Biker Lust ... Le début

1.1KReport
Biker Lust ... Le début

C'était une chaude journée d'automne. Je roulais sans but dans la campagne sur mon Sportster. Tout l'été
longtemps que j'avais roulé sur ces mêmes routes et je m'ennuyais. J'avais roulé, perdu dans
pensé quand je suis tombé sur la petite vallée boisée avec le cimetière en bordure de route. C'était un aussi bon moment
comme tout pour s'arrêter et prendre une gorgée d'eau. En m'arrêtant sur le bord de la route, j'ai garé mon vélo et je me suis étiré
respirer profondément le parfum boisé que j'ai toujours aimé. Débouclage des sangles de la sacoche.
J'ai sorti une bouteille d'eau et une carte. Je me suis assis à l'envers sur le vélo appuyé contre le réservoir
les pieds posés sur le bar à salopes, tirant ma pipe, j'ai savouré une bouffée de certains des meilleurs produits bio
de ce côté des clubs médicaux CA. . Tenant le coup, j'appréciais le goût skunk de l'herbe. Off dans le
la distance était le bruit d'un autre vélo et il devenait plus fort à mesure qu'il se rapprochait. En expirant le coup, j'ai caché ma pipe dans ma pochette. Je suis retourné à ma carte en parcourant la caméra Softail au coin de la rue. Le son du ralentissement vint ensuite alors que les pneus crissaient sur le gravier alors qu'il se garait et s'arrêtait.

« Vous avez des problèmes avec votre vélo ? » demanda-t-il en haussant un sourcil.

C'était un ami à moi, je le connaissais depuis le lycée, merde, je l'avais baisé au lycée. Il a encore
avait cet air mystérieux et excitant autour de lui. Ces types sombres et maussades ont toujours eu une fascination pour
moi. Je me demandais si sa bite était toujours aussi amusante que dans mes souvenirs.

Ses yeux parcouraient mon corps. Je portais un débardeur rose vif sans soutien-gorge Mes mamelons étaient
légèrement dur à cause du vent, le haut frotte contre eux et mon jean est bien ajusté sur mon
cul et cuisses. Mes cheveux se sont échappés de sous mon porte-chiffon, effleurant juste mes épaules.

"Non", ai-je répondu avec un sourire, "juste avoir de l'eau et regarder ma carte, je m'ennuie de parcourir encore et encore la même zone et je pensais à vérifier différentes routes secondaires".

Il était difficile de s'empêcher de fixer son entrejambe. Je savais déjà ce qu'il y avait dans ce pantalon et le
la pensée de ce jour il y a si longtemps a provoqué des remous au plus profond de moi.

Il éteignit son vélo et le posa sur la béquille. "comme une compagnie? Je ne t'ai pas vu dans un
pendant ce temps, qu'avez-vous fait ces derniers temps." Ses yeux revinrent sur mes mamelons.

Je me suis assis, les pieds de chaque côté du vélo, faisant trembler mes seins sous mon haut, toujours assis
à l'envers sur le siège et a ri "Bien sûr, traînons, je n'ai nulle part où aller".

Tournant autour du siège, j'ai démarré le vélo et l'ai tiré sur l'allée de gravier jusqu'au cimetière. "Ce
vaut mieux que de rester assis sur le bord de la route », ai-je dit alors qu'il suivait. Une fois les vélos garés à nouveau
nous étions assez isolés derrière le rideau d'arbres qui séparait l'ancien cimetière de la route.

Alors que je me penchais pour ranger la carte et boucler le sac, il arriva derrière moi. Me tirant en arrière
par mes hanches, il a enfoncé son aine dans mes délicieuses fesses. Je me suis tendu, je ne sais pas quoi faire alors qu'il
enroula ses bras autour de moi et m'attira plus près, ses mains cherchant sous mon haut, jetant son chaud
souffle dans mon oreille. Une main prenait un sein en coupe tandis que l'autre caressait et taquinait l'autre mamelon.
Il relâcha son emprise sur moi et je me retournai pour lui faire face en essayant de le repousser.

