Être propriétaire - Partie 10

1.4KReport
Être propriétaire - Partie 10

En bâillant, je m'étirai et m'assis sur mon lit. Dès que je m'étais réveillé et que j'avais entendu la forte pluie dehors, j'avais décidé de faire la grasse matinée. Même s'il était près de huit heures, il faisait presque noir dehors. Il me reste une heure pour prendre une douche et assez de café pour me réveiller.

"Mieux vaut y aller", ai-je marmonné et me suis levé.

Une demi-heure plus tard, j'étais rasé et douché et je suis entré dans ma petite cuisine pour faire du café. Quelqu'un était venu ici, soit pendant que j'étais encore au lit, soit dans la salle de bains. Un journal était posé à côté de la bouilloire. Intrigué, j'ai pris le papier. Mon cœur a semblé manquer un battement lorsque j'ai reconnu la tête. C'était de la ville natale de mes parents. La date date d'il y a quelques jours.

Craignant le pire, j'ai d'abord ouvert les nécrologies. Personne que je connaissais. Avec un soupir de soulagement, j'ai retourné le papier à nouveau, j'ai parcouru les papiers, scannant chaque page pour une raison ou pour une autre.

C'était là. Une photo de mon frère remplissait la moitié de la page du bas. Oubliant même de faire du café, je me dirigeai vers le salon, m'assis sur le canapé.

Il était chez lui, avait été jugé. Son DA avait déterré quelques détails concernant ma disparition, d'autres incidents de son passé. Toute cette histoire sanglante avait été assez bonne pour lui valoir seulement une probation et une thérapie.

Les larmes me sont montées aux yeux et je les ai chassées. Il était en sécurité. Mon propriétaire avait tenu parole. Sans le voir, je fixai le papier. Ce que j'ai vu, ce sont des scènes du passé, le garçon heureux qu'il avait été. Même s'il avait été gâté par nos parents, je l'avais toujours aimé.

"Alors, tu l'as trouvé ?" Mon propriétaire était entré dans la pièce. Perdu dans mes pensées, je ne l'avais pas remarqué, mais maintenant je bondis vers lui. Jetant mes bras autour de son cou, j'ai lâché "Merci, merci, merci." Je l'ai serré fort dans mes bras et il a souri.

« J'ai entraîné mes chiens à ne pas sauter sur les gens. J'aurais peut-être dû faire la même chose avec mon humain.

Un peu gêné, je lâche prise et recule. "Désolé, Monsieur", murmurai-je en baissant la tête.

La journée à l'étang ressemblait à un rêve maintenant. Son comportement envers moi était comme si cela ne s'était jamais produit. Seulement parfois, quand il était sous son autre forme, je l'entrevoyais. La façon dont il m'a regardé, la façon dont il m'a baisé. De temps en temps, il me demandait alors de m'allonger sur le dos, de sorte que je devais le regarder. Et même si mon esprit insistait toujours, que c'était faux, mon corps a réagi naturellement, l'a accueilli.

Il ouvrit la trappe. "Coussins ou lit, à vous de choisir." "Lit." J'avais pris ma décision rapidement. Même si j'avais payé, payais encore, pour le sauvetage de mon frère, je voulais lui montrer à quel point j'étais reconnaissant.

Dès qu'il eut ouvert l'autre porte, je repris la parole. « Je... je veux que tu me surveilles. Je veux goûter ta bite. Pas aussi joliment formulé que je l'aurais souhaité, mais au moins j'avais réussi à le dire.

Ses sourcils se sont levés.

"S'il vous plaît, regardez-moi, et quand je vous ai allumé, vraiment allumé, laissez-moi sucer votre bite." Maintenant, son sourire est devenu un sourire narquois. Il se dirigea vers un grand fauteuil et s'assit. Pointant vers le lit, il a dit: "Montre-moi alors."

J'étais nerveux. Deux options s'offraient à moi. Un - donnez-lui juste un bon spectacle, essayez de vous souvenir de ce que les filles dans les pornos que j'avais regardé ont fait et copiez cela. Deux - il suffit de se masturber devant ses yeux, de s'exciter, de descendre.

En marchant vers le lit, je laissai courir mes mains sur mon corps. Ce serait la première fois, il regarderait. Jusqu'à présent, je n'avais laissé ses chiens que me regarder – et me lécher.

