

C'était comme utiliser un menu en ligne. "De la bière, je pense", dis-je, me demandant ce qu'elle dirait ensuite.

Ce qu'elle a fait, c'est commencer une litanie de chaque bière qu'ils transportaient à la fois en fût et en canettes ou en bouteilles. J'essayais de ne pas rire quand soudain j'entendis : « Weihenstephaner Hefeweissbier Dark ».

"Attendez!" Dis-je rapidement. « Retournez à celui qui semble étrange. Cela semble différent. En fait, je connais très bien cette marque. La Weihenstephaner est une bière brune allemande importée aux États-Unis.

« Weihenstephaner Hefeweissbier Dark ? » elle a demandé.

"Oui," dis-je, "celui-là. Est-il bon?"

"C'est une bière brune si vous aimez ce genre de chose", dit-elle. Il était évident que ce n’était pas son choix de boisson.

"Je ne sais pas si ça va me plaire," répondis-je, "mais j'essaie beaucoup de nouvelles choses ce soir, alors pourquoi pas ?"

Moins d'une minute plus tard, une bouteille d'un litre de Weihenstephaner Hefeweissbier Dark et un verre glacé et dépoli étaient posés sur ma table. Je n’ai pas pris la peine de lui dire que la bière ou la bière allemande est censée être servie à température ambiante ou légèrement fraîche. Harold Guthrie ne saurait pas quelque chose comme ça. La bouteille avait l'impression d'être légèrement refroidie, alors j'ai tenu le verre dans ma main pendant environ une minute, le réchauffant pendant que je faisais semblant d'essayer de lire l'étiquette sur la bouteille. Ensuite, j'ai versé la bière dans le verre. J'ai fait glisser la première partie de la bouteille sur le côté du verre, puis je l'ai déplacé vers le centre pour créer une tête appropriée. Quand j'ai eu fini, j'avais quelque chose à savourer en attendant un moment approprié avant de partir.

Je venais de boire ma première gorgée lorsque Walter Monty est monté sur scène. Lady Anaconda était partie. Les quatre hommes avec les bâtons avaient ramené son panier à travers le club pendant que je jouais avec mon verre. Je n’avais pas vu comment elle avait mis fin à son acte, mais je suppose qu’elle est retombée dans le panier puisque les lumières ne s’étaient jamais atténuées.

« Nous avons besoin d'un volontaire », annonça-t-il d'une voix forte. Puis il a ri et a dit : « … ou un participant réticent. »

Pendant qu'il parlait, deux agents de sécurité ont fait rouler un appareil étrange sur la scène. Il mesurait environ six pieds de long et contenait ce qui ressemblait à deux petits wagons à plateau. Au centre même se trouvait un poteau en argent.

« Maintenant, messieurs, » dit sévèrement Maître Walter, « ne m'obligez pas à tirer des numéros de membres.

J'ai entendu une jeune femme gémir bruyamment : "Mais j'y suis allée la dernière fois que nous étions ici."

"Je sais," répondit son Maître. "C'est pourquoi nous sommes revenus."

Une grande rousse élancée se leva et marcha lentement jusqu'à la scène. À l'exception de son collier et de sa laisse, elle était complètement nue. Même si elle était dépourvue de tous poils sous le cou, il ne faisait aucun doute qu’elle était une rousse naturelle. Seules les vraies rousses ont des tétons aussi roses et seules les rousses naturelles sont aussi roses entre les jambes. Ses lèvres, ainsi qu'une partie de la peau à l'extérieur de sa fente, étaient d'une teinte rose vif.

Alors qu'elle montait sur scène, son maître cria à haute voix : "Montre-leur ton petit trou du cul rose, mignonne-tarte." Elle fit une pause et se pencha en avant jusqu'à ce que sa tête touche presque le sol. Son bouton de rose ressemblait définitivement à un bouton de rose brillant entre ses fesses blanches en porcelaine.

Il y a eu un cri ivre : « Je dois goûter à ça », et un jeune homme très ivre s'est dirigé vers la scène en titubant. Six agents de sécurité sont apparus de nulle part et l'ont attrapé alors qu'il se trouvait encore à bonne distance des marches. L'un d'eux a dit d'une voix forte : « Maintenant, maintenant, Frankie, viens avec nous et nous appellerons ton papa. Encore une fois, et il révoquera vos privilèges… ou nous le ferons.

