La Fête_(14)

247Report
La Fête_(14)

Partie 1

"Jésus, nous allons encore être en retard", je me dis en m'asseyant sur le canapé du salon, la tête appuyée sur une main.

C'était samedi, le soir de la fête de Doonsberg et il n'y avait pas moyen d'en sortir. Les voisins d'en bas nous avaient invités dans leur manoir il y a des mois. Des RSVP avaient été faites, des calendriers vérifiés et revérifiés, des appels téléphoniques passés. Bref, c'était chose faite.

S'il y avait jamais eu une soirée pour faire la fête, c'était bien celle-là. La pleine lune de la veille de la fin de l'été regarde paresseusement la communauté rurale. Un léger brouillard s'est installé, remplissant l'air d'un soupçon mystérieux de quelque chose qui ne peut pas être dit mais seulement ressenti, anticipé. Un coassement solitaire d'un vieux ouaouaron à la recherche d'un compagnon fait une autre tentative fatiguée. C'est comme une scène de film, attendant simplement que les acteurs entrent et lui donnent vie.

Je regarde à nouveau ma montre. 9 heures. Cela ne me dérange pas vraiment que nous manquions la fête car je trouve que le Doonsberg est ennuyeux. Un couple riche et pompeux qui n'a d'autre but que le business et qui a du mal à tenir une conversation sans commenter le prix des choses. Ils m'ont donné envie de vomir. Je n'aime pas être en retard par principe. Malhonnête, vous savez.

"Chérie, pour l'amour de Dieu, allons-y et finissons-en déjà. Je suis sûr que tu as l'air..." Je commence à crier, seulement pour trouver les mots coincés dans ma gorge alors que tu apparais dans l'embrasure de la porte.

Un sourire malicieux joue sur tes lèvres lorsque tu vois ma réaction à ton apparition soudaine. Je ne peux pas te quitter des yeux. Vêtue uniquement d'une petite robe noire bustier qui borde la ligne de la décence et d'une paire de talons noirs, vous ressemblez à un rêve mouillé devenu réalité. Vos cheveux tombent droit autour de votre visage, chatouillant vos omoplates et accentuant vos yeux sombrement maquillés et vos lèvres rouges charnues. Ton parfum me rend capiteux et je dilate mes narines, désespérée d'en avoir plus.

Me raclant la gorge, je me sors de ma rêverie. Je me lève, j'ajuste mon érection qui s'est brusquement réveillée, et je franchis la distance vers toi. Nous partageons un sourire et je t'embrasse sur la joue en faisant attention de ne rien tacher. Je m'attarde près de ton oreille et dis : « Tu es magnifique, chérie... Tu sais, nous ne sommes pas si en retard.

Vous riez, un bruit qui picotait dans mes oreilles, et m'écrasait par espièglerie. "Sois bon, mec, et peut-être qu'on pourra s'amuser un peu plus tard."

Je soupire, me résigne à la sainteté pour la nuit et range mon bandage sous ma ceinture. Je te prends par la main, je nous emmène jusqu'à la voiture et je t'ouvre la portière. Un instant plus tard, je grimpe dans le siège du conducteur et nous nous dirigeons vers la route.

Partie 2

La fête n'est qu'à trois pâtés de maisons mais j'ai quand même failli m'écraser deux fois alors que je te regarde presque autant que la route. Nous arrivons au manoir et sommes accueillis à l'avant par un valet. Il nous fait franchir la porte puis disparaît dans la nuit avec mes clés.

La fête est à la hauteur de mes attentes. Des messieurs plus âgés et leurs épouses trophées qui buvaient du scotch cher et discutaient de politique. L'atmosphère est tamisée et malgré la présence de dizaines de personnes, la grandeur du manoir donne l'impression d'être un rassemblement social intime. Nous nous promenons d'un groupe de personnes à l'autre, bavardant et tentant, mal, d'agir comme si nous étions à notre place.

Je note avec un mélange de fierté et de jalousie les regards que les autres hommes vous lancent. Dans le cas d'un vieil homme particulièrement lubrique, c'est un regard lubrique flagrant. Je vous le signale et nous partageons un fou rire. Enroulant mon bras autour de toi de manière protectrice, nous nous dirigeons vers un autre groupe de personnes.

