Comment je suis devenu esclave

197Report
Comment je suis devenu esclave

J'ai toujours su qu'il y avait quelque chose de différent chez moi.

Quand j'étais plus jeune, je me souviens avoir lu l'histoire et ne pas avoir vraiment compris ce qu'il y avait de si mauvais dans le fait d'être esclave. Ne pas avoir d'esclaves, bien sûr, mais en être un ne semblait pas trop terrible. J'ai réalisé en vieillissant que c'était plus compliqué que de simplement servir quelqu'un d'autre, et la partie publique de moi se sentait coupable à ce sujet, tandis que la partie privée de moi était toujours chaleureuse et excitée par l'idée de n'avoir aucun contrôle sur ma propre vie. plus.

Je suppose donc que cela ne devrait pas être une surprise avec la rapidité avec laquelle j'ai été entraîné dans une vie où je n'avais aucun contrôle.
Voici comment cela s'est passé.

Environ un mois après avoir obtenu mon diplôme d’études secondaires, j’avais commencé à prendre l’habitude de faire de l’auto-stop. Je ne suis jamais allé loin et je revenais toujours à la maison, mais c'est devenu une sorte de passe-temps. J'aimais le plaisir de monter dans une voiture avec un inconnu, d'avoir des conversations avec des gens au hasard et de voir où ils m'emmenaient. Au cours de ce mois, je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui ait de mauvaises intentions à mon égard. Le plus loin que j'ai jamais parcouru était à moins de cent milles de mon point de départ, et l'expérience la plus désagréable que j'ai jamais eue a été avec un type qui ne disait pas un mot pendant qu'il conduisait et m'emmenait un peu plus loin que ce qu'il avait dit. . J'habitais dans une région relativement douce, donc cela n'a pas été trop surprenant. Mais ensuite j'ai rencontré James.

James était chauffeur de camion sur de longues distances. Il vivait 90 % de son temps dans la cabine de son camion et les 10 % restants sur les aires de repos. Il avait probablement la quarantaine et avait un extérieur bourru, attrayant et cuit au soleil. Quand il s’est arrêté pour moi pour la première fois, il était plus doux qu’une tarte. Il avait une légère voix traînante du sud et avait l'habitude d'appeler les filles « chérie » – moi y compris, du moins au début. Quand je suis monté dans son camion pour la première fois, j'ai expliqué que c'était la première fois que je roulais dans un semi auparavant. Il a ri et m'a dit que c'était probablement parce que la plupart des camionneurs qu'il connaissait ne s'arrêteraient pas pour faire du stop. C'était trop dangereux et ils risquaient de perdre leur emploi. Il m'a dit qu'il y avait juste quelque chose de doux chez moi et il savait que me prendre en main serait très bien. Il ne lui a pas fallu longtemps pour comprendre que la raison pour laquelle j'aimais vraiment faire du stop n'avait rien à voir avec les conversations ou les voyages, mais plutôt avec le fait que je me mettais dans une position où je n'avais aucun contrôle. Que je ne savais pas vraiment où j'allais me retrouver lorsque je suis monté du côté passager du véhicule d'un inconnu. C'était vrai, et entendre cela à bout portant m'a fait transpirer un peu, mon cœur s'est accéléré, mes joues ont rougi.

Cette première nuit, lorsque James s'est arrêté à une aire de repos et m'a montré sa cabine, il m'a demandé d'enlever ma chemise.

Mes joues rougirent profondément. C'était la première fois qu'un de mes manèges me demandait autre chose qu'une cigarette. Mais mon cœur battait à tout rompre et je sentais mes reins se réchauffer. Me mordant la lèvre, j'ai lentement passé ma chemise par-dessus ma tête pendant qu'il était assis sur le bord de son lit.

Il a tendu la main et, sans demander, a tiré d'abord ma mésange droite, puis ma mésange gauche de mon soutien-gorge, laissant le soutien-gorge mais avec ma poitrine complètement exposée. Mon cœur battait encore plus fort, mes tétons étaient durs, complètement excités. Doucement, il a giflé un de mes seins, regardant mon visage et évaluant ma réaction.

"Est-ce que tu aimes ça?"