Le jeune ivrogne les accompagnait volontiers. Il n’avait vraiment pas vraiment le choix. Un agent de sécurité était de chaque côté de lui, lui tenant fermement le bras juste en dessous de l'épaule. Un autre était derrière lui avec une solide prise sur le cou. L'un des autres agents de sécurité marchait devant eux alors qu'ils se dirigeaient vers l'arrière du club. Les deux autres marchaient derrière eux, la tête pivotant d'avant en arrière au cas où il aurait avec lui des copains ivres qui voudraient provoquer une scène. J’ai été vraiment impressionné par l’équipe de sécurité de Walter Monty.

Pendant ce temps, sur scène, Maître Walter disait : « Les sécurités sont activées », alors qu'il prenait l'esclave nue par la main et la plaçait sur l'étrange machine. Il s'assura qu'un pied était sur chacun des petits wagons plats et que le poteau brillant était pointé directement entre ses jambes. Une jeune femme nue – peut-être une des serveuses – est montée sur scène et a attaché les pieds de l’esclave.

"Nous devons placer ce poteau à la bonne hauteur", a déclaré Maître Walter en tournant et en levant la lance brillante et en l'enfonçant légèrement dans la chatte de l'esclave.

"Maintenant, nous vous donnons quelque chose à quoi vous accrocher", dit-il joyeusement alors que l'assistant nu soulevait une chaîne et attachait une retenue sur la main gauche de l'esclave mignonne. Elle a ensuite répété la procédure avec la main droite. Quand elle eut fini, les chaînes étaient lâches, mais Maître Walter leva ce qui ressemblait à une télécommande et dit : « Réglons les poignées. » Il appuya sur un bouton et les deux chaînes se tendirent. Soit ils étaient à ressort, soit, plus probablement, ils étaient connectés à un système de cliquet électrique d'une sorte de plaie.

"Voici comment cela fonctionne", expliqua-t-il à l'esclave visiblement effrayé. "Une fois que j'aurai relâché les roulettes, elles seront libres de glisser complètement vers l'extérieur ou vers l'intérieur." Il en riant. « Vous ne voulez pas qu’ils occupent l’une ou l’autre de ces positions. Ce que vous voulez faire, c’est tenir vos pieds exactement là où ils se trouvent actuellement. Pensez-vous que vous pouvez faire ça ? ... pour dix minutes?"

L'esclave cutie-pie a fait un signe de tête très nerveux. Alors Maître Walter s'est tourné vers la foule et a demandé à haute voix : « Pensez-vous qu'elle peut faire ça ?

Il y a eu plusieurs « oui », mais la majorité a répondu « non ». One very loud voice, which sounded like her Master, yelled out, “Hell no!”

Master Walter again turned to the now terrified slave and said, “Since so many of the people here think you can’t do it, we are going to give you some encouragement. Whenever the sliders come all the way in, you will feel an electric shock on your feet like this.”

The slave yelped and attempted to pull her feet together and lift her cunt off the silver pole. Master Walter laughed and said, “I think you have discovered that since both feet are riding on the same rail, we had to find somewhere else to act as a ground terminal for our electric current.” He laughed again and wiggled the shiny pole that was impaling slave cutie-pie. “Or maybe I should say we found a ground stake.”

He looked at slave cutie-pie who was starting to breathe hard and was looking like she was close to panicking. “Now that was an unpleasant shock, wasn’t it?” Master Walter asked her. Then he said, “But the shock is three times stronger if you let the foot sliders touch the outside stops.”

Master Walter now stood alongside the machine and once again held up his remote. “The controls are set for ten minutes” A digital display descended from above showing 10:00 minutes on it. “... and once the timer starts nothing can stop it... not me... not you... and definitely not slave cutie-pie.”

I doubted that was true. I was sure that a simple push of a button on the remote would shut down the machine, but Master Walter was making it clear to everyone– especially slave cutie-pie– that her safeword would be ignored for the next ten minutes.

“So that you don’t accidentally fall off the machine,” Master Walter said firmly, “we’ll need a safety support.”

A cable now descended from the ceiling. The cable was split in two about three feet from its end. The two branches connected to what looked like a steel posture collar with Frankenstein bolts extending out several inches from the sides of the neck area.

