Le Rendez-vous

693Report
Le Rendez-vous

Je l'ai attendue dans la chambre d'hôtel pour essayer de me calmer les nerfs. Nous l'avons déjà fait, mais cette fois, j'avais un plan et nous avions pris des dispositions à l'avance. « Calme-toi mon vieux, je ne peux pas te laisser emporter. Cette fois va compter. Un petit coup à la porte me sort de mes pensées. J'ouvre la porte et je suis accueilli par ce sourire que n'importe qui qualifierait d'innocent mais je sais mieux.

"Je suis content que tu sois venu." Dis-je alors qu'elle entre avec cette confiance comme si c'était sa propre chambre à la maison.

"J'ai failli ne pas le faire." Répondit-elle en enlevant sa veste et en la posant sur une chaise dans un coin. En jetant un coup d'œil par-dessus son épaule, je peux voir dans ses yeux qu'elle dit des choses comme ça uniquement pour la taquiner. Elle sait que j'aime la poursuite. Elle le veut autant que moi.

"Je ferai en sorte que ça en vaille la peine." Dis-je alors que nous nous retrouvons au milieu de la pièce. "Me fais-tu confiance?"

"Oui." Sans hésitation, elle répond et me regarde dans les yeux.

"Dans ce cas, c'est oui monsieur." Je passe mes doigts dans ses cheveux au-dessus de son oreille.

"Tu vas me faire t'appeler monsieur ?" Ce tic de sourcil me met au défi d’agir.

En tirant fermement, j'attrape les cheveux déjà entrelacés dans mes doigts à l'arrière de sa tête.

"Vous en paierez ou vous en paierez les conséquences." Sa tête s'incline un peu en arrière sous l'effet de ma traction et elle ferme les yeux. Oh non, je pense, elle n'est pas de ce genre d'humeur. Voici le mot de sécurité... Puis je remarque le sourire narquois.

"Oui Monsieur." Comme si les mots à eux seuls n’étaient pas une confirmation suffisante, elle se penche vers la main. Sans relâcher, j'utilise l'angle pour me pencher et embrasser juste en dessous de son oreille et descendre dans son cou. En relâchant ses cheveux, mes mains se dirigent vers ses hanches et l'ourlet de sa chemise. En soulevant par le bas, elle lève les bras comme si on lui demandait de faciliter le retrait. Lorsque mes mains passent ses coudes, je me baisse rapidement derrière sa tête, emprisonnant ses bras et ses yeux à l'intérieur de la chemise. Je commence à planter des baisers depuis sa clavicule, jusqu'à son cou, jusqu'à sa mâchoire. Quand j'arrive à ses lèvres, je m'arrête, suffisamment près pour qu'elle puisse sentir que je suis là. Je la sens pousser contre le maillot mais elle joue dur.

"Quel est le problème? Tu me retournes le poulet ? Dit-elle encore avec ce sourire narquois.

"Tu obtiendras ce que tu veux quand je te le donnerai, tu comprends?"

"Est-ce que c'est-" Elle est interrompue lorsque j'utilise ma main libre pour lui donner une forte claque dans le derrière. "Oui Monsieur." En levant cette main libre, je détache et soulève son soutien-gorge, me permettant d'accéder à ses seins. En prenant un, j'apporte ma bouche à son mamelon et on me répond avec un halètement. En tirant enfin la chemise, je libère ses bras et elle laisse tomber le soutien-gorge au sol. Après quelques instants à masser et embrasser ses seins je m'éloigne, je pourrais y passer toute la soirée. Je tourne derrière elle et admire sa beauté exposée.

Par derrière, je repousse ses cheveux par-dessus son épaule et je les embrasse. Une douceur momentanée avant que ma main droite ne passe sous son bras jusqu'à sa gorge, ramenant sa tête contre mon épaule. Ma main gauche se dirige naturellement vers sa poitrine, comme si c'était exactement là où elle était censée être. Ses mains réagissent de la même manière en allant vers l'arrière de ma tête et ma cuisse. Je me blottis contre son oreille et murmure : "Tu aimes ça, n'est-ce pas ?"

Pas de réponse... Je serre plus fort, en mettant plus de pression sur sa gorge. "Je t'ai posé une question, ma fille."

"Oui Monsieur." Je reçois ma réponse avec un grand sourire et un frisson. En faisant glisser ma main gauche sur son ventre, je dégrafe son pantalon. En relâchant son cou, je passe mes mains le long de ses côtés et commence une autre ligne de baisers. En commençant par son oreille, je trace son cou et sa colonne vertébrale. Lorsque mes mains atteignent sa ceinture, elles traînent les vêtements avec elles, emmenant jeans et culottes au sol d'un seul coup, révélant mon atout préféré. Je laisse le dernier baiser s'attarder dans le bas de son dos avant de me lever et de la tourner avec ses hanches pour me faire face.