J'acquiesçai, sachant à quel point mes joues devaient être rouges. Il a pincé mes tétons doucement avec ses deux mains, puis beaucoup plus fort. Puis il a levé une main et m'a giflé plus fort qu'auparavant.

"Agenouille-toi."

J'ai obéi immédiatement. Presque trop vite. Il rit à la vitesse à laquelle je m'agenouillai et ouvrit sa braguette. Mon cœur avait l’impression qu’il allait sortir de ma poitrine. La sensation de chaleur rayonnait dans tout mon corps. Je me sentais tour à tour comme une pute et complètement en paix. Je sentais que c'était juste – quoi que ce soit, quoi qu'il arrive. Il a sorti sa queue de son pantalon et a commencé à la caresser. Il a passé les doigts d'une main dans mes cheveux et a tiré mon visage vers celui-ci, posant son gland sur ma joue pendant qu'il me caressait.

"Tu sais ce que je pense?" Il a demandé. J'ai à peine répondu. "Je pense que tu cherches à devenir une salope possédée. Est-ce que ça te semble bien ?" J'ai frissonné, regardant son aine, sa queue qui devenait plus dure contre mon visage, ses poils pubiens avec lesquels je savais que j'étais sur le point d'être très étroitement accommodé, et avec mes joues rouges et brûlantes, j'ai hoché la tête. "C'est ce que tu es ? Juste une salope ?" J'ai encore hoché la tête. "Juste une salope sans valeur ?" Hocher la tête. "Regardez-moi."

Je le regardai juste à temps pour recevoir une gifle à pleine main contre la joue. J'ai crié, posant immédiatement une main sur la joue giflée.
"Lâche ta putain de main, salope. Les salopes sans valeur n'ont pas leur mot à dire, tu comprends ? Les putes sans valeur comme toi ne peuvent pas se plaindre. Les putes sans valeur comme toi prennent ce qu'on leur donne et sont reconnaissantes. Tu comprends ?"
J'acquiesçai, posant ma main et sentant la piqûre irradier sur ma joue. Pourtant, mon cœur battant ne voulait pas céder. J'ai senti mon sang circuler dans mon système comme si j'étais une nouvelle personne. Ici, on me disait quelque chose qui avait du sens pour moi. Je n'étais pas ce qu'on m'avait dit que j'étais toute ma vie... J'étais une salope sans valeur. Je prendrais ce qu'on m'avait donné. Je ne me plaindrais pas.

James hocha la tête, prenant son autre main et me frappant l'autre joue plus fort que la première. J'ai gardé mes mains à mes côtés.

"Bonne salope. Ouvre ta putain de bouche." J'ai obéi, ouvrant la bouche tandis que James glissait sa queue dedans, une main saisissant fermement mes cheveux et poussant ma tête vers le bas. J'ai senti sa queue glisser dans ma gorge, m'étouffant et m'étouffant, mais il était implacable. Pour la première fois, je me suis fait baiser la gorge. J'avais déjà fait des pipes, mais là, c'était différent. C'était un homme qui utilisait mon visage comme si c'était une chatte - me frappant la gorge à sa guise, sans penser au fait que j'avais besoin de respirer par ce visage. Il me laissait prendre l'air de temps en temps, mais la plupart du temps, sa main me cognait simplement la tête de haut en bas sur sa queue, m'étouffant et m'étouffant. À la fin, mes lèvres picotaient et ma gorge était irritée. Les larmes coulaient sur mon visage et la bave jonchait mes seins. Quand il est venu, il a pris mes deux mains et m'a maintenu la tête sur sa bite palpitante pendant qu'il déchargeait au fond de ma gorge. Pendant que j'avais des haut-le-cœur, je pouvais encore sentir son sperme glisser dans ma gorge par vagues. J'ai failli venir moi-même. Il a gardé ma tête baissée jusqu'à dix après avoir fait exploser sa charge, et instinctivement, j'ai sucé sa bite pendant qu'il me retirait la tête. Pendant que j'étais à bout de souffle, il laissa ses mains se démêler de mes cheveux et soupira de contentement.

"Tu vas dormir par terre, putain. Va te laver le visage, puis dors un peu. J'ai des projets pour toi."

. . .

