Le Dieu et la fille

648Report
Le Dieu et la fille

Ma respiration était lourde, mes jambes fatiguées. Fatigué de toutes ces courses. Depuis combien de temps avais-je couru ? Vingt minutes? Une heure? Mes pas tombaient rapidement, faisant un bruit de craquement sur les feuilles et les bâtons sous mes pieds. Je n'étais pas sûr d'où j'étais à ce stade. Ces bois ne m'étaient pas familiers et les cris forts de mes assaillants se rapprochaient. "Ne la laisse pas s'enfuir !" J'ai entendu un cri au loin.
Dans quoi m’étais-je embarqué cette fois-ci ? Tout ce que je voulais, c'était voler quelques objets dans le temple des Blood Clans afin d'avoir de la nourriture pour la semaine. Mais j'ai été attrapé, jeté en prison et je me suis échappé. Pas avant qu’ils ne m’aient pas mal battu. Heureusement, j'ai pu prendre le couteau d'un gars et lui donner une belle entaille au visage avant de décoller. Même si je pense que ça l'a un peu énervé.
J'ai tourné la tête pour regarder mes agresseurs. Ils se rapprochaient et je devenais de plus en plus lent, plus faible et de plus en plus fatigué.
Mes longs cheveux bruns me sont apparus au visage lorsque je me suis retourné pour faire face à la direction dans laquelle j'allais, ce qui rendait difficile de voir.
Une grosse racine dépassait du sol, attrapant mon pied et m'envoyant m'écraser au sol.
J'ai grogné de douleur et j'ai pu me relever sur mes coudes lorsqu'un coup de pied rapide et brutal dans mon ventre m'a fait rouler au sol et à bout de souffle.
L’homme qui m’a donné un coup de pied était grand et musclé comme une brute. Il avait un sourire tordu et malade sur le visage malgré le sang qui coulait dessus. C'est l'homme que j'ai frappé, j'ai réalisé. La longue et profonde coupure lui traversait le front, les yeux et la joue, faisant couler du sang sur son nez qui semblait avoir été cassé à plusieurs reprises.
Il était secondé par deux autres brutes, plus maigres et plus petites, mais tout aussi méchantes.
J'ai finalement repris mon souffle et j'ai levé les yeux vers le visage narquois de la plus grosse brute.
Les deux autres brutes m'ont attrapé les bras, me tirant sur mes pieds et me plaquant contre un arbre.
Je ne les ai pas combattus, j'étais trop fatigué.
La grosse brute s'avança, attrapa mon visage et se rapprocha de moi pour m'examiner.
Je l'ai regardé avec haine, mes yeux verts plongés dans les siens.
"Tellement jolie." Il ne marmonna qu'à moitié voix. "C'est vraiment dommage."
Les autres ricanaient alors qu'il reculait d'un pas, me lâchant le visage et dégainant le même couteau avec lequel je l'avais lacéré.
"Un dernier mot ?" » Demanda-t-il avec son sourire sadique s'élargissant.
Je l'ai regardé un long moment, réfléchissant attentivement à ce que je devrais dire exactement. Il y avait beaucoup de choses que je voulais dire. Mais je me suis contenté de ça,
« Ton haleine est horrible et je suis vraiment désolé que ce soit la dernière chose que j'ai dû sentir avant de mourir.
La brute grogna et porta la lame à ma gorge en appliquant une pression si bien que de petites gouttes de sang commencèrent à couler le long de la lame et que je ne pouvais plus respirer.
"Dites au revoir." Il grogna et je fermai les yeux, préparé à la mort qui allait sûrement arriver.
La prochaine chose que j'ai entendue a été un sifflement suivi de trois bruits sourds. Quelque chose de chaud et d'humide m'a éclaboussé. Et puis… un silence de mort.
Je ne pouvais toujours pas respirer, mais j'ai réussi à ouvrir les yeux juste pour voir des flous. Le couteau s'est détaché de mon cou et une silhouette sombre et singulière que je ne pouvais pas distinguer rengainait une lame.
Et puis soudain, les lumières se sont éteintes.


J'étais devant un chalet. Mon ancienne maison.
Un petit chalet en bordure du village, un village riche et heureux.
J'entendais des rires au loin et une douce brise faisait bruisser les arbres. Je me suis regardé, j'étais dans une robe bleu ciel avec de la dentelle blanche. J'ai ri. C'était pourtant étrange, cela semblait distant et enfantin.
"Gémeaux!" Une voix douce m'a appelé et j'ai levé les yeux. La porte du chalet s'est ouverte et là, beaucoup plus grands que moi, se tenaient ma mère et mon père qui me souriaient.
Ma vision s'est brouillée et est devenue floue puis soudain je me suis retrouvé dans le chalet, sauf qu'il était en feu. Ma mère m'a pris dans ses bras et m'a fait sortir dehors.
Mon père gisait mort sur le devant, son sang s'accumulant autour de lui et s'écoulant de ses entrailles.
Ma mère pleurait.
Je pleurais.
Elle a couru dans la rue pour tenter de s'enfuir. Les rires ont été remplacés par des cris et de la douleur.
Un homme, vêtu d'une tenue du clan du sang, s'est approché derrière ma mère, la poignardant dans le dos et son sang glaçant a résonné dans mes jeunes oreilles.
Elle est tombée, serrant mon petit corps contre sa poitrine.
Ma vision se brouilla à nouveau lorsque nous touchâmes le sol.
Ensuite, j'étais assis dans les ruines de mon village à côté des cadavres de mes parents en train de pleurer.
Puis une main s'est tendue vers moi et j'ai reniflé, mes larmes se sont calmées alors que j'ai levé les yeux vers le visage d'un jeune adolescent qui avait un sourire triste sur le visage.
"Viens avec moi," dit-il d'une voix aussi apaisante que celle d'un ange. "Je prendrai soin de toi."

