Scénario 1 : Lié

671Report
Scénario 1 : Lié

Il s'est réveillé incapable de bouger ses bras ; il pouvait sentir les contraintes autour de ses bras et de ses poignets. En les faisant avancer, il était incapable de les faire monter au-dessus de sa taille. À en juger par le manque de sensations en eux, il était lié et dans cette position depuis un moment. Le sol était frais sous lui, sans aucun doute un sol carrelé car il pouvait sentir les empreintes de coulis dans son bras. Ayant du mal à se mettre en position assise, il ne pouvait pas ouvrir les yeux et réalisa qu'il avait les yeux bandés. Le cœur dans sa poitrine battait un peu plus vite face à la situation difficile dans laquelle il se trouvait, et s'accélérait encore plus lorsqu'il entendit une porte s'ouvrir et se fermer derrière lui. Tournant la tête dans la direction du son, une voix féminine se présenta tandis qu'un léger claquement de talons se dirigeait vers lui.

"Ah, je vois que mon nouveau jouet s'est réveillé." Sa voix était basse avec une sorte de râpe qui faisait se dresser les poils sur sa nuque et faire bégayer son cœur un instant.

Sa main descendit doucement sur sa tête, le faisant sursauter avec un contact inattendu. Elle marchait en cercle autour de lui, les ongles traînant dans ses cheveux. "Beau. J’aime un garçon agenouillé et attaché au sol devant moi. Elle s'est arrêtée derrière lui la deuxième fois et a saisi ses cheveux avec une main avant de s'accroupir derrière lui, pressant son corps nu contre son dos nu. "Mais à quel point es-tu obéissant ?"

Il n'osait pas répondre, ne sachant pas s'il était censé le faire ou non. Sa main libre passa autour de son cou et la serra, coupant momentanément son arrivée d'air. «Sauf indication contraire, vous répondrez lorsqu'on vous parlera. Maintenant, à quel point vas-tu être obéissant ?

Il hésita à répondre et la pression de son contact sur son cou augmenta encore. Il a résisté à la pression et a réussi à dire « Très ».

Relâchant sa prise et sans qu'elle le lui demande à nouveau, il répondit pleinement : "Aussi obéissant que je dois l'être."

"Bien."

Elle se leva et il l'entendit s'éloigner un peu avant de revenir. "Un bon garçon a une bonne obéissance", dit-elle en lui glissant quelque chose de soyeux autour du cou. Il tomba librement autour de son cou, quelque chose de métal reposait contre son dos. "Si tu n'es pas un bon garçon, eh bien," Elle tira fort sur ce qui était autour de son cou et il se resserra. "Tu sauras. Même si vous êtes un garçon bon et obéissant, vous pouvez quand même recevoir de doux rappels.

Il pouvait entendre la promesse d'une menace dans sa voix et acquiesça.

"Oh, et je vois que tu t'es un peu réveillé à l'idée aussi."

Durant toute cette épreuve, il avait combattu cette réaction, mais son corps réagissait d'une manière qu'il ne pensait pas possible. Un sifflement s'échappa de sa bouche alors qu'elle faisait courir quelque chose de dur contre ses couilles et le long de la tige de sa queue. "Tu as une si jolie bite ici." Le quelque chose de dur frappa doucement ses couilles et il sursauta.

"À quatre pattes", dit-elle soudainement, et comme il ne répondit pas à temps, ce qu'il découvrit être une cravache, s'abattit plus fort sur ses couilles. "Maintenant!" lui aboya-t-elle.

Ne voulant pas être frappé à nouveau, il s'est penché depuis sa position assise.

