Amandine

272Report
Amandine

Chapitre 1 : le point de départ
J'ai 25 ans et je travaille pour une entreprise qui fait des études sociales : comportement des gens, réponse à une situation particulière… En période électorale, nous pouvons faire des sondages. 80 % de notre activité provient des marques alimentaires : de quoi a besoin le consommateur ? Quelle est la saveur qu'il préfère ?...
Ce que je fais dans cette entreprise est assez simple : je collecte des données. Je ne suis pas vraiment satisfait de mon travail mais cela ne m'ennuie pas, j'ai un salaire décent et la plupart du temps mes horaires de travail sont vraiment corrects. Si je dis la plupart du temps, c'est à cause du projet sur lequel je travaille. En gros, je dois regarder les gens dormir. Il y a une atmosphère de mystère derrière ce projet : on ne sait pas à qui il est destiné ni pourquoi. Les rumeurs disent qu'il s'agit d'une société pharmaceutique qui fait des essais sur un somnifère. D’autres disent qu’il s’agit d’un test pour différents matelas.
L'idée est assez simple : des gens ont accepté d'avoir une caméra dans leur chambre pendant un an et d'être filmés en train de dormir. Une chambre est un endroit assez privé, ils disposent donc d'une télécommande pour éteindre la caméra pendant 3, 8 ou 12 heures d'affilée. Toutes les personnes qui ont accepté cette demande étrange sont célibataires. Ainsi s'il y a deux personnes (ou plus) dans la pièce, la caméra l'identifie grâce au contrôle de la chaleur et s'éteint d'elle-même, sauf si quelqu'un travaillant pour mon entreprise (comme moi) l'allume manuellement. Mais lorsque nous faisons cela, chacun de nous a un code personnel : si nous sommes tentés de l'allumer pour le spectacle, grand frère saura qui l'a fait. Je pense que vous l'avez compris, tout est fait pour garder l'intimité des « sujets ». Si les choses ne chauffent pas, nous sommes censés allumer la caméra.
Si j'ai accepté de travailler sur ce projet, c'est pour plusieurs raisons. Tout d’abord, nous devons parfois regarder les gens dormir en direct. Je ne suis pas un gars bizarre mais cela signifie un salaire de nuit… Je peux aussi travailler à la maison (télécharger la vidéo et les regarder sur mon ordinateur personnel). Et surtout, j'ai beaucoup de temps libre. Comme je n’ai pas besoin de dormir beaucoup, je n’ai pas besoin de rattraper mes heures de travail nocturnes. Comme je souhaite devenir ingénieur, je travaille mes compétences en informatique pendant mon temps libre.
Nous sommes trois à travailler sur ce projet (en tant que « data collector » bien sûr). Et nous avons convenu tous ensemble de toujours travailler sur les mêmes sujets. Je me considère comme le chanceux. Ma chance est le sujet de cette histoire et elle porte un nom : Amandine.
Amandine est une mère célibataire brune. Comme vous pouvez l'imaginer, elle est magnifique. C'est une petite brune avec ce qui semble être un corps de tueur. Si je dis « semble-t-il », c’est parce que je ne l’ai pas encore vu. Et il est évident qu’elle fait ce qu’elle peut pour cacher ses atouts à la caméra. Au début.
Durant le premier mois, tous les sujets étaient visiblement trop conscients de l'appareil photo. Ils l'éteignaient à tout prix, Amandine y compris. Mais comme tout le monde oubliait la présence de l'Œil, elle ne l'était visiblement pas. Je ne peux pas dire pourquoi j'ai ce sentiment car comme tout le monde, elle était de moins en moins gênée par l'intrus. Dès le début, j'ai eu un intérêt particulier pour elle, ce qui est parfaitement compréhensible : nous passons tous plus de temps sur ce qui est intéressant dans notre travail et dans le mien, tout était pareil sauf le look de mes sujets. Sur ce sujet, elle avait une meilleure main que quiconque parmi mes sujets. Mais mon intérêt pour elle augmente lorsque mon ressenti persiste : elle était (presque) toujours consciente de la caméra mais elle faisait comme si elle l'oubliait.
Au début, ce n'était rien ; et peut-être que ce n'était vraiment rien. Un tiroir laissé ouvert. Un lit délié. Son pyjama sur une chaise. Et puis c'était la porte de sa salle de bain pas totalement fermée, mais pas assez ouverte pour me laisser la voir, ou alors je la voyais sortir de sa salle de bain seulement couverte de sa SERVIETTE car elle avait oublié ses vêtements dans sa chambre. Je trouve les femmes habillées comme ça vraiment sexy. Alors que je la regardais le premier jour où cela s'est produit, j'ai eu une sacrée érection en me réveillant dans mon pantalon. Mais rien de plus ne s'est produit.
Un dimanche après-midi, j'étais au travail, regardant mes sujets en direct alors qu'Amandine entra dans sa chambre. Elle ferma sa porte avec la serrure, ce qu'elle ne faisait pas souvent. Et ouvre un tiroir de son bureau. Avant que je puisse voir ce qu’elle cherchait, elle a éteint la caméra. Pour trois heures. La plupart du temps, cela signifie du sexe ou de la masturbation. Et d’après ma « connaissance » d’elle, ce n’était pas une exception. Elle n'a jamais verrouillé sa porte et quand elle l'a fait, elle a éteint la caméra pendant 3 heures. À chaque fois. Ce qui était nouveau dans ce modèle, c'était le tiroir. J'ai dû revoir la scène plusieurs fois pour trouver ce qui était vraiment bizarre.
