Pauvre Lucie

305Report
Pauvre Lucie

Lucy n'avait que sept ans. Je l'avais repérée presque immédiatement, c'était la plus jolie enfant avec le plus de potentiel possible. Avec ses longues mèches brunes et ses grands yeux vert mousse, elle semblait également parfaite. Non seulement elle était belle, mais elle avait le corps le plus petit et le plus fragile que j'aie jamais vu chez un enfant, ce qui rendait l'expérience encore plus excitante.
Je déposais mon fils, Jake, à l'école. Il était dans la même classe que Lucy, et quand je lui ai demandé, il a dit qu'elle était calme mais qu'elle était vraiment gentille. J'avais le sentiment que Jake avait le béguin pour Lucy, mais cela ne m'a pas arrêté.
Je me tenais dans la cour de récréation parmi les autres parents, attendant Jake. J'ai vu Jake sortir des lourdes portes en bois de l'école et courir vers moi. J'ai aussi vu Lucy, assise sur un banc près de la maison Wendy, attendant visiblement sa mère. J'ai vu l'opportunité parfaite.
"Jake," dis-je, réussissant à détourner mes yeux de Lucy. "Tu restes avec ta mère ce soir. J'ai beaucoup de travail à faire pour ma grande présentation de demain, d'accord ?"
Il baissa les yeux, visiblement bouleversé. "D'accord," marmonna-t-il. J'ai posé ma main sur son épaule et je l'ai accompagné jusqu'à la voiture. Je me suis assis sur le siège du conducteur et je l'ai conduit aussi vite que possible jusqu'à la maison de sa mère. Quand je suis arrivé à la porte, j'ai dit "Désolé, Jane. Est-ce que ça va s'il reste ici ce soir ? J'ai beaucoup de travail à faire."
Elle était clairement énervée. Elle soupira, "Entre Jake. Cela ferait mieux de ne plus se reproduire, Robert. Ils n'auraient pas dû partager la garde, je savais que tu ferais ça tout le temps."
Je me suis excusé et j'ai dit à Jake que je le déposerais à l'école demain matin. Il m'a serré dans ses bras et je suis remonté dans ma voiture, ne voulant pas perdre une seconde. Je suis parti, de sales pensées sur Lucy vrombissant dans mon cerveau.
Quand je suis arrivé au terrain de jeu, il était vide à part Lucy, toujours près de la maison de Wendy. J'ai été choqué qu'un enseignant ne se soit pas inquiété. Pourtant, je suis sorti de ma voiture et me suis dirigé vers elle. Quand je suis arrivé près d'elle, je me suis accroupi à son niveau. "Hé, est-ce que tout va bien ?"
Elle m'a regardé avec ses yeux trempés de larmes. "Mon papa n'est pas venu me chercher... il est toujours en retard !" » dit-elle à travers de nouveaux sanglots.
Je lui ai frotté doucement le bras. "Oh, chérie. C'est bon..." dis-je d'un ton réconfortant. "Hé, pourquoi ne me dis-tu pas où tu habites et je te déposerais, hein ?"
Elle m'a regardé avec hésitation. "Non, ça va... Je suis sûr que papa sera bientôt là..."
Je n’allais pas céder aussi facilement. Cela pourrait être ma seule chance. "Je te dis quoi, on peut passer chez le magasin de bonbons en revenant..."
Ses yeux s'illuminèrent. A fonctionné à merveille, comme je le soupçonnais. "...D'accord," renifla-t-elle. Elle s'est levée et m'a pris la main pendant que je la ramenais à ma voiture. Elle s'est assise sur la banquette arrière et lorsqu'elle était assise, j'ai sournoisement verrouillé les portes. J'ai commencé à partir en voiture et elle m'a dit où elle habitait. Ce n'était pas trop loin de ma rue.
Quand Lucy a vu que je passais devant sa rue, elle a commencé à paniquer. J'ai dit d'une manière apaisante "Chut, chérie… ça va. Ton papa m'a dit qu'il allait attendre chez moi." Elle semblait incertaine, mais elle l'a finalement acheté. Je suis entré dans mon allée et suis sorti de la voiture. Je me suis dirigé vers sa porte et lui ai pris la main alors que nous montions les marches. J'ai déverrouillé la porte et nous sommes entrés.