"Je ne suis pas sûr pour le sien" dis-je, l'inquiétude évidente sur mon visage. "tu sais que je suis marié et que je n'ai jamais
triché"

Il m'a pris par les poignets et m'a dit "Oh, j'en suis sûr, j'ai vu comment tu me regardais et j'ai toujours
voulait une rediffusion de cette journée sous la pluie. Tu sais que tu le veux aussi, salope, alors allons-y. "

Il m'a poussé à genoux. Prenant mes deux poignets d'une main, il a tâtonné avec son
ceinture et fermeture éclair avec son autre main. Son sexe jaillit librement. C'était déjà dur et prêt pour
quelques attentions. C'était une longueur similaire à la bite de mon mari, mais plus gros autour. Il m'a emmené
par mes cheveux et a attiré mon visage dans son aine. J'ai essayé de repousser à nouveau, mais il a pris son membre enflé
et m'a giflé au visage avec.

"J'ai dit suce-le salope" alors qu'il le pointait vers mon visage, tirant toujours sur mes cheveux.

J'ouvris la bouche à contrecœur et pris la tête à l'intérieur. J'ai passé ma langue sur la tête
légèrement mais la chaleur de ma bouche et la caresse affectueuse de ma langue étaient plus qu'il ne pouvait supporter.
Agrippant mes cheveux, il enfonça toute la longueur dans ma gorge. Il m'a pris par surprise, m'a bâillonné pendant
un moment, avant que je parvienne à m'adapter à la taille. Son excitation grandit alors qu'il martelait son
bite dans et hors de ma gorge. À l'aide de ma langue, je l'ai léchée et passée sur sa tête sensible alors que
il recula avant de s'enfoncer à nouveau complètement dans ma gorge. Je pouvais à peine respirer mais j'ai sucé comme
dur que je pouvais de toute façon. J'ai tendu la main avec mes doigts, taquinant ses couilles alors qu'il gémissait dans son
excitation et plaisir. Rapide et plus fort, il a baisé mon visage, je ne pensais même pas que j'avais jamais eu
ma chatte a baisé si fort avant dans ma vie. Le simple fait de sucer sa bite a fait picoter mon clitoris
électricité. Il a continué à enfoncer mon visage pendant que je traçais mon doigt autour de son cul serré. j'ai glissé mon
la main de haut en bas sur sa bite humide puis revint à tracer son cul. Soudain, j'ai glissé mon doigt dans
son cul et l'a travaillé un peu. L'effet était incroyable, il gémit bruyamment, poussant sa pulsation
pôle profondément dans ma gorge alors qu'il commençait à jouir. J'ai attrapé ses couilles et pressé comme son foutre
rempli ma gorge ouverte. Ses jambes tremblaient alors qu'il relâchait son emprise sur mes cheveux, sa tête rejetée en arrière
l'extase de son désir primitif.

J'ai levé les yeux vers lui avec de grands yeux ouverts pendant que je nettoyais le sperme de sa bite pour lui. Je vois juste
sa bite dans ma bouche le rendait déjà dur à nouveau. J'ai tendrement léché et caressé sa bite
avec ma langue qui retire chaque goutte de sperme. Je pouvais à nouveau le sentir grandir dans ma bouche.
Comme il sentait déjà son besoin monter à nouveau, il passa ses doigts dans mes cheveux.

« Tu veux encore me sucer salope ? » me gémit-il..

Aspirant sur sa bite, j'ai affecté d'ignorer sa question et j'ai juste continué à lécher et à taquiner la tête avec
ma langue, je pouvais sentir les petites secousses de plaisir qu'il recevait et ça m'excitait. je le ferais toujours
effleurer légèrement la tête avec mes dents le faisant frissonner de plaisir alors que je le reprenais complètement dans mon
gorge.

Sa bite était dure comme de la pierre quand j'ai soudainement retiré ma bouche "J'en ai fini ici" J'ai ri
à lui.

Ses yeux brillaient d'une fureur soudaine, les taquineries étaient quelque chose qu'il ne supporterait pas.

Il m'a encore tirée par les cheveux "mes salopes ne me taquinent pas" a-t-il beuglé en me mettant sur mes pieds. "et
tu es maintenant ma salope. "

Il m'a fait pivoter face à lui et a poussé sa main sur le devant de mon pantalon. Ses doigts
sondé et tâtonné jusqu'à ce qu'ils trouvent mon clitoris. Il a frotté mon clitoris avant d'enfoncer profondément son majeur dans
ma fente humide. Son autre main remonta sous mon haut, pinçant un mamelon entre son pouce et son index.
J'ai essayé de m'éloigner de lui, mais sa poigne était trop forte.