Le lendemain, James m'a réveillé avec mon nouveau nom.
"Lève-toi, putain de viande." Je l'ai entendu dire. Je me levai lentement, un torticolis dans le cou à force d'être allongé sur le sol inconfortable. "J'ai dit, lève-toi. J'ai besoin de pisser. Approche ta bouche par ici."
J'ai avalé. L'ai-je bien entendu ? Mais je n'ai pas posé de questions. Je suis monté dans son lit avec lui. Il m'a poussé à nouveau vers sa queue et m'a demandé de tenir le bout de sa queue dans ma bouche.
"N'ose pas renverser putain. Tu prendras ça et tu boiras putain. Si tu penses que tu vas yak, tu lèves la main ou alors aide-moi, je te gifle idiot. Ne comprends pas mon draps sales, connard.
Docilement, j'ai baissé ma bouche jusqu'à sa queue molle, plaçant mes lèvres autour de la tête et aspirant légèrement pour que rien ne coule. Il laissa couler sa pisse presque immédiatement. Sans avertissement, son urine chaude m'a rempli la bouche et j'ai été obligé d'avaler avant de commencer à déborder. le goût était âcre mais doux. Désagréable, mais pas nauséabond. L'acte lui-même m'a même excité, et je commençais à réaliser combien toute ma vie j'avais retenu, maintenant que je réalisais que j'appréciais réellement le fait de boire la pisse d'un homme juste pour qu'il n'ait pas à se faire prendre. debout le matin. Après trois bouchées pleines, il avait fini. Il m'a demandé de lécher sa queue de la base aux pointes pour m'assurer qu'aucune pisse n'était oubliée, et j'ai obéi. Il m'a ensuite regardé avec une féroce sévérité. "Tu feras ça tous les matins, connard." J'ai hoché la tête.

Avant de reprendre la route, il m'a fait lever. Avec des ciseaux, il a coupé mes vêtements morceau par morceau. D’abord, ma chemise s’est détachée en quatre morceaux. Une coupée sur le devant, une dans le dos et deux sur les côtés de ma poitrine. Ensuite, mon soutien-gorge a été coupé entre les bonnets, le rendant inutile. Mon pantalon était coupé sur les côtés de chaque jambe et de l'entrejambe à la fente du cul. Ma culotte était la dernière, et il l'a coupée une fois de mon nombril à mes fesses. Avant de les enlever, il m'a fait me tenir debout, les jambes écartées, ma chatte regardant à travers la coupure, pendant qu'il se faisait plaisir. Une fois que sa queue était dure, il m'a attiré vers elle et s'est glissé en moi avec les restes en lambeaux de ma culotte toujours sur moi. Il est entré sans préservatif, ce que j'ai remarqué brièvement mais que je n'ai pas mentionné.

Il m'a baisé en levrette, tirant mes cheveux en queue de cheval comme il l'a fait. Il a commenté à quel point j'étais déjà mouillé, et je n'ai pas mentionné que le rituel consistant à couper mes vêtements m'avait presque donné un orgasme. Après être entré en moi, il a retiré les morceaux de ma culotte. Il a jeté tous mes vêtements dans un coin. Il m'a fait me retourner et, avec une attache, il a attaché mes mains derrière mon dos. Dans un tiroir, il a sorti un grand tee-shirt blanc, l'a passé par-dessus ma tête et m'a dit quelle était ma mission pour ce jour-là.

Les missions allaient prendre une grande partie de ma vie. Je ne le savais pas à ce moment-là, mais c'était le premier d'une longue série. Chaque jour, je devais faire quelque chose, et si je ne répondais pas à ses attentes, j'étais lourdement puni.

Aujourd'hui, je devais m'étouffer avec sa queue.

