L'obscurité; Mon début

1.8KReport
L'obscurité; Mon début

L'obscurité

Permettez-moi de commencer par dire que cette histoire est purement fictive. Rien de tout cela ne s'est jamais produit, bien que cela ait été un de mes fantasmes. Mon imagination fait des merveilles quand je suis seule, et j'espère que vous apprécierez cette histoire autant que moi. Merci de ne pas commenter si vous n'avez rien de constructif à dire. Veuillez également noter que personne ne vous oblige à lire ceci, donc si vous ne l'aimez pas, veuillez cliquer sur une histoire différente selon vos préférences. Il y a aussi beaucoup d'informations générales avant le rapport sexuel, alors veuillez en tenir compte. C'est la première histoire que j'écris, alors soyez indulgents.
Merci,
Séfa
~.~
Samedi
03:00 heures
~.~
Mes yeux étaient fermés; il faisait plus sombre dans la pièce que derrière mes paupières. Il n'y avait aucun son, aucune odeur, aucune vie ; sauf le mien. Juste l'obscurité silencieuse qui m'entourait. Je ne sais pas combien de temps je suis resté assis là, à attendre. Secondes, minutes, heures, jours. Le temps s'est mélangé. Mon corps avait l'impression d'avoir fondu dans la pierre à laquelle il était enchaîné avant que la vie ne se fasse entendre.

Le sol craquait au-dessus de ma tête. On pouvait dire que la personne était un homme rien qu'au son lourd de chaque pas et à la façon dont les planchers grinçaient, alors qu'il se tenait. Il avait l'air fort, peut-être un culturiste ou quelqu'un avec un peu de poids supplémentaire. Je ne pourrais pas le dire. Ils prenaient leur temps, marchant dans ce que je supposais être leur maison. Le son répétitif de la marche de mon ravisseur est devenu un réconfort pour moi. Je n'ai pas été laissé seul pour mourir. Peut-être que si je pouvais leur donner le montant d'argent, ou ce qu'ils voulaient, ils me laisseraient partir. Et peut-être que la lune était faite de fromage.

Le bruit d'une porte qui s'ouvre a redirigé mon attention. La lumière a inondé le sous-sol, et j'étais reconnaissant que mes yeux soient fermés, sinon j'aurais été aveuglé par la luminosité de la lumière. J'ai réalisé que je n'avais pas eu peur, jusqu'à maintenant. Un petit gémissement s'échappa de mes lèvres. Les pas lourds qui descendaient l'escalier suffisaient à me faire frissonner. J'ai essayé de me pousser plus fort contre le mur, mais en vain.

L'air froid glissa sur ma peau, me donnant la chair de poule sur mes bras et mes jambes. Encore une fois, j'ai frissonné. Il s'est approché de moi, et son odeur m'a agressé. Purement masculin, masculin, enivrant. Un autre frisson parcourut mon corps, mais pas de froid. Un rire profond et guttural s'échappa de lui, se terminant par ce qui ressemblait presque à un grognement. Presque comme un animal capturant sa proie. Je suppose que c'est ce que j'étais pour lui, rien d'autre qu'un délicieux morceau de viande. Son haleine balaya mon visage, elle aussi enivrante, avec un soupçon de cannelle.

"Regardez-moi." Il a ordonné. Ce n'était évidemment pas une demande.

Mes yeux sont restés fermés; il avait l'air familier, avait une odeur familière.

"Regardez-moi." demanda-t-il à nouveau, sa voix commençant à s'élever.

La panique a commencé à me ronger la poitrine.

Soudain, sa main entra en contact avec ma joue, faisant sonner mes oreilles et ma tête explosa d'étoiles.

"Regardez-moi!" Il ordonna, ses doigts s'enlaçant dans mes cheveux, tirant douloureusement ma tête en arrière.

Un gémissement m'échappa et j'ouvris un peu les yeux pour m'adapter à la lumière. Mes yeux s'écarquillèrent sous le choc, m'aveuglant temporairement.

L'homme qui m'avait kidnappé, enlevé contre mon gré, n'était autre que...

…Mon patron.

~.~
Vendredi
20:00 heures
~.~
"Hé! J'ai presque fini pour la journée. Je vais enfermer pour toi. Tu n'es pas obligé de rester pour moi ! ai-je crié à mon patron en lui faisant un signe de la main avec enthousiasme. Il savait que j'étais un accro du travail et que je passerais des heures à faire un seul projet. Il avait l'air épuisé, et j'ai pensé que je pouvais l'aider un peu.

"Merci Sefa." Il a rappelé, une expression de soulagement sur son visage : « Je vous donnerai les clés dans une minute. Je dois juste finir d'imprimer les nouvelles heures de bureau. Ça te dérange si je t'arrête six jours la semaine prochaine ? J'ai vraiment besoin de ton aide."

Je lui ai fait un sourire radieux. "Aucun problème! Vous savez que j'aime le travail ! J'espère que cela ne vous dérange pas que je dise cela, mais plus je travaille, plus je gagne d'argent. Plus je gagne d'argent, plus il est facile de payer les factures !

"L'économie craint en ce moment, mais je ne te laisse pas partir pour le moment. Tu es le meilleur travailleur que j'aie jamais eu ! Vous devriez recevoir une augmentation pour la quantité de travail que vous faites. Surtout parce que vous êtes ici depuis quelques années.

« Vous n'avez pas besoin de me donner une augmentation. J'ai juste besoin de plus de travail et ça ira. De plus, je ne voudrais pas que quelqu'un pense que j'ai obtenu une augmentation parce que mon patron a le béguin pour moi.

Il rougit au commentaire et me tendit les clés sans un commentaire. En riant, j'ai accepté ses clés et j'ai secoué la tête.

"Désolé si c'est devenu un peu trop personnel là-bas. Je voulais juste voir un sourire sur ton visage fatigué. Pourquoi ne rentres-tu pas chez toi, prends un bain, regarde des vieux films avec une bouteille de ton vin préféré et va te coucher ?

Il m'a regardé d'un drôle d'air.