Cela faisait plus de 20 ans que personne d'autre ne l'avait touché de manière intime. j'étais presque
choqué contre moi-même par l'excitation que me causait sa main dans mon pantalon. Le feu et la pure chaleur animale que je ressentais étaient presque effrayants. C'était tout ce que je pouvais faire pour m'empêcher d'écarter mes jambes pour faire place à ces doigts qui cherchaient. Je ne pouvais pas croire à quel point je me sentais ouverte et réceptive envers cet homme qui me violait pratiquement. C'était presque comme être à nouveau un adolescent, avec un cœur battant pendant des tâtonnements maladroits sur la banquette arrière. Seulement ce n'était pas un tâtonnement maladroit, c'était un calcul contrôlé, il savait exactement ce qu'il me faisait. J'étais partagé entre la culpabilité de son attouchement et l'excitation de cette rencontre taboue.

« Tu penses vraiment que tu peux me taquiner et t'en tirer comme ça ? Il était plus qu'excité maintenant.

Retirant sa main de mon jean, il l'a déchiré et l'a tiré jusqu'à mes chevilles, il a retiré sa main et m'a donné une fessée sur ma chatte déjà dégoulinante. Il m'a penché et m'a donné une fessée encore et encore, martelant mon clitoris avec sa main ouverte me faisant trembler et gémir à chaque coup. Je poussais mes hanches contre lui pour tenter de répondre à ses coups.

"Je savais que tu le voulais, regarde comme tu es mouillé"

Je ne pouvais pas croire à quel point je me sentais chaud à cause de ce traitement. Plus il a fessé, plus j'ai souhaité l'un des
ses doigts se glisseraient dans ma chatte dégoulinante. Comme s'il avait lu dans mes pensées, au coup suivant, son majeur
claqué complètement en moi. Ma tête revint alors que je cherchais mon souffle. Quelques coups plus tard 2 doigts ont glissé
dans mon trou d'attente, puis il est passé à 3 doigts qui me martelaient à chaque fessée. Alors que j'arquais mon
en arrière et cria avec le pur plaisir de la sensation, il cessa de me fesser.

"Salope, sais-tu même ce qu'est une punition?" Il a demandé. "Vous appréciez votre punition pour avoir un peu trop taquiné, n'est-ce pas"

À présent, j'étais haletant, je n'avais pas senti cela s'allumer depuis des années, "s'il te plaît, baise-moi, j'ai vraiment besoin de ta bite
à l'intérieur de moi, je ne sais vraiment pas si je peux attendre", c'était comme si j'étais possédé.
devenir encore plus difficile, même si je ne pensais pas que c'était même possible.

Il m'a poussé à genoux et m'a complètement pénétré dans la première poussée. je suis revenu pour rencontrer
lui, voulant être sûr de tout avoir. Il m'a tenu par les hanches alors qu'il pilonnait ma chatte serrée en attente. je
repoussé contre lui encore plus fort à chaque poussée, alors que je sentais mon orgasme grandir. Il a failli perdre son
prise sur moi, je claquais fort contre lui, jusqu'à ce que je le baise à la place. j'ai crié
alors que ses doigts effleuraient et pinçaient à nouveau mon clitoris. Il a commencé à le frotter sérieusement maintenant, sentant mon
les muscles se tendaient autour de sa bite alors qu'il battait en moi. J'étais si près de jouir maintenant,
Je pouvais le sentir monter du plus profond de moi quand soudain il s'arrêta et se retira de moi. j'ai percuté
dos dur, essayant de l'empêcher de se retirer, mais il était trop rapide.

Je l'ai entendu rire alors que mes hanches tournaient contre l'air vide, mon orgasme si proche, mais si loin.
Mon souffle était râpeux alors que je suppliais "pourquoi as-tu arrêté, s'il te plait ne me laisse pas comme ça. Allez, putain
moi"

"Je t'ai dit que mes salopes ne me taquinent pas et s'en tirent comme ça", a-t-il rigolé en me giflant le cul avec
son membre enflé, sachant à quel point je le voulais. "Tu m'appelles Maître à partir de maintenant comme un bon
sale clochard"

Il a ensuite suivi sa déclaration avec une autre fessée dure sur ma chatte, en faisant attention de ne pas fesser mon clitoris
puisque j'étais si proche, il ne voulait pas que j'abandonne pour l'instant. Pas jusqu'à ce qu'il obtienne ce qu'il a vraiment
voulu de moi. Il a glissé son membre lentement le long de mes lèvres en me taquinant, en veillant à ne pas venir
n'importe où près de mon clitoris gonflé. Il pouvait sentir mon corps trembler de besoin sous lui et il s'est transformé
lui encore plus. Mes tentatives pour ramener son arbre dans ma grotte étroite ont également été contrecarrées.