Les heures passent et l'alcool commence à faire son effet sur une grande partie de la fête. Le niveau de bruit a régulièrement augmenté à mesure que les conversations commencent à devenir plus bruyantes et animées. J'écoute nonchalamment une vieille dame parler d'impôts quand je sens un léger tiraillement à mes côtés. Tu me dis "Salle de bain" et j'acquiesce et me dégage de toi, me sentant soudain très seul.

Je te regarde partir, tes hanches se balançant de manière séduisante et je souhaite pour la centième fois cette nuit-là, que je puisse t'avoir seul. Putain d'être bon. Alors même que la pensée me traverse l'esprit, vous montez les escaliers et juste avant de disparaître, vous regardez par-dessus votre épaule et me faites un clin d'œil. N'ayant plus besoin d'encouragements, je pose mon verre et m'excuse. Essayant de cacher mon excitation, je déambule à travers la pièce et monte les escaliers.

Je souris en te voyant dans le couloir, faufilant des pics dans les pièces. Tu te retournes et tu m'espionnes marchant vers toi et tu me fais signe d'entrer à la porte numéro trois. Vous avez sélectionné un grand bureau. Il y a un bureau en acajou massif au milieu de la pièce. Les murs sont tapissés de bibliothèques et de tableaux coûteux. L'un d'eux s'écrase au sol alors que je te plaque contre le mur, nos bouches jointes et nos corps grinçant à l'unisson alors que nous éclatons dans les feux de notre passion.

Mes mains parcourent les contours de ton corps, se délectant de tes courbes féminines. Je serre ton cul, pétrissant la chair sous mes mains. Mon érection se presse contre ton ventre, se tendant contre les limites de mon pantalon. Je sens la chaleur de ton sexe rayonner contre ma jambe qui est coincée entre les tiennes. Nos langues se cherchent avec urgence.

Je termine le baiser en enchevêtrant ma main dans tes cheveux et en tirant ta tête contre le mur et en faisant un petit pas en arrière. Je m'arrête une seconde pour te regarder dans les yeux avec un désir fou. De mon autre main, je baisse le devant de ta robe, exposant tes seins à la nuit, tes mamelons durs et guillerets. Je commence à te taquiner, mordillant le long de ton cou et de ta mâchoire, respirant dans ton oreille. Tu gémis légèrement alors que ma bouche descend vers tes seins, mordant, suçant et effleurant, le tout avec l'intention de t'apporter le plus de plaisir possible.

Ta main a trouvé son chemin vers ma bite et la frotte lentement à travers le tissu de mon pantalon. De ma main libre, je défais ma ceinture et dézippe la braguette, permettant à mon pantalon de tomber au sol. Tu recommences à me caresser, ta petite main chaude envoyant des frissons le long de ma colonne vertébrale. Ma main à nouveau inoccupée, je lève mon majeur et mon index vers ta bouche et les glisse à l'intérieur, récupérant la salive, le lubrifiant. Satisfaite qu'elles soient suffisamment mouillées, je mets ma main entre tes jambes et laisse rapidement tomber ta culotte pour être expulsée sur le côté. Je glisse un, deux doigts à l'intérieur de ta chatte toute mouillée, provoquant un halètement de ta part.

Cela continue pendant une courte période; vous caressant de haut en bas la tige de mon érection et gémissant doucement pendant que je vous doigte, mon rythme gagne en vitesse et en intensité et ma bouche parcourt la douce peau de vos épaules et de vos seins. Enfin, à en juger par l'humidité qui dégouline de mes doigts, je décide qu'il est temps de te prendre. Je dégage mes mains de tes cheveux et de ton con et je t'attrape sous ton cul, te hissant. En me retournant, je me traîne vers le bureau où je te couche sur le dos. Je jette tes jambes contre mes épaules et sans plus tarder, glisse ma bite engorgée dans ta chatte veloutée.

Pendant plusieurs minutes, la seule chose que l'on peut entendre est le claquement de tes cuisses contre mon os pelvien alors que je m'enfonce profondément en toi, toute ma luxure me poussant à aller plus fort et plus vite. Je crains un instant que nous ne soyons pris, mais la vue de moi te pénétrant, tes seins rebondissant à chaque poussée et les cris charnels s'échappant de tes lèvres repoussent toutes les autres pensées. Tout ce à quoi je peux penser, c'est de faire plaisir à la minx sexy en dessous de moi.