« Votre corps est tout simplement incroyable. Rien de gâché pour démarrer même. Et ce cul… »

Il se raidit un peu alors que sa main se posait sur sa fesse. "Euh, euh, maintenant, détends-toi", dit-elle en tirant sur la laisse en soie autour de son cou. L'air quitta son corps et il n'eut d'autre choix que de se détendre. «Beaucoup mieux. Bon sang, quelqu'un n'aime pas qu'on lui touche le cul, n'est-ce pas ? Cela va poser un petit problème par rapport à ce que j'ai prévu. Tu vois, je vais te faire mienne, il n'y aura pas une seule partie de ce corps qui puisse être pénétrée, laissée intacte," lui murmura-t-elle la dernière partie à l'oreille.

Pour souligner son point de vue, elle passa une main le long de son dos et sur la courbe de ses fesses, entre les crevasses de ses joues. Sans hésitation, ni aucune autre préparation, elle inséra brutalement un doigt dans son trou de cul, le tordant en le retirant. Le garçon laissa échapper un léger halètement lors de l'insertion et se mordit la lèvre alors qu'elle la retirait. « Comme ça, n'est-ce pas ? » répondit la jeune fille à son souffle. "Attends juste de sentir ma bite dans ton cul."

Le garçon se tendit à l'évocation d'un coq et il fouillait toujours ses doigts. "Attends, ça n'arrivera pas encore, j'ai encore des choses que je dois faire en premier. Asseyez-vous sur vos talons.

Essayant d'être obéissant, il fit ce qui lui était demandé, mais la douce pression de la laisse se resserra très légèrement, mais cela ne dura pas longtemps, juste un rappel de ce qui pourrait arriver s'il n'obéissait pas.

Il essaya de sentir sa présence, qui semblait s'être un peu éloignée, mais revint en quelques instants, sa main fraîche s'enroulant autour de sa queue et la tirant brutalement. "Maintenant, ça pourrait faire un peu mal." Il poussa un cri de panique lorsqu'il sentit quelque chose au bout de sa queue. Quelque chose de cool et de dur. Ensuite, il glissait le long de sa tige, étirant son urètre. Il sentit le corps étranger glisser à l'intérieur de son corps, puis gémit une fois qu'il heurta quelque chose au plus profond de lui. Elle le taquina un peu, le retirant et le tordant un peu à l'intérieur de lui. Cela ne faisait pas nécessairement mal, mais ce n’était pas très agréable de toute façon. "Maintenant, une fois que je suis entré dans ton cul, avec cette bite et cet outil sonore, tu devrais implorer la libération, mais tu ne dois pas venir avant que je te le dise. Si vous le faites, » elle tira la laisse, « les conséquences vont être favorables pour moi. »

L'outil de sondage repose contre sa prostate, de sorte qu'à mesure qu'il se détend davantage en position assise, il se tortille un peu à la sensation. Il pouvait la sentir devant lui, mais ne pouvait pas dire ce qu'elle faisait, mais jaugeant au bruissement qu'elle allait quelque chose et son cœur s'accéléra une fois de plus alors que les pensées lui traversaient la tête à propos de ce qu'elle pourrait potentiellement lui faire.

Sans avertissement, une dure gifle lui tomba sur le visage. Sa main passa à nouveau dans ses cheveux et les serra fermement, inclinant légèrement la tête en arrière. Ses lèvres descendirent sur les siennes dans un baiser mordant plein de dents. Sa langue se fraya un chemin dans sa bouche et quand la sienne frappa la sienne, elle la mordit, provoquant un fort gémissement de douleur de sa part.

"Ouvre ta jolie bouche."

Il n’a pas eu le temps de réagir. Elle lui baissa la tête et quelque chose fut enfoncé dans sa bouche. En passant sa bouche sur l'objet, il réalisa bientôt qu'il était de forme phallique et plein de crêtes. Essayant d'être obéissant, il suça fort le gode en caoutchouc qui pénétrait dans sa bouche ; miaulant de plaisir face à l'invasion.

Elle tira à nouveau sur la laisse alors qu'il s'enfonçait profondément dans la bite. "Caresse ta bite, pompe-la vite, laisse-moi entendre le son de ton plaisir."