Je me suis réveillé en sursaut, assis bien droit et respirant lourdement.
J'étais confus par mon environnement. J'étais dans un lit, dans une chambre qui n'avait qu'un placard, une commode et une singulière grande fenêtre dans laquelle pénétrait le clair de lune.
"Dors bien?" Roucoula une voix d'homme.
Je me tournai pour lui faire face tout en sautant loin de la voix qui me faisait tomber les couvertures.
L'homme était assis les jambes croisées sur une chaise ornée avec un léger sourire dansant sur ses lèvres. Il avait des cheveux et des yeux noirs avec une mâchoire forte qui reposait juste au-dessus d'un masque noir qu'il avait baissé autour de son cou.
"Qui es-tu?" Demandai-je rapidement, ressentant un soudain sentiment d'urgence de m'échapper. Quelque chose chez lui me paraissait étrange, contre nature, et cela me faisait peur.
L'homme se releva en redressant son col et en retirant son masque.
"Je m'appelle Raizo et ceci est mon temple", dit-il avec un sourire. "Comment t'appelles-tu chérie ?"
Je l'ai regardé avec méfiance avant de répondre à sa question par une question.
"Tu as dit que c'était TON temple ?"
Il fronça légèrement les sourcils avant de sourire à nouveau.
"Oui c'est mon temple, tu vois je suis un dieu."
Je fronçai les sourcils en pensant à cela. Bien sûr, je savais qu'il y avait des dieux qui marchaient parmi les hommes, mais je n'aurais jamais pensé être en présence d'un seul.
"Tu es un DIEU ?" Je l'ai regardé de haut en bas, l'examinant et réalisant qu'il se rapprochait nonchalamment de moi, alors j'ai pris du recul. "Un dieu de quoi ?"
À cela, il sourit davantage mais ne répondit pas. "Je suis aussi un roi."
J'ai commencé à m'inquiéter à mesure qu'il se rapprochait et que je reculais. "Un roi de quoi ?" Dis-je rapidement alors que mon dos heurtait le mur.
Il secoua la tête en s'arrêtant juste devant moi, prenant doucement mes mains dans les siennes.
"D'abord", dit-il. "Avant de te dire ces choses, j'aimerais connaître ton nom, petite dame."
Je frissonnai légèrement en souhaitant pouvoir m'enfuir, me fondre dans le mur, quelque chose.
"D'accord, très bien. Je m'appelle Gemini." Dis-je en prenant une inspiration.
Ses lèvres se retroussèrent en un sourire et il porta mes mains à ses lèvres et les embrassa doucement. "Enchanté de vous rencontrer Gémeaux."
J'ai immédiatement retiré mes mains et les ai rangées derrière mon dos, redressant ma posture et gonflant ma poitrine pour essayer d'avoir l'air confiant et non intimidé, même s'il mesurait au moins six pouces de plus que moi.
"J'ai répondu à ta question, maintenant réponds à la mienne."
Il rit en voyant que j'essayais d'être courageux. "Tu es fougueux, n'est-ce pas." Il retroussa ses lèvres en un sourire plein de dents pour montrer deux crocs pointus parmi ses dents normales.
"Je suis le roi des vampires... chérie."
J'osais à peine respirer mais j'essayais de rester calme. "Alors... de quoi es-tu le dieu ?"
À ce stade, je n'étais pas sûr de vouloir savoir, mais j'ai quand même demandé.
Au lieu de répondre, il rit et se rapprocha de moi et me murmura très doucement à l'oreille, ses mains tenant ma taille. "Je ne pense pas que tu sois encore prêt à le savoir."
Il s'est ensuite éloigné au moment où j'essayais de le repousser. Il avait l'air légèrement confus que je l'ai rejeté.
Le fait qu'il soit si proche comme ça m'avait secoué. À moitié effrayé et certes à moitié ravi par ses actions, j'ai frissonné et j'ai croisé les bras en fronçant les sourcils. « Comment ça, tu ne penses pas que je suis encore prêt à savoir ?
"Ce n'est rien." Dit-il d'un air vide en me regardant d'une manière étrange. Comme si quelque chose n’allait pas chez moi.
"Tu es toujours couvert de sang, il y a des vêtements de rechange pour toi dans le placard." » Il parla doucement, son étrange sentiment de confiance s'étant soudainement évaporé. Il s'est détourné de moi et a traversé la pièce en ouvrant la porte et en sortant de la pièce. Me laissant, abasourdi, seul.