“This is one size fits all,” Master Walter said cheerily as he strapped the metal posture collar in place around slave cutie-pie’s neck. It was somewhat loose on her neck, with plenty of room for her own collar under it, but the flare which went under her chin and behind the back of her head seemed to be adequately tight to hold her head. Once it was in place, he used his remote to tighten the cable until she was just barely held upright by it.

“A drum roll please,” he said dramatically and the sound of a drum came over the speakers. On the final hit of the drum roll, he pressed something on the remote and slave cutie-pie’s legs suddenly slid wide apart.

You could hear the sliders slam against the outside stops just before she screamed and pulled her legs back together. She screamed again as the sliders hit the inside stops. There were four or five more slams and screams as the sliders slid to the inner and outer extremes before slave cutie-pie was finally able to stop her legs mid-way and prevent further shocks.

She stood rigidly still for a moment, but then one of her feet moved slightly and she tried to pull her legs partially together to stop the slide. With both feet sliding freely, however, she overcorrected and slammed her legs together. This time she didn’t scream, but only yelped slightly as the current went through her feet and her cunt. She tried stopping her legs as they automatically spread from the pain of the shock, but she was unable to regain control and her left leg went all of the way out.

There was no loud slamming clunk this time, and no scream. There wasn’t even a yelp, just a low-pitched grunt as the current buzzed her left leg and her cunt. I could see muscle tension in her arms as she tried– unsuccessfully– to stabilize herself. Her left leg pulled in while her right moved out and she ended up hitting the stops with both feet, her left leg hitting the inside stop and the right leg hitting the outside stop.

Without pulling her right leg in, she moved her left leg out until it, too, was against the stop. Then, with her body vibrating from the shocks, she slowly pulled both legs inward until they were at the midway point. The look of relief on her face lasted for several seconds until one foot again started to move slightly. She pulled as hard as she could against the chains holding her hands, but the little stabilization that pull provided wasn’t enough and the whole cycle began again.

When the shocks hit, she threw back her head and again screamed loudly. This time much more loudly than she had originally screamed. She also lost control of her bladder and sprayed the stage. Obviously, the voltage had stepped up higher. Her body now more than vibrated. It shook violently as the higher voltage assailed her feet and her cunt, the current coursing through her legs causing them to shake like a cheap Elvis impersonator. She must have done a cleansing routine in preparation for going out with her Master tonight because she did not lose control of her bowels– or at least there was nothing to expel.

This cycle of pulling herself into the center and holding it for a few moments before losing control and slamming into either the inner or outer stops continued. The voltage evidently stepped up twice more, judging from the yelps and the increased shaking of her legs. Finally, shortly after the timer read 03:00, she gave up, letting her legs spread completely and hanging there from the weird posture collar letting the voltage bounce and shake her body like a marionette on a puppet stage.

When the timer finally ran out, there was a huge burst of applause from the crowd. Master Walter went back up on stage and called for some assistance from his security men. Four of them hurried up on stage and held slave cutie-pie while he adjusted the chrome spike down out of her cunt. When he removed the steel posture collar, she slumped forward and would have fallen if it had not been for the men holding her in place. Master Walter then stepped away and the men released her arm restraints and unstrapped her feet from the roller platforms. One of them then picked her up and carried her back to her Master’s table. When she appeared to have difficulty staying in the chair, one of the men produced a long, black silk scarf and tied it around her body under her arms to hold her in place. She sat there staring glassy-eyed at her own Master as Master Walter stepped back on stage to introduce another act.

While he was talking, I got up and walked to the elevator at the back of the club. I had seen enough. I now knew where Walter Monty was and where several of the hostages were held, including Master Tyrone and Mistress Tenesha. The only problem was that there was no way some simple trick out of Boris’ magic box was going to set them free. Master Walter was no Wyatt; his highly trained security team were not Bill and Ted; and the specially-constructed room beneath The Blue Deuce was no Colonel Boogie’s. I was going to need some serious help pulling this one off.

Luckily for me, among the few trusted people for whom Master Randolph had given me names was Sam Two Feathers. I knew Sam. I had helped him when his wife’s sister was abducted by some crazies who hated “Indians” but for some reason wanted Precious Rock as their squaw / sex slave. Sam knew who they were and where they were, but the tribal authorities wouldn’t listen to him because they considered him white. The local authorities wouldn’t listen to him because he was “just an indian,” and “it was an indian matter.” He needed a white man to act as a go-between with the racist white authorities and I was eminently qualified for that.

