La Fille du patron, Ch 1 : Le début de la folie

94Report
La Fille du patron, Ch 1 : Le début de la folie

J'ai grandi dans une petite ville de montagne, pour vous donner un indice, mon école primaire préscolaire -8e n'avait que 58 enfants. Dire que tout le monde se connaissait est un euphémisme. J'étais un garçon moyen, et tout le monde m'aimait pour mon bon cœur et mon grand sens de l'humour. En grandissant, j'étais souvent avec mon ami Collin, le gamin qui a tout. Nous étions toujours sur des motos hors route, des quads, des bateaux, etc., nous l'avons fait. Toujours avec nous, il y avait son jeune cousin Alexis. C'était une jolie fille, mais beaucoup plus jeune que moi. Alexis a eu le béguin pour moi pendant très longtemps. Donc, partout où Collin et moi allions, Alexis suppliait d'aller avec nous, et pleurait et se plaignait à ses parents si nous ne disions pas oui ou allions n'importe où sans elle. Après des années, le béguin d'Alexis pour moi s'est estompé et son attention s'est tournée vers d'autres garçons. Cependant, le problème était que son béguin s'estompait, mon béguin pour elle avait grandi. À l'âge de 15 ans, elle avait grandi pour peser 5'4 "-5'5", 120 livres, avec de jolis bonnets B qui étaient presque prêts pour un C, de belles fesses rondes et fermes et de grosses jambes musclées de tous les sports qu'elle pratiquait. Ses cheveux étaient d'un blond bouclé, bien qu'ils ne soient jamais restés ainsi, il semblait qu'une fois par mois, elle les teignait d'une autre couleur, et elle détestait ses boucles alors elle les lissait toujours avant de sortir de la maison. À cette époque, j'avais 19 ans, dans ma première année d'université, 5'10 "155 livres, et toujours pour la plupart dans ma forme de lutte au lycée.

Je venais de quitter mon emploi et j'avais besoin d'argent. Les parents de Collin et Alexis m'ont proposé un emploi dans l'entreprise qu'ils possédaient tous ensemble. J'y avais travaillé un été quand j'avais 14 ans, mais comme la plupart des jeunes de 14 ans fraîchement arrivés dans le monde du travail, on peut dire que mon éthique de travail était moins que stellaire. Cependant maintenant ils m'avaient vu grandir et mûrir. Ils savaient maintenant que j'étais un travailleur brutal et que je ferais n'importe quoi, n'importe quand et que je travaillerais comme un fou pour dire que c'était fait. La grande chose était que l'hiver venait de commencer, ce qui signifiait que ma chose préférée était la motoneige. Chaque fois que c'était lent, ils me disaient généralement que je pouvais partir le reste de la journée et aller rouler avec Collin. Comme leur entreprise était si loin de chez moi, je restais souvent avec eux. Cela signifiait beaucoup de nuits avec Alexis et Collin. Nous restions tard à jouer à des jeux de société ou à regarder des films. Collin était toujours assis dans le Lazy-Boy dans le salon, mais Alexis finissait généralement blotti à côté de moi sur le canapé avec une couverture, comme deux meilleurs amis, même si elle avait une idée que j'avais le béguin pour elle, elle n'était jamais sûr, mais je savais qu'elle n'en avait plus sur moi et qu'elle ne tenterait rien. Ces nuits étaient mes préférées. Elle portait toujours juste un sweat et un gros t-shirt, pas de maquillage, ses cheveux bouclés comme d'habitude, recroquevillé à côté de moi. Je lui ai toujours dit que c'était à ce moment-là qu'elle était la plus belle, et pour arrêter d'essayer si fort chaque fois qu'elle sortait, elle avait une beauté naturelle, pas besoin de toutes ces autres conneries.

L'hiver est vite devenu l'été. Cela signifiait passer les journées sur le lac avec Collin et Alexis. Moi et Collin sortions faire du wakeboard ou du ski nautique, Alexis sortait toujours et s'allongeait sur le bateau et bronzait, et parfois nous la convainquions de sortir sur le wakeboard. Elle n'a jamais été bonne mais c'était toujours agréable de la voir essayer. Mes moments préférés de l'été étaient les nuits d'été. Alexis me suppliait toujours de l'emmener en quad, ou dans la boue, ou de faire un tour en voiture jusqu'aux sources chaudes. La nuit la plus amusante, nous ferions quatre roues sur Goatee Mountain. Si loin de tout et juste regarder les étoiles et parler. De plus, il y avait un long chemin de terre avant que nous devions commencer à rouler à quatre roues sur lequel je conduisais aussi vite que possible et je la jetais tout autour de mon camion tout en riant de nos culs. Il y avait cette série de bosses alors que nous les abordions, elle me défiait toujours de sauter, je les frappais à environ 60 mph et lançais mon camion à 3 pieds de haut, et nous naviguions 10 pieds de long avant de toucher le sol encore.