J'ai quitté la pièce peu de temps après m'être changé. Il n'y avait aucun moyen de s'échapper du temple depuis cette pièce car elle se trouvait à environ cinq étages et les murs étaient recouverts de pluie.
En plus, il faisait encore sombre et les bois étaient dangereux la nuit.
J'ai parcouru seul les couloirs en examinant le somptueux temple.
Mes nouveaux vêtements, une simple chemise blanche et fluide et un jean foncé me semblaient agréables et j'étais sûr de n'avoir jamais porté quelque chose d'aussi cher.
"Comment diable puis-je sortir d'ici ?" Murmurai-je doucement.
Soudain, une voix retentit derrière moi, tout aussi calme.
"Pourquoi veux-tu tellement partir ?"
J'ai grimacé et j'ai arrêté de marcher lentement, me tournant vers Raizo qui me regardait avec curiosité.
"B-parce que," balbutiai-je. "Pourquoi devrais-je rester ici ?"
"Pourquoi pas ? Où d'autre dois-tu aller ?"
J'ai pensé à ses paroles. Il avait raison.
J'étais recherché dans sept États différents et dans deux pays ou plus pour vol.
J'étais faible.
Je n'étais rien.
Je n'avais nulle part où aller.
Et il le savait.
Il me prit prudemment la main et me sourit.
"La compagnie ne me dérangerait pas, on se sent seul ici avec juste les moines et moi."
Je le regardai et fronçai les sourcils.
"Je vais rester... pour la nuit. Juste une nuit, le temps que je me décide."
À cela, il sourit, un sourire sincère, et me serra légèrement la main.
"Comme vous le souhaitez Gémeaux."



Après m'avoir fait visiter complètement le temple, Raizo a insisté pour que je le laisse préparer le dîner pour moi et moi, ayant plutôt faim, je n'ai pas refusé.
Je m'assis sur la table et regardai autour de moi pendant que Raizo préparait une sorte de poulet.
L'horloge accrochée au mur m'a indiqué qu'il était minuit et j'ai bâillé en étirant les bras.
"Tu n'es pas fatigué ?" Ai-je demandé en écartant les cheveux de mon visage.
Il m’a à peine jeté un coup d’œil et a haussé les épaules. "Non, je ne me fatigue pas, je ne dors pas."
Je n'ai rien dit de plus et je l'ai simplement regardé cuisiner.
Il avait changé de vêtements, il portait maintenant un débardeur noir uni qui montrait ses bras musclés et ce qui me semblait être un pantalon de yoga ou quelque chose du genre. C'était une tenue beaucoup moins intimidante que ses précédents vêtements en cuir foncé qu'il portait à l'origine.
Il a remarqué que je regardais et m'a regardé en maintenant mon regard.
Je me suis rendu compte que j'avais regardé fixement et j'ai rapidement détourné le regard en faisant semblant d'être très intrigué par la table sur laquelle j'étais assis.
Je l'ai entendu rire avant de dire : « Comment vont vos blessures ?
J'ai levé distraitement et touché mon cou là où il avait été coupé pour sentir que le sang avait séché et durci pour former une couche protectrice.
"Euh, ça va. Honnêtement, je l'avais oublié." Dis-je en haussant les épaules.
Il posa l'ustensile de cuisine qu'il utilisait et se dirigea vers moi.
Je l'ai regardé avec lassitude, incapable de dire si ses actions étaient menaçantes. Il m'a fait un sourire rassurant et a doucement relevé mon menton avec un doigt pour regarder la coupure.
"J'ai essayé de te guérir... avec de la magie, je veux dire, mais pour une raison ou une autre, ça n'a pas marché." Il retira sa main de mon visage et me regarda avec des yeux pleins de curiosité.
Moi, incapable de croiser son regard, j'ai regardé un endroit éloigné sur la table et j'ai simplement haussé les épaules.
"Pourquoi n'ai-je pas pu te guérir ?" » Demanda-t-il en passant doucement un doigt sur mon visage.
"Je ne sais pas." » Marmonnai-je et inclinai la tête pour éviter le contact de sa main.
Il avait simplement l'air pensif en me jetant un dernier long regard, puis il se retourna et se remit à cuisiner.


Je suis entré dans la pièce où Raizo m'avait initialement hébergé vers une heure et quart du matin après avoir mangé un bon repas dans lequel Raizo m'avait simplement observé tout le temps.
En bâillant et incapable de garder les yeux ouverts, je me suis effondré sur le lit en regardant le plafond. Le monde semblait tourner et je me suis endormi...