Soudain, tu me repousses. Je suis confus jusqu'à ce que je voie le regard affamé dans tes yeux. Je recule d'un pas pour que tu puisses manœuvrer, me retourner et me pencher sur le bureau. Je recule et te pénètre une fois de plus, te donnant une claque ludique sur le cul comme je le fais. J'attrape tes bras et les ramène derrière toi, les bloquant d'une main dans le bas de ton dos et les utilisant comme levier pour me tirer plus en toi. J'apporte mon autre main à ma bouche, appréciant le goût de ton jus persistant sur mon majeur. S'assurant qu'il est bien lubrifié, je place le doigt sur ton trou du cul et le pousse lentement à l'intérieur. Je peux sentir ma bite à l'intérieur de toi à travers la membrane et les frotter ensemble.

Je continue à te baiser jusqu'à ce que tes gémissements se transforment en un sifflement et que ton corps commence à se raidir alors que tu commences à avoir un orgasme. Je prends cela comme un signal et commence à te frapper avec abandon, sachant que mon propre orgasme n'est pas loin. Plus dur, plus dur, plus dur. En quelques instants, ta petite chatte serrée me vide de ma semence et je m'effondre sur toi, épuisé.

Nous restons comme ça un moment, moi allongé sur toi, nos corps en cuillère, alors que nous nous battons pour reprendre notre souffle. Enfin, je me retire de toi et m'appuie contre le bureau. Vous vous levez et commencez à vous redresser. Le maquillage autour de vos yeux a commencé à couler et j'envisage brièvement de vous jeter à nouveau et de faire mon chemin avec vous mais vous êtes déjà en train de réparer votre robe et je suis encore un peu surpris par l'épisode. Je prends ton exemple et commence à m'habiller, ricanant pendant que tu essaies en vain de te coiffer.

Abandonner, tu te tournes vers moi. "Alors, mec, tu es prêt à retourner à la fête ?"

Articles similaires

Deuxième emploi

Deuxième emploi Il fallait environ 30 minutes pour fermer quand on m'a dit que Mme Ochoa voulait me voir après la fermeture. Bien que je portais un téléavertisseur selon ses ordres, je ne l'ai jamais allumé. Baise-la. Tout d'abord, si l'argent de ce travail n'allait pas aider mon fils à l'université, je ne serais pas ici. Deuxièmement, je suis un superviseur dans mon vrai travail, donc je ne prends pas bien les commandes. Troisièmement, depuis que la petite Mexicaine, Mme Ochoa, est devenue superviseure, elle avait ces petites commandes pointilleuses qui n'étaient que des conneries. Enfin, la vérité est connue, tous...

623 Des vues

Likes 1

Mon neveu et mon bain à remous - Partie 2

Continuez à nous faire part de vos commentaires, et je continuerai à écrire. Faites-moi savoir ce que vous aimez chez eux. Partie 2 - Le prochain niveau Après avoir raccroché le téléphone avec Susan, j'ai demandé à Mark s'il était prêt à entrer et à regarder la télévision. Il a dit oui, alors nous sommes sortis du bain à remous, avons enroulé des serviettes autour de nos tailles et avons trotté à l'intérieur rapidement. Mes gros seins rebondissaient d'un côté à l'autre alors que nous nous précipitions. Mark a sauté sur le canapé, et je me suis allongé à côté de...

601 Des vues

Likes 0

Nuit incroyable

Nuit incroyable Quelle a été votre nuit ou votre jour de sexe le plus incroyable ? Qu'est-ce qui le rendait si fantastique ? C'est le mien, il y a quatre ans. Quand j'ai acheté mon duplex dans la banlieue de Minneapolis, cela signifiait que j'étais là pour rester un moment et j'en étais vraiment content. Un jeune couple marié d'une vingtaine d'années louait l'autre partie du duplex. Je venais d'avoir trente-deux ans et j'avais déjà l'impression d'avoir une génération d'avance sur eux. J'ai organisé une petite fête pour faire connaissance avec les voisins et une vingtaine de personnes sont venues. La...

1K Des vues

Likes 0

Hanté par le Futa Ghost 15: L'exorcisme coquin de Futa Ghost

Hanté par le fantôme Futa Chapitre quinze : L'exorcisme coquin de Futa Ghost Par mypenname3000 Droit d'auteur 2017 « Non », ai-je crié de chagrin et de regret. « Non, Ojo-sama ! » Des larmes coulaient de mes yeux alors que la honte me submergeait. Je l'avais laissée tomber. Je levai les yeux vers sa belle forme de Mitsuko-hime suspendue à la branche du pin, se balançant dans la brise qui gémissait à travers les bois maudits. Ses yeux s'exorbitèrent. Son visage peint en blanc maculé de larmes. Sa sandale était tombée. J'ai attrapé son pied chaussé. Slime a trempé sa chaussette, couvert ma...