Il a fait ce qui lui était demandé. Les caresses semblent un peu bizarres car il pouvait sentir l'outil métallique à l'intérieur de lui. À chaque coup vers le bas, il s'enfonçait un peu plus, le faisant gémir.

« Avec ton autre main, laisse-moi te voir te doigter le cul. Étire-le pour moi, pour cette bite dans ta bouche, sois la petite salope que je sais que tu es.

Il a fait ce qui lui était demandé. Il a glissé un doigt dans son cul, son autre main a travaillé sur sa bite et sa bouche a travaillé sur la fausse bite devant lui. Ses doigts étaient toujours dans ses cheveux et il ne s'attendait pas à ce qu'elle pose sa tête sur sa queue, l'étouffant, tout en tirant fort sur la laisse. Même s'il ne pouvait pas voir, elle tira plus fort et plus longtemps que les fois précédentes, et de petites étoiles blanches scintillèrent devant ses yeux bandés. Aussi vite que cela s'est produit, le coq a disparu et il a poussé un grand soupir.

«À quatre pattes. Maintenant!"

Il obéit, le claquement des talons marchant en demi-cercle autour de lui jusqu'à ce qu'elle s'immobilise derrière lui. Sans aucune préparation supplémentaire, il sentit le bout de la bite contre son cul et elle s'y enfonça, sans aucune inquiétude. Il a crié à l'intrusion, car rien de pareil ne se serait jamais produit.

Elle n’a pas perdu de temps. Elle l'a pris fort et vite. Ses cuisses claquaient contre ses fesses. Ses mains et sa cravache tombaient sur lui. Elle s'en fichait de savoir si elle lui faisait du mal. S'en fichait au point qu'elle a commencé à utiliser la laisse comme levier. Chaque poussée se resserrait au point qu'il ne pouvait plus respirer ; à chaque retrait, il se relâchait juste assez pour inspirer rapidement avant qu'il ne soit serré et qu'elle ne soit à nouveau au plus profond de lui-même.

Et il ne pouvait pas s’en empêcher. Les mauvais traitements infligés à son cul se transformaient en quelque chose de génial. Il gémissait et faisait tourner ses hanches, l'encourageant silencieusement à lui baiser le cul plus fort et plus vite. Ses bruits devinrent plus désespérés. Sa bite dure et lourde entre ses jambes, rebondissant avec la force de sa baise. Suite à la baise, l'outil de sondage a été poussé hors de son corps et est tombé au sol dans un fracas en dessous de lui.

Et puis c'est parti.

Son cul était vide. Ses couilles serrées et sur le point d'éclater. Il a inconsciemment crié son désespoir pour être à nouveau étouffé. "Ce n'est pas ton heure de jouir!" lui cria-t-elle.

Le tirant par les cheveux, elle le releva et le poussa en avant. En raison de la façon dont ses mains étaient liées et ses pieds, il se rendit compte maintenant qu'il tomba et fut incapable d'amortir sa chute. Une fois de plus, elle le manipula brutalement jusqu'à ce qu'il soit sur le dos, sur un lit. "Mange le. Cul et chatte.

Elle grimpa sur son visage et s'assit. Il lui fit travailler la chatte et le cul comme il le demandait avec sa langue, la faisant courir de haut en bas dans sa fente du mieux qu'elle pouvait avec ses mouvements limités, la pénétrant aussi loin qu'il le pouvait pendant qu'elle s'appuyait sur lui, déplaçant rapidement ses hanches sur sa bouche. et le nez, l'étouffant presque avec sa chatte.

L'ordre dans sa voix et son goût étaient presque suffisants pour le pousser à se caresser dans son dos. Il savait que ce serait une mauvaise décision, alors il se concentra sur la tâche à accomplir. Trop brusquement, elle bougea, se plaça au-dessus de lui et plaqua sa chatte humide sur sa queue. La force et la sensation de sa chatte, si serrée et humide qui l'enveloppait, le firent s'asseoir. Elle a seulement poussé son dos vers le bas, ses mains liées nichées entre leurs ventres enroulées autour de la bite qu'elle portait encore alors que ses mains s'accrochaient à sa poitrine et elle le chevauchait en bougeant juste ses hanches.

