LISSA C. Chapitre 2, Joyeux anniversaire David

1.1KReport
LISSA C. Chapitre 2, Joyeux anniversaire David

LISSA C. Chapitre 2, Joyeux anniversaire David

La journée s'était mieux déroulée que ce à quoi je m'attendais. Retourner à la maison, avec Lissa au volant, m'a donné l'occasion de la voir très bien pendant qu'elle conduisait. Il n'y avait rien chez cette fille que je n'aimais pas. Ses beaux cheveux blonds, tourbillonnant au fur et à mesure que le vent soufflait sur le pare-brise, apportaient une certaine fraîcheur à toute la situation. Elle riait et rigolait à mes blagues stupides pendant que nous discutions, me faisant me sentir de plus en plus à l'aise avec elle. Mais ensuite, il y avait ces seins délicieux qui se dressaient fermement sur sa poitrine. J'ai vraiment essayé de ne pas le fixer, mais ses petits mamelons durs comme une gomme se détachaient du tissu blanc de sa chemise comme une invitation. Une fois de plus, le capitaine rigidy a grandi.

Une fois que nous avons quitté les routes principales et que nous sommes revenus dans mon quartier, le style de conduite de Lissa a radicalement changé. Avec ce petit sourire de côté et un clin d'œil, elle a rétrogradé de deux vitesses et l'a posée au sol, ce qui a fait que les pneus ont laissé échapper un fort cri alors que nous avons été instantanément lancés vers l'avant. Régulièrement, le compteur de vitesse s'est enroulé au-delà du haut de la jauge jusqu'à ce qu'il commence à descendre de l'autre côté dans des zones que je n'ai jamais osées. Le quartier a commencé à filer à un rythme toujours croissant alors que nous dépassions facilement 120 miles à l'heure. D'un geste rapide, Lissa atteignit la console centrale et appuya sur le bouton pour que la porte s'ouvre. Au rythme où nous parcourions le terrain, si les lourdes portes de fer ne s'ouvraient pas, l'accident allait être horrible.

J'ai regardé Lissa qui était concentrée uniquement sur la route. L'expression sur son visage ne laissait pas entendre qu'elle était le moins du monde inquiète. Quant à moi, mon cul était si serré que j'aurais pu chier un diamant si tu m'avais donné un morceau de charbon. "Tu ne penses pas qu'on va un peu vite ?!" ai-je demandé en retournant mon regard par la fenêtre de devant vers les portes de fer qui approchaient rapidement.

"Nous allons bien", a répondu Lissa en resserrant sa prise sur le volant et en appuyant sur l'accélérateur jusqu'au sol.

J'ai failli fermer les yeux lorsque nous avons franchi les grilles à plus de 220 km/h. Honnêtement, je ne sais pas comment nous y sommes parvenus étant donné que les portes n'étaient pas complètement ouvertes. C'était comme quand nous étions allés au centre commercial. Il ne devait pas y avoir plus d'un millimètre de dégagement de chaque côté lorsque nous sommes passés par l'étroite ouverture. Dès que nous avons passé la porte, Lissa a commencé à descendre en se déplaçant et en freinant lourdement alors que nous faisions les derniers virages jusqu'à la maison. Avec un petit dérapage des pneus, la voiture s'est arrêtée brusquement juste devant la porte d'entrée.

"Mission accomplie", a déclaré Lissa en plaisantant en coupant le moteur et en ouvrant le frein d'urgence.

La voiture faisait ces petits pings et pops alors que le moteur chaud et la transmission commençaient à refroidir. « Putain de merde ! m'exclamai-je alors que j'étais assis pratiquement immobile, toujours pas sûr de ce qui venait de se passer. "C'était incroyable", ai-je poursuivi en tournant la tête vers la gauche pour regarder ma belle conductrice blonde. C'est à ce moment-là que j'ai vu Lissa remettre en place son rétroviseur côté conducteur. À un moment donné pendant tout cet épisode, elle l'avait roulé avec sa main à côté de la portière de la voiture pour que nous puissions dégager les portes. Alors qu'elle sortait de la voiture, je ne pouvais pas dire si mon cœur battait la chamade de l'allée jusqu'à la maison, ou de la vue de son cul couvert de jean bien étiré. Dans les deux cas, je commençais à vraiment aimer Lissa.

Pendant la majeure partie de la mi-journée et la majeure partie de l'après-midi, je n'ai pas trop vu Lissa, même si la maison était en pleine effervescence. Lissa s'était chargée d'organiser ma fête d'anniversaire au dernier moment. Quand je l'ai vue, elle se promenait d'un endroit à l'autre dans la maison avec son téléphone portable à la main. Avec le téléphone à l'oreille, elle commandait quelque chose ou donnait des instructions et des moments comme celui-ci avaient été planifiés depuis le début. Quand elle m'a vu, son magnifique sourire a fait fondre mes entrailles comme du beurre chaud sur une pile de pancakes fumants.

Vers 4 heures, nous avons tous les deux tourné le même coin de la maison dans des directions opposées et nous nous sommes croisés. L'arrêt soudain nous a pris tous les deux au dépourvu, ce qui a permis à sa main libre de s'enrouler fermement autour de ma taille pendant que je l'enveloppais instinctivement dans mes bras pour l'empêcher de tomber. À cet instant…..nous nous sommes figés sur place. Aucun de nous ne risquait de tomber, mais tous deux tenaient l'autre fermement dans leurs bras. Immédiatement, Lissa a poursuivi la dernière partie de ses instructions, sans essayer de s'éloigner de moi pendant qu'elle parlait. Sa prise est passée d'une fermeté défensive à quelque chose qui ressemblait plus à une douce étreinte alors qu'elle penchait son corps à côté du mien. La poigne de sa main a également changé d'une prise soudaine sur quelque chose de solide pour bercer doucement ma taille.

"Ok," dit-elle en conclusion juste avant de raccrocher le téléphone. « Cela devrait à peu près le faire. Les traiteurs seront là à 18 h 30 avec tout le reste », a-t-elle déclaré en me regardant dans les yeux tout en rangeant son téléphone portable dans sa poche arrière.

"Merci d'avoir fait ça", dis-je en faisant un pas audacieux et en la serrant un peu.

Un large sourire apparut sur son visage lorsqu'elle sentit la pression supplémentaire de mes bras. Avec des pas très petits, elle s'est rapprochée de moi tandis que sa main qui tenait autrefois le téléphone rejoignait l'autre bras autour de ma taille. Immédiatement, je pouvais sentir la chaleur chaude de son aine contre ma cuisse alors que son pied droit prenait position entre mes pieds tandis que son pied gauche resserrait ses jambes autour de ma jambe droite.