"C'est ce que je ferais, mais encore une fois, je suis une femme."

Nous avons tous les deux ri de cela. J'ouvris les yeux pour le regarder à nouveau. Oui, il était beau et grand, et tout ce que j'ai toujours voulu chez un homme, mais c'était mon patron.

Mais il faisait 1m80, avait les cheveux bruns et les yeux bleus, la peau bronzée. Probablement italien. Les dents blanches les plus parfaites, sans chevauchement. Et il n'a jamais eu d'appareil dentaire. Sa voix était grave et masculine, avec une pointe de cannelle. Délicieux.

« Séfa. Seeeefa !! Terre à Sefa !!” Sa voix me sortit de mes rêves.

« Q-Quoi ? balbutiai-je, mon visage virant au rouge.

Un sourire apparut sur son visage, "Tu regardais."

Mes yeux collés au sol, mon rougissement continuant de réchauffer mon visage. Sa main se glissa sous mon menton et releva mon visage.

"Je pense que c'est mignon." Murmura-t-il avant de me tapoter la joue avec sa main et de se détourner.

Je suis resté immobile pendant quelques minutes pendant qu'il rangeait ses affaires. Je n'aurais jamais pensé qu'il penserait que j'étais mignonne, ou sexy, ou vraiment quoi que ce soit. Je secouai la tête et retournai silencieusement à mon bureau. J'ai fixé mon ordinateur pendant quelques minutes, sans comprendre, repensant à ce qui venait de se passer.

Je n'ai pas entendu Brent s'approcher de moi, mais il a posé sa main sur mon épaule. Je sursautai au contact soudain, mais m'immobilisai alors que ses lèvres se posaient sur le dessus de ma tête, m'embrassant rapidement.

"Une fois que vous avez terminé, éteignez simplement les lumières et fermez à clé. Tu pourras me donner mes clés la prochaine fois que je te verrai.

J'ai hoché la tête en signe d'accord, ne faisant pas confiance à ma voix. Je pouvais sentir son sourire avant qu'il ne se retourne et ne passe la porte. J'ai écouté l'ascenseur monter et sonner. Je secouai la tête et recommençai mon travail.

~.~
Vendredi
21h30
~.~
J'en ai enfin fini avec le travail, mon dernier projet terminé à la perfection. Je me sentais aussi épuisé que Brent en avait l'air depuis la dernière fois que je l'ai vu. Je me suis traîné hors de ma chaise et j'ai glissé de mes talons. J'ai sorti ces chaussures à instagram et les ai placées sur mes pieds, heureuse de pouvoir détendre mes pieds. Attrapant mon sac à main et mon sac, je nettoyai ma cabine et regardai le bureau une dernière fois. C'était étrange d'être ici alors que personne d'autre n'était là. Frissonnant, je secouai la tête. Mon imagination s'emballait à nouveau avec moi. J'ai ri de mon propre malaise mais j'ai couru vers la porte. Éteignant les lumières, je verrouillai rapidement la porte et fourrai les clés dans mon sac à main.

Malheureusement, j'ai dû attendre l'ascenseur. Je ne pouvais pas me débarrasser du sentiment de malaise. Je suis rapidement entré dans la machine et j'ai appuyé sur le bouton "sol". Au moins, je n'ai pas eu à marcher loin jusqu'à ma voiture. Je me sentirais mieux dès que je serais entré dans l'engin métallique et que je serais parti.
~.~
Vendredi
22:00 heures
~.~
Je suis enfin arrivé à ma voiture. J'ai regardé ma montre. Merde. Il était 22h ! Putain de merde ! J'avais vraiment besoin de rentrer chez moi et de me détendre. Dieu merci, c'était le week-end ! Juste ce dont j'avais besoin; une merveilleuse, merveilleuse pause. J'ai sorti mes clés de voiture et j'ai déverrouillé ma petite Mazda.

Soudain, je sentis quelqu'un derrière moi. Avant que je puisse faire quoi que ce soit, mes mains ont été tenues derrière mon dos et mon corps a été poussé contre le côté de ma voiture, douloureusement. Une main couvrait ma bouche. Je pouvais sentir l'érection furieuse contre le bas de mon dos et les muscles puissants d'un corps masculin.

« Maintenant, écoutez ici. Vous n'allez pas crier, vous n'allez pas lutter. Tu ne peux pas t'éloigner de moi, même si tu cours. Si vous parvenez à courir, je ramènerai douloureusement votre cul sexy ici pour recommencer le cycle. Si vous criez, je vais arracher votre culotte, la mettre dans votre bouche et mettre du ruban adhésif sur vos lèvres. Ce sera extrêmement douloureux d'arracher la peau sensible de vos lèvres. Maintenant, je veux que vous acquiesciez si vous comprenez.

J'ai hoché la tête frénétiquement, mon cœur battant dans mes oreilles. Un rire effleura ma peau alors qu'il pressait ses lèvres contre ma gorge. Sa langue serpenta et lécha le côté de ma gorge avant de souffler de l'air sur la zone humide. J'ai essayé de ne pas frissonner, mais mon corps a refusé d'écouter mon cerveau. Encore une fois, il gloussa. Je ne pus m'empêcher de gémir.

« Je vais enlever ma main de ta bouche. Tu ne vas pas crier, n'est-ce pas ? demanda-t-il, déjà sûr de la réponse. Mon estomac tomba sur le sol mais je secouai la tête.

"Bonne fille." Il a déclaré, mais ses doigts se sont retirés de mes lèvres. Une larme coula sur ma joue et ma lèvre inférieure se mit à trembler.

"Qu'est-ce que tu veux avec moi?" ai-je demandé ma voix à peine au-dessus d'un murmure.

« Je vais te faire mienne. Pour toujours." Il a répondu.

