ERIKA L'ESCLAVE SEXUELLE (chapitre 1-3)

775Report
ERIKA L'ESCLAVE SEXUELLE (chapitre 1-3)

===================================
ERIKA L'ESCLAVE SEXUELLE, CHAPITRE UN
===================================
MOTS CLÉS:
M / f, adolescente, esclave sexuelle, brutale, pipe, BJ, anal, humiliation, humil

Commentaires? E-mail: [email protected]


Erika était une bombe. Elle était le genre de fille qui, en marchant
la rue a fait tourner les têtes. Et, elle le savait. Elle avait un corps incroyable, plein
lèvres boudeuses, grand ensemble de seins pour son âge, belles hanches minces et un
ventre de danseuse du ventre (qui avait un joli anneau de nombril qui pendait). Elle et
sa mère a loué mon appartement d'une chambre au sous-sol pour 1 500 $ par mois.
Erika et sa mère ont emménagé il y a quelques années. A cette époque, elle commençait
pour devenir le knock-out total qu'elle est aujourd'hui. Pendant l'été, elle avait
se déplacer en mini short marguerite et un tee-shirt taille trop petit
qui a toujours exposé sa marine. J'ai essayé de ne pas regarder, ou lorgner mais elle a fait
il est irrésistible de ne pas le faire. L'été dernier, elle a caracolé dans le sous-sol
dans un petit bikini bleu. Une fois, je suis allé là-bas pour réparer un tuyau qui fuyait et
tout ce que j'ai fait, c'est passer trois heures à la regarder en bikini. Elle a gardé
passer devant moi et s'arrêter et demander si j'avais besoin d'aide pour savoir
eh bien, elle n'avait rien à faire. J'ai toujours senti qu'elle faisait tout ça pour
obtenir une hausse de moi. Chaque fois qu'elle me regardait, elle me lançait un regard sournois
suivi d'un sourire, comme si j'osais me charger vers elle, déchirer ses vêtements
partir et avoir mon chemin avec elle. La mère d'Erika était une femme d'affaires qui
fréquemment voyagé. Ses voyages duraient généralement d'une journée à une semaine,
de temps en temps, longtemps, elle s'absentait pendant un mois. Quand sa maman
voyagé Erika serait seule à la maison. Erika a toujours dit qu'elle n'était pas ça
jeune qu'elle avait besoin d'une baby-sitter. La mère d'Erika m'a dit qu'elle serait
voyager pendant un mois à l'étranger et qu'elle s'assurerait qu'Erika me donnerait
le loyer, le 1er de chaque mois.

Une semaine s'était écoulée depuis le départ de sa mère et je n'avais toujours pas reçu
le loyer. J'ai attendu qu'Erika rentre de l'école pour pouvoir lui demander
à ce sujet. Vers 4 heures, j'ai entendu la porte latérale s'ouvrir. J'ai décidé au lieu de
bondissant sur elle et exigeant l'argent, je lui donnerais du temps. Une heure
plus tard, j'ai crié son nom du haut des escaliers et je lui ai demandé de venir
à l'étage pendant une minute. Quand elle est arrivée, elle était encore vêtue de sa
uniforme scolaire : une jupe qui était à deux pouces au-dessus de ses genoux et un blanc
haut avec les deux boutons du haut défaits. Nous entrons dans le salon. je m'assieds
le canapé et elle est assise à côté de moi. Elle atteint pour un morceau de dur
des bonbons sur la table basse, et alors qu'elle se penche en avant, je peux voir son
chemisier. Je vois la fissure de ses seins mous alors que les seins eux-mêmes disparaissent
dans son soutien-gorge blanc.

"Hey, quoi de neuf ?", demande-t-elle en mettant le bonbon dans sa bouche.

« Hé, comment vas-tu ? Comment va ta mère ? J'ai répondu.

"Elle va bien. Elle est en Angleterre maintenant, puis va en Allemagne et se termine en
Japon avant de rentrer à la maison », raconte-t-elle.

"Bien. Écoute, ta mère m'a dit qu'elle te laisserait le loyer.
Et bien, ça fait une semaine donc je me demandais si je pouvais l'avoir", ai-je dit.

Elle se déplace sur le canapé et dit docilement, "Ohh ça. Eh bien, vous voyez,
Je-je-euh, eh bien, je n'ai pas... ça."

Je lui lance un drôle de regard : « Tu ne l'as pas ? Ta mère a-t-elle oublié de donner
ça à toi?"

"Non, elle l'a fait, mais euh, tu vois, je l'ai un peu, eh bien, dépensé", dit-elle.

« Tu l'as dépensé ? Tout ça ? Une partie ? », je demande abasourdi.

"Tout ça," répond-elle en me regardant droit dans les yeux.

« Tu as dépensé 1 500 $ ? Pour quoi ? » J'ai demandé, "Attends, tant pis. Je ne veux pas
savoir. Ce n'est pas ma place."

Elle s'approche un peu plus de moi en s'asseyant à bout de bras. Je peux
sentir son parfum, Sexy 4 Her. Elle me regarde et avec ses lèvres boudeuses
dit "S'il te plaît, ne le dis pas à ma mère. S'il te plaît ? Elle va me tuer."

"Erika, eh bien, je dois le faire. 1500 $, c'est beaucoup d'argent. Je ne peux pas simplement ignorer
autant d'argent », dis-je.

Elle se lève du canapé et s'assied sur la table basse en face de moi. Comme
elle est assise sa jupe remonte un peu plus. Elle se penche en avant et encore
Je peux voir sa chemise. Elle me regarde et dit : "S'il te plait ? Ne pouvons-nous pas
résoudre quelque chose ?"

Je la regarde avec incrédulité alors qu'elle pose sa main sur mes genoux et
les déplace lentement vers le haut. M'offrait-elle du sexe pour l'argent du loyer ?
Impossible. Ne voulant pas perdre mon sang-froid, j'ai dit : « Faire quelque chose ?
Comme quoi?"

"Eh bien, je vois la façon dont tu me regardes, et je peux pratiquement lire ton
pensées--", elle êtres.

"Attends, tu proposes du sexe pour l'argent du loyer ?" je lui demande de la couper
au milieu de la phrase.

Elle sourit et se dirige vers le bord de la table basse. Elle la glisse
lève mes genoux et les y repose.

"Ecoutez Erika, je ne dirai pas que je ne suis pas intéressée... mais une baise unique pour 1 500 $,
eh bien, c'est juste raide », dis-je en m'asseyant sur le canapé.

Cela la surprend et elle a l'air un peu effrayée comme si elle
plan bien conçu allait échouer. Elle s'assoit un peu, retire ses mains
mes genoux, et dit, "Oh ummm, que diriez-vous de deux fois ? Trois ? Quatre ? Comment
beaucoup?"

En la regardant de près, je peux voir qu'elle a peur de ce que sa mère ferait
si elle l'a découvert. C'était l'opportunité que je cherchais depuis
l'été dernier. Je l'ai installée juste comme il faut et j'ai répondu : "Tu ne veux vraiment pas
maman pour le savoir, et toi ?"

"Non," dit-elle.

« Que penses-tu qu'elle ferait ?

"Je ne veux pas savoir."

« Quand est-ce qu'elle revient ?

"Dans trois semaines"

"Vous avez dépensé l'argent du loyer qui m'était dû. Tout un mois de loyer.
En plus de ça, tu as gardé le silence jusqu'à ce que je t'appelle ici. Pas
disant que je ne suis pas intéressé à te baiser. Dieu, j'ai très envie de te baiser.
Mais je ne pense pas qu'une baise ici ou là suffira."

"Alors, que faudra-t-il pour en faire assez?"

Je souris juste. Je mets mes bras sur le dossier du canapé et je dis "Ta maman
Je ne reviendrai pas avant trois semaines, donc c'est juste que je puisse te baiser
jusqu'à ce que ta mère revienne. Peu importe le nombre de fois que c'est."

"D'accord!"

"Whoa là, attends une seconde. Je n'avais pas fini. Ce que je propose, c'est
que tu deviennes mon, " je fais une pause pour un effet dramatique, " esclave. Esclave sexuel."

Elle me regarde comme si je plaisantais. Mais elle voit mon visage sérieux, et elle
dit "Esclave sexuel? OK. Deal."

"Pensez-y attentivement. Une fois que nous avons conclu cet accord, il ne s'arrête pas
jusqu'à ce que ta mère revienne dans trois semaines. Cela signifie que vous
m'appartient. Je peux faire ce que je veux, quand je veux, comme je veux. Vous obéissez."

"Je sais. Je dis que c'est un marché."