"Eh bien," dit-elle en se serrant contre moi, "tu n'as qu'une seule fois 18 ans. De plus, " dit-elle alors que ce petit sourire méchant traversait son visage, " ce sera amusant. "

Je ne m'étais jamais senti aussi à l'aise avec quelqu'un dans ma vie. Même dans cette situation avec mes bras autour de cette jeune femme et qu'elle me serrait en retour, dont je n'avais même pas été proche, je me sentais à l'aise. Alors que je regardais ses yeux vert émeraude brillants, je me suis perdu dans l'instant. Sans même réfléchir, je me penchai et l'embrassai sur les lèvres. Ce n'était rien de spectaculaire, juste une belle pression constante pour montrer mon appréciation, mais un baiser néanmoins. Alors que je me levais, je regardais ses yeux s'ouvrir lentement, suivis d'un sourire toujours plus large. Immédiatement, mon cœur a commencé à marteler dans ma poitrine. C'était la première fois que j'embrassais une vraie fille et je n'y avais même pas pensé ! Ça vient d'arriver!

"Mmmm," fredonna-t-elle doucement en regardant d'un œil à l'autre avant d'examiner le reste de mon ensemble. "Je ne t'ai pas pris pour un homme à femmes comme ça."

J'étais perdu. Sans même penser que je m'étais aventuré dans un territoire auquel je n'avais pas pensé ou planifié, pourtant j'étais là avec cette magnifique fille dans mes bras qui me regardait comme si j'étais le roi de l'univers ! "Eh bien... euh..." balbutiai-je en relâchant ma prise sur elle et reculai d'un petit pas. "Je suis désolé," j'ai à peine réussi à sortir alors qu'une énorme vague de peur me submergeait. "Je... euh... je ne voulais pas faire ça."

"Oh oui tu l'as fait," répondit-elle très doucement en faisant un pas vers moi pour refermer l'écart entre nous. "N'aie pas peur, David," continua-t-elle en attrapant doucement ma main et en la tirant vers son ventre. Elle me regarda droit dans les yeux avant de reprendre la parole. "C'était très agréable. D'ailleurs, est-ce que j'ai l'air contrarié ?

Non, elle ne l'a pas fait. En fait, si quoi que ce soit, il semblait que sa vitesse de ralenti venait d'augmenter. J'étais toujours perdu alors que je regardais au hasard son visage, ses seins et le sol. Je ne savais pas non plus où devaient être mes yeux ni ce que le reste de moi devait faire. Sauf pour un endroit. Capitaine Bois. La raideur que je portais maintenant tirait sur la fermeture éclair de mon pantalon comme si l'air devenait une denrée perdue. De tous les endroits où réagir, ça devait être lui. Et avec son mouvement suivant, la situation dans mon pantalon est devenue bien pire. Lissa a simplement regardé mon visage en silence alors qu'elle amenait lentement ma main maintenant tremblante entre ses seins et la plaçait carrément sur sa poitrine.

"Tu vois," dit-elle en se mordant le coin de la lèvre, "il n'y a rien à craindre. C'est juste moi."

"Je sais," répondis-je alors qu'un calme vraiment étrange commençait à m'envahir. "Je n'ai jamais embrassé personne auparavant." Mon admission d'être une "première minuterie" a arrêté Lissa dans son élan. Je ne sais pas ce qu'elle essayait de comprendre, mais je pouvais dire qu'elle pensait aux dernières secondes de manière assez détaillée. Pendant qu'elle réfléchissait, ce joli sourire subtil ornait lentement la beauté sans faille de son visage.

"Viens ici," dit-elle en levant la main gauche et en la posant doucement sur ma nuque, "je veux te dire quelque chose," dit-elle en tirant doucement sur mon cou, me pressant de me pencher vers le bas à son niveau.

Mon inexpérience a vraiment pris le devant de la scène alors que je me penchais, m'attendant à ce qu'elle me dise quelque chose en toute confiance. Ce qui s'est passé ensuite a réécrit mon histoire pour toujours. Avec le plus subtil des mouvements, j'ai été accueilli par un baiser très passionné à bouche ouverte. La poigne de Lissa sur ma nuque m'empêchait de lever la tête loin d'elle, non pas que je le voulais, mais c'était une assurance que c'était définitivement quelque chose d'intentionnel. La douceur de ses lèvres combinée à sa langue essayant de se frayer un chemin dans ma bouche ne fit que me pousser à rendre la pareille et à lui rendre son baiser. Tout ce que je peux dire, c'est ce que j'ai ressenti de mon côté. Des étincelles jaillirent du ciel dans toutes les directions alors que je jetais mes bras autour d'elle et l'embrassais en retour avec 18 ans de passion et de désir.

Seul un léger gémissement est venu de Lissa alors que j'enroulais mes deux bras autour de son torse et resserrais ma prise, la tenant contre moi dans une étreinte serrée. Lorsque sa main libre rejoignit l'autre à l'arrière de mon cou, je la serrai contre moi et me levai, la soulevant du sol. Elle était lourde, ou du moins je le pensais. Mais là encore, je ne suis pas sportif non plus. Mais cela m'a un peu surpris de voir à quel point elle était lourde. Mais quand j'y ai repensé plus tard, étant objectif, elle avait l'air d'être solide comme un roc. Il allait donc de soi qu'une fille aussi active physiquement qu'elle serait lourde et serrée. Tout ce que je savais vraiment à ce moment-là, c'était que j'étais dans une grave impasse avec cette fille magnifique et qu'elle ne protestait pas le moins du monde.

Quand j'ai été complètement debout, Lissa a levé ses jambes et les a enroulées autour de ma taille, verrouillant ses chevilles derrière mon dos. Cela a soulagé un peu mes bras, ce qui était une bonne chose. Je commençais à lutter un peu avec son poids. Elle a dû le remarquer car elle a rompu avec notre baiser et m'a regardé droit dans les yeux. "David, j'ai un cadeau spécial pour toi", a-t-elle dit alors que ses yeux allaient et venaient en regardant directement dans l'un de mes yeux avant de se déplacer pour regarder directement dans l'autre. Mon cœur battait contre ma poitrine alors que je regardais les paisibles bassins d'émeraude de son regard. "Mais ici, dans le couloir, ce n'est pas là que je veux que tu l'aies."

Je suis peut-être nouveau dans ce domaine, mais je n'avais pas besoin d'une invitation gravée ou de signaux de fumée pour me dire quoi faire ensuite. Le capitaine Wood me soutenait déjà. Baissant mes deux mains dans le mouvement le plus audacieux que j'aie jamais fait de ma vie, j'ai pris une bonne prise sur son cul avant de nous retourner et de me diriger vers ma chambre. "Tu vas adorer ça", a-t-elle dit doucement en mâchouillant mon lobe de l'oreille droite. Pour une fois, j'étais tout à fait d'accord avec elle.