Elle détacha ses attaches à la taille et remonta ses mains jusqu'à sa gorge. "Quand je desserre la laisse, lâche prise... Presse."

Il a fait ce qui lui était demandé. Elle s'est posée sur sa queue et a fait pivoter ses hanches dans le sens des aiguilles d'une montre, puis dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Il pouvait sentir la boule de son col avec le bout de sa bite alors qu'elle se déplaçait à l'intérieur. Elle bougeait d'avant en arrière, il pouvait sentir sa gorge essayer de reprendre son souffle, alors que lui aussi se débattait, et le lien se relâcha. Ce premier afflux d'air vers le cerveau, combiné à la sensation de sa chatte autour de lui, fait échapper un faible gémissement.

La femme descendit de lui et se replaça entre ses jambes. Il l'entendit cracher, puis la bite fut de nouveau sur son cul, la pressant bien plus loin en lui. « Dis-moi à quel point ma bite se sent bien dans ton cul. Dis-moi à quel point tu as envie de jouir. À quel point tu le veux.

Elle poussa ses hanches vers l'avant et fut entièrement gainée dans ses fesses, sans gêne cette fois, puis elle bougea. Elle se pencha sur lui et s'enfonça fort et profondément en lui, faisant pivoter ses hanches une fois complètement à l'intérieur de lui. Il ne pouvait pas s'empêcher de gémir maintenant à la sensation de la bite à l'intérieur de lui.

"Baise-moi le cul plus fort. Plus dur. Je peux sentir tes seins se balancer sur ma poitrine, les faire gifler ensemble avec la force de ta baise.

Prenant les commandes maintenant, elle fit ce qui lui était demandé. Cela a toujours été le cas. Elle gémit sous l'effort avec lequel elle le baisait. En reculant un peu, elle le baisa superficiellement alors qu'elle relâchait ses attaches aux chevilles. Ensuite le bras, suivi des poignets. Une fois complètement libre, il l'attira fort contre lui et roula. En enlevant le bandeau, elle chevaucha sa bite tout en caressant la sienne ; il la regardait pendant qu'elle le regardait, ses mains allant vers ses seins, tordant ses tétons déjà durs.

"A ton tour", dit-il, et avec un regard qu'elle ne parvenait pas à comprendre, elle lui enleva sa bite et glissa à nouveau sa bite dans sa chatte. Il attrapa ses jambes et les enroula autour de sa taille tout en plaçant une main autour de son dos pour saisir son épaule, l'autre se frayant un chemin dans ses cheveux. Il a tiré et a commencé à lui enfoncer sa bite dans la chatte. Elle n'avait pas tout pris auparavant et maintenant il la forçait à tout prendre, en poussant plus fort, approfondissant sa chatte à chaque poussée.

Tirant ses cheveux, il pencha son cou sur le côté et mordit, laissant sans s'en soucier une marque sur son cou, la revendiquant comme la sienne. L’attaque impitoyable contre son corps ne s’est pas arrêtée. Il s'est frayé un chemin sur ses épaules et sa clavicule jusqu'à ses seins où il a mordu et sucé fort les mamelons, dont la force commençait déjà à faire rougir sa peau pâle, qui deviendrait ensuite bleue et violette.

Elle criait sous lui. La douleur était presque au point où elle était sur le point de la blesser vraiment, mais elle s'en fichait. Elle voulait sentir toute sa longueur en elle, quelles qu'en soient les conséquences. Ses mains quittèrent son corps et elle le regarda retirer la laisse autour de son cou et la placer autour du sien.