He would handle the tribal side of it. He was eminently qualified for that, or should have been. Sam Two Feathers was full-blooded Sioux, or at least as full-blooded as anyone can be anything, but he wasn’t on the official tribal registry and therefore was not a member of the tribe. His wife, Ruby Waters was removed from the tribal registry when she married Sam against her father’s wishes. Sometimes it’s nice to know that prejudice and bigotry isn’t isolated to one ethnic group.

We got Precious Rock back alive and intact, but she would need a lot of counseling and therapy before resuming her normal life. I had the foresight to take a couple of federal agents with us when we raided these scumbags’ love nest in the mountains. Their presence had a calming– or at least restraining– effect on Sam, so the four men who had abducted Precious Rock ended up alive, but would spend most of the rest of their lives in prison. In appreciation for returning Precious Rock, Sam’s father-in-law got Ruby Waters reinstated on the tribal registry. That means Sam Two Feathers’ children are official Sioux even though they live off the reservation.

Sam works as a private security consultant in the LA area. If you ask him what he does, he will tell you that he provides a scary face when rich people need to keep tourists and paparazzi away from their gates. I’ve seen his company at work and he definitely can provide more than just a scary face.

I waited until morning, got out an unused burner phone and re-registered the phone number to one of my standbys. Then, using my computer program, I texted him on his private number, “Hi Ho Silver to my favorite contrary. Need to talk. Burner phone #3. Text back time you will call.”

About fifteen minutes later, I received a text that said only, “14:05"

It was a little past eight in the morning, so that gave me some more needed sleep time. I woke up around noon and went down to the hotel restaurant for lunch. I debated taking a swim, but decided that a sunburn might interfere with the task at hand. Besides, if people saw me in swim trunks, they might wonder how a businessman from Ohio ended up with so many battle scars. I was waiting on my balcony when the phone rang at exactly five minutes after two.

If someone was somehow listening in on the call, they would have been very confused. Sam and I had talked about the Contraries in Sioux tradition. They lived their lives backward. They also talked backwards... sort of. Their answers were always reversed. When I called him my favorite Contrary, I indicated that this was to be a contrary conversation.

His first question was, “Is this W?”

“No.”

“Can you talk?”

“No.”

I then asked some questions of my own, beginning with, “Are you under any pressure from anyone concerning me?”

"Oui."

I relaxed. The Monty brothers and their traitor within The Society weren’t pressuring Sam.

“What was the name of Tonto’s horse?” J'ai demandé.

“Silver,” He answered. Then he added, “The Lone Ranger rode Scout, Kemosabe.”

I laughed and said, “Enough contrariness. We need to talk in person.”

He said flatly, “High Rooftop Lounge, Venice Boardwalk, One hour.” Then he hung up.

It took me fifty minutes to drive to Venice Beach and another ten to find the High Rooftop Lounge. After I had climbed the stairs, the hostess came up to me and I said, “I am supposed to meet someone here.”

I was still trying to decide if Sam had given his real name when a young man with a very military bearing walked up to me and said, “Are you Kemosabe?”

The hostess looked shocked, but I nodded and said, “Yup.”

“Follow me,” the young man said and turned and walked to a nearly empty section of the club. Three additional very lean and muscular young men were standing near the outside edges of the roof. As we approached the table where Sam was seated, the man guiding me veered off and took up a post on the outside wall. All four young men were facing outward, forming a square around the table where Sam sat smiling at me. I had forgotten just how intimidating Sam Two Feathers’ smile could be.

“You look pretty good for a dead man,” he said as I sat down.

“What do you know about the Monty brothers?” J'ai demandé.

“I know you are after them,” he replied. “Master Randolph said you might be in touch, but... that was before the incident in Vegas.”

“Some poor sap stole the wrong truck,” I said slowly. “Unfortunate for him; lucky for me; they think I’m dead, so I’ve been able to infiltrate Walter Monty’s club here in LA.”

“And you need my help to capture him and free the hostages,” Sam said in his flat, bass-voiced way of talking.

“That pretty much says it all,” I answered.

“What have we got?” he said, leaning forward and setting a piece of paper and a pen on the table. I started drawing the layout as best I could remember.

“The only entrance seems to be the elevator from The Blue Deuce,” I explained, “but I’m betting there are fire escapes or rat holes out through the strip mall. We might be able to get in through there.”

“Have you looked at the Fire Marshall’s files on both buildings?” Il a demandé.