Cela ne semble peut-être pas grave, étant donné la veille, mais là, c'était différent. Il devait conduire, donc je devais m'agenouiller entre ses jambes pendant qu'il conduisait sans trop le gêner, en même temps que je lui faisais plaisir. Cela signifiait s'agenouiller d'une manière très gênante entre ses jambes et lui sucer la bite pendant des heures. À la fin de la journée, mes lèvres étaient douloureuses et mes joues épuisées. Je n'avais aucune idée de l'endroit où nous allions ni de la distance parcourue, car la seule chose que j'ai vue pendant les 5 heures suivantes était son pubis et sa queue. Il ne parlait pas beaucoup et il n'est venu que deux fois pendant tout ce temps. Le reste du temps, c'était surtout moi qui essayais de m'étouffer avec sa queue, selon ses instructions. Il en a fait un jeu. Pendant 30 secondes, je devais baisser ma tête aussi loin que possible et la maintenir là. Je devais compter intérieurement jusqu'à 30 - s'il pensait que je ne comptais pas assez longtemps, il me saisirait brusquement l'arrière de la tête et me pousserait vers le bas sans me laisser respirer. Cela signifiait que si je comptais jusqu'à 30 mais qu'il pensait que j'avais une seconde de retard, je devrais redescendre pendant encore 30 secondes d'affilée sans respirer. J'ai commencé à couvrir mes paris et à compter très lentement, de sorte que toutes les 30 à 45 secondes réelles, je puisse prendre de l'air. Son siège était en désordre au moment où nous avons fait une pause. C'était complètement mouillé par ma bave et même si c'était complètement inévitable, il m'a quand même giflé les seins aussi fort qu'il pouvait en guise de punition. Mes mamelons étaient rouge vif, en feu. J'ai eu le souffle coupé pendant qu'il le faisait, ma chatte faisant rage de plaisir. Pendant qu'il prenait une courte pause, il m'a allongé face contre terre sur son lit à l'arrière. Mes bras commençaient à me gêner à force d'être derrière mon dos pendant tout ce temps, mais je ne me plaignais pas. Je savais que c'était quelque chose qui viendrait avec le territoire dans lequel j'étais entré, et je craignais que si j'étais trop frustré, il me laisse simplement tomber sur le bord de la route.

Quand James est revenu, il avait un sac Petco en plastique. Curieux, je l'ai regardé entrer dans la cabine, fermer la porte derrière lui, déposer le sac sur le lit à côté de moi et commencer à y pêcher des objets. Le premier était un collier en cuir noir. Puis il en sortit une étiquette en métal argenté en forme d’os de chien. Il me l'a tendu pour que je puisse voir : le mot « salope » était gravé dessus. J'ai souris.
"Tu aimes ça, hein ? Ouais, ils m'ont regardé assez bizarrement quand ils ont vu ça."
Il a attaché l'étiquette au col et l'a attachée autour de mon cou pour qu'elle soit légèrement trop serrée et inconfortable.
"Je veux que tu puisses ressentir ça tout le temps, con. C'est un rappel de ce que tu es, donc tu ne l'oublies pas. Tu ne l'enlèveras pas." Mon cœur battait à nouveau, sentir le collier autour de mon cou était, d'une manière étrange, libératrice. J’étais libéré de devoir prendre des décisions. Je savais quelle était ma place, et c'était simple, facile et naturel. J'étais une salope sans valeur et j'allais être soignée.
Avant de reprendre la route, James s'est à nouveau glissé dans ma chatte, cette fois pendant qu'il me baisait, il a attaché une laisse à mon nouveau collier et a tiré dessus brutalement pendant qu'il me frappait, m'étouffant. Il a enroulé sa main dans la laisse alors qu'il jouissait, tirant fort sur mon col, et ma chatte a explosé alors que je jouissais plus fort que jamais dans ma vie, ma chatte s'accrochant à sa bite encore et encore, vague après vague serrant la sienne. arbre. Si j'avais pu respirer, j'aurais gémi si fort, mais mon collier étouffait tout bruit alors que je me tordais sous lui.

Après, il a détaché la laisse alors que j'avais le souffle coupé et il s'est retiré de l'intérieur de moi. Il m'a ordonné de nettoyer sa queue et j'ai obéi. Pour le reste de la soirée, on m'a offert une « gâterie » en guise de repos. Il m'a permis de faire une sieste sur le lit jusqu'à ce que nous arrivions à la station de repos ce soir-là.

. . .