Un soir, je suis sorti du travail et je suis entré dans la maison d'Alexis pour dire bonjour, je peux le voir sur son visage, elle a été détruite. Cela ne pouvait signifier qu'une chose, elle a rompu avec un autre petit ami. Elle semblait juste les recycler à ce stade, c'étaient toujours de nouveaux petits amis qui allaient et venaient. Alors je l'ai regardée et lui ai donné un petit coup de coude et j'ai dit "tu veux y aller?" Un petit sourire est venu sur son visage triste, accompagné d'un "enfer", nous nous sommes entassés dans ma Toyota 86 levée et nous sommes partis. Elle n'a pas beaucoup parlé en montant, mais de plus en plus de sourires et de rires sont venus au fur et à mesure que nous avancions sur le chemin de terre. Puis, après que le rocher ait rampé et grimpé jusqu'au sommet, elle était son moi heureux normal. Nous nous sommes allongés à l'arrière de mon camion et avons regardé les étoiles, sa tête reposant sur mon bras tendu, alors qu'elle était recroquevillée à côté de moi. Il était temps de parler "Quoi de neuf chérie, parle-moi, que s'est-il passé?" elle savait que je savais déjà. Alors elle a raconté à quel point son petit ami était con et elle en avait fini avec ça, alors elle s'est débarrassée de lui. Tout au long de l'histoire, je l'ai juste écoutée en parler, et s'exprimer, sourire, hocher la tête et encourager l'histoire. Quand elle a eu fini, je lui ai dit à quel point elle était géniale et à quel point elle méritait mieux que cette merde, comment elle a fait ce qu'il fallait en se débarrassant de lui et qu'elle devrait être heureuse qu'il soit parti, pas triste.

Elle a ensuite tourné la tête vers moi et m'a dit « Merci Trev. Tu es toujours là pour moi. Puis elle a fait quelque chose que je n'attendais pas d'elle. Elle se pencha et m'embrassa. Ses lèvres pleines et douces touchèrent les miennes. J'avais attendu et voulu ça depuis si longtemps. J'étais choqué, je n'étais pas sûr. Elle avait 15 ans, juste une gamine, je savais que c'était mal. J'ai reculé, j'ai regardé profondément dans ces magnifiques yeux bleus qui ressemblaient à l'océan par une journée calme qui brillait en retour vers moi. Je savais que c'était mal, mais c'était tellement bien. Je ne pouvais pas le nier ; Je l'aimais. Je me reculai, cette fois quand nos lèvres se rencontrèrent, ce n'était pas un baiser tendre et nerveux. C'était un baiser de passion, des étincelles ont volé dans mon cerveau, j'ai légèrement écarté mes lèvres, elle a écarté les siennes avec moi. Puis j'ai senti sa langue danser dans ma bouche. J'ai levé mon bras et j'ai commencé à le passer dans ses cheveux alors que nos langues dansaient une samba élégante et passionnée dans nos bouches. Elle se tourna lentement en roulant sur moi. Ses seins gais s'aplatirent contre ma poitrine, son poids sur moi. J'ai enroulé mes deux bras autour d'elle, la tenant fermement, pendant que nous continuions à nous embrasser. Ma main traçant lentement et doucement des formes sur son dos, juste de l'orge avec le bout de mes doigts, envoyant des frissons chatouilleux à travers son corps alors qu'elle avait la chair de poule partout. Ses mains, une sur le côté de mon visage, l'autre passant dans mes doux cheveux blonds. Soudain, j'ai eu envie de saisir, de caresser son incroyable cul rond et ferme. Mes mains parcouraient son dos jusqu'à ce qu'elles reposent sur ces grosses fesses fermes et serrées. Alors que je serrais doucement, elle laissa échapper un petit gémissement d'approbation dans ma bouche. Je l'ai caressé encore quelques fois, c'était comme je l'avais toujours imaginé, si beau, musclé, souple.