Elle entre dans sa chambre et verrouille sa porte. Normalement, elle prendrait la télécommande de la caméra à sa gauche, à sa place habituelle, et l'éteindrait, mais ici non. Elle traverse sa chambre, passe devant son lit, se dirige droit vers son bureau et le tiroir. Elle ouvre le tiroir et la caméra s'éteint. Ce qui m'a manqué la première fois, c'est la télécommande de la caméra sur le côté de son lit. Lorsqu'elle l'a dépassé, elle a pris la télécommande sans que je la voie. Cela fait trois mois que je la regarde vivre dans sa chambre et je considère que je la connais tranquillement. J'ai même été témoin à plusieurs reprises de sa relation étrange avec sa fille, mais j'en reparlerai plus tard. La télécommande est toujours à sa place (près de la porte lorsqu'elle n'est pas dans sa chambre, et sur la table à côté de son lit lorsqu'elle y est), jamais sur le lit. Jamais. Sauf cette fois. J'ai dû revenir le matin pour voir comment la télécommande s'était terminée sur le côté du lit. Elle l'a mis ici quand elle a mis ses chaussures. Habituellement, elle s'assoit sur son lit et met ses chaussures mais cette fois, elle s'est agenouillée au bout de son lit pour mettre ses chaussures. Comme elle avait la télécommande à la main, elle la posa sur le lit. Un mois plus tôt, je ne l'aurais pas remarqué. Mais s'il y avait une chose que j'avais apprise du projet sur lequel je travaillais ce jour-là, c'était cette habitude, surtout celle du matin. Vous n’êtes pas totalement réveillé donc tout ce que vous faites, vous le faites automatiquement. Mes découvertes ont été confirmées par deux signes. La première était le regard rapide vers la caméra alors qu'elle avait fini de mettre ses chaussures. C'était un look, mais trop rapide pour être un « look normal ». Elle ne voulait pas être vue en train de le regarder. Le deuxième signe était le petit sourire qu'elle avait lorsqu'elle posait automatiquement sa main sur son lit pour récupérer la télécommande tout en la vivant là où elle était. Encore une fois, j'aurais pu croire qu'elle utilisait son lit pour se lever mais c'était trop de hasard à la fois…
Alors j'ai attendu; trois heures.
Lorsque l’appareil photo s’est allumé tout seul, rien d’inhabituel n’était affiché à l’écran. Elle dormait sur son lit, habillée. Je m'attendais à quelque chose, je ne sais quoi mais j'étais déçu que tout soit normal. Si tout était normal, j'aurais peut-être eu tort dans ma lecture de son comportement. Je déteste avoir tort. Alors je regarde attentivement.
Je n'ai qu'une chose à dire : Oh, mon Dieu.
J'ai d'abord zoomé sur son visage. Elle ne dormait pas. Lorsque vous dormez, vos yeux bougent tout seuls, rapidement. Les siennes ne l’étaient pas. J'ai visé un peu plus bas et j'ai regardé tout son corps, de près. Je ne peux pas dire que je n’ai jamais été tenté de faire cela, mais je ne l’ai fait que ce jour-là. J'ai aimé ce que je vois. Son soutien-gorge était dégrafé. Elle portait une chemise mais visiblement elle avait dégrafé son soutien-gorge à un moment donné au cours de ces trois heures. Sa chemise n'avait que trois boutons : je voyais la couleur de son soutien-gorge, noir, et son nombril sur un ventre parfait. Le bouton de son jean était ouvert, tous mais sans trop en découvrir – juste que sa culotte était assortie. Et enfin, ses jambes furent légèrement ouvertes. De toute évidence, elle avait apprécié les services de sa main.
Je l'ai regardée ainsi pendant un quart d'heure, avec une érection furieuse. Elle ne montrait pas grand-chose mais c'était l'une des choses les plus chaudes que j'aie jamais vues sur un écran. Je commençais à me branler quand elle se roulait sur son lit. Sa main gauche s'est « naturellement » posée sur son sein droit et l'a massé pendant trois secondes, à travers le tissu de ses vêtements. Jusqu’à ce jour, j’avais un peu (juste un peu) honte de la regarder plus que mes autres sujets. C’est pourquoi je ne reconnaissais même pas ce que je voyais. Mais quand sa main lui frottait la poitrine, une pensée était évidente : elle avait de gros seins ; trop grande pour ses petites mains, parfaite pour des mains d'homme.
J'étais tellement hypnotisé pendant ces trois secondes que j'ai failli rater quelque chose. Un instant auparavant, elle était allongée sur son gode. Quand j'ai vu ça, je suis venu. Pour ma défense, je n’avais que deux « femmes » (lire « filles au début de la vingtaine ») dans ma vie et cela faisait longtemps que je n’avais pas eu de relations sexuelles. A cette époque, j'étais excitée, tout le temps.
Ce jour-là, avant de quitter le travail, j'ai téléchargé les cassettes sur mon ordinateur. J'ai revu la vidéo à la maison et ce que j'ai vu me faisait attendre avec impatience la prochaine fois. Juste au moment où elle finissait de se frotter le sein, Amandine avait ouvert les yeux, regardé la caméra et souri.
Le destin m'avait fait exhibitionniste dans mon « sujet » : chaud, et subtil aussi. Que va-t-elle me laisser voir la prochaine fois ?