Le désir dans ses yeux, exposé dans toute sa splendeur devant moi, pouvait faire fondre l'acier. Avant de laisser mes pulsions primaires prendre le dessus, j'attrape sa nuque et l'attire vers moi dans un profond baiser. En sentant sa nudité contre mon corps encore habillé, j'ai besoin d'une pause ou je vais perdre le contrôle. En attrapant ses mains, je les amène entre nous. "Maintenant, déshabille-moi", j'exige.

Ce sourcil bavard se lève avec un sourire narquois… "Oui, monsieur!"

Je me demande si elle sait que voir ses pensées à travers ses expressions est l'une de mes parties préférées. Cette déesse s'agenouille devant moi, ne faisant aucune tentative pour protéger son exposition et attrape ma ceinture. Elle me regarde à nouveau pendant que ses doigts travaillent sur mes attaches, je ne peux m'empêcher de passer mes doigts dans ses cheveux. Lentement, elle tire sur mon pantalon et je l'aide à glisser de mes hanches. Ses yeux se tournent vers mon entrejambe et regardent l'élastique de mon sous-vêtement révéler le prix qu'elle attendait. J’ai fait de mon mieux pour garder le contrôle mais mon enthousiasme me trahit. Mon pénis jaillit de ses attaches et ses yeux s'écarquillent, ça ne vieillit jamais. Mon pantalon tombe au sol alors qu'elle blottit ma virilité et me regarde pour une réaction. Je ne la rencontre qu'avec un sourire mais l'animal en moi implore d'être libéré. Elle se penche et commence un lent coup sur mon manche.

"C'est ce que tu voulais?" Elle le sait très bien, elle teste mon contrôle.

"C'est un bon début." Je réponds en enlevant rapidement ma chemise par-dessus ma tête, une distraction pour m'empêcher de trop réfléchir. Son sourire narquois montre qu'elle accepte le défi tacite. Sans rompre le contact visuel, elle passe lentement sa langue de mes couilles jusqu'à mon corps et dépose un baiser roux sur le bout. Une fois de plus, mon corps me trahit et un tremblement me parcourt. Une respiration rapide pour retrouver mon calme et je croise son regard. "Vous allez payer pour ça."

Un rire angélique semble déplacé venant de cette succube. Elle est fière d’elle d’avoir reçu une réaction. Elle continue sa merveilleuse torture en me prenant dans sa bouche. Je dois détourner le regard et me concentrer sur ma respiration, elle fait de son mieux pour libérer l'animal, mais je refuse cette fois. Mais elle ne rend pas les choses faciles. Avec une paume, elle masse mes couilles pendant que sa bouche monte et descend dans mon axe. Sa langue porte une attention particulière à la crête de la tête au sommet du trait. J'aimerais que cela dure éternellement, mais je garderai cette fois le contrôle de mon esprit, de moi-même et, plus important encore, d'elle. Je baisse les yeux pour l'éloigner et passer à l'étape suivante de cette aventure, mais avant que je puisse le faire, elle attrape l'arrière de mes cuisses et tire. Je suis figé alors que je m'enfonce plus profondément dans sa gorge, jusqu'à ce que son nez se niche dans mon bassin. Elle me tient là et je sens sa langue masser le dessous. Je ne peux pas bouger, je ne peux pas penser, je n’étais pas prêt pour ça.

Finalement, elle recule pour prendre l'air, j'entends le claquement alors qu'elle retire ses lèvres du bout. C'est suffisant pour m'en sortir. J'attrape l'arrière de sa tête et l'autre main se pose sur sa gorge alors que je me penche pour un autre baiser, qui la prend au dépourvu. Elle aussi était perdue dans ses pensées. Je me relève, l'entraînant avec moi sans relâcher le lien de nos lèvres. En pressant nos corps l’un contre l’autre, nous pouvons ressentir la tension l’un de l’autre. Mes mains descendent le long de son corps en s'arrêtant en cours de route. Je ne pourrais pas les arrêter si je le voulais. Son corps m'appelle. Mon baiser se déplace vers son cou et l'angle inférieur me permet d'attraper ce magnifique cul à deux mains et de le soulever. Ses jambes s'enroulent autour de moi alors que ses pieds quittent le sol. Mon sexe cherche cette ouverture à laquelle il aspire, mais ce n'est pas mon intention, pas encore. Je me retourne et l'assois près du bord du lit. Avec une main sur sa poitrine je la pousse vers le dos, ses pieds vont jusqu'au bord s'ouvrant à moi. Je ne peux pas m'en empêcher et commence à frotter le dessous de ma tige le long de sa fente, en m'assurant que la tête exerce une petite pression sur son clitoris lors de son passage.