Puis j'ai senti ses mains quitter mon visage et mes cheveux et elle s'est légèrement déplacée. Je sentis à nouveau ses mains, cette fois sur ma position accroupie. Elle l'a frotté plusieurs fois, je pouvais sentir que je commençais à durcir, ma bite de 7 pouces poussant fermement contre mon jean, voulant tellement me tenir droite, mais elle était piégée. C'est du moins ce que j'ai pensé, car à ce moment-là, sa main s'est levée et a déboutonné mes wranglers, puis a lentement abaissé la fermeture éclair. Ses mains agrippèrent fermement la taille de mon pantalon. J'ai rapidement levé mes fesses en l'air alors qu'elle faisait glisser mon pantalon et mes sous-vêtements devant mes fesses, puis je les ai reposés. Elle a rompu notre baiser, m'a regardé et a souri en se penchant et enroulant ses doigts autour de la base de ma bite dure et déchaînée. Elle l'a serré fort et a pris quelques pompes lentes et dures. J'ai failli venir tout de suite, cette fille avait le GI Joe Kung Fu Grip. Son corps a commencé à glisser le long du mien, se tortillant d'un côté à l'autre alors qu'elle se déplaçait de plus en plus bas, tout en me regardant dans les yeux, jusqu'à ce que sa tête tombe sur mon entrejambe. Elle a baissé la tête et a juste donné un joli petit baiser au bout de ma bite, sa tête a surgi de quelques centimètres, et elle a eu ce petit sourire sournois sur son visage. Sa tête est redescendue et elle a encore embrassé le bout, cette fois au lieu de remonter après cependant, elle a pincé sa lèvre et ma bite a lentement commencé à glisser dans sa bouche alors qu'elle allait de plus en plus bas. Sa langue tourbillonnait autour de la tête, ses dents courant le long de la hampe. Puis j'ai senti la tête frapper le fond de sa bouche, mais elle ne s'est pas arrêtée. Alors que ma tête glissait dans l'orifice étroit de sa gorge, un petit gémissement glissa entre mes lèvres. Nous avons finalement rompu le contact visuel alors qu'elle baissait les yeux sur sa tâche. Elle descendit encore ¾ de pouce jusqu'à ce qu'elle atteigne la base. Sucer fort et grignoter légèrement la hampe alors qu'elle remontait vers le haut. Elle bascula la tête un peu plus vite cette fois, puis la releva, elle continua à sucer et à grignoter, faisant tournoyer sa langue, prenant de plus en plus de vitesse. Jusqu'à ce que je sois prêt à éclater. Mais pas encore, je n'étais pas prêt pour ça. Alors je me suis penché, j'ai attrapé ses épaules et je l'ai ramenée au-dessus de moi. Mes lèvres se rencontrèrent une fois de plus. J'attrapai sa chemise et attrapai la bretelle de son soutien-gorge, dégrafai le fermoir. J'ai ensuite levé la main et j'ai commencé à remonter sa chemise, alors qu'elle se rapprochait de sa tête, elle l'a soulevée de notre baiser, afin que je puisse l'enlever. Mais à ce moment-là, je l'ai attrapée fermement, j'ai tenu l'arrière de sa tête et nous nous sommes retournés, donc j'étais sur elle. J'ai relevé la chemise pour qu'elle passe devant sa bouche mais pas devant ses yeux et je l'ai tenue là pour qu'elle ne puisse pas voir. Je me suis penché et l'ai embrassée sur les lèvres, puis j'ai baissé un peu et j'ai sorti les deux seins de son soutien-gorge. Ils étaient une belle vue. Rondes, guillerettes, des aréoles de la taille d'un quart et des tétons en forme de gomme qui pourraient couper du verre en ce moment. Je me suis penché et j'en ai pris un dans ma bouche, le mordillant en le suçant, pendant un moment. Elle poussa un petit gémissement, puis je me glissai et fis de même avec l'autre. Puis elle est remontée et a fini de retirer la chemise de sa tête, et a attrapé les bretelles de soutien-gorge qui étaient sur le côté de son épaule en la retirant aussi. Puis mes mains descendirent sur son pantalon. Annuler le bouton du haut. Puis au lieu d'une fermeture éclair, elle avait trois autres boutons. Alors j'ai juste donné une traction rapide, tous les boutons glissant hors des fentes. Attrapant son pantalon et ses sous-vêtements soyeux, j'ai commencé à descendre le long de son corps. Embrassant son cou, chaque mamelon, sa poitrine, son ventre son nombril, tout le temps en faisant glisser ses fesses alors que je descendais son corps, jusqu'à ce que finalement son pantalon la place à ses chevilles dans mes bras tendus et mes baisers juste en dessous de sa taille. Elle était rasée de près à l'exception d'une petite bande d'atterrissage de poils pubiens brun blond en plein centre. J'ai glissé ses fesses devant ses pieds et ma bouche juste à l'entrée de sa chatte.