Il y avait une sensation sur mes poignets, et une certaine étanchéité qui était trop forte pour les mains seules. J'ai commencé à me tortiller, réalisant maintenant que l'opportunité de mon évasion se refermait. Les larmes coulaient librement sur mon visage et un sanglot s'échappa de mes lèvres. Il rit et desserra son emprise. Je trébuchai en avant, trébuchant sur mes propres pieds. Je suis tombé au sol, me cognant le côté contre le trottoir. Je gémis en voyant la silhouette menaçante se tenir au-dessus de moi.

"Il semble que vous n'êtes pas allé loin." Il en riant. J'ai essayé de m'éloigner alors qu'il s'agenouillait, mais il m'a attrapé la cheville.

« S'il vous plaît, ne me faites pas de mal ! S'il vous plait, laissez-moi partir!" suppliai-je, essayant de m'éloigner de lui. "J'ai de l'argent dans mon sac, vous pouvez avoir la voiture, mais laissez-moi partir s'il vous plaît!"

Cette déclaration semble l'avoir mis en colère. La malice brilla dans ses yeux avant qu'il ne remonte ma jupe. Maintenant, j'ai vraiment commencé à pleurer et à me tortiller. Il allait me violer juste ici ! Il a attrapé ma culotte et l'a tirée le long de mes jambes et de mes chevilles.

« J'en ai assez de votre jibber jabber. Maintenant, il est temps de te faire taire ! Il m'a grogné dessus, forçant ma culotte dans ma bouche, comme il l'avait promis. J'ai essayé de les recracher mais il les a simplement enfoncés plus profondément dans ma bouche, ce qui m'a fait bâillonner. Il a sorti du ruban adhésif de sa poche et en a déchiré un morceau, couvrant ma bouche avec.

Les larmes ont continué à couler sur mon visage, mais je n'ose rien faire d'autre que rester allongé là. Il s'est levé et m'a regardé, son bandage très visible maintenant. Il lécha ses lèvres, provoquant un frisson dans ma colonne vertébrale. Mon corps n'aurait pas dû agir ainsi. Je pouvais sentir ma propre humidité entre mes jambes. Encore une fois, il gloussa. Se détournant de moi, il finit de déverrouiller ma voiture et prit mon sac à main et mon sac et les posa sur le siège passager.

Confus, je restai immobile, observant chacun de ses mouvements. Il ouvrit la banquette arrière et déplaça quelques affaires dans le coffre. Il est finalement venu vers moi. Il a sorti un tissu noir de sa poche et l'a placé sur mes yeux. Je gémis alors qu'il l'attachait derrière ma tête. Il me prit dans ses bras et me fit glisser sur les sièges arrière. Il a pris le soin de m'attacher et de me couvrir d'une couverture. La porte se ferma à mes pieds et quelques secondes s'écoulèrent avant que celle à côté de ma tête ne s'ouvre.

« Je suis désolé, Sefa. Mais c'est une précaution supplémentaire pour s'assurer que vous ne savez pas où nous sommes jusqu'à ce que je vous fasse confiance pour ne pas courir.

Quelque chose couvrait mon nez. C'était écœurant et sucré, puis ça sentait piquant et pourri. J'ai commencé à paniquer, mais avant même que je puisse lever la tête, l'obscurité m'a enveloppé.
~.~
Samedi
04:00
~.~
« Je parie que vous avez beaucoup de questions, mais ce n'est pas le moment de les poser. Je suppose que vous avez soif, faim et que vous devez vous soulager. Je suppose aussi que tu veux prendre une douche ? »

Je ne pus m'empêcher de le regarder. Le choc avait engourdi mon corps. J'ai juste continué à le regarder d'un air absent.

"Comme il semble que ce fut plus qu'un petit choc pour vous, nous allons commencer par vous soulager ainsi qu'une douche." Déclara-t-il alors qu'il déverrouillait mes mains du mur. Ils sont tombés au sol et j'ai pu enregistrer à peine la gifle piquante qu'ils ont endurée. Il a placé un collier autour de mon cou et m'a tiré sur mes pieds. Il a accroché une laisse au collier et a commencé à m'accompagner jusqu'aux escaliers. Nous avons monté les marches et il m'a conduit à travers la maison. Nous atteignîmes la salle de bain et il fit signe vers les toilettes. Je me mordis les lèvres, une rougeur me montant au visage quand il fut clair qu'il ne partait pas. Prenant une profonde inspiration, je relevai ma jupe et m'assis. J'ai gardé mon visage baissé alors que mon corps lâchait tout. C'était plus que gênant. Il continua à me regarder froidement, sa main ne quittant jamais le plomb.

Après avoir fini, je me suis essuyée, je me suis levée, j'ai baissé ma jupe, puis j'ai rincé. Il hocha la tête alors que j'attendais patiemment.

"Bien. Maintenant, enlevez vos vêtements. Il a ordonné.

Je me mordis à nouveau les lèvres, mais je commençai à me déshabiller, mon visage devenant de plus en plus rouge. Enfin, j'étais jusqu'à la peau. J'ai utilisé mes mains pour couvrir mon corps et je tremblais. Il s'est penché, a pris mes vêtements sales et a détaché ma laisse.

"Quand tu auras fini de te doucher, frappe à la porte et je te laisserai sortir."

J'ai hoché la tête et il est parti, le bruit du cadenas claqua derrière lui. J'ai ouvert l'eau chaude et je suis entré.
~.~
Samedi
04:30
~.~
Je me sentais un peu revigoré, mais épuisé. Tout ce que je voulais, c'était aller dormir. Marchant vers la porte, j'ai frappé plusieurs fois pour m'assurer que mon corps était enveloppé dans une serviette. J'ai entendu le bruit de la porte qu'on déverrouillait et il a ouvert la porte.

"Non." Déclara-t-il, prenant ma serviette et le collier laissé par le lavabo.

"Quoi?" demandai-je, confus.

"Non." Il a déclaré à nouveau. En quelques mouvements, il attrapa le col et arracha ma serviette. Je me couvris de mes mains pendant qu'il remettait le collier autour de mon cou.

« Ce collier reste sur vous en tout temps. Maintenant, voulez-vous quelque chose à manger ou quelque chose à boire ? »

Trop épuisée pour discuter du collier, j'ai secoué la tête. "Pour moi honnête, Brent, je veux juste dormir..." Une main se leva pour couvrir un bâillement et il hocha la tête.