Ne voulant pas l'en dissuader, je dis simplement "OK alors, laisse les jeux
commencer. Va te tenir là-bas. » Je désigne le milieu du salon.
Quand elle arrive, je lui ordonne de se déshabiller jusqu'à son soutien-gorge et sa culotte. Comme
elle déboutonne son chemisier mon cœur s'emballe. Avec le dernier bouton défait, elle
enlève lentement son haut et le jette au sol. Elle décompresse ensuite le
jupe du dos qui tombe au sol. Elle en sort et
écarte la jupe avec ses pieds.

Debout au milieu de mon salon se tenait l'adolescente la plus sexy
fille que j'avais jamais vue. Ses seins en bonnet C sont contraints dans sa dentelle blanche
soutien-gorge. Le string blanc assorti qu'elle porte est petit et fin. je peux la voir
joli orteil de chameau rasé à travers.

"Maintenant, passons en revue certaines règles. Je ne vais le dire qu'UNE SEULE FOIS. Pause
toutes les règles, et vous serez puni. Est-ce clair?"

"Oui."

"Règle numéro un, vous m'appellerez maître à tout moment. Chaque fois que vous
répondez-moi, demandez-moi quelque chose ou même parlez-moi, ça finira en Maître."

"Oui Maître," répond-elle.

"Règle numéro deux, sauf indication contraire, vous ne porterez qu'un soutien-gorge
et culotte quand à l'intérieur de cette maison. Dès votre retour à la maison, vous
me tenir dans ce coin..." Je montre le coin de la cuisine,"... et me déshabiller
vers le bas. Cependant, lorsque vous serez dans la chambre, vous serez entièrement nu. NON
VÊTEMENTS autorisés dans la chambre, point final."

"Oui Maître."

"Règle numéro trois, je vais te baiser jour après jour.
Inutile de dire que je ne vais pas porter de préservatif. Donc, vous avez deux
choix ici, soit prendre des pilules contraceptives, soit prendre le risque de
je te cogne. Et je promets que je vais jouir en toi."

"Oui Maître."

« Avez-vous des pilules contraceptives ? »

"Oui Maître"

"Alors tu commences déjà à baiser maintenant ? Avec qui ? Combien de fois as-tu
tu l'as baisé ?"

"Mon ex. On a baisé pendant 3 mois, maître"

« Votre ex ? Pourquoi a-t-il rompu ? Pas un bon connard ? »

Elle me lance un regard blessé comme si j'avais insulté son honneur ou quelque chose comme ça.
"Pas de maître. J'en ai fini avec lui. IL était le connard moche. Je vais bien"

"Vraiment? Eh bien, je serai le juge si tu es bon ou pas. Apportez-moi de l'eau
du frigo."

Alors que je la regarde sortir du salon en sous-vêtements, ma bite est
Dur comme de la pierre. J'essaie de me contrôler pour ne pas la sauter.
Maîtrise de soi je me dis. Elle revient de la cuisine et me tend
l'eau, et retourne chez elle. Je bois l'eau en gardant un oeil
sur mon nouvel esclave. Elle se tient ici avec ses mains derrière son dos et ses jambes
répandre juste un peu. Pendant une seconde, j'ai eu le sentiment qu'elle était
appréciant cela.

"Règle numéro quatre," je commence à poser le verre vide sur le café
table, "vous allez avaler. Simple et simple. À moins que je ne décide de tirer sur mon
chargez n'importe où ailleurs, il est de votre devoir d'avaler chaque goutte de sperme. Si ça
tombe sur le sol, vous le lécherez. Si ça roule sur ma bite et sur
mes couilles tu vas le lécher."

"Oui Maître."

Je la regarde d'un air dubitatif. Elle a dit que oui maître avec
de la vigueur et de l'excitation dans sa voix. Était-ce son plan depuis le début ? Machine à laver
me taquiner et ensuite offrir quelques baise sa façon de me faire faire ça?
Vous savez quoi? Putain, qui s'en soucie ? Je vais baiser si serré
salope et c'est tout ce qui compte !

"OK. C'est assez de règles pour l'instant. Je vous dirai le reste comme je l'entends.
Mais garde une chose claire : tu m'appartiens à moi maintenant. Je possède ton corps. Toi
sont ma propriété, et rien de plus. Tu es mon jouet à baiser, mon porte-bite, mon
cum-benne. Je peux faire ce que je veux, quand je veux et comme je veux. Tu es d'accord
avec un sourire, ou être puni."

"Oui Maître."

Je ne peux pas m'empêcher d'avoir un grand sourire sur mon visage alors que je me lève et que je marche
envers elle. Il est temps d'inspecter mon produit. Quand je m'approche d'elle, je
effleurer de mes mains son doux visage et faire courir mes doigts sur ses lèvres boudeuses.
Je me penche et l'embrasse. Elle écarte légèrement ses lèvres, assez de place
pour moi d'enfoncer ma langue. Pendant que je lutte contre la langue, je passe mes mains sur elle
cou et jusqu'à ses seins. Je serre son sein gauche.

"Enlève ton soutien-gorge," ordonnai-je.

Elle dégrafe le soutien-gorge par l'arrière et libère ses seins de captivité.
Le soutien-gorge tombe au sol et ses seins rebondissent.

"Parfait," je marmonne. À haute voix, je dis : "Mains derrière le dos et ne
faire un son."

Elle joint ses mains derrière son dos alors que je prends son sein droit dans mes mains
et pressez-les. Je commence à lui pincer légèrement les mamelons avec mon index
doigt et pouce. Ensuite, je commence à les tirer un peu plus fort. Les mamelons
sont durs maintenant. Elle se contrôle de gémir. J'ai mis l'autre mésange dedans
ma bouche et commencer à le sucer. Je lape ma langue sur son mamelon dur et
puis mords-le avec mes dents. Je le suce fort, pendant que je la pince encore
autre mamelon. Elle commence à se tortiller et se bat pour ne pas faire de bruit.
Au bout d'une minute environ, je me lève, puis je passe mes mains sur elle
ventre plat. Je pose mes mains sur son string et commence à lui doigter la chatte.
J'y mets un doigt, puis deux. Elle se mord la lèvre inférieure et fait un
petit gémissement d'un son. Je commence à la baiser avec deux doigts et
elle se tortille et s'efforce de ne pas gémir. Quelques minutes plus tard. Je descends
et commence à faire glisser son string le long de ses jambes. « Écartez vos jambes », ordonne-je.
Elle s'exécute. Je place une jambe sur mon épaule et je commence à la lécher
lèvres chaudes et humides de sa chatte. Je lèche sa chatte plus et l'embrasse. Elle gémit un
peu plus, cette fois un peu plus fort. Ennuyé qu'elle ait manqué de respect à mon
ordonne que je me lève, que je l'attrape par les cheveux et que je la gifle. "JE
dit pas de bruit salope."

"Désolé maître," dit-elle, assez abasourdie par la gifle. Sa joue commence
devenir un peu rouge. Juste pour le plaisir, je la gifle aussi sur l'autre joue.
Maintenant, la rougeur correspond. Je ramasse son string sur le sol et le fourre dedans
sa bouche. Cela devrait la faire taire.

"Gardez ça dans votre bouche jusqu'à ce que je le dise."

"ypth mstr", tente-t-elle de dire.