Il était temps de rendre la pareille. Ma langue a commencé au bas de ses lèvres et a glissé vers le haut et lécha doucement le pli de ses lèvres, mais sans pousser. Puis, quand je suis arrivé en haut, mes mains se sont levées et ont séparé ses lèvres alors que ma langue jaillissait, à droite à son clitoris. Ma langue a dansé dessus alors que j'écrivais essentiellement un roman sur son clitoris avec ma langue. Elle commençait à gémir, ses mains agrippaient mes cheveux, m'attirant plus près de son beau vagin rose. Je lui ai grignoté le clitoris et je l'ai sucé. Elle a crié d'excitation et ses hanches ont bondi, son corps s'est tendu pendant une seconde, puis s'est à nouveau détendu. Cela allait être amusant. J'ai commencé mon assaut sur son clitoris. Faire la même chose qu'avant, sauf ne pas s'arrêter. Elle gémissait fort et criait

"oh mon dieu Trevor !"
"OH MON DIEU"
" JÉSUS CHRIST! OUI! OUISSSS ! OUISSSS!"
"Ne vous arrêtez pas"

Je n'avais aucune intention de faire une telle chose. J'ai commencé à alterner entre attaquer son clitoris et glisser ma langue dans son vagin. J'ai continué. Elle n'arrêtait pas de gémir et de crier. Jusqu'à ce qu'elle se cambre, se tende et jouisse, je lape chaque morceau de délicieux jus sucré que je peux. Alexis avait un goût incroyable. Je remontai sur son corps alors qu'elle se détendait. Mais je n'avais toujours pas fini, j'ai pris deux doigts et les ai glissés dans sa chatte. Les pomper à l'intérieur et à l'extérieur plusieurs fois. Elle a poussé un petit « Ohhhhh » rapide et haut perché. Je ris un peu puis enroulai mes doigts dans sa chatte, accrochant juste à l'intérieur en haut et tirant en arrière et soulevant. Un grincement plus fort. Tout en tirant vers le haut, j'ai appuyé mon pouce sur son petit bouton et je l'ai laissée redescendre. Alors que je recommençais à faire entrer et sortir mes doigts, je frottais son clitoris avec mon pouce. Je l'ai fait jusqu'à ce qu'elle gémisse à nouveau abondamment, puis elle a tendu la main et a enroulé sa main autour de ma bite, et a commencé à la tirer, j'ai glissé ma main hors de son vagin et je l'ai laissée guider ma bite. J'ai commencé lentement au début. Pousser ma bite devant son ouverture, dans sa petite chatte serrée. J'ai lentement descendu jusqu'à ce que je sois complètement à l'intérieur, les couilles profondes. Je me suis rétracté aussi lentement que j'étais entré, j'ai trouvé un bon petit rythme. Nous faisions l'amour. Lent doux, passionné. Elle gémissait, ses jambes enroulées autour de moi, ses ongles s'enfonçant dans mon dos. Son corps s'arqua et son corps se tendit de nouveau. sa chatte serrée contre ma bite comme une paire d'étaux. Je me suis arrêté, j'ai attendu que sa chatte libère son emprise sur mon sexe.