S'avançant, il remit la laisse sur mon col et me conduisit à travers sa chambre principale jusqu'à une pièce plus petite. À l'intérieur se trouvait une immense cage avec un lit à l'intérieur, deux bols et une perche au milieu de la pièce. Il m'a accompagné jusqu'à la cage et il l'a ouverte, me poussant à l'intérieur. Il dégrafa la laisse et ferma la porte de la cage derrière moi. Je me recroquevillai en boule, tirant une couverture sur moi et posant ma tête sur un oreiller. Il a verrouillé la cage avant de sortir de la pièce et de verrouiller également cette porte. Avant même de pouvoir regarder autour de moi, j'ai cédé au sommeil.
~.~
Samedi
08h30
~.~
"Réveillez-vous!" La voix et le son du cliquetis de ma cage ont plongé dans mon inconscience et m'ont forcé à sortir de mon sommeil profond. J'ouvris les yeux et bâillai. J'ai commencé à m'étirer, mais un regard autour de moi m'a dit que je n'étais pas chez moi. Je tournai la tête pour voir Brent debout à l'ouverture de la cage, me fixant intensément. Baissant les yeux, j'ai réalisé que j'étais nu et je me suis rapidement recouvert d'une couverture.

"Venez ici." Il commanda en pointant devant lui. Maintenant que j'étais complètement éveillé et fonctionnel, je lui lançai un regard noir, me poussant contre le côté opposé de la cage.

Il grogna, me fixant, pointant à nouveau le sol.

"Venir." Il a ordonné. Encore une fois, je ne m'approchai pas de lui.

Finalement marre, il se pencha à l'intérieur de ma cage et attrapa mes cheveux, me faisant crier et grimacer de douleur. Il m'a brutalement traîné dehors, ne s'arrêtant pas quand je trébuchais.

"Laisse-moi! Vous malade basted !! LAISSE-MOI !" lui criai-je en lui serrant la main. J'ai continué à essayer d'arrêter de le suivre, mais il a continué à me tirer à un rythme alarmant. Encore une fois, j'ai trébuché, et cette fois je suis vraiment tombé.

"Voulez-vous l'arrêter ? ! Laisse-moi partir ! J'ai continué à lui crier dessus, à donner des coups de pied et à m'agiter. Aucun de mes tubes n'a laissé sa trace.

Je me suis senti renversé. Quelque chose a été poussé dans ma bouche et je ne pouvais pas le recracher, mais j'ai continué à protester. Comme la veille, il m'a attaché les mains derrière le dos.

"C'est ce que les chiennes peu coopératives obtiennent lorsqu'elles n'obéissent pas à leur maître." Il a déclaré, me tirant vers le haut pour que je m'agenouille mais ma poitrine était poussée contre le sol.

Je me suis immobilisé quand j'ai entendu le bruit d'une ceinture qu'on défait, puis le bruit d'une fermeture éclair. Maintenant, il allait me violer. Je pouvais le sentir dans mes os. J'ai jeté un coup d'œil en arrière autant que possible et j'ai vu que son pantalon était descendu au-delà de ses hanches et qu'il était agenouillé avec sa bite dans sa main.

Mes yeux se sont agrandis quand j'ai vu son arme. Heureusement, il ne faisait pas plus de neuf pouces, mais il était extrêmement épais. J'ai commencé à paniquer, essayant d'éloigner mon corps. Il allait me mettre en pièces !!

Il rit quand il entendit mon gémissement, posant une de ses mains sur mes hanches pour me maintenir en place. Des larmes ont commencé à couler sur mes joues et je le suppliais, de manière incohérente, qu'il arrête. Je le sentis mettre le bout de sa queue à mon entrée. Il commença à avancer, haletant. Même si je n'étais pas vierge, cela faisait plus d'un an que j'avais des relations sexuelles.

Son autre main vint se poser sur mon autre hanche. Sans même un avertissement, il s'enfonça en moi, me tirant contre sa queue. J'ai crié de douleur, me tordant devant lui. Il s'immobilisa, sa propre respiration laborieuse atteignant mes oreilles.

"Si serré." Il parlait, plus à lui-même qu'à moi. "Si bon."

Mon visage est devenu rouge vif, mais j'ai continué à pleurer. Pendant quelques minutes, il est resté immobile, se délectant de l'étroitesse de ma chatte. Puis il s'est penché et a commencé à effleurer mon clitoris. J'ai sursauté à l'inattendu, mais il a continué à jouer avec, provoquant des décharges électriques dans tout mon corps. Commençant à trembler, je secouai la tête, mon corps réagissant à son attention.

« C'est vrai ma petite salope. Avant d'en finir avec toi, je vais te faire jouir sur toute ma bite. Plusieurs fois." Il rit.

Je ne voulais pas que mon corps réagisse, mais il me trahissait. Je pouvais me sentir lentement devenir plus humide, et tout mon corps tremblait et tremblait. Il n'a pas bougé, mais il a continué à agresser mon clitoris qui avait maintenant grossi pour imiter mon excitation. À présent, j'étais à bout de souffle, essayant de combattre mon orgasme imminent. Malheureusement, en vain. Avec quelques chiquenaudes supplémentaires, j'ai crié, mon dos se cambrant. Vague après vague de plaisir palpitant ondulait à travers mon corps. Ma chatte s'est serrée fort sur sa bite, et son propre halètement de plaisir a rempli mes oreilles. Je ne pouvais pas bouger… Je ne voulais pas.

Avant que la dernière vague ne quitte mon corps, il a commencé à bouger. Lentement. Sa bite a quitté ma chatte et je me suis sentie vide avant qu'il ne la repousse, me remplissant plus que complètement. Encore une fois, lentement vers l'extérieur, puis lentement vers l'intérieur. Bientôt, ma chatte a commencé à s'adapter à sa taille et à sa longueur. En fait, ça commençait à se sentir… bien…

Mais cela ne devait pas durer. Il recula, puis s'arrêta, ne gardant que sa tête à l'intérieur de ma chatte douloureuse. Il se pencha en avant et me détacha les mains.