J'ai essayé d'atteindre entre mes jambes pour me maîtriser pour finir, mais il a attrapé ma main.

"Non salope, tu n'as pas encore la permission de jouir, si tu veux vraiment jouir, je te laisse, mais il faut que ce soit sur
mes conditions."

"Oui, s'il vous plaît n'importe quoi Maître, quoi que vous disiez, laissez-moi juste jouir, s'il vous plaît, je vous supplie" criai-je
alors que je poussais mes hanches avec l'intensité de mon orgasme suspendu.

Il s'est penché vers moi et a attrapé à nouveau mes hanches, cette fois en appuyant sur la tête de sa bite
contre mon anus vierge.

"NON", ai-je crié en essayant de m'éloigner, mais sa poigne était ferme. "Je ne fais pas ça, s'il te plait, je n'ai jamais......"
Je gémis en le sentant presser un peu plus fermement son excitation face à mon refus. Toutes les tentatives
à se tortiller libre de son emprise étaient futiles.

Il a appuyé plus fort alors que je me tortillais "Tiens ta putain de salope, ou je vais te faire regretter" alors que sa main
réprimé sur ma joue de cul. La pensée que mon cul était encore cerise tripla son excitation. Maintenant il
voulait sa bite dans mon cul vierge serré plus qu'il n'avait jamais voulu quoi que ce soit dans sa vie.

Alors qu'il poussait la tête de son membre engorgé dans mon cul, je luttais toujours, mais mes luttes l'aidaient à glisser de plus en plus loin à l'intérieur. Il le fit entrer aussi doucement qu'il le put, avant d'enrouler ses bras autour de ma taille et de me pomper comme s'il n'y avait pas de lendemain. Je ne pense pas vraiment qu'il voulait me faire du mal, mais il pouvait difficilement contenir son excitation, ce n'est pas tous les jours qu'un homme arrive à déflorer le cul d'une femme. La prise ferme de mon cul était si chaude et tellement excitante. Il faisait tout ce qu'il pouvait pour éviter de jouir déjà, il voulait au moins m'emmener avec lui, même s'il ne me le dirait jamais, ce n'est tout simplement pas quelque chose qu'un Maître admet. Il a atteint entre mes jambes en massant mon clitoris gonflé. Plus il me baisait vite et fort, plus vite et fort il frottait mon clitoris.

Au début, je ne ressentais que la douleur de sa bite gonflée à l'intérieur de moi, mais plus il frottait mon clitoris, plus
plus allumé je suis devenu. Même sans permission, mon corps a commencé à réagir et j'ai commencé
pompant contre lui, le rencontrant une fois de plus coup pour coup. J'étais presque gêné de
à quel point cela me rendait excité. J'ai tendu la main entre mes jambes et j'ai glissé un doigt dans ma propre chatte
alors qu'il pompait et s'éloignait de moi.

"Je savais que tu étais une sale pute de salope qui adorerait ça" s'est-il exclamé et il s'est relevé de moi
et a commencé à me fesser les fesses en alternance alors qu'il enfonçait mon trou du cul. « Dis-moi que tu l'aimes salope, dis-moi comment tu le veux de plus en plus. C'est qui ton Maître maintenant ?

Je pouvais sentir ses couilles gifler mon clitoris et la sensation était presque insupportable, c'était tellement bon. Mes doigts
frottaient maintenant mon clitoris aussi fort que possible, l'orgasme se préparant à une explosion.

"Tu es mon Maître maintenant", je pouvais à peine prononcer les mots alors que mon apogée commençait.

C'était tout ce qu'il a fallu, il a attrapé mes hanches et m'a ramené contre lui aussi fort que possible tout en
m'empaler sur son manche rigide. Je pouvais sentir son pénis commencer à palpiter dans mon cul et la sensation
m'a envoyé sur le bord. Des vagues et des vagues de plaisir m'ont submergé, me berçant jusqu'au plus profond de moi-même. je
Je pouvais sentir son foutre blanc chaud remplir mon cul alors qu'il criait aussi avec la nature extrême de l'apogée.
Nous nous sommes effondrés sur le sol, sans même nous soucier de savoir si quelqu'un nous avait vus.