Couvrant à nouveau son corps avec le sien, il enroula étroitement la laisse autour de sa main et tira, la baisant durement et profondément tout en le faisant. Ses mains allèrent dans son dos et elle lui enfonça les ongles dans le dos, le faisant gémir de douleur alors qu'elle restait silencieuse. Relâchant la prise, son corps se détacha un peu du lit, ses bras l'enveloppant et lui tandis qu'elle mordait et embrassait tour à tour sa poitrine.

"Ne jouis pas encore", dit-il, sachant très bien qu'elle était sur le point de le faire.

Elle se réinstalla dans le lit et il descendit, forçant sa langue dans sa bouche haletante pour l'embrasser avant de tirer une fois de plus sur la laisse. Il s'est retiré d'elle, sa queue rebondissant au rythme de son cœur. "Rouler sur."

À quatre pattes, il entra dans sa chatte. Elle haletait et il savait que cela lui faisait mal, mais il s'en fichait. Attrapant une poignée de ses cheveux, il lui tira la tête en arrière, la faisant se cambrer alors qu'il la baisait par derrière, utilisant ses cheveux comme levier comme elle l'avait fait avec la laisse. Chaque poussée de gémissement se transformait en cri tandis que sa longueur s'enfonçait avec force dans sa limite.

Attrapant un oreiller, il le plaça sous ses hanches. Il s'efforça rapidement de la libérer de la sangle qu'elle portait. Sortant le gode, il ne l'enfonça pas trop doucement dans son cul. Il savait qu'elle n'aimait pas ça, mais il aimait ça et elle allait l'accepter.

"Allonge-toi maintenant", dit-il, sa queue et la fausse bite enfouies au fond d'elle.

Elle grimaça en le faisant, gênée à cause du gode.

Une fois allongé sur le ventre, il a recommencé à lui pomper. Ses bras l'entourèrent alors qu'il agrippait ses épaules, poussant aussi profondément qu'il le pouvait. Il embrassa sa nuque, planant au-dessus de l'endroit qu'il allait attaquer. Il pouvait la sentir frissonner sous lui, s'il pouvait bien voir, il savait que les poils de son cou se dresseraient et que la chair de poule serait également visible.

Alors qu'il approchait ses lèvres de son cou, il sentit le premier véritable tremblement de libération de sa chatte autour de sa queue. C’est comme ça que ça se terminait toujours. Il reprenait ses poussées, à un rythme régulier, ni trop fort ni trop rapide ; ses couilles ne giflent plus, mais se rapprochent de son corps pour son orgasme imminent. Il lui déplaça la tête sur le côté et l'embrassa, aussi profondément et rythmiquement que sa queue pénétrait dans sa maison.

Ils gémirent tous les deux pendant le baiser. Elle trembla d'abord, le brisant juste au moment où la crête de son orgasme s'installait. Il a baisé sa chatte convulsive alors qu'elle le taquinait à jouir. Elle cria sa libération dans l'obscurité proche.

Incapable d'y résister et ne voulant pas lui causer de réel mal, il s'est retiré et l'a retournée. En se repoussant, il la baisa plus fort qu'avant, ses gémissements étant désormais désespérés par le besoin de libération. Il se pencha et l'embrassa brutalement. Elle se mordit la lèvre et il essaya de s'écarter. Ses bras et ses jambes s'enroulèrent à nouveau autour de lui alors qu'elle le rencontrait poussée pour poussée.

Et puis c'était là. Elle le sentit gonfler davantage en elle, devenir plus dur ; ses poussées sont plus erratiques. Puis le son qu'elle aimait et avait envie d'entendre sortit de sa bouche. Elle pouvait sentir sa bite trembler à chaque jet de sperme qui inondait sa chatte et la réchauffait de l'intérieur.

Ils restèrent tous les deux là pendant un moment. Reprenant leur souffle alors qu'ils étaient enlacés les uns avec les autres. Même s'il avait adouci l'intérieur d'elle, il la remplissait toujours et il pouvait sentir les répliques de son orgasme autour de sa queue.