En entrant dans ma chambre, c'était comme si tout était automatique. Je me dirigeai droit vers mon lit et m'arrêtai, mes genoux reposant à peine contre le matelas. Immédiatement, Lissa a descendu ses deux pieds chaussés de derrière mon dos et s'est levée. Avec l'ajout du lit, elle était maintenant une tête plus grande que moi, plaçant mon visage directement entre ses seins. Dès que ses mains se sont posées sur l'arrière de ma tête, j'ai plongé, embrassant entre ses seins sur le tissu blanc de son t-shirt. Je n'ai jamais remarqué ses mouvements jusqu'à ce que la chemise blanche disparaisse soudainement alors qu'elle la remontait par-dessus la tête pour la jeter sur le côté. Instantanément, mes yeux se sont remplis de la vue de ces deux beaux seins aux mamelons durcis qui s'étaient cachés hors de vue toute la journée.

Avez-vous déjà vu comment deux aimants réagissent l'un à l'autre sur une surface lisse ? Le mouvement peut être un peu lent au début, mais à mesure qu'ils se rapprochent, ils accélèrent considérablement jusqu'à ce qu'ils s'entrechoquent. C'est la seule façon dont je peux décrire comment mes mains ont réagi aux magnifiques globes bordés de bronzage directement devant mon visage. Étant ferme et chaud, j'ai immédiatement commencé à les serrer doucement tandis que ma bouche allait d'un mamelon à l'autre, suçant et léchant comme un enfant affamé. Seuls les bourdonnements les plus doux résonnaient de Lissa alors que mon premier rêve de toute une vie devenait réalité. Quand elle a finalement parlé, c'était de la pure musique.

"Mmmm oui David," roucoula-t-elle alors que ses doigts passaient d'avant en arrière dans mes cheveux, "C'est si bon."

Je me sentais tellement bien et à l'aise pendant que je suçais les seins de Lissa. C'est difficile à décrire, mais cela semblait être la chose naturelle à faire, presque une nécessité. La nervosité et la peur que j'avais plus tôt quand je l'avais embrassée pour la première fois n'étaient même plus un souvenir. Seul le désir de la ressentir et de l'expérimenter restait en moi. Et mes soupçons à son sujet étaient fondés. Alors que je déplaçais mes mains sur son ventre, je pouvais sentir ses abdominaux fermes et l'étanchéité de son corps. Elle était définitivement en bonne forme physique.

Lissa fredonnait doucement pendant que j'embrassais son abdomen pour m'arrêter brièvement sur son nombril. Ses doigts ratissaient continuellement mes cheveux jusqu'à ce que mes mains viennent se poser sur les globes serrés de son cul. Ce n'est qu'à ce moment-là qu'elle a relâché la douce prise sur l'arrière de ma tête. S'écartant un peu de moi, elle a eu l'opportunité de passer la main entre nous et de détacher son jean. Cela seul aurait dû envoyer mon rythme cardiaque à travers le toit, mais son doux bourdonnement est resté un rappel constant qu'elle me voulait là où j'étais et que mes actions étaient mortes sur la bonne voie.

Une légère traction ici, et deux pas rapides là et Lissa se tenait maintenant devant moi dans seulement un string rose. Elle avait l'air absolument fabuleuse ! Avec la petite distance qui nous séparait j'en ai profité pour la voir de la tête aux pieds. Si jamais il y avait le point culminant exact de tous mes rêves humides réunis en même temps, elle se tenait juste devant moi sur MON lit ! À cet instant, je me figeai sur place.

"David," sa voix douce m'a fait signe de regarder son visage. « Voulez-vous me rejoindre ? Dès qu'elle a dit cela, elle s'est retournée et s'est dirigée vers la tête de mon lit. Avec son pied droit, elle repoussa les couvertures pour pouvoir s'asseoir là où j'avais dormi pendant tant de nuits solitaires. "Ici," dit-elle en s'allongeant sur le dos et en accrochant les deux lanières de son string avec ses pouces. D'un mouvement rapide, elle fit glisser le petit vêtement vers le bas et le jeta de côté. "Laisse-moi ouvrir ton cadeau pour toi." À peine l'avait-elle dit que ses jambes s'ouvrirent largement pour exposer sa chatte serrée avec la plus petite des pistes d'atterrissage juste au-dessus.

Avez-vous déjà vu un magicien dire "Ala-ka-zam" et un lapin apparaître soudainement de nulle part ? Mes vêtements n'auraient pas pu disparaître et plus vite que s'il m'avait enfoncé sa baguette magique dans le cul avec la puissance réglée au maximum ! Lissa n'a même pas eu la chance de se mettre à l'aise avant que je sois sur elle avec tous les 8 pouces de ma bite enfouis en elle. "Ah oui," roucoula-t-elle alors que je commençais un rythme régulier, "voilà." Régulièrement, je me suis enfoncé dans Lissa sans presque aucun égard pour elle. Elle se sentait tellement fantastique. D'un autre côté, je n'avais jamais été à l'intérieur d'une fille auparavant, donc je n'avais vraiment rien à quoi la comparer. Tout ce que je savais, c'est que c'était génial de glisser ma longueur dans son corps.

Lissa était juste allongée sur le dos, ses mains agrippant l'arrière de ses genoux alors qu'elle me regardait avec ce genre de sourire étrange sur le visage. C'était incroyable parce que peu importe ce que je faisais, poussées profondes et dures, ou superficielles et douces, elle me regardait continuellement avec ce regard content de satisfaction qui ne faisait que me pousser et m'encourager à la baiser plus fort.

"Tu aimes ça là-dedans, n'est-ce pas ?" demanda-t-elle avec ce petit sourire timide.

Alors que je faisais de mon mieux pour atteindre ses amygdales à travers sa chatte, je la regardai. "Qu'est-ce qui vous donne cette idée", j'étais à peine capable de haleter pendant que je la martelais comme un putain de jouet que j'avais acheté en ligne.

"Eh bien," commença-t-elle alors que je la sentais me serrer avec sa chatte, "vu à quel point tu es profondément en moi ...... je dois me sentir bien."

"Est-ce que vous plaisantez?" J'ai haleté en revenant aux coups les plus longs et les plus profonds que je pouvais gérer sans me retirer d'elle. "Vous êtes fantastiques!"

"Je vais vous dire quoi", dit-elle en changeant de position pour pouvoir écarter ses jambes aussi largement qu'elle le pouvait en tirant sur l'arrière de ses genoux avec les deux mains, "Je veux que tu sois aussi à l'aise en moi comme tu es autour de moi. Alors, ...... que diriez-vous de me baiser aussi profondément et aussi longtemps que vous le souhaitez? Et quand tu es prêt, tu décharges ta charge en moi. Quand elle a dit cela, elle a souri très grand et a remué son cul d'avant en arrière un peu m'invitant à faire exactement ce qu'elle venait de dire.