"Tu peux enlever ton manteau si tu veux, ton papa mettra environ une demi-heure à arriver ici." Alors qu'elle ouvrait la fermeture éclair de son manteau, la fermeture éclair s'est coincée. Je l'ai aidée à l'enlever, et quand il a finalement bougé, je l'ai fait glisser de ses épaules. J'ai vu sa petite poitrine sous son t-shirt blanc. Je lui ai frotté le dos et lui ai dit qu'elle pouvait monter dans ma chambre et que je lui apporterais des jouets de Jake avec lesquels jouer pendant qu'elle attendait. Elle hocha la tête et je regardai son petit cul serré monter les escaliers. Je me suis approché juste derrière elle et quand nous sommes entrés dans ma chambre, j'ai verrouillé la porte. Elle m'a demandé ce que je faisais et je lui ai dit que tout allait bien, que c'était pour me protéger des méchants. Je lui ai dit de s'asseoir sur mon lit et je me suis assis à côté d'elle, lui frottant le dos. Ma main descendit lentement jusqu'à ses fesses. Elle grimaça.
"Papa a dit que personne n'était autorisé à me toucher là-bas." Je lui ai dit que son papa voulait dire n'importe qui sauf moi. Elle ne l'a pas acheté et a essayé de s'enfuir. Idiote Lucy. Je l'ai attrapée et je l'ai jetée sur le lit. Elle a commencé à pleurer. Je lui ai dit de se taire et je l'ai giflée au visage, la faisant hurler. Je l'ai attrapée par le cou et j'ai vu son visage devenir rouge, mon autre main lui arrachant frénétiquement ses vêtements. J'ai déchiré la couture de son petit jean bleu et arraché son t-shirt blanc. Il ne restait plus que sa petite culotte bleue, qui s'enlevait facilement. Je l'ai regardée pendant une minute, ma bite se durcissant soudainement à la vue de sa chatte serrée et chauve. J'ai lâché son cou et j'ai effleuré ses tétons, les serrant et les ajustant. Elle a crié de douleur, mon érection devenant de plus en plus dure.
"Chut, ça va, chérie… ne t'inquiète pas… chut." Je l'ai fait taire. Je l'ai embrassée sur ses petits seins et j'ai embrassé son ventre jusqu'à ce que j'arrive à sa chatte. Elle n'était pas mouillée, mais je l'ai quand même léchée. Elle a arrêté de sangloter, mais m'a supplié d'arrêter. Je lui ai dit "Non" et j'ai continué à lécher. Elle a commencé à gémir, puis a réalisé ce qu'elle faisait et a essayé de crier. J'ai récupéré sa petite culotte et je l'ai bâillonnée avant de continuer à la lécher. Je pouvais l'entendre gémir à travers la culotte.
"Ouais, c'est vrai chérie. Ça ne fait pas du bien, petite salope ?" Je lui ai giflé la cuisse, la faisant tressaillir. Elle hocha toujours la tête. "Ouais... maintenant tu vas me sucer la bite... tu sais ce qu'est une bite, ma chérie ?" Elle secoua la tête. "Je vais te montrer..." J'ai sorti ma bite et j'ai commencé à frotter la tige. J'ai retiré la culotte de sa bouche et j'ai enfoncé ma bite dedans, la faisant s'étouffer et cracher.
"NON!" elle a essayé de crier en s'étouffant, mais je l'ai simplement poussé plus loin. Je lui ai dit de lécher le dessus et elle l'a fait, ne voulant pas que je la frappe à nouveau. Je me sentais sur le point de jouir alors je l'ai repoussée. Je l'ai soulevée par les aisselles et je l'ai jetée sur le sol, lui coupant le souffle des poumons. Je l'allonge sur le dos et pose le bout de ma bite sur sa petite chatte serrée. Je me suis allongé sur elle, l'écrasant presque. J'ai enfoncé ma bite dedans, la faisant crier d'agonie. J'ai couvert sa bouche avec ma main et je l'ai percutée, le sang coulant sur ma bite. Je ne m'attendais pas à autant de sang. "Oh, ouais… ouais bébé. Je vais te marteler… putain ouais!" J'ai crié par-dessus ses cris. L'excitation de baiser une chatte aussi serrée m'a donné envie de jouir en elle. J'ai commencé à accélérer le pas, jusqu'à ce que mon sperme explose en elle. Je me suis sorti d'elle et me suis laissé tomber à côté d'elle. Je me suis appuyé sur mon coude et je l'ai regardée sangloter.
"Allez," dis-je en la soulevant. Je l'ai emmenée dans la chambre de Jake et lui ai sorti des vêtements à mettre. Une fois habillée, je l'ai emmenée en bas et lui ai mis son manteau, sans me soucier d'essuyer le sang de sa chatte. Je lui ai tendu son cartable et je l'ai emmenée dehors. Je l'ai soulevée et j'ai enroulé ses jambes autour de ma taille pendant que nous marchions vers la voiture. Je l'ai allongée sur la banquette arrière et je suis partie dans le mauvais côté de la ville. Je me suis arrêté dans une ruelle remplie de graffitis et je l'ai déposée dans la ruelle. Elle a recommencé à pleurer, me demandant pourquoi je la quittais. « Je n'ai plus besoin de toi » J'ai haussé les épaules, avant de rentrer chez moi pour nettoyer les dégâts.