Quand je me suis réveillé, James n'était pas dans le camion.
Je me suis mis en position assise, mes bras toujours attachés derrière moi et la chemise permettant une couverture minimale. Il faisait sombre et nous étions garés sur une aire de repos. À travers le pare-brise, je pouvais voir James parler à deux autres hommes près d'un autre camion. Ils fumaient des cigarettes et avaient une conversation animée et pleine de rires. C'était étrange pour moi, après avoir été avec cet homme pendant un peu plus d'une journée, à quel point je l'aimais. Je l'ai regardé serrer la main de l'homme et faire un geste vers le camion, et les trois ont commencé à se diriger vers eux. Immédiatement, mon cœur a recommencé à battre. James ouvrit la porte latérale et fit entrer les deux hommes. Ils se faufilèrent à l'arrière, me reluquant tous les deux alors qu'ils s'asseyaient sur le lit à côté de moi. James monta et ferma la portière, s'asseyant sur le siège passager avant. Il s'est tourné vers moi en haussant les sourcils de manière significative, comme pour dire "tu ferais mieux de ne pas merder".

"Eh bien, baise-moi", dit le premier homme avec admiration, me tirant en position assise. C'était un homme plus lourd qui avait l'air d'avoir la cinquantaine. Il avait un gros ventre mais des bras forts et une barbe noire avec des taches argentées. L'autre homme était mince, probablement dans la trentaine, et avait un gros nez et de l'acné. Le plus grand homme a passé la chemise blanche par-dessus ma tête et a sifflé alors que mon corps nu était révélé.
"Alors, comment as-tu fait pour que cette salope vienne à toi ?" Il a demandé à James.
"Peu importe," dit James, "tu veux la baiser ou quoi ?"
"Bon sang, ouais, je veux la baiser. Combien ?"
Mon cœur battait à tout rompre. C'est seulement mon deuxième jour avec lui, et il me baise déjà !
"Trente pour sa chatte, cinquante pour son cul."
"Et pourquoi pas un BJ ?"
James réfléchit une seconde. "Ça dépend. Juste une pipe ordinaire et ordinaire ? Dix dollars. Gorge profonde, trente."
"Trente putains de dollars ? Vous vous moquez de moi ?"
"Elle en vaut la peine, crois-moi."
Potbelly m'a regardé, a levé la main et a serré brutalement un de mes seins, a secoué la tête. "Putain. Très bien. Je veux sa gorge."
Skinny, qui avait regardé sans vergogne mes fesses et mes cuisses tout le temps, ne m'a pas surpris avec sa commande, mais l'entendre a déclenché un petit crépitement de panique dans mon ventre. "Je veux son cul."
Je n'avais jamais fait d'anal auparavant et mes yeux se tournèrent vers James, qui fixait mon visage. Il acquiesca.
" Alors payez, connards. "
Skinny et Potbelly récupérèrent leur argent et le remirent à James, qui le glissa dans sa poche. Il m'a regardé et a saisi mon visage brutalement dans sa main. "Tu vas faire ça et tu ne te plaindras pas, tu as compris ?" J'acquiesçai, le cœur battant. Je pouvais entendre le bruit distinct de deux fermetures éclair qui se défont. James baissa les lumières de la cabine et tira les rideaux des fenêtres, puis s'assit sur le siège avant et sortit un livre.

Potbelly m'a attrapé la tête et a poussé mon visage brutalement vers sa braguette ouverte. Je pouvais sentir sa sueur alors qu'il retirait sa bite et commençait à me la gifler au visage. Derrière moi, j'ai senti Skinny relever mes genoux sur le lit et me gifler la joue. Il a posé ses deux mains sur mes joues et les a écartées, puis il a gémi. La bite de Potbelly, maintenant dure, s'est frayée un chemin dans ma bouche et dans ma gorge brutalement. Il a gémi alors qu'il abaissait ma tête et la maintenait là, et je m'étouffais et m'étouffais avec sa queue, goûtant la sueur qui envahissait ma bouche et descendait dans ma gorge. Il m'a giflé pendant que je m'étouffais, faisant des bruits de haut-le-cœur et de crépitements. À ce stade, je pouvais sentir la tête de Skinny pousser doucement sur mon trou de cul. J'ai été surpris qu'il soit doux, étant donné à quel point Potbelly était brutal. Je n'avais toujours pas eu le temps de respirer quand j'ai senti Skinny commencer à enfoncer sa bite dans mon cul. Il gémit profondément et longtemps tandis que sa tête de bite émettait un bruit sec audible alors qu'elle s'enfonçait dans mon trou. J'ai essayé de crier mais je n'ai fait que fredonner contre la bite de Potbelly, ce qui lui a valu un autre gémissement, et ses hanches ont commencé à se déformer. Mon cul était déjà en feu, et il n'y avait que la tête de Skinny dedans !