Pouvez-vous dire surcharge du système ? ! Je pense que j'ai réussi environ cinq ou six coups de plus avant de lui claquer l'aine contre elle et de lui faire exploser les hormones des 6 dernières années aussi loin que je pouvais l'atteindre. Dès qu'elle a senti ma bite gonfler, ses mains ont immédiatement attrapé mon cul et m'ont attiré en elle avec une force que je ne pensais pas qu'elle possédait et aussi une à laquelle je ne m'attendais pas. J'arquai le dos et enfonçai profondément mes doigts dans le matelas juste à côté de sa taille alors que mon corps se tendait pendant ma libération.

"Oh oui... Ça y est !" siffla-t-elle entre ses dents serrées tandis que ma bite projetait à plusieurs reprises mon sperme dans ses profondeurs, "Jouis en moi bébé!"

Mon Dieu qu'elle était fantastique ! J'ai sursauté plusieurs fois de manière incontrôlable alors que ma bite forçait mon dépôt au plus profond d'elle. Lissa a juste fredonné très doucement et m'a maintenu en place jusqu'à ce que chaque dernier spasme soit passé. Alors que ses mains relâchaient lentement la pression sur mes fesses, je sentis ses chevilles se poser doucement sur le dos de mes jambes. Elle ne me tenait pas en place, mais me rappelait plutôt que je n'avais vraiment pas besoin d'aller nulle part. J'ai laissé tomber mon visage dans l'oreiller juste à côté de son oreille droite et j'ai commencé à respirer fortement. Elle m'avait vraiment pris beaucoup.

Alors que je refermais mes bras sur ses côtés, je sentis sa main se poser sur l'arrière de ma tête. Ses doigts commencèrent à courir doucement dans mes cheveux tandis que sa main gauche se posait au milieu de mon dos. "Joyeux anniversaire David," dit-elle doucement dans mon oreille alors qu'elle me faisait un très joli câlin contre ses seins nus.

"Merci," haletai-je en baissant un peu mon visage pour pouvoir lui mordre l'épaule.

"Je suppose que votre petit problème est résolu maintenant, n'est-ce pas ?" a-t-elle déclaré tandis que sa main gauche descendait pour saisir une main pleine de ma fesse droite.

"Que veux-tu dire?" demandai-je en m'appuyant sur mes coudes pour pouvoir la regarder droit dans les yeux.

"Avec vos amis." déclara-t-elle avec un grand sourire. "Maintenant, tu peux me présenter comme ta petite amie."

BON DIEU QUE OUI! Le rêve de tous les rêves venait de dire les mots magiques. Sans même y penser, j'ai recommencé à me pomper en elle. Je ne sais pas si c'était la joie d'entendre ces mots ou si c'était ma première fois, tout ce que je savais, c'est que mon boner était toujours aussi dur que l'acier et que ma nouvelle petite amie n'avait aucune intention de se lever ou de me repousser.

Nous avons baisé dans toutes les positions auxquelles je pouvais penser pendant l'heure suivante sans jamais permettre à ma bite de se retirer d'elle. À chaque nouvelle position, je jouis profondément en elle, vidant un peu plus mes noix et allongeant mon endurance à chaque fois. À mon cinquième orgasme, j'étais à ma limite. Je commençais à être fatigué parce qu'il a fallu près de quinze minutes de travail très intense pour que mon dernier orgasme se produise. Lissa semblait tout prendre à bras-le-corps. En fait, j'ai été surpris que son entrejambe ne soit pas seulement un gâchis bâclé à ce moment-là. Au contraire, elle était tout aussi ferme et humide qu'à nos débuts.

Dès que ma bite a cessé de trembler après le numéro cinq, j'ai roulé sur elle et je me suis allongée à ses côtés. "Oh mon Dieu!" J'ai haleté alors que mon lit et mon oreiller menaçaient de m'endormir immédiatement.

« En avez-vous assez ? demanda Lissa en s'appuyant sur un coude pour me regarder.

Je ne pouvais que sourire alors que je regardais d'abord dans ses yeux avant que mon regard ne dérive vers le plafond. "C'était absolument incroyable." J'ai commenté pendant qu'elle dessinait de petits cercles autour de mon mamelon droit avec son doigt. "Je pense que j'ai besoin d'une petite pause."

"Je peux comprendre ça," répondit-elle en aplatissant sa main et en la posant directement sur le milieu de ma poitrine. "C'était certainement le meilleur que j'aie jamais eu."

Je ne pouvais pas m'empêcher de me sentir complètement à l'aise avec elle. Tout en elle disait que c'était juste et que c'était censé être. Avec un dernier regard fixe sur son visage souriant, je fermai les yeux et m'endormis. Je n'aurais pas pu être plus heureux.

Une heure plus tard, je fus brutalement réveillé par mon réveil. Lissa était introuvable mais elle avait laissé un mot sur ma poitrine. La belle écriture cursive le disait assez simplement : « Le traiteur sera là à 6 h 30 et vos amis sont censés commencer à arriver à 7 h. Nettoyez-vous et habillez-vous. J'ai posé quelque chose pour toi sur notre commode. Je serai là." Il a été signé avec un visage souriant à l'intérieur d'un cœur. Je me sentais comme un million de dollars. J'ai une petite amie et j'ai couché le jour de mon 18e anniversaire. À quel point cela pourrait-il être meilleur ? !

Après une douche rapide, je me dirigeai vers ma commode pour voir ce qu'elle avait "préparé" pour moi. À ma grande surprise, c'était ma chemise de jeu préférée et un jean bleu. Comment diable savait-elle que c'était mon vêtement préféré de tous les temps quand je sauvais la planète ? Cela n'avait pas vraiment d'importance pour moi parce que j'allais être très à l'aise, je pouvais juste le sentir. Et ce soir j'allais botter des culs !

Alors que je me dirigeais vers la tanière pour m'assurer que j'avais tout ce dont j'avais besoin, le premier des traiteurs arriva. J'ai été vraiment choqué quand ils ont commencé à transporter et à assembler le nouveau téléviseur à écran plat Samsung de 170 pouces ainsi qu'un incroyable système de son surround. Je ne pouvais pas croire à quel point cette chose était massive alors que toute une équipe de techniciens commençait à faire passer des fils et des câbles pendant que des écrans plats étaient branchés. Mon équipe va chier quand ils verront ça !