J'étais dans une ruelle, blotti sous une couverture de journal. J’étais plus âgé maintenant, j’avais environ six ou sept ans.
Mes vêtements étaient en lambeaux et sales, mes cheveux éparpillés.
Un garçon, le garçon qui m'a sauvé lorsque mes parents sont morts, Saxon s'est approché de moi, a retiré le journal et m'a attrapé par le bras pour me relever.
"Allons-y, il est temps." » dit Saxon avec un grognement.
J'ai commencé à pleurer, les larmes coulant sur la terre de mon visage et laissant de petites traces. "Pourquoi frère ? Pourquoi !" J'ai pleuré en luttant pour m'éloigner de lui.
"Je t'ai dit que je ne suis pas ton frère !" Il a grogné en me jetant hors de la ruelle uniquement pour que je puisse être récupéré par un homme plus âgé à la peau foncée, un chauffeur d'esclaves.
L'homme plus âgé m'a jeté à l'arrière d'un chariot construit comme une cage avec d'autres enfants de tous âges tandis qu'un autre homme tendait à Saxon une pochette remplie de pièces de monnaie.
J'ai secoué les barreaux en pleurant de façon hystérique. "Pourquoi ?! Qu'est-ce que j'ai fait de mal ! S'il vous plaît ! Pourquoi ?!"
Saxon leva les yeux des pièces de monnaie. Directement vers moi, la tristesse traversa son visage. "Je suis désolé..." dit-il, puis le monde devint sombre et un froid glacial m'entoura.


Je me suis réveillé en sursaut, allongé sur le dos, regardant vers le plafond, sans couverture pour me couvrir.
Saxon... Le nom résonnait dans mon esprit. Il m'a sauvé seulement pour me vendre comme esclave lorsque je suis devenu difficile à nourrir. Maintenant, bien sûr, j'ai compris. Les temps étaient désespérés. Il devait le faire, sinon nous serions morts tous les deux.
Mes pensées ont été interrompues par un grand hurlement venant de l'extérieur de la fenêtre.
J'ai regardé, une faible lumière traversait les rideaux et j'ai réalisé que j'avais très froid.
J'ai levé mes pieds du lit et me suis dirigé vers la fenêtre en ouvrant les rideaux pour voir une horrible tempête de neige faire rage dehors et mon cœur s'est serré.
Je ne pouvais pas partir et me lancer là-dedans.
Et pourtant… une partie de moi était heureuse que ce soit le cas. Et je ne savais pas pourquoi.