Je redescends et commence à lécher sa chatte humide. Je lui caresse la joue du cul
et commencez à le serrer fort. A chaque coup de langue, elle a des spasmes un peu et je
attrapez son cul encore plus fort. A quelques minutes de cela, je m'arrête. je m'arrête tout de suite
avant d'avoir un mini-orgasme. Je me lève, la gifle encore et la saisis
par les cheveux et l'accompagner jusqu'au canapé. Je m'assieds et lui dis de
retirer le string de sa bouche. J'écarte mes jambes et elle comprend l'allusion,
et se met à genoux. Elle défait mon pantalon et le prend ainsi que mes sous-vêtements
désactivé. Ma bite prend vie. Il rebondit dur et droit. Elle
le regarde et écarquille les yeux. Avec ce regard, je sais qu'elle n'a jamais vu un
coq ce gros. Elle enroule ses mains autour de ma bite et commence à lécher le
base du coq. Elle fait glisser sa langue de haut en bas de la base à la
tête. Quand elle arrive à la tête, elle pose ses lèvres dessus et l'embrasse.
Après l'avoir léché plusieurs fois, elle ouvre sa mite et y met la bite.
En partant du haut, elle commence à glisser dessus. Elle obtient un peu
à mi-chemin avant que je puisse sentir le fond de sa gorge. Alors qu'elle commence
me soufflant, ses mains commencent à masser mes couilles. Chaque fois qu'elle descend
elle s'efforce d'en retirer autant qu'elle le peut. Je m'assieds et commence à
gémissement. Mec, cette salope sait sucer une bite ! Après quelques minutes de montée
et vers le bas, je me sens prêt à exploser. Je me lève. Temps
pour certains bâillonnement de la gorge, je pense à moi-même. Je lui dis de mettre ses mains
derrière son dos, et j'ai mis mes mains derrière sa tête et je l'ai forcée
tête baissée encore plus. Je lui dis d'ouvrir plus grand et d'ouvrir les yeux. Je commence
enfonçant ma bite dans sa bouche à chaque fois un peu plus vite et plus fort.
Elle fait des bruits de bâillonnement alors que ma bite entre et sort de sa bouche. je
l'enfoncer le plus loin possible sans la faire vomir et lui boucher les narines
d'une main. Elle commence à s'agiter un peu alors que les deux trous sont fermés. UN
quelques secondes plus tard, je sors ma bite et un flux de salive et
pré-cum sort de sa bouche. Je souris en voyant ma petite salope sur elle
genoux, les mains derrière le dos et éjacule et crache sur sa bouche. Son mascara
commence à courir et complète le regard de pute. Je l'attrape par les cheveux et
tirez-la et dites-lui de se mettre à genoux sur le canapé. je me tiens derrière
elle et commencer à gifler son cul de bulle. J'ai écarté ses fesses et
prends ma bite et commence à insérer dans son petit cul. Elle s'accroche
le canapé et crie fort. J'attrape ses cheveux pour une meilleure tenue, et
commencer à la percuter. Elle est très serrée là-bas. Ma bite est très
lubrifié avec sa salive et mon sperme. Je m'enfonce en elle de plus en plus fort
et ses cris et ses gémissements deviennent de plus en plus forts. Je passe autour d'elle et
saisir ses seins dans une main tout en tirant sur ses cheveux. Un peu plus
poussées et je suis prêt à souffler ma première charge sur elle. je me retire rapidement,
faites-la tourner et dites-lui d'ouvrir grand. Elle parvient à ouvrir juste à temps
alors que je souffle une épaisse liasse de sperme chaud dans sa bouche. Comme une pro, elle prend
tout dedans et en avale chaque goutte. Je la repousse et m'effondre sur lui
canapé et dire, "c'était OK. Juste une baise OK." Elle me lance un regard blessant
et je lui dis d'aller nettoyer et de redescendre dans 30 min. Elle se lève et
se dirige vers les escaliers. Je la regarde s'éloigner et admirer la vue.
Jamais dans un million d'années je n'ai pensé que j'allais avoir une salope teen chaude à
ma commande.

Ce sera amusant, je pense à haute voix. Je commence à avoir plein d'idées sur quoi
à voir avec mon nouveau jouet.



===================================
ERIKA L'ESCLAVE SEXUELLE, CHAPITRE DEUX
===================================
MOTS CLÉS:
M+/f, adolescente, esclave sexuelle, rude, pipe, BJ, anal, humiliation, humil

Commentaires? E-mail: [email protected]


J'ai donné 30 minutes à Erika pour se nettoyer et redescendre.
Il lui restait 5 minutes. Je me suis assis sur le canapé et j'ai feuilleté le
canaux. Ne prêtant pas vraiment attention à quoi que ce soit à la télé, j'étais plus
intéressé par ce qui venait de se passer. Erika a dépensé l'argent du loyer de sa mère
l'a quittée, et elle était désespérée et m'a proposé de faire l'amour pour me taire. je
a contré son offre avec la mienne, et elle a accepté (comme si elle avait le choix).
Jusqu'à ce que sa mère revienne dans trois semaines, Erika a accepté d'être mon esclave sexuelle. je
rêvait de ce moment depuis près de deux ans. Elle s'est pavanée
ici, me taquinant toujours et me mettant au défi, et maintenant, eh bien, maintenant je l'avais.
Elle était ma propriété et je pouvais faire ce que je voulais avec elle. Deux minutes
gauche. Je me suis penché en arrière sur le canapé et j'ai regardé son soutien-gorge et son string sur le sol
et ma bite a recommencé à durcir. Ma première baise avec elle avait été une
baise de gorge rugueuse et anale. Je voulais vraiment baiser sa chatte mais j'avais
être patient. Elle avait besoin de prendre des pilules avant que je baise sa chatte.
À vrai dire, si elle ne prenait pas de pilules, j'aurais utilisé des préservatifs. Pas moyen d'entrer
merde, je risque de mettre cette pute enceinte. Il reste dix secondes. Comme elle
Le temps de 30 minutes a commencé à s'écouler, je l'ai vue descendre les escaliers. Son
les cheveux étaient encore très mouillés et elle était enveloppée dans une serviette. Déjà j'ai
bouleversé. Elle vient d'enfreindre la règle numéro deux - sauf indication contraire, vous
ne portez rien d'autre qu'un soutien-gorge et une culotte lorsque vous êtes à l'intérieur de cette maison. Comme elle vient
à moi, je me lève et lui demande calmement ce qu'elle foutait ? Elle
me regarda confus, et lui rappela la règle numéro deux, et ses yeux
s'est élargi et a dit "Oh merde". elle a rapidement enlevé la serviette et s'est tenue debout
nu au milieu du salon. Elle doux gros seins rebondissaient dans
l'air et sa belle chatte encore à baiser était bien rasée. je lui ai dit
qu'elle a déjà enfreint trop de règles, et ça ne fait qu'une heure ! je
ordonnez-lui calmement d'aller mettre des sous-vêtements et attendez-moi. je rythme
autour du salon en pensant à une façon amusante de la punir, puis ça a frappé
moi. Je souris et descendis au sous-sol. Elle se tenait debout
salon du rez-de-chaussée dans un soutien-gorge rouge et une culotte en dentelle assortie. Je souris,
la chienne avait bon goût en sous-vêtements. Je vais dans sa chambre et traverse
son placard. Dans le dos j'ai trouvé une belle paire de jupe noire et un haut rouge
et les lui a jetés et lui a dit de les mettre. Nous allions au
centre commercial pour s'amuser.

Alors que nous roulons vers le centre commercial, je lui rappelle à nouveau qu'elle était mon esclave. Elle
m'a obéi quoi qu'il arrive. Nous nous sommes garés et sommes entrés dans le centre commercial. Nous nous sommes dirigés vers
Victoria's Secret et jusqu'au dos. Le magasin était vide, pas grand chose
acheteurs en milieu de semaine, surtout à cette période. Il y avait
une seule vendeuse et elle était au comptoir de la caisse au téléphone. Elle
à peine levé les yeux et Erika et moi sommes passés devant elle. Nous avons regardé autour de nous et je
a choisi une belle lingerie blanche transparente et lui a dit que c'était parfait.
Nous sommes allés à l'arrière et lui avons dit d'essayer ça. Elle est allée derrière le
dressing, a enlevé ses vêtements et mis la lingerie. Quand elle
terminé, elle a crié mon nom et je lui ai dit de sortir. Elle est sortie
nerveusement et regarda autour de moi pour voir s'il y avait quelqu'un d'autre autour. Elle
est sorti du vestiaire et s'est mis devant moi. La lingerie blanche
a rendu justice aux courbes, étreignant son joli corps serré. j'ai regardé à ma gauche
et j'ai vu trois hommes d'âge moyen assis dans la salle d'attente. je suppose qu'ils
attendaient leurs femmes. Je les ai appelés et leur ai demandé s'ils pouvaient
aidez-moi à choisir quelque chose pour quelqu'un. Au début, ils m'ignorent, jusqu'à ce qu'un
des gars a vu Erika et a rapidement sauté de son siège et s'est approché.
Les deux autres ont également jeté un coup d'œil et eux aussi sont devenus très intéressés par
m'aider tout d'un coup.

"Salut les gars, pouvez-vous m'aider ? Je ne sais pas si c'est bon pour elle ?" je
dit alors que je montrais Erika. Elle devenait rouge vif, encore plus rouge que sa
joues quand je l'ai giflée pour m'avoir désobéi il y a presque deux heures.

"Erika, modèle pour les gars. Tourne-toi et laisse-les voir à quoi ça ressemble
sur toi." Elle se retourna et donna aux gars une belle longue vue d'elle de
tous les côtés.

Celui qui s'appelait Tom a dit : "Mec, elle est canon."

"Bon sang ouais," dit Jason. L'autre, il s'appelait Billy,
vient de claquer ses lèvres.

"Alors qu'est-ce que tu en penses?" J'ai demandé. Erika nous faisait maintenant face. Elle a placé
ses mains devant elle essayant de se couvrir.

"Ça lui va bien. Bien que le soutien-gorge et la culotte rouges le rendent un peu
affrontement », a déclaré Tom.