À peu près à mi-chemin de l'assemblage, une autre équipe de techniciens est arrivée et a commencé à brancher une station de travail multimédia refroidie par liquide 18X-Core avec tous les accessoires nécessaires pour que toute mon équipe puisse jouer en même temps. Ça allait être la soirée gaming de toutes les nuits ! Toute mon équipe allait pouvoir jouer en même temps au lieu d'être en équipe. Alors que je me levais et que je regardais la tanière se transformer en le lieu de jeu le plus impressionnant de tous les temps, l'interphone de la maison s'est mis à sonner.

"David", j'entendis la voix de Lissa alors que je m'approchais du panneau pour appuyer sur le bouton. "Voulez-vous me rencontrer à la porte d'entrée, s'il vous plaît?" elle a continué avant que je puisse faire quoi que ce soit.

"Je suis en route." Au moins maintenant je savais où elle était. Ma maison fait vingt mille pieds carrés avec plusieurs ailes. Avoir l'interphone est presque une nécessité lorsqu'on essaie de trouver quelqu'un parmi les 22 chambres. Cela fonctionne mieux pour une course de réfrigérateur lorsque mon équipage est terminé. Celui qui perd le tirage au sort doit faire la course. Le reste d'entre nous attendra d'être dans la cuisine avant d'utiliser l'interphone pour les charger avec pratiquement tout ce qui se trouve dans le placard à collations. C'est méchant pour eux mais amusant pour le reste d'entre nous.

Dans toute la maison, il y avait plusieurs groupes de traiteurs avec divers emplois. La cuisine et la salle à manger semblaient être les zones avec la plus forte concentration de personnes. Et les odeurs de la nourriture faisaient grogner mon estomac. Non seulement il y aurait des jeux sérieux, mais les repas allaient être hors du tableau.

Quand j'ai tourné le coin du vestibule, mes yeux ont eu droit à une vision absolue de la beauté. Lissa était vêtue d'une courte robe noire qui avait des bretelles spaghetti remontant sur ses épaules et une ligne d'ourlet bien au-dessus du milieu de ses cuisses. Elle portait également le tuyau noir que j'avais vu dans le sac au centre commercial avec des chaussures à talons hauts brillantes. Ma mâchoire devait être restée ouverte quand je l'ai vue parce qu'elle a immédiatement ri à l'expression que j'affichais. Jetant un rapide coup d'œil sur elle-même, elle a repassé sa robe sur son ventre avec ses mains avant de retourner son regard sur mon visage. L'autre chose que j'ai remarquée, c'est qu'au lieu que ses cheveux soient tirés en arrière en une grosse queue de cheval à l'arrière de sa tête, elle les portait lâches, de sorte qu'ils coulaient librement sur ses épaules et dans son dos. Mon dieu…………elle était magnifique.

"Wow" dis-je en m'approchant d'elle tout en buvant sa beauté. "Tu sembles formidable!"

"Merci," répondit-elle tranquillement avec un sourire très agréable sur son visage alors qu'elle faisait un pas pour écarter ses pieds. "Tout est pour toi. Tu aimes?"

C'était quel genre de question ?! Voici ce qui est arrivé au Capitaine Wood dans mon pantalon dès que j'ai posé les yeux sur elle. TOING ! Rigidité instantanée. Et pas seulement un teaser, je parle d'un acier au titane entièrement dur. Des lions affamés encerclant un agneau capturé n'auraient pas l'eau à la bouche comme la mienne l'était en ce moment. Je n'avais absolument aucun mot pour le moment et je restais là comme un idiot à la regarder.

"Hey," dit-elle en tendant rapidement la main pour saisir ma main. "C'est juste moi ...... tu te souviens?" dit-elle en levant à nouveau ma main et en la plaçant sur le plat de sa poitrine directement entre ses seins.

Qu'est-ce qui m'avait pris ?! J'avais l'impression que j'allais exploser alors que je me sentais si calme et en sécurité autour d'elle. Je voulais la baiser si fort qu'elle ne pourrait plus jamais rapprocher ses jambes, mais je voulais aussi la bercer à côté de moi. Tous ces sentiments ont martelé en moi alors que je me tenais là comme un cerf pris dans les phares. J'étais complètement nul. Alors que mon cerveau s'efforçait de trouver une sorte de réponse, la sonnette retentit. "Sauvé par la cloche", me suis-je dit alors que Lissa se tournait rapidement pour ouvrir la porte d'entrée principale de la maison. Que la fête commence !

Quand la porte s'ouvrit, toute mon équipe se tenait là. Ils bavardaient tous pendant que certains d'entre eux regardaient les différents véhicules de restauration éparpillés à divers endroits devant la maison. Dès que la porte s'ouvrit et que Lissa s'avança, ils se turent tous immédiatement. « Bonsoir à tous », dit Lissa en ouvrant complètement les deux lourdes portes. "Accueillir."

Je pouvais comprendre la réaction des gars de mon équipe en voyant Lissa pour la première fois. Elle est absolument magnifique. Mais ce qui m'a surpris, ce sont les regards de Karen, Sarah et Maria. Même eux ont été surpris par la beauté de Lissa. Il était temps pour l'homme de l'heure de prendre le devant de la scène. "YO !" dis-je alors que je sautais dans la scène juste à côté de Lissa. Immédiatement, ils se détendirent tous et des sourires apparurent sur leurs visages.

"Joyeux anniversaire mon frère", a déclaré Rock en se levant le premier du groupe pour me serrer la main et me toucher les doigts. "Mec, qu'est-ce qu'il y a avec la restauration?"

"C'était l'idée de Lissa", ai-je dit en lui donnant un petit coup sur la poitrine.

"Cool." Il se tourna ensuite pour faire face à Lissa. "Bonjour Lissa", a-t-il dit en passant devant moi et en lui tendant la main.

"Hey Mark", a-t-elle répondu en lui donnant une poignée de main rapide suivie d'un morceau de pierre. "Dirigez-vous vers le salon ou la cuisine, nous serons là dans quelques instants."

"Mec", a déclaré Ax en s'avançant ensuite. "Joyeux anniversaire comme tout formel et merde." dit-il en me serrant la main avant de se tourner vers Lissa.

— Rentrez dans la maison, ai-je dit en le poussant sur le côté.

"Yo Lissa", a déclaré Ax en s'avançant devant elle et en l'examinant de la tête aux pieds. "Wow, des vêtements savoureux."

"Merci Tony", a répondu Lissa en lui passant cinq poignées de main différentes en succession rapide. "Allez trouver Rock, nous serons là dans une minute."