J'ai parcouru les couloirs en frissonnant alors que les vents hurlaient dehors.
Je me sentais seul et froid.
Alors que mes pieds nus parcouraient le couloir, j'ai commencé à m'inquiéter.
Et si Raizo était parti ?
Mes inquiétudes furent bientôt apaisées lorsque je tombai sur une porte dont la lumière jaillissait du dessous.
Je soupirai de soulagement et posai ma main sur la porte, hésitant avant de l'ouvrir.
Lorsque la porte était ouverte, j’avais l’impression que l’été m’avait soudainement envahi.
Je me trouvais maintenant dans des bains publics joliment éclairés et confortablement chauds.
Quelques moines erraient pour déplacer des serviettes et autres.
Je m'en approchai et fermai prudemment la porte derrière moi.
"Ummmm, excuse-moi, as-tu vu Raizo ?"
Le moine hocha la tête et désigna un objet ressemblant à une stalle sur lequel un rideau était tiré.
"Merci." Dis-je poliment et je me dirigeai vers moi.
Je ne savais pas vraiment pourquoi je le cherchais. Je suppose que je ne voulais tout simplement pas être seul.
J'ai pris une inspiration en écartant le rideau et en entrant.
"Rai... oh." J'ai commencé à prononcer son nom puis je me suis arrêté alors que j'admirais la vue devant moi.
Il y avait un bain à remous au design élégant intégré au sol et Raizo se tenait à côté avec seulement une serviette autour de la taille.
"Je suis vraiment désolé, je ne voulais pas trop faire irruption comme ça, je vais juste euh..." J'avais rapidement tourné la tête vers le mur, mon visage rougissant et devenant rouge.
Raizo fut légèrement pris au dépourvu mais il rit doucement. "Tout va bien, Gémeaux." Et sur ce, il se retourna vers la baignoire et laissa tomber sa serviette alors qu'il y entra. "N'hésitez pas à me rejoindre si vous le souhaitez."
J'ai regardé le plafond, cherchant intensément mes mots. "Non, c'est, euh, je veux dire... je ne veux pas déranger..."
Il m'a coupé la parole en levant la main. "Tu ne me déranges pas, je serais heureux d'avoir de la compagnie. Tant que tu n'es pas mal à l'aise."
Je lui ai jeté un coup d'œil pendant une seconde. Son dos me faisait face et il était complètement immergé dans l’eau, à l’exception de sa poitrine et du reste du haut de son corps.
"Je ne suis pas mal à l'aise." Dis-je avec incertitude, mon visage rouge betterave. Heureusement, il ne pouvait pas le voir.
"Eh bien, s'il te plaît, par tous les moyens." Dit-il en désignant l'eau.
En grommelant, j'ai retiré ma chemise et mon jean, me laissant dans mon soutien-gorge et mes sous-vêtements, puis j'ai marché prudemment jusqu'au bord de la baignoire.
Il tourna la tête pour me regarder. Je pouvais voir qu'il me regardait de la même manière qu'un prédateur regarderait sa proie.
J'ai essayé de ne pas le regarder et j'ai plongé dans l'eau en me submergeant pour cacher mon corps.
Quand j'ai remonté la tête à la surface, il ne me regardait plus mais avait les yeux fermés et la tête penchée en arrière pour profiter de l'eau.
Je suis resté là où j'étais et je l'ai regardé pendant un long moment jusqu'à ce que je réalise que je le regardais à nouveau, alors j'ai détourné le regard en nageant jusqu'au bord du bain à remous où il y avait un siège intégré.
Nous restâmes assis en silence pendant un long moment avant qu'il ne parle.
"Pourquoi es-tu si fatigué de moi?" » Demanda-t-il doucement et rouvrit les yeux pour me regarder.
"Tu n'as pas à avoir peur, je ne vais pas te faire de mal tu sais."
Je l'ai regardé en croisant son regard. Alors que nos regards se croisaient, j'ai senti quelque chose remuer en moi. Une étrange sensation de flottement que je n'avais pas vraiment ressentie auparavant. Cela m'a fait rougir et j'ai détourné le regard, embarrassé et marmonné. "Je n'ai pas peur de toi Raizo."
« Même si je suis un dieu ? Et un vampire ?
J'ai hésité, c'était étrange de le considérer comme quelqu'un d'aussi puissant qu'il l'était manifestement. Étrange de penser que quelqu’un d’aussi puissant que lui serait en ma présence.
"Tu sais..." dis-je finalement. "Tu ne m'as jamais dit de quoi tu étais un dieu."
C'était maintenant à son tour d'hésiter, son front plissé par la réflexion.
"Eh bien, tu vois, je suis le dieu de l'amour et du plaisir."
Il m'a regardé pour voir ma réaction comme s'il était incertain.
Honnêtement, je n'ai pas été surpris par la façon dont il a agi et parlé.
S'il avait été le dieu d'autre chose, j'aurais été surpris.
"Intéressant." Dis-je simplement.
Il pencha la tête et détourna à nouveau son regard de moi.
"Tu es très différent... Je ne comprends pas. D'habitude, je peux..." Il s'arrêta et pinça les lèvres.
"D'habitude, tu peux quoi ?" Ai-je demandé en me relaxant un peu. C'était plus décontracté maintenant. Maintenant qu'il semblait incertain.
"Habituellement, il est facile de... bien séduire les femmes, en utilisant la persuasion magique et pour être honnête, je l'ai essayé d'innombrables fois sur toi, mais rien." Dit-il avec un soupir en me jetant un regard d'excuse.
J'ai été un peu surpris par cette déclaration, mais j'ai juste soupiré en m'enfonçant plus profondément dans l'eau, de sorte que seule ma tête sortait de l'eau.
"Je suis immunisé contre la magie... sous toutes ses formes." Dis-je avec un ton triste.
"J'écoute." Dit-il en croisant les bras sur sa poitrine.
Je l'ai regardé puis j'ai haussé les épaules. "Mon... frère m'a vendu l'esclavage quand j'avais cinq ans, après la mort de mes parents. J'ai été acheté aux enchères par le maître du temple du Clan du Sang parce qu'il pouvait sentir mes capacités... mon sang est très précieux et possède de nombreuses différentes propriétés. Alors il m'a gardé pour me vider... pour vendre mon sang.
Une larme singulière est tombée et je l'ai essuyée rapidement.
"Mon frère m'a sauvé mais... il est mort dans le processus."
Raizo me regardait avec un regard sérieux mais aussi doux. "Tu es en sécurité avec moi." Il a dit. "Si tu choisis de rester."
J'ai lentement hoché la tête en gardant mon regard sur l'eau.
Il a souri et avant que je m'en rende compte, il était à mes côtés et enroulait ses bras autour de ma taille.
Tout mon visage est devenu rouge lorsque je me suis souvenu qu'il était complètement nu et que je n'étais moi-même qu'en sous-vêtements et en soutien-gorge.
"Euh... Raizo, qu'est-ce que tu fais ?"
"Je te réconforte." Il répondit avec un rire presque enfantin alors qu'il me rapprochait pour que mon corps soit pressé contre le sien, sa tête reposant sur la mienne.
"Mais Raizo, tu es..."
"Je suis quoi ? Nu ? Tu n'as pas besoin d'être timide avec moi, Gémeaux."
Mon visage est devenu encore plus rouge à cette déclaration, j'avais l'impression que je pourrais brûler.
"Oui mais..."
Raizo m'a coupé en s'éloignant légèrement et en mettant un doigt sur mes lèvres en disant doucement : " Chut, pas de mots ma chérie. "
Je le regardai, abasourdi et me sentant plus petit et plus embarrassé que jamais dans ma vie. Alors j'ai juste hoché la tête.
Puis il se pencha plus près de mon visage et approcha ses lèvres des miennes, m'entraînant dans un profond baiser.
Je ne sais pas combien de temps a duré le baiser, quelques minutes ? Heures? Années? C'était comme une éternité.