"Hmmm, tu as raison", dis-je, "Erika enlève le soutien-gorge et la culotte."

Erika a essayé de retourner dans la cabine d'essayage quand je lui ai dit que ce n'était pas nécessaire
pour ça. Elle peut juste les enlever ici. Elle m'a regardé comme si je
plaisantait, mais mon regard lui disait que j'étais sérieux. Elle glissa nerveusement le
sangle et la lingerie a glissé d'elle et est tombée au sol. Elle
a dégrafé le soutien-gorge et l'a enlevé, puis elle s'est retirée de la culotte. Elle
a rapidement remonté la lingerie et a essayé de se couvrir. Beaucoup de bien ça
fait, le matériel de lingerie était si fin que vous pouvez tout voir
à travers. Les trois gars hochent la tête avec approbation et remercient silencieusement Tom pour
lui suggérant de retirer le soutien-gorge et la culotte.

"Beaucoup mieux. Elle a l'air tout simplement parfaite", a déclaré Jason. "pouvons-nous la voir
virevolter ?" demanda Tom

J'ai jeté un coup d'œil à Erika et je me suis immédiatement retourné et j'ai laissé les gars vérifier
sortir son mégot de bulle.

"Cela lui va très bien", a déclaré l'un des gars.

"Joli cul", a dit un autre gars.

J'ai dit à Erika qu'elle pouvait l'enlever et s'habiller.

Elle s'est penchée pour ramasser ses sous-vêtements par terre quand j'ai dit
elle, elle peut juste changer juste là. Elle se redressa et encore une fois
glissé hors de la lingerie. Elle s'agenouilla pour ramasser sa culotte quand je
lui a dit de mettre d'abord la lingerie sur un cintre pour qu'elle ne se salisse pas.
Elle regarde autour d'elle et dit: "Mais je ne vois pas de maître cintre."

Quand elle a dit le mot Maître, j'ai pu sentir les trois paires d'yeux
me regarde avec admiration. Le silencieux, Billy, m'a donné un
hocher la tête.

"J'en vois un là-bas," dis-je en pointant à quelques pas de nous. Elle
regardé et a eu le visage rouge. Le hangar vide était vers la gauche, dans
à la vue de tous ceux qui se sont promenés dans cette section. je savais ce qu'elle
pensait, et j'ai ajouté: "Mieux vaut le faire rapidement avant que quelqu'un ne passe."

Elle s'est précipitée et a retiré le cintre et est revenue.
Elle a rapidement accroché la lingerie et a de nouveau essayé de ramasser sa culotte.
Encore une fois, je l'ai arrêtée et lui ai dit que c'était impoli de ne pas remercier les gars
ici pour être si utile. Je lui ai dit de leur donner à chacun un bon câlin et un
baiser pour être un bon samaritain. Elle s'arrête net et me lance un regard. Par
maintenant son visage était rouge betterave. Mais elle réussit à dire "oui Maître".

Elle se dirige d'abord vers Tom, celui qui est responsable de son être
complètement nu. Elle tend la main derrière lui et le serre dans ses bras. Il
mit ses mains autour d'elle et la serra fort. Il voulait le câlin
dernier. Quand il lâcha enfin prise, Erika l'embrassa sur les joues. Elle a fait le
pareil pour Jason. Qui l'a également tenue serrée et ne l'a pas lâchée pendant quelques
secondes. Enfin, elle a fait un câlin à Billy. Billy a immédiatement mis la main sur
son cul et écarta ses fesses. Billy lui serra fort le cul, laissant
ses mains impriment sur ses fesses quand il la lâche. Elle s'est vite retournée
et a commencé à s'éloigner, quand Billy lui a giflé fort le cul. Cela a attrapé Erika
par surprise qui s'arrêta et se retourna. Elle lui lança un regard noir mais rapidement
s'éloigna de lui, totalement embarrassé et furieux de ce qui venait de se passer.
Elle se pencha rapidement, ramassa ses sous-vêtements et les enfila rapidement et
disparu derrière la porte du vestiaire.

Quand elle a disparu, Billy a parlé pour le moment, "Oh mec. J'arrive
ici plus souvent."

Les trois gars m'ont remercié pour le spectacle et sont partis.

Quelques minutes plus tard, Erika et moi sommes sortis du magasin et sommes entrés dans le
aire de restauration. Nous avons pris de la nourriture et nous nous sommes assis. En face de nous, trois
adolescents qui ont commencé à vérifier Erika. J'ai dit à Erika de se pencher sur le
table et embrasse-moi profondément, sachant très bien que quand elle fait ça
sa jupe remonterait. Alors qu'elle se penche et m'embrasse, sa jupe se soulève
et les gars obtiennent un joli look propre jusqu'à sa jupe. L'un des gars sort
son appareil photo et prend quelques photos. Je repousse Erika et lui dis de
finir de manger.

Une demi-heure plus tard, nous nous dirigeons vers un magasin de vidéos où je vais rarement. je voulais
obtenir des films, mais surtout je voulais afficher davantage Erika au magasin.
J'ai été déçu de voir qu'il n'y avait personne dans le magasin mais un employé du magasin.
Je choisis les vidéos et les jeux que je voulais louer et me dirige vers le comptoir,
où Craig attend. Il regarde Erika du coin de l'œil, mais
réussit à me sourire quand je m'approche du comptoir.

« Numéro de carte, s'il vous plaît ? » demande Craig.

"H12TY9," je réponds. Il tape le numéro dans l'ordinateur.

"Umm, monsieur, il y a une amende de 50 dollars sur ce compte."

"Quoi?"

"50 dollars. C'est un jeu qui n'est jamais revenu, Halo pour XBox."

"Je l'ai rendu. Vérifiez encore," dis-je. Pas question de payer pour le jeu que j'ai
revenu. Surtout un jeu XBox !

"Désolé monsieur, l'ordinateur dit que le jeu est manquant. Je ne peux pas vous laisser prendre
ceux-là sans payer l'amende."

"Putain ça," dis-je en me retournant. Je vois Erika puis je souris. je
se retourner et dire, "Craig est-ce?"

"Ouais."

"Et si on s'arrangeait ? Vous m'accordez cette amende, et je
quelque chose pour vous."

Craig me regarde bizarrement et dit : « Si tu paies l'amende, je peux la payer.

"Ce n'est pas ce que je veux dire. Tu vois cette fille là ?" dis-je en désignant
Erika qui était le mur vérifiant quelques nouvelles versions.

« Ouais. Alors ?

"Si tu fais disparaître cette amende, je peux lui faire sucer ta bite proprement.
Ici, maintenant."

Craig s'ébroue juste et dit, "Peu importe mec. Paye l'amende ou pars."

Pas sûr qu'il puisse parler à un client comme ça, j'ignore son attitude et
dites-lui de faire attention. Je me retourne et j'appelle Erika qui regarde
sur moi. Je lui dis d'enlever sa culotte et de me la rapporter.
Elle regarde Craig, dont les yeux sont rivés sur elle, alors qu'elle la soulève nerveusement
jupe, enlève sa culotte et la ramène. Elle me les tend.
Je pose la culotte sur le comptoir et dis à Craig si nous avons un marché. Ses yeux
est sorti de sa prise et supprime rapidement l'amende de mon compte.

"Erika, va derrière le comptoir et remercie Craig d'être si serviable", je
dit à Erika. Qui comprend l'allusion et traverse la mini-porte de séparation
le comptoir et le magasin.

"Hé, peut-elle enlever la jupe?"

"Bien sûr."

Erika enlève la jupe et se met à genoux. Craig a déjà tiré son
pantalon baissé. Erika prend la bite mince dans ses mains et lèche la hampe.
Elle fait courir sa langue de la base du coq jusqu'à la tête et lape le
tête. Craig gémit lorsque sa langue touche la tête du coq. Elle l'enveloppe
lèvres sur la tête et commence à le sucer. Elle descend
le coq et il glisse facilement dans sa bouche. Craig n'était pas aussi grand ou épais
comme je suis, il était donc facile de mettre sa bite sur sa bouche. Craig pouvait sentir le
fond de sa gorge et sentir sa succion. Erika enveloppe son autre
la main autour de ses couilles et les masse. La tête d'Erika commence à sauter et
bas, haut et bas. Craig habille ses cheveux et commence à tournoyer les siens et
hors de sa bouche. Alors qu'Erika fait ce pour quoi elle est née, Craig se penche
elle et sent son cul. Il écarte un peu son cul et glisse ses doigts
dans son trou du cul serré. Il glisse ensuite ses doigts dans sa chatte humide.

« gggpppttthhhhhhh », réussit à dire Erika.