Il a finalement fait glisser sa bite loin d'elle, retirant le gode ce faisant. Prenant deux doigts, il les enfonça dans la paume vers le haut et lui baisa la chatte. Il adorait que même après un rapport sexuel, elle soit prête à se faire doigter. Il a plié ses doigts pour qu'ils courent sur son point G, son corps répondant instantanément. Il l'a baisée jusqu'à ce qu'elle gicle partout sur le lit, ses bras et ses mains. C'était le meilleur moment pour elle de jouir comme ça.

Une fois qu'elle fut une boule tremblante, mouillée, les nerfs, il se releva sans aucun mot. Il se dirigea vers le coin de la pièce où il savait qu'il trouverait ses vêtements, s'habilla et partit.

Aucun mot n’a été prononcé parce qu’ils connaissaient le plan. Dans quelques mois, il y aurait un autre scénario à mettre en œuvre.

Articles similaires

Un conseil à retenir

Sal, prends la table 12, entendis-je dire l'hôtesse. Je me suis progressivement retourné et j'ai jeté un coup d'œil là-bas. « Une jolie brune trentenaire seule en robe rose un mardi soir ? Et wow, elle n'essaie même pas de cacher ce rack, elle me bande maintenant », pensai-je avant de commencer calmement à marcher vers elle. Mes yeux ne la quittaient jamais alors qu'elle regardait simplement le menu pour le moment. Bien que je sois quand même allé vers elle. Salut, comment vas tu ce soir? Elle reposa le menu et me regarda. « Je vais bien, Salvatore. Tu peux...

3K Des vues

Likes 0

Exposer la vérité - ma salope intérieure se déchaîne

Après avoir été dominé par Niki et Dave, j'avais de nouveau besoin de plus. Je sortais toujours avec des gars mais je n'allais jamais jusqu'au bout. J'ai rapidement largué mon petit ami et j'ai commencé. Après que le frère de Niki, Austin, nous ait trouvés en train de jouer ensemble, il a menacé de parler de nous à tout le monde si nous ne faisions pas ce qu'il voulait. Un soir, Niki et moi étions un peu trop saouls à la fête que nous organisions après que tout le monde soit parti et que les habitudes étaient toujours là, nous avons...

858 Des vues

Likes 0

QUELQUE CHOSE DE NOUVEAU_(0)

Tu es prêt, a demandé Debbie à son amie Maureen alors qu'elle s'arrêtait devant le bureau de sa meilleure amie, Je ne peux pas attendre une minute de plus, je suis sur le point d'exploser !?! Moi aussi, répondit Mo en mettant la touche finale à un rapport que M. Bently lui avait demandé de préparer avant son voyage à New York plus tard dans l'après-midi, laissez-moi juste déposer ça au bureau du patron, il a été sur mon cas toute la matinée pour que cela soit fait avant midi !!!” Pas de problème, a répondu Debbie alors qu'ils se dirigeaient...

2.5K Des vues

Likes 0

Naples, Floride et Beech Mountain, N.C.

Naples, Floride et Beech Mountain N.C. Sandra et Debra étaient pleines de questions alors qu'elle orientait l'avion vers le sud. Je leur ai parlé du plan que Donna et moi avons mis en place et de la façon dont il s'est avéré. Ils étaient vraiment impressionnés que j'aie affronté Stanley et que je lui ai cassé le nez, la clavicule et quelques côtes. Debra m'a serrée dans ses bras et m'a embrassée plusieurs fois en signe de gratitude. Je pense qu'elle voulait en faire plus, mais Sandra l'a un peu refroidie. « Nous devons discuter de ce que vous deviendrez maintenant...