“I think Boris would have checked that,” I replied and he laughed.

“Not unless he had someone on the inside or got a court order,” Sam said. “Those files aren’t kept on line. You have to go into the office itself to look at them, and you have to have a court order or be part of a Fire Marshall investigation.”

I said “Shit!” and Sam smiled at me.

“Luckily,” he said, “I have both... when I need them.” He then laid a small tablet on the table and brought up some images. There were three fire exits out of the hidden club area. Two led directly into the hallways. The third led through the dress shop.

“We will have to block the elevator entrance,” he said flatly, “and create enough threat and confusion that people will stampede out the safety exits.”

“How will they know they are even there?” J'ai demandé. “I was down there and didn’t see any indication of them.”

Sam smiled again. “In case of an earthquake,” he said in his flat way of speaking, “those doors will automatically open and guide lights will glow in the walls or on the ceiling.”

"Super!" I said, sounding much more animated than Sam. “Now all we have to do is arrange for an earthquake on cue.”

Sam’s smile widened. “Did you know,” he said, “that all elevators are required to have an earthquake sensor in the bottom of the shaft? And that a relatively small explosion would trigger that sensor?”

“Wouldn’t that be a little rough on anyone in the elevator?” J'ai demandé.

“I hate collateral damage as much as you do,” he said firmly. “There will be no one in the elevator because you will be the one triggering the blast. And with my help, Boris will have control of the elevator. But we have to go tonight before they move the hostages.”

Hopefully, the W team was about to score a surprise run in a game that was supposedly already over.

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

END OF CHAPTER

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

Articles similaires

LEXI Chapitres 7-14

LEXI (Chapitre 7-14) CHAPITRE 7 Nous nous sommes retrouvés dans un restaurant italien préféré du quartier où Spence aimait aller. Il y avait beaucoup de monde et le seul siège libre était une cabine d'angle. Nous avons suivi la réceptionniste jusqu'au stand et Lexi est entrée la première et Carmen a dit. Stan, pourquoi ne pas entrer ensuite et remplir le milieu entre Lexi et moi. Bien sûr, j'ai accepté. Nous nous sommes installés car Carmen et Lexi étaient assises assez près de moi. Alors, que pensez-vous de nous emmener les filles à un rendez-vous? demanda gaiement Lexi. Ouais, tu es...

1.4K Des vues

Likes 0

Biker Lust ... Le début

C'était une chaude journée d'automne. Je roulais sans but dans la campagne sur mon Sportster. Tout l'été longtemps que j'avais roulé sur ces mêmes routes et je m'ennuyais. J'avais roulé, perdu dans pensé quand je suis tombé sur la petite vallée boisée avec le cimetière en bordure de route. C'était un aussi bon moment comme tout pour s'arrêter et prendre une gorgée d'eau. En m'arrêtant sur le bord de la route, j'ai garé mon vélo et je me suis étiré respirer profondément le parfum boisé que j'ai toujours aimé. Débouclage des sangles de la sacoche. J'ai sorti une bouteille d'eau et...

1K Des vues

Likes 0

Steph

J'ai rencontré Stéphanie dans un club il y a quelques années. Nous étions tous les deux en train de baver devant le même mec sexy avec lequel nous savions que nous n'avions pas vraiment de chance. Après le départ de M. Hot Guy, nous avons commencé à parler, à commérer vraiment, à propos de la fille avec qui il était parti. Elle s'est pas mal saoulée. Je ne sais pas pourquoi, mais pour une raison quelconque, je me serais senti mal si je l'avais juste laissée au club, elle aurait pu rentrer chez elle en voiture - la dernière chose que...

1K Des vues

Likes 0

The Witcher : la scène cachée (TV-MA)

The Witcher : la scène cachée (TV-MA) ACTE PREMIER : INTRODUCTION Geralt de Riv et sa jeune pupille, Ciri, ont parcouru ce terrain accidenté, s'entraînant et perfectionnant leurs compétences au fur et à mesure. La voix grave du Sorceleur traversa l'air alors qu'il parlait à Ciri, lui transmettant sa sagesse. N'oubliez pas, Ciri, dit Geralt, ses cheveux argentés scintillant au soleil, vous devez toujours être préparé, toujours prêt à vous battre et toujours écouter. Votre instinct vous guidera. Ciri hocha la tête, la détermination gravée sur son visage. Mais juste au moment où Geralt finissait de parler, un grognement menaçant se répercuta dans la...