Prenant mes seins fermes entre mes mains, je m'assis et le regardai. Il m'est apparu que je voulais vraiment sa bite. Je frottai doucement mes mamelons avec mes pouces, les sentis durcir. Je me suis allongé, j'ai joué avec eux. Distraitement je les tordais, les tirais longtemps. Qu'aimerait-il voir ? Écartant mes jambes, je posai mes pieds sur le bord du matelas. Il voudrait voir la chose authentique, moi devenir excitée, me baiser. Une main jouait avec le mamelon de mon sein droit, l'autre glissait entre mes jambes. Je sentis la peau douce sous mes doigts alors que je frottais mon entrejambe.

J'ai gémi. Si seulement je pouvais oublier qu'il regardait. Toujours conscient de ses yeux sur moi, je fis courir mon doigt sur les lèvres de ma chatte. Fermant les yeux, j'ai imaginé que c'était le doigt de quelqu'un d'autre, me touchant, m'explorant, les séparant et se glissant entre eux. Avec une main déjà là-bas, je les ai écartées largement, mon autre main s'est également abaissée.

Encerclant mon clitoris avec un doigt, je gémis à nouveau. C'était si bon. « Tu aimes ça, n'est-ce pas ? » s'éleva une voix dans ma tête et je soupirai. Oh oui je l'ai fait. J'ai ressenti le désir, j'ai senti mon corps réagir à mon toucher. Pas encore mouillé, mais excité. Je sentais la chaleur entre mes jambes, légèrement plus humide que lorsque je m'étais touchée pour la première fois. En écartant plus largement les plis de ma peau, j'exposai pleinement mon clitoris sensible. C'était dur sous mon doigt.

J'ai passé deux doigts dessus, jusqu'à ma chatte. C'était tentant, mais je les ai simplement glissés autour de l'entrée, me taquinant avant de remettre les doigts maintenant humides sur mon clitoris. "Oh", gémis-je en glissant dessus, répandant mon jus partout. Ne pouvant plus attendre, j'ai glissé deux doigts à l'intérieur de ma chatte nécessiteuse, lentement et profondément. Glissant facilement, ils ont fait un petit bruit de squelching, montrant à quel point j'étais mouillé. Me baisant lentement, je gémis à nouveau. Deux doigts ne suffisaient pas, un troisième rejoignit les deux. Toujours en train de jouer avec mon clitoris, je les ai poussés au plus profond de moi. C'était encore mieux.

Sentant un mouvement à côté de moi, j'ai ouvert les yeux. Mon propriétaire se tenait à côté du lit, me regardait de haut. Je jetai un coup d'œil au renflement de son pantalon. Involontairement, j'ai léché mes lèvres. Il sourit, s'agenouilla sur le lit.

"Voulez-vous ma bite?" Il a gardé sa voix basse, c'était rauque. "Oui", ma réponse était un autre gémissement, j'ai entendu le désir. Il gloussa et ouvrit son pantalon. Alors qu'il les tirait vers le bas, j'ai vu sa bite, dure et dressée. Cela a envoyé un frisson de nostalgie à travers moi. Les poils épais et noirs de ses boules me rappelaient sa fourrure sous son autre forme. Mais je n'ai pas eu le temps de réfléchir. Il se pencha sur moi, sa bite près de mon visage. Pre-cum brillait sur sa pointe. Je pouvais le sentir. Levant la tête, je tirai la langue, léchai les gouttelettes. C'était aussi bon que ça sentait bon et j'ai soupiré.

Comment ai-je pu oublier que j'aimais cette odeur et ce goût particuliers ? Ou avais-je juste enterré le souvenir au plus profond de ceux qui sont désagréables ? Il se baissa davantage et j'ouvris la bouche. Son sexe était gros, mais j'ai fermé mes lèvres autour de lui, je l'ai tenu un moment comme ça.

Lentement, je l'ai exploré avec ma langue, sentant sa texture, le goûtant, son sperme. Il bougea, s'étira et s'allongea à côté de moi. "Je vais prendre le relais", murmura-t-il, alors que sa main touchait la mienne, les doigts toujours enfouis dans mon con. "Pour que vous ayez les mains libres."

Dès que j'ai retiré mes doigts, il a enfoncé trois des siens en moi. Ils étaient plus gros, me remplissaient davantage et je haletai.

"Oh s'il te plait." Je n'étais même pas sûr de ce que je plaidais. Laisse-moi jouir? Baise-moi? Utilisez moi? La dernière pensée était troublante, mais toutes les pensées étaient remplacées par des sentiments, par une sorte d'instinct et de besoin.

Tentativement, il a poussé sa bite dans ma bouche et j'ai pris le signal, j'ai fermement fermé mes lèvres autour et j'ai sucé. D'une main, j'attrapai ses couilles, les massai et les serrai doucement.