Karen (alias Grinder) est intervenue ensuite. Elle est l'une des principales raisons pour lesquelles je me suis lancé dans le jeu en premier lieu. Étant amie avec elle depuis la première année, je ne la considérais pas comme une fille. C'était juste une amie construite un peu différemment, mais avec le même genre de motivation que moi. Ses cheveux bruns et sa silhouette semi-mince étaient facilement dissimulés dans ses jeans amples et ses chemises amples en métal lourd. Quand elle avait les cheveux tirés en arrière avec une casquette de baseball, elle pouvait facilement passer pour un mec pour l'observateur occasionnel. Ce soir, elle était fidèle à sa forme en enfilant un t-shirt Metallica, un jean ample ample et une casquette de baseball à l'envers. C'était la même vieille Grinder que j'ai toujours connue.

"Yo Grinder," dis-je en levant ma main ouverte pour un ¾ high five. "Qu'est-ce qu'il y a?"

"Mec", a-t-elle répondu en s'interposant entre moi et Lissa et en claquant sa paume contre la mienne. «Je suis dans la zone de mise à mort complète ce soir, soutien-gorge. Alors, qu'y a-t-il avec le flocon de neige ? » dit-elle en examinant Lissa de la tête aux pieds.

"Karen," dis-je en me retournant pour la présenter officiellement à Lissa, "Voici ma petite amie, Lissa C." Les mots semblaient étranges sortir de ma bouche alors que je la présentais à Lissa.

"Petite amie?" répéta-t-elle en examinant Lissa de la tête aux pieds. "Cela ressemble plus à un piège à homme pour moi." dit-elle en s'avançant vers ma droite pour faire face à Lissa de front.

"Pas un piège à homme", a répondu Lissa en regardant Grinder de la tête aux pieds. "Plus comme une crique de sécurité", a-t-elle répondu en tendant la main et en saisissant doucement la main de Karen.

"Crique de sécurité hein", a rétorqué Karen tout en faisant de son mieux pour paraître dure. « Tu vas le protéger du danger ?

"Si besoin est", a répondu Lissa en jetant un autre regard à Karen de la tête aux pieds. "En fait plus comme un havre de paix où il peut se reposer s'il en a besoin." répondit Lissa alors qu'elle se levait et renforçait sa position en restant ferme.

Karen n'était pas prête pour ce genre de réponse et se figea un instant avant de répondre. "C'est cool", dit-elle en tendant la main et en serrant la main à Lissa. "Il a besoin de quelqu'un comme toi depuis longtemps."

Lissa se contenta de sourire en retournant la poignée de main. "Allez à la cuisine, nous serons là dans une minute."

Et ainsi de suite avec le reste de mon équipage. Lissa a ensuite rencontré Wedge (Sara), suivie de Flack (Eric), Storm (Maria) et Blaster (Kevin). Chacun d'eux avait sa propre vision de Lissa. Mais à son crédit, Lissa est restée toujours aussi cool et recueillie lors de sa première interaction avec chacun d'eux. C'était incroyable parce que Grinder et Axe étaient probablement les deux avec lesquels il était le plus difficile de s'entendre. Lissa les a accueillis et les a poussés sur le côté comme du bétail partant à l'abattoir. C'était étrange la façon dont elle les traitait. J'étais juste reconnaissant qu'elle soit avec moi et non contre moi.

As Blaster headed up the hallway toward the kitchen Lissa took the moment to whisper something in my ear that rattled me all the way to my core. “Just so you know,” she said just before she closed both of the entry doors and locked them. “I’m not wearing any panties.” And with that said she casually gave me a kiss on the lips before she turned and headed up the hallway after my friends like she did not have a care in the world. Can you say raging hard on?

Everyone grabbed something to eat out of the kitchen before heading for the den. Immediately the air was filled with ‘Oooh’s and Wow’s’ as everyone first laid their eyes on the massive gaming center on the far side of the room.

“Dude this is sick!” Flack sang out as he plopped down on the couch that faced the massive TV screen.

“Move over dip shit,” I said as I took my usual position right in the middle of the couch.

Immediately we were followed by the rest of the crew who were jabbering back and forth about everything. The drinks and plates immediately piled up on the coffee table as everyone grabbed a hand set and headset for the upcoming battle. As everyone began to get comfortable Lissa walked out in front of the big screen and cleared her throat. Almost immediately silence filled the room.

“Hey you guys,” she started out as she scoped my crew from left to right. “Thank you all for coming.” Everyone had their eyes glued to her as she spoke and I could understand why. The black stockings encasing her legs showed just the slightest bit of the lacy black garter from the edge of her high hemmed skirt. Her look was absolutely stunning. Better than any of the pictures in my adult magazine. “Happy birthday David.” she said out loud and she began to clap her hands. Immediately cheers and applause rang out from my crew. When the pats on the back and the jokes about being old subsided Lissa continued. “To help celebrate David’s birthday his dad has sent this new game for you guys to try out. It’s called Operation Moonlight. It’s a variant to the Halo series you guys are so familiar with, but it has a more realistic feel and better graphics.”

“Dude this is awesome!” a few of my crew stated along with a “Hell yea!” from Storm and “No fucking way” from Rock.

“And if you guys don’t mind a newbie,” Lissa stated as she pressed the button on the remote she had in her hand to start up the game, “I’d like to join you.”

All I can say is that the graphics were just as Lissa had described, crisp and sharp. After just a few minutes of picking out our players and arming up, the battling began. We broke out of an APC (Armored Personnel Carrier) at the edge of a large shipping container staging area and headed right into the shit. Immediately gunfire from our front and left began hitting the containers, sending all of us scrambling for cover. What was really cool was as we separated, the screen would divide up, allowing each of us an individual screen for isolated combat while the remainder stayed with the large group. Combat chatter immediately broke out between us as weapons began firing and explosions resonated throughout the whole den.

For almost 20 minutes the 9 of us blasted our way across the large shipping container area before Grinder caught an RPG and virtually vaporized on the spot. “Damn it!” she hollered as she dropped her hands to her lap in disgust.

“Dude that was wicked!” Flack laughed out as he gave Karen a nudge in the ribs with his elbow. “You turned into spray!”

“Ha, ha, ha,” she retorted as she tossed her controller and head set on the table. “Aren’t you just fucking funny.” With that said she got up and headed out of the room toward the kitchen.

It was not more than a second later that Lissa stepped on a land mine, causing her player to completely disappear. “Oh man,” she said as she quickly set her controller and head set down. “So much for the newbie,” she stated as she quietly exited the room in the same direction as Grinder, leaving the rest of us to battle it out to the end.

In the kitchen, Lissa walked in just as Karen stood up from having her head in the refrigerator. As soon as Karen saw the unsuspecting co-occupant of the area she immediately moved her right hand behind herself in an attempt to conceal the contents of her hand. Noting this Lissa just casually strode into the area and took up a position that would keep not only the refrigerator, but Karen in full view as well.