Comme je l'ai dit plus tôt, Amandine et sa fille entretiennent une relation étrange. Ils aiment se taquiner. Ne vous méprenez pas, je n’ai jamais été témoin de comportements inappropriés même s’ils étaient très proches : ils passaient une grande partie de leur temps dans la chambre d’Amandine. Comme elles étaient mère et fille, à chaque fois que la caméra s'éteignait automatiquement (deux sources de chaleur, vous vous souvenez ?) lorsqu'elles étaient ensemble, je la remettais juste après.
Amandine et sa fille ne se ressemblent pas. Amandine était une petite brune avec de gros seins et un corps ferme : de longues jambes (vu son corps), un cul ferme et parfait, des seins dont j'avais envie et des lunettes. Une caricature de secrétaire porno, diriez-vous. Peut-être mais elle avait quelque chose de plus. Elle avait du caractère dans son corps. Sa fille était blonde et un (top ?) mannequin : grande, un joli cul, de petits seins (elle ne portait pas de soutien-gorge, pour mon plus grand plaisir) et une silhouette parfaite. De leurs conversations, j'avais appris qu'elle était mineure depuis encore cinq mois. Je n'ai pas pensé à son nom.
Comme je l'ai dit, pas de comportement inapproprié mais beaucoup de taquineries. Ils se complimentaient beaucoup sur leur sex-appeal (pas besoin d'hypocrisie, croyez-moi). Et c'était régulièrement que j'entendais des conversations comme celle-ci (dans les deux sens) :
- Eh bien, nous devrions arrêter de discuter. J'ai une douche à prendre.
-Ouais moi aussi. Qui va en premier?
- On sait tous les deux que le deuxième aura de l'eau froide, hein ?
- Tu as raison… Tu veux prendre un bain avec moi ?
- Eeeh… arrête de me tenter, un jour je dirai oui