Un doux pour toujours.
Une éternité dans laquelle je voulais rester, là avec lui.
Mais finalement, le baiser a pris fin et il a lâché mon visage, s'éloignant de moi et glissant ses mains autour de ma taille.
"Viens dans ma chambre avec moi." Il m'a murmuré en glissant ses mains davantage vers mon arrière.
À cela, j'ai frissonné. De joyeux petits frissons qui parcoururent ma colonne vertébrale et me parcoururent.
J'acquiesçai lentement en tenant son regard luttant contre l'envie de me mordre la lèvre.
Dès que j'ai hoché la tête, il m'a soulevé par les fesses et instinctivement j'ai enroulé mes bras autour de son cou et mes jambes autour de sa taille.
Je pouvais sentir son érection grandissante se presser contre mon entrejambe, ce qui me provoqua des frissons plus agréables.
Il laissa échapper un grognement ludique et commença à déposer de petits baisers sur mon cou et ma poitrine alors que le monde se brouillait autour de moi et soudain je me retrouvais avec Raizo dans une grande et étonnamment belle pièce.
"Quoi?" J'ai regardé autour de moi, confus et Raizo a ri.
"Désolé, j'ai dû utiliser la téléportation. Je ne voulais plus attendre." Raizo a dit puis il a léché mon cou longuement et lentement jusqu'à mes lèvres qu'il a ensuite tracées avec sa langue.
"Oh je vois." Je ris pendant qu'il me léchait les lèvres.
Il en profita pendant que je parlais pour glisser doucement sa langue dans ma bouche en m'embrassant profondément.
Je l'ai tenu fermement par l'arrière de sa tête, ne voulant pas que cela se termine.
Je sentis ses lèvres s'étirer en un sourire juste avant qu'il ne retire son visage du mien et me rejette doucement sur le lit alors qu'il se tenait au pied de celui-ci.
Je restais allongé là alors que des frissons plus agréables me traversaient.
Il m'a étudié pendant un moment en penchant la tête puis m'a souri malicieusement en claquant des doigts.
Quand il l'a fait, mes sous-vêtements et mon soutien-gorge ont soudainement disparu et j'étais soudainement complètement nue devant lui.
"Oh mon Dieu." Il gémit en se léchant les lèvres.
J'ai rougi fortement. Être étudié de telle manière qu'il m'étudiait alors que j'étais allongé là était plus que passionnant et j'étais à ce stade très très excité.
"Je parie que tu n'as jamais sucé une bite divine auparavant." Dit-il avec un sourire timide.
"N-non." Bégayai-je en regardant son pénis maintenant complètement érigé mais en essayant de ne pas le regarder.
"Eh bien... tu peux si tu veux." Dit-il presque timidement, me regardant toujours attentivement. Prendre en compte chaque détail.
J'ai hoché la tête et me suis assis en me dirigeant vers le bord du lit devant lui.
Son pénis était juste devant moi et, n'ayant jamais fait ça auparavant, je ne savais pas exactement quoi faire.
Je le regardai vers lui et non vers mes lèvres. "Je n'ai jamais fait ça auparavant..." dis-je, inquiet de la façon dont il pourrait réagir.
"Hmm, c'est bon, tu continues à me regarder et tu mets cette bite dans ta bouche." Dit-il en me regardant avec une faim désespérée dans les yeux.
J'ai de nouveau hoché la tête et j'ai fait ce qu'il a dit, le regardant tout le temps, j'ai enroulé mes lèvres autour de la tête et je l'ai pris dans ma bouche petit à petit jusqu'à ce que je n'en puisse plus.
Au premier contact de ma bouche autour de sa bite, il laissa échapper un petit gémissement apparemment très amusant au contact de mes lèvres.
Il n'a pas fallu longtemps avant que je suce et lèche son manche de haut en bas comme un pro. Le taquiner et lui faire plaisir.
"Je parie que tu es tellement mouillé." Il gémit en attrapant l'arrière de ma tête et en poussant davantage sa bite dans ma bouche.
Tout ce que je pouvais faire, c'était gémir en réponse, ma bouche était tellement pleine de sa bite.
Il lâcha l'arrière de ma tête et j'enlevai ma bouche de lui.
"Mettez-vous à quatre pattes." » Dit-il, presque exigeant mais avec une pointe de supplication. "J'ai besoin de toi maintenant."
"Oui Raizo." Dis-je en me mordant la lèvre, en me retournant et en me mettant à quatre pattes.
Il a rampé sur le lit derrière moi et, sans avertissement, m'a frappé violemment le cul, me faisant japper un peu puis rire.
"Je sais que tu le veux." Dit-il avec un grognement en m'attrapant par les hanches et en plaçant sa bite à l'entrée de ma chatte trempée.
J'acquiesçai vigoureusement, me mordant toujours la lèvre. "Oui, je le veux tellement."
"Eh bien, voilà." Il a attrapé mes hanches et m'a tiré vers lui en même temps qu'il s'est avancé, le faisant claquer violemment contre moi.
J'ai poussé un petit cri alors que la force brisait mon hymen.
"Oh mon Dieu, tu es serré." Il gémit, commençant à entrer et sortir lentement de moi.
C'était un peu douloureux au début, mais cela s'est atténué à mesure qu'il entrait et sortait de moi à un rythme régulier.
Il m'a léché lentement le dos, commençant à accélérer le rythme.
Mon humidité coulait sur mes cuisses, recouvrant sa bite pendant qu'il gémissait.
Mes petits cris et gémissements se sont vite transformés en gémissements de plaisir lorsqu'il m'a baisé.
Je pouvais le sentir s'enfoncer plus profondément en moi à chaque coup et il a commencé à aller plus fort. Et plus fort. Jusqu'à ce qu'il me frappe si fort que mes seins rebondissent sous moi et je gémis plus fort, le suppliant de me faire jouir.
Plusieurs fois, il m'a frappé le cul pendant qu'il me baisait. En m'assurant d'aller fort et profondément en moi.
"Putain, je vais jouir." Il gémit et je sentis sa poigne se resserrer sur mes côtés.
"Oh mon Dieu oui Raizo, jouis en moi." Je gémis à moitié, à moitié haletant.
Il tendit la main et posa sa main sur mon clitoris en le frottant fort.
L'action m'a envoyé à bout, envoyant une nana électrique à travers moi. Me faisant crier alors qu'une vague de plaisir immense me traversait, faisant bouger mes hanches et encore plus d'humidité chaude coulant le long de mes cuisses.
Raizo gémit, mon orgasme déclenchant le sien et soudain je sentis son sperme chaud et chaud me remplir, se mélangeant au mien.
Il ralentit ses poussées jusqu'à l'arrêt. Tirant jusqu'au dernier morceau de sperme qu'il avait à offrir au plus profond de moi.
"Oh mon Dieu, c'était incroyable." Je gémis maintenant, me sentant prêt à m'effondrer.
Raizo rigola un peu et glissa lentement hors de moi.
"Tu es tellement mouillé." Dit-il en caressant mes cuisses avec sa bite toujours dressée. "Allonge-toi sur le dos pour que je puisse te nettoyer."
"Mmmh." J'ai gémi et j'ai joyeusement accepté, roulant sur le dos et écartant les jambes.
Il a immédiatement mis sa tête entre mes jambes et a commencé à lécher et à sucer le sien et mon sperme combiné dans ma chatte.
Je ris, chaque coup de langue envoyant des vagues de plaisir à travers moi.
Il finit bientôt, léchant chaque morceau, et glissa vers le haut, s'allongeant sur moi et caressant mes seins en me regardant sérieusement avant de m'embrasser dans le cou et de me murmurer à l'oreille : " Me feras-tu l'honneur de devenir ma reine ? "
Un sourire apparut sur mon visage et je lui répondis doucement.
"Oui, je serai ta reine."