762 Des vues

Likes 0

Anciens Playboy Playmates Partie 9 : Le vrai désir de Tiffanie_(1)

Note de l'auteur :  Il s'agit de la deuxième histoire de Tiffanie, une ancienne playmate fictive de playboy. Son premier est interracial. Vous n'êtes pas obligé de lire celui-là si vous ne le souhaitez pas, mais il suffit de dire que dans la partie 3 de cette série, Tiffanie a été témoin d'un acte incestueux chez elle impliquant sa sœur aînée Diane. Contrairement à Stéphanie (qui a également été témoin d'un acte similaire dans la partie 3), cela a gâché Tiffanie - la rendant même folle. Elle a fait de son mieux pour éviter ses désirs incestueux intérieurs, en les noyant avec le...

2.6K Des vues

Likes 0

La Fête_(14)

Partie 1 Jésus, nous allons encore être en retard, je me dis en m'asseyant sur le canapé du salon, la tête appuyée sur une main. C'était samedi, le soir de la fête de Doonsberg et il n'y avait pas moyen d'en sortir. Les voisins d'en bas nous avaient invités dans leur manoir il y a des mois. Des RSVP avaient été faites, des calendriers vérifiés et revérifiés, des appels téléphoniques passés. Bref, c'était chose faite. S'il y avait jamais eu une soirée pour faire la fête, c'était bien celle-là. La pleine lune de la veille de la fin de l'été regarde...

2.2K Des vues

Likes 2

L'horloger et l'inventeur partie 4_(1)

C'est parti... grognai-je en posant la caisse sur la table. Je soupirai en regardant autour de la salle de stockage; Une fois de plus, j'étais seul dans l'usine, cette fois-ci en train d'organiser les expéditions. En gémissant, j'arquai le dos. Élongation; J'étais plus que mal à cause de la journée de travail. Scrap se tenait dans un coin, attendant mes ordres. Grâce au temps de rentrer à la maison. En réponse, l'automate se redressa légèrement, siffla et se dirigea vers la porte. Je l'ouvris et suivis mon invention dans les rues mal éclairées. Les rues étaient à moitié vides, principalement des...

2.2K Des vues

Likes 0

3some fantaisie

Nous rencontrons une autre femme dans un bar pour quelques verres, elle porte une petite robe, et vous pouvez voir qu'elle n'a pas de sous-vêtements en dessous, je porte une jupe très courte, un haut décolleté et des bas. Après quelques verres, nous retournons tous à la chambre d'hôtel que nous avons réservée, en nous arrêtant en chemin pour prendre plus de boissons. Pendant que vous versez les boissons, elle et moi nous réinstallons sur le lit et commençons à nous embrasser, prenant notre temps car nous savons que vous regardez. Elle commence à se déplacer le long de mon corps...

1.5K Des vues

Likes 0

Cyber-sexe avec une déesse

Hé les gars, ce sont mes premières histoires, alors s'il vous plaît, gardez les mauvaises critiques pour vous. Ok, j'ai eu une conversation sur le cyber sexe à l'instant, et j'ai pensé que ce serait amusant de la publier. Si vous aimez, j'en posterai un autre mais pour l'instant, c'est parti. *Connect Succès* ????: Salut Moi : M ou F ????: Salut. f vous? Moi : salut moi Son age Moi : Votre premier âge réel, pas de mensonges Son: ** Moi : je m'en fous si tu es jeune Moi: ** Elle : taille ? Moi : 8 pouces (mensuel total au fait) Elle...

2K Des vues

Likes 0

LA SALOPE DU BOSS 1 : LA PROPOSITION_(1)

LA SALOPE DU BOSS - PARTIE I : LE DÉBUT CHAPITRE 1 : LA PROPOSITION Ça s'est passé comme ça s'est toujours passé. Mon smartphone a émis un bip discret. Je me suis détourné de l'écran de l'ordinateur sur mon bureau, j'ai réveillé mon téléphone et vérifié l'ID texte. Monsieur. Cela aurait pu être beaucoup plus. Cela aurait pu être M. Charles Woodburn, PDG et président du conseil d'administration. C'est qui était Monsieur. J'ai ouvert le texte pour trouver le message que je recevais souvent de lui. J'ai besoin de toi dans mon bureau. J'ai souri en me levant immédiatement et j'ai...

1.4K Des vues

Likes 1

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.