Articles similaires

Un conseil à retenir

Sal, prends la table 12, entendis-je dire l'hôtesse. Je me suis progressivement retourné et j'ai jeté un coup d'œil là-bas. « Une jolie brune trentenaire seule en robe rose un mardi soir ? Et wow, elle n'essaie même pas de cacher ce rack, elle me bande maintenant », pensai-je avant de commencer calmement à marcher vers elle. Mes yeux ne la quittaient jamais alors qu'elle regardait simplement le menu pour le moment. Bien que je sois quand même allé vers elle. Salut, comment vas tu ce soir? Elle reposa le menu et me regarda. « Je vais bien, Salvatore. Tu peux...

3K Des vues

Likes 0

Exposer la vérité - ma salope intérieure se déchaîne

Après avoir été dominé par Niki et Dave, j'avais de nouveau besoin de plus. Je sortais toujours avec des gars mais je n'allais jamais jusqu'au bout. J'ai rapidement largué mon petit ami et j'ai commencé. Après que le frère de Niki, Austin, nous ait trouvés en train de jouer ensemble, il a menacé de parler de nous à tout le monde si nous ne faisions pas ce qu'il voulait. Un soir, Niki et moi étions un peu trop saouls à la fête que nous organisions après que tout le monde soit parti et que les habitudes étaient toujours là, nous avons...

858 Des vues

Likes 0

QUELQUE CHOSE DE NOUVEAU_(0)

Tu es prêt, a demandé Debbie à son amie Maureen alors qu'elle s'arrêtait devant le bureau de sa meilleure amie, Je ne peux pas attendre une minute de plus, je suis sur le point d'exploser !?! Moi aussi, répondit Mo en mettant la touche finale à un rapport que M. Bently lui avait demandé de préparer avant son voyage à New York plus tard dans l'après-midi, laissez-moi juste déposer ça au bureau du patron, il a été sur mon cas toute la matinée pour que cela soit fait avant midi !!!” Pas de problème, a répondu Debbie alors qu'ils se dirigeaient...

2.5K Des vues

Likes 0

Naples, Floride et Beech Mountain, N.C.

Naples, Floride et Beech Mountain N.C. Sandra et Debra étaient pleines de questions alors qu'elle orientait l'avion vers le sud. Je leur ai parlé du plan que Donna et moi avons mis en place et de la façon dont il s'est avéré. Ils étaient vraiment impressionnés que j'aie affronté Stanley et que je lui ai cassé le nez, la clavicule et quelques côtes. Debra m'a serrée dans ses bras et m'a embrassée plusieurs fois en signe de gratitude. Je pense qu'elle voulait en faire plus, mais Sandra l'a un peu refroidie. « Nous devons discuter de ce que vous deviendrez maintenant...