Une vague de plaisir a déferlé sur son visage, puis elle s'est détendue, sa chatte s'est lâchée et j'ai recommencé à pomper, je n'allais pas aller si lentement ni si bien cette fois. J'ai enfoncé ma bite durement, tout son corps a rebondi lorsque nos entrejambes se sont heurtés, ses seins ont fait un joli petit rebond, mes couilles se sont relevées en lui giflant le cul. Je me suis retiré à nouveau un peu lentement, puis j'ai répété mon slam. Elle gémit bruyamment à chaque poussée. Ensuite, j'ai commencé à aller et venir à fond, aussi vite et fort que je le pouvais. Je le sentais gonfler en moi. J'ai essayé de l'arrêter, essayant de penser à autre chose, la chose la plus non sexuelle que je pouvais penser à une chaise, je l'ai gardée dans mon esprit, en repassant chaque aspect dans ma tête, la couleur, le bois, le rembourrage , l'emplacement. Cela fonctionnait, mais pas pour longtemps. Je n'en pouvais plus, j'avais mal aux couilles, j'allais éclater. Je l'ai laissé voler. Mon sperme recouvrait l'intérieur de son vagin. La sensation de mon sperme la remplissant à l'intérieur était tout ce qu'il fallait pour qu'elle atteigne à nouveau l'orgasme. Je me suis allongé sur elle alors que nous descendions tous les deux du nuage sur lequel nous étions. puis quand nous avons pu respirer à nouveau, elle a attrapé mon visage et a tiré ma tête de sa poitrine pour que je regarde dans ces yeux. Elle ressemblait à quelqu'un qui avait volé les étoiles et les avait mises dans ses yeux, elle a regardé profondément dans les miens et a dit

"Je pense que je t'aime"
"J'ai aimé aussi longtemps que je me souvienne" a été ma réponse.

Nous restâmes là dans les bras l'un de l'autre pendant encore une heure. Avant de nous habiller et de redescendre la montagne. Je n'arrêtais pas de penser, si ses parents le découvrent, non seulement je perdrai mon travail, mais son père me tirera dessus ! C'est un enfoiré fou de plouc, qui n'a jamais perdu un combat, il a été en prison et il n'a pas peur d'y retourner ! Qu'est-ce que je viens de faire ?

Articles similaires

QUELQUE CHOSE DE NOUVEAU_(0)

Tu es prêt, a demandé Debbie à son amie Maureen alors qu'elle s'arrêtait devant le bureau de sa meilleure amie, Je ne peux pas attendre une minute de plus, je suis sur le point d'exploser !?! Moi aussi, répondit Mo en mettant la touche finale à un rapport que M. Bently lui avait demandé de préparer avant son voyage à New York plus tard dans l'après-midi, laissez-moi juste déposer ça au bureau du patron, il a été sur mon cas toute la matinée pour que cela soit fait avant midi !!!” Pas de problème, a répondu Debbie alors qu'ils se dirigeaient...

1.1K Des vues

Likes 0

Claudia Incarnata... Partie I

La puissance éthérée poursuit les âmes jusqu'à la mer, la mer les crache jusqu'au seuil de la terre, la terre dans la lumière du soleil éclatant et le soleil les jette dans l'éther tourbillonnant. - Empédocle d'Akragas (Ve siècle avant notre ère) La première chose que vous avez remarquée à propos de Claudia, c'est qu'elle était belle. La sienne était d'une beauté raffinée et sophistiquée et en son cœur résidait une terre innée et une indépendance robuste qui provenaient sûrement de son ascendance sicilienne. Ses yeux marron foncé et ses longs cheveux noirs flottants brillaient dans la lumière claire du matin...

1.4K Des vues

Likes 0

La dette de Rachel (Chapitre 3 - Le passé et la douleur)_(0)

Samedi arriva et je n'avais toujours pas de nouvelles de Rachel. Je n'étais pas non plus encore prêt à l'appeler pour notre prochain rendez-vous. Je le voulais certainement. Avant Rachel, depuis que j'avais été avec une femme pour la dernière fois, il semblait que ma libido s'était refroidie. Être avec Rachel l'avait rallumé, l'avait fait passer d'un état presque inactif à un immense enfer. Pour patienter, j'ai regardé les vidéos de nos précédentes rencontres. Elle était vraiment magnifique. Elle aurait pu être une merde moche et cela n'aurait toujours pas eu d'importance, son corps juvénile et son esprit lascif compensaient largement...

995 Des vues

Likes 0

Nymphomane

Je m'appelle Pat et je suis mariée à mon mari, Ron, depuis dix ans maintenant. Je l'aime et il a toujours été bon avec moi. Je ne ferais jamais rien pour lui faire du mal, mais la semaine dernière, toute ma vie a changé. Samedi, alors que Ron jouait au golf, cinq hommes se sont arrêtés pour acheter ses vieux clubs et j'ai fini par avoir des relations sexuelles sauvages avec eux. Je ne sais pas ce qui m'a pris mais c'était comme si une face cachée de moi était enfin ressortie. J'avais souvent plaisanté avec Ron en disant que j'étais...