J'ai entendu sa forte inspiration, le gémissement bruyant. Il força ses doigts plus profondément et maintenant c'était à mon tour de haleter, alors que son pouce trouvait mon clitoris.

Avidement, j'ai sucé sa queue, j'ai frotté ma langue contre elle. J'ai goûté plus de liquide pré-éjaculatoire et je l'ai avalé. Je gémis alors que son contact me rapprochait de plus en plus d'un orgasme.

Il gémit à nouveau et je sentis ses testicules se resserrer dans ma main. Ses doigts se tortillaient dans mon con, le pouce frottait plus fort.

Mes hanches se sont contractées lorsque j'ai joui, et il a poussé sa bite plus loin dans ma gorge. Et il est venu. J'ai avalé, senti son sperme couler dans ma gorge. Il avait le même goût que je me souvenais du sperme humain.

Avec un gros soupir, il s'est effondré sur le lit, ses doigts glissant de ma chatte et sa bite hors de ma bouche. J'ai suivi son mouvement, je me suis penché et j'ai léché sa bite, jusqu'à la dernière goutte. Sa main toucha ma tête, caressa mes cheveux.

Notre respiration ralentit. Quand j'ai eu fini de nettoyer sa bite, j'ai posé ma tête sur sa hanche, j'ai apprécié le moment réconfortant.

Dans cette phase de « retour au calme », je laisse vagabonder mes pensées, comme je le faisais habituellement. Des souvenirs mêlés au présent, des liens retrouvés, des différences. Un mot s'est attardé au fond de mon esprit, a essayé de se pousser au premier plan. La contraception. Où l'avais-je entendu pour la dernière fois ? Qu'est-ce que cela signifiait ? Soudain, je me suis tendu. L'examen. S'il en voulait pour moi. Cela signifiait-il que je pouvais tomber enceinte ?

Articles similaires

Anciens Playboy Playmates Partie 9 : Le vrai désir de Tiffanie_(1)

Note de l'auteur :  Il s'agit de la deuxième histoire de Tiffanie, une ancienne playmate fictive de playboy. Son premier est interracial. Vous n'êtes pas obligé de lire celui-là si vous ne le souhaitez pas, mais il suffit de dire que dans la partie 3 de cette série, Tiffanie a été témoin d'un acte incestueux chez elle impliquant sa sœur aînée Diane. Contrairement à Stéphanie (qui a également été témoin d'un acte similaire dans la partie 3), cela a gâché Tiffanie - la rendant même folle. Elle a fait de son mieux pour éviter ses désirs incestueux intérieurs, en les noyant avec le...

2.6K Des vues

Likes 0

La Fête_(14)

Partie 1 Jésus, nous allons encore être en retard, je me dis en m'asseyant sur le canapé du salon, la tête appuyée sur une main. C'était samedi, le soir de la fête de Doonsberg et il n'y avait pas moyen d'en sortir. Les voisins d'en bas nous avaient invités dans leur manoir il y a des mois. Des RSVP avaient été faites, des calendriers vérifiés et revérifiés, des appels téléphoniques passés. Bref, c'était chose faite. S'il y avait jamais eu une soirée pour faire la fête, c'était bien celle-là. La pleine lune de la veille de la fin de l'été regarde...

2.3K Des vues

Likes 2

Slut9 partie 22

CHAPITRE VINGT-DEUX Haut sur la vie Dimanche 23 décembre, Nuit Pendant les deux heures suivantes, la maison a été chaotique alors que Jennifer a entraîné tout le monde dans l'effort de nettoyer et de se préparer pour la fête. Dave et Emily ont été mis au travail pour épousseter, passer l'aspirateur et nettoyer le salon, Olivia et Hayley ont été recrutés comme assistants cuisiniers pour Jennifer alors qu'elle préparait autant de nourriture que possible pour la fête du lendemain. Megan a été envoyée dans sa chambre pour la nettoyer pendant que Molly balayait et nettoyait les planchers de bois franc du...

1.4K Des vues

Likes 0

LA SALOPE DU BOSS 1 : LA PROPOSITION_(1)

LA SALOPE DU BOSS - PARTIE I : LE DÉBUT CHAPITRE 1 : LA PROPOSITION Ça s'est passé comme ça s'est toujours passé. Mon smartphone a émis un bip discret. Je me suis détourné de l'écran de l'ordinateur sur mon bureau, j'ai réveillé mon téléphone et vérifié l'ID texte. Monsieur. Cela aurait pu être beaucoup plus. Cela aurait pu être M. Charles Woodburn, PDG et président du conseil d'administration. C'est qui était Monsieur. J'ai ouvert le texte pour trouver le message que je recevais souvent de lui. J'ai besoin de toi dans mon bureau. J'ai souri en me levant immédiatement et j'ai...