Articles similaires

Vendredi_(1)

Le vendredi s'est déroulé et je ne savais pas comment j'allais m'y prendre. Avec chaque dossier sur mon bureau, je devais me demander si j'essayais de revoir Sara ou si cela en valait la peine et si je devais compenser la différence en essayant de passer par le bar de Lisa sur le chemin du retour. Poursuivre deux lapins signifiait que je perdrais les deux, pourchasser aucun des deux signifiait également perdre les deux, alors je devais penser à quelque chose. J'ai abandonné. Je suis rentré chez moi, seul, à l'heure. --- Sara s'est arrêtée dans un bar miteux non loin...

1.3K Des vues

Likes 0

Appelez-moi Joanna

Appelez-moi Joanna Tout s'est passé il y a si longtemps maintenant qu'il semble non seulement avoir été dans un endroit différent à un moment différent, mais si différent comme s'il n'avait presque jamais existé. Mais il l'a fait. Tout s'est passé dans le sud rural de l'Angleterre à cette époque merveilleuse après la fin de la guerre (pour nous, la guerre signifiait et signifie toujours la Seconde Guerre mondiale), dans la lueur dorée de l'empire, avant que des réalités désagréables ne s'immiscent et ne poussent le monde. nous avions connu dans une forme nouvelle et inconnue. Les révolutions des années soixante...

937 Des vues

Likes 0

De : Jeff bisexuel ? Règles pour commenter mes histoires !

Jeff bisexuel… Règles pour commenter mes histoires ! À en juger par les dizaines de milliers de fois où toutes mes histoires ont été lues, la plupart d'entre vous les ont appréciées. Certains ne l'ont pas fait et c'est bien aussi, je n'essaie pas de plaire à tout le monde, ou vraiment à personne, j'écris ce qui me trotte dans la tête parfois. Profitez-en, ne les profitez pas… entièrement à vous. Mais ne laissez PAS de commentaires merdiques sur quelqu'un que vous connaissez qui est mort du SIDA, s'il vous plaît, CE site n'est pas fait pour ça. Tout le monde...