"Vous pouvez retirer votre bâillon maintenant." Il a commenté doucement. J'ai retiré la chose de ma bouche avant de soulever la moitié avant de mon corps au même niveau que mes fesses. J'ai léché mes lèvres mais je n'ai rien dit, attendant qu'il continue.

Il ne l'a pas fait, restant immobile. Il a prolongé ma torture alors que la seule chose que je voulais, c'était qu'il me remplisse à nouveau. Je gémis et tentai de me repousser contre lui, mais les mains sur mes hanches m'immobilisèrent. Bientôt, j'ai commencé à gémir et à gémir, à me tortiller. Je le voulais - Non - j'avais besoin qu'il me remplisse à nouveau. Pour me foutre la cervelle jusqu'à ce que je jouisse à nouveau sur sa bite. La seule pensée qui s'est inscrite dans mon cerveau était, plus !

"Mendier."

"Quoi?" J'ai répondu.

Il s'enfonça rapidement en moi, me faisant gémir à nouveau avant de reprendre sa position précédente.

« Je sais que tu veux être baisé. Je sais que tu veux être remplie par ma bite. Je sais que tu veux l'orgasme.

J'ai hoché la tête à temps, d'accord avec chacune de ces déclarations.

« Alors, je veux que vous suppliiez. Je veux t'entendre dire à quel point tu as besoin que je te baise, à quel point tu as besoin que je remplisse ta petite chatte serrée, à quel point tu veux jouir sur ma bite. Mendier."

Mon visage est devenu rouge une fois de plus, l'entendant dire que mes désirs à voix haute étaient plus que je ne pouvais en supporter. J'ai secoué ma tête.

"Bien." Il a répondu et a commencé à se retirer complètement de moi.

"Non!" criai-je en reculant contre son sexe. "Je t'en prie, non. Ne sors pas de ma chatte. S'il te plaît… » gémis-je, presque en larmes à nouveau.

"Qu'est-ce que tu veux que je fasse de ma bite alors, putain ?"

"S'il te plaît. J'ai besoin… j'ai besoin… j'ai besoin que tu pousses ta bite tout au fond de moi. J'ai besoin de sentir ta bite me remplir. J'ai besoin que tu me baises comme tu veux ! J'ai besoin de jouir partout sur ta bite ! S'il te plait, ne t'éloigne pas de moi ! S'il vous plaît ne le faites pas! J'en ai besoin, j'ai besoin de toi ! S'il te plait, baise-moi !! S'il te plaît!!" J'ai supplié aussi bien que je savais le faire.

Je pouvais sentir son sourire contre mon dos avant qu'il n'enfonce ses doigts dans ma peau et qu'il ne plonge profondément en moi. Un gémissement s'échappa de mes lèvres et mon corps trembla. Il n'a même pas pris la peine de ralentir. Il a commencé à me baiser violemment, le son de la chair frappant la chair humide remplissant la pièce. La seule fois où vous n'avez pas entendu le claquement, c'est quand un autre gémissement a été arraché de mes lèvres, ou un délicieux halètement de Brent.

Avec quelques poussées supplémentaires, mon deuxième orgasme a déchiré mon corps, me faisant crier. Je tournai mon visage contre mon bras et mordis ma propre chair pour étouffer le son. Brent haleta sous la violence de mon orgasme, et il suivit bientôt.

J'ai pu me tenir debout. Tombant sur le sol, sa bite a glissé hors de moi, giclant le dernier de son sperme sur tout mon dos. Mon souffle sortait en respirations laborieuses et le bruit d'une fermeture éclair et d'une ceinture en train d'être refaite pouvait être entendu. Le sol s'est retiré sous moi alors qu'il me prenait dans ses bras. Il berça mon corps épuisé contre le sien avant de me remettre dans ma cage. Ses lèvres touchèrent mon front et il me borda. Mes yeux se fermèrent pour la deuxième fois ce jour-là.
~.~
Samedi
10:24 heures
~.~
L'odeur des œufs cuits m'a réveillé. En m'étirant, je bâillai et ouvris les yeux. J'ai vraiment dû utiliser à nouveau les toilettes. Et une douche aurait été bien aussi. Je me sentais collant et douloureux. La honte a rempli mon corps. J'avais supplié d'être violée par mon patron. Je ne comprenais pas pourquoi j'avais fait ça, mais c'était si bon, si juste, à ce moment-là. J'étais tellement gêné. J'étais soulagé d'être resté seul un moment. Je pourrais rassembler mes pensées et peut-être sortir d'ici avec un peu de dignité. Mais encore une fois, ce n'était encore que samedi. J'ai supposé que ce qu'il avait prévu n'était pas seulement pour le week-end, mais pour la vie.

Finalement, la porte de ma petite chambre s'ouvrit. Brent se tenait là dans un pantalon en cuir. Pas de chemise ni de chaussures, et certainement pas de boxer. Il avait l'air calme et cool, en contrôle. Eh bien, il pouvait me contrôler avec un simple mot. Je ne voulais pas avoir à revivre la situation d'arrachage de cheveux. Il se dirigea vers ma cage et ouvrit la porte. Il désigna le sol devant lui. Rapidement, je suis sorti de sous les couvertures et j'ai trébuché dans ma hâte d'arriver à l'endroit qu'il a indiqué. Après m'être démêlé des couvertures du lit captif, je rampai jusqu'à lui, au-delà de l'embarras maintenant.

Un sourire narquois apparut sur son visage, mais il ne dit rien. Au lieu de cela, il s'est penché et a attaché la laisse à mon col et il a tiré deux fois. Il a commencé à partir et je l'ai suivi, grimaçant à cause de la douleur dans mes genoux. Il m'a conduit dans sa salle à manger et a appuyé sur mon dos, me faisant asseoir pendant qu'il disparaissait dans ce qui sentait la cuisine.