"Ahhh putain ouais. Mec cette salope est bonne," gémit Craig, "Suce plus fort."

Erika monte et descend sa bite de plus en plus vite jusqu'à ce que toute la pression
est prêt à éclater. Craig se lève, sort sa bite de sa bouche et
dit "ouvre grand".

Comme le fait Erika, une liasse de sperme chaud suinte et frappe Erika sur le
langue. Elle le lape rapidement et utilise le dos de sa main pour l'essuyer
bouche. Craig tapote Erika sur la tête et dit : "Bonne fille. Bonne fille."

Je m'approche du comptoir et Erika termine et Craig me regarde et
dit: "Mec, chaque fois que tu as une amende, viens me voir."

"Ne t'inquiète pas, je le ferai. Allez, allons-y," dis-je.

Erika me regarde et dit : "Ma jupe ?"

"Oh, ummm, je pense que je l'ai laissé là-bas," dis-je en montrant le dos de
le magasin près de la section fantaisie, "Mieux vaut l'obtenir rapidement."

Erika passe devant la mini-porte et se dirige vers la section et les deux
Craig et moi la regardons s'éloigner, les fesses à moitié nues.

"C'est un cul tellement serré", dit Craig,

"Combien tu veux bien courir avant que je puisse baiser ce cul?"

"Je ne sais pas. Voyons ce que je prépare quand je viendrai la semaine prochaine."

Alors qu'Erika cherche la jupe, la porte d'entrée s'ouvre et le même
trois adolescents de l'aire de restauration entrent. "Oh putain", dit l'un
les cheveux bouclés quand il voit Erika debout nue par le bas
vers le bas. Ses copains la regardent rapidement et leurs mâchoires tombent.

Je regarde ça depuis le comptoir et je crie : "Yo les gars. Que s'est-il passé ?"

Le mec aux cheveux bouclés me regarde et dit : "Mec, ta copine est nue
ici."

"Putain ouais", s'exclame Craig, "elle vient de me faire une méchante pipe. La chienne
sait sucer."

Les gars se dirigent vers moi, gardant toujours un œil sur Erika qui vient de se lever
là congelé. Elle baissa la tête et essaya de se couvrir avec ses mains.
Elle a dardé ses yeux pour chercher la jupe, mais ne pouvait pas la trouver.

"Yoman, qu'est-ce qu'on doit faire pour qu'elle nous suce ?" demande celui en rouge
veste. Je regarde le sac de pommes du type aux cheveux bouclés et vois un iTouch.

« C'est un iTouch ? je demande nonchalamment.

"Ouais, je viens juste de...", dit le gars aux cheveux bouclés, puis s'arrête au milieu de sa phrase.

"C'est pas possible mec. Cette merde vaut 300 $ !"

"OK alors. Je ferais mieux d'y aller," dis-je et commençai à partir.

"Attends. Mec, t'es sérieux, putain ? On se fait tous sucer ici.
Cette merde n'arrivera jamais. Donnez-lui l'iTouch", le gars en rouge
dit la veste. L'autre gars, à lunettes, intervient en forçant également son copain à
remettez-le. Un mec aux cheveux bouclés regarde Erika et se lèche les lèvres. il
regarde ses copains et dit: "Je passe en premier, et elle enlève aussi la chemise."

"Deal", ses amis et moi disons. Le gars aux cheveux bouclés me tend l'iTouch
et j'appelle Erika. Tout comme une salope entraînée, elle s'approche et se lève
devant les mecs, les mains couvrant sa chatte. je lui ordonne de prendre
hors de la chemise. Elle me regarde et dit "oui Maître".

Alors qu'Erika se tient nue dans le magasin, tous les cinq à la regarder, le
aux cheveux bouclés s'avance quand Craig dit : "Attendez les gars. Emmenez-la au
arrière-salle, je ne veux pas que quelqu'un d'autre vienne ici."

Nous acquiesçons tous et Craig montre l'arrière-salle où Erika entre en premier et
la piste des gars la suit.

Au moment où j'arrive dans l'arrière-salle, Erika est déjà à genoux
sucer la bite du mec aux cheveux bouclés. Son ami, aussi avec leur pantalon
off et des bites dans leurs mains, se rassemblent autour d'Erika et commencent à la sentir.
L'un des mecs lui serre les seins, assez brutalement et les gifle.
Celui à lunettes entre derrière elle et commence à lui doigter la chatte. Le
mec aux cheveux bouclés met ses mains sur la tête d'Erika et commence à baiser la gorge
son dur. Il entre et sort si vite qu'elle commence à bâillonner comme un ruisseau
de salive et de sperme commence à sortir du coin de sa bouche et commence
dégoulinant sur les seins et les genoux. Les deux autres gars se tiennent maintenant sur
chaque côté d'elle et ils font qu'Erika leur donne une branlette. Les cheveux bouclés
mec crie qu'il est sur le point de jouir et sort sa bite aussi épaisse
jet de sperme frappe Erika sur son visage. Le premier flux la frappe dans le
l'œil droit et les joues. Le deuxième jet atterrit sur ses cheveux. Le gars dans le
veste rouge, pousse son ami et enfonce sa bite déjà dure dans celle d'Erika
bouche et commence à la baiser dans la gorge. Quelques minutes plus tard, il éjacule en elle
bouche et elle avale tout. Celle à lunettes se met devant elle
maintenant. Erika prend sa bite, tout comme ses copains et Craig et va à
travail. Il commence à lui enfoncer la gorge encore plus fort que ses copains ne l'ont fait. Il
attrape une mèche de ses cheveux et force sa tête à fond. Il tient
cette position pendant quelques secondes avant de lâcher prise. Il éjacule sur elle
visage, couvrant son côté gauche du visage et plus de ses cheveux. Par le temps
three guys are done, Erika's face and hair is covered in cum and spit.

"Man, what a great whore,"says the guy in the red jacket.

"Totally worth the iTouch,"says the curly haired guy.

As they walk out, they each give me a approving nod and and leave. je
tell Erika to get up, get out, and thank the guys for letting you suck them
désactivé. Then grab her clothes so we can go. Erika, gets up and walks out the
porte. The three guys and Craig are chatting when Erika comes up.

"Thank you all for letting me suck you off. I appreciate the kindness,"
she says as a string of cum starts oozing down her chin and onto the tits.
All guys wave her off. Erika grabs her clothes and puts them on on top of
the cum.

We leave store and go to the car. As we get in the car, I tell
Erika, "Next time do not disobey me."

"Yes Master."



===================================
ERIKA THE SEX SLAVE, CHAPTER THREE
===================================
KEYWORDS:
M+/f, teen female, sex slave, rough, blowjob, BJ, anal, humiliation, humil

Comments? E-mail: [email protected]


The next morning, Erika was in the kitchen making me breakfast. Elle était
in a green bra and matching thong, with her hair in a pony tail. She made
me toast and coffee. I was in the dining room table when she walked
and placed the plate and cup in front of me. She stood next to me with her
hands clasped behind her back and waited for me to finish. Quand j'étais
done, she cleared the table and started washing the dishes.

I walked in the kitchen and asked her what time her classes start. "At
8AM Master," she replied as she washed the cup.

"When do you leave for school?"

"Around 7:30 Master,"she replied.

I looked at the watch and it read 7AM. I told her she better get ready
école. She dropped the sponge and left the kitchen. je suis allé au
computer room and went to work. Only 8 hours left before my whore came
back home.

*** *** ***

At about 4PM, Erika came home. She went into the kitchen, stripped off
her skirt and blouse and came looking for me. I had told her rule number
five last night after we got home. Rule number 5 said that as soon as she
got home and stripped, she was to come find and suck me off. She needed
her daily vitamins and cum offered tons to proteins and vitamins. j'étais dedans
the computer room when she walked in. I looked up at her, and gave her my
index finger indicating to wait. Then I pointed the finger on the ground,
indicating that she get on her knees on the floor. She did as she was
told. About a few minutes later, I got off the phone and walked over to
Erika. I grabbed her by the ponytail and pulled her up. Still holding
onto the ponytail, I walked her into the living room. I got on the couch,
and spread my legs and she got on her knees and undid my pants. She slid
my underwear off and started licking my cock from the base to the head.
She put her whole mouth over the cock and started going down on it. Elle
massaged my balls and she kept sucking. I sat up straight and told her
hands behind back and put my hands behind her head and started ramming my
cock in and out of her mouth. She made all sorts of gagging sounds:
"gaacccck", "uuuttthhhhhhppptthhh", "gpthhtpthh". All sounds just made me
pound her mouth harder and harder. I stuffed my cock in her mouth a bit
deeper then last night. I promised her that by the time this was all over,
she was going to deepthroat me. This time she went a few centimeters
deeper then last time. I yanked her mouth off me cock and a stream of cum
and her saliva came out of her mouth.