Je savais que j'allais souffrir quand j'ai senti les mains de Skinny. Un sur chaque joue, et ils m'ont soudainement agrippé fort, ses ongles mordant ma peau. Sans plus d'avertissement, il a pressé ses hanches contre les miennes et sa queue s'est frayé un chemin dans mon trou du cul. J'ai crié - ou essayé de le faire - avec mes yeux fous, regardant autour de moi tandis que mon trou du cul s'enflammait de douleur. Les mains de Skinny, trouvant prise sur mes fesses, se sont agrippées fort pendant qu'il commençait à entrer et sortir sauvagement, grognant et gémissant pendant qu'il baisait mon trou. Toujours incapable de respirer, j'ai eu du mal à relever la tête, mais j'ai reçu une autre forte gifle au visage.
"Putain non, salope. J'ai payé cher pour ça", a déclaré Potbelly, et il a déplacé ses mains de l'arrière de ma tête pour les enrouler autour de mon cou. Il serra fermement, poussant et tirant légèrement ma tête de haut en bas, me baisant le visage avec sa queue. Il n'a jamais bougé ma tête suffisamment pour me laisser respirer, et après quelques secondes, des larmes coulaient sur mon visage à cause de la douleur et de l'étouffement. Une soudaine vague de nausée m'envahit et avant que je m'en rende compte, je vomissais contre la bite de Potbelly, le contenu de mon estomac se déchargeant sur ses couilles d'un seul coup. Il a ri, me tenant la tête baissée et m'étouffant plus fort, murmurant intensément "oui, salope. Putain, salope" encore et encore. Mes yeux cherchèrent James, qui était assis devant avec un petit sourire sur le visage pendant qu'il lisait. Il n'a fait aucun geste pour arrêter quoi que ce soit. Bientôt, j'ai eu du mal à voir. La douleur dans mon cul n’a rien fait pour m’empêcher de dormir et je me suis évanoui pendant un moment. Potbelly, remarquant mon état, m'a retiré de sa bite et m'a giflé au visage pour me réveiller pendant que Skinny continuait à me ravager le cul. Quand je suis revenu à moi, j'ai eu le souffle coupé et j'ai poussé un gémissement faible et douloureux, auquel Potbelly a commenté que je valais chaque dollar, et j'ai rapidement recommencé à me baiser le visage. Une fois que Potbelly est entré dans ma gorge, il m'a ordonné de lui nettoyer la bite, ce que j'ai fait docilement. Pensant enfin que j'allais avoir un sursis, j'ai recommencé à respirer normalement.

"Gagne sa queue avec ta gorge, salope. Et reste là jusqu'à ce qu'il en ait fini dans ton cul." » ordonna James. J'ai levé les yeux. Il avait posé son livre et me regardait attentivement. Docilement, j'ai ouvert la bouche et j'y ai ramené la bite de Potbelly. Il devenait mou à ce stade, mais j'étais sûr que c'était pour moi une leçon d'humilité plus que tout. J'ai gardé sa queue dans ma bouche, la sentant trembler contre ma langue dans ses mouvements après l'orgasme, et je me suis concentré sur la façon dont mon cul devenait cru. Skinny a continué pendant encore 10 minutes, pompant sans relâche dans mon cul encore et encore jusqu'à ce qu'il prenne enfin une inspiration frissonnante, se met à nu dans mon trou jusqu'à ce que je pense que j'allais déchirer et gémit de manière bestiale. Je pouvais sentir son sperme jaillir dans mes fesses par vagues, éclaboussant mes entrailles. Après avoir fini, il s'est retiré et James m'a demandé de le nettoyer avec ma bouche. Je pouvais goûter son sperme et mon cul sur lui pendant que je le léchais. Les deux hommes se sont alors ressaisis, ont exprimé leur intérêt à me réutiliser une autre nuit et sont partis.