1.5K Des vues

Likes 1

LISSA C. Chapitre 2, Joyeux anniversaire David

LISSA C. Chapitre 2, Joyeux anniversaire David La journée s'était mieux déroulée que ce à quoi je m'attendais. Retourner à la maison, avec Lissa au volant, m'a donné l'occasion de la voir très bien pendant qu'elle conduisait. Il n'y avait rien chez cette fille que je n'aimais pas. Ses beaux cheveux blonds, tourbillonnant au fur et à mesure que le vent soufflait sur le pare-brise, apportaient une certaine fraîcheur à toute la situation. Elle riait et rigolait à mes blagues stupides pendant que nous discutions, me faisant me sentir de plus en plus à l'aise avec elle. Mais ensuite, il y...

1.3K Des vues

Likes 1

Rencontres avec Tom - Aperçu et première rencontre

Mon voisin est un voyeur et il s'appelle Tom. Oui je sais très cliché mais il s'appelle vraiment Tom. Maintenant, j'ai été timide à propos de mon corps, il est tout en courbes et oui, je suis un peu en surpoids pour mon cadre de 5 pieds 6 pouces, mon cul est arrondi, mes seins sont très gros et mes cuisses sont plus grosses que je ne le voudrais. Cependant, c'est tout moi et c'est tout. La plupart des jours ensoleillés, j'aime me promener dans le jardin les seins nus (au moins) parfois complètement nue, en sentant les fleurs et en...

1.4K Des vues

Likes 0

Baise les copains

Joe a frappé à la porte en se demandant ce qu'il faisait. Il n'avait même jamais rencontré cette fille et il espérait juste qu'elle était aussi folle que lui. Ses pensées ont été interrompues lorsqu'une fille sexy a ouvert la porte à qui Joe a demandé est-ce que Kelly est là? à quoi la fille à la porte a répondu ce n'est pas important, mais pourquoi ne pas baiser ici et je vous donnerai un petit échantillon. Ça a l'air bien dit Joe en entrant dans la maison et en commençant à se déshabiller. Alors quel est ton nom bébé? demanda...

1.1K Des vues

Likes 0

L'homme de ma vie

Je suis très certainement un homme gay excité. Je le sais depuis que je suis enfant. Quand j'étais, je ne savais pas vraiment ce que je voulais, autre que vouloir avoir des relations sexuelles. Et en fait, je ne voulais même pas ça. J'ai toujours imaginé sucer le pénis d'un mec. Et la première fois que je l'ai fait, je suis venu dans mon pantalon. Quand il a fourré sa bite dans ma gorge, j'ai senti un peu de liquide pré-éjaculatoire éclabousser le dos de celle-ci, et ma bite a failli venir alors ! Quand son sperme chaud a glissé dans...

1.1K Des vues

Likes 0

Appelez-moi Joanna

Appelez-moi Joanna Tout s'est passé il y a si longtemps maintenant qu'il semble non seulement avoir été dans un endroit différent à un moment différent, mais si différent comme s'il n'avait presque jamais existé. Mais il l'a fait. Tout s'est passé dans le sud rural de l'Angleterre à cette époque merveilleuse après la fin de la guerre (pour nous, la guerre signifiait et signifie toujours la Seconde Guerre mondiale), dans la lueur dorée de l'empire, avant que des réalités désagréables ne s'immiscent et ne poussent le monde. nous avions connu dans une forme nouvelle et inconnue. Les révolutions des années soixante...

886 Des vues

Likes 0

Une vie pas si simple : partie 4_(1)

La cafétéria est morte, au sens figuré bien sûr, mais j'avais l'impression de regarder un tas de fantômes après ça. Partout où je regardais, je rencontrais des visages pâles et émerveillés que je faisais de mon mieux pour ignorer alors que je me faufilais dans la foule. En gardant la tête baissée, j'ai réussi à me libérer de la masse et à m'échapper de la cafétéria, m'appuyant contre le mur pour essayer de me ressaisir momentanément avant de me diriger vers ma classe. Quand j'étais à mi-chemin, j'ai entendu des pas précipités derrière moi. Je me suis retourné pour vérifier qui...

857 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.