"Lick it up Bitch," I said.

She licked up all the cum and saliva off the floor and my legs and
swallowed it.

I sat on the couch and said,"You have the pills?"

"No Master," she said meekly.

"Why the fuck not?"

"The store didn't have it Master."

"How many stores you went to?"

"One Master." I stand up and grab her hair and stood her up as well.

I slap her hard and said,"Why the fuck didn't you go to another store??"

"Sorry Master." I let go of her hair, and tell her to go clean up. UN
few minutes later she came back in the living room and I told her to remove
the bra and panties and threw a green dress at her feet. She did as she
was told. We got in the car drove to the pharmacy store. We went to the
rear of the store and there was this one lonely guy at the counter, with
wire-rimmed glasses and in need of a shave.

"Go up to him and ask him for the pills. If he doesn't have it find a
store that does, and do not come back without that info," I tell Erika.

"Yes Master."

Erika walks up to the counter and the guys looks at her and smiles
(Erika has that effect on all men, young or old.)

"What can I do for you miss?" He asked her.

"Hi, I'm looking for some birth-control pills," Erika says. Elle donne
Kirk the name of her brand. Kirk goes to the back and a few minutes later
comes back empty handed.

"Sorry Miss, I think we're out of this."

I come up to the counter and sit down on a chair in front of the
counter. Listening to everything, and to let Erika know I mean business.
Erika sees me coming and sitting down. She shifts her weight from one leg
to another and says,"Oh man. I really need it. Is there another store
that has this? Can you please look?"

"Miss we're getting a shipment in two days, if you can wait that long
--", Kirk starts talking.

"I can't wait. I'm very horny, and I want to get fucked. Please, I'm
begging you can you please look for me?"

Kirk widens his eyes, flabbergasted at what Erika just said. Du
look on his face, it looks like he's never heard of a young girl so horny
for the pills. Kirk pushes his glasses up his nose, and says, "Well, umm,
I'll see what I can do. Can't promise anything."

"Thank you soooo much. You have no idea how horny I am. I want a dick
inside me soooo fucking badly." Erika eyes from the corner of her eyes to
see if I heard her talk like this. It looks like she figures if she
humiliates herself like this then I'll go soft on her. Fat chance that was
going to happen. I want that cunt, and I aim to get it. Kirk looks in the
computer, taking quick glances at her and trying to see if this was a joke
someone was playing on him.

A few minutes looks up and says, "Sorry Miss, can't find anything in the
system."

"Shit. Is there anything you can do to help me? I really need the
pills."

"You can always get condoms in the mean time."

"I don't want condoms. He won't put them on, I mean, I don't like it
when he wears condoms. I like the natural feel of his cock inside
me." Again eying me to see I'm watching this.

"Well, don't know what I can tell you. I mean, well, I looked in the
system and can't find anything."

"Look, if you track this down for me, I will give you a nice tip," Erika
says and she brushes her hands across Kirk's face. Kirk almost drops the
pen he's holding, and barely says, "Lemme look again."

He disappears in the back.

"He better come back with something," I tell Erika.

Erika turns around and says, "I'm very sorry Master. I'm sooo sorry."

At that point Kirk comes back up front with a bottle of pills. "Miss, I
found them. They were placed in the wrong section."

Erika's eyes light up and she says, "Thank you sooo much."

He hands her the pills and she pays for them. She then looks around her
to make sure no one is there (beside me). Erika turns back to Kirk and
slides the straps of her dress off and lets if fall slightly exposing her
firm young tits. Kirk's eyes lit up and he reaches over to grab them. Il
places both his hands on her tits and squeezes and pinches her nipples,
dur. She almost yells but contains herself. Erika then moves back a step
and pulls the dress back up. And walks away fast.

Kirk looks at me says,"No one is going to believe this. Who ever fucks
her is one lucky SOB!"

I just smile and walk away. When we're in the car, Erika pops a pill in
her mouth and washes it down with a day-old water bottle in the car. Elle
then smiles at me. I say nothing and drive. Ten minutes later we park in
front of a sex shop and I get out. Erika also gets out of the car. Nous
walk inside the store and see a middle aged guy behind the register and two
other middle-aged guys next to him having a conversation. When they see me
and Erika enter they stop talking. Their looking right past me and see
Erika. One of the guys opens his mouth and sticks his tongue out. je marche
up the guys and say,"Hey, can you help me?"

"Sure. What ya need?" The cashier asks me but clearly looking at Erika.

"I need a dog collar and a leash and maybe some nipple clamps and
whatnot."

"dog collar and leash, isle 3. Nipple clamps, isle 5"

I walk towards isle 3, and Erika follows me with her head to the floor.
This was the first time she had been in a sex shop and was embarrassed.
She can feel the three men ogling her.

In isle 3, I look at some collars, and pick one up. It's black
leather-strap with an engraving that says SLUT on it. I put that around
her neck and step back to admire it. J'aime ça. It was very fitting on
son. I then reach over and pick out a thin metal leash. Ce n'est pas trop
strong that it would hurt or leave marks and its not too thin or weak that
a good chug would break it. I attach the leash to the collar and pull on
it and Erika jerks forward. Bon. I take her by the leash and walk over
to isle 5, making sure to walk in front of the store so the three guys can
see me pulling Erika by the leash. In isle 5, I look at several nipple
clamps and pick up three. I drag Erika to the front and put the clamps on
the counter.

"Hey, can you help me pick out which clamp is good?"

The cashier picks up one nipple clamp, a thin metal clamp and says,"Well
this just pinches the nipple slightly. No real pain or sensation is
given."

"Can I see that?"

"Here." I look at Erika and tell her to remove the dress. She slides
the straps down her shoulders and the dress falls to the floor. Erika is
now standing completely naked in front us with a dog collar on. J'ai mis le
clamps on the nipple and she bites her lower lip. I pull it, and she moans
légèrement. Clearly not the effect I wanted.

I remove them and say, "Have something that will make this fun?"

The cashier has a huge smile on his face, and picks up a set of clamps
from behind the counter. He opens the package and hands me a pair of metal
clamps with a chain. I put them on her nipples and she screams slightly,
not too loud. I pull on the clamps and she grimaces. This is something I
can work with.

"OK, I'll take these and the collar and the leash. How much?"

"56.98" I pay the guy in cash. I look at the Erika and say,"thanks the
guy for helping."

"Thank you for helping my Master,"she says.

"Master? Nice, I like how these youngsters are open to role-playing
games nowadays,"Says one of the old guys. His hair is slicked back but one
can clearly see the white around the sides and top. He pushes his glasses
up his pudgy white face and continues speaking, "She is quite the lovely
creature."

"Thanks," I reply.

The pudgy guy extends his arm and introduces himself as Allen. je
introduce myself and Erika. Erika looks at Allen and nods a hello.

"So, if you don't me asking.....is she, ya know, good?"

"Good? Oh, you mean is she a good fuck? She's alright, needs to be
trained a bit more on how to pleasure a guy," I say leaning on the counter.
By now all three guys are staring Erika up and down. She stands there with
her head down and hands behind her back. The nipple clamp is pinching the
nipple hard and erecting them. Her face is red with embarrassment.

"Well, no doubt you're teaching her to be a good servant. If you need
help, hahaha, let me know!"

"Hehe, if Allen's offering to help, so am I," says the cashier.

The third guy simply nods and winks at Erika.

"I'll keep that in mind," I said.

"No problemo. Need anything else? Butt plugs? Lotions? Paddle?
Handcuffs? Anything?" the cashier asks.

"Hmmm, a butt plug....Erika, what do you think? Want to try some butt
plugs?" Erika looks up at me knowing full I wasn't actually asking for her
opinion. She knows by now that I was trying to get her to say she wants to
try them.

"I would love to try some butt plugs Master," she says.

"I'm sorry, I didn't hear you. Say it louder."

"I would love to try some butt plugs Master," she says louder.

"GREAT!," Allen says, "let me help pick one out." He moves towards Erika
and places his right-hand on her lower back and ushers her toward isle 2. I
follow him and watching as his fingers slowly make their way on her ass.
By the time we get to isle 2, Allen's palm is now firmly pressed against
Erika's left bubble-butt cheek. When he removes his hands, there is a hand
print vividly displayed. He reaches up on the shelf and picks out two.
One is black with a pointy head, and the other is silver with a round soft
tête. he hands them to me. I take them and inspect them. I give them to
Allen and say,"Since you picked them out, do you want the honor in placing
it in her ass?"