“That kinda sucked about the game,” Lissa opened as she scoped Karen from head to toe.

“Oh yea,” Karen replied as she took a step away from the fridge in a pirouette that kept her right hand concealed. “And just what would you know about it?”

Lissa paused for a moment as she watched the young girl maneuver around the end of the island so she would be concealed from the waist down. “I know that it must be tough for you competing against those guys anytime you open up a gaming session together.”

The observation seemed to diffuse Karen a bit, making her more accepting to a civil conversation rather than one projected from a defensive stand. “You have no idea,” she scoffed as she scoped Lissa from head to toe very thoroughly. Even Karen was taken by the striking beauty of the blonde girl in the short black dress.

“Oh, I can imagine,” Lissa stated as she slowly began walking toward the now disarmed girl on the opposite side of the counter. “Battling it out with a bunch of guys amped up on testosterone is a daunting task for anyone, let alone a girl.” Lissa’s words penetrated through the outer charade of defense Karen had projected and struck at the very core of the young girl as she continued to slowly close the gap between them. “Having to be tough and ruthless yet denying the very creature necessities afforded by the close proximity of aroused males must be extremely frustrating.”

Karen was almost to the point of non-verbalization as she looked into the emerald green pools of the slowly approaching vixen in front of her. “It’s really not too bad once you get used to it,” she stated calmly as her heart began to thump hard in her chest. “There are things you can do to get past it.”

By this time Lissa had traversed her way across the kitchen and was now to the point of rounding the end of the island Karen was using as a shield. As more of the girl came into view Lissa was able to see what she was holding in her right hand. It was a small cucumber about four and a half inches long. Not wanting to put the girl on the defensive again Lissa calmly approached while maintaining eye contact with her. “Oh I can imagine there are many things someone could ‘do’ to cope with the feelings,” Lissa said as she stepped right up to the younger girl who was now virtually frozen in place with her mouth hanging open. “But is it ever as good as the real thing?”

As soon as she said this Lissa leaned forward and kissed Karen with a matching open mouth kiss, causing the girl to almost buckle at her knees and drop to the floor. Without breaking the contact of their mouths Lissa pressed her body against Karen’s’ while her arms slowly encircled her. Only the slightest whimper came from Karen as her eyes immediately closed and she gave in to the pleasurable approach from her host. Pressing herself into the warm embrace, she felt her own breasts flatten out against the soft pressure of Lissa’s breasts. Immediately her pussy went from zero to inferno. It was only when Karen felt Lissa’s hand softly encasing her right breast that she pulled her mouth away.

“What about David?” she queried as Lissa began to gently squeeze her breast. Her breath was beginning to quicken and her temperature was steadily rising as Lissa continued with her gentle approach. “Isn’t he your boyfriend?”

“Do you want him to join us?” Lissa retorted as her right hand came up between Karen’s legs to rest firmly against the small furnace hidden between them. “I could go and get him,” she continued coyly, “but then we couldn’t have our fun.”

Karen gasped at the additional stimulus as Lissa’s fingers began to dig at the material of her jeans. She had never before had an encounter like this with another girl, but the whole situation seemed so natural and necessary. She made no attempt to slow Lissa’s advances, even when she felt Lissa’s hand come up to the waist band of her jeans before diving back down inside both her jeans and panties to cup her now soaking wet sex. “Oh yes,” she was barely able to whisper out as the gentle touch from Lissa’s fingertips caressed the hardened nub of her clit.

Lissa pressed her own crotch against the thigh of Karen as she pressed two fingers up into Karen’s sex. Easily sinking in to the second knuckle Lissa commented as she began stroking steadily at her G-spot. “My goodness, aren’t we wet?!”

Karen gasped and pressed her mouth against Lissa’s as she clutched to the firm young blond that was so expertly manipulating her. “Oh my God!” she gasped out as she pulled her mouth away and rested her forehead against Lissa’s shoulder. “Don’t stop.”

“Spread your feet apart,” Lissa stated as she adjusted the angle of her arm so she could reach deep inside her new play toy.

As if on automatic Karen spread her feet apart and even squatted down a little, causing her pussy to open wide to the invasion of fingers from the pretty blonde. Instantly Lissa’s fingers turned into a musical instrument playing the G-spot key of Karen. Bending her wrist so she could reach deep into the young girl, Lissa massaged the pleasure center inside Karen with surgical precision. Almost immediately Karen began cumming on Lissa’s fingers, coating them with a thick layer of cream.

“Why do they call you Grinder,” Lissa asked as she playfully chewed on the right earlobe of her orgasming subject.

“Sometimes,” Karen attempted to answer as one long and continuous orgasm held her in a state of suspended arousal, “when we’re……… in heavy combat……..I grind……….on the arm of the couch.” Her orgasm was so intense she was almost gasping for air as she spoke.

“I see,” Lissa replied as she increased the pressure on Karen’s breast while inserting another finger up her pussy. “And the cucumber?”

“I usually have one……inside me………while we play.” Karen quickly replied. She was almost to the point of collapse as she confessed her deepest secret to the stranger who was so expertly pleasuring her.

“Give it to me.” Lissa stated as she increased the intensity of manipulation of the panting girls clit. Karen blankly raised her right hand to Lissa to display the dark green vegetable. “I mean in your pants please.”

Karen was almost frantic to get her hand into her own jeans. It only took a moment for the exchange before Lissa pushed the cucumber deep into her new found friend. “There you go,” Lissa said before she withdrew her hand from Karen’s jeans. Bringing her cum soaked fingers up to her mouth Lissa quickly licked all of them clean. “David has good taste in friends.” Lissa stated as she took a step back from the gasping girl.

For just a moment Karen gazed at Lissa, not sure if what had just happened between them had actually happened. But in a bold move that surprised herself Karen quickly hugged Lissa to her and kissed her on the lips very passionately. As they parted Karen opened her eyes to look at a smiling Lissa. “Thank you,” was all she said.

A few seconds later the kitchen was filled with the whole crew. Everyone was jabbering back and forth about the graphics and the ‘realism’ of the game as plates were filled with chips and eats of all kinds. Karen and Lissa exchanged one last glance before being swept into the excitement of the crew. As David walked over to Lissa he was met with that million dollar smile he had grown so fond of during the day.

“Hey beautiful,” he said as he put his arms around his new ‘girlfriend’ and gave her a squeeze. “Are you having a good time?”

Lissa looked at him and flashed her white teeth before responding. “Baby,” she said as she clamped both of her hands on to his ass and pulled his groin in hard against her crotch. “I am having a ball!”