1.2K Des vues

Likes 0

Dylan Pt. 2 - S'amuser au cinéma

Inutile de dire que je n'ai pas bien dormi cette nuit-là. Je tournai et me retournai en essayant de donner un sens à ce qui venait de se passer jusqu'à 5 ou 6 heures du matin. Les oiseaux gazouillaient et le soleil commençait à briller à travers ma fenêtre au moment où j'ai enfin pu m'endormir. Quand je me suis réveillé plus tard dans l'après-midi, j'étais allongé dans un état second ? La nuit semblait déjà si loin. N'était-ce qu'un rêve ? Était-ce une chose d'une nuit? J'avais peur de voir Dylan en plein jour, j'avais l'impression d'avoir besoin de la...

1.6K Des vues

Likes 0

Baiser le toutou ou les vacances d'Al

Alors que j'étais assis dans la taverne en train de boire de la bière et de tourner la merde avec Al, le propriétaire de ce bel établissement, nous parlions de son problème. Il semble que la sœur d'Al, Naomi, vit en Roumanie et elle veut qu'Al lui rende visite. Le seul problème est qu'Al a peur de voyager seul et il veut que quelqu'un voyage avec lui. C'est là que j'interviens. Al, je n'arrive pas à croire qu'un gars comme toi ait peur de voyager seul ? J'ai ri de lui. Je n'aime tout simplement pas aller dans un endroit où...

1.2K Des vues

Likes 1

Nuit incroyable

Nuit incroyable Quelle a été votre nuit ou votre jour de sexe le plus incroyable ? Qu'est-ce qui le rendait si fantastique ? C'est le mien, il y a quatre ans. Quand j'ai acheté mon duplex dans la banlieue de Minneapolis, cela signifiait que j'étais là pour rester un moment et j'en étais vraiment content. Un jeune couple marié d'une vingtaine d'années louait l'autre partie du duplex. Je venais d'avoir trente-deux ans et j'avais déjà l'impression d'avoir une génération d'avance sur eux. J'ai organisé une petite fête pour faire connaissance avec les voisins et une vingtaine de personnes sont venues. La...

1.6K Des vues

Likes 0

Sous son bureau (Ch3)

L'équipage est là. Je peux les entendre rire et claquer dans le studio. J'ai l'impression d'être agenouillé ici depuis longtemps, mais l'arrivée de l'équipage signifie que cela ne fait qu'une heure depuis... enfin, depuis... Depuis que mon maître blanc m'a penché sur son bureau et m'a montré ce que je suis Oh ferme ta gueule. Dieu que s'est-il passé ?! Quand je suis arrivé ici ce matin, je me sentais tellement puissant et féroce. Je prenais le contrôle, je faisais avancer notre relation. Maintenant, je me sens si impuissant et faible, agenouillé nu sous son bureau et laissant couler des larmes...

1.4K Des vues

Likes 0

Deuxième emploi

Deuxième emploi Il fallait environ 30 minutes pour fermer quand on m'a dit que Mme Ochoa voulait me voir après la fermeture. Bien que je portais un téléavertisseur selon ses ordres, je ne l'ai jamais allumé. Baise-la. Tout d'abord, si l'argent de ce travail n'allait pas aider mon fils à l'université, je ne serais pas ici. Deuxièmement, je suis un superviseur dans mon vrai travail, donc je ne prends pas bien les commandes. Troisièmement, depuis que la petite Mexicaine, Mme Ochoa, est devenue superviseure, elle avait ces petites commandes pointilleuses qui n'étaient que des conneries. Enfin, la vérité est connue, tous...

1.1K Des vues

Likes 1

Chapitre 4

Chapitre 4 Ils étaient sûrs qu'ils se marieraient un jour et Jeff traitait toujours Julie très spéciale, elle signifiait beaucoup pour lui. Il se souvenait d'une fois en particulier qui leur avait en quelque sorte fait savoir qu'ils se marieraient un jour. Ils étaient au théâtre en plein air avec la voiture de ses parents, un de ces types de famille que vous connaissez le genre spacieux. Quoi qu'il en soit, ils s'étaient installés sur le siège arrière pour avoir plus d'espace et de confort et s'étaient blottis l'un contre l'autre. Jeff avait son bras autour de son épaule. En plus...

1.2K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.