Allen grabs the plugs really fast. He tells Erika to turn around and
bend over. She does as she's told. Allen spreads her legs apart, using
both his hands he spreads her ass cheeks and inserts the black one. Comme
he's inserting it she lets out a uncomfortable sound. He slides it in as
deep as he can and steps back.

Erika stands up and faces us. "How does it feel?" Je demande.

"It feels wonderful Master," she manages to reply with her head down.

"Look at me when I'm talking", I snap.

She lifts her head and says, "It feels wonderful Master." Her face is flushed.

"Good. Let's go back up front and ask the other guys," I say and grab
the leash and walk her to the front.

Up front the silent guy is smelling Erika's dress and when he sees us he
drops the dress and starts grabbing his crotch. "Go ahead, ask them," I
tell Erika.

"How does this look?" She says and turns around and bends over so they
can see it.

"Like it was made for you sweetheart," the cashier says.

"My cock would be better," says the guy that was smelling her dress.

"Allen, try the other one," I said. Before I can finish the thought,
Allen is already on her. He pulls the plug out and inserts the other one
in. Erika lets out a louder scream as the thick round head pierces its way
in to her ass hole. The pitch of her voice now is lower then last night
when I rammed my cock up her ass.

"And how does that feel?"

"Master this one is better."

"Hmmmmm, how much is the one she's has on?" I asked the cashier.

"The silver one? 49.95 -- but for you, I'll make it 39.99", the cashier
responds.

"40 bucks? I dunno about this," I say.

"Master please, please get this butt plug for me," Erika says. Elle vient
up to me and gets on her knees and grabs my ankles, "I promise to wear every
jour. Even when I go to school!"

"Hmmm, well, if you really it. OK. I'll take the one stuck up her
ass," I tell the cashier and throw the money on the table.

"Thank you Master", Erika says.

"Well she has the butt-plug why not also get something for that pussy?"
Allen says, "maybe a dildo or a vibrator?"

"Hmmm, good point. Show her some vibrators Allen," I said. Allen takes
Erika by the leash and walks her to another isle. They return soon with
Erika holding some vibrators in her hands. She stands in front of me and
places the vibrators on the counter. All the men crowd around the counter
and give their two-cents in which one she should try on first.

"This one here," the cashier says picking up a thick long 12 incher off
the table, "is called a monster cock vibrator."

"Erika would you like try that?" I ask her.

"Yes Master," she says.

"OK fine. Hey guys can you help her onto the counter so she can get
comfortable?" I ask.

All three clear the counter throwing items from it on the floor. Ils
each grab a part of Erika and lift her onto the counter. She lays down and
I hand her the monster cock vibrator. The cashier already put in the
batteries and turned it on for her. She takes the massive vibrator and
slowly inserts it into her tight pussy. The pussy I did not get the chance
to fuck because she couldn't get the pills! She inserts it in as fast as
she can take it and starts moaning and screaming. She moves the vibrator
in and out and goes faster and faster. All the time screaming out loud.
As one hand maneuvers the vibrator in and out of the wet tight cunt, she
takes the other hand and starts rubbing her tits. I lean forward and start
pulling on the nipple clamp, and that causes her to scream a little louder.
She starts getting wild and the vibrator is thrusts in and out of her. Elle
starts lifting one leg into the air and starts shoving the vibrator in even
further. The silent guy starts unzipping his pants and starts rubbing his
cock, and Allen and the cashier soon do the same. As Erika starts
masturbating in front of three complete strangers she gets hornier and
hornier. She rams the vibrator in and out faster and faster and screams
loud. She reaches the height of the orgasm as she squirts her pussy juice
out and all over the counter. She takes the vibrator out and massages her
wet cunt. She then starts to calm down and starts to relax. The vibrator
is in her hands and her legs are down. The silent guy was rubbing his cock
hard and he, too, gets ready to blow his load. Without thinking he aims
right at Erika's chest and covers her in his cum. Erika is caught
off-guard and screams. He empties his load all over the tits, and no
sooner did he finish then Allen and the cashier blow their loads
simultaneously on Erika. Allen blows his load on Erika's face and hair,
while the cashier releases his cum on her stomach. When all three finish,
Erika sits up on the counter and looks at me.

I smile and say,"I think the vibrator is a good choice. I'll take that
too."

Erika gets off the counter and starts wiping the cum off her face, tits
and stomach. I remind her that rule number four applies to all cum not
just mine. She takes her cum covered fingers and licks them clean, then
continues to scoop up more cum off her face and tits and licks it down.

"Master, may I suck the last drop of cum off of these helpful men?"

"Oui."

She walks over to Allen first and gets on her knees and licks his dick,
and sucks the head of the cock dry. She then walks over to the silent one
and does the same. Finally gets on her kneed to the cashier and sucks his
cock dry of cum. Erika then walks back to the center and stands there,
with hands behind her back. The leash is dangles in front of her and the
chain on the nipple clamps sways as well.

"That's a nice fucking whore you have there," Allen says.

"Amen," says the cashier.

"Glad I came here today," said the third one.

"OK, that's enough. Put the dress back on unless you want to go home
like that", I tell Erika. She picks up the dress puts it on over head.
The dress falls on her with ease even with the nipple clamps.

"Thank everyone so we can leave," I tell Erika.

"Thank you all," She says. I grab her leash and walk her out the store
leaving the three guys applauding me.

*** *** ***

About an hour later we're back home. Erika goes in the kitchen and
removes the dress and comes into the living room. She gets on her knees in
front of me an starts unzipping my pants.

"Master, I know I caused you a lot of grief with not getting the pills
on time. Je suis désolé. Please, Master, will you fuck me now?" she starts.

"You're giving me an order?!?" Je demande.

"NO Master, I would never! I am no one to give an order. I am, I am, I
am begging you to fuck me Master. I want your cock inside my pussy Master.
Please fuck me."

I grab the leash and tug on it hard and her face comes forward, I grab
her pony tail and pinch her cheeks.

"You did cause me a lot of grief today," I start to say. I release her
cheeks and run my hands down her neck onto the nipple clamps and pull on
la chaine. She grimaces. I let go and tell her to stand. Once she's
standing, I remove the nipple clamps and her red swollen nipples are free.
I put one of the tits in my mouth and start sucking on them while I start
slapping the other tit hard. I slap her tit in a downwards motion and then
in a side-to-side motion. I bite her nipple and suck on them hard. je suis assis
on the couch and tell her to get on top me. My cock is hard and straight.
She get on top, and slides my hard cock in her tight wet cunt and lets it
slide in all the way. I grab her waist and start thrusting her. Comme elle
goes up and down on me, I start sucking on her tits again. Man, I just
can't get enough of her amazing perky tits. I thrust in and out of her for
a good three minutes before I push her off me, and start taking her from
behind. Time for some good 'ol doggie-style fucking. I grab her pony tail
and start ramming her from behind.

"Bark Bitch," I command as I slap her ass.

"Woof, woof,"she says.

"Louder! Bark like the dog you are," I slap her ass even harder
leaving a big red mark on her bubble butt.

"WOOF WOOF WOOF. BARK BARK BARK," she screams.

"That's a good Lassie. Good Lassie," I say as I continue to ram her
from the rear. I feel the tension starting to rise in my balls and know
I'm about to cum. I pull out and spin her around. But not fast enough and
I get her in the side of her face and ear, and a good amount falls on the
floor. I grab her hair and shove her face to the floor.

"LICK THE CUM CUNT. You missed."

She sticks her tongue out and starts lapping it up. I dig her face
closer to the floor and make her suck the cum off the wooden floors. Quand
she finishes, I let go of her and crash on the couch.

"You fucking made me cum on the floor!"

"I'm so sorry Master, I am worthless. Please teach me to be more
obedient. Please Master, I am very sorry. Please punish me so that I
learn."

"Damn right whore. You need better skills. When a guy is ready to cum,
you make sure you're in a good receiving end. I don't wanna cum on the
floor or in your ear. Stupid white trash! Go clean up and make me dinner!"

Erika gets up and walks to the stairs and goes upstairs. Dès que
she's outta sight, I say to myself, "Man the bitch has a tight cunt."

When she comes back downstairs, she comes up to me and asks me what I
would like to eat. I tell her I'm in the mood for pasta. She goes into
the kitchen and starts making dinner. I get up and walk in the kitchen, as
I pass her, I slap her ass hard. She is at the counter cutting some
vegetables and I pick up a cucumber. I tell her to spread her legs, and
she obeys. I take the cold cucumber and shove it up her tight teen cunt.
She makes a groaning sound, and I slap her ass and tell her to shut-up.
Once I have the cucumber tightly in place, I pick up another one. I remove
the butt plug from her ass, and replace it with the cucumber. I get up,
grab her by the neck and kiss her hard. I slide my tongue in her mouth.
My other hand reaches around her and squeezes the tits. I start slapping
them again. When I stop, I shove her head and tell her to make my dinner.