"Tu veux ça?" Je demande en la regardant de haut. On me répond seulement avec un sourire narquois. Je m'abats violemment sur elle, coinçant ses bras au-dessus de sa tête et mon visage contre son oreille. "Je t'ai posé une question, ma fille, et j'exige une réponse."

"S'il vous plait, Monsieur." Cette fois, j'obtiens une réponse haletante. Elle y est presque, je veux qu’elle le supplie.

«Je ne pense pas que tu le veuilles assez. Jusqu’à ce que vous puissiez demander correctement, vous devrez attendre. Un souffle irrégulier s'échappe de ses lèvres. Je sais qu'elle le veut autant que moi mais je veux l'entendre. Un baiser sous son oreille commence une nouvelle ligne, mais cette fois il y a de plus grands espaces entre les deux. Tandis que je descends son corps, je reste suffisamment près pour qu'elle puisse sentir mon souffle. Le deuxième baiser vient au niveau de sa clavicule, je la sens se tendre, son corps implorant ma bouche à chaque centimètre carré. Au troisième baiser au milieu de sa poitrine, mes mains commencent à descendre ses bras. Quand mes mains atteignent ses biceps, je les épingle à nouveau, ma bouche descend sur son mamelon droit. Dans ma bouche, j'entoure le bout avec ma langue. En m'éloignant, je laisse une petite trace d'humidité. D'un léger coup, tout son corps se tend et sa poitrine se lève du lit. J'ai fait le bon choix en épinglant ces bras. C'est à mon tour de lui sourire, fier de forcer une réponse, la différence c'est que j'ai un autre côté pour recommencer. Essayez comme elle le peut, l’autre côté récompense la même réaction. Un petit grognement s'échappe de ses lèvres.

« Ai-je entendu une plainte ?

"Non monsieur." Ses yeux papillonnent.

"Je peux arrêter si tu ne t'amuses pas." Une menace vide de sens, pour l’instant je ne suis pas sûr de pouvoir l’arrêter même avec le mot de sécurité.

"S'il vous plaît, monsieur", presque à voix basse cette fois, "ne vous arrêtez pas."

Je souris intérieurement, nous y sommes presque, je pense. Le baiser six arrive juste en dessous de son nombril alors que mes mains s'arrêtent momentanément pour lui masser les seins. Ma bouche descend vers son clitoris, mais je m'arrête, suffisamment près pour qu'elle puisse sentir mon souffle. Ses hanches tremblent, elle a du mal à se contrôler. "Si seulement tu t'étais bien comporté plus tôt, mais maintenant je dois traîner ça un peu."

Merci d'avoir lu. J'ai peur de trop traîner cette histoire et c'est une bonne pause, dites-moi comment je vais et si je dois continuer

Articles similaires

La vie d'un Playboy Chapitre 5

CHAPITRE 5 Je me tenais dans le laboratoire, prêtant théoriquement attention aux moniteurs devant moi et faisant des calculs. Mais vraiment, je vérifiais subrepticement les différentes femmes entrant et sortant du bureau de Mme Robinson. L'annonce avait été diffusée dans tout le collège pour que des femmes volontaires participent à une étude biologique affectant la sexualité humaine. C'était une étude rémunérée, donc il y avait beaucoup plus de filles inscrites que de postes nécessaires, et Mme Robinson n'a pu sélectionner que les étudiantes les plus chaudes du campus. Plus les belles filles entraient et sortaient, portant des vêtements étriqués et exhibant...

1.4K Des vues

Likes 1

Le nouveau voisin

Putain, mec. Porter toute cette merde dans ces escaliers est une garce », se plaint mon ami, eh bien, maintenant colocataire, Jack. C'était ton idée d'avoir une place à l'étage, je plaisante en réponse. Ouais, eh bien, je n'ai pas pensé aux escaliers. Mon ami et moi sommes deux enfants qui entament leur première année au Hillside College. Je sais, cela semble assez générique, non ? Mais bon, c'est un bon début dans un nouvel endroit pour nous. Johnny, redescends et prends les dernières boîtes. « Allons les réunir », dis-je. Non mec. Pourquoi pas? Parce que je suis trop occupé à...

1.5K Des vues

Likes 0

Impie et infidèle:2 Ch 1

Des tasses en verre remplies d'eau du diable claquaient ensemble, remplies de jolies femmes et filles légèrement vêtues avec des sourires de promesse sur leurs visages. Les officiers de la Coalition dans le bar ont applaudi, des tasses levées pour célébrer leur victoire à Ridgehill sur les forces Inimi un mois auparavant. Dans le bordel maintenant bondé, Axel était assis avec sa propre tasse pleine d'eau du diable, ruminant les événements depuis qu'il avait été convoqué dans ce monde. Presque depuis le début, lui et son meilleur ami Rayner avaient été impliqués dans des conflits, combattant des gobelins, des soldats Inimi...