Je pense que tu comprends.
Durant tous ces mois passés à observer la mère, j'ai appris une dernière chose sur la fille. Elle n'était pas au courant de la caméra. Ne soyez pas surexcité. La fille n’était pas une fille indécente. Mais j'ai réussi à avoir un bon aperçu de ses jambes. Elle était allongée dans le lit avec sa mère, après leurs douches (douches consécutives, pas la même), en peignoir. Pour faire simple, la fille taquinait sa mère avec ses jambes. Amandine n'était visiblement pas à l'aise avec cela. Mais je pense qu'elle pensait que la caméra était éteinte. Quelqu'un lui avait expliqué que lorsqu'il y avait deux personnes (ou plus) dans la pièce, il n'y aurait pas d'écoute clandestine. Elle a dû oublier que si rien ne se passait, j'étais capable de l'allumer. Quelque chose que je faisais à chaque fois qu'elle était avec sa fille.
Le temps passait. J'améliorais mes compétences en informatique et Amandine devenait chaque jour plus coquine avec la caméra. La deuxième fois qu'elle a taquiné la caméra, c'était le dimanche suivant la première.
Elle entra dans sa chambre, verrouilla sa porte, prit la télécommande et ôta son haut, face à la porte. Elle jeta un coup d'œil à la caméra par-dessus son épaule, sourit et… noire. Quand j'ai vu cette vidéo, j'étais chez moi. Pour moi, le message était clair : j’aurais désormais un petit show tous les dimanches. Et j'avais raison.
À partir de ce moment, je fais du bénévolat pour toutes les heures de travail le dimanche. Et j'avais raison, tous les dimanches, j'avais mon petit spectacle.
Au début, elle a arrêté de « cacher » le gode. Elle entra dans sa chambre, verrouilla sa porte, alla dans le tiroir, prit le gode, regarda la caméra et noir. Le dimanche suivant, elle prit le gode, l'enveloppa de sa main de manière provocante et noire. La fois suivante, elle l'a caressé pendant environ cinq secondes tout en souriant à la caméra. Le dimanche suivant, elle ôte lentement son haut à la porte de sa chambre et fait face à la caméra. Elle portait un soutien-gorge rouge. Elle passe lentement un doigt sur sa poitrine avant d'atteindre son gode, le caressant tout en regardant la caméra et… noire. A chaque fois, ce n'était pas plus de vingt secondes mais j'étais attendu à ce moment toute la semaine. Elle n'a pas manqué un seul dimanche. Bientôt, elle commença à embrasser le gode. Lèche-le. Un jour, elle était en soutien-gorge avec son jean ouvert, je voyais sa langue blanche. Pendant qu'elle embrassait et léchait son gode, pour la première fois elle mit son autre main dans son pantalon et commença à lui masser l'entrejambe. J'ai su à ce moment-là que j'aurais dû baisser moi-même la caméra : jusqu'à présent c'était limite, mais c'était une étape où je devais mettre un terme si je voulais garder mon travail. Malheureusement j’étais en « direct » donc je n’avais aucune excuse. Je voulais que ça s'arrête mais je n'ai pas pu m'en empêcher et je l'ai laissée finir son show. Elle caressait lentement sa peau avec son gode : depuis sa poitrine, en passant entre son sein (le soutien-gorge blanc obligeait ses seins à l'envelopper), sur son ventre jusqu'à sa culotte. Elle m'a regardé moi et BLACK. Je n'avais jamais été aussi frustré mais le noir sur l'écran (avec un compte à rebours : 02:58:46) m'a fait revenir à la réalité. J'étais foutu. Si mon patron vérifiait mon travail et découvrait que je ne l'avais pas refusé, j'étais sûr de perdre mon emploi.
Comme je l'ai dit, j'aime mon travail ; et pendant cette période, je l'adorais. J'ai fait ce qu'il fallait faire : j'ai mis en pratique mes compétences en informatique. Au moins, j'ai décidé de l'essayer. Cela m'a pris quatre heures mais j'y suis parvenu : j'ai fouillé le disque dur et j'ai fait croire que j'avais arrêté la caméra pendant trois heures au bon moment. Bien sûr, lorsque j’ai trouvé comment faire, je m’assure d’avoir une copie du « film » avant de l’effacer. Ma charmante Amandine m'avait manqué après trois heures de « repos » mais je m'en fichais. Personne n'a pu constater que j'avais effacé une vidéo. Le problème était qu’il était facile de réaliser que j’avais craqué le programme. Je devais trouver une réponse à cela. J'avais toute la soirée et toute la nuit pour le faire.
Je l'ai fait.
Lundi matin, la première chose que j'ai faite a été de me rendre au bureau de mon patron :
- Salut Pete, tu as une minute ?
- Bien sûr, quoi de neuf ?
- Eh bien, j'ai une confession à faire…
-Qu'est-ce que tu as fait? à ce moment-là, il semblait un peu inquiet.
- Tu sais que j'essaie de devenir ce que j'appellerais un ingénieur informaticien, n'est-ce pas ?
- Oui bien sûr, tout le monde le sait. Je pense moi-même que c’est une excellente initiative. Vous abandonnez l’école trop tôt et vous avez les capacités d’avoir un meilleur emploi.
-Merci…
-Ouais. Alors, et tes aveux ?
- Eh bien, je m'ennuyais un peu au travail hier, tout seul, à regarder surtout les pièces vides et…
-Et?
- Eh bien, je dirais que je pratique mes cours et que j'ai piraté notre système.
- Tu as fait QUOI ?
- Calme-toi s'il te plaît, c'était vraiment stupide, je sais mais je n'ai rien fait là-dedans. Dedans et dehors, c'est tout.
-Dedans et dehors?
- Ouais, dedans et dehors. Vous pouvez le vérifier si vous le souhaitez.
- Eh bien, je le ferai sûrement. Nous poursuivrons cette discussion après. Vous pouvez partir et aller travailler maintenant.