Alors que nous étions allongés sur le sol, lui sur le dessus de mon dos, je pouvais sentir sa bite se ramollir dans mon anus. Il
m'a surpris d'autant plus que j'étais désolé que la rencontre soit déjà terminée. Après quelques minutes
il se dégagea de moi et roula sur le dos.

"Puis-je remettre mon pantalon maintenant Maître?" demandai-je gentiment.

Il m'a claqué le cul une dernière fois. "Bien sûr, assomme-toi" dit-il avec un sourire suffisant sur le visage alors qu'il bouclait sa ceinture.

Après avoir redressé mes vêtements, il m'a informé que lorsqu'il ressentait le besoin de me baiser le cul, il
m'enverrait un SMS et on s'attendrait à ce que je me présente pour mon putain de cul dans les 15 minutes, ou que je traite
avec les conséquences. Aucune excuse ne serait acceptée.

"Je vais chercher des jouets pour les futures sessions chez moi", a-t-il déclaré.

Sur ce, il est monté sur son vélo et l'a allumé. "Ravi de vous voir" s'exclama-t-il en prenant la route.

Je suis resté assis un moment à me demander quelles pourraient être les conséquences d'un retard, avant de monter sur mon
faire du vélo et rentrer à la maison pour me nettoyer avant de préparer le dîner pour ma famille.

.

À suivre............

N'hésitez pas à me MP avec des suggestions pour le prochain épisode. Serai-je en retard ? Comment serai-je puni ? Toute autre chose que vous voudriez qu'il me fasse.

Articles similaires

La vie d'un Playboy Chapitre 5

CHAPITRE 5 Je me tenais dans le laboratoire, prêtant théoriquement attention aux moniteurs devant moi et faisant des calculs. Mais vraiment, je vérifiais subrepticement les différentes femmes entrant et sortant du bureau de Mme Robinson. L'annonce avait été diffusée dans tout le collège pour que des femmes volontaires participent à une étude biologique affectant la sexualité humaine. C'était une étude rémunérée, donc il y avait beaucoup plus de filles inscrites que de postes nécessaires, et Mme Robinson n'a pu sélectionner que les étudiantes les plus chaudes du campus. Plus les belles filles entraient et sortaient, portant des vêtements étriqués et exhibant...

1.4K Des vues

Likes 1

Le nouveau voisin

Putain, mec. Porter toute cette merde dans ces escaliers est une garce », se plaint mon ami, eh bien, maintenant colocataire, Jack. C'était ton idée d'avoir une place à l'étage, je plaisante en réponse. Ouais, eh bien, je n'ai pas pensé aux escaliers. Mon ami et moi sommes deux enfants qui entament leur première année au Hillside College. Je sais, cela semble assez générique, non ? Mais bon, c'est un bon début dans un nouvel endroit pour nous. Johnny, redescends et prends les dernières boîtes. « Allons les réunir », dis-je. Non mec. Pourquoi pas? Parce que je suis trop occupé à...

1.5K Des vues

Likes 0

Impie et infidèle:2 Ch 1

Des tasses en verre remplies d'eau du diable claquaient ensemble, remplies de jolies femmes et filles légèrement vêtues avec des sourires de promesse sur leurs visages. Les officiers de la Coalition dans le bar ont applaudi, des tasses levées pour célébrer leur victoire à Ridgehill sur les forces Inimi un mois auparavant. Dans le bordel maintenant bondé, Axel était assis avec sa propre tasse pleine d'eau du diable, ruminant les événements depuis qu'il avait été convoqué dans ce monde. Presque depuis le début, lui et son meilleur ami Rayner avaient été impliqués dans des conflits, combattant des gobelins, des soldats Inimi...

1.7K Des vues

Likes 0

Avril - Partie II

Merci à tous pour les bons commentaires et les évaluations généralement positives. Je m'excuse que la partie 2 ait pris si longtemps, mais je voulais m'assurer qu'elle était aussi bonne que possible avant de la publier. J'espère que vous apprécierez cette partie, et recherchez une partie 3 dans les semaines à venir. Veuillez continuer à noter et à commenter, et si vous n'aimez pas les éléments de mon récit, veuillez me faire savoir dans les commentaires comment vous pensez que je pourrais m'améliorer. Rob et April étaient allongés dans le lit d'April, perdus dans leurs propres pensées post-coïtales. Ils s'étaient assurés...