1.7K Des vues

Likes 0

Avril - Partie II

Merci à tous pour les bons commentaires et les évaluations généralement positives. Je m'excuse que la partie 2 ait pris si longtemps, mais je voulais m'assurer qu'elle était aussi bonne que possible avant de la publier. J'espère que vous apprécierez cette partie, et recherchez une partie 3 dans les semaines à venir. Veuillez continuer à noter et à commenter, et si vous n'aimez pas les éléments de mon récit, veuillez me faire savoir dans les commentaires comment vous pensez que je pourrais m'améliorer. Rob et April étaient allongés dans le lit d'April, perdus dans leurs propres pensées post-coïtales. Ils s'étaient assurés...

1.4K Des vues

Likes 0

Vendredi_(1)

Le vendredi s'est déroulé et je ne savais pas comment j'allais m'y prendre. Avec chaque dossier sur mon bureau, je devais me demander si j'essayais de revoir Sara ou si cela en valait la peine et si je devais compenser la différence en essayant de passer par le bar de Lisa sur le chemin du retour. Poursuivre deux lapins signifiait que je perdrais les deux, pourchasser aucun des deux signifiait également perdre les deux, alors je devais penser à quelque chose. J'ai abandonné. Je suis rentré chez moi, seul, à l'heure. --- Sara s'est arrêtée dans un bar miteux non loin...

1.3K Des vues

Likes 0

Le chauffeur (# 4) ...... Tina et ces clients fous

Le Chauffeur…. Tina et ces clients fous Écrit par : PABLO DIABLO Droits d'auteur 2018 CHAPITRE 1 Alors que Tina et moi quittions le bureau main dans la main, j'ai souri. Je savais que j'étais dans une position beaucoup plus forte en prenant soin de M. et Mme Jaxson. C'étaient des gens formidables. À ce stade, je récapitulais, dans ma tête, ce qui m'était arrivé depuis que j'avais rejoint la Happy, Happee Limo Company : • J'ai eu des relations sexuelles avec Sasha - ma patronne, Tina - son assistante, Paula - une collègue de la salle téléphonique et Jill - la...

1.2K Des vues

Likes 0

Le gigolo du roi

Le gigolo du roi (une aventure médiévale) J'ai toujours été un peu féru d'époque médiévale. Je ne suis en aucun cas ce que vous appellerez un passionné d'histoire, j'aime la mode primitive, en particulier les décolletés et les seins gonflés et le comportement barbare, mais surtout les intermèdes romantiques liés à tant de héros et de légendes. À plus petite échelle, j'ai toujours été, disons, plus amusé qu'intéressé par l'idée du voyage dans le temps et de la téléportation dès mon plus jeune âge à partir du moment où j'ai commencé à lire Les Chroniques de Narnia, mais je suppose que...

1K Des vues

Likes 0

Appelez-moi Joanna

Appelez-moi Joanna Tout s'est passé il y a si longtemps maintenant qu'il semble non seulement avoir été dans un endroit différent à un moment différent, mais si différent comme s'il n'avait presque jamais existé. Mais il l'a fait. Tout s'est passé dans le sud rural de l'Angleterre à cette époque merveilleuse après la fin de la guerre (pour nous, la guerre signifiait et signifie toujours la Seconde Guerre mondiale), dans la lueur dorée de l'empire, avant que des réalités désagréables ne s'immiscent et ne poussent le monde. nous avions connu dans une forme nouvelle et inconnue. Les révolutions des années soixante...

952 Des vues

Likes 0

Une interview du samedi après-midi à Manhattan.

Une interview du samedi après-midi à Manhattan. -------------------------------------------------- ----------------- Assis à la fenêtre de Southgate, près de Central Park, surplombant la verdure et les rochers du sanctuaire de la ville ; Irene semblait détendue, sirotant son café et parcourant l'excellent menu tout en parlant du comportement le plus scandaleux. Elle était principalement vêtue de noir et de fourrure, mais montrait un décolleté plongeant et des talons rouges très hauts. Elle avait accepté de me rencontrer lorsque je l'ai contactée au sujet de sa dernière entreprise, l'achat d'un terrain dans le nord de l'État de New York et vers les Hamptons à Long...

945 Des vues

Likes 0

Une aventure sensuelle des sens (Partie 1)

Une aventure sensuelle des sens Elle marchait dans la rue en se rendant au travail lorsque je l'ai vue pour la première fois. Elle était l'incarnation de la beauté et avait l'air de la fille d'à côté. J'étais tellement fasciné par elle que je l'ai regardée entrer dans ce petit café au coin de la rue. J'ai attendu dehors pour voir si elle reviendrait mais elle ne l'a pas fait alors j'ai continué mon chemin. La prochaine fois que je l'ai vue, elle se rendait au même café, alors j'ai pensé que c'était là qu'elle travaillait. Il m'a fallu un certain...

919 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.