Je sais, mon excuse n'était pas parfaite. Mais parfois, les plus gros mensonges sont les meilleurs… et j’avoue que je n’ai rien trouvé de mieux. J'espérais être aussi bon que je le pensais en matière d'informatique. En fin d'après-midi, Pete m'a appelé dans son bureau. Ce qu'on aime tous chez Pete, c'est sa capacité à trouver des opportunités partout. Il m'a expliqué qu'un technicien était venu toute la journée et confirmait mon récit. Dedans et dehors. Pas de mal. Ce fut un soulagement, mais ce qui m’a stupéfié, c’est sa proposition : « Écoutez, ne deviendriez-vous pas notre technicien local pour des problèmes mineurs. Vous mettrez en pratique vos compétences et résoudrez les problèmes tels que les bugs lorsque votre équipe télécharge de nombreuses vidéos en même temps. Mais vous devez me promettre que vous ne « tenterez jamais ». Vous ne touchez au système que si vous êtes sûr de ce que vous faites. C'est ok avec toi?" Inutile de dire que ça l'était.
Depuis ce jour, je savais que je pouvais ensuite éteindre une caméra : je savais comment effacer des enregistrements sans laisser de traces, et il serait normal d'entrer et de sortir du système. Mon esprit bouillonnait de possibilités, de possibilités avec toujours Amandine au centre. Pour éviter tout malentendu, je n’aurais pas besoin d’essayer d’allumer un appareil photo. Je pouvais simplement garder pour moi ce que mes sujets me permettaient de regarder.
Je dois admettre quelque chose. Chaque « show » que m’a donné Amandine était génial et vraiment chaud, mais aucun n’était proche du premier. Et la dernière. Le dernier est largement en avance sur les autres. Avant de vous raconter cette dernière, je dois préciser deux choses. La première est que j'avais supprimé toute l'émission qu'elle m'avait donnée grâce à l'accès gratuit au système fourni par Pete, mon patron. Et la deuxième était une amélioration que j'ai apportée au même système, toujours avec l'approbation de Pete. J'avais mis un compte à rebours de 10 secondes pour chaque arrêt automatique de la caméra. En dix secondes, il est rare qu’il se passe quelque chose. Mais c'était suffisamment long pour que les observateurs sachent s'ils pouvaient continuer à regarder ou non. Évidemment, j’avais un objectif personnel à ce sujet. Je suis devenu accro à regarder Amanda, non seulement le dimanche mais toute la semaine, et je détestais le temps perdu lorsque sa fille entrait dans sa chambre et que je devais allumer la caméra. Ces dix secondes me permettaient de la regarder presque continuellement.
Un dimanche, j'étais au travail et j'attendais Amandine. Durant toutes ces semaines, elle avait suivi son emploi du temps très régulièrement mais cette fois-là, elle était en retard. J'étais désespéré : peut-être qu'elle ne viendrait pas ? Elle n'était pas obligée de venir… peut-être qu'elle s'ennuyait ou qu'elle avait trouvé un nouveau jeu. Après quinze minutes d'attente, elle entra dans sa chambre. Évidemment, elle s’était habillée pour moi… avec les vêtements de sa fille : des tennis blanches, de longues chaussettes noires, une jupe noire au-dessus des genoux et une chemise blanche.
Aussi chaude qu'elle soit, j'étais choquée. Je ne m'attendais pas à cela et elle faisait un grand pas pour ce dimanche. J'ai été fasciné par son regard lorsqu'elle s'est dirigée vers la caméra, en direction du tiroir. Comme je l'ai dit, elle n'était pas comme sa fille. Elle n'a donc pas ajusté les vêtements qu'elle portait : la jupe devait être un peu plus haute que celle que portait sa fille et, surtout, la jupe était trop serrée pour sa poitrine : les trois boutons du haut étaient ouverts mais le sein poussait néanmoins deux mamelons durs contre le tissu. Elle était visiblement excitée. Quant à moi, j’ai eu la gaffe de ma vie.
Elle sortit le gode de son tiroir et commença à le sucer avidement. Elle le suçait enfin devant la caméra ! J'étais tellement excitée que j'ai failli jouir dans mon pantalon sans me toucher. Alors qu'elle enfonçait son gode dans sa bouche avec sa main droite, la main gauche dirigeait la télécommande vers la caméra. Elle me tuait de désir ! Elle cligna des yeux devant la caméra et ne l'éteignit pas. Elle commençait à gémir.
Elle a arrêté de sucer son jouet, l'a posé sur le bord de son lit et s'est approchée de la caméra. Je veux dire, vraiment proche. Je ne voyais que sa bouche et puis elle a dit d'une voix basse et sexy :
- Je sais que tu regardes bébé. Le point rouge te trahit, vilain garçon. Je suis sûr que vous avez réalisé que depuis le début jusqu'à aujourd'hui, je n'ai jamais nettoyé mon petit ami. Croyez-moi, le goût que j'ai dans la bouche en ce moment est celui de la sueur et délicieux.