Quelques instants plus tard, il est apparu avec une assiette pour lui-même. Mon estomac gargouilla lorsque la vue de la nourriture s'enregistra dans mon cerveau. J'ai rougi profondément et j'ai baissé la tête. Il rit et alla dans la cuisine, revenant avec un verre de ce qui semblait être du jus d'orange.

"Voulez-vous quelque chose à manger aussi ?" Il m'a demandé, la moquerie dans la voix.

"Oui s'il te plaît." répondis-je en gardant la tête baissée. Si c'était quelqu'un d'autre, je les aurais frappés au visage, mais lui; il pourrait changer ma vie. Il pourrait me virer et s'assurer que personne d'autre ne m'embaucherait. De plus, il était environ vingt fois plus fort que moi. Il pourrait m'assommer en quelques secondes. J'étais à sa merci.

La porte s'ouvrit de nouveau et il revint avec deux plats pour chien. Beau. Ils avaient mon nom écrit en script sur le côté. Merveilleux. J'allais être traité comme un chien. Il a placé les deux plats devant moi et, heureusement, ils étaient remplis d'œufs, de saucisses hachées et de purée de pommes de terre rissolées au lieu de nourriture pour chien. L'autre était également rempli de jus d'orange.

"Vous pouvez manger." Déclara-t-il, avant de s'asseoir sur sa chaise et de prendre des bouchées dignes de son petit-déjeuner.

J'ai regardé dans mon bol pendant quelques secondes, la salive s'accumulant dans ma bouche. Est-ce que j'allais vraiment manger dans un plat pour chien ? Un autre battement de cœur et j'avais déjà le visage dans mon bol, essayant de ne pas faire de dégâts. Entre deux bouchées, j'ai lapé mon jus d'orange. J'ai fini mon repas avec voracité; heureux d'avoir quelque chose dans mon ventre. Je levai les yeux vers Brent et il travaillait toujours sur ses œufs. J'étais devenu l'animal qu'il voulait que je sois. Il me regarda avant de tapoter sa cuisse. Je rampai vers lui et posai ma tête sur ses genoux. Il caressa ma tête avant de poursuivre son repas en silence.

Quand il a fini, il a soulevé mon visage dans ses mains et a commencé à essuyer tous les morceaux de nourriture qui s'y trouvaient encore. Je rougis, mais il ne semblait pas s'en soucier. Il se leva et ramena mes bols, son assiette et son verre dans la cuisine. Maintenant, j'avais vraiment envie de faire pipi. En regardant autour de moi, j'ai vu la porte de la salle de bain entrouverte et j'ai commencé à ramper jusqu'à elle. Juste au moment où je l'ai également atteint, mon collier m'a choqué et j'ai crié. Cela a continué à me choquer jusqu'à ce que je recule de quelques pas. Brent s'est précipité hors de la cuisine pour me voir essayer d'enlever ce putain de collier.

"Qu'est-ce que tu crois que tu fais ?!" Il m'a crié dessus, me tirant par les cheveux, "et où diable penses-tu que tu allais ?!"

"Je devais utiliser les toilettes, alors je suis allé là-bas et tout à coup ce satané collier m'a choqué sans raison !! Je veux qu'il s'en aille !" m'exclamai-je entre mes dents serrées. Je ne pleurerais pas cette fois.

Soudain, il a lâché mes cheveux et les m'a laissé tomber au sol.

« Tout d'abord, ce collier ne se détache pas. Il dispose d'un dispositif d'impression numérique d'empreintes digitales, donc je suis le seul à pouvoir l'enlever. Deuxièmement, vous devez DEMANDER si vous devez vous éloigner de plus de trente pieds de moi. Ça te choque quand tu es à plus de trente pieds de moi alors tu n'essayes pas de t'échapper. Plus vous avancerez, plus la chose deviendra douloureuse et paralysante. Si tu peux supporter la douleur et que tu vas trop loin, ça va te paralyser pour que je puisse venir te chercher. Il expliqua. "Maintenant, vous pouvez utiliser les toilettes car elles sont maintenant à moins de trente pieds."

Je lui lançai un regard noir avant de me lever et d'entrer dans la salle de bain. Avant qu'il ne puisse me rejoindre, je lui claquai la porte au nez et la verrouillai. Je me suis laissé mijoter de colère pendant quelques minutes avant d'aller aux toilettes. Après, j'ai déverrouillé la porte mais je suis resté à l'intérieur. J'ai dû inspecter mon corps.

Des ecchymoses couvraient ma poitrine et mes hanches d'où il m'a claqué contre ma voiture et où il s'est accroché à mes hanches. Mes genoux avaient des brûlures de tapis et l'intérieur de mes cuisses était également meurtri. Les coins intérieurs de mes lèvres étaient crus et tendres à cause du bâillon-balle dans ma bouche. Mes poignets avaient une légère brûlure à la corde et mon cuir chevelu me faisait mal. J'étais un gâchis. J'ai commencé à pleurer parce que j'avais l'air si horrible. Un léger coup à la porte me fit sursauter et je tournai le dos à la porte, appuyant ma tête contre le placard.

Brent ouvrit la porte et jeta un coup d'œil à l'intérieur. "Je suis venu te donner des trucs pour tes bleus et tes brûlures." commenta-t-il en laissant une trousse de secours sur le côté de l'évier. "Frappe quand tu as fini, et n'hésite pas à prendre une douche." Il ferma la porte et verrouilla la serrure extérieure avant que ses pas ne disparaissent. En soupirant, j'ai ouvert l'eau, aussi chaude que possible, et je me suis tenue dessous, la laissant détendre mes muscles.
~.~
Samedi
13:00 heures
~.~
J'ai frappé à la porte, mes contusions et mes coupures ont été soignées. Je ne me suis pas agenouillé parce que mes genoux étaient encore douloureux et qu'ils étaient recouverts d'une épaisse couche de goop. Brent déverrouilla la porte et l'ouvrit légèrement. Il a haussé les sourcils et j'ai eu l'impression que je devais m'expliquer.