The End Ch2

Articles similaires

Le tour de danse réticent d'Alison

Alison est entrée dans ma vie dans le cadre d'un plan à trois avec une autre fille. Le trio était amusant, mais bientôt nous nous sommes tous séparés. Nous avons recommencé à parler quelques mois plus tard lorsque je l'ai vue dans un club de strip-tease où elle venait de commencer à travailler. Peu de temps après, nous avons eu notre premier vrai rendez-vous. Quelques verres rapides dans un bar de plongée et une pipe dans le parking étaient aussi romantiques que possible. Quand elle a commencé à venir chez moi, j'ai été le premier à la faire gicler quand elle...

910 Des vues

Likes 0

Appelez-moi Joanna

Appelez-moi Joanna Tout s'est passé il y a si longtemps maintenant qu'il semble non seulement avoir été dans un endroit différent à un moment différent, mais si différent comme s'il n'avait presque jamais existé. Mais il l'a fait. Tout s'est passé dans le sud rural de l'Angleterre à cette époque merveilleuse après la fin de la guerre (pour nous, la guerre signifiait et signifie toujours la Seconde Guerre mondiale), dans la lueur dorée de l'empire, avant que des réalités désagréables ne s'immiscent et ne poussent le monde. nous avions connu dans une forme nouvelle et inconnue. Les révolutions des années soixante...

698 Des vues

Likes 0

Joueur de basket chaud

Je suis entraîneur de basket dans un petit collage dans le sud. J'entraîne une fille, j'en ai vingt, cinq dans chaque classe. ils sont de toutes tailles, grands et petits, mais pas trop courts. Tous sont bien construits. Poitrine de la taille d'un pamplemousse. Certains des plus beaux culs que vous ayez jamais vus. Alors un jour je suis dans mon bureau et Annie entre dans mon bureau. Elle porte un de ces hauts courts qui viennent juste au-dessus de sa poitrine. C'est obèse qu'elle ne porte pas de soutien-gorge. Elle porte une paire de shorts en coton et est si...

860 Des vues

Likes 0

Baise les copains

Joe a frappé à la porte en se demandant ce qu'il faisait. Il n'avait même jamais rencontré cette fille et il espérait juste qu'elle était aussi folle que lui. Ses pensées ont été interrompues lorsqu'une fille sexy a ouvert la porte à qui Joe a demandé est-ce que Kelly est là? à quoi la fille à la porte a répondu ce n'est pas important, mais pourquoi ne pas baiser ici et je vous donnerai un petit échantillon. Ça a l'air bien dit Joe en entrant dans la maison et en commençant à se déshabiller. Alors quel est ton nom bébé? demanda...

868 Des vues

Likes 0

Une interview du samedi après-midi à Manhattan.

Une interview du samedi après-midi à Manhattan. -------------------------------------------------- ----------------- Assis à la fenêtre de Southgate, près de Central Park, surplombant la verdure et les rochers du sanctuaire de la ville ; Irene semblait détendue, sirotant son café et parcourant l'excellent menu tout en parlant du comportement le plus scandaleux. Elle était principalement vêtue de noir et de fourrure, mais montrait un décolleté plongeant et des talons rouges très hauts. Elle avait accepté de me rencontrer lorsque je l'ai contactée au sujet de sa dernière entreprise, l'achat d'un terrain dans le nord de l'État de New York et vers les Hamptons à Long...

670 Des vues

Likes 0

Un mec et son... ? 37 Cheika

Jake tenait toujours Akeesha, chacun de ses djinns rassemblés autour d'eux tous les deux. Rien d’autre que le bruit de grands pleurs et sanglots ne pouvait être entendu dans la pièce. Il y eut une autre énorme poussée d’énergie lorsque Nyrae et Inger apparurent toutes deux. Inger s'est envolée vers Akeesha et les larmes ont commencé à couler de ses yeux. Pourquoi ? Pourquoi est-elle en train de mourir ? Si elle meurt Maître Jake, je vous promets que je vous ferai souffrir ! Inger grognait contre Jake. Je vais bientôt mourir d'une manière ou d'une autre, Inger. Le lien que...

645 Des vues

Likes 0

Une aventure sensuelle des sens (Partie 1)

Une aventure sensuelle des sens Elle marchait dans la rue en se rendant au travail lorsque je l'ai vue pour la première fois. Elle était l'incarnation de la beauté et avait l'air de la fille d'à côté. J'étais tellement fasciné par elle que je l'ai regardée entrer dans ce petit café au coin de la rue. J'ai attendu dehors pour voir si elle reviendrait mais elle ne l'a pas fait alors j'ai continué mon chemin. La prochaine fois que je l'ai vue, elle se rendait au même café, alors j'ai pensé que c'était là qu'elle travaillait. Il m'a fallu un certain...

621 Des vues

Likes 0

Voyageur de commerce et femme de chambre du motel.

Je suis un vendeur ambulant et j'étais sur la route loin de ma femme et de mes trois adolescents depuis une semaine sans grand succès. L’économie amène beaucoup de mes clients à renoncer à des achats sur lesquels je peux normalement compter. Habituellement, je passais environ une semaine sur la route et le reste du mois dans mon bureau pour fixer les rendez-vous et gérer les ventes. Ce jour-là, je pensais avoir vendu 50 000 $ à une entreprise avec laquelle je travaillais depuis six ans. À la dernière minute, ils m'ont dit qu'ils n'allaient pas passer la commande. J'étais écrasé...

727 Des vues

Likes 0

Notre seul espoir, chapitre 08

AVERTISSEMENT! Tous mes écrits sont destinés UNIQUEMENT aux adultes de plus de 18 ans. Les histoires peuvent contenir un contenu sexuel fort, voire extrême. Toutes les personnes et tous les événements représentés sont fictifs et toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées est purement fortuite. Les actions, situations et réponses sont UNIQUEMENT fictives et ne doivent pas être tentées dans la vie réelle. Tous les personnages impliqués dans une activité sexuelle dans cette histoire ont plus de 18 ans. Si vous avez moins de 18 ans ou si vous ne comprenez pas la différence entre le fantasme et la réalité...

610 Des vues

Likes 0

Événements qui mènent à notre phase « Expérimentation »

Comme la plupart des lycéens, nous étions plusieurs à passer beaucoup de temps ensemble. Nous plaisantions, nous donnions du fil à retordre, nous taquinions, des trucs normaux d'enfants. Et comme la plupart des groupes d'enfants de cet âge, certains d'entre nous avaient une voiture, et certains d'entre nous devaient emprunter celle de leurs parents de temps en temps... C'était le week-end et nous avions décidé d'aller dans un lieu de rencontre populaire, un lac à environ une heure de route, doté de toboggans et de plates-formes d'où sauter, probablement mieux décrit comme l'équivalent des années 80 d'un parc aquatique. Selon les...

564 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.