637 Des vues

Likes 0

Vacances à Nice - Chapitre 4 - Maman réconfortante

« Que lui est-il arrivé sur le chemin de l'église ? Êtes-vous aveugle ou simplement stupide? dit Stacy. « Une femme ne s'habille pas comme ça juste pour visiter une église. Elle sortait avec quelqu'un. « Tu savais ce qu'elle faisait et tu n'as rien dit ? Tu ne m'as rien dit !? « Qu'est-ce que j'étais censé faire ? Arrête-la!? Peut-être la traquer !? Tu es en train de me dire qu'elle a inventé toutes ces conneries sur la visite d'une vieille église juste parce qu'elle savait que nous ne serions pas allés avec elle ?! Julian, arrête de crier murmura-t-elle...

560 Des vues

Likes 0

Sous son bureau (Ch3)

L'équipage est là. Je peux les entendre rire et claquer dans le studio. J'ai l'impression d'être agenouillé ici depuis longtemps, mais l'arrivée de l'équipage signifie que cela ne fait qu'une heure depuis... enfin, depuis... Depuis que mon maître blanc m'a penché sur son bureau et m'a montré ce que je suis Oh ferme ta gueule. Dieu que s'est-il passé ?! Quand je suis arrivé ici ce matin, je me sentais tellement puissant et féroce. Je prenais le contrôle, je faisais avancer notre relation. Maintenant, je me sens si impuissant et faible, agenouillé nu sous son bureau et laissant couler des larmes...

903 Des vues

Likes 0

Nymphomane

Je m'appelle Pat et je suis mariée à mon mari, Ron, depuis dix ans maintenant. Je l'aime et il a toujours été bon avec moi. Je ne ferais jamais rien pour lui faire du mal, mais la semaine dernière, toute ma vie a changé. Samedi, alors que Ron jouait au golf, cinq hommes se sont arrêtés pour acheter ses vieux clubs et j'ai fini par avoir des relations sexuelles sauvages avec eux. Je ne sais pas ce qui m'a pris mais c'était comme si une face cachée de moi était enfin ressortie. J'avais souvent plaisanté avec Ron en disant que j'étais...

689 Des vues

Likes 0

Histoire de la cabane dans les arbres

Connaissez-vous l'expression boyie girl ? Une de ces filles qui sont de bonnes amies avec tous les garçons. Pas bien sûr qu'elle est sexy ou quelque chose comme ça, mais bien sûr qu'elle fait tout ce que les garçons aiment faire. Ils jouent au meunier, au basket, au baseball et à tous ces trucs kinna. Les filles Boyie ont souvent beaucoup de frères aînés. De gentils frères qui aiment jouer avec leur sœur mais qui ne veulent pas de toute cette merde de Barbie et de My Little Pony. Elle grandit donc avec le sport et les jeux vidéo. Amelia était...

685 Des vues

Likes 0

Baiser le toutou ou les vacances d'Al

Alors que j'étais assis dans la taverne en train de boire de la bière et de tourner la merde avec Al, le propriétaire de ce bel établissement, nous parlions de son problème. Il semble que la sœur d'Al, Naomi, vit en Roumanie et elle veut qu'Al lui rende visite. Le seul problème est qu'Al a peur de voyager seul et il veut que quelqu'un voyage avec lui. C'est là que j'interviens. Al, je n'arrive pas à croire qu'un gars comme toi ait peur de voyager seul ? J'ai ri de lui. Je n'aime tout simplement pas aller dans un endroit où...

673 Des vues

Likes 1

Les 120 jours de sodome - 12 - part1, LE ONZIÈME JOUR

LE ONZIÈME JOUR Ils ne se levèrent que tard dans la journée et, se passant de toutes les cérémonies d'usage, allèrent directement se mettre à table dès qu'ils se furent levés de leur lit. Le café, servi par Giton, Hyacinthe, Augustine et Fanny, était en grande partie sans incident, même si Durcet ne pouvait se passer de quelques pets d'Augustine, et le duc enfonça son brave instrument entre les lèvres de Fanny. Or, comme du désir à ce que le désir cause, il n'y a jamais qu'un pas chez des personnages tels que nos héros, ils allaient d'une traite à se...

549 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.