C'était ça. Je suis entré dans mon pantalon, sans me toucher. Elle vient de me donner le meilleur orgasme de ma vie. Mieux que les deux femmes avec qui j'avais été. Elle avait été meilleure qu'eux sans me toucher, juste sur un écran, avec une seule phrase.
Lorsque j'ai repris contact avec la réalité, elle tournait le dos à la caméra et se penchait avec les jambes tendues. Je pouvais presque voir ses fesses. Évidemment, le « presque » était volontaire. J'ai ouvert mon pantalon avec une main tremblante et j'ai sorti ma bite. Elle avait sa culotte autour des chevilles. Après trois coups, j'ai eu mon deuxième orgasme. J'étais tellement en colère contre moi-même !
- Je suis sûr que vous vous attendez à en voir un peu plus que d'habitude, n'est-ce pas ? Eh bien… tu ne le feras pas. Ne soyez pas trop déçu, je suis sûr que vous vous amuserez.

Elle a pris son gode et a fait face à la caméra. Son « amie » se déplaçait toute seule… c'était en voiture ! Cela devenait plus qu'intéressant : pour la première fois, elle parlait à la caméra et j'allais la voir se masturber. Elle a mis son gode sous sa jupe et après un long gémissement, ses mains sont sorties de sa chatte vide.

Sa main gauche alla prendre sa poitrine en coupe tandis que la droite retourna immédiatement dans sa jupe, massant sa chatte. Je l'avais vue beaucoup plus de fois se déshabiller que ce jour-là, mais parfois les vêtements sont plus sexy que les vêtements. Pas toujours, mais parfois. Elle commença à gémir de plus en plus fort.
- Mmmh… Ohh. Oh, ça fait tellement de bien. Putain ouais, j'adore cette vibration dans ma chatte serrée. Oh mon dieu, c'est tellement chaud de savoir que tu regardes, je ne vais certainement pas tenir longtemps. Ma main est si mouillée… si mouillée. Regarde (elle a sorti sa main de sa jupe). Tu te rends compte que c'est toi qui me fais mouiller autant ? Laisse-moi me sucer la main pour toi, d'accord ? Mmmmh… J'ai tellement bon goût ! Oh mon dieu, ça arrive déjà ! Je vais jouir ! Est-ce que tu m'entends là-haut ? Je suis sur le point de jouir ! En seulement quelques secondes. Ce sera tellement génial, tu ne penses pas ? AAAahhh ! Mais… mmh… mais… putain ouais… je ne te laisserai pas le voir.

Et rapidement, elle atteignit sa télécommande et appuya sur le bouton pour éteindre la caméra. J'étais tellement en colère contre elle de m'avoir fait ça ! Cette seconde a été l’une des plus chanceuses de ma vie. Dans sa précipitation, elle n'a pas appuyé assez fort sur le bouton pour éteindre la caméra. Ma colère a été remplacée par un sentiment de victoire… c'était bien plus bien que si elle m'avait laissé regarder ! Elle n’exagérerait pas son rôle mais agirait avec naturel. Une seconde avant qu'elle jouisse…
- Je vais faire un showeeeh… Maman ! Que fais-tu dans mes vêtements ?!

Sa fille entra dans la pièce en peignoir. Amandine avait oublié de verrouiller sa porte. Je ne savais pas si j'étais surexcitée ou en colère : il était clair que la fille avait mis fin à l'orgasme de la mère mais pendant ce temps, je regardais une mère avec un gode dans la chatte, extrêmement chaude, essayant de trouver une explication à son problème. portant ses petits vêtements de bébé.
- Tu te masturbes ???
- NON !... Je, hum… j'étais juste… Oh, putain… ouais, je le suis.

Amandine termina sa phrase d'une voix inaudible, honteuse. Elle a rapidement mis sa main sous une jupe et l'a enlevée en tenant un gode mouillé.
- Je suis vraiment désolé pour cette petite fille. Crois-moi. Mais si je ne faisais pas ça, j'aurais… hum… tu sais… devant toi et je ne pourrais jamais…
- Maman jouet cool ! Tu aurais dû me le montrer plus tôt. J'aurais apprécié !