About an hour later I'm sitting at the table eating my pasta. Erika is
standing next to me. I tell her to gimme another plate. Once she puts the
plat in front me, I reach below and pull out the cucumber from her cunt and
cul. I put them on the plate and put the plate on the floor. I tell her
to sit and eat her dinner. She gets on the floor like a dog and starts
eating the cucumbers. I throw some pasta on it also. Once dinner is
complete and the table is cleared, we go in the living room. je suis assis sur le
couch and watch TV as she get on all fours in front of me, facing the TV. je
place my feet on her back. When I realize there's nothing on TV and no
movies to play, I tell Erika to get up and put the dress on, we're going
dehors. It was only 9PM, and I'm sure there was something else we can find to
faire. I take her by the leash and walk to the car. We drive to a comic book
store about 20 miles away.

Even at this time, there were a few cars parked outside. I take Erika
by the leash and walk inside. As soon as we walk in, I see about 5 guys.
The store is small so from the main door, you can see everyone, and
likewise everyone can see the door. The moment I walk in with Erika, all
the guys stop and watch us. Some of the guys look at Erika in amazement.
Clearly none of these geeks had ever seen such a lovely sight in their
lives. I walk Erika right to the center and start looking through some
livres. The closest guy is a few feet away from us, and he eyes Erika and
the leash. I look at him and he looks away fast. I pull Erika closer to
me and whisper something in her ear, and she nods. I push her away from
moi. On cue, she counts to 20, and then out loud says, "Master, I'm horny."

At this point all the guys look up from their reading materials and look
at the each other and then at Erika.

"Master," Erika says again,"I'm horny."

"So?" I say, not looking up from my book.

"Master, will you pl

Articles similaires

Événements qui mènent à notre phase « Expérimentation »

Comme la plupart des lycéens, nous étions plusieurs à passer beaucoup de temps ensemble. Nous plaisantions, nous donnions du fil à retordre, nous taquinions, des trucs normaux d'enfants. Et comme la plupart des groupes d'enfants de cet âge, certains d'entre nous avaient une voiture, et certains d'entre nous devaient emprunter celle de leurs parents de temps en temps... C'était le week-end et nous avions décidé d'aller dans un lieu de rencontre populaire, un lac à environ une heure de route, doté de toboggans et de plates-formes d'où sauter, probablement mieux décrit comme l'équivalent des années 80 d'un parc aquatique. Selon les...

562 Des vues

Likes 0

Joueur de basket chaud

Je suis entraîneur de basket dans un petit collage dans le sud. J'entraîne une fille, j'en ai vingt, cinq dans chaque classe. ils sont de toutes tailles, grands et petits, mais pas trop courts. Tous sont bien construits. Poitrine de la taille d'un pamplemousse. Certains des plus beaux culs que vous ayez jamais vus. Alors un jour je suis dans mon bureau et Annie entre dans mon bureau. Elle porte un de ces hauts courts qui viennent juste au-dessus de sa poitrine. C'est obèse qu'elle ne porte pas de soutien-gorge. Elle porte une paire de shorts en coton et est si...

859 Des vues

Likes 0

Baise les copains

Joe a frappé à la porte en se demandant ce qu'il faisait. Il n'avait même jamais rencontré cette fille et il espérait juste qu'elle était aussi folle que lui. Ses pensées ont été interrompues lorsqu'une fille sexy a ouvert la porte à qui Joe a demandé est-ce que Kelly est là? à quoi la fille à la porte a répondu ce n'est pas important, mais pourquoi ne pas baiser ici et je vous donnerai un petit échantillon. Ça a l'air bien dit Joe en entrant dans la maison et en commençant à se déshabiller. Alors quel est ton nom bébé? demanda...

867 Des vues

Likes 0

Le tour de danse réticent d'Alison

Alison est entrée dans ma vie dans le cadre d'un plan à trois avec une autre fille. Le trio était amusant, mais bientôt nous nous sommes tous séparés. Nous avons recommencé à parler quelques mois plus tard lorsque je l'ai vue dans un club de strip-tease où elle venait de commencer à travailler. Peu de temps après, nous avons eu notre premier vrai rendez-vous. Quelques verres rapides dans un bar de plongée et une pipe dans le parking étaient aussi romantiques que possible. Quand elle a commencé à venir chez moi, j'ai été le premier à la faire gicler quand elle...

910 Des vues

Likes 0

Appelez-moi Joanna

Appelez-moi Joanna Tout s'est passé il y a si longtemps maintenant qu'il semble non seulement avoir été dans un endroit différent à un moment différent, mais si différent comme s'il n'avait presque jamais existé. Mais il l'a fait. Tout s'est passé dans le sud rural de l'Angleterre à cette époque merveilleuse après la fin de la guerre (pour nous, la guerre signifiait et signifie toujours la Seconde Guerre mondiale), dans la lueur dorée de l'empire, avant que des réalités désagréables ne s'immiscent et ne poussent le monde. nous avions connu dans une forme nouvelle et inconnue. Les révolutions des années soixante...

698 Des vues

Likes 0

Esclave d'un jour partie 3

Liz regarde Chris pour obtenir des instructions, et il sourit à son obéissance. Il se délecte de voir sa femme abandonner le contrôle et elle pourrait presque se donner des coups de pied pour avoir cédé sans même y penser. Est-ce qu'elle commence vraiment à aimer laisser le contrôle à son mari ? Allez répondre à la porte et envoyez mes amis au salon, je vais mettre le jeu en marche. Commande Chris. Liz se dirige vers la porte et lorsqu'elle l'ouvre, elle sent le vibromasseur émettre un faible bourdonnement dans sa chatte. Elle se tourne pour regarder Chris mais il...

2K Des vues

Likes 0

Le chauffeur (# 4) ...... Tina et ces clients fous

Le Chauffeur…. Tina et ces clients fous Écrit par : PABLO DIABLO Droits d'auteur 2018 CHAPITRE 1 Alors que Tina et moi quittions le bureau main dans la main, j'ai souri. Je savais que j'étais dans une position beaucoup plus forte en prenant soin de M. et Mme Jaxson. C'étaient des gens formidables. À ce stade, je récapitulais, dans ma tête, ce qui m'était arrivé depuis que j'avais rejoint la Happy, Happee Limo Company : • J'ai eu des relations sexuelles avec Sasha - ma patronne, Tina - son assistante, Paula - une collègue de la salle téléphonique et Jill - la...

951 Des vues

Likes 0

Daniel Wolf (réédité) Partie 5

Daniel Wolf Chapitre 8 Partie 5 Tous les participants ont plus de 18 ans Chapitre 8 Partie V Cela avait été une longue journée, c'était tout ce que nous pouvions faire pour ne pas tout laisser tomber et juste tomber par terre et baiser comme les chiens de la ville. Mais nous nous étions abstenus car nous ne voulions pas vraiment que les anciens de la ville meurent de honte. Mais maintenant que la porte s'est refermée entre eux et nous, les vêtements ont commencé à voler. Au début, il semblait que les vêtements qui volaient appartenaient à Marlu. Daniel était...

837 Des vues

Likes 0

Une interview du samedi après-midi à Manhattan.

Une interview du samedi après-midi à Manhattan. -------------------------------------------------- ----------------- Assis à la fenêtre de Southgate, près de Central Park, surplombant la verdure et les rochers du sanctuaire de la ville ; Irene semblait détendue, sirotant son café et parcourant l'excellent menu tout en parlant du comportement le plus scandaleux. Elle était principalement vêtue de noir et de fourrure, mais montrait un décolleté plongeant et des talons rouges très hauts. Elle avait accepté de me rencontrer lorsque je l'ai contactée au sujet de sa dernière entreprise, l'achat d'un terrain dans le nord de l'État de New York et vers les Hamptons à Long...

670 Des vues

Likes 0

Un mec et son... ? 37 Cheika

Jake tenait toujours Akeesha, chacun de ses djinns rassemblés autour d'eux tous les deux. Rien d’autre que le bruit de grands pleurs et sanglots ne pouvait être entendu dans la pièce. Il y eut une autre énorme poussée d’énergie lorsque Nyrae et Inger apparurent toutes deux. Inger s'est envolée vers Akeesha et les larmes ont commencé à couler de ses yeux. Pourquoi ? Pourquoi est-elle en train de mourir ? Si elle meurt Maître Jake, je vous promets que je vous ferai souffrir ! Inger grognait contre Jake. Je vais bientôt mourir d'une manière ou d'une autre, Inger. Le lien que...

645 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.