Pendant un moment, James s'est assis sur le lit à côté de moi et m'a regardé. Puis, lentement, il a commencé à me toucher. Il commença par mes épaules, les frottant d'une manière étonnamment douce, dénouant les nœuds de mes bras. Alors qu'il descendait jusqu'à mes coudes et mes mains, il a coupé mes liens mais a maintenu mes mains ensemble.
"Laissez-les se séparer lentement." » m'a-t-il ordonné, et j'ai obéi, laissant mes bras tomber lentement sur mes côtés pendant qu'il les frottait et massait la douleur. Il a travaillé depuis mon cou, le long de mon dos, jusqu'à la base de ma colonne vertébrale au-dessus de mes fesses, frottant et pétrissant comme un professionnel, incitant mes muscles à se détendre. Il écarta doucement mes jambes et m'allongea sur le dos, massant chaque jambe de la hanche au pied. Une fois qu'il eut fini, j'avais l'impression que j'allais m'enfoncer dans le lit. Je l'ai regardé – surpris, excité, impressionné.

"Quand tu es un connard obéissant, je prends soin de toi." » proposa-t-il en guise d'explication. "Tu mérites d'être utilisée et maltraitée comme la pute que tu es, mais je ne suis pas un animal." Il a souri, s'est penché entre mes jambes et a enfoncé deux doigts dans ma chatte. "J'attends de vous que vous obéissiez à la complicité. J'attends de vous que vous fassiez toujours de votre mieux pour me plaire, ainsi qu'à tout homme à qui je vous le dis. Lorsque vous faites cela, vous serez récompensé." J'ai hoché la tête, sentant ses doigts s'enfoncer dans ma chatte, l'explorant. Il les a fait glisser de manière experte, en les poussant juste au bon endroit, et après quelques minutes, j'avais un orgasme. Il tenait une main sur mon ventre pendant que l'autre me masturbait, tirant mon orgasme. J'ai attrapé les draps de son lit alors que mon corps se tordait, à bout de souffle alors que je me dépensais pour sa main. J'ai levé les yeux vers lui.

"Demain, tu auras une nouvelle mission", m'a-t-il dit. "Ça ne te plaira peut-être pas, mais tu m'obéiras." J'ai hoché la tête. Cette nuit-là, il m'a permis de dormir au fond du lit, recroquevillée, nue à l'exception de mon col, comme un chat aux pieds de son Maître.

Articles similaires

Steph

J'ai rencontré Stéphanie dans un club il y a quelques années. Nous étions tous les deux en train de baver devant le même mec sexy avec lequel nous savions que nous n'avions pas vraiment de chance. Après le départ de M. Hot Guy, nous avons commencé à parler, à commérer vraiment, à propos de la fille avec qui il était parti. Elle s'est pas mal saoulée. Je ne sais pas pourquoi, mais pour une raison quelconque, je me serais senti mal si je l'avais juste laissée au club, elle aurait pu rentrer chez elle en voiture - la dernière chose que...

879 Des vues

Likes 0

Un mec et son... ? 37 Cheika

Jake tenait toujours Akeesha, chacun de ses djinns rassemblés autour d'eux tous les deux. Rien d’autre que le bruit de grands pleurs et sanglots ne pouvait être entendu dans la pièce. Il y eut une autre énorme poussée d’énergie lorsque Nyrae et Inger apparurent toutes deux. Inger s'est envolée vers Akeesha et les larmes ont commencé à couler de ses yeux. Pourquoi ? Pourquoi est-elle en train de mourir ? Si elle meurt Maître Jake, je vous promets que je vous ferai souffrir ! Inger grognait contre Jake. Je vais bientôt mourir d'une manière ou d'une autre, Inger. Le lien que...

649 Des vues

Likes 0

Le Dieu et la fille

Ma respiration était lourde, mes jambes fatiguées. Fatigué de toutes ces courses. Depuis combien de temps avais-je couru ? Vingt minutes? Une heure? Mes pas tombaient rapidement, faisant un bruit de craquement sur les feuilles et les bâtons sous mes pieds. Je n'étais pas sûr d'où j'étais à ce stade. Ces bois ne m'étaient pas familiers et les cris forts de mes assaillants se rapprochaient. Ne la laisse pas s'enfuir ! J'ai entendu un cri au loin. Dans quoi m’étais-je embarqué cette fois-ci ? Tout ce que je voulais, c'était voler quelques objets dans le temple des Blood Clans afin d'avoir...