1.5K Des vues

Likes 0

La baby-sitter partie 2

Tous les événements de cette histoire sont fictifs et toutes les personnes de cette histoire ont plus de 18 ans. Toute similitude avec des personnes ou des événements de cette histoire est purement fortuite. et doit être considéré comme tel, profitez-en. La baby-sitter partie 2 J'ai attendu quelques minutes jusqu'à ce que la cuisine semble calme, puis j'ai passé la tête par le coin de la cuisine, Darcy était assise sur les genoux de maman, se blottissant contre elle, maman m'a tendu un bras alors je me suis approché et me suis tenu à côté d'elle. Alors qu'elle nous faisait tous...

581 Des vues

Likes 0

Porte pour chien

Porte pour chien Imaginez ma surprise lorsque je lavais la vaisselle de mon petit-déjeuner et que j'ai vu un petit enfant ramper par la porte de mon chien. La porte était pour mon chien Skippy. Elle était décédée il y a un an avec ma mère et mon père dans un accident de voiture. Skippy avait alors treize ans en années humaines et elle adorait rouler en voiture. J'étais à l'université quand c'est arrivé. Maintenant, presque un an plus tard, ils me manquaient toujours tous. L'enfant semblait avoir du mal à mettre ses genoux sur la planche en bas, alors je...

576 Des vues

Likes 0

Impie et infidèle:2 Ch 1

Des tasses en verre remplies d'eau du diable claquaient ensemble, remplies de jolies femmes et filles légèrement vêtues avec des sourires de promesse sur leurs visages. Les officiers de la Coalition dans le bar ont applaudi, des tasses levées pour célébrer leur victoire à Ridgehill sur les forces Inimi un mois auparavant. Dans le bordel maintenant bondé, Axel était assis avec sa propre tasse pleine d'eau du diable, ruminant les événements depuis qu'il avait été convoqué dans ce monde. Presque depuis le début, lui et son meilleur ami Rayner avaient été impliqués dans des conflits, combattant des gobelins, des soldats Inimi...

1.7K Des vues

Likes 0

Avril - Partie II

Merci à tous pour les bons commentaires et les évaluations généralement positives. Je m'excuse que la partie 2 ait pris si longtemps, mais je voulais m'assurer qu'elle était aussi bonne que possible avant de la publier. J'espère que vous apprécierez cette partie, et recherchez une partie 3 dans les semaines à venir. Veuillez continuer à noter et à commenter, et si vous n'aimez pas les éléments de mon récit, veuillez me faire savoir dans les commentaires comment vous pensez que je pourrais m'améliorer. Rob et April étaient allongés dans le lit d'April, perdus dans leurs propres pensées post-coïtales. Ils s'étaient assurés...

1.3K Des vues

Likes 0

La Fête_(14)

Partie 1 Jésus, nous allons encore être en retard, je me dis en m'asseyant sur le canapé du salon, la tête appuyée sur une main. C'était samedi, le soir de la fête de Doonsberg et il n'y avait pas moyen d'en sortir. Les voisins d'en bas nous avaient invités dans leur manoir il y a des mois. Des RSVP avaient été faites, des calendriers vérifiés et revérifiés, des appels téléphoniques passés. Bref, c'était chose faite. S'il y avait jamais eu une soirée pour faire la fête, c'était bien celle-là. La pleine lune de la veille de la fin de l'été regarde...

2.4K Des vues

Likes 2

Esclave d'un jour partie 3

Liz regarde Chris pour obtenir des instructions, et il sourit à son obéissance. Il se délecte de voir sa femme abandonner le contrôle et elle pourrait presque se donner des coups de pied pour avoir cédé sans même y penser. Est-ce qu'elle commence vraiment à aimer laisser le contrôle à son mari ? Allez répondre à la porte et envoyez mes amis au salon, je vais mettre le jeu en marche. Commande Chris. Liz se dirige vers la porte et lorsqu'elle l'ouvre, elle sent le vibromasseur émettre un faible bourdonnement dans sa chatte. Elle se tourne pour regarder Chris mais il...

2.2K Des vues

Likes 0

La vie d'un Playboy Chapitre 5

CHAPITRE 5 Je me tenais dans le laboratoire, prêtant théoriquement attention aux moniteurs devant moi et faisant des calculs. Mais vraiment, je vérifiais subrepticement les différentes femmes entrant et sortant du bureau de Mme Robinson. L'annonce avait été diffusée dans tout le collège pour que des femmes volontaires participent à une étude biologique affectant la sexualité humaine. C'était une étude rémunérée, donc il y avait beaucoup plus de filles inscrites que de postes nécessaires, et Mme Robinson n'a pu sélectionner que les étudiantes les plus chaudes du campus. Plus les belles filles entraient et sortaient, portant des vêtements étriqués et exhibant...

1.4K Des vues

Likes 1

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.