1.2K Des vues

Likes 0

Le nouveau voisin

Putain, mec. Porter toute cette merde dans ces escaliers est une garce », se plaint mon ami, eh bien, maintenant colocataire, Jack. C'était ton idée d'avoir une place à l'étage, je plaisante en réponse. Ouais, eh bien, je n'ai pas pensé aux escaliers. Mon ami et moi sommes deux enfants qui entament leur première année au Hillside College. Je sais, cela semble assez générique, non ? Mais bon, c'est un bon début dans un nouvel endroit pour nous. Johnny, redescends et prends les dernières boîtes. « Allons les réunir », dis-je. Non mec. Pourquoi pas? Parce que je suis trop occupé à...

1.3K Des vues

Likes 0

Garde de maison_(1)

Elle s'appelle Mélanie. Elle n’est pas la plus belle fille de l’école, mais elle n’est certainement pas la pire non plus. Elle mesure environ 5' 4, de très gros seins, de longs cheveux blonds et des hanches assez larges. Elle m'a dit en cours d'anglais qu'elle allait s'occuper de la maison de quelqu'un qui n'habite pas à plus de 2 pâtés de maisons de chez moi dans environ un mois. Cela signifiait qu'elle allait rester seule dans une grande maison pendant 2 jours. Je lui ai dit de me faire savoir exactement quand cela allait avoir lieu et que je passerais...

731 Des vues

Likes 0

La dette de Rachel (Chapitre 3 - Le passé et la douleur)_(0)

Samedi arriva et je n'avais toujours pas de nouvelles de Rachel. Je n'étais pas non plus encore prêt à l'appeler pour notre prochain rendez-vous. Je le voulais certainement. Avant Rachel, depuis que j'avais été avec une femme pour la dernière fois, il semblait que ma libido s'était refroidie. Être avec Rachel l'avait rallumé, l'avait fait passer d'un état presque inactif à un immense enfer. Pour patienter, j'ai regardé les vidéos de nos précédentes rencontres. Elle était vraiment magnifique. Elle aurait pu être une merde moche et cela n'aurait toujours pas eu d'importance, son corps juvénile et son esprit lascif compensaient largement...

2.4K Des vues

Likes 0

La Fête_(14)

Partie 1 Jésus, nous allons encore être en retard, je me dis en m'asseyant sur le canapé du salon, la tête appuyée sur une main. C'était samedi, le soir de la fête de Doonsberg et il n'y avait pas moyen d'en sortir. Les voisins d'en bas nous avaient invités dans leur manoir il y a des mois. Des RSVP avaient été faites, des calendriers vérifiés et revérifiés, des appels téléphoniques passés. Bref, c'était chose faite. S'il y avait jamais eu une soirée pour faire la fête, c'était bien celle-là. La pleine lune de la veille de la fin de l'été regarde...

2.2K Des vues

Likes 2

La vie d'un Playboy Chapitre 5

CHAPITRE 5 Je me tenais dans le laboratoire, prêtant théoriquement attention aux moniteurs devant moi et faisant des calculs. Mais vraiment, je vérifiais subrepticement les différentes femmes entrant et sortant du bureau de Mme Robinson. L'annonce avait été diffusée dans tout le collège pour que des femmes volontaires participent à une étude biologique affectant la sexualité humaine. C'était une étude rémunérée, donc il y avait beaucoup plus de filles inscrites que de postes nécessaires, et Mme Robinson n'a pu sélectionner que les étudiantes les plus chaudes du campus. Plus les belles filles entraient et sortaient, portant des vêtements étriqués et exhibant...

1.2K Des vues

Likes 1

L'hiver à Beech Mountain Chapitre 5

La journée a passé rapidement alors que je restais occupée à travailler sur trois autres invités. C'étaient des femmes plus âgées, qui avaient passé autant de temps sur leurs fesses que sur les skis. Elles étaient meurtries et endolories, alors j'ai fait de mon mieux pour les aider. Mes pierres chaudes m'ont soulagé et j'ai utilisé mon unité TENS pour engourdir temporairement quelques terminaisons nerveuses. Je suis parti à 16h et j'ai pris une douche, changé et me suis dirigé vers la place de Sandra. Dès que je suis entré, Donna m'a fait signe au bar à jus... J'ai vu sa...

1.3K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.