Amandine et moi avons été tellement surprises par cette réaction que nous n'avons pas remarqué qu'elle avait fait un pas vers sa mère, très près d'elle.
-Laisse moi voir ça?

Avant qu'Amandine n'ait pu répondre quoi que ce soit, sa fille a pris le gode dans sa propre main.
- Et ça bouge tout seul ! Eh bien, c'est un véritable gode high-tech que vous l'avez.
- Arrête ça, dit Amandine à voix basse.
-Tu as raison. Nous devrions le mettre à sa place.

En un clin d'œil, elle poussa sa mère sur le lit et s'agenouilla entre ses jambes. Ni trop vite, ni trop lentement, elle souleva la jupe et approcha le gode de la chatte de sa mère. Malheureusement pour moi, je n'avais pas un bon angle : je voyais la mère, son grand décolleté, mais la chemise cachait ce que sa fille lui faisait.
- Oh mon Dieu, c'est comme s'il emménageait tout seul !
-Arrêter de faire ça! Je… oh mon dieu !
- Ça te plaît, n'est-ce pas ?
-Ce n'est pas le propos!
- Je ne suis pas d'accord sur ce point.

Pendant qu’elle prononçait cette phrase, elle se leva nue entre les jambes de sa mère. Mon appréciation de son corps plus tôt ne lui rendait pas justice. Elle n’était pas un top model. Elle était ce que l'on voit chez un top model, pas une femme anorexique mais une jeune femme qui n'aurait pas à se battre face à Marilyn, Angelina ou n'importe quelle superstar. Elle avait une poitrine presque parfaite (un bonnet de plus aurait été un rêve devenu réalité) avec de petits tétons roses, un ventre plat et une petite ligne blonde couvrant sa partie la plus intime. Elle a commencé à bouger ses hanches tout en baisant sa mère avec le gode. Même si Amandine protestait, ses jambes bougeaient d'elles-mêmes et enveloppaient le torse de sa fille. La bond girl a commencé à caresser la poitrine de sa mère à travers la jupe. Les gémissements sont devenus plus forts.

Cela s'est terminé par un dernier coup rapide et dur du gode.
Ils étaient tous les deux allongés sur le lit, essoufflés.
- Oh mon dieu, qu'avons-nous fait ?
- Rien, bébé. Est-ce que tu me comprends? Rien. Tu vas prendre ton bain et nous n'en parlons jamais, jamais.

Alors que sa fille prenait son peignoir et allait aux toilettes. Amandine resta sur son lit.
J'ai rapidement éteint l'appareil photo. Je ne voulais pas qu'elle voie le point rouge et comprenne que j'avais tout vu. Après cela, j'ai téléchargé la séquence sur un CD et j'ai effacé son existence sur le système.
Ce n'est qu'au lit ce soir que toutes les possibilités que m'offrait cette vidéo m'ont frappé. Concernant la loi, Amandine avait violé sa fille.
L'expérience durerait encore deux mois. J’ai eu ce temps pour arriver à un plan, et trouver l’adresse d’Amandine.

Articles similaires

Steph

J'ai rencontré Stéphanie dans un club il y a quelques années. Nous étions tous les deux en train de baver devant le même mec sexy avec lequel nous savions que nous n'avions pas vraiment de chance. Après le départ de M. Hot Guy, nous avons commencé à parler, à commérer vraiment, à propos de la fille avec qui il était parti. Elle s'est pas mal saoulée. Je ne sais pas pourquoi, mais pour une raison quelconque, je me serais senti mal si je l'avais juste laissée au club, elle aurait pu rentrer chez elle en voiture - la dernière chose que...

879 Des vues

Likes 0

Un mec et son... ? 37 Cheika

Jake tenait toujours Akeesha, chacun de ses djinns rassemblés autour d'eux tous les deux. Rien d’autre que le bruit de grands pleurs et sanglots ne pouvait être entendu dans la pièce. Il y eut une autre énorme poussée d’énergie lorsque Nyrae et Inger apparurent toutes deux. Inger s'est envolée vers Akeesha et les larmes ont commencé à couler de ses yeux. Pourquoi ? Pourquoi est-elle en train de mourir ? Si elle meurt Maître Jake, je vous promets que je vous ferai souffrir ! Inger grognait contre Jake. Je vais bientôt mourir d'une manière ou d'une autre, Inger. Le lien que...

649 Des vues

Likes 0

Une aventure sensuelle des sens (Partie 1)

Une aventure sensuelle des sens Elle marchait dans la rue en se rendant au travail lorsque je l'ai vue pour la première fois. Elle était l'incarnation de la beauté et avait l'air de la fille d'à côté. J'étais tellement fasciné par elle que je l'ai regardée entrer dans ce petit café au coin de la rue. J'ai attendu dehors pour voir si elle reviendrait mais elle ne l'a pas fait alors j'ai continué mon chemin. La prochaine fois que je l'ai vue, elle se rendait au même café, alors j'ai pensé que c'était là qu'elle travaillait. Il m'a fallu un certain...