"Je suis désolé. J'ai été un peu dérangé quand le collier m'a choqué… J'ai flippé… Et mes genoux sont recouverts d'une couche de ce que vous m'avez donné, donc je ne peux pas vraiment m'agenouiller… sol.

Il a grogné une fois, a attaché une laisse à mon col et m'a fait sortir de la pièce. Je le suivis dans sa chambre et par une porte que je n'avais pas remarquée jusqu'à présent. À l'intérieur, il y avait un mur avec un rideau en travers, quelques appareils, ainsi qu'une table et une chaise.

"S'asseoir." Il ordonna en désignant la chaise tout en me libérant de la laisse.

J'ai obéi, marchant vers la chose et l'assoyant lentement, espérant que ce n'était pas un piège ou quoi que ce soit. Il se tenait juste devant la table et me dévisageait.

Les instants s'écoulent et le silence grandit. Mon propre rythme cardiaque a commencé à s'accélérer et j'ai commencé à me tortiller. Un bref sourire effleura ses lèvres avant de disparaître.

Enfin, il a parlé.

« Je vais te donner le choix, Sefa. Ce choix vous appartient. Votre réponse affectera tout. Comprenez vous?"

"Oui."

"Tu peux partir maintenant. Partez et gardez toujours votre emploi, continuez à faire le travail que je sais que vous pouvez et mettez fin à cette relation maintenant. Ou, tu peux rester avec moi, obéir à mes souhaits et me laisser libérer ton esprit et ton âme. Je sais que j'ai été dur avec toi tôt ce matin, mais je voulais m'assurer que si tu choisissais d'être dans cette relation avec moi, tu savais dans quoi tu t'embarquais. Certains jours, je vais vous kidnapper, vous emmener et vous cacher du monde. Mais d'autres fois, je serai comme un amant et je te traiterai bien. Vous obéirez à tous mes ordres, quoi qu'il arrive, où qu'il soit, quand. Le choix vous appartient. »

Je me suis assis, abasourdi. Je pourrais partir, je pourrais partir tout de suite si je le voulais ! Et il ne me forçait pas à rester en manipulant mon besoin d'emploi. Il a dit que je pouvais le garder ! Mais… Ce matin… il berçait mon visage sur ses genoux, me caressant les cheveux. C'était tellement bien… Même la brutalité de l'enlèvement et du viol était bien. La façon dont il m'a fait supplier pour qu'il me baise. Puis-je vraiment y renoncer ?

Je fixai mes mains pendant quelques minutes de plus, débattant avec moi-même. Il n'a rien fait pour me mettre la pression, il n'a pas précipité ma réponse. Je me suis mordu la lèvre inférieure.

« Si je choisis de partir, vous ne m'arrêterez pas ? Rien de tout cela ne se répétera et je pourrais continuer à vivre ma vie comme je le ferais normalement ? » J'ai demandé.

"Sans l'attention constante de ma part, oui." Il soupira, se dirigea vers le coin, ramassa un sac noir et se força à revenir. Il le posa sur la table et l'ouvrit. À l'intérieur, il y avait des vêtements de travail neufs, exactement comme ceux qui étaient abîmés, ainsi que des sweats et un nouveau soutien-gorge et une nouvelle culotte.

"Vous pouvez partir à tout moment." Déclara-t-il en se détournant de moi.

"Je n'ai pas encore fini de prendre ma décision."

"Quoi? Je pensais que tu voulais partir.

"C'était juste une simple question."

L'espoir a rempli ses yeux et a tiré sur mon cœur.

« Si je reste, je devrai faire tout ce que vous dites. Est-ce que je pourrai discuter avec vous sans crainte de punition ? »

« Si vous dites que vous voulez discuter de choses, je ne vous punirai pas, mais la décision finale m'appartient. Si vous me désobéissez après que j'ai pris ma décision finale, j'aurai le droit de vous punir.

Je hochai la tête et me levai de ma chaise. Prenant une profonde inspiration, je calmai mes nerfs.

“I would like to stay.”

He turned towards me, shock on his face. I bet he assumed I was leaving. When it finally registered with his brain that I wasn’t going anywhere, his shock turned into an evil grin.

Striding toward me, he grabbed my hair and yanked my head back.

“You are mine until I am done with you. You are no longer a human, you are my toy. You have no rights and your only purpose in life is to obey me. Is that understood my slave?” He growled in my ear, making a shiver run down my spine and goose bumps rise alone my skin.

“Yes…. Yes, Master.”

~.~
Stay tuned for Part 2
~.~

I hope you enjoyed reading this story. Please leave your comments below.
If you have any suggestions on what YOU would like to happen next, please send me a message.
I am also up for creating a story for you, please send me a message and tell me the basic jist of it.

Merci.
Séfa

Articles similaires

Anciens Playboy Playmates Partie 9 : Le vrai désir de Tiffanie_(1)

Note de l'auteur :  Il s'agit de la deuxième histoire de Tiffanie, une ancienne playmate fictive de playboy. Son premier est interracial. Vous n'êtes pas obligé de lire celui-là si vous ne le souhaitez pas, mais il suffit de dire que dans la partie 3 de cette série, Tiffanie a été témoin d'un acte incestueux chez elle impliquant sa sœur aînée Diane. Contrairement à Stéphanie (qui a également été témoin d'un acte similaire dans la partie 3), cela a gâché Tiffanie - la rendant même folle. Elle a fait de son mieux pour éviter ses désirs incestueux intérieurs, en les noyant avec le...

2.6K Des vues

Likes 0

La Fête_(14)

Partie 1 Jésus, nous allons encore être en retard, je me dis en m'asseyant sur le canapé du salon, la tête appuyée sur une main. C'était samedi, le soir de la fête de Doonsberg et il n'y avait pas moyen d'en sortir. Les voisins d'en bas nous avaient invités dans leur manoir il y a des mois. Des RSVP avaient été faites, des calendriers vérifiés et revérifiés, des appels téléphoniques passés. Bref, c'était chose faite. S'il y avait jamais eu une soirée pour faire la fête, c'était bien celle-là. La pleine lune de la veille de la fin de l'été regarde...