1.4K Des vues

Likes 0

Vendredi_(1)

Le vendredi s'est déroulé et je ne savais pas comment j'allais m'y prendre. Avec chaque dossier sur mon bureau, je devais me demander si j'essayais de revoir Sara ou si cela en valait la peine et si je devais compenser la différence en essayant de passer par le bar de Lisa sur le chemin du retour. Poursuivre deux lapins signifiait que je perdrais les deux, pourchasser aucun des deux signifiait également perdre les deux, alors je devais penser à quelque chose. J'ai abandonné. Je suis rentré chez moi, seul, à l'heure. --- Sara s'est arrêtée dans un bar miteux non loin...

1.3K Des vues

Likes 0

Le chauffeur (# 4) ...... Tina et ces clients fous

Le Chauffeur…. Tina et ces clients fous Écrit par : PABLO DIABLO Droits d'auteur 2018 CHAPITRE 1 Alors que Tina et moi quittions le bureau main dans la main, j'ai souri. Je savais que j'étais dans une position beaucoup plus forte en prenant soin de M. et Mme Jaxson. C'étaient des gens formidables. À ce stade, je récapitulais, dans ma tête, ce qui m'était arrivé depuis que j'avais rejoint la Happy, Happee Limo Company : • J'ai eu des relations sexuelles avec Sasha - ma patronne, Tina - son assistante, Paula - une collègue de la salle téléphonique et Jill - la...

1.2K Des vues

Likes 0

Le gigolo du roi

Le gigolo du roi (une aventure médiévale) J'ai toujours été un peu féru d'époque médiévale. Je ne suis en aucun cas ce que vous appellerez un passionné d'histoire, j'aime la mode primitive, en particulier les décolletés et les seins gonflés et le comportement barbare, mais surtout les intermèdes romantiques liés à tant de héros et de légendes. À plus petite échelle, j'ai toujours été, disons, plus amusé qu'intéressé par l'idée du voyage dans le temps et de la téléportation dès mon plus jeune âge à partir du moment où j'ai commencé à lire Les Chroniques de Narnia, mais je suppose que...

1K Des vues

Likes 0

Appelez-moi Joanna

Appelez-moi Joanna Tout s'est passé il y a si longtemps maintenant qu'il semble non seulement avoir été dans un endroit différent à un moment différent, mais si différent comme s'il n'avait presque jamais existé. Mais il l'a fait. Tout s'est passé dans le sud rural de l'Angleterre à cette époque merveilleuse après la fin de la guerre (pour nous, la guerre signifiait et signifie toujours la Seconde Guerre mondiale), dans la lueur dorée de l'empire, avant que des réalités désagréables ne s'immiscent et ne poussent le monde. nous avions connu dans une forme nouvelle et inconnue. Les révolutions des années soixante...

952 Des vues

Likes 0

Une interview du samedi après-midi à Manhattan.

Une interview du samedi après-midi à Manhattan. -------------------------------------------------- ----------------- Assis à la fenêtre de Southgate, près de Central Park, surplombant la verdure et les rochers du sanctuaire de la ville ; Irene semblait détendue, sirotant son café et parcourant l'excellent menu tout en parlant du comportement le plus scandaleux. Elle était principalement vêtue de noir et de fourrure, mais montrait un décolleté plongeant et des talons rouges très hauts. Elle avait accepté de me rencontrer lorsque je l'ai contactée au sujet de sa dernière entreprise, l'achat d'un terrain dans le nord de l'État de New York et vers les Hamptons à Long...

945 Des vues

Likes 0

Une aventure sensuelle des sens (Partie 1)

Une aventure sensuelle des sens Elle marchait dans la rue en se rendant au travail lorsque je l'ai vue pour la première fois. Elle était l'incarnation de la beauté et avait l'air de la fille d'à côté. J'étais tellement fasciné par elle que je l'ai regardée entrer dans ce petit café au coin de la rue. J'ai attendu dehors pour voir si elle reviendrait mais elle ne l'a pas fait alors j'ai continué mon chemin. La prochaine fois que je l'ai vue, elle se rendait au même café, alors j'ai pensé que c'était là qu'elle travaillait. Il m'a fallu un certain...

919 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.