1.2K Des vues

Likes 0

Le compagnon du champion 2

Le chef de la chasseresse est un poste d'ancienneté dans le groupe. Les chasseresses qui se portent volontaires devant l'enclave peuvent créer des bandes. Caris est le chef de la chasseresse. Si elle était classée par capacité, Caris serait loin en troisième ou en cinquième place dans les groupes de douze personnes que l'on retrouve habituellement dans les Huntresses. Caris ne voulait pas suivre des filles plus âgées et se faire botter le cul jusqu'à ce qu'elle ait sa propre équipe, alors elle a fait le sien. Caris a dirigé le groupe par la force de sa personnalité. Tout le monde...

487 Des vues

Likes 0

Le nouveau voisin

Putain, mec. Porter toute cette merde dans ces escaliers est une garce », se plaint mon ami, eh bien, maintenant colocataire, Jack. C'était ton idée d'avoir une place à l'étage, je plaisante en réponse. Ouais, eh bien, je n'ai pas pensé aux escaliers. Mon ami et moi sommes deux enfants qui entament leur première année au Hillside College. Je sais, cela semble assez générique, non ? Mais bon, c'est un bon début dans un nouvel endroit pour nous. Johnny, redescends et prends les dernières boîtes. « Allons les réunir », dis-je. Non mec. Pourquoi pas? Parce que je suis trop occupé à...

1.3K Des vues

Likes 0

Un après-midi amusant, partie 2

Greg a tourné le dos à mes jambes, s'est allongé sur elles et a tenu ma bite, la caressant doucement. Il s'arrêta une minute et composa un numéro sur son téléphone portable. Dès qu'il a fini, il a recommencé à tirer et à caresser ma bite de manière ludique. Je devenais de nouveau dur, pensant à quel point ce serait agréable d'avoir un autre orgasme lent. Greg lâcha ma bite et appuya son téléphone contre son oreille; Bonjour, Karine ? Hé c'est Greg, es-tu occupé ? » J'ai une faveur à vous demander. Oui, c'est un truc d'homme, j'ai rencontré un gars cet...

1.4K Des vues

Likes 0

Garde de maison_(1)

Elle s'appelle Mélanie. Elle n’est pas la plus belle fille de l’école, mais elle n’est certainement pas la pire non plus. Elle mesure environ 5' 4, de très gros seins, de longs cheveux blonds et des hanches assez larges. Elle m'a dit en cours d'anglais qu'elle allait s'occuper de la maison de quelqu'un qui n'habite pas à plus de 2 pâtés de maisons de chez moi dans environ un mois. Cela signifiait qu'elle allait rester seule dans une grande maison pendant 2 jours. Je lui ai dit de me faire savoir exactement quand cela allait avoir lieu et que je passerais...

731 Des vues

Likes 0

La dette de Rachel (Chapitre 3 - Le passé et la douleur)_(0)

Samedi arriva et je n'avais toujours pas de nouvelles de Rachel. Je n'étais pas non plus encore prêt à l'appeler pour notre prochain rendez-vous. Je le voulais certainement. Avant Rachel, depuis que j'avais été avec une femme pour la dernière fois, il semblait que ma libido s'était refroidie. Être avec Rachel l'avait rallumé, l'avait fait passer d'un état presque inactif à un immense enfer. Pour patienter, j'ai regardé les vidéos de nos précédentes rencontres. Elle était vraiment magnifique. Elle aurait pu être une merde moche et cela n'aurait toujours pas eu d'importance, son corps juvénile et son esprit lascif compensaient largement...

2.4K Des vues

Likes 0

La Fête_(14)

Partie 1 Jésus, nous allons encore être en retard, je me dis en m'asseyant sur le canapé du salon, la tête appuyée sur une main. C'était samedi, le soir de la fête de Doonsberg et il n'y avait pas moyen d'en sortir. Les voisins d'en bas nous avaient invités dans leur manoir il y a des mois. Des RSVP avaient été faites, des calendriers vérifiés et revérifiés, des appels téléphoniques passés. Bref, c'était chose faite. S'il y avait jamais eu une soirée pour faire la fête, c'était bien celle-là. La pleine lune de la veille de la fin de l'été regarde...

2.2K Des vues

Likes 2

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.