2.3K Des vues

Likes 2

De : Jeff bisexuel ? Règles pour commenter mes histoires !

Jeff bisexuel… Règles pour commenter mes histoires ! À en juger par les dizaines de milliers de fois où toutes mes histoires ont été lues, la plupart d'entre vous les ont appréciées. Certains ne l'ont pas fait et c'est bien aussi, je n'essaie pas de plaire à tout le monde, ou vraiment à personne, j'écris ce qui me trotte dans la tête parfois. Profitez-en, ne les profitez pas… entièrement à vous. Mais ne laissez PAS de commentaires merdiques sur quelqu'un que vous connaissez qui est mort du SIDA, s'il vous plaît, CE site n'est pas fait pour ça. Tout le monde...

1.4K Des vues

Likes 0

Je reçois une copie des photos

C'était un vendredi après-midi et j'avais fini tôt mon devoir dans la région de Boston. Je me suis dirigé vers l'aéroport pour voir si je pouvais prendre un vol plus tôt. J'ai déposé la voiture de location et pendant le trajet en bus vers le terminal, j'ai reçu le redoutable appel téléphonique de la compagnie aérienne. Mon vol a été annulé et j'ai dû me rendre au comptoir pour prendre d'autres dispositions. Normalement, ils m'ont simplement réservé sur le prochain vol disponible, donc cela ne sonnait pas bien. J'ai envoyé un texto à ma femme et lui ai dit que j'étais...

1.4K Des vues

Likes 0

Naples, Floride et Beech Mountain, N.C.

Naples, Floride et Beech Mountain N.C. Sandra et Debra étaient pleines de questions alors qu'elle orientait l'avion vers le sud. Je leur ai parlé du plan que Donna et moi avons mis en place et de la façon dont il s'est avéré. Ils étaient vraiment impressionnés que j'aie affronté Stanley et que je lui ai cassé le nez, la clavicule et quelques côtes. Debra m'a serrée dans ses bras et m'a embrassée plusieurs fois en signe de gratitude. Je pense qu'elle voulait en faire plus, mais Sandra l'a un peu refroidie. « Nous devons discuter de ce que vous deviendrez maintenant...

1.3K Des vues

Likes 0

Slut9 partie 22

CHAPITRE VINGT-DEUX Haut sur la vie Dimanche 23 décembre, Nuit Pendant les deux heures suivantes, la maison a été chaotique alors que Jennifer a entraîné tout le monde dans l'effort de nettoyer et de se préparer pour la fête. Dave et Emily ont été mis au travail pour épousseter, passer l'aspirateur et nettoyer le salon, Olivia et Hayley ont été recrutés comme assistants cuisiniers pour Jennifer alors qu'elle préparait autant de nourriture que possible pour la fête du lendemain. Megan a été envoyée dans sa chambre pour la nettoyer pendant que Molly balayait et nettoyait les planchers de bois franc du...

1.4K Des vues

Likes 0

LA SALOPE DU BOSS 1 : LA PROPOSITION_(1)

LA SALOPE DU BOSS - PARTIE I : LE DÉBUT CHAPITRE 1 : LA PROPOSITION Ça s'est passé comme ça s'est toujours passé. Mon smartphone a émis un bip discret. Je me suis détourné de l'écran de l'ordinateur sur mon bureau, j'ai réveillé mon téléphone et vérifié l'ID texte. Monsieur. Cela aurait pu être beaucoup plus. Cela aurait pu être M. Charles Woodburn, PDG et président du conseil d'administration. C'est qui était Monsieur. J'ai ouvert le texte pour trouver le message que je recevais souvent de lui. J'ai besoin de toi dans mon bureau. J'ai souri en me levant immédiatement et j'ai...

1.5K Des vues

Likes 1

La vie d'un Playboy Chapitre 5

CHAPITRE 5 Je me tenais dans le laboratoire, prêtant théoriquement attention aux moniteurs devant moi et faisant des calculs. Mais vraiment, je vérifiais subrepticement les différentes femmes entrant et sortant du bureau de Mme Robinson. L'annonce avait été diffusée dans tout le collège pour que des femmes volontaires participent à une étude biologique affectant la sexualité humaine. C'était une étude rémunérée, donc il y avait beaucoup plus de filles inscrites que de postes nécessaires, et Mme Robinson n'a pu sélectionner que les étudiantes les plus chaudes du campus. Plus les belles filles entraient et sortaient, portant des vêtements étriqués et exhibant...

1.3K Des vues

Likes 1

LISSA C. Chapitre 2, Joyeux anniversaire David

LISSA C. Chapitre 2, Joyeux anniversaire David La journée s'était mieux déroulée que ce à quoi je m'attendais. Retourner à la maison, avec Lissa au volant, m'a donné l'occasion de la voir très bien pendant qu'elle conduisait. Il n'y avait rien chez cette fille que je n'aimais pas. Ses beaux cheveux blonds, tourbillonnant au fur et à mesure que le vent soufflait sur le pare-brise, apportaient une certaine fraîcheur à toute la situation. Elle riait et rigolait à mes blagues stupides pendant que nous discutions, me faisant me sentir de plus en plus à l'aise avec elle. Mais ensuite, il y...

1.3K Des vues

Likes 1

Jack dans le casting

Jack dans le casting La lumière frappant à la porte a poussé Jack Benson à prendre une profonde inspiration, à serrer les dents et finalement à appeler. « Ouais, qui est là ? De derrière la porte fermée de la chambre, la voix basse de Kathy Collett s'éleva : « Jack, c'est Kathy. Puis-je entrer? Soupirant bruyamment, Jack répondit : « Ah ouais, je suppose. Viens avec Kathy. Je t'ai apporté un cadeau pour la Saint-Valentin. Elle commença alors qu'elle ouvrait la porte et valsait dans la pièce portant une boîte emballée, un bouquet de fleurs et une carte. Quand ses...

1.2K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.