365 Des vues

Likes 0

...

395 Des vues

Likes 0

Le chauffeur (# 4) ...... Tina et ces clients fous

Le Chauffeur…. Tina et ces clients fous Écrit par : PABLO DIABLO Droits d'auteur 2018 CHAPITRE 1 Alors que Tina et moi quittions le bureau main dans la main, j'ai souri. Je savais que j'étais dans une position beaucoup plus forte en prenant soin de M. et Mme Jaxson. C'étaient des gens formidables. À ce stade, je récapitulais, dans ma tête, ce qui m'était arrivé depuis que j'avais rejoint la Happy, Happee Limo Company : • J'ai eu des relations sexuelles avec Sasha - ma patronne, Tina - son assistante, Paula - une collègue de la salle téléphonique et Jill - la...

956 Des vues

Likes 0

Une aventure sensuelle des sens (Partie 1)

Une aventure sensuelle des sens Elle marchait dans la rue en se rendant au travail lorsque je l'ai vue pour la première fois. Elle était l'incarnation de la beauté et avait l'air de la fille d'à côté. J'étais tellement fasciné par elle que je l'ai regardée entrer dans ce petit café au coin de la rue. J'ai attendu dehors pour voir si elle reviendrait mais elle ne l'a pas fait alors j'ai continué mon chemin. La prochaine fois que je l'ai vue, elle se rendait au même café, alors j'ai pensé que c'était là qu'elle travaillait. Il m'a fallu un certain...

626 Des vues

Likes 0

Voyageur de commerce et femme de chambre du motel.

Je suis un vendeur ambulant et j'étais sur la route loin de ma femme et de mes trois adolescents depuis une semaine sans grand succès. L’économie amène beaucoup de mes clients à renoncer à des achats sur lesquels je peux normalement compter. Habituellement, je passais environ une semaine sur la route et le reste du mois dans mon bureau pour fixer les rendez-vous et gérer les ventes. Ce jour-là, je pensais avoir vendu 50 000 $ à une entreprise avec laquelle je travaillais depuis six ans. À la dernière minute, ils m'ont dit qu'ils n'allaient pas passer la commande. J'étais écrasé...

732 Des vues

Likes 0

Voler haut_(0)

Les haut-parleurs de la salle d'embarquement crépitaient suivis de l'habituel « Ping pong » et une voix automatisée annonçait que le vol pour Sydney était en train d'embarquer. C'est parti pensa Rosa. Elle se pencha, mit l'iPad dans son bagage à main et le ferma. Elle s'est ensuite levée et a rejoint la file d'attente à la porte d'embarquement. Elle se retrouva debout derrière un homme de grande taille aux épaules larges et aux hanches fines. Elle ne put s'empêcher de baisser les yeux et fut récompensée par la vue d'un pantalon moulant encadrant des fesses galbées. Elle continua à regarder...

598 Des vues

Likes 0

Ma fiancée et le garde du corps noir - Parties 04 à 05

Partie 4 Ok, cette mise à jour est un peu longue et ne passe à l’action qu’à la prochaine mise à jour. Vendredi, je suis de retour au travail au studio pour préparer la séance et gérer les événements de la semaine dans ma tête. J’avais découvert que ma fiancée avait envoyé des SMS au grand garde du corps noir de 6’6’’ qu’elle avait rencontré lors d’une visite à mon travail. Ma fiancée est naturellement grégaire et affectueuse, donc ce n'était presque pas une surprise. Ce qui m'inquiétait, c'est que ses textes étaient toujours supprimés lorsque je vérifiais son téléphone le...

417 Des vues

Likes 0

3some fantaisie

Nous rencontrons une autre femme dans un bar pour quelques verres, elle porte une petite robe, et vous pouvez voir qu'elle n'a pas de sous-vêtements en dessous, je porte une jupe très courte, un haut décolleté et des bas. Après quelques verres, nous retournons tous à la chambre d'hôtel que nous avons réservée, en nous arrêtant en chemin pour prendre plus de boissons. Pendant que vous versez les boissons, elle et moi nous réinstallons sur le lit et commençons à nous embrasser, prenant notre temps car nous savons que vous regardez. Elle commence à se déplacer le long de mon corps...

1.4K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.