625 Des vues

Likes 0

Le Dieu et la fille

Ma respiration était lourde, mes jambes fatiguées. Fatigué de toutes ces courses. Depuis combien de temps avais-je couru ? Vingt minutes? Une heure? Mes pas tombaient rapidement, faisant un bruit de craquement sur les feuilles et les bâtons sous mes pieds. Je n'étais pas sûr d'où j'étais à ce stade. Ces bois ne m'étaient pas familiers et les cris forts de mes assaillants se rapprochaient. Ne la laisse pas s'enfuir ! J'ai entendu un cri au loin. Dans quoi m’étais-je embarqué cette fois-ci ? Tout ce que je voulais, c'était voler quelques objets dans le temple des Blood Clans afin d'avoir...

365 Des vues

Likes 0

...

395 Des vues

Likes 0

Le chauffeur (# 4) ...... Tina et ces clients fous

Le Chauffeur…. Tina et ces clients fous Écrit par : PABLO DIABLO Droits d'auteur 2018 CHAPITRE 1 Alors que Tina et moi quittions le bureau main dans la main, j'ai souri. Je savais que j'étais dans une position beaucoup plus forte en prenant soin de M. et Mme Jaxson. C'étaient des gens formidables. À ce stade, je récapitulais, dans ma tête, ce qui m'était arrivé depuis que j'avais rejoint la Happy, Happee Limo Company : • J'ai eu des relations sexuelles avec Sasha - ma patronne, Tina - son assistante, Paula - une collègue de la salle téléphonique et Jill - la...

956 Des vues

Likes 0

Oh papa les trois parties!

Oh papa, partie 1, ma lettre à papa Parfois, la douleur de mes problèmes de santé perturbe ma routine ; cependant, je ne le laisse pas gouverner toute ma journée. Comme aujourd'hui, je me lève beaucoup trop tôt, mais seulement parce que j'ai fait une sieste hier. Je n'ai aucune douleur, juste excitée comme l'enfer, et je suis assise ici nue et je me masturbe. Vous voyez, je suis un peu exhibitionniste et j'adore jouer avec moi-même, tout en fantasmant sur mon nouvel amant John. J'aimerais qu'il enfonce son index profondément dans ma chatte trempée. J'aime la façon dont cela me...

964 Des vues

Likes 0

Voyageur de commerce et femme de chambre du motel.

Je suis un vendeur ambulant et j'étais sur la route loin de ma femme et de mes trois adolescents depuis une semaine sans grand succès. L’économie amène beaucoup de mes clients à renoncer à des achats sur lesquels je peux normalement compter. Habituellement, je passais environ une semaine sur la route et le reste du mois dans mon bureau pour fixer les rendez-vous et gérer les ventes. Ce jour-là, je pensais avoir vendu 50 000 $ à une entreprise avec laquelle je travaillais depuis six ans. À la dernière minute, ils m'ont dit qu'ils n'allaient pas passer la commande. J'étais écrasé...

732 Des vues

Likes 0

Joanne est désespérée pour la bite noire

Joanne était mariée à Mike depuis de nombreuses années et avait deux enfants d'une vingtaine d'années. Leur vie sexuelle avait toujours été très satisfaisante, mais récemment, son esprit fantasmait plus que d'habitude. Elle se faisait régulièrement plaisir, la plupart du temps elle utilisait un gode noir et c'était cela qui l'occupait depuis peu. Elle s'était réveillée un matin particulièrement excitée et comme Mike devait se rendre au travail, il était hors de question de baiser. Pendant qu'elle se douchait, elle adorait la sensation de glisser un doigt humide en elle. Doit-elle se faire plaisir maintenant ou plus tard ? Aussi excitée...

768 Des vues

Likes 0

Voler haut_(0)

Les haut-parleurs de la salle d'embarquement crépitaient suivis de l'habituel « Ping pong » et une voix automatisée annonçait que le vol pour Sydney était en train d'embarquer. C'est parti pensa Rosa. Elle se pencha, mit l'iPad dans son bagage à main et le ferma. Elle s'est ensuite levée et a rejoint la file d'attente à la porte d'embarquement. Elle se retrouva debout derrière un homme de grande taille aux épaules larges et aux hanches fines. Elle ne put s'empêcher de baisser les yeux et fut récompensée par la vue d'un pantalon moulant encadrant des fesses galbées. Elle continua à regarder...

598 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.